Les conséquence perverses du dogme de la foi obligatoire pour échapper à l'enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les conséquence perverses du dogme de la foi obligatoire pour échapper à l'enfer

Message  Arlitto le Sam 28 Mai - 20:02

Les conséquence perverses du dogme de la foi obligatoire pour échapper à l'enfer

La Bible et le Coran enseignent qu'après la mort, chacun de nous est jugé par Dieu et soit aura part à une délicieuse récompense éternelle ("paradis"), soit à un terrible châtiment éternel ("enfer"). Le critère pour aller au paradis ou en enfer n'est pas l'oeuvre que l'on a accomplie pendant sa vie, mais la foi. D'après la doctrine évangélique, rien ne sert d'être quelqu'un de bien et de s'efforcer de faire de son mieux au cours de sa vie, car tout homme est pécheur et mérite l'enfer dès son premier péché. La seule solution pour échapper à ce triste destin serait de... croire que Dieu a envoyé son fils Jésus, que ce dernier, en mourant sur la croix, a pris sur lui le péché pour lequel nous devions être puni, puis que Jésus est ressuscité, qu'il vit et qu'il reviendra. Tout cela est raconté dans la Bible, c'est pourquoi y croire nécessite tout d'abord de croire que la Bible est la "parole de Dieu", la "vérité". D'après l'enseignement évangélique, celui qui croit à cela, celui qui en est fermement convaincu, sera sauvé, il ira au paradis. En revanche, celui qui a une autre croyance, celui qui admet honnêtement qu'il ne sait rien avec certitude sur Dieu, ou encore celui qui voudrait croire à ce que la Bible dit, mais qui n'en est pas sûr... est perdu! Quelques soient ses oeuvres, il ira en enfer, s'il meurt dans ces conditions. Le fait d'être sûr que le dogme évangélique est la vérité est la condition sine qua non pour échapper à la terrible punition éternelle. Etonnant que les adeptes de ce culte appellent celui-ci "Bonne nouvelle". Il s'agirait plutot d'une "mauvaise nouvelle".

Parmi les passages qui parlent de la perdition des incroyants dans la Bible, on trouve Jean 3:36

Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui refuse de croire au Fils n’aura pas cette vie, mais il reste exposé à la colère de Dieu.

L'islam orthodoxe ne fait pas mieux. Certes, il y existe un enfer non éternel, mais ce dernier est réservé pour les "mauvais musulmans", ceux qui ont beaucoup péché, mais qui ont cru avec certitude que le dogme islamique était la vérité. Ceux qui n'y ont pas cru (qui sont morts avec l'avis que ce n'était pas "la vérité", ou qui ne savaient pas) iront en enfer. Notons que les dogmes évangéliques et islamiques orthodoxes sont contradictoires: pour les évangéliques, les musulmans ne croient pas que Jésus est Dieu, et que ce Jésus est mort sur la croix pour leurs péchés, ils ne respectent pas les critères et vont donc en enfer quelles que soient leurs oeuvres. Pour les musulmans orthodoxes, les chrétiens ont plusieurs dieux. Le Coran est bien clair là-dessus, Jésus n'était qu'un simple prophète, celui qui croit qu'il était Dieu, et de manière générale celui qui ne croit pas que le Coran est "la vérité" et Mohammed un vrai prophète envoyé par Dieu, ira en enfer, ses bonnes oeuvres seront nulles, ne compteront pas. Tel est le cas des chrétiens, d'après le point de vue musulman orthodoxe.

Parmi les nombreux passages qui parlent de la perdition des incroyants dans le Coran, on trouve Coran 3:91

Ceux qui ne croient pas et qui meurent mécréants, il ne sera jamais accepté d'aucun d'eux de se racheter même si pour cela il (donnait) le contenu, en or, de la terre. Ils auront un châtiment douloureux, et ils n'auront point de secoureurs.

C'est pourquoi les membres de ces deux groupes sont aussi motivés pour tenter de convertir les "incroyants", pour tenter de "les sauver", d'après leur point de vue! Le christianisme évangélique et l'islam orthodoxe ne sont pas les deux seuls groupes qui ont pour dogme la foi obligatoire pour échapper à l'enfer. Mais ce sont les deux principaux. Le problème, c'est que ce dogme est une vrai prison intellectuelle pour le croyant. C'est une technique de manipulation mentale extrêmement élaborée. En effet, si après la mort nous sommes soit destinés à une enfer éternel soit à un paradis éternel, alors la seule chose qui compte dans cette vie est de faire en sorte d'aller au paradis, tout le reste est sans importance. Puisque le critère pour aller au paradis et non en enfer est la foi, la certitude que la religion à laquelle on appartient est la vérité, d'après ce que l'on nous a enseigné, alors la seule chose qui compte est de garder cette certitude. Le croyant est sur ses gardes contre tout ce qui pourrait mettre en danger sa foi. On lui a d'ailleurs enseigné que le diable est très rusé, et qu'il utilisera même des amis, des membres de la famille, voire la raison du croyant lui-même pour tenter de le faire chûter. Ainsi, si le croyant, au cours d'un débat avec un incroyant, ou de recherches personnelles par exemple, commence à douter, et a l'impression de voir des erreurs dans la Bible, ou des contenus imparfaits, voire inacceptables, il se dira que c'est Satan qui lui insuffle ces pensées, et qu'il doit à tout prix leur résister.

Le dogme de la foi obligatoire est l'ennemi de l'honnêteté intellectuelle. Il rend toute reflexion objective sur le sujet, toute recherche de la vérité impossible. Je pense d'ailleurs que les premiers chrétiens l'ont élaboré dans le but d'empêcher que leurs correligionnaires perdent la foi, ou en tout cas de rendre ce processus presque impossible. Le croyant pris à ce piège ne peut pas s'imaginer changer un d'opinion, ou émettre l'opinion qu'il se soit trompé. A l'idée de perdre sa foi, il a des sueurs froides, non, c'est cela qu'il faut éviter à tout prix, cela l'impensable. Quelques soient les faits en faveur ou en défaveur de sa religion, le croyant va tout faire pour garder une foi inébranlable, ou dans le pire des cas croire à nouveau, être de nouveau convaincu que sa religion est la vérité. Car l'incroyance est punie du pire châtiment possible qui dépasse même l'imagination.

Non seulement le croyant victime de ce dogme se retrouve prisonnier et a très peu de chances d'en sortir un jour, mais pour la minorité qui parviendra à s'échapper, le processus de déconversion est long et difficile. Je parle ici en connaissance de cause, en fonction de ma propre expérience et de celle d'autres évangéliques et musulmans orthodoxes déconvertis. En principe, ce processus dure plusieurs années. La foi ne se perd pas d'un seul coup. Il y a toute une période transitoire dans laquelle on croit encore à moitié, puis toute une période où l'on se dit: "Et si c'était vrai, finallement? Si je me trompais?". Mais désormais, on est dans le cas de l'incroyant qui va en enfer s'il meurt dans ces conditions, on prend pour soi les menaces de notre "livre saint" envers les incroyants. En ce qui me concerne, il y a toute une période où je tentais désespérément de me convaincre que la Bible était la parole de Dieu et que j'y croyais, je passais plusieurs heures la nuit à essayer de retrouver la foi, je priais Dieu qu'il me la rende et que s'il y avait quelque chose en moi qui l'empêchait d'agir, qu'il le supprime; je demandais à Dieu qu'il me sauve. J'étais terrorisé à l'idée de mourir dans ces conditions, car je me disais que j'allais peut-être me retrouver ensuite en enfer. Des pasteurs ont tenté de jouer sur ces peurs pour me reconvertir. Malgré ces barrières psychologiques instaurées pour rendre l'apostasie la plus difficile possible, mon opinion selon laquelle la Bible n'était pas la parole de Dieu se renforçait, et ces peurs ont diminué, jusqu'à disparaître, lorsque ma foi avait totalement disparu.

La croyance en un enfer pour les incroyants est aussi un obstacle considérable à l'objectivité des pasteurs et des imams. C'est déjà suffisamment difficile de rester objectif, et personne ne l'est complètement, mais cette croyance aggrave encore plus les choses. Car si seuls les croyants échapperont à l'enfer, ce qui est de loin le plus important est de convaincre le maximum de monde possible. L'analyse objective des faits n'est alors pas la première priorité. La priorité, c'est que les gens croient, et qu'ils soient "sauvés". Si le pasteur (resp: l'imam) présente les choses de manière trop objective et mentionne aussi des éléments qui peuvent être plus ou moins troublants, il prend le risque de faire douter (et donc chûter) certains de ses fidèles, ou que des non-croyants présents dans la salle ne soient pas convaincus. Or pour lui, c'est la pire des choses qui pourrait arriver, car ça conduirait à la damnation éternelle de ces âmes. Par conséquent, quand il traitera d'un sujet, il n'aura pas mauvaise conscience à présenter les choses de manière anormalement favorables à la Bible (resp: au Coran) au vu des faits, bien au contraire, puisqu'il croira travailler ainsi à la propagation du royaume des cieux. J'expliquerai plus en détail ce point-là quand j'en aurai le temps, je compte faire un sous-article, avec notamment mon expérience vis-à-vis de ça.

J'en profite pour mentionner d'autres causes qui rendent la conversion au christianisme évangélique ou à l'islam très facile, mais qui en rendent la sortie très difficile, à vrai dire presque impossible. Pour l'islam orthodoxe: celui qui a quitté l'islam peut être puni de mort: voir l'article correspondant. Même dans les pays qui n'appliquent pas cette loi, le risque est présent. Notons qu' une telle prescription est aussi présente dans la Bible, même si c'est dans l'ancien testament et qu'heureusement, les chrétiens évangéliques considèrent que cela n'était valable que pour les juifs en Israël avant la venue de Jésus. La peine de mort en cas d'apostasie dissuade de quitter l'islam orthodoxe, mais n'induit pas de barrière psychologique contrairement à la foi obligatoire. La peine de mort en cas d'apostasie dissuade surtout les ex-musulmans de faire part de leur expérience, afin qu'aucune publicité négative ne soit faite envers l'islam. Si personne n'est au courant de ces apostasies, cela évite que certains croyant se posent des questions sur leur religion. Il y a un peu le même phénomène dans le christianisme évangélique, même sans peine de mort: puisque l'incroyant est voué à la perdition éternelle, cela est très douloureux pour un évangélique d'apprendre que l'un de ses proches a perdu la foi. Beaucoup d'anciens évangéliques attendent avant de faire part de leur apostasie, certains n'en parlent qu'avec un nombre restreint d'amis, tandis que personne dans leur famille n'est au courant. Cela préserve la religion.

Parfois, on peut être amené à faire des sacrifices pour sa religion. Par exemple dans le domaine du mariage. Rien n'interdit aux incroyants de se marier avec qui que ce soit, ils pourraient très bien épouser un individu croyant. Tel n'est pas le cas en revanche des chrétiens évangéliques qui ne se marient qu'entre eux, et des musulmans orthodoxes, chez qui les hommes peuvent épouser des musulmanes (de préférence), des chrétiennes et des juives à la rigueur, et où les musulmanes ne peuvent épouser que des musulmans. Un de ces croyants peut très bien tomber amoureux d'un individu n'ayant pas les mêmes croyances, et devoir renoncer à cet amour à cause de ses convictions religieuses. On pourrait citer aussi le cas d'un homosexuel qui a nié sa sexualité différente toute sa vie et a tenté de vivre tant bien que mal avec une femme à cause de sa religion. Après ce genre de sacrifice, il est encore plus dur de perdre la foi, car cela revient à dire qu'on a fait ce sacrifice... pour rien! Mais si on la perd tout de même, la rage est d'autant plus forte.

La foi obligatoire (et dans une moindre mesure d'autres dogmes évangéliques ou islamiques orthodoxes) rend la sortie de ces deux religions très difficile. Le problème c'est qu'il est parallèlement très facile d'y rentrer, et que bien souvent les missionnaires usent de désinformation pour tenter de convertir un audimat non averti. C'est pourquoi il est nécessaire de tout faire pour que les personnes concernées soient informées des dessous de l'affaire avant de se convertir si elles le souhaitent toujours. Par exemple lorsqu'une résidence universitaire est tractée par des musulmans orthodoxes, et que sont présentées habilement les pseudo preuves habituelles (miracles du Coran, etc...), il faudrait pouvoir tracter la résidence avec la réponse (ce qui serait extrêmement mal vu, à vrai dire). Lorsqu'un évangélique distribut des tracts dans la rue, il faudrait qu'à côté de lui, un ancien évangélique distribue un tract de réponse aux personnes qui ont reçu le premier tract. Ainsi de suite.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conséquence perverses du dogme de la foi obligatoire pour échapper à l'enfer

Message  Arlitto le Sam 28 Mai - 20:03

Mon témoignage de déconversion





Je suis d'origine chrétienne évangélique, j'ai été chrétien "né de nouveau". Pendant l'enfance, je n'avais aucun problème pour croire. A cette époque, il ne me serait jamais arrivé à l'esprit que la Bible puisse ne pas être la parole de Dieu, que le dogme auquel je croyais puisse ne pas être la vérité. Je reconnaissais Jésus comme mon sauveur, et je croyais qu'il était mort sur la croix pour mes péchés, et ressuscité. J'étais certain d'avoir été sauvé, et sur que j'allais passer mon éternité auprès de Jésus-Christ. J'avais une bonne connaissance de la Bible, et une "relation personnelle avec Dieu". J'étais convaincu de vivre des expériences spirituelles avec Jésus, et de le sentir dans mon cœur. J'en parlais beaucoup, même à l'école, je voulais être un apôtre. A plusieurs reprises j'ai participé, avec d'autres évangéliques de mon église, à de l'évangélisation de rue: nous accostions les passants pour leur parler de Jésus-Christ. Entre à peu près 12 et 16 ans, j'étais persécuté à l'école (insultes, humiliations incessantes) pour ma foi et mes différences: par exemple je n'étais jamais sorti avec une fille, je ne souhaitais pas faire l'amour avant le mariage, je trouvais mauvais le fait d'aller en boîte de nuit, je ne connaissais presque rien des variétés musicales ou de l'actualité sportive, etc... Cette persécution renforçait ma foi. Je pardonnais à mes camarades, j'aimais mes "ennemis", je priais pour eux, afin que Jésus se révèle à eux. Ces années sont malgré tout une très bonne période pour moi, je considérais ce problème comme très secondaire, j'avais développé une personnalité particulièrement indépendante.


Avec l'âge, les autres devinrent de plus en plus tolérants. Certes, ils tenaient mon point de vue pour fou, mais ils le respectaient. J'étais comme ça, on ne pouvait pas me changer, sacré moi. J'avais de plus en plus d'amis incroyants, et certains d'entre eux étaient des gens très bien. Ma raison évoluait au fur et à mesure que je grandissais, et il m'était plus difficile de croire. De plus, je ne vivais plus dans le cercle évangélique uniquement, mais j'étais de plus en plus en contact avec des opinions contradictoires. Petit à petit, par l'expérience, je me rendais compte que les sentiments religieux tels ceux que j'avais (conviction d'avoir une relation avec Dieu, de le sentir, etc...) n'avaient pas forcément un rapport avec Dieu, mais pouvaient être uniquement humains. Je remarquais qu'il était possible que moi-même ou un autre chrétien croit de tout son cœur avoir une révélation divine, et que cela se révèle finalement faux et purement humain. Un exemple: le parler en langues. Certains chrétiens évangéliques, pendant l'office religieux, prononcent des suites de syllabes qui n'ont aucun sens, au hasard. Et ils croient que le Saint-Esprit s'exprime par eux, dans une langue que les humains ne comprennent pas. Ensuite, un autre membre de l'église croit recevoir de Dieu l'interprétation de ce parler en langues, et il la donne. Certains donnent simplement un "message provenant de Dieu" sans que cela soit la traduction d'un parler en langues ("prophétie"). Mais parfois, on trouve d'énormes bêtises dans ces "révélation divine".


Par exemple, un jour, une femme avait "prophétisé": "Ma Parole [la parole de Dieu, c'est-à-dire la Bible selon la croyance évangélique] est parfaite, elle a été conservée depuis le départ à la lettre près". Or, c'est faux. Nous savons que du IIIème siècle à maintenant, les textes bibliques ont subi relativement peu d'altérations, et que le sens est rarement touché par ces modifications. Mais on ne peut pas dire que la Bible soit conservée à la lettre près, puisqu'on se base sur un très grand nombre de manuscrits différents pour compiler les versions actuelles de la Bible. Ou, une autre fois, une "prophétie" a plus ou moins exclu un membre (il lui a été signalé qu'il n'avait pas le droit de faire ce qu'il venait de faire, à savoir distribuer le pain et le vin de la Cêne) car il avait été baptisé chez les catholiques uniquement, baptême non reconnu par les évangéliques. Tous ces gens étaient pourtant persuadés d'avoir transmis un message de Dieu, ils avaient "senti" que Dieu parlait, et pensaient qu'un tel sentiment ne pouvait pas être humain. A l'aide de la Bible, ils étaient convaincus que Dieu leur révélait que le parler en langues est une bonne chose et enrichit la vie spirituelle du chrétien. Mais d'autres chrétiens évangéliques, à partir de la même Bible, recevaient une "révélation" contraire de la part de "Dieu"! Ils croyaient ainsi que le parler en langues tel qu'il était pratiqué dans ces églises était satanique. Un pasteur contre le parler en langues s'était rendu dans une église où cette pratique existait. Il avait fait une prière dans un dialecte africain. C'était un piège: les gens ont cru qu'il s'agissait d'un parler en langues. Quelqu'un a même donné l' "interprétation" révélée par "Dieu", et ça n'avait rien à voir avec ce que le pasteur avait dit dans sa prière! De plus en plus je remarquais que nos sentiments "incroyables", ce que l'on attribuait à Dieu, ne venait pas forcément de lui et pouvait très bien être purement humain. Parfois c'était d'ailleurs clairement le cas.


Je me rendis aussi compte que les membres d'autres religions, contradictoires avec la Bible, étaient convaincus de la même manière de sentir la présence de Dieu, de vivre des expériences avec lui, d'avoir une relation avec lui, de voir son action dans la vie de tous les jours (sachant que la Bible prétend être la vérité absolue venant de Dieu et exclue toutes les autres croyances qui seraient de fausses doctrines inventées par les hommes et menant à la perdition éternelle). Certains individus avaient été un jour convaincus que "Dieu" leur "révélait" que c'était la Bible la vérité. Mais d'autres étaient persuadé que "Dieu" leur avait "révélé" que c'était le Coran, par exemple (et éventuellement des anciens chrétiens, d'ailleurs, qui disaient avoir rencontré Dieu lors de leur conversion à l'islam), d'autres encore prétendaient avoir trouvé une "illumination" dans le bouddhisme. Etc... De plus en plus, je relativisais ces phénomènes, ces sentiments, qui étaient considérés par la majorité des évangéliques comme des "preuves" que l'Evangile était la vérité. De plus en plus je remarquais que tout cela n'avait rien à voir avec Dieu, mais qu'il était pourtant possible de le croire du comme du fer si l'on s'en persuadait. Mais c'était visiblement faux. A cette époque, je parvenais encore à me satisfaire de pseudo-arguments pour me convaincre que la Bible était la vérité.


Mais ma raison continuait d'évoluer, mon niveau de conscience augmentait. Après le Baccalauréat, j'avais de plus en plus de difficultés à croire. Je réalisais petit à petit que mes connaissances ne me permettaient pas de savoir si oui ou non ce en quoi j'avais cru jusque là était vrai ou pas. Il fallait d'abord vérifier si ma croyance correspondait bien à la vérité, sinon c'était de la malhonnêteté intellectuelle que de dire que je croyais. En fait, ce qui était à l'origine de ma foi pendant l'enfance (le désir de bien faire, l'amour de la vérité), c'est cela même qui a été responsable de la perte de ma foi plus tard. Beaucoup de gens avaient une autre religion (ou pas de religion du tout). La plupart du temps, parce que leurs parents respectifs les avaient élevé dans une autre croyance dès l'enfance. Mes parents m'avaient enseigné que de la même manière que la pluie mouille ou qu'il ne faut pas toucher le feux, sinon l'on se brûle, tout ce que disait la Bible était vrai, Jésus était mort sur la croix pour mes péchés, ressuscité, etc... De la même manière, d'autres parents avaient enseigné à leurs enfants des opinions complètement différentes et contradictoires, c'est pourquoi leurs enfants avaient une croyance contradictoire avec la mienne. D'après ma croyance, ils étaient perdu et allaient vers la punition éternelle. Mais selon leur croyance (parfois), c'était moi-même qui allait en enfer si je ne me convertissait pas à leur religion avant de mourir. Comment pouvais-je être sur que c'était mes parents qui avaient raison, et ceux des autres qui avaient tord? Selon la Bible, les incroyants (ainsi que les croyants à d'autres religions) ne sont pas sauvés, parce qu'ils n'ont pas cru à Jésus-Christ, "le seul chemin au Père".


Les chrétiens évangéliques trouvent que c'est normal: s'ils avaient les moyens de faire des recherches et qu'ils ne les ont pas faites ils passent à côté du "cadeau gratuit du Christ", ils l'ont "volontairement refusé" et ont "préféré la condamnation au salut". Ils sont coupables de ne pas s'être posé la question si leur croyance était la bonne, et d'avoir cru aveuglément, sans chercher à connaître la vérité. Mais cette attitude de remise en question est en revanche mal perçue par eux quand elle est effectuée par un chrétien évangélique: c'est considéré comme un mal d'admettre qu'on ne sait plus, et de remettre en question sa foi par souci de vérité quand on a déjà cru, puisque la foi, la certitude que l'histoire qu'on nous a racontée sur Jésus est vraie, est justement le critère pour "être sauvé" et échapper à un terrible châtiment après la mort, d'après la Bible. Pour les chrétiens évangéliques, avoir une foi inébranlable (qui tient bon quoi qu'il arrive, quels que soient les faits qui remettraient en question notre croyance) est un bien. Lorsqu'on a un doute il faut tout faire pour chasser cette pensée. Pourtant l'attitude de doute me semble n'être que de l'honnêteté intellectuelle. Je trouve que le dogme de la foi obligatoire pour être sauvé est extrêmement pernicieux. A cause de ce principe, le christianisme évangélique et l'islam orthodoxe sont de véritables prisons psychologiques. La foi obligatoire rend quasiment impossible la réflexion libre et l'honnêteté intellectuelle. Quels que soient les faits, le croyant doit rester sur et certain de détenir la vérité, des menaces divines le dissuadent de penser autrement, et il lui est très difficile de se libérer de ce poison psychologique. Ce n'est d'ailleurs pas étonnant que les croyants appartenant à d'autres religions que le christianisme évangélique aient parfois énormément de mal à remettre en question leur religion, au grand dame des évangéliques qui voudraient "les sauver", quand leur religion contient également le dogme de la foi obligatoire pour échapper à la perdition éternelle. En fait, je me rendais compte que précisément à cause de leurs dogmes les évangéliques se rendaient coupables de ce pour quoi ils trouvaient normal que les "incroyants" (dont les croyants d'autres religions) soient punis par des souffrances éternelles.


Il m'est arrivé souvent d'entendre dans les témoignages de conversion des phrases du genre: "J'ai toujours cru que la Bible était la parole de Dieu". Lorsqu'on demande à un évangélique si son opinion peut changer (à propos de sa croyance, ou du contenu d'une partie de la Bible), celui-ci répond que non. De même, un jour j'ai lu un article sur les personnes dont se servait le diable: Descartes était dans la liste. Pourtant, c'est l'attitude de Descartes que les évangéliques demandent d'avoir aux adeptes d'autres religions. S'ils n'ont pas cette honnêteté intellectuelle, ils continueront toute leur vie de croire à leur religion d'origine, et n'ont aucune chance de, peut-être, un jour, croire à ce que dit la Bible. Ce que les évangéliques exigent des adeptes des autres religions (sous peine d'enfer), ils se l'interdisent à eux-même. "Mais ce n'est pas pareil! répondent-ils fréquemment. Moi j'ai déjà donné mon cœur au Seigneur, je suis déjà dans la vérité, il est absurde que je me pose la question que les incroyants doivent se poser!" Fin août 2001 pour la première fois je n'ai plus eu la foi, j'avais très peur à cause des menaces de la Bible vis-à-vis des incroyants, finallement j'ai réussi à me repersuader que je croyais pendant la Toussaint qui a suivi. Ce qui n'a pas empêché qu'à partir de décembre j'avais des crises d'incroyances, par exemple une nuit d'angoisse où j'avais l'impression que je ne croyais plus et où j'avais tout le mal du monde à me convaincre que la Bible était la vérité (à travers la prière, et l'analyse rationnelle des faits sur la Bible qui m'étaient connus).


Au court de l'année j'ai été amené à être de plus en plus avec des Maghrébins, jusqu'à être la plupart du temps avec eux (il faut dire que j'appréciais énormément les Nord-Africaines, et j'étais amoureux de l'une d'elles).


Pendant l'année, un athée m'a prêté un livre: "Jésus contre Jésus", je l'ai pris et j'avais comme projet de répondre à tous les arguments pour le convaincre que la Bible était la vérité; de toute façon avec l'aide de Dieu j'étais sûr que l'affaire allait bien tourner. En fait, l'été a été très dur à cause de ça. Le problème c'est que le christianisme évangélique ne nous demandent pas d'adhérer à une idéologie, ou seulement de pratiquer une religion, mais de croire. Et ça, c'est très dur, pour ne pas dire impossible. En effet, quand quelqu'un nous rapporte une information qu'on ne peut pas vérifier, comment faire pour en être sûr et certain? Alors qu'en fait si l'on est honnête on n'a pas les moyens d'en vérifier la véracité? Et pourtant, il était soit-disant obligatoire de croire pour échapper à la perdition. Même reconnaître sincèrement que l'on ne sait pas conduisait à la punition éternelle.


Donc voilà, j'essayais de répondre aux arguments du livre "Jésus contre Jésus". La plupart des attaques ne sont pas prouvables. Par exemple si l'on dit: "Le déluge global est impossible car l'atmosphère terrestre n'aurait pas pu contenir autant d'eau", on peut toujours s'en sortir avec des arguments comme "La science n'est pas sans erreur, un jour des scientifiques diront que c'est possible", ou encore: "Peut-être que les lois physiques n'étaient pas les mêmes à cette époque? Après tout, n'est-il pas dit que les humains vivaient près de 1000 ans?", ou, dans le pire des cas: "Dieu est en-dessus des lois physiques". Idem pour les histoires des 6000 ans de l'humanité, de la création, etc... Ca ne me posait pas problème. "L'erreur" de la Bible n'est pas prouvable. Il en est tout autrement des contradictions bibliques par exemple (et d'une manière générale de tout problème que l'on remarque avec la Bible seule). On lit qu'un texte dit ceci et qu'un autre texte écrit visiblement par un auteur rival (mais les deux livres antagonistes ont été introduits dans la même Bible au IVème siècle, leurs auteurs ont d'ailleurs dû se retourner dans leur tombe à ce moment-là) dit: non c'est faux, c'est cela! Là on ne peut pas s'en sortir si facilement. Dieu ne se contredit pas: s'il y a réellement contradiction alors on est en présence d'une preuve que la Bible est fausse. J'ai essayé de trouver des explications pour les contradictions, j'ai cherché ce que d'autres évangéliques en disaient, j'ai lu des livres chrétiens qui prétendaient "réfuter" ce genre de critiques, mais je n'arrivais pas à me satisfaire vraiment de mes explications ou de celles des autres (souvent certes possibles, mais aussi très improbables et/ou complètement tirées par les cheveux). De plus, je découvrais certaines atrocités de l'Ancien Testament.


Je me suis rendu compte avec effroi que mes connaissances de la Bible étaient plus importantes que celles de la majorité des autres chrétiens évangéliques (qui étaient souvent troublés si je me mettais à parler de quelque chose qui me posait problème), et que l'autre partie des évangéliques (ceux qui étaient instruits et avaient une bonne connaissance de leur religion) présentait une malhonnêteté intellectuelle flagrante quand il s'agissait de défendre sa foi (ce qui est une conséquence du dogme de la foi obligatoire pour être sauvé).


Pendant cet été, je passais nuit blanche sur nuit blanche à essayer de croire à nouveau, j'avais une peur extrême à l'idée de m'endormir sans la foi, car si je mourais, ou que c'était la fin du monde, j'allais avoir (peut-être? Et le problème c'est que je n'arrivais plus à en être sûr, mais un doute de ce genre n'atténue pas la peur) droit à une éternité de souffrances atroces et indescriptibles. Des versets terrifiants me revenaient à l'esprit, comme le passage Hébreux 6:4-8 où il est dit que si l'on a cru et qu'on a perdu la foi, c'était fini, Dieu ne voulait plus de nous et la foi ne nous serait jamais rendue. Je passais des heures et des heures la nuit à essayer de me persuader que je croyais. Je priais Dieu qu'il me redonne ma foi, ou qu'il me la donne (car dans le dogme du type de christianisme évangélique auquel j'appartenais, une fois que l'on a la foi, on est sauvé, il est impossible de la perdre, et on dit des apostats qu'ils n'ont jamais vraiment eu la foi), et que si quelque chose l'empêchait de le faire, qu'il me change pour qu'il puisse le faire ensuite, et qu'il soit la priorité dans ma vie.


Dans le même temps, je pensais à la Maghrébine dont j'étais amoureux, et je me disais que c'était injuste. Quelqu'un m'a dit que c'était excellent, nous étions les descendants des Huguenots, et que grâce à cela il y avait une bénédiction sur nous, grâce à ce que nos ancêtres avaient fait. J'ai pensé à celle que j'aimais et je n'ai pas du tout apprécié. Un jour, j'ai entendu la prière suivante: "Nous n'avons rien de plus que les autres, nous ne sommes pas meilleurs qu'eux, mais tu nous as choisis et pas eux, c'est un privilège que tu nous as fait, merci Seigneur!", je pensais à celle dont j'étais amoureux et je pleurais. J'ai eu aussi un complexe d'infériorité: je me disais que si elle avait été dans ma situation elle aurait été sauvée alors que moi j'étais né dans la meilleure des situations possibles, parents croyants, avec la vraie foi et pas la perversion du christianisme qu'est le catholicisme (d'après la vision traditionnelle des évangéliques), et pourtant je n'arrivais pas à croire. Je correspondais à l'image donnée par une des épîtres de Pierre à propos de l'apostat: le chien retourne à ce qu'il a vomi et le porc, après avoir été lavé, retourne immédiatement se rouler dans la boue (2 Pierre 2:22). Sur une mauvaise terre, il ne peut pousser que des chardons, même si celle-ci est bien arrosée (allusion à Hébreux 6:7-8). J'avais l'impression d'être très très abondamment arrosé (enseignement biblique très présent) mais une terre immonde, et rien ne poussait. Je pensais à ceux qui n'avaient pas la chance d'être arrosé mais qui présentaient une terre sans doute bien meilleure que la mienne, et je me sentais très mal.


Ce complexe-là s'est transféré dans tous les domaines: à la rentrée (septembre 2002), la fille dont j'étais amoureux n'a pas eu de chambre, à cause d'une injustice. J'ai immédiatement adhéré à l'Unef, mais rien ne s'est fait (ils voulaient la voir elle-même mais elle n'a jamais voulu rencontrer les responsables de ce syndicat, pour une raison que j'ignore). Elle a travaillé plus de 20 heures par semaine en plus des études, jusqu'à la Toussaint, et elle s'est planté à cause de ça. Je me disais que j'étais vraiment favorisé, qu'à sa place j'aurais été vraiment hyper nul et que c'était injuste. Sinon, j'avais de moins en moins peur en matière de religion, bien que ma foi ne se reformait pas; mais bon la vie continuait, et je commençais à m'habituer à vivre sans la certitude que la Bible était bien la Parole de Dieu, malgré les terribles menaces de la Bible à ce sujet, mais de toute façon je n'y pouvais rien.


Il y avait une fille qui venait du bled que j'aidais en physique. En mars elle s'est mise à mettre le hijab et on a beaucoup discuté religion suite à cela. J'avais peu de temps, parce que je faisais de l'accompagnement scolaire, j'en avais mare d'être privilégié et je voulais moi aussi travailler pendant les études. Pendant les 3 mois de vacances j'ai travailler sur mon lieu d'études exactement pour la même raison. Il m'était alors difficile de supporter le moindre privilège par rapport à celle dont j'étais amoureux. Par la même occasion, j'ai commencé à connaître sérieusement l'islam. Ayant perdu la foi évangélique, je me disais de plus en plus que c'était probablement l'islam qui était la vérité. Les autres religions n'étaient pas crédibles à mes yeux et ne devaient pas tenir la route cinq minutes rationnellement parlant (et d'ailleurs elles ne prétendaient même pas toutes être la vérité absolue, ce qui, pour moi à cette époque, était éliminatoire). Il faut dire que j'étais toujours dans ma logique évangélique: il me fallait absolument trouver la "vérité absolue" avant de mourir, sinon je courais un grand danger (enfer). Donc c'était islam (orthodoxe) ou christianisme (évangélique) (au sujet de ces distinctions, voire cet article), et probablement l'islam. Au début cela se passait plutôt bien, beaucoup d'erreurs des évangéliques ont joué en faveur de l'islam. Comme par exemple: j'avais entendu que dans le Coran il était demandé de tuer tous les non-musulmans. Je tombais de haut en apprenant que non, que le statut de dhimmi était accordé aux non-musulmans en Terre d'islam, mais qu'ils pouvaient conserver leur religion (je ne savais pas que cela n'était valable que pour les gens du livre d'après l'opinion majoritaire, et d'après ce qu'on m'avait dit la guerre sainte, de toute façon, était uniquement défensive). J'étais furieux contre certains pasteurs qui m'avaient trompé. Les miracles scientifiques, oui, ça semblait convainquant, certains en tout cas, il fallait que je creuse plus sérieusement la chose avant de croire, mais ça semblait crédible.


J'ai eu un choc, par contre, lorsque j'ai découvert dans un des livres que je m'étais procuré dans une librairie islamique, puis en lisant les hadiths correspondants, que celui qui quittait l'islam était passible de mort. De plus, la sourate 9 me troublait, de même que nombre de hadiths que je lisais. J'ai décidé d'aller voir des imams pour régler ces problèmes. Et de discuter aussi avec une catholique convertie à l'islam. Je me disais qu'elle avait dû rencontrer les mêmes problèmes que moi mais qu'elle était parvenue à les résoudre puisqu'elle s'était convertie. Je lui ai parlé de mon problème concernant la Sourate 9, mais... elle ne connaissait pas cette sourate............ Et j'ai eu l'occasion de voir qu'il en était de même avec la majorité des nouveaux convertis à l'islam. Généralement, ils étaient très ignorants de cette religion. Par exemple quasiment aucun n'avait entendu parler de la peine de mort en cas d'apostasie, quand j'en parlais ils tombaient généralement de haut.


Je suis allé voir des imams. Ca ne s'est pas bien passé. Par exemple une fois j'ai demandé ce qu'il en était des enfants des musulmans: s'ils choisissaient de ne pas être musulmans, cela était une apostasie parce que dans leur enfance ils avaient étés évidemment de la même religion que leurs parents. Mais ils n'avaient pas choisis, alors peut-être que pour eux ça se passait différemment? Sinon, il s'agissait, selon moi, d'une conversion forcée à l'islam. L'imam, très mécontent que je pose cette question (mais bon si j'étais venu c'était pas pour des prunes, je voulais résoudre de vrais problèmes), m'a répondu: "Les enfants des musulmans sont musulmans", ce qui voulait tout dire. J'ai appris plus tard qu'un imam disant de telles choses peut être condamné ou expulsé hors de France. D'où la gêne de cet imam pour parler de ça. On a abordé beaucoup de choses mais les réponses n'étaient pas satisfaisantes.


A la fin des vacances, j'ai avoué à mes parents ce qui m'arrivait. Ils ont pris un rendez-vous avec un pasteur, afin que l'on puisse discuter de tout ça, pour me convaincre à nouveau. On a discuté un certain temps, le pasteur a été moyennement convainquant. Mais à la fin il m'a dit: "Il faut que vous vous convertissiez avant ce soir. Sinon vous ne le ferez pas. Vous ne pouvez pas savoir ce qui va vous arriver cette nuit, peut-être que vous allez mourir, auquel cas vous seriez perdu si vous n'avez pas pris la décision de suivre Jésus-Christ avant. Même, je devrais vous demander de vous convertir immédiatement. Vous pourriez avoir un accident de voiture sur le chemin du retour". Nous sommes rentrés, moi et mon père, sans avoir d'accident. Le soir, j'avais très peur. J'essayais de me persuader que je croyais, je priais aussi, pour que Jésus "entre dans ma vie" (ce qui est une mauvaise méthode, je ne laissais pas le choix à Dieu, en quelque sorte j'exigeais de sa part qu'il soit le Dieu décrit par la Bible, son auteur, alors que tant que je ne savais pas, je n'avais aucune raison de lui demander qu'il me révèle précisément ce fait si en fait je n'en savais rien; mais j'étais très nerveux à cause des menaces bibliques dont m'avait parlé le pasteur). Je décidais de croire même si je ne savais pas et que la Bible contenait pour moi des problèmes non-résolus. C'est pourtant impossible, si l'on est honnête. On ne choisit pas de croire. La croyance s'impose ou disparaît d'elle-même suivant les faits que l'on connaît. Mais j'avais très peur de mourir sans la foi, et ce soir-là je me disais qu'aussi bien ce pasteur avait prophétisé à mon sujet, et que ce qu'il avait dit était un avertissement de Dieu afin que je "naisse de nouveau" avant de mourir, pour que j'échappe au tourment éternel.


Au bout de plusieurs heures, j'ai réussi à être persuadé que ça y est, je croyais, j'étais sur que la Bible était la parole de Dieu, que Jésus était mort sur la croix pour mes péchés, et ressuscité. Je me sentais tout-à-coup très bien, très heureux. J'ai écrit une lettre pour ma famille au cas où je meure, pour qu'ils soient rassurés sur ma destination éternelle: "Si cette nuit j'ai eu un problème, ne vous inquiétez pas, je suis sauvé!". Le lendemain, je me suis réveillé. J'ai annoncé la nouvelle à mes parents, qui ont décidé qu'on fasse une fête dans un restaurant le soir. Au cours de cette fête, j'allais annoncer la nouvelle à mes sœurs, ce qui était une drôle de situation, car elles ne savaient pas ce qui m'était arrivé, mes recherches sur l'islam, etc... C'était d'autant plus une drôle de situation que dans l'après-midi j'avais sans cesse des débats dans ma tête où j'étais opposé au pasteur que j'avais rencontré la veille, et je défendais le point de vue critique de la Bible. J'essayais de lutter contre ça, mais les arguments contre le dogme évangélique étaient pertinents, et ce que m'avait poussé à faire ce pasteur était une absurdité, au-dedans de moi je m'en rendais compte même si je ne voulais pas l'accepter à ce moment-là. Le soir, on a fait la fête au restaurant. Quelques jours plus tard, j'ai repris les études, dans une autre ville. J'ai pris contact avec un groupe biblique universitaire. Mais les faits que je connaissais sur la Bible me revenaient sans cesse à l'esprit, et mon amour pour la vérité me le faisait supporter difficilement. Ma foi baissait, ma colère contre ce pasteur augmentait, de plus en plus je reconnaissais que je n'avais fait cette "conversion" qu'à cause de la peur de l'enfer, et que la crainte d'être tourmenté pendant l'éternité m'avait poussé à renoncer à mon désir de vérité. Finalement, j'ai de nouveau accepté le fait que je ne croyais pas, et j'étais de nouveau au même point qu'avant avoir rencontré ce pasteur.


Cette année-là j'avais, à mon université, un bien meilleurs accès à internet, si bien que je faisais des recherches sur l'islam, le christianisme, via le web. J'ai découvert les forums. Je n'ai pas apprécié la manière dont se passaient les débats. Aussi bien les évangéliques que les musulmans orthodoxes étaient bourrés de certitudes, et quoi qu'il arrivait ils restaient toujours convaincus d'avoir raison (leurs religions respectives les y obligent, sinon ils croient qu'ils iront en enfer); alors qu'il y a une seule vérité, et que si Dieu a révélé une religion à laquelle il est obligatoire de croire pour être sauvé, alors toute personne sincère doit finallement reconnaître cette vérité, même si, pour différentes raisons, elle appartenait à autre religion auparavant. Mais internet ne me permettait pas de démêler le fil de l'énigme religieuse. C'est pourquoi je suis allé dans une mosquée en vue de rencontrer des musulmans convertis. Le responsable de la mosquée a pris un rendez-vous avec l'un d'eux. Alors que nous étions en route, je lui ai dit que la peine de mort en cas d'apostasie me gênait beaucoup dans l'islam. Il m'a répondu: "Qui t'a dit ça? C'est faux! Il n'y a pas de peine de mort en cas d'apostasie dans l'islam!" pour me dire, plus tard, quand il s'est aperçu que c'était trop tard, je savais: "Oui, c'est vrai, en islam l'apostat est tué". Autant de choses qui la foutent très, très mal. Il faut dire aussi qu'on en avait parlé avec le converti (qui lui faisait partie des rares personnes que j'ai vues qui s'étaient converties en toute connaissance de cause, en connaissant bien le Coran et la sounna), et que ce dernier m'avait confirmé, devant le sous-président de la mosquée, qu'un musulman qui abandonnait l'islam devait être tué. Le sous-président m'a d'ailleurs invité dans un kébab quelques jours plus tard pour savoir où j'en étais. Il s'en est pris plein la gueule, à cause de ça et d'autres idioties qu'il m'avait déblatéré. Comme par exemple: le soir où j'avais rencontré le musulman converti, ce dernier m'avait dit qu'il avait totalement arrêté la musique car c'était interdit dans l'islam. J'avais vraiment eu un choc et je me disais qu'il y avait des tas de choses extrêmement difficiles à accepter dans cette religion et que si autant de monde s'y convertissait c'était par ignorance d'une bonne partie de son contenu (ce qui se vérifiait d'ailleurs). Et bien le sous-président de l'association, quand je lui en ai parlé, a dit: "Oh, mais tu sais, moi je suis musulman, mais j'écoute la musique, et en Algérie, tout le monde écoute la musique". Ce n'était pas sérieux. Encore il aurait dit: "Mon opinion c'est que la musique n'est pas interdite parce que ci, parce que ça. De plus il n'y a pas de peine de mort en cas d'apostasie, voici les textes qu'utilisent ceux qui la justifie, et voici pourquoi moi je n'y crois pas", d'accord! Mais là, sa manière de régler les problèmes était particulièrement Imbéc..., notamment pour toute personne qui recherche la vérité venant de Dieu pour s'y soumettre.


Par contre le musulman converti était très honnête, à tel point qu'il ne me cachait rien, même ce qui était susceptible de me choquer de manière très grave. J'ai découvert des choses que je n'aurais jamais acceptées l'été précédent, et si on avait commencé par me présenter ça, je serais parti en courant. Mais là désormais j'étais à même d'accepter ces choses, et ce en grande partie à cause de la Bible, car je découvrais les mêmes choses voire pire dans l'Ancien Testament, ce qui m'interdisait de dire: "S'il y a ça dans l'islam, ça prouve que ce n'est pas la vraie religion! Dieu n'aurait jamais demandé de faire ça!" comme le font beaucoup de chrétiens évangéliques qui oublient allègrement le contenu de leurs propres "écritures sacrées". Si je choisissais de croire ce que disait la Bible, je devais donc accepter des choses pires. Donc malgré le fait que je découvrais des contenus difficiles à accepter dans les sources islamiques, je ne me décourageais pas et je continuais ma recherche. Cet homme vivait en appliquant le plus possible le Coran et la sounna. Je ne voyais jamais sa femme qui frappait à la porte pour apporter un plat, pour que son mari aille le chercher et qu'on ne la voit pas. Un jour lors d'un reportage à la télé sur les prisonniers à Guantanamo, il a dit: "Hamdoulila, nos frères à Guantanamo! Oui c'est incroyable la propagande qu'on fait pour descendre Ben Laden alors que c'est un vrai musulman!". Tous les musulmans n'avaient pas la même conception que lui, mais j'avais l'impression qu'il avait le Coran et la sounna de son côté. Actuellement, je pense que ce n'est pas si simple si l'on considère le Coran seul, si peu clair qu'on peut lui faire dire tout et son contraire. Mais son point de vue correspond à ce que j'appelle désormais " l'islam orthodoxe ", la religion basée sur le Coran, la sounna, le consensus (et qui n'a pas forcément grand chose à voir avec d'autres types d'islam qui savent prendre leur distance vis-à-vis de certaines de ces sources, et qui ne prétendent pas forcément être "la vérité" à laquelle tout le monde devrait croire). Petit à petit, je suis devenu agnostique. Pour ces raisons et aussi pour diverses raisons rationnelles dont un grand nombre se trouvent sur ce site.


Avec le temps, je me suis résolu au fait que Dieu, s'il existe, n'a pas envoyé de religion (ce qui, tout bien réfléchi, me paraissait même impossible, voir cet article). Au début cela a été très dur parce que pendant toute mon enfance j'avais été habitué à être sur que la mort n'était rien, qu'après on se retrouverait pour vivre éternellement (j'ai considéré encore longtemps cela comme probable voire très probable). Mais bon aucune religion "absolutiste" n'était satisfaisante. Je considérais alors que la vie était un immense jeu de piste et que le but, c'était de vivre une aventure incroyable, de chercher des indices pour résoudre une partie de la vraiment passionnante énigme existentielle. Après cette phase agnostique-déiste, je suis finalement devenu athée ( j'expose ici quelques raisons ).
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum