Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:02

Rappel du premier message :

Qui est "Mahomet" selon les musulmans

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[ltr][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][/ltr]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 
Sa date de naissance 

Ibn Ishâq privilégie l'opinion selon laquelle, la naissance du prophète (صلى الله عليه و سلم) eut lieu après douze nuits écoulées du mois de Rabî' Al-Awwal de l'An de l'Eléphant. Ibn Abî Shayba relate cette opinion selon Jâbir et Ibn 'Abbâs et d'autres. 
Selon Abou Qatâda (رضي الله عنه) , on interrogea le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) sur le jeûne du lundi. Il dit : "C'est un jour où je suis né et où je fus suscité comme Messager". (Mouslim) 

L'origine de son prénom 

Un jour, 'Abd Al-Mottalib était en voyage au Shêm, accompagné de 3 hommes. C'est alors qu'ils rencontrèrent en chemin un Rabbin qui leur demanda de quelle ville ils venaient. Quand il su que ces hommes venaient de la Mecque, il leur répondit que de leur ville sortira un prophète, et qui s'appellera Mouhammad. 

Espérant qu'il s'agisse du leur, ces hommes ont tous décidé de donner ce nom à leur prochain fils qui naîtra, ce que fit 'Abd Al-Mottalib pour son petit-fils, le Prophète (صلى الله عليه و سلم). 

Quelques signes relatifs à sa naissance et annonçant sa mission future 

A la Mecque 

Quand Âmina engendra le Prophète (صلى الله عليه و سلم), un Ange vint lui dire : Tu viens d'engendrer le meilleur de cette communauté. Quand tu le mettras au monde, tu diras : "Je prie Allâh l'Unique de le protéger contre tout envieux. Le signe qui confirme ce que je dis est que sa naissance sera accompagnée d'une lumière qui éclairera les palais de Bosra au Shêm. Appelle-le alors Mouhammad, le loué, car dans la Thora il est appelé Ahmed. Il sera loué par ceux qui se trouvent aux cieux et sur la terre". 

Interrogé sur sa personne, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dira plus tard : "Je suis l'accomplissement du vœu formulé par mon père Ibrahim et l'heureuse annonce faite par 'Issa. Et ma mère a vu, quand elle me porta, jaillir d'elle une lumière par laquelle lui étaient illuminés les palais de Shêm." 

Contrairement aux autres femmes, Âmina ne sentait rien des douleurs qui accompagnent les femmes au cours de leurs grossesses. C'est ainsi qu'elle n'était nullement affaiblie. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) naquit en s'appuyant sur ses mains et en levant la tête au ciel. Aussi, il (صلى الله عليه و سلم) était circoncis et son cordon ombilical était déjà coupé. 

Notons qu'à sa naissance, l'Envoyé était orphelin de père car celui-ci tomba malade lors d'un voyage au Shêm, suite à quoi il décéda à Médine chez ses oncles. Cet événement se passa quelques semaines avant que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) ne naisse. 

En dehors de la Mecque 

En Perse, le feu sacré qu'adoraient les Rois Mages s'éteignit et cela ne s'était pas produit depuis 1000 ans. Des églises s'écroulèrent autour du lac Sawa où elles plongèrent. Le rapporte de ces signes est d' At Tabari, d'Al Bayhaki et d'autres. La chaîne de transmission n'est cependant pas fixe et nette. 

A Médine, Hassan Ibn Tâbit, qui sera plus tard le poète du Prophète (صلى الله عليه و سلم), raconte, dans son témoignage : "J'étais dans la région où se trouvaient les juifs (à Médine), et 1 des Rabbins est monté sur un mur et s'est écrié : " Ô communauté de juifs ! Aujourd'hui est apparue l'étoile de Ahmed !" 

Les juifs avaient en effet l'habitude de scruter le ciel, car ils étaient très biens informés par les livres saints de la naissance prochaine d'un prophète, et savaient qu'à sa venue, il y aurait sur le ciel, une étoile qui n'apparaît qu'à sa naissance (صلى الله عليه و سلم).
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13363
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas


Re: Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:08

Le mode de vie simple de Mohammed

 Si nous comparons le mode de vie de Mohammed avant sa mission comme prophète et son mode de vie après le début de sa mission, nous en conclurons qu'il n'est pas raisonnable de croire que Mohammed était un faux prophète, qui prétendait avoir reçu la prophétie dans le but d'acquérir des biens matériels, de l'importance, de la gloire ou du pouvoir. Avant sa mission comme prophète, Mohammed n'avait aucun souci financier. En tant que marchand réputé et prospère, Mohammed gagnait un salaire satisfaisant et suffisant. Après le début de sa mission comme prophète, et à cause de cette mission, sa situation matérielle se détériora. Pour illustrer ce point, voici quelques hadiths sur son mode de vie: A'isha, la femme de Mohammed, a dit: "Ô mon neveu, il nous arrivait de voir passer trois nouvelles lunes en deux mois sans que nous ayons allumé un feu (pour cuisiner) dans la maison du Prophète." Son neveu demanda: "Ô ma tante, de quoi vous nourrissiez-vous?" Elle dit: "Les deux choses noires, les dattes et l'eau, mais le Prophète avait des voisins Ansar qui possédaient des chamelles qui allaitaient, et ils envoyaient un peu de leur lait au Prophète."1

Sahl Ibn Sa’ad, un des compagnons de Mohammed, a dit: "Le prophète de Dieu n'a pas vu de pain fait de farine raffinée du moment où Dieu lui a confié la mission de prophète jusqu'à sa mort."2

A’isha, la femme de Mohammed, a dit: "Le matelas du Prophète, sur lequel il dormait, était fait de cuir rembourré avec des fibres de palmier."3
 Amr Ibn Al-Hareth, un des compagnons de Mohammed, a dit que lorsque le Prophète est mort, il n'a laissé ni argent ni quoi que ce soit d'autre à part sa mule blanche qu'il montait, ses armes, et une parcelle de terre qu'il laissa en charité.4 Mohammed a vécu cette vie difficile jusqu'à sa mort en dépit du fait que la trésorerie musulmane était à sa disposition, que la plus grande partie de la Péninsule arabe était musulmane avant sa mort, et que les musulmans étaient victorieux après dix-huit ans de sa mission. Est-il possible que Mohammed ait pu prétendre être prophète dans le but d'acquérir du prestige, de l'importance et du pouvoir? Le désir de jouir du prestige et du pouvoir est habituellement associé à la bonne chère, aux beaux habits, aux palais monumentaux, aux gardes pittoresques, et à une autorité incontestable. Est-ce que l'une ou l'autre de ces choses s'applique à Mohammed? Voici un aperçu de sa vie qui peut nous aider à répondre à cette question. Malgré ses responsabilités en tant que prophète, enseignant, homme d'État et juge, Mohammed trayait sa chèvre,5 raccommodait ses vêtements, réparait ses souliers,6 participait aux tâches ménagères,7 et visitait les pauvres lorsqu'ils étaient malades.8 Il aida aussi ses compagnons à creuser une tranchée en retirant le sable avec eux.9 Sa vie était un modèle étonnant de simplicité et d'humilité. Les disciples de Mohammed l'aimaient, le respectaient, et lui faisaient confiance jusqu'à un degré étonnant. Pourtant, il continua à mettre l'accent sur l'importance de ne déifier que Dieu et non lui personnellement. Anas, un des compagnons de Mohammed , a dit qu'ils n'aimaient personne autant que le prophète Mohammed et pourtant, lorsqu'il venait à eux, ils ne se levaient pas pour lui, parce qu'il détestait qu'ils se lèvent pour lui10 comme le font certains peuples pour leurs nobles. Bien avant qu'il n'y eût quelque perspective de succès en vue pour l'islam, et au début d'une longue et pénible ère de tortures, de souffrances, et de persécutions subies par Mohammed et ses disciples, il reçut une offre intéressante. Un envoyé des chefs païens, Otba, vint à lui et lui dit: "Si tu veux de l'argent, nous amasserons pour toi assez d'argent pour que tu sois le plus riche d'entre nous. Si c'est le leadership que tu veux, nous te prendrons comme chef et nous ne prendrons jamais de décision au sujet de quoi que ce soit sans ton approbation. Si tu veux un royaume, nous te couronnerons roi..." On demandait à Mohammed de ne faire qu'une concession en échange de tout cela: c'était de cesser d'appeler les gens à l'islam et à n'adorer que Dieu sans Lui attribuer d'associés. Cette offre ne serait-elle pas apparue tentante à quelqu'un recherchant les privilèges de ce monde? Mohammed était-il hésitant lorsqu'on lui fit cette offre? L'a-t-il refusée par stratégie de marchandage pour laisser la porte ouverte à une meilleure offre? Voici ce que fut sa réponse: {Au nom de Dieu, le tout miséricordieux, le très miséricordieux}, et il récita à Otba les versets du Coran 41:1-38.11 Voici quelques-uns de ces versets:

C'est une révélation descendue de la part du Tout Miséricordieux, du Très Miséricordieux. Un Livre dont les versets sont détaillés et clairement exposés, un Coran en arabe pour des gens qui savent, annonciateur d'une bonne nouvelle et avertisseur. Mais la plupart d'entre eux se détournent; c'est qu'ils n'entendent pas. (Coran, 41:2-4)
À une autre occasion, et en réponse aux supplications de son oncle qui lui demandait d'arrêter d'appeler les gens à l'islam, la réponse de Mohammed fut tout aussi décisive et sincère: {Je jure par le nom de Dieu, Ô mon oncle! que s'ils mettent le soleil dans ma main droite et la lune dans ma main gauche pour que j'abandonne cela (appeler les gens à l'islam), je ne cesserai jamais jusqu'à ce que Dieu fasse triompher l'islam ou que je périsse en le défendant.}12

Non seulement Mohammed et ses quelques disciples souffrirent-ils de persécutions pendant treize ans, mais les mécréants tentèrent de tuer Mohammed à plusieurs reprises. À une occasion, ils tentèrent de le tuer en jetant sur sa tête un énorme rocher, si gros qu'il pouvait à peine être soulevé.13 Une autre fois, ils essayèrent de le tuer en empoisonnant sa nourriture.14 Qu'est-ce qui pouvait bien justifier une telle vie de souffrances et de sacrifices, même après qu'il fût devenu tout à fait triomphant de ses adversaires? Comment expliquer l'humilité et la magnanimité qu'il démontra dans ses moments les plus glorieux, durant lesquels il maintenait que le succès n'était dû qu'à l'aide de Dieu et non pas à son propre génie? Est-ce que ce sont là les caractéristiques d'un homme égocentrique ou assoiffé de pouvoir? _____________________________ Notes: (1) 

Rapporté dans Sahih Mouslim, #2972, et Sahih Al-Boukhari, #2567.
(2) Rapporté dans Sahih Al-Boukhari, #5413, et Al-Tirmizi, #2364.
(3) Rapporté dans Sahih Mouslim, #2082, et Sahih Al-Boukhari, #6456.
(4) Rapporté dans Sahih Al-Boukhari, #2739, et Mosnad Ahmad, #17990.
(5) Rapporté dans Mosnad Ahmad, #25662.
(6) Rapporté dans Sahih Al-Boukhari, #676, et Mosnad Ahmad, #25517.
(7) Rapporté dans Sahih Al-Boukhari, #676, et Mosnad Ahmad, #23706.
(8) Rapporté dans Mowatta’ Malek, #531.
(9) Rapporté dans Sahih Al-Boukhari, #3034, Sahih Mouslim, #1803, et Mosnad Ahmad, #18017.
(10) Rapporté dans Mosnad Ahmad, #12117, et Al-Tirmizi, #2754.
(11) Al-Serah Al-Nabaweyyah, Ibn Hesham, vol. 1, pp. 293-294.
(12) Al-Serah Al-Nabaweyyah, Ibn Hesham, vol. 1, pp. 265-266.
(13) Al-Serah Al-Nabaweyyah, Ibn Hesham, vol. 1, pp. 298-299.
(14) Rapporté dans Al-Daremey, #68, et Abou-Dawood, #4510
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13363
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:08

Mohammed saw, l’homme !


Fils de Abdelleh fils de Abd al-Mouttalib, Mohammed est ainsi l’un des petits fils de Hachim, le fondateur du clan Qoraïchite, qui se réclame de Fihr, le ‘qoraich’ (petit requin) et de la grande tribu de Kinanah. De Fihr à Adnan et de Adnan à Ismaïl, la filiation de Mohammed avec Abraham est donc indiscutable. 

Né à la Mecque et enterré à Médine à l’âge de 63 ans, Sa vie est divisible en deux étapes distinctes : 

1.de la naissance à l’âge de 40 ans, il a vécu à l à Mecque
2.de l’âge de 40 ans jusqu’à sa mort à 63 ans, c’est la période de la révélation du Message adressé à l’humanité toute entière. 


Né après la mort de son père, celui qui deviendra le Prophète et le Messager est élevé par sa mère, Amina bent Wahb décédé à son tour quand il eut six ans. Orphelin donc de père et de mère, il est pris en charge par son grand-père Abd al-Mouttalib puis, à la mort de celui-ci, deux ans plus ans tard, par son oncle Abu Talib (père de Ali, quatrième Calife). 

D’abord pâtre, il ne tarda pas à devenir caravanier, profession dans laquelle, bien qu’encore tout jeune, il acquiert néanmoins l’épithète de ‘al-Amine’, c’est à dire ‘celui qui est digne de confiance’. Sa rigueur et sa vigilance à préserver les intérêts de ceux qui lui confiaient leurs marchandises ne tardèrent pas à lui attirer la considération et l’estime de sa communauté. Maître caravanier d’une riche mecquoise, Khadija bent Khouaylid, il réussit à lui faire fructifier ses affaires par le commerce avec la Syrie , ce dont elle se montra satisfaite et comblée au point qu’elle le choisit pour époux. Selon la tradition arabe, c’est son tuteur, son oncle, Abou Talib, qui la lui fit épouser en deuxième noce, bien qu’elle fut aussi son aînée de quinze ans. 

De sa prime enfance jusqu’à l’age où il reçut l’ordre d’annoncer le Message, Mohammed ne cessa jamais de se distinguer par sa rectitude dans une société pourtant à l’affût des faux pas, mais qui ne put en aucune circonstance le prendre en défaut. Ses biographes sont unanimes pour souligner qu’il fut connu dans sa jeunesse par son tempérament sage et équilibré, ne s’adonnait à aucune des débauches que les jeunes de la Mecque avaient coutume de commettre, et s’abstenait de fréquenter les lieux de perversion qu’étaient les maison closes et les tavernes jouxtant le marché de la Mecque. Ces biographes rapportent ainsi que Mohammed n’a jamais consommé de boisson alcoolisées, ni pratiqué les jeux du hasard, tout comme il n’a jamais pratiqué le culte des idoles ni sollicité le pouvoir d’un mage. De commerce agréable, courtois et de bon conseil, il n’a jamais pris part des disputes qui éclataient régulièrement entre les tribus. Manifestant depuis toujours un penchant pour l’isolement et la méditation, il prit l’habitude, vers la quarantaine, de faire retraite dans une grotte du mont Hira, surtout durant le mois de Ramadan. Il était peut-être déjà Prophète à cette phase de sa vie, mais non encore suffisamment préparé pour assumer la lourde mission de Message. 

Les qualités de sincérité, de probité, de loyauté et de retenue, qui étaient les siennes, lui ont valu l’estime et la considération de tous les membres de sa communauté mecquoise et de ses dirigeant. Peu à peu, on avait pris l’habitude d’accompagner son nom, outre de l’épithète ‘al-Amine’ qui signifie comme nous l’avons vu, ‘celui qui est digne de confiance’, du qualificatif ‘as-Sadiq’ qui signifie ‘le sincère’. D’autre fois, on l’appelait tout simplement ‘Ahmed’, c’est à dire ‘le plus digne de louange’. 

Un événement survenu à la Mecque donne une idée significative de l’ascendant que, tout jeune, Mohammed exerçait déjà au sein de sa société arabe de l’époque. En effet, après avoir procédé ensemble à la remise en état de la Kaâba , les représentants des différents tribus s’opposent quant à la désignation de la partie à laquelle devait échoir l’honneur de mettre en place la Pierre Noire , et devant cette impasse, ils demandèrent conseil à Mohammed. Celui-ci leur suggéra de placer la Pierre sur une cape pour que le représentant de chaque tribu participer à la soulever et la remettre en place. Ce compromis eut un grand écho et, depuis, Mohammed devint le sage que l’on consulte pour toute affaire d’importance. 

De même, lorsqu’il commença à prêcher l’Islam, il continua à se comporter avec la même sincérité et la même modestie qu’auparavant. Ceux qui s’étaient mis à le combattre à la Mecque n’osaient jamais le discréditer moralement, et se rabattaient sur ses disciples pour les martyriser dans l’espoir de les faire abjurer leur foi. Il vécut ainsi durant une dizaine d’années, confronté à la hargne de ses contempteurs, mais plus loyal que jamais. 

Après l’exil (l’Hégire) à Médine, et bien que la persécution à l’encontre de ses compagnons fût moins forte dans cette ville qu’à la Mecque , le Prophète Mohammed ne changea rien à ses habitudes. Son espace vital restait réduit à la distance qui séparait sont petit domicile de la modeste mosquée qu’il avait édifiée pour accueillir les croyants dont le nombre ne cessait d’augmenter, tant en exilés de la Mecque (Mohagirines) qu’en partisans (Ansar) locaux ; et ce renforcement des rangs de ses disciples ne le dévia point de sa ligne de conduite. Aucun de ceux qui le suivaient, ou de ceux qui le dénigraient, ne pouvait apporter la preuve qu’il l’eût vu un jour céder à une tentation, commettre une bévue ou une contradiction, avoir une relation douteuse, ou s’être dissimulé pour intriguer ou espionner. Bien au contraire, tout le monde pouvait partager sa vie, une vie austère, transparente, sans la moindre tentation, au cours de laquelle il recevait la Révélation en présence de ses Compagnons et de tous les croyants. Il s’évertuait alors à exécuter les ordres divins, sans rien taire des versets qu’il recevait, même de ceux qui lui étaient personnellement destinés sous forme de conseil, voire d’admonitions. 

En tout état de cause, il est indubitable que ce qui caractérisait le plus la personnalité du Prophète, était son humanité, avec tout ce que ce mot peut comporter de réflexes, instincts, sentiments, comportements etc… C’est un trait qui est mis en évidence par le Coran, et il est requis du Prophète, de « l’Envoyé qui se nourrit d’aliments et qui fréquente les marchés », de rappeler à tout le monde sa réalité humaine : « Dis : « je ne suis rien qu’un mortel comme vous » ». ( La Caverne , 110). Lui est également demandé de repousser tout attribut fantastique et de ne pas bercer son auditoire d’illusions : « Dis : ‘ je ne prétends ni posséder les trésors infinis de Dieu, ni connaître les mystères cachés aux humains, pas plus que je ne suis un Archange ! Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé’ ». (Les Bestioles, 50). 

Dans cet esprit, l’Envoyé de Dieu a toujours insisté auprès de ses disciples pour qu’ils ne lui attribuent aucune qualité surnaturelle. Il ne cessait de leur répéter : « Ne me flattez pas comme les Chrétiens ont flattés Jésus, fils de Marie. Je ne suis que le Serviteur de Dieu et son Envoyé. Appelez-moi donc Serviteur de Dieu et son Envoyé ». Ainsi écartait-il de sa personne toute allusion à la divinisation ou à la sanctification, se contentant d’une part, de sa qualité de Serviteur qui est une qualité partagée par tous les croyants, et se limitant, d’autre part, à son rôle de Messager auquel correspond sa mission. Il soulignait toujours que, comme tout un chacun, il « jeûne et se restaure ; veille une partie de la nuit pour la prière et s’endort, se marie et se parfume ». Enfin, selon son compagnon Ibn Massoud, il aurait un jour reçu un homme qui se mit à trembler devant lui d’émotion. Le Prophète s’empressa alors de lui dire : « Calme-toi, je ne suis pas un Roi ; je ne suis que le fils d’une femme qui mangeait de la viande séchée ».
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13363
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:09

LE PELERINAGE D'ADIEU
ET LE DERNIER SERMON

L'imam Moslim a rapporté d'après Jaber (raa) :"Le Prophète (saw) passa neuf ans à Médine sans entreprendre de pélerinage, au cours de la dixième année, son pélerinage était proclamé, un concours prodigieux de peuples se rendit à Médine pour y participer et imiter le Prophète (saw)." 

Le Prophète (saw) fit son entrée à la Mecque par la partie haute et s'arrêta devant la porte des Banous Chaïba, il dit :"O mon Dieu accrois l'honneur et la puissance de cette Maison (kaâba) ainsi que de tous ceux qui y sont en pélerinage ou en visite pieuse et augmente leur piété". 

Puis, il continua son chemin en enseignant aux Musulmans les principes du pélerinage. 

Le Jour où il arriva au Mont Arafat, il prononça un discours dont voici le texte : 

"Ô Musulmans, écoutez moi, j'ignore si l'année prochaine, nous pourrons nous rencontrer en ce même endroit. Votre sang et vos biens sont sacrés, comme le sont ce jour, ce mois et cette ville. Je proscris tout ce qui se rapporte à l'ère pré-islamique, la vengeance propre à cette période est désormais interdite, à commencer par celle d'Ibn Rabiâ Ben Al Hareth, l'usure propre à la Jahiliya (ère de l'ignorance) est également interdite, à commencer par celle d'Al Abbas Ben Abdelmottaleb.

"Ô Musulmans, le démon n'espère plus être adoré sur votre terre. Mais s'il est écouté, il se satisfera de celles de vos actions que vous méprisez. Craignez le pour votre religion."

"Ô Musulmans, le mois intercalaire n'est qu'un surcroît d'infidélité ; les incrédules s'égarent ainsi ; une année, ils le déclarent non sacré, afin de se mettre en accord sur le nombre de mois que Dieu a déclarés sacrés. Ils déclarent ainsi non sacré ce que Dieu a déclaré sacré."

"Le temps a accompli un cycle complet comme au jour où Dieu a crée les Cieux et la Terre. L'année est de douze mois. Quatre de ces mois sont sacrés, dont trois successifs : Dhoul Qida, Dhoul Hijja et Al Muharram, et le mois situé entre Joumada et Chaaban."

"Craignez Dieu en vos femmes, car vous les avez prises selon un pacte que vous avez conclu avec Dieu, et ce n'est qu'avec la permission de Dieu que vous cohabitez avec elles. Elles ont des droits sur vous, et vous avez des droits sur elles. Elles ne doivent accueillir personne chez vous sans votre accord. Si elles s'avisent de le faire, frappez les modérément. En revanche, elles sont en droit d'exiger de vous que vous les entreteniez".

"Réfléchissez bien à ce message que je vous ai communiqué, Ô Musulmans. Je vous laisse deux guides qui ne vous permettront pas de vous égarer, si vous vous y conformez : le Livre de Dieu et la Tradition de Son Prophète."

"Ô Musulmans, écoutez et obéissez, même si vous êtes gouvernés par un esclave éthiopien au nez coupé, tant qu'il vous gouverne en se conformant au Livre de Dieu le Très Haut. Quant à vos gens de maisons (domestiques), nourrissez les de vos plats et habillez les de vos vêtements. S'ils commettent une faute que vous ne leur pardonnez pas, vendez les, Ô Serviteurs de Dieu, mais ne les faites pas souffrir."

"Ô Musulmans, écoutez moi et soyez raisonnables. Vous savez que les Musulmans sont frères. Un Musulman n'a droit qu'à la part des biens de son frère qu'il lui cède de plein gré. Ne soyez pas injustes envers vous mêmes. Ai-je bien transmis le message ? Vous comparaîtrez un jour devant Dieu, c'est pourquoi vous devrez éviter de vous égarer et de vous entretuer après ma mort. Que ceux qui sont ici présents transmettent ce message aux absents, ils le comprendront peut être mieux que ceux qui l'auront écouté. Vous serez interrogés à mon sujet, que direz vous alors ?

Et la foule de répondre :"Nous certifions que tu nous a communiqué ton message, que tu as accompli ta mission et que tu nous as prodigué tes conseils".

Le Prophète (saw) leva l'index vers le ciel puis le pointa dans la direction de la foule en déclarant à trois
reprises :"Ô Mon Dieu, sois en témoin". 

Dieu révéla à Son Messager (saw) le verset suivant :"Aujourd'hui, j'ai rendu votre religion parfaite ; j'ai parachevé ma grâce sur vous et j'agrée l'Islam comme étant votre religion" (s5/v3)

Le Messager de Dieu (saw) ne quitta le Mont Arafa qu'au coucher du soleil. Il se rendit ensuite à Mozdalifa et dit en faisant un geste de la main droite :"La sérénité, la sérénité, ô Musulmans". 

A Mozdalifa, il fit la prière du coucher du soleil et celle de la nuit ensemble, retardant la première. 

Il coucha à Mozdalifa et descendit avant le lever du soleil dans la vallée de Mina où il prit sept cailloux et les jetta contre la Jamarate de l'Aqaba en déclarant :"Dieu est Grand" à chaque fois qu'il lançait un caillou. 

De là, il se rendit au lieu de l'immolation des victimes où il égorgea 63 chameaux de sa propre main et chargea Ali (raa) d'immoler le reste jusqu'à cent. Puis le Prophète (saw) se dirigea vers la Maison (Kaâba) où il fit la prière de midi. Les fils de Abdelmottaleb vinrent lui offrir de l'eau de Zem Zem. Il dit "Tirez l'eau, ô Banous Abdelmottaleb, tant que les hommes ne vous disputent pas cette tâche ; s'ils avaient ce droit, je vous aurais moi même aidés à tirer". Ils lui passèrent le seau dont il but aussitôt. Puis, il s'en retourna à Médine. 


CE QU' IL FAUT EN TIRER



* Il est certain que le Pélerinage ne fut imposé qu'à partir de l'an 10 de l'Hégire, et que le pélerinage que le Prophète (saw) accomplit cette année là fut son dernier. Aussi, un bon nombre de Compagnon (raa) appelèrent ce pélerinage :"Le pélerinage d'adieu", "le pélerinage musulman" ou "le pélerinage du Prophète (saw)". 

* Les Musulmans apprirent du Prophète (saw) à prier, à jeûner, à s'acquitter de la Zakat et des autres devoirs et rites religieux. il lui restait encore à les initier aux rites du pélerinage et à effacer ces traditions de l'ère préislamique qui revenaient à la vie durant la saison du pélerinage, comme les sifflements, les applaudissement et la circumambulation sans vêtements. Le Messager d'Allah (saw) se débarassa de ces traditions en détruisant les idoles et en purifiant la Maison de Dieu. Le pélerinage à la Maison Sacrée restera de rigueur jusqu'au Jour de la Résurrection ; il fut fondé par le Père des Prophètes : Ibrahim (as) sur l'ordre de Dieu. 

* Ce pélérinage fut un moyen pour le Messager d'Allah (saw) de rencontrer les Musulmans qui se déplacèrent de toute l'Arabie. Certains ne le connaissaient point ou n'avaient pas souvent l'occasion de le rencontrer. Le Prophète (saw) voulut rencontrer cette foule de Musulmans après un Jihad qui avait duré 23 ans afin de leur présenter sommairement les enseignements de l'Islam et son système en mots concis, exprimant tout son amour pour sa communauté et de voir à travers leurs visages l'image de leurs descendants qui leur succèderont, espérant leur faire parvenir ses conseils et ses recommandations par delà les siècles. 

REFLEXIONS SUR LE SERMON DE L'ADIEU 



* Dieu ! Que ces mots qu'il prononça sur le Mont Arafa sont sublimes ! Il s'adressa aux différentes générations et à l'Histoire après avoir accompli sa promesse, conduit toute une communauté et lutté pour la cause de sa mission durant 23 ans, sans répit. Le Messager d'Allah (saw) vit à travers la foule les générations futures et l'empire musulman qui allait s'étendre à l'Est et à l'Ouest de la terre et leur adressa son sermon de l'adieu en ces termes : 

* "Ô Musulmans, écoutez moi, j'ignore si l'année prochaine, nous pourrons nous rencontrer en ce même endroit." Tout l'univers, se tut pour écouter le Prophète (saw), la pierre, le désert, les villages, tout était attentif à ce mot d'adieu que prononçait le Prophète (saw) après que le monde eût le bonheur de le connaître durant 63 ans. Le voilà parlant de son prochain départ après avoir accompli sa mission. 

* "Votre sang et vos biens sont sacrés, comme le sont ce jour, ce mois et cette ville." "Ô Musulmans, écoutez moi et soyez raisonnables. Vous savez que les Musulmans sont frères. Un Musulman n'a droit qu'à la part des biens de son frère qu'il lui cède de plein gré. Ne soyez pas injustes envers vous mêmes.". Le prophète (saw) parla comme s'il savait que des hommes de sa communauté allaient s'égarer plus tard et s'écarter de ses enseignements. 

* "Je proscris tout ce qui se rapporte à l'ère pré-islamique, la vengeance propre à cette période est désormais interdite, à commencer par celle d'Ibn Rabiâ Ben Al Hareth, l'usure propre à la Jahiliya (ère de l'ignorance) est également interdite, à commencer par celle d'Al Abbas Ben Abdelmottaleb." Tout le fanatisme tribal et le sectarisme dont faisaient preuve les Arabes à cette époque avec ostentation ainsi que leur fierté de parler telle langue ou d'appartenir à telle descendance doit disparaître ainsi que le fait de ses lésers les uns les autres entre frère, au moyen de l'oppression et de l'usure. La législation divine est venue à bout de cela : la turpitude a disparu, l'aveuglément n'est plus. Le Prophète (saw) a écarté toutes les traditions néfastes de la Jahiliya et proclamé qu'elles sont définitivement enterrées afin de prouver au monde entier de de faire entendre à toutes les générations, au cours des siècles que désormais, nul ne peut prétendre au progrès spirituel s'il essaie de déterrer le moindre aspect de ce cadavre longtemps enfoui sous terre, il reculera et reviendra à des périodes obscures de l'histoire ancienne quoiqu'il lui semble avancer et progresser. 

* "Ô Musulmans, le mois intercalaire n'est qu'un surcroît d'infidélité ; les incrédules s'égarent ainsi ; une année, ils le déclarent non sacré, afin de se mettre en accord sur le nombre de mois que Dieu a déclarés sacrés. Ils déclarent ainsi non sacré ce que Dieu a déclaré sacré.""Le temps a accompli un cycle complet comme au jour où Dieu a crée les Cieux et la Terre. L'année est de douze mois. Quatre de ces mois sont sacrés, dont trois successifs : Dhoul Qida, Dhoul Hijja et Al Muharram, et le mois situé entre Joumada et Chaaban." Le Prophète (saw) insista sur les mois et qu'ils n'étaient pas permis d'en modifier à sa guise leur valeur pour des raisons cultuelles ou autres comme le faisait les Polythéistes. Les mois de l'année donc ne pouvaient plus être avancés ni retardés et que le pélerinage devait désormais être accompli qu'au mois de Dhoul Hijja. 

* "Craignez Dieu en vos femmes, car vous les avez prises selon un pacte que vous avez conclu avec Dieu, et ce n'est qu'avec la permission de Dieu que vous cohabitez avec elles. Elles ont des droits sur vous, et vous avez des droits sur elles. Elles ne doivent accueillir personne chez vous sans votre accord. Si elles s'avisent de le faire, frappez les modérément. En revanche, elles sont en droit d'exiger de vous que vous les entreteniez". Ce principe consolide la situation des femmes. Le Prophète (saw) confirma en quelques mots concis la disparition de l'oppression de femmes qui sévissait durant l'ère de l'ignorance et la préservation des droits de la femme et de sa dignité à travers la législation islamique. Le Prophète (saw) devait insister sur ce point à cause de nombreux Musulmans qui n'avaient cessé de suivre les traditions pré-islamiques, négligeant la femme et ne lui reconnaissant aucun droit. Cette recommandation visait aussi à apprendre aux Musulmans à différencier en toute période entre le fait de sauvegarder la dignité de la femme et ses droits naturels par la législation islamique et celui de recourir à différents moyens leur permettant de jouir davantage de la femme et de ne la considérer que comme un objet de divertissement. Ce que l'Islam a vivement combattu. 

* "Réfléchissez bien à ce message que je vous ai communiqué, Ô Musulmans. Je vous laisse deux guides qui ne vous permettront pas de vous égarer, si vous vous y conformez : le Livre de Dieu et la Tradition de Son Prophète."Ce principe incite les Musulmans dans toutes les épreuves qu'ils rencontreront au cours de leur vie à se référer à deux sources sûres qui les empêcheront de s'égarer et de souffrir : Le Coran et la Tradition (Sunna). Le Prophète (saw) désigne ce double guide à toutes les générations futures car le Coran et la tradition ne s'adressent pas à une seule époque d'une manière spécifique, comme ils ne doivent jamais céder la place à une autre tradition ou à une culture différente. 

* "Ô Musulmans, écoutez et obéissez, même si vous êtes gouvernés par un esclave éthiopien au nez coupé, tant qu'il vous gouverne en se conformant au Livre de Dieu le Très Haut. Quant à vos gens de maisons (domestiques), nourrissez les de vos plats et habillez les de vos vêtements. S'ils commettent une faute que vous ne leur pardonnez pas, vendez les, Ô Serviteurs de Dieu, mais ne les faites pas souffrir."Ce principe définit les relations du gouvernant, du Calife ou du Chef avec le peuple ou ses subalternes. le peuple doit obéir à son Chef quels que soient son origine, son importance et son aspect extérieur, du moment qu'il gouverne suivant les préceptes du Coran et de la Tradition du Prophète (saw). Au cas où il s'en écarte, nul ne doit lui obéir. Ce n'est qu'en se conformant au Coran et à la Tradition que le Chef arrive à se faire obéir et écouter, même s'il ne s'agit que d'un "esclave éthiopien au nez coupé" car cela ne le diminue guère auprès de Dieu. Le Prophète (saw) précisa que le Chef ne jouit pas de privilèges en dehors du cadre du Livre de Dieu et de la Tradition du Prophète (saw). Il ne peut prétendre sa qualité de Chef de s'élever d'un pouce au-dessus des lois islamiques ; car en lui-même, il n'a pas de pouvoir réel, il ne fait qu'exécuter les ordres de Dieu. C'est pourquoi la législation islamique ignore ce que l'on appelle l'immunité ou les privilèges accordés à la classe des gouvernants et des juges. 

* Le Prophète (saw) voulut se convaincre que sa communauté témoignera pour lui devant Dieu, le Jour de la Résurrection. Il leur demanda :"Si l'on vous interroge à mon sujet, que direz-vous ?" . La foule
répondit :""Nous certifions que tu nous a communiqué ton message, que tu as accompli ta mission et que tu nous as prodigué tes conseils". Ceci tranquilisa le Prophète (saw) qui eût la certitude de rencontrer Dieu, fort de ce témoignage. Ses yeux brillèrent de satisfaction. Le Prophète (saw) leva l'index vers le ciel puis le pointa dans la direction de la foule en déclarant à trois reprises :"Ô Mon Dieu, sois en témoin". Le Prophète 
(saw) éprouvait une joie immense d'avoir sacrifié sa jeunesse et sa vie pour la cause de Dieu ; il contemplait le fruit de ses efforts : la foule proclamant d'une seule voix l'unicité de Dieu, en se prosternant devant Sa religion, débordante d'amour et de ferveur. Le Prophète (saw) se remémora avec délice la soif du désert, les longues marches à la dérive, l'humiliation des moqueries et la souffrance de l'oppression pour la cause de cette religion qu'il consolida sur la terre de Dieu. 

Que Dieu te bénisse ! Ô Notre Prophète et que Dieu remplisse ton coeur d'une joie infinie. 



Ce n'était pas seulement le témoignage des milliers de gens qui s'empressaient autour de toi, ô notre Maitre Mohamed (saw) mais le témoignage des Musulmans de toutes les générations et de toutes les époques jusqu'à la fin des temps quand tous ceux qui ont vécu sur la terre citeront de vive voix : Nous certifions que tu as accompli ta mission et que tu nous as prodigué tes conseils. Que Dieu te récompense comme Il n'a jamais récompensé le Prophète d'un autre peuple".

Mais tu nous as transmis également la responsabilité de ta mission que nous sommes loin de nous en montrer dignes ! Comme nous appréhendons de te rencontrer plus tard défigurés par tant de turpitude, de mauvaise volonté et d'enlisement dans les plaisirs de ce monde, alors que tes nobles compagnons t'entourent du martyre et couverts de traces des efforts fournis, après avoir renoncé à tous les plaisirs de ce monde pour la cause de ta mission. Prions pour que Dieu améliore la situation de tous les Musulmans, nous guérisse de l'ivresse des désirs et des plaisirs d'ici bas et nous comble de Sa Bonté, de Sa Générosité et de Ses Bienfaits.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13363
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:09

MOHAMED le messager de Dieu dans la Torah et l’évangile !
Le Dernier des messages 

L’Islam est le dernier des messages, renferme tout ce qui lui est antérieur et abroge ce qui le précède. Aucune religion ne le succède. 

Ses règles de conduite garantissent le bien être des êtres ; et ses législations assurent la prospérité aussi bien dans le monde que dans l’au-delà. 18.Dieu atteste, et aussi les Anges et les doués de science, qu'il n'y a point de divinité à part Lui, le Mainteneur de la justice. Point de divinité à part Lui, le Puissant, le Sage ! 19. Certes, la religion acceptée de Dieu, c'est l'Islam. Ceux auxquels le Livre a été apporté ne se sont disputés, par agressivité entre eux, qu'après avoir reçu la science. Et quiconque ne croit pas aux signes de Dieu... alors Dieu est prompt à demander compte ! AL IMRAN 18.19 

Cette religion en possession des qualités de la perfection se passe largement d’un quelconque témoignage qui lui est extérieur à fin de prouver la validité de son message et la droiture de sa conviction, ainsi que la véracité de son porteur à l’humanité, le noble messager (PBSL), car MOHAMED qui a sorti les gens de l’obscurité de l’incrédulité et l’égarement à la lumière de la croyance en Dieu seul, et de l’adoration des idoles à l’adoration de l’unique Dieu, n’a nullement besoin d’une attestation en dehors de sa religion, pour prouver qu’il est le sceau des messagers et que son message est le dernier des messages. 

MOHAMED dont l’enseignement a converti un homme comme OMAR BNOU EL KHATTAB d’un bédouin qui autrefois enterrait ses filles vivantes, en un meneur de l’humanité après l’Islam et en un dirigeant du monde parmi les plus puissants de l’histoire, un tel prophète ne manque pas de témoignage en sa faveur, alors que Dieu (Exalté soit-Il) S’en est chargé : 166.Mais Dieu témoigne de ce qu'Il a fait descendre vers toi, Il l'a fait descendre en toute connaissance. Et les Anges en témoignent. Et Dieu suffit comme témoin. ANNISSAA 166. Aussi dit Il : 89.Et le jour où dans chaque communauté, Nous susciterons parmi eux-mêmes un témoin contre eux, Et Nous t'emmènerons [Muhammad] comme témoin contre ceux-ci. Et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu'un guide, une grâce et une bonne annonce aux Musulmans. ANNAHEL 89

MOHAMED par lequel, Dieu a ouvert des yeux aveugles, fait entendre des oreilles sourdes et soulager des cœurs serrés, n’a pas besoin d’une certification en dehors du Livre qui lui est été révélé. Et si nous sommes amenés à évoquer quelques annonciations indiquées dans la torah et l’évangile, c’est pour deux raisons : 

La première émane de notre grand amour et notre ardente passion au propriétaire du grandiose message (PBSL), pourquoi pas et c’est lui notre dirigeant, notre maître, notre enseignant et notre meneur. Jamais homme ne nous a fais parvenir ce que MOHAMED (PBSL) peut se vanter de nous avoir offerts ; est ce que son bienfait sur toutes les créatures a de pareil ou d’autres auteurs ? 

Pourquoi ne fouillons pas dans les premiers et anciens livres, cherchons ses traces et poursuivons ses vestiges, pour que sa mention nous procure bonheur, joie et sérénité des coeurs. 

La deuxième raison est notre aspiration à guider les égarés, affermir les douteux et orienter à la bonne direction les errants, parmi ceux appartenants à cette religion et ceux en dehors d’elle. 

Cedi dit, j’invoque Dieu Le très Haut et Le très Grand de faire de ce travail une œuvre vouée à sa Face (Wajh) pleine de noblesse. Et si je parviens à avoir raison, c’est grâce à Dieu et à lui uniquement, et si en revanche je peux avoir tort ce n’est que de moi et de moi seul. 

Le livre sacré scintille toujours de la lumière de MOHAMED 

Je suis cette brique et je suis le sceau des prophètes : 

Le prophète dit : « mon cas et celui des prophètes qui m’ont précédé est pareil au cas d’un homme qui a bâti une maison, l’a embellie et ornée, laissant vacante la place d’une brique. Les gens viennent en faire le tour, l’admirent et disent : Dommage ! pourquoi n’a t’on pas mis cette brique ? – eh bien, je suis cette brique ! je suis le sceau des prophètes ! » Rapporté par El boukahri et Mouslim . 

Le Hadith mentionné dessus, assimile le prophète, en tant que porteur du dernier des messages et tenant compte de sa place parmi les prophètes, à la brique de l’angle ou bien la brique fondamentale en l’absence de laquelle la construction ne serait parachevée ni son embellissement et sa beauté. 

Conformément et en rapport avec ce concept, nous allons déceler ce que dit le livre sacré de cette brique de l’angle !Il est évoqué dans l’évangile de Matthiew, verset 21 paragraphe 42, 43, 44 

"21:42
- Jésus leur dit: N'avez-vous jamais lu dans les Écritures: La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l'angle; C'est du Seigneur que cela est venu, Et c'est un prodige à nos yeux?
21:43 - C'est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits.
21:44 - Celui qui tombera sur cette pierre s'y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé"
 


Ce sont des mots que Jésus (paix soit sur lui) adressa à une assemblée de juifs après les avoir admonestés pour avoir tué les prophètes et réfuté les messages divins… 

Ce texte explicite comment Jésus (PSSL) informe les juifs de leur substitution par Dieu par une autre nation qui ressuscitera les consignes de la religion et exécutera son message (c’est pourquoi je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits), tout en leur parlant de la pierre qui sera la principale de l’angle (la pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principalede l’angle). 

Jésus (PSL) continue à parler de cette pierre qui sera la principale de l’angle en disant (celui qui tombera sur cette pierre s'y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé). L’utilisation des 2 termes (brisera) et (écrasé) assure qu’il désigne le prophète (PBSL) que Dieu avait soutenu par la force matérielle, opérant plusieurs guerres jusqu’à l’épanouissement de cette religion et l’écrasement de ses ennemis. 

Par ailleurs, ce serait d’une incohérence flagrante de calquer cette prophétie sur Jésus, d’une part par ce que lui-même fait part de la nation des Israéliens, et d’autre part cet énoncé « c’est un prodige à nos yeux » témoigne absolument qu’il s’agit d’une autre personne que lui. 

Les traits caractéristiques de ce récit nous donne donc l’instruction que ce qui est désigné par « la pierre de l’angle » n’est personne d’autre que MOHAMED (PBSL) qui dit à son sujet : « je suis la brique et je suis le dernier des prophètes » et que l’autre nation que Dieu fera grâce de son royaume après l’avoir arraché aux Israéliens ne peut être que la nation de MOHAMED (PBSL). 

C’est bien celle de BACCA 

Dieu exalté soit –il dit dans son noble livre : « 96. La première Maison qui a été édifiée pour les gens, c'est bien celle de Bakka (la Mecque) bénie et une bonne direction pour l'univers. 97. Là sont des signes évidents, parmi lesquels l'endroit où Abraham s'est tenu debout; et quiconque y entre est en sécurité. Et c'est un devoir envers Dieu pour les gens qui ont les moyens, d'aller faire le pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas... Dieu Se passe largement des mondes. » Al-imrane 96/97 

Le verset parle de la maison de Dieu, et désigne Bacca en tant que lieu accueillant la maison de Dieu qu’il ordonna de prendre pour pèlerinage. 

Procédant par analogie, et voyons s’il y a mention de la maison de Dieu à Bacca dans le livre sacré, que les gens prennent pour pèlerinage. 

Pour y parvenir nous allons lire ce que le psaume 84 relate dans ses versets 4/5/6/7 

"84:4
- Heureux ceux qui habitent ta maison! Ils peuvent te célébrer encore. Pause.

84:5
- Heureux ceux qui placent en toi leur appui! Ils trouvent dans leur coeur des chemins tout tracés.

84:6
- Lorsqu'ils traversent la vallée de Baca, Ils la transforment en un lieu plein de sources, Et la pluie la couvre aussi de bénédictions.

84:7
- Leur force augmente pendant la marche, Et ils se présentent devant Dieu à Sion."
 


Si Dieu dit :- ils se présentent devant Dieu à Sion- la question qui s’impose consiste à connaître le lien existant entre Sion et la maison sacrée à Bacca. Sachant que le terme Sion signifie selon le dictionnaire anglais du livre sacré : le lieu sacré ou bien la pure société religieuse, comme il est opportun de signaler que ce même dictionnaire n’a su situer où se trouve Bacca, se contentant de dire qu’il s’agit probablement d’un lieu que les pèlerins traversent !! Est ce qu’il aurait existé d’autre Bacca vers où les musulmans se dirigent pour le pèlerinage ? 

Et même dans le cas échéant, quelqu’un oserait prétendre y exister la maison de Dieu conçue pour le pèlerinage ? 

Ce sont des questions qui nécessitent des réponses… quelqu’un pourrait-il s’en charger ? 

MOHAMED l’Ismaélien : 

Mohamed l’Ismaélien : c’est un mot qu’un des prêtres utilisa pour parler du prophète (PBSL), disant que c’est un descendant d’Ismail , et qu’il n’est pas un prophète du moment que la prophétie est un attribut que Dieu a conféré aux fils d’Israél (Jacob que la paix soit sur lui). 

Certes il a absolument raison, nul ne nie que Mohamed (PBSL) est de la descendance d’Ismail (paix soit sur lui), mais en revanche nous allons mettre en lumière certains textes issus du livre sacré, qui prouvent indubitablement que la prophétie naîtra dans la descendance d’Ismail : le volume de la genèse évoque dans son verset 21, paragraphe 17 et 18 : 

"21:17
- Dieu entendit la voix de l'enfant; et l'ange de Dieu appela du ciel Agar, et lui dit: Qu'as-tu, Agar? Ne crains point, car Dieu a entendu la voix de l'enfant dans le lieu où il est.

21:18
- Lève-toi, prends l'enfant, saisis-le de ta main; car je ferai de lui une grande nation."
 


Toujours dans le volume de la genèse le verset 21, paragraphe 13 ; là où Dieu Glorifié et Exalté Soit-Il s’adresse à notre maître IBRAHIM, lui disant : (je ferais aussi une nation du fils de la servante, car il est ta postérité). 

Bien évident le fils de la servante, est ISMAEL FILS d’Agar, que Dieu en a effectivement fait une grande nation en l’occurrence la nation islamique dont le nombre dépasse un milliard de musulman. 

Le livre sacré poursuit son récit sur ISMAEL, et raconte dans le volume de la genèse verset 21, paragraphe 19, 20, 21 : 

"21:19
- Et Dieu lui ouvrit les yeux, et elle vit un puits d'eau; elle alla remplir d'eau l'outre, et donna à boire à l'enfant.

21:20
- Dieu fut avec l'enfant, qui grandit, habita dans le désert, et devint tireur d'arc.

21:21
- Il habita dans le désert de Paran"
 


Paran est un mot hebraique arabisé et est parmi les noms que porte la noble Mecque (1).Comme vous pouvez vous en apercevoir, le texte ci-dessus parle du puit de ZAMZAM, duquel AGAR donna à boire à l’enfant, comme il évoqua également le désert de Paran qu’habita ISMAEL (Paix soit sur lui). 

Sourat IBRAHIM verset 37 37. Ô notre Seigneur, j'ai établi une partie de ma descendance dans une vallée sans agriculture, près de Ta Maison sacrée [la Kaaba], - ٍ notre Seigneur - afin qu'ils accomplissent la Salat. Fais donc que se penchent vers eux les coeurs d'une partie des gens. Et nourris-les de fruits. Peut-être seront-ils reconnaissants ? 

Ce récit mentionne également que ISMAEL grandit en devenant un tireur de flèche, et parallèlement entre nos mains un hadith relaté par AL BOUKHARI, qui confirme ceci : "Alors que le prophète (PBSL) passa une fois par un certain nombre de personnes de la tribu d'Aslam entrain de s'entraîner à l'arc et la flèche, il leur dit : continuez à tirer, votre père Ismaël était tireur d'arc." 

Ceci dit, reste à savoir comment le livre sacré va-t-il prouver la prophétie dans la descendance d’ISMAEL (PSSL) ?Il est mentionné dans le volume de la deutéronome, verset 18, paragraphe 17, 18, 19 ; sur la langue de Moise (PSSL) : 

"18:17
- L'Éternel me dit: Ce qu'il ont dit est bien.

18:18
- Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai.

18:19
- Et si quelqu'un n'écoute pas mes paroles qu'il dira en mon nom, c'est moi qui lui en demanderai compte."
 


Comme vous pouvez le constater, le texte stipule clairement que Dieu annonce à Moise l’envoi d’un prophète du milieu des frères des fils d’ISRAEL ; et qui serait comme Moise ; le texte informe aussi que celui qui ne suit pas ses recommandations, sera châtié par Dieu. 

Cependant, les gens du livre parmi les juifs et les chrétiens, ont dû avoir d’autres interprétations au sujet de ce prophète. Les juifs y voient Josué le valet de Moise, alors que les chrétiens ont coller l’annonciation à Jésus (PSSL). Par conséquent, ils nient tous que cette prophétie soit à MOHAMED (PBSL). Néanmoins, ce que prétendent les deux sectes est absolument du tort ; et le livre sacré en fait foi, car l’annonciation impose deux conditions : la première en est que ce prophète soit du milieu des frères des fils d’ISRAEL et la deuxième, être comme Moise (PSSL). 

Ces deux conditions précités refusent par simple logique, de s’appliquer à une personne en dehors de celle du prophète (PBSL), car il est des fils d’ISMAEL fils d’IBRAHIM (PSSE), et les fils d’ISRAEL (JACOB) sont les fils d’ISAC fils d’IBRAHIM. 

Le prophète (PBSL) est donc issu des frères des fils d’ISRAEL. Et pour ce qui est de la condition de la ressemblance et de la proximité du rang entre le prophète en question et Moise (PSSL), elle se trouve largement réalisé dans le prophète (PBSL), du moment que tout deux sont porteur d’une nouvelle législation et d’un message religieux indépendant ; Vous pouvez à loisir lire ce qui est indiqué dans le verset 30 de Sourate AHQAF. 30.Ils dirent : "Ô notre peuple ! Nous venons d'entendre un Livre qui a été descendu après Moïse, confirmant ce qui l'a précédé. Il guide vers la vérité et vers un chemin droit.

En outre, ce qui renforce d’avantage la similarité entre notre prophète (PBSL) et Moise (PSSL), est le hadith suivant que rapporte AL BOUKHARI du messager (PBSL) : "Ne faites pas de distinction entre les prophètes d'Allah (donnant votre prédilection aux uns sur les autres). Le jour où on soufflera dans la Trompette, à l'exception de celui qu'Allah voudra, tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre s'évanouiront. On soufflera une seconde fois dans la Trompette et je serai le premier à être ressuscité - ou dans une variante: parmi les premiers qui seront ressuscités. A ce moment, Moïse sera cramponné au Trône divin. Je ne sais si on lui a déjà tenu compte lors de son premier évanouissement le jour du At-Tûr (lorsque Allah s'est adressé à lui) ou s'il a été ressuscité avant moi. 

D’un autre côté l’incompatibilité des deux conditions, avec et Josué et Jésus, réside essentiellement dans le fait qu’ils soient parmi les fils d’ISRAEL et non du milieu des frères des fils d’ISRAEL, et si le désigné était l’un des deux, la parole de Dieu aurait pu être : (je leur susciterai un prophète parmi eux), mieux encore, il ne serait même pas nécessaire de déterminer d’où sortira ce prophète du moment que sa sortie parmi les fils d’ISRAEL est chose habituelle qui se passe d’un quelconque éclaircissement ou détermination.. 

La négation de la 2ème condition a pour raison le fait que ni Josué ni Jésus était comme Moise : car Josué était le valet de Moise, il n’a pas amené une nouvelle législation, ni s’y est révélé un livre, et Jésus aussi n’a pas ramené une nouvelle législation, mais il était sur les traces de la législation de Moise ; de plus, si les chrétiens font de Jésus le fils de Dieu et qu’il lui est associé dans la divinité, comment après cela se contredisent –ils en disant que Jésus est semblable à Moise ? !! 

D’ailleurs, l’élément clé qui nie fondamentalement qu’il ait existé parmi les fils d’ESRAEL, un prophète semblable à Moise émane du livre sacré, dès les versets 34 : 5 jusqu’au 34 :11 du volume de la deutéronome : 

"34:5
- Moïse, serviteur de l'Éternel, mourut là, dans le pays de Moab, selon l'ordre de l'Éternel.

34:6
- Et l'Éternel l'enterra dans la vallée, au pays de Moab, vis-à-vis de Beth Peor. Personne n'a connu son sépulcre jusqu'à ce jour.

34:7
- Moïse était âgé de cent vingt ans lorsqu'il mourut; sa vue n'était point affaiblie, et sa vigueur n'était point passée.

34:8
- Les enfants d'Israël pleurèrent Moïse pendant trente jours, dans les plaines de Moab; et ces jours de pleurs et de deuil sur Moïse arrivèrent à leur terme.

34:9
- Josué, fils de Nun, était rempli de l'esprit de sagesse, car Moïse avait posé ses mains sur lui. Les enfants d'Israël lui obéirent, et se conformèrent aux ordres que l'Éternel avait donnés à Moïse.

34:10
- Il n'a plus paru en Israël de prophète semblable à Moïse, que l'Éternel connaissait face à face.

34:11
- Nul ne peut lui être comparé pour tous les signes et les miracles que Dieu l'envoya faire au pays d'Égypte contre Pharaon, contre ses serviteurs et contre tout son pays."
 


Si, par conséquent, et comme vous avez pu le constater, le livre sacré nie formellement la sortie d’un prophète des fils d’ISRAEL qui sera semblable à Moise ; comment alors osent les gens du livre prétendre que le prophète décrit comme étant semblable à Moise, est sorti des fils d’ISRAEL ? !! 

De l’autre angle, la croyance des chrétiens qui voit en Jésus un délivreur du monde et porteur des péchés de l’humanité, ne serait appropriée à l’essence du texte décrivant la relation de ce prophète avec les gens, en l’occurrence, le châtiment de tout être qui ne le suivra pas et n’écoutera pas sa parole (et si quelqu’un n’écoute pas mes paroles qu’il dira en mon nom, c’est moi qui lui en demanderai compte). 

Par ailleurs, Il parait bel et bien que les juifs étaient en attente d’un prophète comme ils attendaient Christ, car l’évangile de Jean 1 : 19-25 évoque : 

"1:19
- Voici le témoignage de Jean, lorsque les Juifs envoyèrent de Jérusalem des sacrificateurs et des Lévites, pour lui demander: Toi, qui es-tu?

1:20
- Il déclara, et ne le nia point, il déclara qu'il n'était pas le Christ.

1:21
- Et ils lui demandèrent: Quoi donc? es-tu Élie? Et il dit: Je ne le suis point. Es-tu le prophète? Et il répondit: Non.

1:22
- Ils lui dirent alors: Qui es-tu? afin que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu de toi-même?

1:23
- Moi, dit-il, je suis la voix de celui qui crie dans le désert: Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit Ésaïe, le prophète.

1:24
- Ceux qui avaient été envoyés étaient des pharisiens.

1:25
- Ils lui firent encore cette question: Pourquoi donc baptises-tu, si tu n'es pas le Christ, ni Élie, ni le prophète?"
 


Elie (Ilias dans le Coran) est un prophète mentionné dans le livre sacré comme étant élevé par Dieu au ciel, et que les Juifs attendaient son retour, parait-il. Qui donc est ce prophète évoqué dans le texte que les juifs attendaient ardemment, du moment que ce n’est ni Elie, ni Jean, ni Christ, si ce n’est que le messager d’Islam (PBSL) ?!Il s’avère que les gens du livre ont dû avoir une difficulté à prouver la ressemblance entre Moise et Christ (PSSE) (du moins selon leur croyance) ; ils ont alors orienté leur efforts vers les tentatives à prouver la nom ressemblance entre Moise (PSSL) et MOHAMED(PBSL). Qu’ont-ils alors dit ? 

Ils se sont ridiculisés à avancer des critères qui ne seront être utilisés même pour prouver une ressemblance entre une paire de jumeaux parfaitement identiques. Moise disent ils mourut à l’âge de 160, alors que MOHAMED mourut à 63 !!, Moise était élevé dans un palais, alors que MOHAMED ne s’y est jamais mis les pieds !!, et que Moise a traversé la mer avec les fils d’ISRAEL alors que MOHAMED ne l’a pas traversé !! … 

Cependant, par usage d’une pure vision et sainte raison, on parvient à percevoir clairement que le terme (semblable à toi) désigne la similitude en position et rang -autrement, il ne serait pas nécessaire de dire « semblable à toi » du moment que tout les prophètes se ressemblent forcement dans des choses et se distinguent dans d’autres-, également la négation de la ressemblance dans sa parole (il n’a plus paru en ISRAEL de prophète semblable à Moise) révèle clairement qu’il s’agit d’une négation de ressemblance dans la position et le rang … et je crois fortement que c’est une chose très claire pour toute personne clairvoyante, subtile, sainte d’esprit qui redoute le courroux de Dieu dans le bas monde et la mauvaise fin aussi que les pénibles supplices dans l’au-delà.24. Ne méditent-ils pas sur le Coran ? Ou y a-t-il des cadenas sur leurs coeurs ? Sourat MOHAMED (24) 

Nous te faisons donc orienter vers une direction qui te plaît.
 


Dieu de très haut dit dans Son noble Livre :144. Certes nous te voyons tourner le visage en tous sens dans le ciel. Nous te faisons donc orienter vers une direction qui te plaît. Tourne donc ton visage vers la Mosquée sacrée. Où que vous soyez, tournez-y vos visages. Certes, ceux à qui le Livre a été donné savent bien que c'est la vérité venue de leur Seigneur. Et Dieu n'est pas inattentif à ce qu'ils font AL BAKARA 144

Le prophète (BPSL) tournait le visage dans le ciel, et se gênait de demander à Dieu de changer AL Qebla -qui était le temple de Jérusalem vers lequelle prosternaient les musulmans- pour qu’elle devienne la sainte mosquée, Dieu l’a alors comblé ainsi que sa nation en leur agréant une Qebla indépendante des autres nations, car les Juifs et les Chrétiens avaient pour Qebla le temple de Jérusalem que les musulmans au début ont dû aussi avoir pour Qebla jusqu’à ce que Dieu ordonna à Son noble messager (PBSL) de changer vers la sainte mosquée… 

Mais est-ce que le livre sacré informe sur un tel changement de la Qebla de Jérusalem vers un autre lieu ? 

Il est mentionné dans l’évangile de Jean, verset 4, paragraphe 19, 20, 21 : 

"4:19
- Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète.

4:20
- Nos pères ont adoré sur cette montagne; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem.

4:21
- Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père."
 


Le mot père évoqué dans le texte veut dire Dieu, il est souvent mentionné dans le livre sacré pour désigner Dieu, également, il y’a souvent lieu de trouver le terme « les fils de Dieu » comme signification symbolique des « vertueux » et « croyants » parmi les exemples similaires dans le livre sacré qui renforce cette signification, on cite : (je monte vers mon père et votre père ) Jean 20 :17

Jean 1:12 
- Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,

Matthiew 5:9
- Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu

Exode 4:22
- Tu diras à Pharaon: Ainsi parle l'Éternel: Israël est mon fils, mon premier-né.

Par le figuier et l’olivier et le pont de Sinin 

Dieu glorifié soit-Il, au début de sourate Figuier dans le Coran, disant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]1. Par le figuier et l'olivier ! 2. Et par le Mont Sinin ! 3. Et par cette Cité sûre ! 4.Nous avons certes créé l'homme dans la forme la plus parfaite.) Le figuier 1/2/3/4

C’est un serment qui a sa propre signification symbolique, car le figue et l’olive se rapportent à la terre de Palestine ou bien le temple de Jérusalem le lieu où Jésus (PSSL) a reçu la révélation divine, le pont de Sinin est la montagne ATTAUR à Sinai où Dieu a parlé à Moise (PSSL) et pour ce qui est de la cité sûre, c’est la Mecque , lieu de la descente de la révélation sur le messager du Dieu (PBSL). 

Ces nobles versets désignent les endroits des trois messages religieux : le judaïsme, le christianisme, et l’islam ; cela nous mène à se demander si le livre sacré contient une pareille désignation des trois lieux sacrés ! 

La réponse nous est parvenue sur la langue de Moise s’adressant à son peuple avant sa mort ; dans le volume de la deutéronome, verset 33 : 2 / 3 

"33:2
- Il dit: L'Éternel est venu du Sinaï, Il s'est levé sur eux de Séir, Il a resplendi de la montagne de Paran, Et il est sorti du milieu des saintes myriades: Il leur a de sa droite envoyé le feu de la loi.

33:3

Oui, il aime les peuples; Tous ses saints sont dans ta main. Ils se sont tenus à tes pieds, Ils ont reçu tes paroles."
 


A titre d’éclaircissement : l’expression « l’Eternel est venu de Sinai, désigne le message de Moise (PSSL), celle de « il s’est levé sur eux de Seir »signale le message de Jésus (PSSL) car Seir est une zone montagneuse sur la terre de Palestine, lieu où Christ (PSSL) a vécu. 

Finalement l’expression « il a resplendi de la montagne de Paran » désigne la descente du message sur le prophète MOHAMED (PBSL), et Paran c’est la sainte Mecque, la même terre où a vécu ISMAEL (PSSL) : (il habita dans le désert de Paran) volume de la genèse verset 

"21:21
- Il habita dans le désert de Paran, et sa mère lui prit une femme du pays d'Égypte ."
 


Le Coran nous apprend également cette vérité :37. Ô notre Seigneur, j'ai établi une partie de ma descendance dans une vallée sans agriculture, près de Ta Maison sacrée [la Kaaba], - ò notre Seigneur - afin qu'ils accomplissent la Salat. Fais donc que se penchent vers eux les coeurs d'une partie des gens. Et nourris-les de fruits. Peut-être seront-ils reconnaissants ? IBRAHIM 37. 

Certains parmi les gens du livre prétendent que Paran n’a nul lien avec la Mecque, que c’est un lieu à proximité de Sinai que Moise et les fils d’ISRAEL avaient traversé lors de leur exode de l’Egypte; jetant ainsi toute la prédiction sur Mois. Les fils d’ISRAEL prétendent également que le texte met l’accent sur un simple rappel de Moise pour son peuple des lieux qu’ils ont traversé après leur exode de l’Egypte, niant carrément qu’il s’agit d’un emblème des messages religieux… à supposer comme vraisemblable leurs prétentions , pourquoi Moise dit : l’Eternel est venu, il s’est levé, il a resplendi, mieux encore, est ce que cette Paran à proximité de Sinai est d’une telle importance que Moise informe que Dieu a resplendi d’elle ? ! Sachant évidement que « a resplendi » est plus fort que « venu » et « s’est levé »… 

Toujours en rapport avec ce concept de proximité de Sinai, si comme prétendu, Paran n’est qu’un désert proche de Sinai que les fils d’ISRAEL ont dû traversé avant de passer par Seir près de Palestine…Comment expliquer donc que Dieu est venu de Sinai puis s’est levé à Seir avant de resplendir des montagnes de Paran ?! 

Est-il raisonnable de concevoir que Moise et les fils d’ISRAEL ont passé par Seir dans Palestine avant de traverser un lieu près de Sinai, lors de leur exode de l’Egypte à Palestine ? ! ! (2). 

Aussi ce classement ne peut être falsifié ni interprété autrement, car « resplendir » ne peut avoir lieu qu’après « venir » et « levé », et c’est effectivement ce que confirme le texte anglais en disant (a resplendi dorénavant)… 

Se référant toujours à la moindre logique, pourquoi Moise aurait-il à rappeler son peuple peu avant sa mort des choses qu’ils connaissaient et des lieux qu’ils avaient traversé?! Et puis pourquoi leur adresse t-il la parole tout en partant d’un absent (il s’est levé pour eux) pourquoi n’a-t-il pas dit « il s’est levé pour nous » ou il s’est levé pour vous ?!! 

Le livre sacré nous explique aussi dans le volume de l’exode ce qui s’est passé aux fils d’ISRAEL après leur exode de l’Egypte, nous raconte que Dieu leur est apparu du désert de Sinai puis de la montagne de Sinai et leur a recommandé les dix commandements connus ; après cela, tout ce qui nous raconte le livre sacré de l’apparition du Dieu aux fils d’ISRAEL se résume dans un rappel de Moise pour son peuple de cet apparition de Dieu de la montagne de Sinai et les dix commandements qu’il leur ait imposés ; d’où parvient donc cette soit- disant apparition de Dieu aux fils d’ISRAEL du désert de Paran au nord de Sinai que les gens du livre invente alors qu’il y’en a nul trace dans le livre sacré lui-même avec ses deux testaments, l’ancien et le nouveau ?!!... 

Encore une fois, à supposer plausible que Paran soit un endroit près de Sinai, cela n’empêche guère que le nom de Paran soit octroyé aussi à la Mecque, du moment que ISMAEL (PSSL) a habité la Mecque et non Sinai. (3). 

D’autre part, si les gens du livre prétendent que ISMAEL n’a pas habité la Mecque, ils seraient nécessairement dans l’obligation de nier que IBRAHIM et ISMAEL ont élevé le temple de la sainte maison à la Mecque, comme il l’aurait aussi été obligatoire de nier la sainteté de la sainte maison à la Mecque et son attribution à Dieu. Oseraient –ils une telle chose ?! (4) 

Retournons au texte pour expliquer : (Et il est sorti du milieu des saintes myriades : Il leur a de sa droite envoyé le feu de sa loi) : Les saintes myriades désigne les grands nombres des saintes, le terme myriades utilisé dans le livre sacré pour souligner les grands nombres, et c’est le même texte dans la version anglaise qui nous démontre cette signification (Dieu est venu du Sinai, il s’est levé sur eux de Seir, il a resplendi dorénavant de la montagne de Paran, et il est venu avec des dizaines des milliers de saints, de sa droite il leur a imposé une loi de feu, …) 

L’expression ‘’ Les dix milliers des saints ‘’ se rapporte aux compagnons du prophète avec lesquels Dieu a soutenu son messager (PBSL) et dont le nombre a atteint les dix milliers lors de ‘’l’ouverture’’ ; et 30 milles dans la bataille de Tabouk, pour atteindre environ 140 milles musulmans juste avant la mort du prophète (PBSL). 

Le texte anglais rajoute, en effet, le terme « dorénavant », ce dernier qui exprime clairement la suite chronologique, confirme également la perpétuité ; il a donc resplendi dorénavant, ce qui s’applique sur le message du prophète (PBSL) qui a constitué le sceau des messages et qui le demeura dorénavant jusqu’à ce que Dieu héritera la terre et ce qu’elle contient. 

Autre point à soulever, est que le texte a fait de Paran une terre d’obéissance et de fidélité à Dieu, bénéficiant ainsi de l’heureuse fin et ce dans sa parole (oui, il aime les peules ; Tous ses sains sont dans ta main. Ils se sont tenus à tes pieds, Ils ont reçu tes paroles ), ce qui refute l’hypothèse selon laquelle Paran serait dans ce texte un désert au nord de Sinai, du moment que le livre sacré et le coran affirment que les fils d’ISRAEL ont accouru le courroux de Dieu durant cet exode, ainsi que leur condamnation à l’égarement pendant 40 ans ; le Coran nous le stipule clairement dans ce verset :60.Dis : "Puis-je vous informer de ce qu'il y a de pire, en fait de rétribution auprès de Dieu ? Celui que Dieu a maudit, celui qui a encouru Sa colère, et ceux dont Il a fait des singes, des porcs, et de même, celui qui a adoré le Tagut, ceux-là ont la pire des places et sont les plus égarés du chemin droit". AL MAIDA 26.

Conjointement à ces textes du livre sacré qui informent sur la venue d’un prophète de Paran, en existe-t-il d’autres ? 

Une lumière nous est survenus du verset 3 du volume de Habacuc (l’un des prophète des fils d’ISRAEL) 3 : 2 à 12 

"3:2
- Éternel, j'ai entendu ce que tu as annoncé, je suis saisi de crainte. Accomplis ton oeuvre dans le cours des années, ô Éternel! Dans le cours des années manifeste-la! Mais dans ta colère souviens-toi de tes compassions!

3:3
- Dieu vient de Théman, Le Saint vient de la montagne de Paran... Pause. Sa majesté couvre les cieux, Et sa gloire remplit la terre.

3:4
- C'est comme l'éclat de la lumière; Des rayons partent de sa main; Là réside sa force.

3:5
- Devant lui marche la peste, Et la peste est sur ses traces.

3:6
- Il s'arrête, et de l'oeil il mesure la terre; Il regarde, et il fait trembler les nations; Les montagnes éternelles se brisent, Les collines antiques s'abaissent; Les sentiers d'autrefois s'ouvrent devant lui.

3:7
- Je vois dans la détresse les tentes de l'Éthiopie, Et les tentes du pays de Madian sont dans l'épouvante.(Selon le dictionnaire de la Bible, les tentes de l’Ethiopie désignent les tribus arabes de Couchan qui ont pris pour l’Ethiopie et la terre de Noba leur patrie qui s’est élargie sur des vastes parties de la péninsule arabique. Pour Median, elle se situa au nord de la péninsule arabique. Tout le paragraphe est donc un emblème déclaratif du sud et du nord de la péninsule).

3:8
- L'Éternel est-il irrité contre les fleuves? Est-ce contre les fleuves que s'enflamme ta colère, Contre la mer que se répand ta fureur, Pour que tu sois monté sur tes chevaux, Sur ton char de victoire?

3:9
- Ton arc est mis à nu; Les malédictions sont les traits de ta parole... Pause. Tu fends la terre pour donner cours aux fleuves.

3:10
- A ton aspect, les montagnes tremblent; Des torrents d'eau se précipitent; L'abîme fait entendre sa voix, Il lève ses mains en haut.

3:11
- Le soleil et la lune s'arrêtent dans leur demeure, A la lumière de tes flèches qui partent, A la clarté de ta lance qui brille.

3:12
- Tu parcours la terre dans ta fureur, Tu écrases les nations dans ta colère."
 


A la lecture du texte ci-dessus, l’esprit se trouve logiquement contraint à n’octroyer ce récit qu’au noble prophète (PBSL), qui est venu de Paran en l’occurrence la Mecque ..et que Théman mentionnée dans le texte est l’ancien nom de Yemen, signe clair du sud de la péninsule arabique … ce que justement ont confirmé les savants musulmans ayant traité préalablement cette prophétie, rendant prépondérant l’idée selon laquelle Yeman serait elle-même Théman à cause de leur similitude terminologique et leur désignation pareille du sud toutes les deux, également à cause de l’association dans le texte de Thaiman à Paran prouvé historiquement comme étant la Mecque et qui se situe aux nord du Yemen… 

Malgré les attribues du prophète (PBSL) contenues dans ce texte et qui réunissent à la fois la force spirituelle signalée par cette parole (sa majesté couvre les lieux, et sa gloire remplit la terre), et celle matérielle que le reste du texte relate comme l’écrasement des ennemis de Dieu, ainsi que la signalisation des flèches qui partent, les lances qui brillent et les chevaux…, des attribues, en effets, que seul le prophète (PBSL) possède, cet envoyé miséricorde aux gens et sabre sur les nuques des polythéistes… je disais qu’en dépit de ces qualifications propres au prophète, les gens du livre nient catégoriquement que c’est du prophète qu’il s’agit dans ce texte !! Avec une impuissance absolue de nous stipuler de quel prophète ce texte parle !!! Et parallèlement à ce reniement, ils nient bien entendu, également que Théman soit le Yemen, et insistent sur le fait que Paran ne serait qu’un désert entre Sinaî et Palestine, n’ayant aucun rapport avec la sainte Mecque, tentant ainsi de nous persuader que la convergence terminologique entre le Yemen et Theman n’est qu’une simple parenté des noms !! 

A présent, laissons de côté ce que prétendent nos savants musulmans, et ce que disent les savants des gens du livre, et cédons la place au dictionnaire du livre sacré, pour identifier de façon absolument neutre Théman précité dans le texte ci-dessous. 

Selon ce dictionnaire : Théman est un endroit qui se situe au sud de Idom.Quel est donc cet Idom ?Selon le dictionnaire des anciennes route sous le titre Empires : (Idom commence à partir de l’extrémité sud de la mer morte, s’étale sur des superficies du Sahara arabe à l’est, et s’étend pour contenir toute les terres du sud de la mer rouge et celles du long du Littoral et de la mer rouge . La partie sud d’Idom est sorte de terre désertique étendue, et Idom englobe une partie de l’itinéraire d’encens se propageant au sud jusqu’à Sheba qui représente actuellement le Yeman). 

Pour Théman que le dictionnaire du livre sacré situe au sud d’Idom, sa désignation dans tous les dictionnaires spécifiques aux origines et signification des mots est : le sud.Dans cet ordre d’idée, du moment que Théman se situe au sud d’Idom comme le mentionne le dictionnaire du livre sacré, le Yeman se trouve au sud d’Idom comme précité dans le dictionnaire des anciennes routes, et que le sud est la signification hébraïque de Théman et le Yeman, nous déduisons avec toute évidence que Théman est elle-même le Yemen. 

Outre ce que nous a reporté le dictionnaire du livre sacré et celui des anciennes route dont nous avons déduit que Théman est elle-même le Yemen ; en général, toutes les sources que nous avons consultées et qui parlent directement de Théman, nous ont épargnés la peine de déduction !! Qu’ont –elles alors dit ?. 

L’encyclopédie juive (jewishencyclopedia) parle d’un voyageur juif très connu disant :Carasso David Samuel est né à Salonica en Turkie ; à l’occasion de son voyage au Yeman en 1874, il a étudié la situation des juifs dans cette région qui l’a publiée dans son oeuvrage intitulé ‘’ Zikroun Theman ‘’, mon voyage au Yeman). [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[ltr][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ... 1&letter=c[/ltr]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 

Un autre site juif sous l’adresse [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[ltr][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][/ltr]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], nous informe que : les juifs Yemani sont appelés en hebrou les ‘’Themani ‘’, ce sont les juifs qui habitent actuellement en Yeman ayant pour nom hebraique ‘’Theman’’, c’est une communauté qui se situe au sud de la péninsule arabique, ils appartiennent aux juifs Mizrani. 

Aussi un autre site juif sous l’adresse [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[ltr][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][/ltr]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] relate : quiconque a l’occasion de rencontrer les juifs du Yeman, sera impressionné par le raffinement, la modestie et la piété dont ils témoignent. Les racines des juifs du Yeman -Theman en hebrou- commence dés le début de notre histoires. A coté de ce qui est mentionné dans le Torah hebraique(Elifaz l’ami de Jacob venait de Theman, et nombreux sont les prophètes qui ont parlé de Theman),on disait que la reine de Saba’a a entendu parler de Salamone à travers les juifs de Yeman qui se trouve à coté du royaume de Saba’a. 

Enfin un autre site juif sous l’adresse [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[ltr][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][/ltr]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] , racontant l’histoire des juifs du Yeman : l’un des savants juifs les plus respectés en Yeman, Jacob Nathanael al Fayoumi, avait écrit une lettre y consultant le Rabin Moshe ben Maimoun, réputé sous le nom de Maimounides, ce dernier lui répondu par une épître intitulée Iggeret Themen( l’écrit de Theman), un écrit qui avait un impact énorme sur les juifs du Yeman. 

Si nous sommes donc parvenus à prouver incontestablement à la lumière de ce qui précédait, que Theman est absolument le Yemen ; il convient donc de toute évidence de trancher que Paran est l’une des appellation de la Mecque, et que ce que l’on raconte à propos de Paran comme étant ici dans le texte de Habacuc, un désert entre Sinai et Palestine, n’est qu’une sorte d’idiotie !!! Y’avait –il un prophète sorti de cet endroit dont la gloire a remplit la terre, et dont le regard faisait trembler les nations ?!! ou bien, est ce que cet endroit a connu foncièrement la sorti d’un quelconque prophète ?!! 

Nous sommes toujours en attente d’une explication de la part des gens des livres susceptible de nous identifier ce grandiose prophète qualifié de saint qui est venu de Paran, selon le texte !! Cependant, il est opportun de se demander ; est ce que les gens du livre avouent que le terme « Saint » désigne un prophète ? !! 

En effet, comme est la tradition chez eux, depuis la plus haute antiquité, ils ont recours à une étrange ruse à fin d’écarter cette prophétie du prophète (PBSL) ; nous informant que le « Saint » ici, désigne Dieu lui-même !! Et qu’il n’est point lieu de l’octroyer à un prophète !!.Pour ce, nous allons substituer le terme de majesté par le mot « Saint ». La phrase serait donc (Dieu vient de Théman et Dieu vient de la montagne de Paran) !!! 

S’avère t-il croyable ?! Ou bien raisonnable ?!! 

Pourtant c’est le livre sacré qui va les démentir, car on y trouve l’utilisation abondante des termes propres à Dieu Glorifié Soit-Il, employés pour décrire au même temps ses prophètes. Comme par exemple dans le volume d’Essaie, verset 42 : 13 : (L’Eternel avance comme un héros, et excite son ardeur comme un homme de guerre).Aussi dans le volume d’Exode, verset : 7 :1 (L’Eternel dit à Moise : vois, je te fais Dieu pour Pharaon ; et Aron, sera ton prophète). Dans les Psaumes, verset 106 : 16 : (Ils se montrèrent, dans le camp jalous contre Moise, contre Aaron, le Saint de l’Eternel). 

Ceci dit ; si Théman désigne un endroit au sud d’Idom, comme l’affirme le dictionnaire du livre sacré, que sa signification dans tous les dictionnaires arabes, étrangers ou hébraiques, est le sud et comme il n’y a point lieu de divergence entre 2 juifs que Théman est l’ancien nom de Yemen, quel rapport peut elle avoir bon sang avec Paran qui se trouverait entre Sinai et Palestine ?!! 

De l’autre côté, que ceux qui prétendent que le Saint ici veut dire Dieu, que Théman n’est pas le Yemen et que Paran ne désigne q’un lien entre Sinai et Palestine, nous informent pourquoi Dieu vient –il de cette Paran spécialement, alors qu’elle n’a connu aucun message religieux, ni l’envoi d’un prophète de sa terre, pour y resplendir dorénavant et à fin qu’y sort également pour couvrir le ciel de son éclat, et remplir la terre de sa gloire, et s’arrête et de l’œil mesure la terre, il regarde et il fait trembler les nations et les Montagnes éternelles se brisent ?!!Cette Paran doit nécessairement être d’un grand intérêt !! et elle ne le saurait éventuellement pas que s’elle constitue le berceau de l’ultime révélation, la cité natal du seau des prophète et le centre du parfait appel !! 

Qui est donc ce saint ou ce grandiose prophète qui est venu de Paran, dont la majesté a couvert les cieux et la gloire a remplit la terre ? Ce n’est en aucun cas Moise l’Interlocuteur ou bien Jésus le Christ, et aucun prophète parmi ceux des fils d’ISRAEL ; personne n’a osé prétendre que Paran a connu l’envoi d’un prophète des fils d’ISRAEL; peut être l’orientation du lieu de la révélation de la Serie au pays d’arabe, et de voir la prophétie quitter le foyer d’ISRAEL serait la cause de crainte de Habacuc, l’un des prophète des fils d’ISRAEL quand il a eu l’information: 

"3:2
- Éternel, j'ai entendu ce que tu as annoncé, je suis saisi de crainte. Accomplis ton oeuvre dans le cours des années, ô Éternel! Dans le cours des années manifeste-la! Mais dans ta colère souviens-toi de tes compassions!

3:3
- Dieu vient de Théman, Le Saint vient de la montagne de Paran... Pause. Sa majesté couvre les cieux, Et sa gloire remplit la terre."
 


Qui peut être ce saint qui est venu de Paran, il s’arrête, et de l’œil mesure la terre qui s’est remplie de ses partisans. Il regarde et fait trembler les nations et les peuples et les serviteurs ont cédé devant son message, que l’Imam des prophètes et le sceau des messages, la vie du cœur, la joie de l’œil, le propriétaire du drapeau noué et du rang admirable MOHAMED (PBSL) le serviteur de Dieu et son messager… 
De ton pareil n’a point œil vu 

Et plus beau que toi, aucune femme n’a enfanté 

Tu es naît saint de tout défaut 

On dirait, que tu es conçu tel que tu désirais. 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 
Cette carte est transcrite d’un site du livre sacré et qui montre l’emplacement géographique d’Idom au sud de laquelle se situe Theman selon le dictionnaire du livre sacré. L’emplacement de la péninsule arabique par rapport à Idom est déterminé ici par un cercle, et comme vous pouvez le constater elle se situe directement au sud d’Idom, ce qui conforme que Theman se reporte à un endroit dans la péninsule arabique.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13363
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:11

MOHAMED le messager de Dieu dans la Torah et l’évangile
Et annonciateur d’un messager à venir après moi

Dieu très haut dit dans son noble livre : 6. Et quand Jésus fils de Marie dit : "Ô Enfants d'Israël, je suis vraiment le Messager de Dieu [envoyé] à vous, confirmateur de ce qui, dans la Thora, est antérieur à moi, et annonciateur d'un Messager à venir après moi, dont le nom sera "Ahmad". Puis quand celui-ci vint à eux avec des preuves évidentes, ils dirent : "C'est là une magie manifeste"... ASSAF : 6 

Le prophète MOHAMED (PBSL) est l’unique envoyé après Jésus (PSSL), or les chrétiens nient la venue d’un prophète après Jésus (PSSL), un reniement que nous allons démentir à travers les textes du livre sacré, prouvant formellement que Jésus (PSSL) a prédit cette venue. 

Le verset 16 du paragraphe 7 au 13 de l’évangile de Jean structure fondamentalement cette annonciation sur la langue du Christ (PSSL) s’adressant à ses disciples peu avant son départ : 

« 16:7 - Cependant je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai.
16:8 - Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement:
16:9 - en ce qui concerne le péché, parce qu'ils ne croient pas en moi;
16:10 - la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus;
16:11 - le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé.
16:12 - J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.
16:13 - Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. »
 


Le terme consolateur comme il est précisé dans le dictionnaire du livre sacré veut dire : avocat, défenseur ou bien intercesseur. 

Christ continue toujours à propos de ce consolateur, par : (16:12 - J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.16:13- Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.) 

Une déclaration claire du Christ (PSSL) que la législation n’est pas encore parachevée, du moment qu’il affirme à ses disciples, juste avant son départ, qu’il n’a pas tout dit par leur manque d’aptitude de porter les choses en ce moment, et que c’est à ce consolateur qu’incombe la tâche de parachever la législation (quand le consolateur sera venu, l’esprit de vérité, il vous conduira vers toute la vérité).La question donc logique à se poser est : qui est donc ce consolateur ou l’esprit de la vérité annoncé par Christ (PSSL). 

D’abord Christ (PSSL) nous enseigne que le consolateur ou bien l’esprit de vérité ne viendra qu’après son départ (si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas pour vous).D’un autre côté, il atteste que ce consolateur est meilleur que lui, autrement il n’aurait pas dit à ses disciples (il vous est avantageux que je m’en aille). 

Il en rajoute également à propos de ce consolateur (il vous annoncera les choses à venir), ce qu’effectivement s’applique scrupuleusement au prophète (PBSL), qui nous a instruits maintes choses invisibles se liant au bas monde et ce qui déroulera après sa mort, ou bien l’au –delà et ce qu’il comportera de résurrection, jugement, paradis et enfer… 

Egalement Christ informe que ce consolateur (vous conduira dans toute la vérité).Là aussi c’est une indication qui s’applique fortement au prophète (PBSL) qui a conduit les gens vers l’entière vérité, les a fait connaître leur unique Dieu, détruit les illusions qui ont asservi les esprits d’adoration, des idoles et d’association au créateur , instruit l’être humain sur son existence et sa mission dans la vie, a montré la sainte relation entre la créature et son créateur, entre les gens les uns aux autres, a clarifié les sources de législation assignée par Dieu à ses serviteurs pour le bien être et la prospérité de l’humanité ainsi que sa rectitude à travers tous les temps et les lieux. 

C’est ce qui dépeint fondamentalement ce verset coranique : 

89.Et le jour où dans chaque communauté, Nous susciterons parmi eux-mêmes un témoin contre eux, Et Nous t'emmènerons [Muhammad] comme témoin contre ceux-ci. Et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu'un guide, une grâce et une bonne annonce aux Musulmans. ANNHEL 89.
 


Se référant toujours au même texte, on y trouve cette parole de Jésus (PSSL) (car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu) ce qui se conforme strictement avec la description du prophète (PBSL) dans les versets : 

3.et il ne prononce rien sous l'effet de la passion;
4. ce n'est rien d'autre qu'une révélation inspirée. 3-4 – ANNAJEM.
 


Quel est donc ce consolateur dont Christ a prophétisé l’avènement ? Mieux encore, y’aurait il d’autres prophètes après Christ, en dehors du prophète (PBSL) ??. 

Décidément et nécessairement, le consolateur ou l’esprit de vérité est une prédiction du prophète MOHAMED (PBSL), qui répond parfaitement à toutes les descriptions et s’y réalise ce sens de la supériorité, car c’est lui le sceau des prophètes, porteur de l’éternelle et générale législation. 

Cependant, comment interprètent les chrétiens ce consolateur ou esprit de vérité ? 

Loin d’être un humain, ils y voient un esprit, qui glisse dans les esprits des croyants à fin d’accroître leur croyance, et qui saurait selon eux : le Saint esprit – l’un des personnes de la sacré trinité chez eux. 

Dans le cas échéant, pourquoi son avènement est inhérent à cette condition du départ du Christ ? !! 

Et puis ; cet esprit serait-il plus avantageux chez eux que Christ pour qu’il leur dise ‘‘ il vous est avantageux que je m’en aille, car si je m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ?’’ 

De plus, est ce que cet esprit ne parle pas d’elle-même, mais dira ce qu’il entend ?! 

Est-ce qu’il annonce les choses à venir ?! 

Une autre contradiction à soulever, réside dans leur attribution de divinité à ce Saint esprit - selon leur prétention qui ne parle pas de lui-même, mais a besoin d’écouter ce qu’il dira !! Comment être Dieu celui qui ne peut parler de lui-même ?!!! 

Alors que nous les musulmans, nous croyons que cette parole du Christ (J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant ; Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ) désigne plutôt qu’ils ne sont pas encore préparés à recevoir toute la vérité et porter la parfaite législation et que c’est le prophète qui le succédera qui sera chargé de cette mission quand le cerveau humain sera plus mûr, et l’humanité prête à recevoir les prescriptions de la législation universelle. Qu’ils nous informent donc, ceux pour qui ce consolateur serait le Saint esprit : quel rapport y aurait –il entre le Saint esprit qui rempli les cœurs du croyants, et les choses que Christ veut dire, mais il ne peut pas faute de leur incapacité à les porter en ce moment ?!!! 

Ils disent que le Saint esprit est venu et a habité les esprits des disciples du Christ dix jours après son départ ; or est il raisonnable qu’un laps de temps aussi court que ces dix jours aurait été suffisant pour leur disponibilité à recevoir ce que Christ ne pouvait leur dire à cause de leur inaptitude à les porter ?!! 

En outre, le Saint esprit qu’ils prétendent être le consolateur, était bel et bien présent avant le départ du Christ, l’aidant et le soutenant, pourquoi donc Christ dit-il si je ne m’en vais pas, il ne viendra pas ? ce qui exclut bien entendu qu’il s’agit d’un esprit, mais plutôt d’un humain sans aucun doute et dans ce cas là, il ne peut être autre que MOHAMED (PBSL), le seul et unique à avoir succédé au Christ !! 

Si nous passons maintenant aux anciennes éditions, pour y voir comment le mot consolateur existant dans les nouvelles éditions est évoqué. C’est le mot ‘’parclet’’ qui se trouve à sa place ; un terme qu’aucun des prêtres ne nie être l’origine du mot consolateur, de même que sa signification dans le dictionnaire du livre sacré est pareille, pourquoi donc la divergence ?!! 

A préciser que le mot parclet est dérivé des mots grecques : ‘’ periclutos’’ et ‘’paraclutos’’Le premier mot veut dire : celui que se loue, ou bien loué : MOHAMED, ou bien AHMED le deuxième désigne le consolateur comme dans le texte. 

Les moines chrétiens insistent à imputer comme origine au terme ‘’parclet’’ le mot‘’ paraclutos’’ , alors que nos savants musulmans en voient l’origine dans le mot ‘’ periclutos’’ qui aurait été changé en ‘’paraclutos’’ pour écarter la prophétie du prophète (PBSL). 

Loin de cette divergence entre paraclutos et periclutos, on se contente de ce que nous avons prouvé de la prédiction du Christ (PSSL) d’un messie après lui qui ne saurait aucunement que le messager de l’ISLAM (PBSL) (5). 

Se reportant à ce que nous affirme le prophète sur lui-même (PBSL) : « je suis le sceau des prophètes », aussi (Aucun prophète ne viendra après moi) et ce que le coran confirme solennellement : (mais le messager de Dieu et le dernier des prophètes)Al ahzab :40 … , existe-t-il le moindre signe qui nous informe que Christ (PSSL) a annoncé qu’il achève la prophétie ?! 

Cédons la place à l’évangile de Matthiew chapitre 7, verset de 15 à 20 : 

« 7:15 - Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.

7:16 - Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons?
7:17 - Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.
7:18 - Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.
7:19 - Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.
7:20 - C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. »
 


Avec ce récit, très intéressant pour distinguer les vrais prophètes des faux, Christ (PSSL) a en effet stipulé la preuve irréfutable de la possibilité d’envoi de prophètes après lui ; les critères établis en témoignent largement. En outre, Christ, dans le cas où il serait le dernier des prophètes se serait contenté de dire : (Je suis le dernier des prophètes, ne suivez personne après moi). 

Ceci dit, à l’épreuve des critères posés par Christ, j’invite tous les gens du livre à examiner le fruit que MOHAMED (PBSL) a donné. 

Il a fait sortir des générations monothéistes qui adorent Dieu, Le glorifient, observent Ses prescriptions, croient en Ses livres et respectent tous Ses prophètes et les subliment. Qui 

Ordonnent le convenables et interdisent le blâmable, qui observent et appliquent le licite et évitent l’illicite et qui s’éloignent de la turpitude ouvertement ou en cachette. 

Voyez donc les musulmans, 1000 millions à être les moins à se livrer à l’adultère que Dieu a dénigré, MOHAMED ainsi que Christ ; les moins à s’adonner à l’alcool que Dieu a prohibé, MOHAMED ainsi que Christ, et les plus à suivre les percepts de Dieu, MOHAMED ainsi que Christ !! C’est une chose que seul un apostat désapprouve et qu’un rancunier trouve étrange. 

Ce fut une position au temps de leur faiblesse et leur abaissement, qu’en est –il alors d’eux en ère de leur force et puissance ?!! 

Ce fut le fruit …. L’avez –vous reconnu ? 

Après l’avoir reconnu ………. Croyez vous en son fondateur ?!! et si vous croiriez, auriez vous obéit à Christ et l’auriez vous suit ?!! 

Les villages occupés par Kedar que les habitants des rochers tressaillent d’allégresse !

Kedar est le lointain aïeul des tribus de la Mecque, l’un des fils d’ISMAEL (PSSL) comme l’indiquent les références historiques, ainsi que le livre sacré dans le volume de la genèse, verset : 25 : 13 

« 25:13 - Voici les noms des fils d'Ismaël, par leurs noms, selon leurs générations: Nebajoth, premier-né d'Ismaël, Kédar, Adbeel, Mibsam ».
 


On lui attribue -Kedar fils d’ISMAEL- les arabes arabisés nommés aussi les arabes Adnanis faisant allusion à ‘Adnan’ qui est de la progéniture de Kedar fils d’ISMAEL (PSSL).Les villages occupés par Kedar sont les mêmes que ceux qu’ISMAEL (PSSL) a occupés, et se rapportent effectivement à la région de la Mecque que le prophète (PBSL) a occupée. 

Il est évoqué dans l’ouvrage « QALEB JAZIRAT AL ARAB » « le cœur de la péninsule arabique » ; après avoir gouverné la Mecque sa vie durant, et la prise en charge de la sainte maison, ISMAEL (PSSL) a délégué son pouvoir à deux de ses fils : Nebajoth puis Kedar, ou peut être le contraire. 

De même, l’ouvrage « ARRAHIQ AL MAKHTOUM » « Le nectar scellé » fait remonté la généalogie du prophète (PBSL) et les tribus de la Mecque à Kidar fils d’ISMAEL, en substance, il est mentionné : (Dieu a accordé à ISMAEL douze fils : Nabajoth ou bien Benajoth, Kidar, Adbeel, Mibsam, Mishmaa, Douma, Massq, Hadad, Tema, Jetur, Naphish, Kedmah, des quels se sont ramifiées douze tribus répandues dans tous les coins de la péninsule, voire à son extérieur, pour se voir disparaître dans les ténèbres des temps, excepté la descendance de Nabajoth et Kidar. 

La civilisation des Nabataens , fils de Nabajoth c’est prospérée au nord du Hijaz, sur la base d’un gouvernement puissant et imprenable sauf face aux romains qui les ont anéantis. La progéniture de Kidar fils d’ISMAEL, par contre n’a pas cessé de se proliférer à la Mecque, pour donner Adnan et son fils Mood. Ce dernier dont le fils Nasar est l’ancêtre des quatre grandes tribus arabes : IYAD, ANMAR , RABIA et MODAR, ces deux dernières dont la descendance s’est largement proliférée ; la tribu de RABIAA s’est ramifiée en : ASSAD fils de RABIAA, ANZA, ABDELQAIS, deux fils de WAIL – BAKER et TAGHLIB-, HANIFA et bien d’autres. 

Alors que les tribus de MODAR se sont ramifiées en deux grandes branches : QAIS fils de AILAN fils de MODAR et les ventres d’ILIAS fils de MODAR, ayant respectivement pour progéniture : fils de SALIM, fils de HOUAZAN, fils de GHATFAN ; et TaMIM fils de MORRA, HAZIL fils de MODRAKA, fils d’ASSAD fils de KHAZIMA et les fils de KINANA fils de KHAZIMA dont QORAICH la tribu des fils de FAHER fils de MALEK fils de NAZER fils de KINANA. 

QORAICH s’est devisée en plusieurs tribus dont les plus connues sont les tribus de QOSSAY fils de KILAB, en l’occurrence ABDEDAR fils de QOSSAAY, ASSAD fils d’ABDEL OZZA fils de QOSSAY et ABDEMANAF fils de QOSSAY. Ce dernier qui a donné lieu à quatre sections : Abdechams, Nawfal, Al Motalib et Hachem, ce foyer duquel ALLAH a élu notre maître Mohamed (PBSL) fils d’Abdellah fils de Hachem. 

Voici donc KIDAR fils d’ISMAEL dont la descendance a occupé et occupe toujours la Mecque. Cependant c’est quoi SALEI ? 

En fait, Saleï est la montagne de Salaa qui se trouve dans la médina, se situant à peu prés de 500 m du mur ouest de la mosquée du prophète, d’une largeur de 300 à 800 m, et une hauteur de 80 m, elle est d’une grande importance historique esquissée par l’importance d’évènements déroulés sur ses pieds ou à proximité, notamment l’incursion de la fossé (AL KHANDAQ) qui a connu le rassemblement des polythéistes à la face ouest de la montagne, incapables de traverser la fossé qui les séparait des musulmans campés aux pieds de Salaa pris pour centre de commande où la tente du prophète (PBSL) était dressée. 

Depuis l’ère prophétique, plusieurs tribus ont occupé la base de la montagne, le sommet contient toujours les ruines des casernes remontants à l’ère Othmani, et à l’époque contemporaine, elle est devenue une partie de la frontière de la zone centrale de la médina, à raison de l’extension des constructions à son enceinte (6). 

Ceci dit, que nous enseigne le livre sacré sur les villages que Kidar a occupés, et sur Saleï ?C’est du volume d’ESSAIE que surgit la réponse claire dans le verset 42 du paragraphe 1 à 17 : 

« 42:1 - Voici mon serviteur, que je soutiendrai, Mon élu, en qui mon âme prend plaisir. J'ai mis mon esprit sur lui; Il annoncera la justice aux nations.

42:2 - Il ne criera point, il n'élèvera point la voix, Et ne la fera point entendre dans les rues.
42:3 - Il ne brisera point le roseau cassé, Et il n'éteindra point la mèche qui brûle encore; Il annoncera la justice selon la vérité.
42:4 - Il ne se découragera point et ne se relâchera point, Jusqu'à ce qu'il ait établi la justice sur la terre, Et que les îles espèrent en sa loi.

42:5 - Ainsi parle Dieu, l'Éternel, Qui a créé les cieux et qui les a déployés, Qui a étendu la terre et ses productions, Qui a donné la respiration à ceux qui la peuplent, Et le souffle à ceux qui y marchent.

42:6 - Moi, l'Éternel, je t'ai appelé pour le salut, Et je te prendrai par la main, Je te garderai, et je t'établirai pour traiter alliance avec le peuple, Pour être la lumière des nations,

42:7 - Pour ouvrir les yeux des aveugles, Pour faire sortir de prison le captif, Et de leur cachot ceux qui habitent dans les ténèbres.
42:8 - Je suis l'Éternel, c'est là mon nom; Et je ne donnerai pas ma gloire à un autre, Ni mon honneur aux idoles.
42:9 - Voici, les premières choses se sont accomplies, Et je vous en annonce de nouvelles; Avant qu'elles arrivent, je vous les prédis.
42:10 - Chantez à l'Éternel un cantique nouveau, Chantez ses louanges aux extrémités de la terre, Vous qui voguez sur la mer et vous qui la peuplez, Iles et habitants des îles!

42:11 - Que le désert et ses villes élèvent la voix! Que les villages occupés par Kédar élèvent la voix! Que les habitants des rochers tressaillent d'allégresse! Que du sommet des montagnes retentissent des cris de joie!
42:12 - Qu'on rende gloire à l'Éternel, Et que dans les îles on publie ses louanges!

42:13 - L'Éternel s'avance comme un héros, Il excite son ardeur comme un homme de guerre; Il élève la voix, il jette des cris, Il manifeste sa force contre ses ennemis.

42:14 - J'ai longtemps gardé le silence, je me suis tu, je me suis contenu; Je crierai comme une femme en travail, Je serai haletant et je soufflerai tout à la fois. »

(dans la version anglaise : gardé mon salut), et selon le dictionnaire du livre sacré dans la version hebraique, il s’y trouve (Chilalmim), sachant que les lettres du terme chilamim ou bien chalom sont identiquement les mêmes que ceux dont le mot Islam est dérivé).
« 42:15 - Je ravagerai montagnes et collines, Et j'en dessécherai toute la verdure; Je changerai les fleuves en terre ferme, Et je mettrai les étangs à sec.

42:16 - Je ferai marcher les aveugles sur un chemin qu'ils ne connaissent pas, Je les conduirai par des sentiers qu'ils ignorent; Je changerai devant eux les ténèbres en lumière, Et les endroits tortueux en plaine: Voilà ce que je ferai, et je ne les abandonnerai point.
42:17 - Ils reculeront, ils seront confus, Ceux qui se confient aux idoles taillées, Ceux qui disent aux idoles de fonte: Vous êtes nos dieux »

Quel est donc ce serviteur de Dieu et son élu que le texte mentionne ? 

En effet l’éclat diffusé par ce récit intensifie largement son identification au prophète (PBSL) qui est le serviteur de Dieu et son élu, qui a annoncé la justice aux nations , que les viles ont espéré en sa loi, qui ne s’ est point découragé ni s’est relâché jusqu’à ce qu’il ait établi la justice sur la terre et a guidé les gens vers toute la vérité, car c’est lui le porteur de la législation intégrale et parfaite que Dieu a parachevé en son temps, et n’a retenu son âme qu’après l’avoir accomplie (il ne se découragea point et ne se relâchera point, jusqu’à ce qu’il ait établi la justice sur terre), et par analogie on trouve dans sourate AL MAIDA Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous. Al maide :3 

Le prophète est donc celui qui a annoncé la justice à toute les nations, et par suite, il est le porteur du message universel pour toute l’humanité, conformément à la parole divine dans le coran (je suis pour vous tous le messager de Dieu) aussi :.(Et Nous ne t'avons envoyé qu'en miséricorde pour l'univers) 

Et c’est lui que Dieu a préservé des polythéistes jusqu’à ce qu’il ait transmis son message, et ait accompli fidèlement sa mission (Et je te prendrai par la main, je te garderai, et je t’établirai pour traiter alliance avec le peuple pour être la lumière des nations), pur ce la Dieu s’adresse à son prophète dans le coran, disant : (et Dieu te protégera des gens) 

Effectivement, le prophète (PBSL), a œuvré pour sortir les gens des ténèbres des polythéisme et de l’adoration des idoles et des sculptures , à l’adoration de l’unique Dieu (- Je suis l'Éternel, c'est là mon nom; Et je ne donnerai pas ma gloire à un autre, Ni mon honneur aux idoles) 

Aussi, est il besoin de mentionner que ce texte précité, ne se conforme pas au Christ qui ne prétend point avoir annoncé toute la justice aux nations qui lui-même confirmait avant son départ (- J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant , - Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir) comme en témoignage l’évangile de JEAN. 

De plus Christ (PSSL) nous informe qu’il n’a été envoyé que pour guider les fils d’ISRAEL, comme l’évoque l’évangile de MATTHIEU 

15:24 - Il répondit: Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues de la maison d'Israël. 

Par ailleurs, l’expres​sion(j’ai mis mon esprit sur lui) désigne particulièrement la victoire et le soutien, chose qui est généralisée pour tous les prophètes sans exception, et qu’elle n’est pas propre à Christ uniquement ; les exemples, c’est au livre sacré qu’on trouve : le volume du chronique 2 

15:1- L'esprit de Dieu fut sur Azaria, fils d'Obed, 

Pareillement dans le volume du nombre15 :29 ( Puisse tout le peuple de l'Éternel être composé de prophètes; ))
 


On ne devrait pas avoir besoin de rajouter également que ce n’est pas aux villages occupés par Kidar, en l’occurrence la Mecque, que l’appel du Christ est apparu !! ni le désert a élevé sa voix avec !!... 

Comme il convient justement de noter que c’est chez les fils d’ISRAEL qu’il a été apparu, une nation porteuse de livre et non pas des idolâtres, tel l’étaient les mecquois ceux parmi lesquels fut envoyé le prophète (PBSL) … mieux encore, au temps de l’envoi du Christ (PSSL), les fils d’ISRAEL étaient radicalement délivrés de l’idolâtrie… 

Et si l’on parte de l’hypothèse, selon laquelle, le texte se rapporte au Christ, cela ne fera que confirmer que Christ (PSSL) n’est qu’un serviteur de Dieu, non pas un fils de Dieu ou associé en divinité (voici mon serviteur que je soutiendrai) Cependant, la surprise qui nous a émus, réside dans la version anglaise, en fait le mot (nations) évoqué dans le texte censé être traduit en (nations) comme prévu, ne l’est pas ainsi, mais plutôt (gentiles), le dictionnaire du livre sacré nous enseigne que c’est un terme que les juifs utilisent pour qualifier les autres nations qu’eux qui se considèrent porteurs des messages religieux et le peuple élu de Dieu , le dictionnaire en rajoute que les juifs ont également recours à cette utilisation pour mépriser les autres nations qu’eux, vu leur idolâtrie…naturellement, les Chrétiens estimés également porteurs du livre, refusent cette répartition, et les musulmans confirment cette vérité que le terme s’utilisait pour décrire les nations autres que les gens du livre avant l’avènement de l’Islam, et c’est ce que ces versets du noble Coran instruisent : 

20.S'ils te contredisent, dis leur : "Je me suis entièrement soumis à Dieu, moi et ceux qui m'ont suivi". Et dis à ceux à qui le Livre a été donné, ainsi qu'aux illettrés : "Avez-vous embrassé l'Islam ?" S'ils embrassent l'Islam, ils seront bien guidés. Mais, s'ils tournent le dos... Ton devoir n'est que la transmission (du message). Dieu, sur [Ses] serviteurs est Clairvoyant. AL IMRAN 20

75.Et parmi les gens du Livre, il y en a qui, si tu lui confies un qintar, te le rend. Mais il y en a aussi qui, si tu lui confies un dinar, ne te le rendra que si tu l'y contrains sans relâche. Tout cela parce qu'ils disent : "Ces (arabes) qui n'ont pas de livre n'ont aucun chemin pour nous contraindre." Ils profèrent des mensonges contre Dieu alors qu'ils savent. AL IMRAN 75

157. Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu'ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l'Evangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur òte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croiront en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui; ceux-là seront les gagnants.
158. Dis : "Ô hommes ! Je suis pour vous tous le Messager de Dieu, à Qui appartient la royauté des cieux et de la terre. Pas de divinité à part Lui. Il donne la vie et Il donne la mort. Croyez donc en Dieu, en Son messager, le Prophète illettré qui croit en Dieu et en Ses paroles. Et suivez-le afin que vous soyez bien guidés". AL AARAF : 157/158.
 


Ces descriptions et qualités précitées, sont presque les mêmes que celles mentionnées dans le texte que AL IMAM AL BOKHARI, relate dans son « SAHIR » (l’authentique), selon Ataa bnou yasser qui disait qu’il a rencontré Amer bnou al aasse et lui a demandé comment le prophète (PBSL) est décrit dans le Torah , il lui a répondit que sa description dans le Torah comporte certaines de celles du Coran : 

O Prophète! Nous t'avons envoyé en qualité d'avertisseur et d'annonciateur. Tu es la protection du peuple "illettré". Tu es mon serviteur et mon messager. Je t'ai appelé: le résigné à ma volonté. Tu n'es ni brutal, ni inhumain, ni querelleur dans les souks. Tu ne rends pas le mal pour le mal, mais tu pardonnes et tu excuses. Tu ne mourras pas avant de corriger des croyances saugrenues, d'ouvrir des yeux aveugles, des oreilles sourdes et des cœurs endurcis.

Quelles sont donc les nouvelles louanges aux extrémités de la terre ? 

C’est une déclaration du nouveau message religieux, et le terme extrémité désigne l’extrême orient, car l’extrémité de Jérusalem est la péninsule arabique comme Jérusalem est l’extrémité de la péninsule arabique. Aussi Dieu dit dans son noble livre : 

(. Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur [Muhammad], de la Mosquée Al-Haram à la Mosquée Al-Aqsa dont Nous avons béni l'alentours, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles. AL ISRA’A 1
 


Reste à savoir quel est ce désert et ses villes, les villages occupés par Kidar ainsi que les habitants de Saleï ? 

Le désert, c’est bien entendu le Sahara, les villages occupés par Kidar sont la Mecque, et les habitants de Saleï ne sont pas d’autres que ceux de la montagne de Salaï à la médina (que les habitants des rochers tressaillent d’allégresse ! que du sommet des montagnes). 

Aussi, qui sont ces aveugles qui marchaient sur un chemin qu’ils ne connaissaient pas, et Dieu était avec eux et ne les a point bondonnés ? 

Ce sont les croyants en la nouvelle religion, ceux qui ont suivi le nouveau message, qui grâce à la lumière de l’Islam ont observé après être aveugles le temps de l’ignorance où ils se sont déviés du monothéisme, et y ont renoncé, ont reculé et adoré les idoles taillées et ont dit aux idole de faute : vous êtes nos dieux… 

Puis, il est à clarifier, comment le désert élève la voix, et publie ses louages dans les îles ? 

Cela ne saurait se faire que par l’élévation de AL AZAN (l’appel à la prière) se concrétisant par cet appel (Dieu est grand, Dieu est grand) que tous les habitants du Sahara et ses alentours entendent… 

Et pour ce qui est de la parole : l’Eternel s’avance comme un héros, il existe son ardeur comme un homme de guerre ; que désigne-t-elle ? 

Ce sont les dizaines de guerres menées pour faire sortir les gens de l’incrédulité à l’Islam, et ce qui renforce d’avantage cet argumentation, c’est que le porteur du message, a présidé lui-même (PBSL) vingt sept incursions en l’espace de sept années seulement, dans le but de propager le monothéisme et instaurer la justice sur la terre. 

En fin, que serait ce chilamim que Dieu a gardé longtemps ? 

C’est la religion du monothéisme -l’Islam- que Dieu recommanda à tous ses prophètes qu’il envoya pour l’établir à l’humanité, mais les gens s’y sont déviés et ont associé à Dieu des faux dieux, d’où la nécessité d’une renaissance spirituelle par un nouveau rappel de cet religion et sa promulgation après l’égarement des gens, et après sa longue rupture de la terre !! et calquer le terme sur « Islam » semble être le plus judicieux et le plus signifiant pour mieux appréhender le texte, et respecter l’enchaînement du récit, car Dieu dit : j’ai gardé l’Islam longtemps, et de la terre, le monothéisme a disparu, pour cela, je mènerai des guerres, je ravagerai montagnes et collines pour sa réapparition. 

Je resterai ouvert à toutes les réponses à ses questions en dehors de celles sus évoquées qui seraient capables de présenter un autre prophète que Mohamed (PBSL), qui aurait annoncé la justice aux nations, que les îles espéraient en sa loi, que Dieu préserverait des gens jusqu’à ce qu’il ait établi la justice sur la terre, qui aurait mis fin à l’idolâtrie, que Dieu l’aurait envoyé lumière aux « gentiles » que du Sahara que son appel serait propulsé des villages occupés par Kidar, la Mecque en l’occurrence, dont le désert élèvent la voix et les habitants de saleî à la médina retentissent des cris de joie, après être les esclaves des idoles et des sculptures, et qui en fin est connu par ses nombreuses guerres et incursions !!!!!! (7) 

L’exode de la Mecque vers la Médina 

Mohamed(PBSL) a reçu les révélations dans le pays des arabes, et convoquait sa tribu pour adorer le seul Dieu unique, certains convaincus par son appel, l’ont suivi et ont embrassé sa religion, alors que nombreux ceux qui l’ont refusé, parmi les robustes de l’incrédulité de Qoraich et des tribus de la Mecque (qui sont les fils de Kidar comme sus indiqué). Le prophète (PBSL) et ses nobles compagnons ont dès lors subis tout genre de persécutions perpétrées des polythéistes , ce qui les a forcés à fuir d’un endroit à l’autre pour protéger cet appel afin qu’il ne crève pas dans son berceau. 

Secrètement, le prophète (PBSL) immigra, fuyant devant les épées des polythéistes qui faillaient l’atteindre et devant leurs lances sur le point de le tuer, et ont également immigré avec lui ses compagnons qui ont enduré de pénibles persécutions de la part des polythéistes sans pour autant que cela puisse ébranler leur foi en cette religion de vérité et de justice, ou qu’ils renoncent à l’adoration de seul vrai Dieu unique. 

Une fois à la médina, le prophète (PBSL) et ses compagnons entamèrent la consolidation des piliers d’un état de l’Islam ; un an après, se déroula la 1ère grande bataille dans l’islam, à savoir l’incursion de Bader, qui a infligé une grande défaite aux polythéistes ennemis de Dieu en dépit de leur grand nombre et leurs énormes munitions contre la modicité du nombre et des munitions de l’armée musulmane. Un combat qui se déclarait un point de transition annonçant la force redoutable de l’islam et la grandeur de son état d’une part, et de l’autre, la chute de l’État d’incrédulité et l’écoulement de leur force enregistrant le massacre d’un grand nombre des polythéistes de la Mecque, les fils de Kidar, et le déclin de leur gloire et leur honneur. 

Il convient à présent de voir si le livre sacré a prophétisé la descente de révélation sur la terre des arabes, l’exode du prophète et ses compagnons à cause des persécutions exercées par les polythéistes, et ce qui ont dû subir les fils de Kidar parmi les polythéistes, de mépris et d’humiliation ? 

Ce sont les verset du volume d’Essaie du 21 : 13 au 21 : 17, qui nous en donnent toute l’instruction désirée : 

21:13 - Oracle sur l'Arabie. Vous passerez la nuit dans les broussailles de l'Arabie, Caravanes de Dedan! (Dedan est l’un des descendants d’Ibrahim (PSSL) de sa femme KETURA, comme cité dans le volume de la genèse 25 : 1 à25 : 3 – (Abraham prit encore une femme, nommée Ketura, Elle lui enfanta Zimran, Jokschan, Medan, Madian, Jischbak et Schuach, Jokschan engendra Séba et Dedan. Les fils de Dedan furent les Aschurim, les Letuschim et les Leummim.) , et l’encyclopédie juive dit que Dedan se révèle être à travers les textes du livre sacré, tantôt situé au nord de péninsule arabique, tantôt au Sud).
21:14 - Portez de l'eau à ceux qui ont soif; Les habitants du pays de Théma Portent du pain aux fugitifs.
21:15 - Car ils fuient devant les épées, Devant l'épée nue, devant l'arc tendu, Devant un combat acharné.
21:16 - Car ainsi m'a parlé le Seigneur: Encore une année, comme les années d'un mercenaire, Et c'en est fait de toute la gloire de Kédar.

21:17 - Il ne restera qu'un petit nombre des vaillants archers, fils de Kédar, Car l'Éternel, le Dieu d'Israël, l'a déclaré. »
 


Indubitablement, les versets ne pourront se rapporter qu’au prophète (PBSL) et ses nobles compagnons et ce qu’ils ont subis. Car selon la logique la plus élémentaire, la réponse à ces questions devra largement suffire à l’œuvre. Est-ce que le pays d’arabe a connu d’autre révélation que la descente du Coran ?Y’aurait-il autre, prophète que Mohamed (PBSL) qui a immigré de la Mecque vers la médina et que les gens de Thema ont reçu ?! 

A noter que Thema est une terre située dans le Hijaz elle existe toujours et porte le nom d’une préfecture de l’Arabie saoudite, et qui fut la 1ère station des juifs lors de leur arrivée à la péninsule Arabique avant que la majorité d’entre eux ne transite à la Médina, d’où l’origine des juifs de la Médina ressort des habitants de Thema à qui s’adresse le texte. 

Les ouvrages de la biographe du prophète (PBSL), relatent qu’après la chute des juifs de Khaybar, ceux restant à Thema ont proposé au prophète (PBSL) la réconciliation, et se sont rendu de leur plein gré (8) 

Je reprends les mêmes questions : 

. Est-ce que le pays d’arabe a connu d’autre révélation que la descente du Coran ? 

. Est ce qu’un porteur des révélations avait immigré avec ses compagnons échappant devant les épées et les lances dans le pays des arabes autre que le prophète (PBSL). 

Existe-t-il autre Thema dans le pays d’arabe ou ailleurs que celle existante jusqu’à nos jours dans le royaume de l’Arabie saoudite ? ! 

Y’avait-il un autre prophète qui aurait infligé une défaite aux fils de Kidar qui sont les gens de la Mecque, autre que le prophète (PBSL) ?!! 

Il s’agit là d’une prophétie qui constitue une preuve brillant, une argumentation irréfutable , et un sabre tranchant sur le nuque de tous ceux parmi les gens du livre qui osent démentir Mohamed (PBSL) … ou plutôt c’est un sabre tranchant sur les nuques des reniants des religions, les adorateurs du naturalisme et les propagateurs de mécréances et de l’athéisme, car Mohamed fils d’Abdellah qui a reçu les révélations divines dans le pays des arabes au VI siècle est transcrit dans le volume d’Essaie – l’un des prophètes des fils d’Israel,- ayant vécu dans la 2ème moitié du VIII siècle avant J.C . De qui donc a procédé cette prophétie jusqu’à Essaie, si ce n’est du vrai Dieu seul et unique ?! et qui donc a-t-il prophétisé, si ce n’est notre noble prophète (PBSL) ?
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13363
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:11

MOHAMED le messager de Dieu dans la Torah et l’évangile
Les ouvrages du patrimoine ….. Et les annonciations.

Ce qui précédait constituait une mise en lumière de certains textes tirés du livre sacré qui parlait du prophète (PBSL) et de l’islam en tant que dernier des messages et qui enveloppe les révélations divines ; des textes que j’ai dû trier parmi des dizaines qui figurent toujours dans le livre sacré sains de tout changement ou falsification, nombreux sont ces textes qui s’articule autour de la venue du prophète (PBSL), mais que j’ai évité d’adopter dans cet œuvre car certains les porteraient sur d’autres messagers que le prophète (PBSL), bien qu’il s’y applique parfaitement. A titre d’exemple, on trouve dans les Psaumes du verset 45 : 2 à 45 : 7 
45:2
- Tu es le plus beau des fils de l'homme, La grâce est répandue sur tes lèvres: C'est pourquoi Dieu t'a béni pour toujours.
45:3
- Vaillant guerrier, ceins ton épée, -Ta parure et ta gloire,
45:4
- Oui, ta gloire! -Sois vainqueur, monte sur ton char, Défends la vérité, la douceur et la justice, Et que ta droite se signale par de merveilleux exploits!
45:5
- Tes flèches sont aiguës; Des peuples tomberont sous toi; Elles perceront le coeur des ennemis du roi.
45:6
- Ton trône, ô Dieu, est à toujours; Le sceptre de ton règne est un sceptre d'équité.
45:7
- Tu aimes la justice, et tu hais la méchanceté: C'est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t'a oint D'une huile de joie, par privilège sur tes collègues.
 

Ce sont des mots qui s’identifient au prophète (PBSL), car il est le plus beau parmi les fils de l’homme, c’est lui que Dieu a béni pour toujours, également c’est lui qui a ceint son épée et a combattu les polythéistes ennemis de Dieu, sous son messages les peuples ont tombé tel les perces et les romains et bien d’autres, et c’est lui que Dieu a privilégié sur ses collègues des prophètes car il est le sceau des prophètes et le meilleur des messagers, et à titre de clarification, l’expression « Dieu t’a oint » n’implique pas uniquement Jésus (PSSL), mais le dépasse pour contenir tous les prophètes, les vertueux, les croyants sont également touchés par cette description dans le livre sacré(Ne touchez pas à mes oints, et ne faites pas de mal à mes prophètes) psaumes 105 : 15 (Il accorde de grandes délivrances à son roi, Et il fait miséricorde à son oint, A David, et à sa postérité, pour toujoursPsaumes 18 : 50) et (Ainsi parle l'Éternel à son oint, à CyrusEssaie 45 : 1) 

Malheureusement, les chrétiens attribuent le texte sus cité au Christ (PSSL), bien que tout le monde sait que Christ n’a jamais ceint d’épée ni eu d’aigues fléchés et n’a pas monté de char pour défendre la vérité et la justice, car son appel avait plutôt un aspect pacifique et purement spirituel, néanmoins le prophète (PBSL) répond largement à ces attribues. En outre la qualité de vaillant guerrier ne s’applique pas ne serait-ce que légèrement au Christ (PSSL) mais puise par contre son appartenance et son identification chez le prophète (PBSL), lui qui a mené des dizaines de guerre en vue de rendre gloire à la religion et propager la justice et la vérité sur la terre. 

Cependant, quelle interprétation donnent les chrétiens à l’épée et le lance pour coller la prophétie à Christ ?Ils ont interprété la prophétie métaphoriquement rendant ainsi le concret moral !!, une procédure qui serait convaincante si le texte aurait été par exemple : ceins l’épée de la vérité !! Ou bien lance les flèches de la croyance !!, seulement le texte s’avère être bien explicité et formel quant à l’épée à ceindre et cette description de veillant guerrier, et les flèches aigues ; ce qui rend cet interprétation une sorte de ineptie et de la honteuse escroquerie. 

Il existe maints récits similaires de par leur contenu au texte précité ; que j’ai préféré ne pas mentionner par manque de citation de nom et de lieux afférents au message religieux du prophète (PBSL) comme c’est le cas dans les textes précédents tranchant irrévocablement dans la question. 

Conjointement aux textes abordés préalablement, le chapitre en cours se livrera à signaler certaines annonciations parlant du prophète (PBSL), que les ancêtres des savants musulmans ont évoquées dans leurs livres, néanmoins les versions du livre sacré en manquent quoique disposant de certains textes similaires sans s’y appliquer textuellement. Des annonciations que j’ai aimées mentionné, car elles proviennent de sources fiables de ces savants musulmans dignes de confiance, en dessus de tout reproche ou de trahison scientifique. 
La réponse correcte (Al Jawab Assahih) 

IBN TAYMIYA (que Dieu l’ait dans sa sainte miséricorde) dit dans son livre « Al Jawab Assahih « : ils ont dit : et Essaie, le prophète (PSSL), disait annonçant à la Mecque que Dieu a honorée une prophétie, porte tes yeux alentour. Tu tressailles alors et tu te réjouira de voir les richesses de la mer s’amènent à toi, et les armées des nations vont en pèlerinage vers toi, jusqu’à ce que tu sois couverte par la foule des chameaux abondants quitte à voir leur sol insuffisant pour contenir les foules qui se dégouttent vers toi, les béliers de Madian se conduisent vers toi, les gens de Sabaa viendront à toi, les troupeaux de Paran marcheront vers toi, et les hommes de Maarab seront à ton service , ce sont les fils de Maarab fils d’Ismael. Ils ont dit que Macca a accaparé tous ces attribues, les trésors de AL BAHREIN qu’elle s’est vue recevoir, les armées des nations qu’elle a accueilli en pèlerinage, les troupeaux de Paran s’y sont conduits, les présents et les holocaustes - Paran est le vaste désert où se trouve la Mecque – et malgré son vaste désert devant l’abondance des foules des chameaux qui se dégouttaient vers elle portant les gens et les provisions, son sol devient étroit; également les gens de Sabaa qui sont ceux de Yemen y sont venus. 

Ils ont dit, et Essaie disait, faisant allusion à la Mecque que Dieu a honorée- marche et secoue toi stérile qui n’a jamais enfanté, fais de la glorification ton langage et sois heureuse car si tu n’a jamais été enceinte, ton peuple sera plus nombreux que mon peuple. Il désigne par son peuple celui de Jérusalem, et la stérile désigne la Mecque que Dieu a honorée, car elle n’a point engendré de prophètes avant notre noble prophète (PBSL) à l’opposé de Jérusalem le foyer des prophètes et l’origine de la révélation qui serait sort d’irrationnel et d’irraisonnable de traiter de stérile. 

Ce texte précité a toujours un semblable dans le volume d’Essaie, verset 54 : 1-2-3 
54:1
- Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantes plus! Fais éclater ton allégresse et ta joie, toi qui n'as plus de douleurs! Car les fils de la délaissée seront plus nombreux Que les fils de celle qui est mariée, dit l'Éternel.
54:2
- Élargis l'espace de ta tente; Qu'on déploie les couvertures de ta demeure: Ne retiens pas! Allonge tes cordages, Et affermis tes pieux!
54:3
- Car tu te répandras à droite et à gauche; Ta postérité envahira des nations, Et peuplera des villes désertes.La délaisse ici se résout à Hagar, et celle qui est mariée est Sarah qui a poussé IBRAHIM (PSSL) à exiler Hagar et son fils ISMAEL, sous l’emprise de la jalousie avant qu’elle n’ait enfanté ISAC, il les a amenés à AL HIJAZ, il leur a choisi pour habitat une vallée sans agriculture près de la chambre sacrée de Dieu (9) ………………………………..
 

Les gens du livre ont inlassablement tenté à tort et à travers de calquer cette prophétie à Jérusalem, lui attribuant une signification spirituelle et une autre concrète, seulement ils étaient dans l’extrême incapacité de nous expliciter comment Dieu aurait-il utilisé le terme ‘stérile qui n’a pas enfanté ni a eu de douleurs’ pour désigner Jérusalem qui a enfanté des prophètes et des prophètes !!Le 1er texte ne manque non plus de textes similaires figurant toujours dans le volume d’Essaie, en l’occurrence, le verset 59 jusqu’au 63 ; et malgré l’interpolation dévoilée de certaines termes dans le texte, il n’en demeure pas moins qu’il conserve certaines attribues et qualifications qui ne s’appliquent nécessairement qu’à la Mecque. 

Le texte se penche au début sur la description de l’injustice et la violence qui ont envahi la terre, les ruines qui se sont étendus dans tous ses coins, le mal et la corruption qui régnaient ; les gens et les fils d’ISRAEL qui ont généré le courroux de Dieu par leurs inclinaison de la vérité, se sont confiés au faux et au pêché et ont inventé des mensonges contre Dieu….D’ou la nécessité de l’apparition d’un autre soleil et l’éclosion d’un nouvel aube pour annoncer la vérité sur terre…. L’étrange, c’est qu’au plein milieu de cet atmosphère du courroux et de colère divine contre le peuple Israélien et ce que sont devenues les autres nations, et sans la moindre prélude on se trouve mise en présence d’une étrange interpolation le moins qu’on puisse dire contradictoire, qui sert à prétendre que Dieu est satisfait d’eux et de leur descendance jusqu’à la fin du temps… Dès lors, le texte commence à parler de la terre dont la lumière arrivera et la gloire de Dieu s’élève sur elle tandis que les ténèbres couvre le reste de la terre ; … alors que le texte poursuit à parler abondamment et incontestablement de la Mecque, figure brusquement et encore une fois sans prélude, une étrange introduction du terme fille de Sion ou Jérusalem !! Ceci au moment où le texte se livre à parler franchement et clairement de la nouvelle terre qui serait la forteresse de la foi et de la prospérité sur la terre après sa dévastation et la prédominance de la violence, l’injustice, la corruption et l’éloignement du soutien de Dieu ; comme il parle aussi du peuple qui va hériter la terre, et du prophète de la fin du temps que Dieu envoiera pour réparer et purifier la terre de la corruption, faire sortir les gens des ténèbres à la lumière, aussi porteur de bonnes nouvelles aux pauvres, et par le biais duquel Dieu se vengera de ses ennemies pour exprimer son courroux et colère contre ces nations qui se sont inclinés du sentier de la vérité pour s’acheminer vers le faux et se noyer dans les pêchés … 
59:1
- Non, la main de l'Éternel n'est pas trop courte pour sauver, Ni son oreille trop dure pour entendre.
59:2
- Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation Entre vous et votre Dieu; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face Et l'empêchent de vous écouter.
59:3
- Car vos mains sont souillées de sang, Et vos doigts de crimes; Vos lèvres profèrent le mensonge, Votre langue fait entendre l'iniquité.
59:4
- Nul ne se plaint avec justice, Nul ne plaide avec droiture; Ils s'appuient sur des choses vaines et disent des faussetés, Ils conç oivent le mal et enfantent le crime.
59:5
- Il couvent des oeufs de basilic, Et ils tissent des toiles d'araignée. Celui qui mange de leurs oeufs meurt; Et, si l'on en brise un, il sort une vipère.
59:6
- Leurs toiles ne servent point à faire un vêtement, Et ils ne peuvent se couvrir de leur ouvrage; Leurs oeuvres sont des oeuvres d'iniquité, Et les actes de violence sont dans leurs mains.
59:7
- Leurs pieds courent au mal, Et ils ont hâte de répandre le sang innocent; Leurs pensées sont des pensées d'iniquité, Le ravage et la ruine sont sur leur route.
59:8
- Ils ne connaissent pas le chemin de la paix, Et il n'y a point de justice dans leurs voies; Ils prennent des sentiers détournés: Quiconque y marche ne connaît point la paix. –

59:9
- C'est pourquoi l'arrêt de délivrance est loin de nous, Et le salut ne nous atteint pas; Nous attendons la lumière, et voici les ténèbres, La clarté, et nous marchons dans l'obscurité.

59:10
- Nous tâtonnons comme des aveugles le long d'un mur, Nous tâtonnons comme ceux qui n'ont point d'yeux; Nous chancelons à midi comme de nuit, Au milieu de l'abondance nous ressemblons à des morts.
59:11
- Nous grondons tous comme des ours, Nous gémissons comme des colombes; Nous attendons la délivrance, et elle n'est pas là, Le salut, et il est loin de nous.

59:12
- Car nos transgressions sont nombreuses devant toi, Et nos péchés témoignent contre nous; Nos transgressions sont avec nous, Et nous connaissons nos crimes.
59:13
- Nous avons été coupables et infidèles envers l'Éternel, Nous avons abandonné notre Dieu; Nous avons proféré la violence et la révolte, Conç u et médité dans le coeur des paroles de mensonge;
59:14
- Et la délivrance s'est retirée, Et le salut se tient éloigné; Car la vérité trébuche sur la place publique, Et la droiture ne peut approcher.
59:15
- La vérité a disparu, Et celui qui s'éloigne du mal est dépouillé. -L'Éternel voit, d'un regard indigné, Qu'il n'y a plus de droiture.
59:16
- Il voit qu'il n'y a pas un homme, Il s'étonne de ce que personne n'intercède; Alors son bras lui vient en aide, Et sa justice lui sert d'appui.
59:17
- Il se revêt de la justice comme d'une cuirasse, Et il met sur sa tête le casque du salut; Il prend la vengeance pour vêtement, Et il se couvre de la jalousie comme d'un manteau.

59:18
- Il rendra à chacun selon ses oeuvres, La fureur à ses adversaires, La pareille à ses ennemis; Il rendra la pareille aux îles.

59:19
- On craindra le nom de l'Éternel depuis l'occident, Et sa gloire depuis le soleil levant; Quand l'ennemi viendra comme un fleuve, L'esprit de l'Éternel le mettra en fuite.

59:20
- Un rédempteur viendra pour Sion, Pour ceux de Jacob qui se convertiront de leurs péchés, Dit l'Éternel.

59:21
- Voici mon alliance avec eux, dit l'Éternel: Mon esprit, qui repose sur toi, Et mes paroles, que j'ai mises dans ta bouche, Ne se retireront point de ta bouche, ni de la bouche de tes enfants, Ni de la bouche des enfants de tes enfants, Dit l'Éternel, dès maintenant et à jamais.

60:1
- Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, Et la gloire de l'Éternel se lève sur toi.
60:2
- Voici, les ténèbres couvrent la terre, Et l'obscurité les peuples; Mais sur toi l'Éternel se lève, Sur toi sa gloire apparaît.

60:3
- Des nations marchent à ta lumière, Et des rois à la clarté de tes rayons.
60:4
- Porte tes yeux alentour, et regarde: Tous ils s'assemblent, ils viennent vers toi; Tes fils arrivent de loin, Et tes filles sont portées sur les bras.
60:5
- Tu tressailliras alors et tu te réjouiras, Et ton coeur bondira et se dilatera, Quand les richesses de la mer se tourneront vers toi, Quand les trésors des nations viendront à toi.

60:6
- Tu seras couverte d'une foule de chameaux, De dromadaires de Madian et d'Épha; Ils viendront tous de Séba; Ils porteront de l'or et de l'encens, Et publieront les louanges de l'Éternel.

60:7
- Les troupeaux de Kédar se réuniront tous chez toi; Les béliers de Nebajoth seront à ton service; Ils monteront sur mon autel et me seront agréables, Et je glorifierai la maison de ma gloire.
60:8
- Qui sont ceux-là qui volent comme des nuées, Comme des colombes vers leur colombier?

60:9
- Car les îles espèrent en moi, Et les navires de Tarsis sont en tête, Pour ramener de loin tes enfants, Avec leur argent et leur or, A cause du nom de l'Éternel, ton Dieu, Du Saint d'Israël qui te glorifie.
60:10
- Les fils de l'étranger rebâtiront tes murs, Et leurs rois seront tes serviteurs; Car je t'ai frappée dans ma colère, Mais dans ma miséricorde j'ai pitié de toi.

60:11
- Tes portes seront toujours ouvertes, Elles ne seront fermées ni jour ni nuit, Afin de laisser entrer chez toi les trésors des nations, Et leurs rois avec leur suite.

60:12
- Car la nation et le royaume qui ne te serviront pas périront, Ces nations-là seront exterminées.

60:13
- La gloire du Liban viendra chez toi, Le cyprès, l'orme et le buis, tous ensemble, Pour orner le lieu de mon sanctuaire, Et je glorifierai la place où reposent mes pieds.

60:14
- Les fils de tes oppresseurs viendront s'humilier devant toi, Et tous ceux qui te méprisaient se prosterneront à tes pieds; Ils t'appelleront ville de l'Éternel, Sion du Saint d'Israël.

60:15
- Au lieu que tu étais délaissée et haïe, Et que personne ne te parcourait, Je ferai de toi un ornement pour toujours, Un sujet de joie de génération en génération.

60:16
- Tu suceras le lait des nations, Tu suceras la mamelle des rois; Et tu sauras que je suis l'Éternel, ton sauveur, Ton rédempteur, le puissant de Jacob.
60:17
- Au lieu de l'airain je ferai venir de l'or, Au lieu du fer je ferai venir de l'argent, Au lieu du bois, de l'airain, Et au lieu des pierres, du fer; Je ferai régner sur toi la paix, Et dominer la justice.
60:18
- On n'entendra plus parler de violence dans ton pays, Ni de ravage et de ruine dans ton territoire; Tu donneras à tes murs le nom de salut, Et à tes portes celui de gloire.

60:19
- Ce ne sera plus le soleil qui te servira de lumière pendant le jour, Ni la lune qui t'éclairera de sa lueur; Mais l'Éternel sera ta lumière à toujours, Ton Dieu sera ta gloire.

60:20
- Ton soleil ne se couchera plus, Et ta lune ne s'obscurcira plus; Car l'Éternel sera ta lumière à toujours, Et les jours de ton deuil seront passés.
60:21
- Il n'y aura plus que des justes parmi ton peuple, Ils posséderont à toujours le pays; C'est le rejeton que j'ai planté, l'oeuvre de mes mains, Pour servir à ma gloire.

60:22
- Le plus petit deviendra un millier, Et le moindre une nation puissante. Moi, l'Éternel, je hâterai ces choses en leur temps.

61:1
- L'esprit du Seigneur, l'Éternel, est sur moi, Car l'Éternel m'a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance;

61:2
- Pour publier une année de grâce de l'Éternel, Et un jour de vengeance de notre Dieu; Pour consoler tous les affligés;
61:3
- Pour accorder aux affligés de Sion, Pour leur donner un diadème au lieu de la cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d'un esprit abattu, Afin qu'on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de l'Éternel, pour servir à sa gloire.
61:4
- Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines, Ils relèveront d'antiques décombres, Ils renouvelleront des villes ravagées, Dévastées depuis longtemps.
61:5
- Des étrangers seront là et feront paître vos troupeaux, Des fils de l'étranger seront vos laboureurs et vos vignerons.

61:6
- Mais vous, on vous appellera sacrificateurs de l'Éternel, On vous nommera serviteurs de notre Dieu; Vous mangerez les richesses des nations, Et vous vous glorifierez de leur gloire.

61:7
- Au lieu de votre opprobre, vous aurez une portion double; Au lieu de l'ignominie, ils seront joyeux de leur part; Ils posséderont ainsi le double dans leur pays, Et leur joie sera éternelle.

61:8
- Car moi, l'Éternel, j'aime la justice, Je hais la rapine avec l'iniquité; Je leur donnerai fidèlement leur récompense, Et je traiterai avec eux une alliance éternelle.

61:9
- Leur race sera connue parmi les nations, Et leur postérité parmi les peuples; Tous ceux qui les verront reconnaîtront Qu'ils sont une race bénie de l'Éternel.

61:10
- Je me réjouirai en l'Éternel, Mon âme sera ravie d'allégresse en mon Dieu; Car il m'a revêtu des vêtements du salut, Il m'a couvert du manteau de la délivrance, Comme le fiancé s'orne d'un diadème, Comme la fiancée se pare de ses joyaux.

61:11
- Car, comme la terre fait éclore son germe, Et comme un jardin fait pousser ses semences, Ainsi le Seigneur, l'Éternel, fera germer le salut et la louange, En présence de toutes les nations.

62:1
- Pour l'amour de Sion je ne me tairai point, Pour l'amour de Jérusalem je ne prendrai point de repos, Jusqu'à ce que son salut paraisse, comme l'aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s'allume.
62:2
- Alors les nations verront ton salut, Et tous les rois ta gloire; Et l'on t'appellera d'un nom nouveau, Que la bouche de l'Éternel déterminera.
62:3
- Tu seras une couronne éclatante dans la main de l'Éternel, Un turban royal dans la main de ton Dieu.

62:4
- On ne te nommera plus délaissée, On ne nommera plus ta terre désolation; Mais on t'appellera mon plaisir en elle, Et l'on appellera ta terre épouse; Car l'Éternel met son plaisir en toi, Et ta terre aura un époux.
62:5
- Comme un jeune homme s'unit à une vierge, Ainsi tes fils s'uniront à toi; Et comme la fiancée fait la joie de son fiancé, Ainsi tu feras la joie de ton Dieu.
62:6
- Sur tes murs, Jérusalem, j'ai placé des gardes; Ils ne se tairont ni jour ni nuit. Vous qui la rappelez au souvenir de l'Éternel, Point de repos pour vous!
62:7
- Et ne lui laissez aucun relâche, Jusqu'à ce qu'il rétablisse Jérusalem Et la rende glorieuse sur la terre.

62:8
- L'Éternel l'a juré par sa droite et par son bras puissant: Je ne donnerai plus ton blé pour nourriture à tes ennemis, Et les fils de l'étranger ne boiront plus ton vin, Produit de tes labeurs;

62:9
- Mais ceux qui auront amassé le blé le mangeront Et loueront l'Éternel, Et ceux qui auront récolté le vin le boiront, Dans les parvis de mon sanctuaire.
62:10
- Franchissez, franchissez les portes! Préparez un chemin pour le peuple! Frayez, frayez la route, ôtez les pierres! Élevez une bannière vers les peuples!
62:11
- Voici ce que l'Éternel proclame aux extrémités de la terre: Dites à la fille de Sion: Voici, ton sauveur arrive; Voici, le salaire est avec lui, Et les rétributions le précèdent.

62:12
- On les appellera peuple saint, rachetés de l'Éternel; Et toi, on t'appellera recherchée, ville non délaissée .

63:1
- Qui est celui-ci qui vient d'Édom, De Botsra, en vêtements rouges, En habits éclatants, Et se redressant avec fierté dans la plénitude de sa force? -C'est moi qui ai promis le salut, Qui ai le pouvoir de délivrer. –

Pour ce qui de Bostra, personne n’en connu l’emplacement geographique , le dictionnaire du livre sacré se contente de dire qu’il peut s’agir d’un endroit prés de la mer morte appelé Al batraa , et l’encyclopédie juive lui donne comme synonyme ‘ la terre des moutons’, incapable de déterminer son endroit , elle dit qu’eux , les juifs, sont toujours en attente de ce délivreur qui viendera d’IDOM .

63:2
- Pourquoi tes habits sont-ils rouges, Et tes vêtements comme les vêtements de celui qui foule dans la cuve? –

63:3
- J'ai été seul à fouler au pressoir, Et nul homme d'entre les peuples n'était avec moi; Je les ai foulés dans ma colère, Je les ai écrasés dans ma fureur; Leur sang a jailli sur mes vêtements, Et j'ai souillé tous mes habits.
63:4
- Car un jour de vengeance était dans mon coeur, Et l'année de mes rachetés est venue.

63:5
- Je regardais, et personne pour m'aider; J'étais étonné, et personne pour me soutenir; Alors mon bras m'a été en aide, Et ma fureur m'a servi d'appui.
63:6
- J'ai foulé des peuples dans ma colère, Je les ai rendus ivres dans ma fureur, Et j'ai répandu leur sang sur la terre.
 

Comme vous pouvez le percevoir, le texte parle de la nouvelle citée de Dieu, et du prophète de la fin du temps que Dieu envoiera pour hériter la terre lui et son peuple, restituant la vérité après la propagation de l’injustice et de la corruption … sortant les gens de la noirceur à la lumière …et par lequel, Dieu se vengera de ses ennemies … 

Le texte se livre acharnement à décrire et exposer la conjoncture qui prédominait la terre la période qui précédait l’envoi du prophète (PBSL) (vos crimes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu ;…vos mains sont souillées de sang… ils conçoivent le mal et enfantent le crime… ils couvent des œufs de basilic leurs œuvres sont des œuvres d’inquiété le ravage et la ruine sont sur leur route… nul ne se plaint avec justice, nul ne plaide avec droiture … leurs pieds courent au mal et ils ont hâtes de répandre le sang innocent… ils ne connaissent pas le chemin de la paix…nous avons été coupables et infidèles envers l’Eternel … et la délivrance s’est retirée… la vérité a disparu … nos transgressions sont nombreuses devant toi … nos pêchés témoignent contre nous … nous attendons la lumière, et voici les ténèbres, la clarté, et nous marchons dans l’obscurité et voit qu’il n’ y a pas un homme, il s’étonne de ce que personne n’intercède…) de telles conditions qui ne furent rassemblées à la fois, ni être d’une telle cruauté qu’au temps qui précédait l’avènement du prophète (PBSL), envoyé après une longue coupure de révélation de la terre ; des conditions qui n’ont jamais atteint ce niveau l’ère qui précédait l’envoi du Christ (PSSL) ; Se rapportant à cela, cette parole (il voit qu’il n’ y a pas un homme) s’identifie à l’état de l’humanité avant l’envoi du prophète (PBSL) , alors qu’elle est étrangère à son état d’avant L’envoi du Christ (PSSL) et ne peut s’y identifier du moment qu’à cet époque, les vertueux et les croyants existaient encore et leur appel au bien sonnait la foi, et ce qui renforce cette doctrine d’avantage, c’est que l’envoi du Christ coïncidait avec le pré envoi de Jean fils de Ezchiel (PSSE). 

Dans le texte une indication claire de falsification, œuvre des érudits des fils d’Israel et de leur imposture contre Dieu ( Nous avons été coupables et infidèles envers l'Éternel, Nous avons abandonné notre Dieu; Nous avons proféré la violence et la révolte, Conçu et médité dans le coeur des paroles de mensonge;)…
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13363
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:12

MOHAMED le messager de Dieu dans la Torah et l’évangile !
Les ouvrages du patrimoine ….. Et les annonciations. (suite)

Par ailleurs, le texte fait allusion à la lumière qui s’éleva sur les nations (gentils) dans cette terre ( Des nations marchent à ta lumière, Et des rois à la clarté de tes rayons), aussi est-il nécessaire de signaler encore une fois que le terme nations n’est utilisé qu’assez inexactement ici, car le plus judicieux serait « gentiles » qui désigne les autres nations que celles porteuses du livre comme précité. 

De même, on trouve dans ce texte une claire signalisation des caravanes (des chameaux) de provenance du sud de la péninsule arabique , symbolisée ici par le royaume de Séba 6 : 60 

( Tu seras couverte d'une foule de chameaux, De dromadaires de Madian et d'Épha; Ils viendront tous de Séba) 

C’est une prophétie qui ne s’est jamais réalisée pour Jérusalem, mais plutôt s’est effectivement et pleinement réalisée pour la Mecque, et doit forcément se produire dans le passé concrétisé par l’ère des chameaux et des caravanes qui a déjà pris fin…Et ce qui accrédite cette thèse dans le même texte c’est l’indication d’égorgement des immolations (60 : 7) 

( Les troupeaux de Kédar se réuniront tous chez toi; Les béliers de Nebajoth seront à ton service; Ils monteront sur mon autel), une particularité de la Mecque dont Jérusalem n’a jamais eu la moindre attribution. Egalement, Jérusalem n’a point de rapport avec les troupeaux de Kidar fils d’Ismael auquel toutes les tribus arabes sont attribuées et qui selon le dictionnaire du livre sacré, a occupé le pays des arabes (oracle sur l’Arabie ….. s’en fait de toute la gloire de Kidar) …en outre se référant à la simple évidence, tout le monde sait que l’égorgement des sacrifices est l’un des principaux rites du pèlerinage en Islam. 

Toujours dans le même ordre d’idée, le texte stipule même le chemin parcouru par le pèlerin : 
60:6 
- Tu seras couverte d'une foule de chameaux, De dromadaires de Madian et d'Épha; Ils viendront tous de Séba; Ils porteront de l'or et de l'encens, Et publieront les louanges de l'Éternel 

60:8
- Qui sont ceux-là qui volent comme des nuées, Comme des colombes vers leur colombier?
60:9
- Car les îles espèrent en moi, Et les navires de Tarsis sont en tête, Pour ramener de loin tes enfants, Avec leur argent et leur or, A cause du nom de l'Éternel, ton Dieu, Du Saint d'Israël qui te glorifie.
Le premier verset parle des chameaux, le deuxième exprime un étonnement, une interrogation sur ceux qui volent comme des nuées ou bien des colombes dont on ignore l’identité, mais qui se révèlent bien être une allusion aux avions, et le troisième signale les navires … ; pour ce qui est de Tarsis, le dictionnaire du livre sacré ne précise pas exactement sa désignation, parfois c’est un nom très connu à l’époque de Salamon (PSSL) ; d’autre fois, c’est le nom que portait une région d’Espagne lors de la souveraineté arabe, pour opter en fin de compte à une appellation réservée aux énormes navires…La qualification des compagnons du prophète est également mentionnée dans le texte : 61 : 9 – 61 : 11


61:9
- Leur race sera connue parmi les nations, Et leur postérité parmi les peuples; Tous ceux qui les verront reconnaîtront Qu'ils sont une race bénie de l'Éternel.
61:11
- Car, comme la terre fait éclore son germe, Et comme un jardin fait pousser ses semences, Ainsi le Seigneur, l'Éternel, fera germer le salut et la louange, En présence de toutes les nations.
 

En guise de corollaire, sourate AL FATH confirme ces attribues :29.Muhammad est le Messager de Dieu. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés, prosternés, recherchant de Dieu grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. Telle est leur image dans la Thora. Et l'image que l'on donne d'eux dans l'Evangile est celle d'une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s'épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l'émerveillement des semeurs.29 al fath 

Le texte fait également allusion aux victoires et conquêtes, œuvres de nos premières ancêtres musulmans et leur purification de la terre des pierres et des idoles 62 : 10 
62:10
- Franchissez, franchissez les portes! Préparez un chemin pour le peuple! Frayez, frayez la route, ôtez les pierres! Élevez une bannière vers les peuples!On trouve aussi dans le texte une indication aux non arabes qui rebâtissent les murs de la Mecque 60 : 10 (les fils de l’étranger rebâtiront les murs) effectivement combien de main d’œuvre et d’expert émanant de différents pays y travaillent maintenant, bâtissent ses citadelle sous et sur la terre…Les richesses massives et trésors dont Dieu a doté cette terre sont mentionnés dans le paragraphe 60 :5

60:5
- Tu tressailliras alors et tu te réjouiras, Et ton coeur bondira et se dilatera, Quand les richesses de la mer se tourneront vers toi, Quand les trésors des nations viendront à toi.
 

Et bien entendu ces richesses et trésors n’ont jamais appartenu à Jérusalem, mais plutôt à la Mecque considérée parmi les plus riches contrées (10)Le texte souligne également la propagation de l’état de l’Islam et sa conversion de la faiblesse et la petitesse à la force et la prolifération. Cette nation qui a débuté par un seul homme faible dont l’appel à Dieu fut discret et dissimulé de ses ennemis, est devenu une forte nation possédant toute la terre… qui a annoncé les bonnes nouvelles aux pauvres, a fait sortir de prison le captif … a fait arraché les gens des ténèbres de l’incrédulité et le polythéisme à l’adoration du seul vrai Dieu, et par lequel Dieu se vengera de ses ennemis et consolera les affligés… 60 : 22 – 61 :1 - 61 :2 

60:22
- Le plus petit deviendra un millier, Et le moindre une nation puissante. Moi, l'Éternel, je hâterai ces choses en leur temps.

61:1
- L'esprit du Seigneur, l'Éternel, est sur moi, Car l'Éternel m'a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance;
61:2
- Pour publier une année de grâce de l'Éternel, Et un jour de vengeance de notre Dieu; Pour consoler tous les affligés .
Sur le fondement de ces critères réunis tous ensemble dans la personne du prophète (PBSL), j’invoque les gens du livre à nous informer sur un autre prophète que le notre (PBSL) qui répond à ces critères de la conversion à la force et la grandeur après la faiblesse, de l’annonciation aux pauvres, la consolation des affligés à la vengeance des ennemis de Dieu…Poursuivant toujours avec le même texte, l’héritage de la nation de l’Islam des autres nations s’y trouve aussi, 61 : 6 


61:6
- Mais vous, on vous appellera sacrificateurs de l'Éternel, On vous nommera serviteurs de notre Dieu; Vous mangerez les richesses des nations, Et vous vous glorifierez de leur gloire.
 

Nous trouvons pas mieux comme preuve infaillible que la terre de l’ouest qui comprenait la Série , L’Arabie et les perces, cette terre qui constituait pour longtemps le berceau des messages religieux précédents, et que le livre sacré avec ses deux testaments anciens et nouveaux ne cesse d’en parler et de relater l’histoire des nations qui l’ont occupée et les prophètes qui y sont envoyés, et qu’en dehors de laquelle la terre était couverte par des tendances athéistes matérielle et naturaliste où l’adoration de Dieu est dérisoire ; cette terre est devenue toute musulmane !!! (Et Dieu est souverain en Son Commandement : mais la plupart des gens ne savent pas.) 21 Sourate YOUSSEF !! 
C’est une terre que selon le texte sera la terre peuplée, une destinée que les gens désireront visiter. 62 : 12 

(Et toi, on t’appellera recherchée, ville non délaissée) 

Que ceux qui calque cette prophétie sur Jérusalem, nous informe quand est-ce que Jérusalem a rempli ces critères ?!! 

Ce sont des critères qui doivent nécessairement être déjà réalisés comme il a était lieu de le clarifier… rendant ainsi insensées les prétentions juives à propos du non encore accomplissement de cette prophétie, de même l’attente de ce délivreur qui va les venger, écrasant de ses pieds le monde, et souillant ses habits du sang des non juifs !! 

Selon le dictionnaire des anciennes routes (ancien trades roots), Idem commence dès l’extrémité sud de la mer morte sur des superficies du Sahara arabique pour s’étaler sur toutes les terres du littoral est de la mer rouge (comme précité). 

Par ailleurs, l’ensemble des livres du Hadith, témoigne unanimement que le prophète (PBSL) portait un habit dont la beauté et la fierté n’ont pas de pareil !!! Ibn Al Bara’a dans une description du prophète (PBSL) nous dit : « je l’ai vu (le prophète) dans un habit rouge, que j’ai point vu de chose meilleure) …………………… 

Aussi, le fait que le prophète (PBSL) présidait lui-même ses incursions, entouré par ses nobles compagnons (que Dieu Soit Satisfait d’eux) ne peut constituer un sujet de divergence entre deux personnes. 

Je reviens donc, à présent, pour reposer la même question évoquée dans ce texte à propos de ce prophète que Dieu envoiera en fin du temps pour rétablir la justice sur terre, et dont la gloire ainsi que celle de sa ville persistera jusqu’au jour de la résurrection, en l’occurrence : qui est celui-ci qui vient d’Idom, en habits éclatantes (rouge dans la version arabe), et se redressant avec fierté dans la plénitude de sa force ? 
Serait-il Moise (PSSL) ?!

Absolument non, d’abord Moise n’est pas venu d’Idom, ensuite, comme l’atteste le texte, le prophète en question viendra après que la terre soit dévastée et que la corruption l’ait dominée éprouvant une extrême urgence de recevoir un réformateur que Dieu envoiera pour accomplir cette mission, en outre, le texte affirme que sa gloire et celle de sa nation s’éternisera, or nul n’a prétendu que Moise était le dernier des prophète, ce qui rejette inévitablement l’hypothèse de porter cette prophétie sur Moise (PSSL)..

Pourrait-il être Christ (PSSL) ?

Là encore, la réponse est négative…, Jésus lui n’en plus n’est pas issu d’Idom, n’a jamais eu de force armée à présider…et les critères de la ville ne correspondent pas à Jérusalem et aucun ne s’est réalisé après l’envoi du Christ, pas de chameaux venant du sud de la péninsule arabique !!! ni de troupeaux des tribus de la Mecque qui s’y réunissent !!! la paix et la sécurité ne s’y sont pas instaurées, au contraire, la première chose à s’y être produite après le départ de Christ, était la torture de ses disciples et leur fuite dans les divers contrés, l’histoire même de Jérusalem au fil du temps est le meilleur témoignant de l’injustice, la démolition et l’écoulement du sang dont Jérusalem souffre toujours, les blessures et douleurs, élevant sa devise de « la terre contre la paix » ! … en fin, nul des premiers ni des derniers n’a jamais prétendu que l’envoi divin du Christ visait la vengeance des ennemis de Dieu, ou pour qu’il écrase de ses pieds les nations révoltant contre Dieu dont le sang jaillit sur ses vêtements et souille tous ses habits ?!!!
 

Que serait donc celui-ci qui se redresse avec fierté dans la plénitude de sa force ?!! 

Ensuite le texte remet l’accent sur la sécurité et la paix comme étant la devise de cette terre, avançant que ses portes s’ouvrent et ne se referment point, pas de violence ni de ravage et de ruine : 60 : 11 – 60 : 18 

60:11
- Tes portes seront toujours ouvertes, Elles ne seront fermées ni jour ni nuit, Afin de laisser entrer chez toi les trésors des nations, Et leurs rois avec leur suite.

60:18
- On n'entendra plus parler de violence dans ton pays, Ni de ravage et de ruine dans ton territoire; Tu donneras à tes murs le nom de salut, Et à tes portes celui de gloire.
 


Ce sont des critères aux quels Jérusalem ne répond absolument pas … Jérusalem qui jusqu’aux nos jours vit sous l’emprise de l’injustice, les feux des guerres et dans les ruines et les ravages ?!! 

Jérusalem où les chars d’assaut ravagent les maisons ; les mitraillettes tuent les enfants et le bourdonnement des explosions est le plus dominant comme son !!! De plus ses portes se referment beaucoup plus qu’elles ne s’ouvrent !!! 

Quel être raisonnable insisterait-il sur le fait que le texte parle de Jérusalem ? 

S’il en existe c’est à l’histoire qu’il doit s’en prendre, et s’il ne parvient pas à anéantir les faits historiques, plus encore Ariel Sharon !!! 

Poursuivons avec IBN TAYMIYA : Esaie a dit : mettent l’accent sur l’annonciation du sceau de la prophétie : il nous est né un enfant prodigieux,souriant avec un grain de beauté sur les épaules, Arakoun de la paix, un Dieu puissant et son pouvoir est un pouvoir de paix, ,fils de son monde, qui siége la chaise de David (Pssl)- on disait que le mot Arakoun désigne le « grandiose », d’après le langage de l’évangile ; quand Christ a guéri un fou de son aliénation mentale, les juifs lui ont reprocher le recours à l’Arakoun des diables, à savoir leur grand ; aussi Jésus disait dans l’évangile que l’Arakoun du monde se puni, par assimilation à Iblisse ou bien le plus méchant parmi les humains, et l’a appelé Dieu par analogie à ce que la Torah utilise parfois, à titre d’exemple cette parole : Dieu a fait de Moise un Dieu de Pharon, à savoir que ce dernier serait sous la disposition de Moise qui le gouvernera, pareillement chez David, en s’adressant aux grandioses de son peuple, leur disait vous êtes des Dieux- Esaie a donc formellement témoigné de l’authenticité de la prophétie de Mohamed et l’a dépeint de ses signes les plus particuliers et les plus claires dont le grain de beauté sur l’épaule que par ma vie, ni Salamon ni Jésus n’en disposait ; il a également souligné qu’il héritera la prophétie et la royauté des fils d’Israel, par son énonciation de siéger sur la chaise de David.

Cet extrait en dessus a également son pareil dans le volume d’Esaie : 9 : 2 à7 

9:2
- Le peuple qui marchait dans les ténèbres Voit une grande lumière; Sur ceux qui habitaient le pays de l'ombre de la mort Une lumière resplendit.
9:3
- Tu rends le peuple nombreux, Tu lui accordes de grandes joies; Il se réjouit devant toi, comme on se réjouit à la moisson, Comme on pousse des cris d'allégresse au partage du butin.

9:4
- Car le joug qui pesait sur lui, Le bâton qui frappait son dos, La verge de celui qui l'opprimait, Tu les brises, comme à la journée de Madian.
9:5
- Car toute chaussure qu'on porte dans la mêlée, Et tout vêtement guerrier roulé dans le sang, Seront livrés aux flammes, Pour être dévorés par le feu.

9:6
- Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule; On l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix.

9:7
- Donner à l'empire de l'accroissement, Et une paix sans fin au trône de David et à son royaume, L'affermir et le soutenir par le droit et par la justice, Dès maintenant et à toujours: Voilà ce que fera le zèle de l'Éternel.
 


Le plus frappant ici, c’est que le mot « paix » évoqué dans ce texte est désigné, selon le dictionnaire du livre sacré dans la version hébraïque par Shelalim qui signifie « Islam », ce qui permet au récit de reprendre sa vraie signification claire et cohérente devenant ainsi : le prince de l’Islam, donner à l’empire un environnement et un Islam sans fin !!! Serait donc le fait que le mot « Shelalim » se répète dans deux prédictions différentes afférentes au noble prophète, une simple coïncidence, à moins que se soit l’Islam dont il est question ; et s’il on assume vrai que c’est du terme « Paix » qu’il s’agit, le plus judicieux serait comme synonyme dans la version hébraïque ne serait-il pas « Shalom » connu dans la langue hébraïque pour « Paix » et fréquemment utilisé dans les récits bibliques ? !!! 

Le dictionnaire anglais de la bible nous montre aussi une autre évocation du terme « Shelalim » dans le volume des lévitiques ; verset 29 : 7 : 

7:29
- Parle aux enfants d'Israël, et dis: Celui qui offrira à l'Éternel son sacrifice d'actions de grâces apportera son offrande à l'Éternel, prise sur son sacrifice d'actions de grâces.
 


On y observe que ce terme n’est pas traduit dans la version française par « Paix » comme à l’accoutumée, mais plutôt par « action de grâce » !!! 

Pourtant un enchaînement cohérent du récit nécessite l’utilisation encore une fois du terme Islam ainsi nous aurons (offrira à l’Eternel son sacrifice d’Islam) pour harmonisation de la parole et clarification de la signification !!! 

Il existe aussi toujours un autre texte figurant parmi les récits bibliques qui contient des qualités propres à une personne qui succédera au Christ que seul le prophète (PBSL) y répond ; c’est principalement ce que la révélation de Jean (19 : 10-16) nous renseigne : 

10 : Et je tombai à ses pieds pour d’adorer, mais il me dit : garde toi de le faire ! je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus est l’esprit de la prophétie. 

11 : Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice.

12 : Ses yeux étaient comme une flamme de feu, sur sa tête étaient plusieurs diadèmes, il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui-même/

13 : Et il était revêtu d’un vêtement teint de sang, son nom est la parole de Dieu.

14 : Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc, pur.

15 : De sa bouche sortait une épée aigue, pour frapper les nations ; il les paîtra avec une verge de fer, et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout puissant.

16 : Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit : Roi des rois et seigneur des seigneurs.

Serait-il par pure coïncidence encore une fois que l’être que Jean a vu dans sa révélation se nomme Fidèle et Véridique !! qui monte un cheval blanc !! et il juge et combat avec justice !! Sachant que les termes « Fidèle » et « Véritable » ne sont pas une qualification mais plutôt des noms propres qui s’écrivent avec un « F » et « V » en majuscule (qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable). 

Est-il également œuvre de coïncidence que parmi ses qualités se trouve l’épée aiguée par laquelle, il frappera les nations rebelles et les paîtra avec une verge de fer !! 

Pour ce qui est de son nom que personne ne connaît, c’est parce qu’il n’est pas de leur peuple et que sa langue n’est pas la leur ; quant aux diadèmes, je pense qu’il s’agit d’une allusion à l’héritage des autres nations, et sa suprématie, ainsi l’expression « le roi des rois et le seigneur des seigneurs » se rapporte à l’épanouissement et la grandeur de sa royauté et de son règne que la terre n’a jamais vu de pareil et ne pourra en espérer voir ; et c’est également une forte indication que c’est le prophète (PBSL) qui clôtura la prophétie devenant ainsi le sceau des prophètes et leur Imam. Ceci dit, il est catégoriquement impossible que ce soit du Dieu qu’il s’agit, car le texte dès son début se réfère à une personne sur un cheval blanc qui s’appelle Fidèle et Véritable, qui juge et combat avec justice et qui sera un instrument divin pour exprimer la colère de Dieu contre les nations rebelles (il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout puissant) (11). 

A ce propos, je demanderai aux érudits des gens du livre de nous présenter une personne autre que le messager de Dieu (PBSL), qui aurait dû été envoyé antérieurement ou postérieurement à Jésus (PSSL) et qui répond intégralement à ces qualités de justice, de vérité et de combat contre les nations rebelles !!! 

Nous disposons également d’autres récits bibliques qui contiennent des attribues que les érudits musulmans affectent au noble messager (PBSL), particulièrement dans le volume des cantique (5 : 9 – 5 :16) où une femelle décrit son bien aimé à ses amies, et s’enthousiasme à exposer ses qualités dont la majorité est au prophète (PBSL) qu’elle s’applique et parmi ce dont il a été dépeint dans les livres du Hadith tel « Sahih Al Boukhari »et autre, elle dit : 

5:9
- Qu'a ton bien-aimé de plus qu'un autre, O la plus belle des femmes? Qu'a ton bien-aimé de plus qu'un autre, Pour que tu nous conjures ainsi? -
5:10
- Mon bien-aimé est blanc et vermeil; Il se distingue entre dix mille.
5:11
- Sa tête est de l'or pur; Ses boucles sont flottantes, Noires comme le corbeau.
5:12
- Ses yeux sont comme des colombes au bord des ruisseaux, Se baignant dans le lait, Reposant au sein de l'abondance.
5:13
- Ses joues sont comme un parterre d'aromates, Une couche de plantes odorantes; Ses lèvres sont des lis, D'où découle la myrrhe.
5:14
- Ses mains sont des anneaux d'or, Garnis de chrysolithes; Son corps est de l'ivoire poli, Couvert de saphirs;
5:15
- Ses jambes sont des colonnes de marbre blanc, Posées sur des bases d'or pur. Son aspect est comme le Liban, Distingué comme les cèdres.
5:16
- Son palais n'est que douceur, Et toute sa personne est pleine de charme. Tel est mon bien-aimé, tel est mon ami, Filles de

Jérusalem! –
 


Les plus patent ici, outre les qualités contenues dans ce texte et qui existent aussi dans les livres du Hadith, c’est que le parallèle dans la version hébraïque du terme « pleine de charme » qui précède l’expression « tel est mon bien aimé, tel est mon ami », et qui est censé être un nom, est étonnement " Machmadine", à noter que cette addition "ine" au nom « Machmad » est spécialement utilisé dans la langue hébraïque pour exprimer la glorification, ce qui bien entendu prouve qu’il s’agit effectivement d’un nom ou plutôt d’un grand nom et non d’une qualification. 

Le terme (machmad) dans l’hébraïque sans l’addition de glorification se compose des mêmes lettres que ceux qui constituent le mot (Mohamed) dans la langue arabe, et qui se traduit parfois au louange ou bien le charme comme dans le texte, ainsi qu’autre signification du même genre; Seulement l’addition de glorification incorporée dans le terme ainsi que son emplacement dans le contexte prouve qu’il s’agit d’un nom beaucoup plus qu’une attribue... je vous laisse donc le soin de juger si le plus convenable serait de dire (sa personne est pleine de charme, tel est mon bien aimé, tel est mon ami) ou bien (c’est la personne du grand Mohamed, tel est mon bien aimé, tel est mon ami). 

Quelle coïncidence voudrait donc que le mot « Machmadine » occupe précisément la place où le nom de la personne en question est censé occuper ?!!! 

Un autre témoignage existe toujours dans le volume de Aggée 2 : 6 à9, où le nom du prophète est explicitement et clairement mentionné, seulement c’est dans la version hébraïque qu’il garde son apparence terminologique. 

2:6
- Car ainsi parle l'Éternel des armées: Encore un peu de temps, Et j'ébranlerai les cieux et la terre, La mer et le sec;
2:7
- J'ébranlerai toutes les nations; Les trésors de toutes les nations viendront, Et je remplirai de gloire cette maison, Dit l'Éternel des armées.
2:8
- L'argent est à moi, et l'or est à moi, Dit l'Éternel des armées.
2:9
- La gloire de cette dernière maison sera plus grande Que celle de la première, Dit l'Éternel des armées; Et c'est dans ce lieu que je donnerai la paix, Dit l'Éternel des armées.
 


Car le mot « Trésors » évoqué dans la version française se trouve « Hemda » dans la version hébraïque, et l’on doit être aveugle pour ne pas s’apercevoir que ses lettres dérivent du nom du prophète (PBSL) en arabe (AHMED, ou bien MOHAMED) ; l’étonnant c’est que les chrétiens imputent le nom « Hemda » à Christ (PSSL) malgré l’éclat diffusé par ses lettres pour annoncer leur fière appartenance au noble prophète (PBSL). 

Je crois que l’évidence que la moindre équité nous force d’admettre c’est que cette dernière maison ainsi cité dans le texte se réfère bel est bien à la Mecque, que la paix qui la dominera est forcement l’Islam et que « Hemda » n’est personne d’autre que Mohamed (PBSL). 

J’ignore complètement pour qui l’on ose s’amuser des versets de Dieux et de ses livres de la sorte ?!!. 

Pour qui le terme Islam est détourné de sa véritable traduction pour devenir paix ou parfois sécurité, Machmadin et Hemda sont privés de leur lettre est remplacé par " charme ou trésor" et les gentils par les nations ?!! Est-ce pour Dieu ?!! Ou pour Mohamed ?!! Ou bien pour Jésus ?!! 

Que le maudit Satan soit heureux, que son cœur se réjouisse, car par amour de ses yeux, Dieu est désobéi, ses livres sont falsifiés et ses messagers sont démentis !!Et que la passion et le fanatisme aveugle se réjouissent, car pour leur satisfaction, l’au-delà est dérisoirement troqué contre le bas monde, le pardon contre les supplices et le paradis contre l’enfer !! 

Je me demande comment oserait-on être d’une telle intrépidité à l’égard de Dieu, d’injustice de criminalité, de turpitude et de bassesse; Celui que l’envie a égaré traînant dans la boue de l’égarement des nations derrière lui, comment supportera –t-il les flammes du feu ? 

A présent, continuions avec Ibn Taymiya : ils ont dit : Esaie a dit désignant la Mecque : je t’ai dessinée sur la paume de ma main, tes fils viendront précipitamment à toi, celui qui compte t’effrayer et te trahir, sortira de chez toi, lève tes yeux autours de toi, ils viendrons vers toi, et s’uniront chez toi, tu seras baptisée par mon nom, c’est moi le vivant, porte tes beaux vêtements et orne toi de la couronne comme la mariée, tes ruines seront étroites pour accueillir les grands nombres de tes habitants et tes prédicateurs, tes ennemis te craindrons et tes enfants se proliférant au point de te demander qui m’a accordée tous ces enfants alors que je suis seule et unique, qui va les élever et en prendre soin. 

On dit que c’est là une élucidation de la part d’Esaie à propos de la Mecque, car c’est elle que Dieu a vêtu d’une parure de luxueux tissu de brocart et a engagé les rois et les Khalifs pour son service; ses pèlerins et ses habitants sont ses enfants que Dieu a pris en charge, et c’est également la Mecque que Dieu a protégé contre ceux qui comptaient l’effrayer et la dévaster, elle a conservé toute sa fierté et n’a jamais été outragée (Sourat AL HAJ 25 : 

Quiconque cherche à y commettre un sacrilège injustement, Nous lui ferons goûter un châtiment douloureux) , et quiconque en tente se verra sévèrement torturé comme le cas des troupes d’éléphant d’Abraha ; Elle n’a pas cessé d’être peuplée est préservée dès l’ère du prophète Ibrahim (PSSL); à l’opposé de Jérusalem dévastée, dépeuplée et assaillie nombre de fois . Aussi Esaie dit que Dieu dit : je remercie mon amour et mon fils Ahmed -Il l'a alors nommé « fils et bien aimé », certes David est aussi nommé « fils » seulement ce prophète est qualifié en plus d’amour et de remerciement ce que Esaie a infiniment saisi et a incité son peuple de le glorifier pour la mise en valeur de son rang et son mérite, une qualité que seul le prophète en est dotée- Esaie continuait disant : nous avons entendu la voix de Mohamed parvenue des coins de la terre. Jolie proclamation aussi claire que le soleil du nom du prophète (PBSL). 

Je m’adresse aux gens du livre, s’il existe un prophète autre que le prophète (PBSL) dont les textes bibliques ont annoncé le nom avec une telle élucidation, faites le nous connaître. 

Esaie continue : le ciel est rempli de la brillance d’Ahmed (un autre nom de Mohamed) (PBSL) émanant de la lumière de croyance et du Coran jaillie de lui et de sa nation , et la terre est remplie de sa glorification de Dieu lui et sa nation dans Leur prière, chose qui ressort de l’évidence chez sa nation, ce sont absolument eux qui glorifient Dieu le plus; chaque prière ou sermon est nécessairement préludé par l’éloge de Dieu, et dans la prière en particulier, chaque Rakaa (génuflexion) commence par "l’éloge est à Allah" et s’achève avec. Une foie soulevé de Rokoua, l’Imam prononce « Dieu entend celui qui le glorifie » et tous les priants répondent « Eloge soit à Dieu », à la fin de la prière on reprend l’éloge de Dieu par attribuer les salutations, la piété, les bonnes qualités et les prières à Dieu et bien d’autres expressions et genres d’éloge dont l’exposition prendra éminemment de place. 

Le prophète Daniel (PSSL) a également évoqué notre prophète (PBSL) par son nom disant : tu tireras de ton arc abondamment et les flèches par ton ordre Ô Mohamed seront pleinement rassasiées. 

Assurément c’est une proclamation irréfutable saine de toute falsification et quiconque ose le nier, il n’a que nous faire parvenir un autre Mohamed qui a des flèches qui se retirent et des ordres qui s’exécutent. 

Le « livre de la religion et l’Etat » pour son auteur Ali IBN TABARI : c’est un auteur Chrétien qui a embrassé l’Islam, décédé à l’an 247 hijir, il mentionne dans son livre que le volume d’Esaie contenait cet éclatante révélation : (Je t’ai donné pour nom Mohamed Ô Mohamed, toi qui est le saint de Dieu, ton nom existera jusqu’à l’éternité).On trouve également mentionné dans ce livre écrit plus que 1000 ans au paravent que le volume de Habacuc brillait son l’éclat de cette prophétie : (Dieu est venu de Theman et le Saint vient de la montagne de Paran, la splendeur de Mohamed a couvert le ciel et la terre était remplie de son éloge). 

Remarquons qu’il s’agit de la même prophétie sus évoqué seulement le nom du prophète n’y pas directement énoncé, pareillement il est évoqué (éloge) au lieu de (gloire).Au terme de ce chapitre, nous nous contentons de ce qui est cité parmi beaucoup de ces livres de l’histoire que nous ancêtres érudits ont réservé aux annonciations prophétisant la venue du prophète (PBSL), ses attributs et son rang… 

- AL BAQARA 146

- 146.Ceux à qui nous avons donné le Livre, le reconnaissent comme ils reconnaissent leurs enfants. Or une partie d'entre eux cache la vérité, alors qu'ils la savent ! 

- AL ANAAM 20

- 20.Ceux à qui Nous avons donné le Livre reconnaissent (le Messager Muhammad) comme ils reconnaissent leurs propres enfants. Ceux qui font leur propre perte sont ceux qui ne croient pas.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13363
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:12

Que disent-t-ils sur l’Islam 

Voici un petit recueil, en série, regroupant un certain nombre de témoignages et d'impressions sur l'Islam de personnes de différents horizons et de toutes les époques: homme d'état ou simple citoyen, célébrité ou parfait inconnu, scientifiques ou autres, musulman ou non, chacun exprimant à sa façon la grandeur et la beauté de l'Islam et de ses préceptes. 

On va essayer d'en publier périodiquement et c'est au lecteur de se faire sa propre opinion... 

Alphonse de LAMARTINE
 


Poète et homme politique français (1790/1869) 

" Jamais un homme ne se proposa, volontairement ou involontairement, un but plus sublime, puisque ce but était surhumain: Saper les superstitions interposées entre la créature et le Créateur, rendre Dieu à l'homme et l'homme à Dieu, restaurer l'idée rationnelle et sainte de la divinité dans ce chaos de dieux matériels et défigurés de l'idolâtrie... Jamais homme n'accomplit en moins de temps une si immense et durable révolution dans le monde..." 

" Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, l'immensité du résultat sont trois mesures du génie de l'homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l'histoire moderne o Mahomet? Les plus fameux n'ont remués que des armes, des lois, des empires; ils n'ont fondé, quand ils ont fondés quelque chose, que des puissances matérielles, écroulées souvent avant eux. 

Celui-là a remué les armées, des législations, des empires, des peuples, des dynasties, des millions d'hommes sur un tiers du globe habité; mais il a remué, de plus, des idées, des croyances, des âmes. Il a fondé sur un Livre, dont chaque lettre est devenue une loi, une nationalité spirituelle qui englobe des peuples de toutes les langues et de toutes les races, et il a imprimé, pour caractère indélébile de cette nationalité musulmane, la haine des faux dieux et la passion du Dieu un et immatériel... 

Philosophe, orateur, apôtre, législateur, guerrier, conquérant d'idées, restaurateur de dogmes rationnels, d'un culte sans images, fondateurs de vingt empires terrestres et d'un empire spirituel, voilà Mahomet. A toutes les échelles où l'on mesure les grandeurs humaines, quel homme fut plus grand?" 

"Il a fondé une nationalité spirituelle (...), la haine des faux dieux, et ma passion du Dieu un et immatériel. Ce patriotisme vengeur des profanations du ciel fut la vertu des enfants de Mahomet (les musulmans); la conquête du tiers de la terre à son dogme fut son miracle, ou plutôt ce ne fut pas le miracle d'un homme, ce fut celui de la raison? L'idée de l'unité de Dieu, proclamée dans la lassitude des théologies fabuleuses, avait en elle-même une telle vertu, qu'en faisant explosion sur ses lèvres elle incendia tous les vieux temples des idoles et alluma de ses lueurs un tiers du monde" ( Histoire de la Turquie" 1er tome) 

Jules BARTHELEMY -SAINT-HILAIRE 

Homme politique et érudit français (1805/1895)
 


" La différence fondamentale entre la prophétie de Mahomet et le christianisme consiste dans la négation de la filiation divine de Jésus et de la doctrine des hypostases. Mahomet accordait à Jésus le titre de prophète, c'est à dire le même qu'à Noé, Abraham, Moïse, Elie, à beaucoup d'autres, et à lui même, qui ne s'arrogeait nullement la première place parmi eux. Sa grandeur attache dogmatique était à l'unité absolue de Dieu, telle que la posaient les juifs." 

Victor Hugo chante le Prophète de l'Islam


Comme s’il pressentait que son heure était proche, 
Grave, il ne faisait plus à personne une reproche ; 
Il marchait en rendant aux passants leur salut ; 
On le voyait vieillir chaque jour, quoiqu’il eût 
A peine vingt poils blancs à sa barbe encore noire ; 
Il s'arrêtait parfois pour voir les chameaux boire, 
Se souvenant du temps qu’il était chamelier. 
Il semblait avoir vu l’Eden, l’âge de d’amour, 
Les temps antérieurs, l’ère immémoriale. 
Il avait le front haut, la joue impériale, 
Le sourcil chauve, l’œil profond et diligent, 
Le cou pareil au col d’une amphore d’argent, 
L’air d’un Noé qui sait le secret du déluge. 
Si des hommes venaient le consulter, ce juge 
Laissait l’un affirmer, l’autre rire et nier, 
Ecoutait en silence et parlait le dernier. 
Sa bouche était toujours en train d’une prière ; 
Il mangeait peu, serrant sur son ventre une pierre ; 
Il s’occupait de lui-même à traire ses brebis ; 
Il s’asseyait à terre et cousait ses habits. 
Il jeûnait plus longtemps qu’autrui les jours de jeûne, 
Quoiqu’il perdît sa force et qu’il ne fût plus jeune. 
A soixante-trois ans une fièvre le prit. 
Il relut le Coran de sa main même écrit, 
Puis il remit au fils de Séid la bannière, 
En lui disant : " Je touche à mon aube dernière. 
Il n’est pas d’autre Dieu que Dieu. Combats pour lui. " 
Et son œil, voilé d’ombre, avait ce morne ennui 
D’un vieux aigle forcé d’abandonner son aire. 
Il vint à la mosquée à son heure ordinaire, 
Appuyé sur Ali le peuple le suivant ; 
Et l’étendard sacré se déployait au vent. 
Là, pâle, il s’écria, se tournant vers la foule ; 
" Peuple, le jour s’éteint, l’homme passe et s’écroule ; 
La poussière et la nuit, c’est nous. Dieu seul est grand. 
Peuple je suis l’aveugle et suis l’ignorant. 
Sans Dieu je serais vil plus que la bête immonde. " 
Un cheikh lui dit : " o chef des vrais croyants ! le monde, 
Sitôt qu’il t’entendit, en ta parole crut ; 
Le jour où tu naquit une étoile apparut, 
Et trois tours du palais de Chosroès tombèrent. " 
Lui, reprit : " Sur ma mort les Anges délibèrent ; 
L’heure arrive. Ecoutez. Si j’ai de l’un de vous 
Mal parlé, qu’il se lève, ô peuple, et devant tous 
Qu’il m’insulte et m’outrage avant que je m’échappe ; 
Si j’ai frappé quelqu’un, que celui-là me frappe. " 
Et, tranquille, il tendit aux passants son bâton. 
Une vieille, tondant la laine d’un mouton, 
Assise sur un seuil, lui cria : " Dieu t’assiste ! " 
Il semblait regarder quelque vision triste, 
Et songeait ; tout à coup, pensif, il dit : " voilà, 
Vous tous, je suis un mot dans la bouche d’Allah ; 
Je suis cendre comme homme et feu comme prophète. 
J’ai complété d’Issa la lumière imparfaite. 
Je suis la force, enfants ; Jésus fut la douceur. 
Le soleil a toujours l’aube pour précurseur. 
Jésus m’a précédé, mais il n’est pas la Cause. 
Il est né d’une Vierge aspirant une rose. 
Moi, comme être vivant, retenez bien ceci, 
Je ne suis qu’un limon par les vices noirci ; 
J’ai de tous les péchés subi l’approche étrange ; 
Ma chair a plus d’affront qu’un chemin n’a de fange, 
Et mon corps par le mal est tout déshonoré ; 
O vous tous, je serais bien vite dévoré 
Si dans l’obscurité du cercueil solitaire 
Chaque faute engendre un ver de terre. 
Fils, le damné renaît au fond du froid caveau 
Pour être par les vers dévoré de nouveau ; 
Toujours sa chair revit, jusqu’à ce que la peine, 
Finie ouvre à son vol l’immensité sereine. 
Fils, je suis le champ vil des sublimes combats, 
Tantôt l’homme d’en haut, tantôt l’homme d’en bas, 
Et le mal dans ma bouche avec le bien alterne 
Comme dans le désert le sable et la citerne ; 
Ce qui n’empêche pas que je n’aie, ô croyants ! 
Tenu tête dans l’ombre au x Anges effrayants 
Qui voudraient replonger l’homme dans les ténèbres ; 
J’ai parfois dans mes poings tordu leurs bras funèbres ; 
Souvent, comme Jacob, j’ai la nuit, pas à pas, 
Lutté contre quelqu’un que je ne voyais pas ; 
Mais les hommes surtout on fait saigner ma vie ; 
Ils ont jeté sur moi leur haine et leur envie, 
Et, comme je sentais en moi la vérité, 
Je les ai combattus, mais sans être irrité, 
Et, pendant le combat je criais : " laissez faire ! 
Je suis le seul, nu, sanglant, blessé ; je le préfère. 
Qu’ils frappent sur moi tous ! Que tout leur soit permis ! 
Quand même, se ruant sur moi, mes ennemis 
Auraient, pour m’attaquer dans cette voie étroite, 
Le soleil à leur gauche et la lune à leur droite, 
Ils ne me feraient point reculer ! " C’est ainsi 
Qu’après avoir lutté quarante ans, me voici 
Arrivé sur le bord de la tombe profonde, 
Et j’ai devant moi Allah, derrière moi le monde. 
Quant à vous qui m’avez dans l’épreuve suivi, 
Comme les grecs Hermès et les hébreux Lévi, 
Vous avez bien souffert, mais vous verrez l’aurore. 
Après la froide nuit, vous verrez l’aube éclore ; 
Peuple, n’en doutez pas ; celui qui prodigua 
Les lions aux ravins du Jebbel-Kronnega, 
Les perles à la mer et les astres à l’ombre, 
Peut bien donner un peu de joie à l’homme sombre. " 
Il ajouta ; " Croyez, veillez ; courbez le front. 
Ceux qui ne sont ni bons ni mauvais resteront 
Sur le mur qui sépare Eden d’avec l’abîme, 
Etant trop noirs pour Dieu, mais trop blancs pour le crime ; 
Presque personne n’est assez pur de péchés 
Pour ne pas mériter un châtiment ; tâchez, 
En priant, que vos corps touchent partout la terre ; 
L’enfer ne brûlera dans son fatal mystère 
Que ce qui n’aura point touché la cendre, et Dieu 
A qui baise la terre obscure, ouvre un ciel bleu ; 
Soyez hospitaliers ; soyez saints ; soyez justes ; 
Là-haut sont les fruits purs dans les arbres augustes, 
Les chevaux sellés d’or, et, pour fuir aux sept dieux, 
Les chars vivants ayant des foudres pour essieux ; 
Chaque houri, sereine, incorruptible, heureuse, 
Habite un pavillon fait d’une perle creuse ; 
Le Gehennam attend les réprouvés ; malheur ! 
Ils auront des souliers de feu dont la chaleur 
Fera bouillir leur tête ainsi qu’une chaudière. 
La face des élus sera charmante et fière. " 
Il s’arrêta donnant audience à l’espoir. 
Puis poursuivant sa marche à pas lents, il reprit : 
" O vivants ! Je répète à tous que voici l’heure 
Où je vais me cacher dans une autre demeure ; 
Donc, hâtez-vous. Il faut, le moment est venu, 

Que je sois dénoncé par ceux qui m’ont connu, 
Et que, si j’ai des torts, on me crache aux visages. " 
La foule s’écartait muette à son passage. 
Il se lava la barbe au puits d’Aboufléia. 
Un homme réclama trois drachmes, qu’il paya, 
Disant : " Mieux vaut payer ici que dans la tombe. " 
L’œil du peuple était doux comme un œil de colombe 
En le regardant cet homme auguste, son appui ; 
Tous pleuraient ; quand, plus tard, il fut rentré chez lui, 
Beaucoup restèrent là sans fermer la paupière, 
Et passèrent la nuit couchés sur une pierre 
Le lendemain matin, voyant l’aube arriver ; 
" Aboubékre, dit-il, je ne puis me lever, 
Tu vas prendre le livre et faire la prière. " 
Et sa femme Aïscha se tenait en arrière ; 
Il écoutait pendant qu’Aboubékre lisait, 
Et souvent à voix basse achevait le verset ; 
Et l’on pleurait pendant qu’il priait de la sorte. 
Et l’Ange de la mort vers le soir à la porte 
Apparut, demandant qu’on lui permît d’entrer. 
" Qu’il entre. " On vit alors son regard s’éclairer 
De la même clarté qu’au jour de sa naissance ; 
Et l’Ange lui dit : " Dieu désire ta présence. 
- Bien ", dit-il. Un frisson sur les tempes courut, 
Un souffle ouvrit sa lèvre, et Mahomet mourut. 


Victor Hugo, le 15 janvier 1858.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13363
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:13

Le comportement du Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam 

Lorsque le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam était chez lui, il divisait son temps en trois parties : une partie pour l'adoration d'Allah, la deuxième pour sa famille et la troisième pour lui-même. (Rapporté par Tirmidhi dans Chamaa-il') Le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam ne privait jamais les gens de son bon caractère et de son sourire. 
Abdoullah Ibn Hârith radhi yallâhou 'anhou affirme qu'il n'a jamais vu quelqu'un d'aussi souriant que le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam. Quand il souriait, ses dents brillaient comme des perles. (Rapporté par Tirmidhi dans Chamaa-il') 

Le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam accordait toute son attention à ceux qui s'asseyaient avec lui ou lui présentaient un quelconque besoin et ce, jusqu'à leur départ (de l'assemblée). (Rapporté par Tirmidhi dans Chamaa-il') 
Le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam n'a jamais pris de revanche personnelle contre le mal qu'on lui faisait. (Rapporté par Mouslim dans son Sahih) 
Le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam ne rendait pas le mal par le mal, mais pardonnait et n'en tenait pas rigueur. (Rapporté par Tirmidhi dans Chamaa-il') 
Le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam a décrit le croyant à la foi complète celui qui a les plus belles manières. 
De même, la crainte d'Allah et les bonnes manières seront les critères les plus retenus pour l'entrée au Paradis. (Rapporté par Tirmidhi dans Chamaa-il') 
Le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam n'a jamais frappé ni chose, ni femme, ni domestique. (Rapporté par Mouslim dans son Sahih) 
Le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam n'a jamais réprimandé Anas radhi yallâhou 'anhou qui fut à son service pendant dix ans. (Rapporté par Boukhâri et Mouslim dans leur Sahih) 
Le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam était préparé à toutes les situations. Il recommandait aux gens d'être vigilant tout en l'étant lui-même. 
Quand Le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam avait le choix entre deux problèmes, il choisissait le plus facile des deux tant que ce n'était pas un péché. (Rapporté par Tirmidhi dans Chamaa-il') 
Le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam demandait à Allah de le protéger contre les mauvaises manières, les mauvaises actions et mauvaises intentions. (Rapporté par Tirmidhi dans Chamaa-il') 
Le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam était ferme sur la vérité et n'ébranlait ni ne surpassait jamais celle-ci. Lorsqu'une action interdite était perpétrée, Le Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam était le plus en colère. (Rapporté par Tirmidhi dans Chamaa-il') 

Le plus vertueux des Sahabah auprès du Prophète sallallâhou 'alayhi wasallam était celui qui prodiguait le plus de bons conseils; et le meilleur d'entre eux était celui qui se préoccupait le plus des autres et celui qui leur venait en aide de la meilleure façon. (Rapporté par Tirmidhi dans Chamaa-il')
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13363
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:13

La Mission Prophètique 

1) Il commença par répandre son message secrètement parmi ses amis intimes, puis parmi sa tribu, et ensuite publiquement dans la ville et ses alentours. Son appel s'attaqua tout d'abord à l'idolâtrie, au polythéisme et à l'athéisme: Il insista sur la nécessité de croire en un Dieu Unique, et Transcendant, à la Résurrection et au Jugement Dernier, et il Invita à la charité, à la bienfaisance. Il prit soin que les révélations reçues par lui fussent consignées par écrit et apprises par cœur, par ses disciples, et ce travail de transcription continua toute sa vie, puisque le Coran ne fut pas révélé tout à la fois, mais fragmentairement, chaque révélation répondant à une circonstance particulière. 

2) Peu à peu, le nombre des partisans s'accrut, et avec la dénonciation du paganisme, l'opposition augmenta aussi de la part de ceux qui fermement attachés à leurs croyances ancestrales. L'opposition dégénéra peu à peu en persécution physique, aussi bien contre le prophète, que contre ceux qui était convertis à sa religion: On les mettait sur le sable brûlant d'été, on les cautérisait, on les enfermait avec des chaînes aux pieds; d'aucuns furent tués, mais personne ne voulait renoncer à la foi, après l'avoir connue. Désespérant des dirigeants de la cité, le Prophète conseilla aux siens de quitter leur ville natale et de se réfugier à l'étranger, en Abyssinie "Où règne un roi juste, chez qui personne n'est opprimé" Des dizaines de fidèles en profitèrent, mais pas tous, il fallait s'attendre à un accroissement de la persécution en raison de ces évasions. 

3) Mohammed appela sa religion "islam", c'est à dire: Soumission à la volonté de Dieu. Elle a deux traits distinctifs : 

1°) elle établit un équilibre harmonieux entre le temporel et le spirituel, entre le corps et l'esprit; par-là, elle permet la parfaite jouissance des biens créés par Dieu, tout en enjoignant à tous, les devoirs envers Dieu: la prière, le jeûne, la charité; ainsi l'islam se pose comme la religion des masses, et non pas seulement comme une religion des élites;

2°) son appel est universel, tous les croyants sont frères, tous sont égaux, sans distinction de classe, race ou langue; la seule supériorité possible est d'ordre individuel: elle est basée sur la plus grande crainte de Dieu, sur la plus grande piété.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13363
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:14

La contribution à la pensée humaine

Par le Cheikh Abou Al Aâla Al-Mawdoudi 



Les hauts faits de cet homme exceptionnel ne s'arrêtent pas là. Pour l'apprécier à sa réelle valeur il faut considérer son œuvre dans son ensemble dans le contexte de l'histoire du monde. Il apparaît alors encore plus clairement que cet habitant illettré d'un désert d'Arabie, né à une époque d'obscurantisme, il y a plus de mille quatre cens ans fut un véritable pionnier de l'époque moderne, et un des "phares" de l'humanité. Il est un guide non seulement pour ceux qui acceptent son autorité mais aussi pour ceux qui lui dénient l'autorité d'un prophète. La seule différence est que ces derniers ne se rendent pas compte que ses directives continuent d'influencer leurs pensées et leurs actions et sont les principes directeurs de leurs vies, l'esprit même des temps modernes. 

Arthur Leonard écrit: "L’Islam a en fait accompli une tâche immense. Il a laissé une trace indélébile dans les pages de l'histoire humaine, qui ne pourra être pleinement évaluée qu'au fur et à mesure du développement du monde." 

Le savant John Davenport note: "Il faut reconnaître que toute la connaissance en matière de physique, d'astronome, de philosophie, de mathématiques, qui s’épanouit en Europe à partir du Xème siècle, provenait à l'origine des écoles arabes, et les Sarrasins d'Espagne peuvent être considérés comme les pères de la philosophie européenne". Cité par A. Karim dans "Islam's contribution to Science and Civilization". 

Le fameux philosophe anglais Bertrand Russel écrit: "La suprématie de l'Orient n'était pas seulement militaire. La science, la philosophie, la poésie et les arts s'épanouissaient tous... dans le monde musulman à une époque où l'Europe était plongée dans la barbarie. Les Européens avec une insularité impardonnable appellent cette époque "ère des ténèbres" - mais seule l'Europe était dans les ténèbres. Seule l'Europe chrétienne, car l'Espagne qui était musulmane, possédait une culture brillante". Pakistan Quarterly, vol. IV, n° 3. 

L'historien Robert Briffault reconnaît dans son livre: "The Making of Humanity" - "Il est fort probable que sans les Arabes, la civilisation européenne n'aurait jamais acquis ce caractère qui lui a permis de transcender toutes phases antérieures d'évolution. Car, bien qu'il n'y ait pas un seul aspect du développement humain dans lequel l’influence décisive de la culture de l'Islam ne soit pas évidente, nulle part, elle n'est plus claire et importante que dans la genèse de cette puissance qui constitue la force suprême caractéristique du monde moderne et la source suprême de sa victoire - les sciences naturelles et l’esprit scientifique... Ce que nous pouvons appeler science a résulté en Europe d'un nouvel esprit de recherche, de nouvelles méthodes d'investigation, d'expérimentation, de l'observation, et de la mesure, du développement des mathématiques sous une forme inconnue des grecs. Cet esprit et cette méthode furent introduits dans le monde européen par les Arabes". Stanwood Cobb, fondateur de Progressive Education Association écrit: "L'Islam fut le créateur virtuel de la Renaissance en Europe". Cité par Robert L. Gullick Jr dans "Mohammed the Educator". 

Ce fut Mohammed qui détourna la pensée humaine de son penchant pour la superstition, le surnaturel et l'inexplicable, et l'orienta vers une approche rationnelle de la réalité, et vers une vie terrestre pieuse et équilibrée. Ce fut lui, qui dans un monde où les événements surnaturels étaient des miracles nécessaires pour faire la preuve de la véracité d'une mission religieuse, inspira le désir de preuve rationnelle et la foi en elle comme en le seul critère valable de vérité. Ce fut lui qui ouvrit les yeux de ceux qui avaient été accoutumés jusque là à chercher des signes divins dans les phénomènes naturels. Ce fut lui, qui à la place de spéculations sans fondements conduisit les nommes dans la voie de la compréhension rationnelle et du raisonnement sain sur la base de l'observation, de l'expérience et de la recherche. Ce fut lui qui définit clairement les limites et les fonctions de la perception sensorielle, de la raison et de l'intuition. Ce fut lui qui souligna les rapports entre les valeurs spirituelles et matérielles, qui harmonisa la Foi avec le Savoir et l'Action, qui créa l'esprit scientifique avec l'aide de la religion et qui élabora un vrai sentiment religieux sur la base de l'esprit scientifique. 

Ce fut lui qui combattit l'idolâtrie, le polythéisme sous toutes ses formes et créa une foi si ferme en l'unicité de Dieu, que même les religions qui étaient entièrement basées sur la superstition et l'idolâtrie furent obligées d'adopter un thème monothéiste. Ce fut lui qui changea les conceptions fondamentales de la morale et de la spiritualité. A ceux qui croyaient que seuls l'ascétisme et la mortification constituaient le critère de la pureté morale et spirituelle - que la pureté ne peut être atteinte que par le renoncement à la vie mondaine, sans tenir compte des besoins physiques et en soumettant le corps à toutes sortes de tortures - ce fut lui qui montra la voie de l'évolution spirituelle, de la libération morale et du salut par une participation active aux affaires pratiques du monde environnant. 

Ce fut lui qui montra à l'homme sa vraie valeur et sa position: à ceux qui reconnaissaient seulement un Dieu incarné ou un fils de Dieu comme leur précepteur moral ou guide spirituel, il dit que des êtres humains comme eux, qui n'aspiraient pas à être déifiés, pourraient devenir les représentants de Dieu sur terre; à ceux qui considéraient comme leurs dieux des personnages puissants et les adoraient en tant que tels, il fit comprendre que ces faux seigneurs étaient de simples êtres humains et rien de plus. Ce fut lui qui souligna que personne ne pouvait réclamer la sainteté, l'autorité et la souveraineté comme étant son dû par la naissance, et que personne ne naissait intouchable, esclave ou serf. Ce fut lui et son enseignement qui inspirèrent les notions de l’unité de l'humanité, de l'égalité des êtres humains, de la démocratie véritable, et de la liberté réelle dans le monde. 

Si on quitte ce domaine de la pensée, on peut trouver dans le domaine pratique d'innombrables traces du gouvernement de cet illettré, dans les lois et les coutumes du monde. Bon nombre de principes de bonne conduite, de culture et de civilisation, de pureté de pensée et d'action qui prévalent dans le monde aujourd'hui, lui doivent leur origine. Les lois sociales qu'il a données se sont infiltrées profondément dans les structures humaines, et ce processus se poursuit jusqu'à nos jours. Les principes fondamentaux d'économie qu'il a enseignés sont présents dans plus d'un mouvement historique et il en sera probablement de même dans le futur. Les lois qu'il a formulées ont amené bien des bouleversements dans les théories politiques du monde et continuent d'exercer leur influence de nos jours. Les principes fondamentaux de droit et de justice qui portent la marque de son génie ont influencé à un degré remarquable l'administration de la justice dans les diverses nations, et forment un guide toujours valable pour tous les futurs légistes. Cet Arabe illettré fut le premier à mettre sur pied pratiquement tout le cadre des relations internationales et à régler les lois de la guerre et de la paix. Car auparavant l'idée n'avait effleuré personne qu'il pût exister un code de l'éthique militaire et que les relations internationales pussent être réglées sur la base de la simple humanité [Pour plus amples détails voir "Al-Jihad-fil-‘Islam" de `Abd Al-`Aâla’ Mawdoudi].
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13363
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:14

La migration (hijra) : 


Dés qu’on eut pris l'injuste décision d’assassiner le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) Jibril descendit et vint informer celui-ci, par révélation de son seigneur, du complot des Kouraichites. Il l’informa aussi qu’Allah lui ordonnait de sortir et qu’il lui avait précisé le moment de son émigration en ces termes : « Cette nuit, ne dors pas dans ton lit, comme d’habitude ». 

A midi, le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) alla voir Abou Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui) pour définir avec lui les étapes de l’émigration. A cet égard, Aicha (qu’Allah soit satisfait d’elle) dit : « Pendant que nous étions assis chez Abi Bakr à midi pile, quelqu’un dit à celui-ci : « Voici le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) qui arrive, à un moment où d’habitude, il ne venait pas par ici ». Abou Bakr dit : « Par Allah ! Ce qui l’amène par ici à pareille heure est important ! « Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) arriva, demanda la permission d’entrer, se la fit accorder, entra et dit à Abi Bakr : « Sors de chez toi » ! 

Abou Bakr lui dit : « je jure que ceux-ci sont plutôt de ta famille ». Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) reprit : « On m’a donné la permission de sortir ». Abou Bakr s’enquit : « Je t’accompagne ? ». Le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) répondit : « oui ». 

Après la définition des étapes de l’émigration, le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) rentra chez lui attendant la tombée de la nuit ». 

Encerclement de la maison du prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) 

S’agissant des grands malfaiteurs des Kouraichites, ils passèrent leur journée à préparer la mise à exécution du plan monté et approuvé par le parlement de la Mecque, le matin même. 

A cette fin, onze principaux malfaiteurs avaient été choisis, à savoir : Abou Jahl ibn Hichâm, Al-Hakam ibn Abil-As, Okba ibn Abi Mouait, An-Nadr ibn Al-Hârith, Omayya ibn Khalaf, Zomaa ibn Al-Aswad, Touaaima ibn Adi, Abou Lahab, Oubai ibn Khalaf, Nabih ibn Al-Hajjâj et le frère de Nabih : Monabih ibn Al-Hajjâj. 

Ibn Ishâk dit : « Au premier tiers de la nuit, ils se regroupèrent devant la porte de sa chambre attendant qu’il sorte pour sauter sur lui. Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) avait l’habitude de dormir pendant la première partie de la nuit pour se réveiller à la moitié ou aux trois quarts de celle-ci et se rendre à la sainte mosquée où il se mettait à prier. Les malfaiteurs avaient la ferme conviction que leur sale complot réussirait. Ils étaient tellement confiants qu’Abou Jahl, dans sa vanité et son orgueil dit ; s’adressant à ses compagnons encerclant la maison, avec moquerie et persiflage : « Mohammad prétend que si vous le suivez dans ce à quoi il vous appelle, vous serez ressuscités après votre mort pour jouir de paradis pareils à ceux d’Al-Ordon. Sinon, selon lui, il vous égorgera après quoi vous serez ressuscités pour brûler dans un feu qu’on vous aura préparé ». 

L’heure de la réalisation du complot était au-delà de minuit au moment où le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) sortirait de chez lui. Les malfaiteurs veillèrent, dans l’attente de l’heure prévue. Cependant Allah déjoua leur complot, Lui qui détient le royaume des cieux et de la terre, Lui qui fait ce qu’Il veut, qui protège et que rien ni personne ne protège. Il avait réalisé ce dont il avait parlé à son Messager (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) : 

« (Et rappelle-toi) le moment où les mécréants complotaient contre toi pour t’emprisonner ou t’assassiner ou te bannir. Ils complotèrent. Mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes. » Sourate le butin verset 30. 

Le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) quitta sa maison. 

Malgré tous leurs préparatifs, les Kouraichites essuyèrent un échec lamentable dans la réalisation de leur complot. Cette nuit-là, le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) dit à Ali ibn Abi Tâlib : « Dors dans mon lit ! Enveloppe-toi dans mon manteau vert de Hadramaout. Dors-y. Ils ne te feront rien de mal ». C’est dans ce manteau que dormait toujours le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) . Ainsi Ali ibn Abi Tâlib dormit dans son lit, le remplaçant pour cette nuit-là. Le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) sortit, traversa leurs rangs et prit une poignée de sable qu’il répandit sur leur tête. Allah leur avait voilé les yeux. Il dit : 

« et Nous mettrons une barrière devant eux et une barrière derrière eux ; Nous les recouvrirons d' un voile : et voilà qu' ils ne pourront rien voir. » Sourate 'Ya sin' verset 9. 

Il n’y eut aucun d’eux à qui il ne mit du sable sur la tête avant d’aller chez Abi Bakr. Ensemble, et dans la nuit, ils sortirent par un soupirail dans la maison d’Abi Bakr et rejoignirent la grotte de Thawr, en direction du Yémen. 

Les assiégeants continuèrent à attendre l’heure de commettre leur forfait. Peu avant ce moment, il se rendirent compte de leur échec et furent frappés de déception. Quelqu’un n’appartenant pas à leur milice les avait trouvés en train d’attendre devant la porte et leur dit : « Qu’est-ce que vous attendez ? » Ils répondirent : « Mohammad ». L’homme reprit : « désolé ! Vous l’avez râté. Par Allah ! Il est passé devant vous et à répondu du sable sur vos têtes. Il s’en est allé vaquer à ses affaires ». Ils dirent : « Par Allah ! Nous ne l’avons pas vu ». Cela dit, ils se dressèrent, faisant tomber le sable de leur tête. Toutefois, ils regardèrent par le trou de la porte de la chambre, virent Ali et dirent : « Par Allah ! Voici Mohammad en train de dormir. Il s’est couvert de son manteau ! » Aussi, ne bougèrent-ils pas jusqu’au matin. 

Alors, Ali sortit du lit et leur tomba dans les bras. Les malfaiteurs l’interrogèrent au sujet du prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et il répondit : « Je ne sais rien de lui ». 

De la maison à la grotte 

Le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) quitta sa maison dans la nuit du 27 Safar (deuxième mois) de l’an 14 de la prophétie (nuit du 12 au 13 septembre 622 du calendrier Grégorien.). 

Il se rendit chez son compagnon, Abou Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui), l’homme le plus sûr pour sa compagnie et pour ses biens. Ensemble ils quittèrent en passant par une arrière-porte et se dépêchèrent de sortir de la Mecque, avant le point de l’aube. Sachant que les Kouraichites trouveraient à force de chercher et que le chemin vers lequel les regards allaient d’abords s’orienter était le chemin principal de Médine allant vers le Nord, le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) emprunta le chemin diamétralement opposé, à savoir, celui situé au sud de la Mecque et allant vers le Yémen. 

Il fit une distance d’environ neuf kilomètres sur ce chemin, atteignit une haute montagne connue sous le nom de montagne de Thawr. A ce niveau, le chemin était escarpé, pierreux et difficile à escalader. Alors le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) marcha pieds nus. Une autre version précise qu’il marchait sur le chemin sur la pointe des pieds pour ne pas laisser de traces et ainsi, marcha pieds nus. Quoi qu’il en fût, Abou Bakr le porta lorsqu’il eut atteint la montagne et fit des efforts jusqu’à une grotte située au sommet de la montagne, grotte connue dans l’histoire sous le nom de « grotte de Thawr ». 

Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et Abou Bakr à l’intérieur de la grotte 

Une fois la grotte atteinte, Abou Bakr dit au prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) : « Par Allah ! Tu n’entreras qu’après que je l’aurai fait. S’il y a quelque chose de dangereux, il m’emportera pour te laisser sain et sauf ». Sur ces mots, il entra dans la grotte et la balaya. Il trouva un trou, dans l’une des parois, et aussitôt déchira son manteau pour le boucher. Toutefois il y avait encore deux autres trous : il les boucha avec ses pieds. Ensuite, il dit au Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) : « Entre ! » 

Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) entra, plaça sa tête sur une pierre et dormit. Abou Bakr fut blessé au pied par une pierre mais ne bougea pas de peur d’attirer l’attention de son compagnon. Il pleurait. Ses larmes tombèrent sur le visage du Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) . Celui-ci dit : « Qu’as-tu donc, Abou Bakr ? » Il répondit : « Je suis blessé ». Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) cracha sur la blessure et celle-ci disparut. 

Les deux compagnons se cachèrent dans la grotte pendant trois nuits : celles du vendredi, du samedi et du dimanche. Abdoullah ibn Abi Bakr était avec eux. A ce sujet Aicha dit : « C’était un jeune intelligent et ingénieux ». Il les quittait vers la fin de la nuit, à l’aube et, au matin, se retrouvait avec les Kouraichites, comme s’il avait passé la nuit à la Mecque. Il prenait connaissance de toutes les tractations et machinations et, la nuit, il venait leur en apporter les nouvelles. Au-dessus de la grotte, Amir ibn Fouhayra, l’esclave affranchi d’Abi Bakr gardait des moutons qu’il laissait, à un certain moment de la nuit, camper au-dessus de la grotte. De la sorte, il leur fournissait du lait toute la nuit. A l’aube, il les quittait, poussant ses moutons au loin. Ainsi faisait-il dans chacune des trois nuits. Amir ibn Fouhayra suivait, avec ses moutons, les traces de Abdoullah ibn Abi Bakr, après le départ de celui-ci pour la Mecque, en vue de les effacer. 

Quant aux Kouraichites, ils étaient fous de rage lorsqu’ils apprirent que le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) s’était échappé à la sortir de la nuit où l’on devait réaliser le complot. Leur première réaction fut de frapper Ali, de le traîner jusqu’à la Kaaba où ils l’enfermèrent pendant une heure, dans l’espoir d’obtenir de lui des informations au sujet du prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et d’Abi Bakr. 

N’ayant rien tirer d’Ali, ils se rendirent chez Abi Bakr et frappèrent à la porte. Alors, Asmâ’, la fille d’Abi Bakr sortit. Ils lui dirent : « où est ton père ? ». Elle répondit : « Par Allah ! je ne sais pas où il est ». Abou Jahl l’ignoble et le pervers leva la main et lui asséna une gifle qui fit tomber sa boucle d’oreille. Les Kouraichites décidèrent ensuite, au cours d’une séance extraordinaire tenue avec urgence, de mettre en œuvre tous les moyens susceptibles de permettre la capture des deux hommes. Toutes les routes et les pistes partant de la Mecque furent mises sous la surveillance d’hommes armés jusqu’aux dents. De même, les Kouraichites offrirent une grosse prime de cent chamelles par fugitif, soit deux cent chamelles à quiconque les ramenaient morts ou vivants. Alors, les cavaliers, les fantassins et les pisteurs se mirent à chercher. Ils se disséminèrent dans les montagnes et les vallées, dans les vallons et sur les plateaux, mais en vain. Les poursuivants arrivèrent jusqu’à l’entrée de la grotte, cependant, Allah les fit échouer. Abou Bakr dont les propos ont été rapportés par Anas et ensuite par Al-Boukhari, dit : « J’étais avec le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) dans la grotte. Levant la tête, je vis les pieds des poursuivants et aussitôt dis : « Ô Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) : « Si l’un d’eux baissait les regards il nous percevrait ». Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) répondit : « Tais-toi, Aba Bakr ! Nous sommes deux et Allah nous complète en troisième ». Une autre formation donne : « Que penses-tu, Ô Aba Bakr de deux qu’Allah complète en troisième ? ». Alors qu’il ne restait entre les poursuivants et le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) que quelques minces pas à franchir, ceux-ci rebroussèrent chemin. C’était là un miracle qu’Allah dédia à son prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) . 

Sur la route de Médine
 


Lorsque le feu de la recherche se fut éteint et qu’eurent cessé les investigations et les enquêtes, après l’effervescence des Kouraichites ayant abouti à une poursuite de trois jours sans aucun résultat, le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et son compagnon sortirent pour se rendre à Médine. Ils avaient déjà engagé à leur service Abdallah ibn Ouraykit Al-Laythi, un guide habile et expérimenté. Celui-ci professait la même religion que les Kouraichites. Toutefois, ils lui firent confiance et lui remirent leurs deux chamelles, lui fixant rendez-vous trois jours après à la grotte de Thawr où il devait se présenter muni des deux bêtes. Dans la nuit du lundi premier jour de Rabia Al-Awwal de la première année de l’hégire (16 septembre 622 du calendrier grégorien.), Abdoullah ibn Ouraykit leur apporta les deux montures et alors, Abou Bakr dit au prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) : « O Messager d’Allah ! Prend l’une de ces deux montures » Il rapprocha de lui la meilleure des deux, mais le prophète accepta à condition d’en payer le prix. 

Asma’, la fille d’Abi Bakr (Qu’Allah soit satisfait d’elle et de son père) vînt apporter leur vase. Toutefois, elle avait oublié d’y mettre l’anse par laquelle on l’accrochait. Lorsque après leur départ, allant accrocher le vase, elle se rendit compte que celui-ci n’avait pas d’accrochoir, elle coupa sa ceinture en deux morceaux, dont elle utilisa l’un comme accrochoir et l’autre comme collier. C’est pour cela qu’on l’appelait la « femme aux deux ceintures ». 

Ensuite, le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui), Abou Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui) et Amir ibn Fouhayra se mirent en route, en compagnie du guide Abdillah ibn oraykit, le long de la côte. Ayant quitté la grotte, ce dernier tendit d’abord à aller vers le sud en direction du Yémen et ensuite alla vers l’ouest en direction de la côte. De la sorte, il parvint à un chemin que les gens n’avaient pas l’habitude d’emprunter, bifurqua vers le nord peu avant la côte de la mer rouge et recoupa une voie que presque personne n’utilisait. 

Ibn Ishâq a mentionné les endroits où passa le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui). A cet égard il dit : « Après être sorti avec eux, le guide passa par la partie inférieure de la Mecque et, ensuite, faisant son chemin le long de la côte, finit par recouper la route passant par Osfân. De là, il passa sous Amajj, continua pour recouper la route après avoir traversé un corridor. Poursuivant son chemin, il s’achemina vers Al-Khirâr, Thanyatoul-Mourra, et Lakfâ. Il dépassa Madlajat Lakf, entra dans Madlajat Majâh, s’achemina vers Marjah Mahâj, entra dans Marjah Thil-Ghadwain et à l’intérieur de Thi Kichr. A partir de là, il se dirigea vers Al-Jadâjid, Al-Ajrad, alla vers Thi Salam partie de Batn Madlajat Taaahon, s’achemina vers Al- Abâbîd. Il dépassa ensuite Al-Fâja, descendit Al-Araj, alla vers Thaniyatoul-Aa’ir- du côté droit de Rakouba- descendit Batn Ri’i et arriva à Koubâ. Voici quelques aspects de ce qui arriva en route : 

1. Selon un rapport d’Al-Boukhari, Abou Bakr As-Siddik (qu’Allah soit satisfait de lui) dit : « Nous avons voyagé toute la nuit et aussi, le lendemain jusqu’à midi. La route était déserte. Personne d’autre n’y passait. Un long rocher nous surplombait masquant les rayons du soleil. Nous descendîmes donc à son ombre. Je nivelai de ma main une place où le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) pouvait dormir, après quoi j’y étalai de la fourrure puis dis : « Dors ! Ô Messager d’Allah ! Je vais nettoyer ce qui t’entoure ». Après que celui-ci fut endormi, je sortis pour nettoyer les alentours. Soudain, mon regard se posa sur un berger qui, avec ses moutons, venait vers le rocher, pour en fait faire comme nous. Alors je lui dis : « A qui appartiens-tu, mon garçon ? » Il répondit : « A un médinois ou un mecquois ». Je repris : « Tes moutons ont-ils du lait ? » Il répondit : « Oui » je dis : « Vas-tu donc traire ? » Il répondit : « Oui » et attrapa une brebis. Je lui dis : « Enlève le sable, les poils et les impuretés qui se trouvent sur les mamelles ! » Il traya un peu de lait dans un récipient cubique. J’avais avec moi une gourde que je portais pour le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui), gourde à laquelle il se désalterait et faisait ses ablutions. Je retournai auprès du prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) mais évitai de le réveiller. Lorsqu’il se fut réveillé, je refroidis le lait en y ajoutant de l’eau puis lui dit : « Bois ! Messager d’Allah ». Il but à son aise et dit : « N’est-il pas l’heure de partir ? » Je répondis : « Si » Alors nous repartîmes. 

2. Abou Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui) avait l’habitude d’être à la disposition du Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) . C’était un vieillard que l’on connaissait et le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) un jeune que l’on ne connaissait pas. Ainsi, un homme le rencontra et lui dit : « Qui est cet homme avec toi ? » Il répondit : « Cet homme me montre le chemin ». L’autre, par méconnaissance pensait qu’il voulait dire le chemin terrestre, alors qu’il ne s’agissait que de la voie du bien. 

3. Sourakah ibn Mâlik rejoignit le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et Aba Bakr. A cet égard, il dit : « Pendant que j’étais assis dans l’un des conseils de ma tribu, Banî Madlaj, un homme arriva et, nous surplombant puisque nous étions assis, dit : « Ô Sourakah, j’ai vu des silhouettes sur la côte. Je pense que c’est Mohammad et ses compagnons ! ». Je sus aussitôt que c’était eux, mais lui répondis : « Non ; ce ne sont pas eux. Tu as plutôt vu tel et tel qui sont partis devant nous ». Ensuite, je restai pendant une heure au conseil avant de me lever pour rentrer chez moi. Je dis à ma captive de me sortir mon cheval qui se trouvait derrière une butte de terre, sous sa garde. Je pris ma lance, sortis par l’arrière de la maison et, marchant, me mis à planifier mon voyage jusqu’au cheval que j’enfourchai. Celui-ci me transporta au point de m’emmener à proximité d’eux et ensuite trébuchant, me désarçonna. Me relevant, je me dépêchai de mettre la main sur mon carquois. J’en sortis ensuite mes baguettes que je consultai. Tomberais-je sur la bonne baguette ou sur la mauvaise ? Ce fut celle que je détestais qui sortit. Alors, je remontai à cheval, désobéissant aux baguettes. Je m’approchai et m’approchai encore au point d’entendre le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) réciter le Coran. A ce que je voyais, lui ne se retournait guère, mais Abou Bakr quant à lui se retournait très souvent. Par la suite, les pattes de mon cheval s’enlisèrent dans le sable jusqu’aux genoux et me voilà encore désarçonné. Je rabrouai l’animal et me relevai, mais c’est à peine si celui-ci avait sorti ses pattes. Lorsqu’il y fut parvenu, il en résulta un nuage de poussière montant vers le ciel comme de la fumée. Je consultai encore mes baguettes et celle que je détestais sortit de nouveau. Alors, me détournant de tout cela, j’interpellai prudemment les gens que je poursuivais et les voilà qui s’arrêtèrent. Je me remis en scelle et ensuite pus les rejoindre. J’avais l’intime conviction lorsqu’on me retenait en prison pour m’empêcher de les suivre, que la cause du Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) triompherait. Je dis à celui-ci : « Ta tribu amis ta tête à prix ». Je les informai de ce que les gens leur voulaient et leur offris des provisions de route. Toutefois, ils ne m’informèrent ni ne me posèrent des questions. Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) se contenta de dire : « Il vaut mieux que tu t’éloignes de nous ». Je lui demandai de m’écrire des versets. Alors, Il ordonna à Amir ibn Fouhayra de le faire et celui-ci le fit sur un morceau de peau de bête ». Dans un certain rapport, Abou Bakr dit : « Nous nous mîmes en route. Les gens nous cherchaient et personne d’autre que Sourâkah ibn Mâlik ibn Jaacham ne parvint à nous rattraper, monté sur son cheval. Alors, je dis : « Quelqu’un nous rattrape ! Ô Messager d’Allah ! » Il dit : 

« Ne t’afflige pas, Allah est avec nous » (le repentir :40). 

Souraqah s’en retourna. Il trouva sur son chemin des gens qui cherchaient toujours et leur dit : « j’ai déjà fouillé les parages et vous informe qu’il n’y a rien ». Ainsi, le jour il s’activait en la faveur des recherchés et la nuit servait de gardien à ceux-ci. 

4. Dans son voyage vers Médine le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) passa devant les deux tentes d’Oumm Maabad de la tribu des Kouzâma. C’était une femme obèse et robuste qui, restant dans la cour de sa tente, nourrissait et désaltérait les passants. Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et Abou Bakr l’interrogèrent : « Y a-t-il quelque chose chez toi ? » Elle répondit : « Par Allah ; S’il y avait quelque chose chez moi, les villages ne seraient pas plus pauvres ». En fait, c’était une armée de pénurie. Le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) regarda par la fente de la tente vit une brebis et dit : « Et cette brebis, Oumm Maabad ? » Elle répondit : « C’est une brebis incapable de suivre les moutons ». Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) reprit : « A-t-elle du lait ». Elle répondit : « Elle est trop épuisée pour en avoir ». Le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) dit : « Me permettrais-tu de la traire ? » Elle dit : « Oui ! Ma foi ! Vas-y si tu peux en tirer du lait ». Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) passa sa main sur les mamelles de la brebis, prononça le nom d’Allah, et pria. Alors, le lait s’échappa et coula. Il demanda à la femme d’apporté un récipient, le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) s’engagea à la traire au point de voir le récipient surmonté d’écume. Il désaltéra Oumm Maabad qui alors but à son aise, suivie en cela par les compagnons et le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) lui-même. Il s’engagea à la traire une seconde fois au point de remplir le récipient qu’il laissa alors avec elle, avant de se remettre en route. Le mari Oumm Maabad, ne tarda pas à rentrer poussant devant lui des chèvres qui n’avaient plus que la peau sur les os. Lorsqu’il vit le lait, il s’étonna et dit : « D’où te vient ceci ? Ma foi ! Il n’y avait pas de lait à la maison, que je sache ! » Sa femme lui répondit : « C’est vrai, mais, par Allah ! Un homme est passé disant ceci et cela dans un état comme ceci et comme cela ». L’homme reprit : « Par Allah ! je pense que c’est le gars des Kouraichites, celui qu’ils cherchent. Décris-le-moi, Oumm Maabad le lui décrit dans sa beauté physique et sa parole splendide qu’à force d’écouter l’auditeur avait l’impression de le voir en personne et de se trouver devant lui. Nous reviendrons sur ce point en abordant vers la fin, les traits caractéristiques du prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui). Alors Abou Maabad dit : « Par Allah ! Celui-là, c’est l’homme des Kouraichites, celui au regard duquel, ils disent ce qu’ils disent. J’ai déjà songé à l’accompagner mais sans aucun doute je le ferai à la première occasion ». Du côté de la Mecque, une voix retentit, le matin, sans que personne n’arrivât à en connaître l’origine. Elle disait : 

« Qu’Allah le Seigneur du Trône rétribue en bien deux compagnons descendus chez Oumm Maabad 

et qui furent bienfaisants à leur arrivée, comme à leur départ heureux qui passa la soirée en compagnie de Mohammad. 

Ô combien les Kouraichites tirent profit de ce dont Allah vous détourne. 

Leur œuvre et leur bienveillance sont sans prix 

Banou kaab n’ont plus à s’en faire 

Assuré est leur rôle dans l’ordre des croyants. 

Interrogez donc votre sœur au sujet de la brebis. 

Si vous le faites, c’est la brebis même, qui témoigna ». 

Asmâ dit : « Nous ne savions pas vers où s’orientait le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) lorsqu’un djinn arriva au-dessous de la Mecque et récita ces vers. Les gens le suivaient, écoutaient sa voix mais ne le voyaient pas. Ainsi continua-t-il jusqu’à sa sortie par le haut. Lorsque nous eûmes entendu sa parole nous sûmes que le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) s’orientait vers Médine. 

5. En route, le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) rencontra Bouraida ibn Al-Hasîb Al-Aslami entouré de près de 80 ménages qui embrassèrent l’Islam avec lui. Il accomplit, avec eux derrière, la dernière prière du dernier crépuscule (Al-Ichâ). Bouraida résida sur le terroir de sa tribu jusqu’après Ohod, moment où il rejoignit le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui). Abdoullah ibn Bouraida a rapporté que le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) était toujours optimiste et non point pessimiste. Bouraida s’en allait à cheval en compagnie de 70 cavaliers de son clan appartenant à Banî Sahm. Alors il rencontra le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) qui lui dit : « A quel clan appartiens-tu ? » Il répondit : « Aslam ». Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) dit alors à Abi Bakr : « Nous somme sauvés », et ensuite s’adressa encore à Bouraide : « A quelle dynastie appartiens-tu ? » Celui-ci dit : « à Banî Sahm », et le prophète de dire : « Ta flèche est sortie ». 

6. Le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) passa auprès d’Abi Aws Tamim ibn Hajar ou Abi Tamim ibn Hajar Al-Aslami à Kahdâwât entre Al-jouhfa et Harachi (dans AlAraj), alors que leur voyage avait été à un moment ralenti dans l’après-midi, lui et Abou Bakr étant montés sur un même chameau. Alors Aws fit monter le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) sur un étalon de chameau et, ensuite, envoya avec les deux compagnons un garçon à lui, appelé Masaoud, auquel il parla en ces termes : « Fais les passer par là que tu sais être un chemin sûr et ne les quitte pas ». Le garçon les fit passer par le chemin en question au point de les faire accéder à Médine. Ensuite, le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) laissa Masaoud repartir chez son maître après l’avoir chargé de dire à celui-ci de marquer ses chameaux au cou comme c’était le cas avec les chevaux, à savoir deux anneaux séparés par un trait, car c’était là la marque de sa tribu. Lorsque les associateurs se présentèrent, le dimanche, Aws ordonna à son serviteur Masaoud ibn Hounaida de quitter Al-Araj et de se rendre à pied auprès du prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) l’informer de leur présence. Ceci a été mentionné par Ibn Mâkoulâ rapportant les propos d’At-Tabari. Aws embrassa l’Islam après l’arrivée du Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) à Médine. Il résidait à Al-Araj. 

7. En cours de route et à Batn Rîm, le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) rencontra Az-Zoubair en compagnie des musulmans : Des commerçants en provenance de la Syrie. Az-Zoubair donna alors au Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et à Abou Bakr des vêtements blanc. 

La descente à Kouba 

Le lundi 8 du mois Rabia Awwal de l’an 14 de la prophèsie – première année de l’Hégire ( 23 septembre 622 du calendrier grégorien.), le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) descendu à Koubâ.Orwa ibn Az-Zoubair dit : « Les musulmans de Médine avaient appris que le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) avait quitté la Mecque. Aussi, tous les malins se rendaient-ils sur la route où ils se mettaient à l’attendre jusqu’au moment où la chaleur de midi les renvoyait dans leurs demeures. Un jour, ils s’en retournèrent après avoir longuement attendu. Cependant, dés qu’ils eurent regagné leurs maisons, un juif qui était monté sur un blockhaus pour observer quelque chose, aperçut, sans illusion le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et ses compagnons tous de blanc vêtus. Alors celui-ci ne put s’empêcher de crier du plus haut de sa voix : « Ô Arabes ! Voici votre grand père que vous attendiez ». Aussi, les musulmans sortirent-ils. Ils reçurent le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) au-delà de la route. 

Ibn Al-Kayyim dit : « J’entendis la clameur et les Allâhou Akbar chez Banî Amr ibn Awf : les musulmans, contents de son arrivée, criaient « Allâhou Akbar ». Ils allèrent à sa rencontre, l’accueillirent, le saluèrent comme un prophète et l’entourèrent tout en se mettant à graviter autour de lui qui, alors restait calme, faisant preuve de quiétude et de sérénité. Il lui fut révélé ce qui suit : 

« Alors ses alliés seront Allah, Gabriel et les vertueux d' entre les croyants, et les Anges sont par surcroît (son) soutien. » Sourate 'L'interdiction' verset 4. 

Amr ibn Az-Zoubair dit : « Alors ils reçurent le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) qui, entouré par la foule, bifurqua vers la droite, au point de descendre chez Banî Amr ibn Awf et cela, un lundi, Abou Bakr se mettait à contenir la foule, alors que le messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) était assis, silencieux, salué par les médinois qui venaient d’arriver et qui ne l’avaient pas encore vu ». Un autre document mentionne : « Les gens venaient saluer Abou Bakr jusqu’au moment où celui-ci, voyant que le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) avait chaud, lui donna de l’ombre à l’aide de son manteau. A ce moment, les gens reconnurent le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) ». Toute la ville de Médine était là pour l’accueil. C’était un jour solennel et l’histoire de cette ville n’en avait jamais connu de semblable. Les juifs constatèrent la véracité de l’annonce faite par le prophète Habkouk : « Allah vient de Taymân et le Saint des montagnes de Fâran ». 

A Koubâ, le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) descendit chez Kalthoum ibn Al-Hadm. D’autres disent au contraire qu’il descendit chez Saad ibn Khaythama, toutefois la première assertion est plus consistante. En fait, Ali ibn Abi Tâlib resta pendant trois jours à la Mecque, pour rendre aux gens ce qu’ils avaient confié au Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) . Ensuite, émigrant à pied, il rejoignit les deux compagnons à Kouba et alors descendit chez Kalthoum ibn Al-Hadm. Le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) passa quatre jours à Kouba : lundi, mardi, mercredi et jeudi. Il fonda la mosquée de Koubâ et y pria, la première mosquée fondée sur la crainte d’Allah après l’avènement de la prophétie. Le jeudi ( le vendredi selon d’autres) il se mit en scelle sur l’ordre d’Allah, Abou Bakr montant en croupe. Il envoya auprès de Banî An-Najjâr- ses oncles maternels et ceux-ci se présentèrent munis de leurs épées. Il allait vers Médine lorsque la prière du vendredi le trouva chez Banî Sâlim ibn Awf. Alors, restant avec ceux-ci, il en dirigea la prière au sein de la mosquée située au fond de la vallée. La congrégation comptait 100 hommes. 

L’entrée à Médine 

Après la prière du vendredi, le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) entra à Médine. Depuis ce jour, la ville de Yathribfut connue sous le nom de Madinatour-rasoul ( la ville du prophète ) en abrégé : Médine. C’était un grand jour historique. Les maisons et les chemins vibraient de louanges et de vénérations dédiées à Allah. Les filles de Médine chantaient le poème suivant, envahies de joie et de gaieté : 

« La pleine lune luit et nous éclaire à Médine. Il nous faut donc être reconnaissants, tant qu’on nous appelle à Allah. Ô Toi qu’on a envoyé auprès de nous ! Y Tu apportes l’ordre auquel nous obéirons » 

Al-Ansâr (les partisans du prophète à Médine), même s’ils n’avaient pas de grandes richesses, souhaitaient tous voir le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) descendre chez eux. Jamais celui-ci ne passait dans une des maisons d’Al-Ansar sans que le mors de sa monture ne fût saisi par des gens qui, alors, disaient : « Venez chez les plus nombreux, aux raisins et au régal ». Le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) leur disait : « Ôtez-vous de son chemin. Elle obéit à un ordre ». La monture poursuivit sa marche jusqu’à l’endroit actuel de la mosquée du prophète ; alors, elle s’agenouilla, mais ensuite se releva, marcha un peu, fit volte face, revint et s’agenouilla au premier endroit. Alors le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) descendit chez Banî An-Najjâr mêmes ; Ses oncles à qui Allah avait bien voulu accorder une telle chance. En effet, il plut au Très-Haut de les honorer en faisant descendre chez eux leur neveu. Les gens se mirent alors à s’adresser au prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui), lui demandant de descendre chez eux. Abou Ayoub Al-Ansâri se dépêcha de prendre ses bagages pour les emmener chez lui. Le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) se mettait à dire : « L’homme est avec ses bagages ». Assad ibn Zourara vint se saisir des rênes de sa monture qui, elle resta chez lui. Dans le rapport fait par Anas selon Al-Boukhâri, le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) dit : « Laquelle des maisons appartenant aux nôtres est plus proche ? » Alors Abou Ayoub dit : « La mienne, Ô Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) voici ma maison et ceci en est la porte. Allons-y on nous a préparé un repas. Levez vous avec la bénédiction d’Allah ». Quelques jours après, le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) fut rejoint par sa femme Sawda, ses deux filles Fâtima et Oumm Koulthoum, Ousâma ibn Zayd et Oumm Ayman en compagnie de Abdillah ibn Abi Bakr qui conduisait la famille d’Abi Bakr dont on notait Aicha. Zaynab était restée chez Abil-As et ne put émigrer qu’après la batailla de Bade. Aicha dit : « Après que le prophète fut arrivé à Médine, Abou Bakr et Bilâl tombèrent malades. Alors j’allai les voir et dis : « Père, comment vas-tu ? Bilâl comment vas-tu ? » Sous le coup de la fièvre, Abou Bakr disait toujours : 

« On souhaite à l’homme le bonjour dans sa famille alors que la mort lui est plus proche que ses chaussures » 

Guéri de sa fièvre, Bilâl disait : 

« Vais-je encore passer la nuit dans une certaine vallée avec autour de moi Idhar et Jalil. 

Retournerai-je un jour aux eaux de Mijjâna ? 

Reverrai-je Châmah et Toufail ? » 

J’allais voir le Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et l’informai. Il dit : « Seigneur ! Fais nous aimer Médine de la même façon que nous aimons la Mecque, voire plus. Restaure sa santé, bénis son accueil, chasses-en la fièvre et protège-là ». 

Ici, s’achèvent l’une des parties de la biographie du Messager d’Allah (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et l’une des étapes de l’appel islamique, à savoir celle de la Mecque. 

**** **** **** 

Extrait du livre "LE NECTAR CACHETE" du professeur Safi Ar-Rahman al-Moubarakfouri, professeur de l'université salafite de l'Inde.

Edition Daroussalam (Ici, il n’y a qu’un extrait, je conseille les frères, et sœurs sincèrement de se le procurer.)

source:http://www.sourceislam.com/his/emigration.htm
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13363
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui est "Mahomet" selon les mususlmans

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum