L'Évangile au deuxième siècle

Aller en bas

L'Évangile au deuxième siècle

Message  Arlitto le Lun 20 Juin - 13:25

L'Évangile au deuxième siècle


En examinant la formation historique de l'Évangile "Nouveau Testament", entre le moment où Jésus a commencé à prêcher et celui où Jean écrivit le dernier récit de l'Évangile, entre 80 et 95, nous n'avons pas trouvé de preuves d'une possible altération de la Bible. 

Les manuscrits (papyri) datant de l'an 200 environ. A eux seuls, ces deux documents constituent presque 40% de notre Évangile.

Mais durant la centaine d'années qui sépare les écrits de la fin du premier siècle de ces papyri de la fin du second siècle, le texte de l'Évangile n'a-t-il pas pu être altéré ??? 

.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13125
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Évangile au deuxième siècle

Message  Arlitto le Lun 20 Juin - 13:25

Les témoins post-apostoliques


Clément de Rome (96 ap. J.-C.)

La première lettre aux Corinthiens a été écrite vers l'an 55 de notre ère. Quarante ans plus tard, en 96, un certain Clément, évêque de Rome, écrivit une lettre à l'Eglise de Corinthe, comme Paul l'avait fait avant lui. Dans cette lettre, Clément écrit : "Reprenons la lettre du bienheureux apôtre Paul."

A quelle lettre Clément fait-il allusion ??? A la Première Épître aux Corinthiens, cette lettre qui constitue le premier écrit de la doctrine de l'Évangile. Il cite le passage de 1 Corinthiens 15.20, en disant :
"... Le Seigneur ne cesse de nous montrer les indices de la future résurrection dont il nous a donnés les prémices, en ressuscitant des morts le Seigneur Jésus-Christ."

A côté de nombreuses autres citations empruntées à 1 Corinthiens, Clément paraphrase, ou cite, des passages de l'Évangile de Matthieu et de cinq autres écrits du Nouveau Testament :1 Pierre, Jacques, Hébreux, ainsi que les épîtres de Paul aux Romains et aux Ephésiens.

On peut considérer comme normal que Clément ait eu connaissance de la lettre de Paul aux Romains, puisqu'il appartenait à l'Eglise de Rome. Mais les autres lettres avaient été destinées à des églises disséminées en Grèce et dans ce qui est la Turquie actuelle. Cela prouve combien très tôt ces lettres ont circulé parmi les chrétiens.

Nous constatons sur l'extrait ci-dessus qu'il ne s'était effectué aucun changement dans la doctrine de l'Évangile, entre le moment où Paul écrivit, en 55, et celui où Clément en fait une citation quarante ans plus tard. 

.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13125
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Évangile au deuxième siècle

Message  Arlitto le Lun 20 Juin - 13:26

Lettre de Polycarpe aux Philippiens (an 107)


Polycarpe est né en 69 ou 70 de notre ère, en Asie (actuelle Turquie). 

Il entendit l'évangile de la bouche de l'apôtre Jean qui vécut sa vieillesse en Turquie. D'après Irénée, Polycarpe aurait eu de nombreux entretiens familiers avec plusieurs personnes qui avaient vu le Christ. Vers la fin de sa vie, il devint évêque de l'Eglise de Smyrne, à environ 65 km au nord d'Ephèse. Smyrne existe encore, mais sous le nom d'Izmir, une ville de 200 000 habitants. 

Vers l'an 107, Polycarpe écrivit une lettre à l'Eglise des Philippiens, Eglise fondée par Paul dans les années 49-50. 

Dans sa lettre, il se réfère "aux apôtres qui nous ont prêché l'Évangile et aux prophètes qui nous ont annoncé la venue du Seigneur" (VI.3). A trois reprises, il mentionne Paul nommément, et rappelle que Paul avait prêché aux Philippiens et leur avait aussi écrit. Il attribue à la lettre de Paul aux Éphésiens le titre d' "Écriture", ce même mot désignant déjà la Torah de Moïse. 

"Je suis assuré que vous êtes très versés dans les Saintes Lettres... comme il est dit dans ces Écritures : Si vous vous mettez en colère, ne péchez pas; que le soleil ne se couche pas sur votre colère (citation d'Éphésiens 4.26). Heureux qui s'en souvient... Que Dieu le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, et lui-même, le grand prêtre éternel, le fils de Dieu, Jésus-Christ, vous fasse grandir dans la foi et dans la vérité... ". 


"... Notre Seigneur Jésus-Christ, qui a accepté pour nos péchés d'aller au-devant de la mort ;... Sans le voir, vous croyez en lui avec une joie ineffable et glorieuse, à laquelle beaucoup désirent parvenir, et vous savez que c'est par grâce que vous êtes sauvés, non par vos œuvres (citation d'Éphésiens 2.8). "

Les extraits en caractères gras que nous avons soulignés montrent que Polycarpe acceptait résolument la doctrine de l'Évangile. Dans sa courte lettre de 7 pages environ, il fait allusion à l'Évangile selon Matthieu, au livre des Actes, à l'Épître aux Romains, à 1 Corinthiens, aux Galates, à 2 Thessaloniciens, à 1 Timothée, à 1 Pierre, à 1 Jean ainsi qu' à l'Épître aux Éphésiens. Dix des vingt-sept livres du Nouveau Testament sont donc mentionnés. 

Ces dix livres, écrits dans des endroits aussi divers que la Palestine, la Turquie, la Grèce et Rome, étaient donc déjà bien connus de Polycarpe une quinzaine d'années après la mort de l'apôtre Jean. N'est-ce pas une preuve supplémentaire de la large diffusion des écrits du Nouveau Testament très tôt dans l'histoire ?

.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13125
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Évangile au deuxième siècle

Message  Arlitto le Lun 20 Juin - 13:27

Pline le Jeune (an 112)


Le dernier témoin que nous allons citer est un historien romain. 

Pline le Jeune était gouverneur de la province de Bithynie (au nord de la Turquie) en l'an 112. En sa qualité de gouverneur, il écrivit de nombreux rapports à l'empereur Trajan et lui demandait des directives pour administrer sa province. Il se plaignait de ce que plus personne ne sacrifiait aux divinités romaines (idoles) et de ce que les temples étaient tombés en ruines à cause des chrétiens. Il commença à mettre à mort les chrétiens qui refusaient d'adorer la statue de l'empereur ou de sacrifier aux dieux romains. Il s'efforça de les amener à "maudire le Christ". On lui avait dit, en effet, qu'aucun chrétien authentique n'abjurerait sa foi au Christ. 

Dans la même lettre Pline décrit ce peuple éprouvé : 

"Ils affirment que leur seul crime, ou leur seule erreur, c'est de s'assembler à jour marqué avant le lever du soleil, pour chanter tour à tour des hymnes à la louange du Christ comme d'un Dieu. Ils s'engageaient par serment, non à quelque crime, mais à ne point commettre de vol, de brigandage, d'adultère, à ne point manquer à leur promesse, à ne point nier un dépôt." 

Ainsi, dans le témoignage de cet auteur païen, les extraits en caractères gras attestent que les chrétiens professaient leur foi en la doctrine de l'Évangile et qu'ils étaient même prêts à sacrifier leur vie pour elle.

.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13125
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Évangile au deuxième siècle

Message  Arlitto le Lun 20 Juin - 13:27

Anciens manuscrits de quelques-uns des livres de l'Evangile-Nouveau Testament


Fragment papyrus de l'Evangile selon Jean daté de 135 environ 

Le plus ancien manuscrit d'une portion d'un livre néo-testamentaire est un fragment de l'Évangile selon Jean. Il se trouve à la Bibliothèque John Ryland à Manchester et porte le N° p 52. Il s'agit d'un tout petit papyrus qui ne comporte que Jean 18.31-33 sur une face et quelques mots des versets 37 et 38 sur l'autre. 

Malgré la petitesse de ce manuscrit, celui-ci revêt une grande importance à cause de son ancienneté et du site sur lequel il a été découvert. 

Le Dr Bruce Metzger, professeur de langues et de littérature néo-testamentaires au Séminaire Théologique Princeton, en donne une appréciation détaillée dans son ouvrage The Text of the New Testament. Voici un extrait : 

"En se basant sur le type d'écriture, C.H. Roberts (qui découvrit le manuscrit) data ce fragment de la première moitié du second siècle. Bien que tous les savants ne soient pas d'accord sur l'étroitesse de la fourchette de datation, des paléographes comme Sir Frederic G. Kenyon, W. Schubar, Sir Harold I. Bell, Adolf Deissmann, Ulrich Wilcken et W.H.P Hatch partagent le jugement formulé par Roberts." 

"Bien que le texte figurant sur ce papyrus soit très réduit, il n'en possède pas moins, pour un point particulier, une valeur aussi estimable qu'un codex entier... 

En effet, il prouve l'existence et la diffusion du quatrième Évangile (celui de Jean) dès la première moitié du second siècle, et ce, dans une petite ville de province, sur les bords du Nil, bien loin de l'endroit où l'on situe traditionnellement la rédaction de cet Évangile (Éphèse, dans l'actuelle Turquie). "

.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13125
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Évangile au deuxième siècle

Message  Arlitto le Lun 20 Juin - 13:28

Si nous admettons comme date à laquelle ce manuscrit a été copié l'an 135, nous avons une preuve que l'Évangile selon Jean était en usage en Egypte, le long du Nil, 40 ou 45 ans après sa rédaction. Il y avait donc à cette date des centaines de copies de cet Évangile qui étaient lues par des centaines de milliers de chrétiens. 

Alors, si quelqu'un avait souhaité modifier le contenu de l'Évangile écrit ou de la doctrine de l'Évangile, comment aurait-il pu falsifier ou changer les mots dans tant de copies simultanément, ou modifier la connaissance qui s'était profondément ancrée dans tant de cœur et de consciences ? 


Papyrus de 1'an 200

Les deux derniers manuscrits que nous voulons examiner sont des papyri datés de 200 environ. Le premier, répertorié p75 se trouve actuellement à la Bibliothèque Bodmer, à Coligny, près de Genève, en Suisse. Il devait comporter, à l'origine, les Évangiles selon Luc et selon Jean. Sur les 144 pages que comptait le manuscrit, il en reste 102, soit 70 %. Il constitue la plus ancienne copie connue de l'Évangile selon Luc et l'une des plus anciennes de l'Évangile selon Jean. 

L'intérêt de ce document, c'est qu'il possède intacts les trois derniers chapitres de Luc et les treize premiers de Jean en entier, ce qui est de la plus haute importance pour l'étude de la doctrine chrétienne. 

Le premier chapitre de Jean fait allusion à la préexistence de la "Parole" de Dieu, "Parole" qui s'est incarnée. Les trois derniers chapitres de Luc font état de la mort de Jésus sur la croix et de trois de ses apparitions après la résurrection. Sur le document, le récit de ces trois apparitions : la première, aux deux disciples sur le chemin d'Emmaüs ; la seconde, à Pierre ; et la troisième, à tous les apôtres réunis, à l'exception de Thomas. Chapitre I de la sixième section présente le texte de Jean 14.16 du même papyrus. 

Quant au second manuscrit envisagé dans ce paragraphe. Il est constitué de 86 feuilles d'un Codex papyrus qui en comptait 114 à l'origine. Nous possédons par conséquent environ 75% du texte initial. Il est conservé au Musée Chester Beatty à Dublin, en Irlande. Il comprend dix Épîtres de Paul classées dans l'ordre suivant : Romains, Hébreux, 1 et 2 Corinthiens, Éphésiens, Galates, Philippiens, Colossiens, 1 et 2 Thessaloniciens. 

Comme on peut s'attendre d'un document aussi ancien, le début et la fin du manuscrit sont endommagés et le texte correspondant à ces pages est perdu. Néanmoins, 1 Corinthiens, rédigé en 55, cité par Clément en 96 et par Polycarpe en 107, est quasiment intact. 

70% du contenu des deux Évangiles et 75% du contenu des lettres de Paul sont conservés dans ces manuscrits.

Ces pourcentages élevés garantissent la fiabilité des conclusions qu'on peut tirer. Si les 70% et les 75% des anciens textes en notre possession sont en parfait accord avec les textes plus complets que nous avons et qui datent de 150 ans plus tard, on peut raisonnablement affirmer que les 25 ou 30% perdus seraient également en harmonie. De plus, il faut remarquer que le contenu de ces manuscrits représente près de 40% de la totalité de l'Évangile.

 70% de l'Évangile selon Luc et selon Jean constituent plus "qu'un fragment". Cette forte proportion de texte similaire prouve que l'Évangile écrit et la doctrine de l'Évangile étaient en l'an 200 identiques à ce que nous possédons aujourd'hui. 


Papyrus p75, daté de l'an 200 contient 3 apparitions de Jésus après sa résurrection (Luc 24.31-50).

.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13125
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Évangile au deuxième siècle

Message  Arlitto le Lun 20 Juin - 13:28

Autres témoins en faveur du texte de l'Évangile du second siècle


Entre les années 150 et 180, le Nouveau Testament fut traduit en vieux latin et en syriaque, appelé aussi araméen. Nous ne possédons pas les originaux de ces traductions, mais nous en avons des copies datées des 4° et 5° siècles.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 
Le diagramme 4 présente un cas de filiation entre trois manuscrits. S'il y a concordance entre le texte de la traduction latine C daté du 5e siècle et celui d'une copie grecque remontant à l'an 200 ou 350 (sans que le latin soit la traduction directe de ce manuscrit grec B), c'est bien la preuve que nous possédons le texte exact du manuscrit grec d'origine A de l'an 150, date de la traduction.

Citations de l'Evangile-Nouveau Testament faites par des auteurs chrétiens primitifs

Témoignage de Tertullien ayant vécu entre 160 et 220. Il était ancien dans l'Eglise de Carthage, en Afrique du Nord. II fait, dans ses écrits, plus de 7000 citations des écrits du Nouveau Testament, dont 3800 pour les seuls récits de l'Évangile. La comparaison entre le texte de ses citations et celui correspondant de nos versions actuelles prouve à l'évidence qu'il n'y a aucun changement notable.

Copies complètes de I'Evangile-Nouveau Testament du milieu du 4e siècle

Le Codex Vaticanus et le Codex Sinaïticus. Les deux manuscrits remontent au milieu du 4e siècle. Ces manuscrits ainsi que les papyrus plus anciens, sont à la base des traductions modernes. Selon toute évidence, ils contiennent la doctrine de l'Évangile. 
Codex Sinaïticus du milieu du IVe siècle. Dans cet extrait figure le texte: "Le Logos (Verbe) a été fait chair et il a habité parmi nous" (Jean 1.14). 


Diagramme présentant ma formation et la diffusion de l'Évangile

En résumé, nous pouvons dire que dès l'an 200, l'Évangile de Jésus le Messie, tel que nous le possédons aujourd'hui, était connu dans tout l'Empire romain. Le diagramme suivant présente simplement, et dans ses grandes lignes, la formation et la diffusion de l'Évangile. 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Quand aurait-il pu être changé ?"


Les disciples de Jésus auraient-ils modifié l'Évangile de leur vivant ??? 

Aucun chrétien ne peut accepter une telle hypothèse. Même si la dernière page de l'Évangile selon Marc a été égarée, il n'en demeure pas moins que le TOMBEAU ÉTAIT VIDE ! Et les apparitions de Jésus à ses disciples, après la résurrection, sont décrites d'une façon suffisamment détaillée et complète dans les trois autres Évangiles.

Alors, l'Évangile aurait-il été falsifié entre 90 et 150 ???


 Il y avait à cette date des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de croyants un peu partout dans l'Empire romain. Des centaines, peut-être des milliers, de ces croyants avaient entendu l'Évangile de la bouche des disciples mêmes de Jésus. Peut-on imaginer sincèrement qu'un changement important soit intervenu sur un point fondamental de la doctrine durant cette période ??? Une telle initiative paraît totalement impossible.

.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13125
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Évangile au deuxième siècle

Message  Arlitto le Lun 9 Juil - 11:20

Où sont les manuscrits originaux des quatre évangiles ? 



Si Jésus apparaît comme une figure éminente dans l’histoire de l’humanité, sa vie, ses actes et son message réels demeurent paradoxalement assez méconnus. Dans quel milieu a-t-il vécu, qu’a-t-il dit, fait et transmis ? Et que penser de la valeur historique des récits évangéliques, au-delà des discours dogmatiques et des strates culturelles accumulées depuis deux millénaires ?
Conçue et dirigée par Joseph Doré, voici la grande synthèse inédite des données établies (ou discutées) par la recherche historique, qui répond sans tabou à toutes les interrogations du public. Outre une lecture critique des textes, elle propose aussi les regards croisés de philosophes, psychanalystes, écrivains et autres personnalités chrétiennes, juives, musulmanes, athées et agnostiques.
Un ouvrage de référence sur un personnage unique, Jésus, qui garde son mystère et interroge chacun de nous sur le mystère qu’il est à lui-même.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13125
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Évangile au deuxième siècle

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum