L'Islam, mensonge et fable

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:52

La sourate 105 du Coran a pour titre « l’éléphant ». 
Toute une fable s’est pourtant construite autour de ces quelques versets. Les musulmans racontent en effet que cette sourate relate une attaque menée depuis le Yémen par Abraha l’Abyssin contre la Mecque. Cette attaque aurait eu lieu l’année de la naissance de Mahomet, vers 570-571. La Mecque a « miraculeusement » survécue à cette attaque de l’armée abyssine et de la charge de son grand éléphant. Les musulmans prétendent que cet éléphant a refusé d’attaquer la Mecque et de charger la Ka’ba. Les soldats abyssins ont été tous complètement anéantis à coup de pierres d’argile lancées par des oiseaux. Telle est la fable islamique.

Le professeur Hamed Abdel Samad, égyptien, explique dans cet extrait, la source d’inspiration de ces versets et de toute la fable qui en découle.

Hamed Abdel Samad : la sourate de l'éléphant سورة الفيل



La sourate 105 du Coran a pour titre « l’éléphant ». Elle est composée de 5 versets que voici :

1. N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi envers les gens de l’Eléphant ?
2. N’a-t-Il pas rendu leur ruse complètement vaine?
3. et envoyé sur eux des oiseaux par volées
4. qui leur lançaient des pierres d’argile?
5. Et Il les a rendus semblables à une paille mâchée.

Le Coran ne dit rien de plus à propos de ces « gens de l’éléphant ».

Toute une fable s’est pourtant construite autour de ces quelques versets. Les musulmans racontent en effet que cette sourate relate une attaque menée depuis le Yémen par Abraha l’Abyssin contre la Mecque. Cette attaque aurait eu lieu quelques décennies avant la « révélation » coranique. Plus précisément, l’année de la naissance de Mahomet, vers 570-571. La Mecque était alors gardée par Abd al-Muttalib, grand-père de Mahomet. Elle a « miraculeusement » survécue à cette attaque de l’armée abyssine et de la charge de son grand éléphant. Les musulmans prétendent que cet éléphant a refusé d’attaquer la Mecque et de charger la Ka’ba. Lorsqu’il était dirigé vers la Mecque, l’éléphant s’agenouillait. Les musulmans lui ont même donné un prénom : Mahmoud. Les soldats abyssins ont été tous complètement anéantis à coup de pierres d’argile lancées par des oiseaux. Telle est la fable islamique.

Le professeur Hamed Abdel Samad explique la source d'inspiration de ces versets coraniques et de toute la fable islamique qui en découle.
Pour lire la suite : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Hamed Tv, la chaine du professeur Hamed Abdel Samad dans laquelle il présente chaque semaine durant une vingtaine de minutes un épisode de la vie de Mahomet [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


En 591, le général perse Vahram VI, engagé dans une guerre contre les byzantins chrétiens, demande l’aide de ses voisins Arméniens dans des lettres qu’il leur envoie. Mais les Arméniens, eux-mêmes chrétiens, refusent de combattre aux côtés des perses zoroastriens d’autres chrétiens. Vahram VI menace d’envahir les arméniens avec ses éléphants. Les Arméniens répondent que leur Seigneur leur portera secours en envoyant une armée d’oiseaux qui lapidera les Perses.

Ces lettres échangées entre l’empereur perse et les Arméniens sont, selon Hamad Abdel Samad, encore disponibles aujourd’hui en Arménie. Il ne fait pas de doute que ces échanges sont à l’origine de la fable islamique.

[size=150]Le plagiat coranique le plus éléphantesque[/size]

La sourate 105 du Coran a pour titre « l’éléphant ». Elle est composée de 5 versets que voici :
1. N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi envers les gens de l’Eléphant ?
2. N’a-t-Il pas rendu leur ruse complètement vaine?
3. et envoyé sur eux des oiseaux par volées
4. qui leur lançaient des pierres d’argile?
5. Et Il les a rendus semblables à une paille mâchée.

Le Coran ne dit rien de plus à propos de ces « gens de l’éléphant ».
Toute une fable s’est pourtant construite autour de ces quelques versets. Les musulmans racontent en effet que cette sourate relate une attaque menée depuis le Yémen par Abraha l’Abyssin contre la Mecque. Cette attaque aurait eu lieu quelques décennies avant la « révélation » coranique. Plus précisément, l’année de la naissance de Mahomet, vers 570-571. La Mecque était alors gardée par Abd al-Muttalib, grand-père de Mahomet. Elle a « miraculeusement » survécue à cette attaque de l’armée abyssine et de la charge de son grand éléphant. Les musulmans prétendent que cet éléphant a refusé d’attaquer la Mecque et de charger la Ka’ba. Lorsqu’il était dirigé vers la Mecque, l’éléphant s’agenouillait. Les musulmans lui ont même donné un prénom : Mahmoud. Les soldats abyssins ont été tous complètement anéantis à coup de pierres d’argile lancées par des oiseaux. Telle est la fable islamique.
Mais le professeur Hamed Abdel Samad, égyptien, expliquedans cet extrait (traduit en français) d’une vidéo-entretien avec un jeune athée lui aussi égyptien, la source d’inspiration de ces versets et de toute la fable qui en découle.

En 591, Vahram-i-Chubin, un général perse renverse l’empereur sassanide Khosro II et prend le pouvoir sous le nom de Vahram VI. Engagé dans une guerre contre les byzantins chrétiens, il demande l’aide de ses voisins Arméniens dans des lettres qu’il leur envoie. Mais les Arméniens, eux-mêmes chrétiens, refusent de combattre aux côtés des perses zoroastriens d’autres chrétiens. Vahram VI menace d’envahir les arméniens avec ses éléphants. Les Arméniens répondent que leur Seigneur leur portera secours en envoyant une armée d’oiseaux qui lapidera les Perses.
Ces lettres échangées entre l’empereur perse et les Arméniens sont, selon Hamad Abdel Samad, encore disponibles aujourd’hui en Arménie. Il ne fait pas de doute que ces échanges sont à l’origine de la fable islamique.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12330
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:52

Les Miracles du Prophète L’incident de l’Éléphant

Parmi les évènements les plus significatifs dans la vie de `Abd Al-Muttalib, sinon dans la vie de La Mecque toute entière, on recense l’incident dit de l’Éléphant (al-fîl, en arabe). Le grand-père du Prophète, `Abd Al-Muttalib , était chargé du service de la Ka`bah et de son entretien. Pendant la période du pèlerinage, il se chargeait entre autres de transporter l’eau nécessaire pour étancher la soif des pèlerins. Il était officiellement le chargé de service de la Maison Sacrée. Un chef chrétien d’Éthiopie du nom d’Abrahah décida de s’installer en Arabie et d’y ériger un sanctuaire destiné à attirer les pèlerins arabes. En ces temps, la période du pèlerinage chez les Arabes s’accompagnait, en effet, de nombreux échanges commerciaux et de nombreuses manifestations culturelles. La mainmise sur cette rencontre annuelle représentait une alléchante perspective d’enrichissement. Les plans d’Abrahah, à sa grande surprise, ne réussirent pas à détourner les Arabes de la Ka`bah, dont le caractère divin est bien plus vieux que la mémoire des Arabes. La Ka`bah a toujours été considérée, à travers les âges, comme un sanctuaire sacré. Sa rénovation est attribuée à Abraham et son fils Ismaël et son histoire s’enracine, bien avant Abraham, dans l’histoire de la foi. On comprend alors que le temple flambant neuf proposé par Abrahah ne fasse pas le poids devant la Ka`bah.

Afin de réaliser ses desseins, Abrahah décida d’employer la force pour obliger les Arabes à abandonner La Mecque et faire leur pélerinage dans le nouveau sanctuaire (au sud de l’Arabie, du côté du Yemen). Il rassembla ses innombrables troupes (qui lui avaient soumis le Yemen), ses cornacs et ses éléphants d’Ethiopie et se dirigea vers La Mecque pour détruire la Maison Sacrée. Les protestations des tribus arabes n’avaient aucun poids contre la volonté et la
puissance d’Abrahah. Rendu aux portes de La Mecque, la taille des armées d’Abrahah jeta une terreur froide dans le coeur des Mecquois. Leur propre impuissance les désespérait...

Un seul homme resta impassible : `Abd Al-Muttalib Ibn Hâshim, le futur grand-père du Prophète. Il demanda à rencontrer Abrahah en personne, dans son camp et au milieu de sa cour et de ses gardes. Au premier abord, le charisme de `Abd Al-Muttalib força le respect d’Abrahah. Il l’interrogea sur l’objet de cet entretien, et, `Abd Al-Muttalib de lui demander de lui restituer son troupeau de chameaux ravis par l’armée d’Abrahah !! Abrahah lui dit alors : "Je croyais que tu étais venu discuter d’une affaire plus importante que ça, quelque chose en rapport avec votre sanctuaire qui vous est si cher et que j’ai l’intention de raser." `Abd Al-Muttalib lui dit : "Je t’ai parlé de mes chameaux car j’en suis le seigneur. Quant au Sanctuaire, sache qu’il a un Seigneur et que ce Seigneur le protégera..." Le despote lui rétorqua : "Il ne le protégera pas de moi !" L’ordre fut donné et les assaillants se dirigèrent vers La Mecque précédés par les phalanges éléphantines. Tout à coup, le grand éléphant qui sert de meneur à tout le troupeau s’arrêta. On avait beau le forcer à marcher vers la Ka`bah, il ne bougeait plus. Dès qu’on le détournait du Sanctuaire, il se relevait. Aussitôt qu’on l’orientait vers la Ka`bah, il refusait de marcher... Face à ce contretemps, Abrahah ordonna d’attaquer sans les éléphants. C’est alors que le temps se gâta, le ciel se chargea de nuages et une nuée d’oiseaux apparut dans le ciel. Ces oiseaux lapidèrent les agresseurs avec des milliers de petites pierres et eurent raison des troupes d’Abraha !! Abrahah, quant à lui, fut victime d’une maladie douloureuse qui rongea son corps jusqu’à l’os...

Cet incident est narré dans le Coran dans la sourate dite de l’Éléphant :

N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi envers les gens de l’Éléphant.
N’a-t-Il pas rendu leur ruse complètement vaine ?
et envoyé sur eux des oiseaux par volées
qui leur lançaient des pierres d’argile ?
Et Il les a réduit à un mâchis semblable à de la paille.

Il convient à ce stade de noter que l’incident
de l’éléphant eut lieu pendant l’année de naissance du Prophète. Les traditions les plus sûres à ce sujet précise même que cet incident eut lieu le jour de la naissance du Prophète Mohammad - que les salutations de Dieu et Ses bénédictions soient sur lui.
Cet incident ne fut que la première percée de lumière dans ce monde d’obscurantisme et de paganisme.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12330
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:53

La légende du châtiment de la tombe



Au moment où les gens perdent les leurs et vivent des moments de vulnérabilité, on les frappe avec cette légende racontée d’après une mendiante juive… 

Le post:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Capture du post (Au cas où il serait effacé a l’avenir) 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Voici les livres utilisés :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12330
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Lun 15 Aoû - 12:00

Les erreurs dans l'islam



1. "Le miracle se situe dans le hadith suivant : le prophète que le salut d’ALLAH soit sur lui a dit :"La terre m’a été crée en lieu de prière et de purification" (hadith)

Dans une nouvelle recherche, les scientifiques ont découvert l’existence des anticorps dans la substance de la terre et cette substance peut éliminer les plus dangereux des bactéries. Cela prouve que la terre est une matière purifiante.

Et dans une autre étude récente, les scientifiques affirment qu’il y’a quelques types de terres qui éliminent les plus résistantes des bactéries. Ils ont même fait plusieurs expériences et ont constaté à la fin que la terre peut éliminer toute une colonie de bactérie en 24 heures alors que la même colonie s’est multipliée 45 fois quand ils l’ont mise hors terre.

A partir de cette découverte les scientifiques pensent produire des anticorps soustraits de la matière de la terre pour chasser les bactéries les plus complexes

S’est avéré récemment que la terre contient des anticorps et s’il n’y avait pas cette particularité purifiante, les
virus et les moisissures tueraient tout sur cette planète à commencer par l’homme. Sauf que la miséricorde d’ ALLAH a fait exister cette substance purifiante dans la terre pour assurer la continuité de la vie. Est-ce qu’ ALLAH ne mériterait pas d’être glorifié et remercié pour tout ces dons ?"

Bien évidemment, aucune découverte scientifique n'a mit en évidence l'existence d'anticorps dans le sol. D'ailleurs il serait étonnant d'en trouver vu que ceux-ci sont produits par les organismes vivants. Ensuite, il est nécessaire de souligner que les bactéries ne sont pas toutes mauvaise: certaines sont indispensables à l'agriculture, tuer toute bactérie dans le sol reviendrait à ne plus pouvoir cultiver. Merci Allah...


2. "Quand notre prophète a parlé du pont qu’on devrait traverser au jugement dernier, il a parlé d’un miracle scientifique avec beaucoup de précision. Le prophète que le salut d’ALLAH soit sur lui a dit : Ne voyez-vous pas l’éclair comment il va et revient en un clin d’œil ?

La similitude est très claire entre la parole du prophète et ce qui a été découvert par les scientifiques dernièrement.

Le prophète a parlé du clin d’oeil de l’éclair et les scientifiques de leur côté parlent de mouvement complexe et précis de l’éclair. L’éclair consiste en la sortie d’un rayon de nuage qui se dirige vers la terre et revient en un laps de temps équivalent à un clin d’œil. C’est exactement ce qui a été annoncé par le prophète.

Les scientifiques ont découvert que l’éclair est constitué de plusieurs étapes dont les plus importantes sont le passage et le retour et que le temps écoulé de l’éclair est de 25 millisecondes. Exactement le temps du clin d’œil (n’est-ce pas ce qui a été apporté par notre prophète que le salut d’ALLAH soit sur lui il y a plus de 14 siècles passés ?!)"

Ceci est complètement faux. la décharge d'un éclair ne fait pas d'aller-retour. Qu'est ce qu'un éclair? C'est une
décharge électrostatique qui se produit lorsqu'un nuage a accumulé assez d'eléctricité statique que pour avoir une
différence de potentielle assez grande qui permet de "relâcher l'excédent" vers le sol. Pour faire une analogie, on
parle de potentiel gravifique par exemple. Une masse passe d'un point où le potentiel est le plus important vers un potentiel moins important. Il en va de même pour une charge électrique allant du nuage vers le sol. Pas d'aller retour donc, car pour qu'il y ait un retour, il faudrait apporter de l'énergie (comme on en apporte pour soulever une masse).


3. "Une grande majorité de scientifiques affirment que la vieillesse est le meilleur moyen pour une fin naturelle. Et tout essai pour prolonger l’âge devrait avoir des résultats néfastes sur la santé comme le cancer. Le professeur LEE SILVER de l’Université Américaine PRINCETON a déclaré que toute tentative pour atteindre l’éternité va à l’encontre de la nature. Les scientifiques ont conclu que dépenser un argent fou pour éviter la vieillesse n’aboutirait à aucun résultat positif. Cette affirmation a été prédite par notre prophète que la salut d’ALLAH soit sur lui : « Guérissez-vous 3ibad allah parce qu’ALLAH ne met pas de mal que s’il met son remède sauf un seul mal : celui de la vieillesse »"

Pas besoin d'être dieu pour deviner qu'il n'y a pas de remède contre la vieillesse, de nombreuses cultures l'ont comprit bien avant que ce soit écrit dans le coran. Cela dit, de récentes découvertes ont permit de découvrir un gêne de l'immortalité: certains organismes sont en effet incapables de mourir de vieillesse (l'hydre). Des recherches sont actuellement menées pour voir ce qu'il est possible d'en faire. On peut parler de nanotechnologies aussi, dont les recherches vont bon train. Bientôt on s'en servira pour cibler les cellules cancéreuses et les détruire, quelle sera la prochaine étape?



4. "Appelez-Moi, Je vous répondrai. Ceux qui par orgueil, se refusent à M'adorer, entreront bientôt dans l'enfer,
humiliés." (Coran, 40 : 60)

On y voit ici les bienfaits de la prière. Si la prière permet effectivement d'accélérer certains processus de guérison, on ne dit pas en quoi! En fait il s'agit tout simplement de l'effet placebo, effet tellement important que lorsqu'on teste un médicament, une partie des cobayes recoivent le placebo. Le taux de guérison des cobayes sous placebo est comprit dans le calcul de l'efficacité du médicament. Cela n'a donc rien avoir avec dieu, il s'agit de la puissance de l'esprit, que la motivation soit la religion ou l'espoir de guérir, l'effet est strictement le même.



5. "Il est le Créateur des cieux et de la terre à partir du néant..." (Coran, 6 : 101)

Plusieurs sites reprennent ce verset et le comparent à la théorie du big bang.

Première chose, selon la loi de Lavoisier "rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme". Celà veut donc dire que l'univers ne peut venir du néant. Il existait quelque chose avant. Ce qui m'amène à mon 2e point: le big bang n'est qu'une théorie parmi d'autres: il y'a la théorie des multi-univers (très prometteuse) par exemple. Donc annoncer que c'est un fait scientifique avéré est aller un peu vite.



6. "N'ont-ils pas vu les oiseaux assujettis [au vol] dans l'atmosphère du ciel sans que rien ne les retienne en dehors d’Allah ? Il y a vraiment là des preuves pour des gens qui croient." (Sourate an-Nahl, 79)

Ce qui est comique ici, c'est qu'on y voit un fait scientifique, le site développe ce qu'est l'aérodynamique, comment font les oiseaux pour voler et concluent (trop vite) à une vérité scientifique.

Alors comme ça rien ne retient les oiseaux en vol? Ce serait oublier la loi de la gravitation posée par newton: "Tout corps matériel dans l'univers attire tout autre corps avec une force directement proportionnelle au produit de leurs masses et inversement proportionnelle au carré de leur distance".
L'oiseau n'étant pas attiré par la terre, il aurait une masse nulle (seule condition possible). Je ne vais pas tenter
l'expérience mais je suis prêt à parier que si on pèse un oiseau, on verra qu'il a effectivement une masse.
Les oiseaux sont donc bien attirés par la Terre.



7. "Ensuite Nous en avons fait une goutte de semence dans un réceptacle sûr, puis Nous avons créé de la goutte de semence une adhérence, puis Nous avons créé de l'adhérence un morceau mâché, puis Nous avons créé du morceau mâché des os puis Nous avons revêtu les os de chair ; ensuite Nous en avons produit un autre être : béni soit Dieu, le Meilleur des créateurs !" (Coran, 23 : 14)

Plusieurs sites y voient là les 1res infos sur l'embryologie humaine, infos nécessitant des moyens d'observation que l'on n'avait pas à l'époque. Ils concluent donc à la parole de dieu à travers le coran.

1ère erreur: le sperme ne se transforme pas en embryon. En fait c'est la pénétration d'un spermatozoide dans l'ovocyte qui va donner un ovule et par développement, donner l'embryon.

2e erreur: la chair apparaît avant les os (qui sont en fait d'abord des cartilages avant de devenir des os)

Il est intéressant de noter que ces erreurs sont aussi dans les écrits du médecin grec Galien (antérieur à mahomet), prouvant que le coran plagie allègrement les écrits scientifiques de l'époque:

"Le temps est venu pour la nature d'articuler les organes précisément et d'amener toutes les parties à la formation finale. Ainsi elle fait croître la chair sur et autour des os, et en même temps… elle crée à l'extrémité des os des ligaments qui les lient les uns aux autres,. Et sur toute leur longueur elle place autour d'eux de fines membranes appelées periostéales sur lesquelles elle fait croître la chair" Galien.



8. "L'homme pense-t-il qu'on le laissera sans obligation à observer (et qu'il ne sera pas puni pour ses mauvais actes) ? N'était-il pas une goutte de sperme éjaculé ?" (Coran, 75 : 36-37)

Redondance dans l'erreur ici: nous ne sommes qu'une goutte de sperme à l'origine. Le spermatozoide consitue la moitié de ce que l'on est, l'autre moitié est l'ovocyte qui attend d'être fécondé. Les deux contiennent un noyau avec chacun son propre ADN, un mélange complexe des deux ADN va donner l'ADN qu'aura l'enfant. Nous n'avons donc même jamais été du sperme puisque jusqu'à la rencontre des deux noyaux, nous n'avons jamais existé.


9. "[...]Le liquide émis par l'homme le sperme est épais et blanchâtre, tandis que celui de la femme est fluide et
jaunâtre. La ressemblance (de l'enfant) dépend alors de celui des deux liquides qui atteint l'utérus le premier." Hadith 469 de Sahih Muslim

Redondance dans la redondance de l'erreur: l'enfant est le produit des deux gamètes mâles et femelle. De plus, la femme n'a pas besoin d'orgasme pour produire son ovocyte. Ici, c'est Hippocrate qui est plagié (Hippocrate p.320, 1): "...les partenaires contiennent de même le sperme masculin et femelle. Voici un point: si le produit des deux partenaires est un sperme plus fort alors, un mâle est le résultat, tandis que si ils produisent une forme faible, alors une femelle est le résultat. Mais si un partenaire produit un genre de sperme, et l'autre un autre alors le sexe résultant est déterminé par celui qui règne par la quantité. En supposant que le sperme faible est beaucoup plus grand dans sa quantité que celle du sperme plus fort : alors le sperme plus fort est accablé et, étant mélangé au faible, a comme conséquence une femelle. Si au contraire le sperme fort est plus grand dans sa quantité que le faible, alors le faible est accablé, il a comme conséquence un masculin "


10. "C'est Lui qui a créé à votre intention l'ouïe, la vue et le coeur ; vous n'en êtes guère reconnaissants." (Coran, 23 : 78)

Je vous l'accorde, point d'erreur dans le coran ici. Je voulais juste réagir car sur plusieurs sites, il est dit que le
processus de développement de l'embryon respecte l'ordre donné dans le coran: d'abord l'oui puis la vue. Ceci est vrai mais c'est faire l'impasse sur le coeur qui apparait bien avant.


11. "C'est Lui qui a créé la nuit et le jour, le Soleil et la Lune, chacun évoluant sur une orbite propre." (Coran, 21: 33)

Ici, on y voit un fait scientifique: le soleil a une orbite. Un vrai fait cette fois. Sauf qu'on compare cette orbite à
celle de la lune. La lune tourne autour de la terre qui tourne autour du soleil. Donc à comparer la lune et le soleil,
le soleil n'a pas d'orbite, tout dépend du référentiel choisit. Ici, mauvaise pioche, l'affirmation est fausse.



12. "Et c'est Lui qui donne libre cours aux deux mers : l'une douce, rafraîchissante, l'autre salée, amère. Et Il assigne entre les deux une zone intermédiaire et un barrage infranchissable." Sourate 25:53

Contrairement à ce qui est dit, l'eau douce et l'eau salée se mélangent très bien. Une des lois de la thermodynamique spécifie que tout système tend à aller vers le désordre. Mélangez une solution contenant un peu de sel et une autre en contenant beaucoup, que va t-il se passer? Le système va tendre vers le désordre le plus total, le sel va se répandre partout de manière équitable.



13. "Et Il a implanté des montagnes immobiles dans la terre afin qu'elle ne branle pas en vous emportant avec elle..." Sourate 16:15

Les montagnes stabilisant la croûte terrestre est un fait inventé, absolument faux. Voici ce que dit le Dr David A.
Young (professeur de géologie au Calvin Collège, Grand Rapides, Michigan) à ce propos: "[...]il n'est pas vrai de dire que les plissements rendent la croûte terrestre stable. L'existence même des plissements est la preuve de l'instabilité de la croûte terrestre"


14. "N'avons-Nous pas fait de la terre une couche? Et placé les montagnes comme des piquets?" Sourate 78:6-7:

Qu'est ce qu'un piquet? Un morceau de bois planté dans la terre. Qu'est ce qu'une montagne? Un plissement de la croutte terrestre (pour reprendre les mots du Dr Young). La montagne est elle un corps étranger planté dans cette croutte terrestre? Non. Donc erreur scientifique



15. "Nous avons certes créé l'homme d'un extrait d'argile." (Coran, 23 : 12)

Un facile celui là et ça marche avec toutes les grandes religions: l'Homme n'est pas arrivé comme ça, il est le fruit
d'un processus évolutif et ce n'est pas un processus évolutif à partir de l'argile...
Pour ceux qui restent sceptiques face à l'évolution de l'Homme (qui est un fait avéré), voici un article de wikipedia
qui résume bien tout: fr.wikipedia . org/wiki/Histoire_%C3%A9volutive_des_hominin%C3%A9s



16. Sourates 79, 30 et 88, 20
"... et quand à la terre, en plus de cela il l'a écrasée / roulée comme une pâte."
"... et la terre comme elle est aplatie ?"

Les musulmans aiment bien citer ce verset qui prouve qu'on considérait la terre comme ronde à l'époque: "Il a créé les cieux et la terre en toute vérité. Il enroule la nuit sur le jour et enroule le jour sur la nuit…". Enfait, on ne parle pas de la terre mais du ciel ici. Et puis on oublie bien souvent de citer les deux sourates ci dessus...


17. "C'est Lui qui étendit la terre, qui y éleva les montagnes et forma les fleuves, qui a établi les deux sexes dans tous les êtres produits, qui ordonne à la nuit d’envelopper le jour. Certes, dans tout cela il y a des signes pour ceux qui réfléchissent." sourate 13,3

Les deux sexes dans tous les êtres? C'est oublier les organismes qui se reproduisent par mitose et qui sont assexués, comme les bactéries.


18. "Nulle bête marchant sur terre, nul oiseau volant de ses ailes, qui ne soit comme vous en communauté [...]" sourate 6, 38

Bizarre que cette erreur soit faite: on aurait pu se rendre compte à l'époque que toutes les espèces ne vivent pas en communauté. quelques exemples: le chat qui généralement n'aime pas partager son territoire, le lynx et l'ours sont aussi des animaux solitaires.


19. "Il décréta d'en faire sept cieux en deux jours et révéla à chaque ciel sa fonction. Et Nous avons décoré le ciel le plus proche de lampes [étoiles] et l'avons protégé. Tel est l'Ordre établi par le Puissant, l'Omniscient." Sourate 41:12

Alors, soit les cieux désignent les "couches" atmosphériques, et il en existe 5 et non 7 comme beaucoup de sites
l'avancent. Ensuite, tout l'univers contient des étoiles, pas seulement une sphère qui entoure la terre...
Certains diront: il s'agit peut être de couches où aucune étoile n'existe et qu'on ne connait pas. Oui mais...

"Les sept cieux et la terre et ceux qui s'y trouvent, célèbrent Sa gloire." [17-44]

Il y a donc bien des gens là bas, et ces gens ont besoin d'une planète pour y vivre non? A moins qu'il ne s'agisse du paradis, mais...

"Tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre se rendront auprès du Tout Miséricordieux, [sans exceptions], en serviteurs" (Coran,. 19 : 93)

Il ne s'agit donc pas du paradis mais de personnes bien vivantes censées rejoindre allah après leur mort.

"Celui qui a créé sept cieux superposés sans que tu voies de disproportion en la création du Tout Miséricordieux."
Sourate 67, verset 3

Le verbe voir est utilisé, ces 7 cieux sont donc bien à porté de vue.


20. "Renierez-vous [l'existence] de celui qui a créé la terre en deux jours, et Lui donnerez-vous des égaux ? Tel est le Seigneur de l'univers. C'est Lui qui fermement fixé des montagnes au-dessus d'elle, l'a bénie, et lui assigna ses ressources alimentaires en quatre jours d'égale durée. [Telle est la réponse] à ceux qui t'interrogent. Il S'est ensuite adressé au ciel qui était alors fumée et lui dit, ainsi qu'à la terre : "Venez tous deux, bon gré, mal gré". Tous deux dirent : "Nous venons obéissants". Il décréta d'en faire sept cieux en deux jours et révéla à chaque ciel sa fonction . Et Nous avons décoré le ciel le plus proche de lampes [étoiles] et l'avons protégé. Tel est l'Ordre établi par le Puissant, l'Omniscient." sourate 41, 9-12

Ici on peut clairement comprendre que la terre et les "ressources alimentaires" sont apparues avant les autres étoiles, ce qui est complètement absurde et faux. Si la terre avait été créée la 1re, elle serait au centre de l'univers. Or elle ne l'est pas. Une faute sans doute copiée de la Bible puisque là aussi on y fait la même erreur


21. "Il y a certes un enseignement pour vous dans les bestiaux : Nous vous abreuvons de ce qui est dans leurs ventres, - un produit extrait des excréments et du sang - un lait pur, délicieux pour les buveurs." sourate 16, 66

Ceci est complètement absurde, le lait vient des glandes mammaires. Aucun rapport donc avec le sang et encore moins avec les excréments.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12330
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Lun 15 Aoû - 12:03

la durée de création de l’univers.
 
Les musulmans disent que l’univers fut créé en 6 jours ; ceci est confirmé par les versets coraniques suivantes : El-Aaraf 54(Coran7-54), Younes 3 (Coran10, 3)  Houd 7(Coran 11-7) , Kaf 38( Coran 50,38) et El-Hadid 4 (Coran 57-4). Ainsi :
-«  Votre Seigneur, c'est Dieu, qui a créé les cieux et la terre en six jours, puis s'est établi sur le trône. Il couvre le jour de la nuit qui poursuit celui-ci sans arrêt. [Il a créé] le soleil, la lune et les étoiles, soumis à son commandement. La création et le commandement n'appartiennent qu'à lui. Toute gloire à Dieu, Seigneur de l'Univers » !(Coran 7-54)
-«  Votre Seigneur est Dieu qui créa les cieux et la terre en six jours, puis s'est établi sur le trône, administrant toute chose. Il n'y a d'intercesseur qu'avec sa permission. Tel est Dieu votre Seigneur. Adorez-le donc. Ne réfléchissez-vous pas »(Coran 10-3)
-«  Et c'est lui qui a créé les cieux et la terre en six jours, - alors que son trône était sur l'eau, - afin d'éprouver lequel de vous agirait le mieux. Et si tu dis : Vous serez ressuscités après la mort, ceux qui ne croient pas diront : Ce n'est là qu'une magie évidente ». (Coran11-7)
-«  En effet, nous avons créé les cieux et la terre et ce qui existe entre eux en six jours, sans éprouver la moindre lassitude ». (Coran 50-38) 
-«  C'est lui qui a créé les cieux et la terre en six jours puis Il s'est établi sur le trône; Il sait ce qui pénètre dans la terre et ce qui en sort, et ce qui descend du ciel et ce qui y monte, et Il est avec vous où que vous soyez. Et Die observe parfaitement ce que vous faites ». (Coran 57-4).
 
Malheureusement ces versets Coraniques cités ci-dessus, contredisent le passage coranique Faslat 9 à 12 (Coran 41, 9-12), qui dit :
Dieu a crée, la terre en « deux jours » , puis les montagnes et les ressources alimentaires ( animaux ,fruits ; végétaux , insectes ,poisson etc.) en « quatre jours » , et finalement les sept cieux et les lampes ( le soleil, la lune et les étoiles ) en  « Deux jours » .
C'est-à-dire, selon ce passage coranique, Dieu a créé  » l’univers en huit jours (2 jours + 4 jours + 2 jours = 8 jours). Ainsi le Coran dit :
« (9) Dis : renierez-vous [l'existence] de celui qui a créé la terre en  deux jours, et lui donnerez-vous des égaux ? Tel est le Seigneur de l'univers.
(10) Et il a mis des montagnes au-dessus d'elle, l'a bénit, et lui assigna ses ressources alimentaires (animaux, végétaux, fruits, insectes, poissons, etc.) en quatre jours d'égale durée. [Telle est la réponse] à ceux qui t'interrogent.
(11)Il s'est ensuite adressé au ciel qui était alors fumée et lui dit, ainsi qu'à la terre : Venez tous deux, bon gré, malgré. Tous deux dirent : Nous venons obéissants.
(12)Il décréta d'en faire sept cieux en deux jours et révéla à chaque ciel sa fonction. Et nous avons décoré le ciel le plus proche de lampes (le soleil, la lune et les étoiles) et l'avons protégé. Tel est l'ordre établi par le puissant, l'omniscient. (Coran 41,9-12)
 
Donc, selon le Coran on ne peut pas savoir, si l’univers fut  créé en 6 jours ou en 8 jours ?
 
 
Pour camoufler cette erreur flagrante, les musulmans disent que ces étapes sont produites en parallèle et le tout fut creé en 6 jours . Mais les spécialistes et les docteurs neutres de la langue arabe, disent que le passage coranique "Fossilet 9-12" (Coran 41,9-12), est très clair, et veut dire que Dieu créa la terre en 2 jours , et lorsqu'il en a terminé, il plaça des montagnes sur sa surface, il la bénit, et il lui assigna ses ressources alimentaires, en 4 jours ; et lorsque ces oeuvres sont terminées, il créa les cieux et les astres en 2 jours. C'est à dire la création de l'univers  selon ce passage coranique fut en 8 jours.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12330
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Lun 15 Aoû - 12:04

 « THÉORIES DES CODES », PAR JEAN-JACQUES WALTER



LA SUPERCHERIE DU CORAN RÉVÉLÉE AVEC LA MÉTHODE DES « THÉORIES DES CODES », PAR JEAN-JACQUES WALTER.

Le Coran révélé par la Théorie des codes est le livre choc que vient de publier Jean-Jacques Walter aux Editions de Paris (coll. Studia Arabica XXII). Dans un ouvrage révolutionnaire, cet ingénieur de l’Ecole des Mines de Paris remet en question maintes recherches relatives à la genèse du Coran, et marque un grand tournant dans les études islamiques.

Ce travail original, quasi unique en son genre, est le fruit d’une recherche scientifique très rigoureuse, dont les méthodes et les résultats ont valu à son auteur le titre de Docteur d’État en Islamologie de l’université de Toulouse en 2013.

Walter présente l’objet de son travail de façon très simple mais pertinente. « Certaines personnes, dit-il, douées d’une bonne oreille ont entendu jadis des œuvres de Mozart ou Debussy. Quand elles entendent un morceau de musique inconnu, elles peuvent dire après quelques secondes s’il s’agit de Mozart, de Debussy, ou d’un autre compositeur. Quand un ami les appelle au téléphone, elles savent au premier mot qui il est. Leur cerveau identifie donc une « signature« , qui leur indique le compositeur, ou la personne entrée en communication ».

Durant et depuis la seconde guerre mondiale, une théorie mathématique, la Théorie des Codes, s’est développée. On l’appelle l’« ADT (Analyse des Données Textuelles) », une méthode qui permet de reconnaître une signature de cette sorte dans un texte écrit. La signature mathématique d’un auteur, obtenue à partir d’un texte de sa plume, permet donc d’identifier ses écrits parmi ceux d’autres auteurs.

Cette méthode ressemble à l’usage de l’« ADN biologique » qui permet le séquençage du génome humain. Lorsqu’on dispose d’un cheveu ou d’une trace de sang propre à une personne, les techniques scientifiques permettent de vérifier si un autre échantillon vient de la même personne ou non.

De même, la signature mathématique permet aussi de savoir si un livre a été rédigé par un ou par plusieurs auteurs différents.

C’est cette méthode que Jean-Jacques Walter applique au Coran. Pour y parvenir, il utilise, d’une part, des connaissances mathématiques très approfondies, et d’autre part, des informations sur l’islam et son environnement au Proche Orient, pendant les deux siècles durant lesquels le Coran s’est formé. Donc il tient compte des légendes grecques, juives et chrétiennes présentes dans cette région, mais aussi de la théologie des sectes locales, des apocryphes, des antiennes, des événements historiques, de la Bible, des livres pertinents des Talmud de Babylone et de Jérusalem…

Cette combinaison d’approches lui ont permis d’aboutir à des résultats nouveaux et surprenants. L’université de Toulouse s’est trouvée contrainte de constituer un jury exceptionnel formé d’islamologues très qualifiés et d’éminents mathématiciens pour apprécier ce grand travail.

Les trouvailles de cette « autopsie algorithmique » se manifestent dans six assertions que l’auteur a confirmées avec une probabilité d’exactitude meilleure que 999 999 sur un million. Les cinq premières étaient déjà conjecturées, depuis environ dix ans, grâce à de nouvelles méthodes linguistiques ainsi qu’à la découverte de textes anciens en arménien, géorgien, latin, grec, hébreux, persan et copte. Au fil des découvertes, ces conjectures étaient déjà devenues très étayées.

L’application de cette Théorie des codes a permis à Walter de confirmer, mathématiquement, donc avec certitude, les assertions suivantes :

(...)

I) LE CORAN EST DÛ À 30 AUTEURS DIFFÉRENTS AU MOINS, PROBABLEMENT 50, AU PLUS 100.

Effectivement, tout auteur incarne, de façon volontaire ou non, une signature stylistique propre à lui. L’outil mathématique identifie ce marqueur spécifique par des comparaisons d’ensembles textuels, puisqu’un auteur peut être identifié avec une certitude pouvant dépasser 999 999 chances sur un million. Walter a donc le mérite d’avoir prouvé numériquement le nombre d’auteurs ayant contribué à la rédaction du Coran grâce à l’utilisation d’un « bistouri » bien acéré et très performant qu’est la Théorie des Codes.

II) LE CORAN A ÉTÉ ÉCRIT EN PLUS DE 200 ANS

Contrairement à l’enseignement de l’islam affirmant que le Coran est incréé, qu’il est descendu en une seule fois ou révélé à Mahomet, par intermittences, pendant 22 ans, Walter montre que le prétendu Coran incréé a subi des avatars et que l’écriture du texte permet une datation, en raison des faits, du contexte politique, du contenu des sujets évoqués et du style utilisé. Sa rédaction eut donc lieu entre 620 et 847.

III) LA PÉRIODISATION « MÉDINE-LA MECQUE » NE PRÉSENTE AUCUNE SIGNIFICATION

Walter ne trouve aucune tradition historique susceptible d’accréditer l’attribution de certaines sourates du Coran à la période mekkoise et d’autres à la période médinoise. En plus, l’idée que les sourates de la Mecque ont été écrites presque dix ans avant celles de Médine est incompatible d’une part avec l’identité stylistique de ces deux ensembles, et d’autre part, avec l’assertion précédente qui dément cette périodisation.

IV) MAHOMET A ÉTÉ INTRONISÉ FONDATEUR DE L'ISLAM APRÈS SA MORT

La preuve, c’est que les techniques de la Théorie des codes ont permis de constater que le nom de Mahomet, cité quatre fois dans le Coran, a été introduit tardivement par un seul auteur, différent de ceux qui ont écrit le reste du Coran. Des épigraphies, des papyrus et des pièces de monnaie ne commencent à mentionner Mahomet que 60 ans après sa mort et à ne le déclarer prophète fondateur que 150 ans plus tard.

V) LE PREMIER ISLAM DÉRIVE D'UNE SECTE PRÉSENTE A CETTE EPOQUE AU PROCHE ORIENT : LES NAZARÉENS

Le Coran comprend de nombreux versets concernant le Christ, la Vierge Marie, le Paradis et les femmes. Ils ont été écrits par un ou plusieurs auteurs différents de ceux du reste du Coran. Le contenu de ces versets reproduit exactement l’enseignement de la théologie nazaréenne qui diffère de celle de toutes les sectes présentes lors de la naissance de l’islam. Ce qui prouve que l’islam était à l’origine un copié-collé du nazaréisme, d’autant plus que Mahomet lui-même était nazaréen, marié à la nazaréenne Khadija selon le rite nazaréen dont l’officiant état l’oncle de cette dernière, le prêtre Waraqa ben Nawfal, chef de cette communauté à la Mecque.

VI ) LA FONDATION DU PREMIER ISLAM N’ÉTAIT PAS LE MONOTHÉISME, MAIS L'ANTICHRISTIANISME

Cette assertion à laquelle Jean-Jacques Walter est parvenue, se révèle totalement nouvelle, et du même degré de certitude mathématique. Il s’est avéré « qu’un unique auteur, différent de ceux qui ont écrit le reste du Coran, y a introduit à la fois le monothéisme et la condamnation des « associateurs » qui sont exclusivement les chrétiens. Cette hostilité antichrétienne vient d’un contresens, puisque le Coran lui-même confond la Trinité avec le trithéisme ».

(...)

Le fruit de cette recherche rigoureusement scientifique augure une nouvelle orientation dans l’islamologie et démasque les théories obscurantistes des défenseurs d’un Coran incréé. L’auteur en profite pour identifier la nature même de l’islam qui, en aucune manière, « ne peut être une religion fondée par un prophète inspiré, mais une idéologie politique fabriquée par un pouvoir ultra-dominant en l’espace de deux siècles. Ses concepteurs lui ont donné la forme apparente d’une religion afin de tirer parti du pouvoir sur les esprits que possède toute religion ».

Cette approche scientifique représente donc un défi de taille pour tous ceux qui sont impliqués dans l’exégèse coranique. Avec l’application de la Théorie des Codes dans cette recherche, Jean-Jacques Walter, ce passionné de mathématiques, s’impose dorénavant comme le premier précurseur incontournable du décryptage scientifique des données textuelles du Coran. C’est un grand maître qui, avec courage et détermination, ose franchir le Rubicon, procéder à l’autopsie du Coran et dévoiler scientifiquement des vérités interdites sur l’islam.

NOTE :

Titre : Le Coran révélé par la théorie des codes.
Auteur : Jean-Jacques Walter
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12330
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Lun 15 Aoû - 16:44

La terre se situerait à l'extérieur de l'univers selon Mohamed !



.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12330
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Lun 15 Aoû - 20:03

« Votre Bible parle de Muhammad. Jésus lui-même a prédit sa venue. » 

 « Voici une Bible, pourriez-vous m’indiquer où est-ce que Muhammad y est mentionné ? » 

La plupart d’entre eux me répondent : « Je ne sais pas où, mais le Coran dit qu’il aurait été prédit dans votre Bible! » 

Un des plus grands arguments avancés par les musulmans dans leur discussion avec les chrétiens s’articule autour de la venue de Muhammad, qui selon eux fut annoncé dans la Bible. Tout le problème découle d’un passage du Coran qui dit : « Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu’ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Torah et l’évangile » (Sourate 7:157). 

Ceci a conduit les experts musulmans dès les premiers jours de l’Islam à rechercher à la fois dans l’Ancien et le Nouveau Testaments des preuves que leur prophète a bel et bien été prophétisé par les prophètes antérieurs. 

Certains des livres écrits par les musulmans sur ce sujet s’appuient sur un éventail de versets tirés d’à peu près tout l’Ancien Testament et un ou deux du Nouveau Testament. Toutefois, deux exemples majeurs sont pour la plupart du temps avancés : Deutéronome 18:18 et Jean 14:26 (ou Jean 16:7).
Mais les chrétiens savent que ces passages en particulier se réfèrent respectivement à Jésus et au Saint-Esprit. 

Deutéronome 18:18

Les musulmans se réfèrent à Deutéronome 18:18 où Dieu dit à Moïse: « Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai ». Ils croient que ce prophète n’est autre que Muhammad. Mais même un bref aperçu de l’arrière-plan de la prophétie révélera que le texte n’avait pas les Ismaélites en vue.

Il est clair que Dieu s’adressait plutôt aux Lévites. « Leurs frères » parlent des autres tribus d’Israël. Moïse déclara que Dieu suscitera un prophète comme lui du milieu des Juifs,  du milieu de ses frères. Ce prophète serait un Juif, et Muhammad n’était pas un Juif. Il est né Arabe et les Arabes n’étaient pas une des tribus d’Israël. Muhammad n’est donc pas le frère de Moïse dont il s’agit ici.

Qui donc convient mieux à la description de ce prophète comme Moïse ? Jésus-Christ seul. Tout le Nouveau Testament affirme de manière explicite que la prophétie de Deutéronome chapitre 18 s’est accomplie en Jésus-Christ de Nazareth (Jean 5:46-47; Actes 3:19-23).

Esaïe 29: 12 


Les musulmans se réfèrent aussi à Esaïe, chapitre 29, verset 11 et 12 ou il est écrit :

11 Toute la révélation est pour vous comme les mots d’un livre cachet que l’on donne à un homme qui sait lire, en disant: Lis donc cela!   Et qui répond: Je ne le puis, car il est cacheté; 12 Ou comme un livre que l’on donne à un homme qui ne sait pas lire, en disant:
Lis donc cela! Et qui répond: Je ne sais pas lire.


Ahmed Deedat insiste : (a) le live au quel en fait référence ici est le Coran. (b) La personne à qui le livre est donné est Muhammad (voir Coran 7:158). (c) Celui qui ordonne Muhammad de lire est l’ange Gabriel !

Selon Deedat, L'expérience de Mohammed dans la caverne de Hira, connue par la suite sous le nom de Djebel-Ennour ( La Montagne de la Lumière), et sa réponse à cette toute première révélation est l'accomplissement exact de la prophétie d’Esaïe.

Avant de discerner ce qu'il en est, précisons bien, que la référence (7:158) que donne Ahmed Deedat, témoigne simplement que Mohammed était nabi ummy qui signifierait "prophète des nations" exprimant ceux qui n'ont pas reçu de livre. Il ne s'agit pas d'un rapport où il serait mentionné qu'il (Mohammed) ne savait pas lire. D'ailleurs nous ne trouvons nulle part dans tout le Coran une telle déclaration. Au contraire, le Coran nous enseigne que Mohammed savait lire.

Par ailleurs plusieurs historiens et musulmans, nous affirment que Mohammed s'avait lire, c'est notamment le cas de Mohammed Talbi, agrégé d'arabe, grand spécialiste de l'histoire musulmane médiévale, ancien doyen de l'Université de Tunis, qui dans son livre le souffle de l’esprit qualifie cette histoire de légende:

«Contrairement à la légende , née de soucis faussement apologétique, c’était un homme [Mohammed] cultivé et lettré. On lisait la bible dans sa belle famille. Point besoin de rencontrer un moine au cours d’un voyage en Syrie pour être initié au judéo-Christianisme. Le qualificatif d’Ummi que lui donne le Coran, et que la tradition a interprété dans le sens d’ « illettré », signifie qu’il était « le prophète des nations » (VII, 157-158), … Le Coran (III, 20) confirme cette interprétation : « Dis à ceux qui ont reçu le livre, et au Ummiyyîn. » « Ceux qui ont reçu le livre » sont de toute évidence les juifs et les chrétiens. Qui sont les Ummiyyîn ? Ce sont de tous les autres, toutes les nations non juives.» (LXII, 2).

Le sens d’ummi est donc ainsi bien établi. Il ne signifie en aucune manière « illettré ». il désigne les goïm ou les gentils, c’est à dire toutes les nations non juives qui n’avait pas encore reçu de Livre révélé. ( Mohamed Talbi Universalité du Coran Ed : Acte sud cool « le souffle de l’esprit » pages 10 à 12)

Pour finir, c'est la Sunnah, qui nous apprend que Mohammed était lettré:

Rapporté par Ursa,
D'après Anas bin Malik,Un jour, le Prophète écrivait une lettre, ou avait l'idée d'écrire une lettre. Il a été dit au Prophète qu'ils ne liraient pas les lettres à moins qu'elles aient été scellés. Ainsi le prophète a obtenu un anneau argenté avec "Muhammad l'Apôtre d'Allah" gravé dessus. J'étais en train d'observer son blanc (de l'anneau) scintillez sur la main du prophète.Sahih Bukkari, Volume 1, Book 3, Number 65


Ibn 'Abbas dit, "Jeudi! Quelle (grande chose) a eu lieu Jeudi!" Alors il commença à pleurer jusqu'à ce que ses larmes aient mouillé les graviers de la terre. Puis il dit, "Jeudi où la maladie de l'Apôtre d'Allah s'est aggravée et (où) il a dit," Cherchez-moi de quoi écrire, de sorte que je puisse écrire quelque chose pour vous après quoi vous ne vous égarez jamais."...Sahih  Bukkari, Volume 4, Book 52, Number 288



Des hadiths semblables peuvent être trouvé aux références suivantes:

Sahih Bukkari, Volume 4, Book 53, Number 393

Sahih Bukkari Volume 9, Book 92, Number 468

Sahih Bukkari, Volume 4, Book 59, Number 716

Sahih Bukkari, Volume 4, Book 59, Number 717

Sahih Bukkari, Volume 7, Book 70, Number 573

 
Interprétation d'Esaïe 29 : 12

Cela étant dit, reportons-nous désormais au chapitre 29 d'Esaïe afin d'examiner le verset dans son contexte. L'analyse simple de ce verset dans son contexte qu'Ahmed Deedat n'a pas jugé utile d'appliquer, nous démontrera que son interprétation est complètement fausse. En effet, il n'y a aucune prévision d'un futur prophète dans ce passage. En réalité, il s'agit de l'annonce d'une punition sur Israël:  

"Je t'investirai de toutes parts, Je te cernerai par des postes armés, J'élèverai contre toi des retranchements. Tu seras abaissée, ta parole viendra de terre, Et les sons en seront étouffés par la poussière; Ta voix sortira de terre comme celle d'un spectre, Et c'est de la poussière que tu murmureras tes discours." Esaïe 29:3-4

En tant qu'élément de la punition, nous lisons que Dieu emportera également la capacité de lire (comprendre) les mots de Dieu car ils ont désobéi au Seigneur. Le verset 10 énonce clairement que les prophètes seront mis en état d'assoupissement, ne pouvant ainsi plus recevoir de révélation de Dieu:

"(9) Soyez stupéfaits et étonnésFermez les yeux et devenez aveugles! Ils sont ivres, mais ce n'est pas de vin; Ils chancellent, mais ce n'est pas l'effet des liqueurs fortes.

(10) Car l'éternel a répandu sur vous un esprit d'assoupissement; il a fermé vos yeux, - les prophètes; il a voilé vos têtes, - les voyants.

(11) Toute la révélation est pour vous comme les mots d'un livre cacheté Que l'on donne à un homme qui sait lire, en disant: Lis donc cela! Et qui répond: Je ne le puis, Car il est cacheté; 

(12) Ou comme un livre que l'on donne à un homme qui ne sait pas lire, en disant: Lis donc cela! Et qui répond: Je ne sais pas lire. 

(13) Le Seigneur dit: Quand ce peuple s'approche de moi, Il m'honore de la bouche et des lèvres; Mais son coeur est éloigné de moi, Et la crainte qu'il a de moi N'est qu'un précepte de tradition humaine." Esaïe 29:9-13

Ahmed Deedat voudraient-ils vraiment soutenir que ceci se rapporte à Muhammad?  Si l'ont en suit l'allégation soutenue par Ahmed Deedat, Mohammed aurait donc un coeur loin de Dieu, avec un culte qui n'est pas selon la volonté de Dieu mais selon tels que les hommes l'ont inventé (v.13) et dont l'incapacité de lire fait partie de la punition de Dieu.

Le passage en Isaïe, est un signe de Dieu mettant dans un état de sommeil profond les personnes concernant les sujets spirituels, de sorte que sans se soucier et se croyant bien informés, ils ne puissent néanmoins lire (comprendre) ce que signifie les mots de Dieu.

De plus notons que ce jugement concerne Israël, et Mohammed ne fait nullement partie du peuple d'Israël, au contraire Mohammed réclamait être descendant d'Ismaël!

En conclusion: la réclamation d'Ahmed Deedat est plutôt absurde, car par celle-ci, Ahmed Deedat qualifie du coup son propre prophète Mohammed, d'homme ayant le coeur loin de Dieu, et rendant des cultes qui ne sont pas selon la volonté de Dieu, mais inventé par les hommes (les traditions d'hommes).

Jean 14:26

« D’après votre Bible, Jésus n’a t-il pas dit qu’un prophète viendra dont le nom sera le Consolateur ? N’est-ce pas là une prophétie au sujet de Muhammad ? »
Les musulmans citent aussi des versets tels Jean 14:16-20 où Jésus dit: « Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur ». La plupart des musulmans ne cite que la première partie du verset, et referme la Bible ! Si Jésus s’en était limité à ce point, d’aucun puisse spéculer au sujet de l’identité de ce Consolateur. Mais Jésus l’a clairement identifié en ajoutant: « afin qu’il (le Consolateur) demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. » Ici aussi, j’inviterai mon interlocuteur à lire pour soi tout le passage avant de lui demander : « Voudrais-tu bien lire tout le passage à haute voix et dis-moi honnêtement de qui Jésus parle t-il ? » 

Dès les premiers siècles de l’Islam, les experts musulmans y ont mis de tout leur poids pour faire croire que ce Consolateur est Muhammad, le prophète de l’Islam. Ils prétendent que le mot Grec « paracletos”, traduit par « Consolateur » aurait dû s’écrire « pareklutos » ou « le hautement loué » signifiant Ahmad ou Muhammad. N’est-ce pas là une preuve disent-ils que le texte biblique a été modifié ? Toutefois n’importe quel savant dans ce domaine vous dira qu’il n’y a aucune évidence d’une telle modification. Tous les manuscrits Grecs existants antérieurs à Muhammad disent : paracletos, et non paraklutos. Il existe encore de nos jours plus de 70 manuscrits Grecs du Nouveau Testament antérieurs à Muhammad et aucun d’eux ne fait référence au mot paraklutos! Tous ont paracletos. En vérité, le mot paraklutos n’apparaît nulle part dans la Bible !

Pour celui qui regarde de plus près aux détails spécifiques de la venue et de l’identité de ce paracletos ou « Consolateur », il en conclura très vite qu’ils ne peuvent en aucun cas s’appliquer à la personne de Muhammad. Examinons donc ces détails à propos de la venue et de l’identité de ce paracletos ou « Consolateur » et voyons s’ils correspondent au profil de Muhammad :

1) Il vous donnera une autre Consolateur
Même si comme les musulmans le prétendent le mot dans l’original était Paraklutos, le verset se lirait comme suit: « Il vous donnera un autre hautement loué », ce qui n’aurait aucune logique (vu le contexte) et serait complètement hors sujet. Jésus était plutôt entrain de dire ceci ici: « Je fus votre consolateur, votre aide et votre réconfort. J’ai encore beaucoup de choses à vous enseigner, je m’en vais et pour cette raison, je vais vous envoyer un autre consolateur comme moi ».

2) Il vous donnera une autre Consolateur, l’Esprit de vérité

Le fait le plus évident évoqué ici est que ce consolateur n’est autre que l’Esprit. Muhammad a-t-il jamais été appelé « Esprit de vérité » ?

3) Il demeurera éternellement avec vous

A aucun moment, Muhammad ne fut avec les disciples de Jésus, encore moins permanemment avec eux. Muhammad naquit au 7è siècle après Christ. Il vécut 62 ans puis mourut. A t-il toujours vécu et vit-il toujours aux côtés de ses disciples ? Non. Son corps est enseveli à Médine. Mais pour ce qui est Consolateur promis, Jésus a dit qu’il demeurera éternellement avec ses disciples. Il est impossible que celui dont il est fait cas ici soit Muhammad.

4) L’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir

D’après cette prophétie, le monde ne peut recevoir ce Consolateur car il ne peut le voir. Des milliers de personnes ont vu et touché Muhammad de son vivant car il était visible. Le Consolateur invisible ne saurait être Muhammad.

5) Vous le connaissez, car il demeure avec vous

Jésus parle clairement de quelqu’un auquel les disciples étaient bien familiers. Connaissaient-ils Muhammad ? Bien sûr que non ! Il vint au monde cinq siècles plus tard.

6) Et il sera en vous

Le Consolateur allait être dans les disciples. Comment est-ce possible que ce soit Muhammad ? Muhammad était chair et sang et n’est plus de ce monde. Muhammad n’a jamais été et ne sera jamais non plus dans le cœur des disciples de Jésus.

Que conclure ? Muhammad vivait-il du temps des apôtres de Jésus ? Non. A t-il jamais été appelé par le nom d’ « Esprit de vérité »? Non. A t-il éternellement vécu avec les disciples ? Non. A-t-il demeuré dans le cœur des apôtres ? Non. Cette prophétie ne concerne tout simplement pas la personne de Muhammad. De qui s’agit-il alors ? La Bible nous en donne la vérité dans les versets suivants: « Mais le consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » (Jean 14:26). Il ne fait donc l’ombre d’aucun doute que le Consolateur n’est autre que le Saint-Esprit de Dieu. 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12330
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Sam 20 Aoû - 17:10

Basilide ou l'invention d'un faux semblant.

Coran :

Et à cause de leur parole: "Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager d’Allah"… Or, ils ne l'ont ni tué ni crucifié; mais ce n'était qu'un faux semblant! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l'incertitude: ils n'en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l'ont certainement pas tué. (Sourate An-Nissa': 157)


Quelle est l'origine de cette invention ???

Basilide a enseigné la philosophie à Alexandrie de  l'an 125 à l'an 155.

Il était polythéiste et appartenait au courant gnostique.

Le Coran étant exact en tout selon les musulmans, il n'est nul besoin de le démontrer.

Selon Basilide, le monde a été créé par un démiurge, un dieu inférieur qui règne sur le monde matériel. Ce démiurge, ce dieu inférieur, correspondrait à Yahvé, le dieu redoutable de l'Ancien Testament. Yahvé entretiendrait la violence et le désordre sur terre. Un dieu tout puissant, dominant Yahvé, est lui, bienveillant.

Basilide croyait en la transcendance de ce dieu bon et souverain : la Pensée, puis la Parole, puis la Prudence, la Sagesse et la Force émanent de Lui. Le dieu bon envoie le Christ céleste, l'expression de sa Pensée, prendre chair dans Jésus de Nazareth, un homme ordinaire, afin de corriger les querelles engendrées par Yahvé.


Basilide pense que ce Christ céleste vient en l'homme Jésus à son baptême et le quitte sur la croix.

C'est lui premier qui va imaginer que le Christ a été remplacé par un sosie

Même si Basilide ne croit pas en Christ, le seul fait que Jésus soit l'envoyé de Dieu, lui rend insupportable qu'il ait souffert et qu'il soit mort... Il va donc inventer la substitution du Christ...


Basilide écrit : « Le Christ ne souffrit pas lui-même la Passion, mais un certain Simon de Cyrène fut réquisitionné et porta sa croix à sa place. Et c'est ce Simon qui, par ignorance et erreur, fut crucifié après avoir été métamorphosé par Jésus pour qu'on le prît pour lui. Jésus s'est métamorphosé lui-même en l'image de Simon et il l'a livré pour être crucifié à sa place. Quand Simon fut crucifié, Jésus se tenait en face en riant de ceux qui avaient crucifié Simon à sa place. Quant à lui, il … s'est retiré au ciel sans souffrir. Quant à Simon, c'est lui qui a été crucifié et non Jésus. ». 

Basilide, le philosophe polythéiste travaillant en Égypte au II e siècle a été inspiré par qui pour raconter une telle ânerie sur Jésus ???

En réalité, le Coran, par la voix de "Ma-homet" n'a fait que reprendre cette hérésie inventée par un philosophe du 2e siècle, ce qui est confirmé par lui-même dans ses écrits et que plusieurs après lui, ont reprit à leur compte pour en faire une vraie fausse vérité !.

Une raison de plus pour ne croire en la révélation supposée du Coran.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12330
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Sam 20 Aoû - 17:14

Le premier pilier de l'Islam "la Chahada" =  le premier mensonge !


PILIER 1 : LA CHAHADA (Le témoignage) = le premier mensonge.
"Ach-hadou an la ilaha illa Allah wa ach-hadou anna Mohamadane Rassouloullah"
J'atteste qu'il n'y a pas de Dieu sauf Allah et j'atteste que Mohamed est son Messager

Tous les islamologues savent que la profession de foi islamique telle que nous la connaissons n’est pas attestée avant le 8e siècle.

 Celle qui la précédait ne portait la seconde partie de la formulation actuelle : « Muḥammad est le messager d'Allah » (Muḥammadrasûli] [Llah). 

Cette seconde partie de la 
Shahâdah apparaît au mieux à l’extrême fin du 7e siècle, mais sous la forme d’une troisième partie ajoutée à ce qui était manifestement la profession de foi primitive : « Pas de divinité sinon Allah, pas d’associé à Lui » (Lâ ilahaillâ Llah, lâ šarîkalahu). Manifestementparce qu’on la connaît par l’épigraphie et qu’elle est même attestée sur des pièces de monnaie islamiques – en Afrique du nord notamment, comme l’a montré une étude du Prof. Michael L. Bates (1995)


Aspect religieux des textes épigraphiques du début de l’islam", Solange Ory,

"Il n'est donc pas étonnant que les énoncés de la sahàda (profession de foi) soient fréquents dans les textes officiels, textes de construction insérés sur la façade, ou à l'intérieur, d'un monument érigé sur l'ordre du calife, par exemple. 

La formulation de cette profession de foi ne se limite d'ailleurs pas à ses termes essentiels : là ilàha illà-llàh Muhammad rasùlu-llàh (Point de divinité hormis Allah. Muhammad est l'Envoyé d'Allah). 

Dans les premières sahàda gravées sur pierre, le mot Allah est presque toujours complété par un qualificatif coranique : wahda-hu (l'Unique)15, et souvent, par un fragment de verset : là sarïka la-hu (il n'a pas d'associé)

16. Cette forme de la sahàda est constante dans les premiers textes épigraphiques officiels. Elle le sera encore au début de l'époque 'abbâside.

Une autre observation mérite d'être notée. 

Dans la formulation de la sahàda, la référence au Prophète n'est pas systématiqueAinsi, celle-ci est absente du texte gravé à droite de la porte d'entrée de la mosquée umayyade de Busrâ17, texte sur lequel nous reviendrons plus loin. Elle est également absente de la plupart des textes funéraires. 

Dans les cimetières d'Adri'ât (aujourd'hui Der'a, sur la route de Damas à 'Amman), sur dix épitaphes de cette époque, dans lesquelles figurent la sahàda, aucune ne fait référence au Prophète 18. Elle se limite à la formule de proclamation de l'unicité divine, formule que le croyant doit prononcer avant de mourir.

C'est évidemment dans les grands centres chrétiens que le contenu apologétique des inscriptions va avoir tendance à se développer. Un bel exemple nous est donné dans le célèbre texte, en mosaïque, qui orne la Coupole du Rocher à Jérusalem 19, premier monument de prestige de l'Islam, en plein cœur de la chrétienté. Il est intéressant d'en analyser le contenu..........................."


Lien : http://www.persee.fr/doc/remmm_0997-1327_1990_num_58_1_2371
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12330
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Sam 20 Aoû - 17:22

Les Origines de l'Islam

Dans sa thèse de licence, en 1874, Adolph von Harnack, après un travail systématique, en vint à conclure que "le mahométisme n'est qu'une lointaine dérivation de la gnose judéo-chrétienne, et non une religion nouvelle".

Comme tout scribe ébionite, il puise ses proclamations dans "les ouvrages ... apocryphes" rejetés par les apôtres et leurs successeurs ("apo" signifie "de côté" et "crypto" signifie "pour les cacher" : ce sont des livres mis à l'index).

Ce sont des pseudépigraphes, ouvrages non signés, et mis sous le compte d'un personnage célèbre pour lui donner du poids, du prestige, selon une méthode efficacement utilisée par les néoplatoniciens gnostiques.

Il s'agit de :

L'Évangile de l'Enfance (écrit en syriaque),
le Protévangile de Jacques le mineur,
l'Évangile du pseudo Matthieu (rédigé d'abord en hébreu),
l'Évangile de Thomas,
L'Apocryphe du Livre des Jubilés (dont le rabbin tire l'histoire de Satan, le lapidé et les remontrances d'Abraham à son père : cf. Siderski : Légendes musulmanes du coran)


Comment l'islam et son prophète Mohamed ont été inventés en plusieurs siècles de rumeurs, de légendes, de réécritures, de falsifications, de mensonges et d'erreurs historiques et spirituelles... 

L'invention d'Allah, du Coran, de l'islam et de Mohamed : 

l'avis des experts, islamologues, érudits et archéologues

Un érudit allemand, Theodor Nöldeke, écrivit en 1860 l’histoire du Coran. Pour la première fois, les chercheurs s’interrogeaient sur la création de l’islam, en dehors des légendes musulmanes. (Geschichte des Quorans, Leipzig 1919). 
Force fut de constater que le Coran, loin d’être tombé du ciel, obéit à des règles de composition humaine, compilation laborieuse, réécritures permanentes, falsifications, mensonges, erreurs...

Un autre érudit, Adoph von Harnack, affirma, dès 1874, que le « mahométisme n’est qu’une lointaine dérivation de la gnose judéo-chrétienne, et non une religion nouvelle ».

Puis le français Gabriel Théry (sous le nom d’Hanna Zakarias) après trente ans d’études, conclut dans son ouvrage De Moïse à Mohammed que le Coran ne pouvait être l’œuvre de Mohamed. D’après lui, l’auteur était converti au judaïsme par son instructeur juif. 

Bruno Bonnet Eymard constata que les textes ayant servi à composer le Coran étaient d’origine et d’inspiration syrienne.

Après 1950, le père Bertuel confirma ces recherches. Il publia  L’islam, ses véritables origines
(Nouvelles Editions latines, Paris 1981). 

D’après lui, Mohamed est un rabbin chassé d’Edesse par Héraclius, en 628. « Qui a prononcé ces paroles ? demande Bertuel. Ni Allah bien entendu, ni Mhmt (Mohamed), mais des paroles si profondément enracinées dans le judaïsme n’ont pu être prononcées que par un Juif authentique. Tout historien est conduit à cette conclusion : un Juif s’agite à La Mecque. Il se présente aux Arabes comme le Prophète de Dieu… Quel serait de plus cet Allah qui ne révélerait aux Mecquois que les plus vieilles doctrines de l’Ancien Testament ? » 

Bertuel ajoute : « Le seul livre de religion qui existera à jamais pour les Juifs est la Thora de Moïse, guide de vérité et de justice. Yahvé en est l’auteur. 

Moïse n’est ni un djinn, ni un devin, ni un poète. Dieu lui est apparu. Il a parlé à son serviteur. Gloire à Yahvé !  La grande nouveauté du livre arabe, c’est qu’il ne contient précisément rien de nouveau. C’est un livre du passé… chacune de ses affirmations et même les détails de ses descriptions peuvent être facilement rattachés à un texte biblique… C’est tout un plan de conversion (au judaïsme) ». 

Hassan Abassi, dans Les secrets de l'islam, cite les experts musulmans recensant des milliers de différences entre les différents corans.

Patricia Crone, auteur avec Michaël Cook de Hagarism, The making of the islamic world, déclare : 

« La tradition fondamentalement historique, à laquelle (les conteurs) sont supposés avoir ajouté simplement leurs fables, n’existe pas. Vu qu’un conteur en suivait un autre, le souvenir du passé se réduisait à un stock commun d’histoires, de thèmes et de motifs propres à être combinés ou recombinés dans une profusion de faits apparents. Chaque combinaison et recombinaison créait alors de nouveaux détails, et, dans la mesure même où des informations fausses s’accumulaient, de l’information authentique était perdue. ». 

Patricia Crone a aussi publié Meccan trade and the rise of islam, démontrant que le berceau de l’islam ne peut avoir été La Mecque. D’après elle, l’existence de La Mecque est très incertaine, avant que les califes n’en fassent un centre de pèlerinage. 
Ces deux auteurs, Crone et Cook, considèrent que l’histoire islamique au moins jusqu’à Al-Malik (mort en 705) est une invention tardive.

Michaël Cook signale les similarités entre les croyances musulmanes et celles des Samaritains, concernant la religion d’Abraham, dans l’ouvrage intitulé Le livre des Jubilés (daté de –140 à –100 avant J.C.) 

Antoine Moussali estime que le Coran n’était que le lectionnaire, en araméen, d’une secte judéo-nazaréenne, au début du VIIe siècle (La croix et le croissant, Editions de Paris, 1998) 

"Comme tout le monde, écrit-il dans Vivre avec l'islam (Saint-Paul, 1997), j'ai longtemps pensé que le Coran était une source sérieuse pour la connaissance de l'islam. Aujourd'hui je serais nettement moins affirmatif. L'islam lui est fondamentalement antérieur.".

Beaucoup de travaux insistent sur le sabéisme de l’époque. D’autres mettent l’accent sur le nombre élevé de mots persans et syriaques dans le Coran. On peut lire à ce sujet Pourquoi je ne suis pas musulman, d'Ibn Warraq (L'Age d'Homme, Lausanne 1999)

Antoine Moussali estime que le Coran n’était que le lectionnaire, en araméen, d’une secte judéo-nazaréenne, au début du VIIe siècle (La croix et le croissant, Editions de Paris, 1998) 
"Comme tout le monde, écrit-il dans Vivre avec l'islam (Saint-Paul, 1997), j'ai longtemps pensé que le Coran était une source sérieuse pour la connaissance de l'islam. Aujourd'hui je serais nettement moins affirmatif. L'islam lui est fondamentalement antérieur.".

Dans son ouvrage Le Coran, la Bible et l'Orient ancien, Mondher Sfar souligne que les noms attribués à Allah sont recopiés des noms attribués au dieu babylonien Mardouk, dans un poème datant du 12ème siècle avant J.C.

Dans Le Coran est-il authentique ?, il rappelle que nombre de sourates du Coran étaient dites par le calife Omar, puis confirmées par Allah. 
Le fils d'Omar déclare : "Omar avait une vision et alors le Coran descendait selon celle-ci... Personne ne pourra dire : j'ai eu le Coran dans sa totalité."

Alfred-Louis de Prémare, dans Les fondations de l'islam (Le Seuil), évoque la charte de Médine, datée en réalité de 830, et pourtant rédigée par Muhammad le prophète. 

Il rappelle que tout ce qui concerne l'islam et l'existence de La Mecque date de 250 ans après les "faits." 
Il explique aussi que la bataille du Fossé eut lieu en 688 en Syrie et non à Médine, soit cinquante ans après la mort officielle de Mohamed. 
Il rappelle "qu'on déchire et brûle régulièrement dans cette histoire perturbée du Coran."

Le Dr Gerd-Rüdiger Puin, professeur à l’université de Sarrebrück (Allemagne) traducteur du Coran de Sanaa, évoque les évolutions du texte dans Die Syro-Aramaische Lesart des Koran, Christop Luxenberg, (Verlag Hans Schiler) 

« Puin a remarqué que les parchemins étaient des palimpsestes, c’est-à-dire des manuscrits dont on a effacé le texte initial pour pouvoir en écrire un nouveau…. Le Coran de Sanaa a été rédigé sans aucune marque diacritique (points, accents, cédilles portant sur une lettre ou un signe phonétique pour en modifier la valeur), sans voyelles ni aucun guide pour la lecture. »   Observations on Early Quran Manuscripts in San’a. Stefan Wild (ed), The Quran As Text, Leiden/New York/Köln (E.J. Brill) 1996 p. 107-111. 

L’islamologue Jacqueline Chabbi estime que le Coran a été compilé sous le calife Abd Al-Malik, à Damas, au début du VIIIe siècle (époque d’Hajjâj).

Les plus anciens corans existants sont ceux du Yémen, découvert en 1972, celui de Topkapi (Istanboul), fin du VIIIe ou début du IXe siècle. Un autre exemple se trouve à la British Library à Londres, datant de la fin du VIIIe siècle, soit cent cinquante ans après l’hégire. 

J. Wansbrough a étudié les origines samaritaines du Coran, dans Quranic Studies, Oxford, 1977, et The Sectarian Milieu, Oxford, 1978. 

Il a montré que le texte définitif du Coran n’était toujours pas achevé au IXe siècle. 
Il en déduisit qu’une origine arabe de l’islam était hautement improbable. 
Il note aussi l’absence de toute référence au Coran dans le Fiqh Akbar I, document daté du milieu du VIIIe siècle, représentant pourtant l’orthodoxie dogmatique
Il ajoute que le Coran est « le produit d’un développement organique de traditions originellement indépendantes, au cours d’une longue période de transmission. »

Goldziher, dans On the Development of Hadith déclare « qu’un vaste nombre de hadiths, acceptés même dans les recueils musulmans les plus rigoureusement critiques, sont des faux complets de la fin du VIIIe et du IXe siècle, et qu’en conséquence, les chaînes de transmetteurs méticuleux qui les étayent sont totalement fictifs. » 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12330
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Sam 20 Aoû - 17:43

DJINN 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les jinns (parfois orthographié djinns) sont des créatures du folklore sémitique. Ils sont en général invisibles, pouvant prendre différentes formes (végétale, animale, ou anthropomorphe) ; ils ont une capacité d'influence spirituelle et mentale sur le genre humain (contrôle psychique : possession), mais ne l'utilisent pas forcément.

Selon l'Islam, ils ont le pouvoir de posséder ceux qui sont en état de souillure (c'est-à-dire ceux qui n'ont pas fait leur ablution rituelle) 
ou qui consomment des aliments interdits (drogue, alcool, sang,).
Il y a de bons et de mauvais jinns ; les mauvais sont nommés Shayādjīn.
Ne pas confondre le terme jinn avec le terme perse Djans qui signifie "l’Esprit Individuel d'un être", et qui est différent des Esprits de Groupe.
Le terme Djinns pourrait signifier, si on se base sur la racine hébraïque, "ceux qui viennent du ciel étoilé"

Pour les Arabes, les djinns représentent une autre race habitant la terre, ce sont des esprits qui habitent les endroits déserts, les points d'eau, les cimetières et les forêts. 

Pour se manifester, ils prennent diverses formes (métamorphe), dont celles de l'homme ou des animaux, couramment des serpents. 

Le mot djinn ou 'ifrit désigne d'ailleurs à la fois ces esprits ainsi que certaines variétés de serpents. 

Leurs noms, paroles ou comportements, qui demeuraient étranges, permettaient de les discerner des humains quand ils en prenaient la forme. 

Certains de ces esprits étaient, selon les légendes pré-islamiques, les muses des poètes : ce sont les hawajis (singulier : hajis). Comme les hommes, ils sont organisés en royaumes, États, tribus, peuples, ils ont des lois et des religions 

En arabe classique et ancien : Jinni (masculin) Jinnia (feminin), pluriel : Jinna ou Jinn, dans certains dialectes arabes postérieurs Jinn, pluriel : Jnoun.

Dans la tradition populaire des pays musulmans, on ne dit pas "avoir une mémoire d’éléphant" mais une mémoire de jinn.




Dans l'Islam, les jinns sont des créatures dotées de pouvoirs surnaturels, ils ont été créés d'un maillage/tissage de "lumière d'une flamme subtile, d'un feu éclairant" (comme l'être humain l'a été à partir d'argile), ils sont appelés à croire et subiront le jugement dernier.

Les appellations spécifiques des jinns sont :

•les 'Efrits (de 'Iphrit) : djinn de feu.
•les Maritins (de Marid) : djinn d'eau.
•les Sylphes : djinn d'air

Les diables, Shèïètines (au singulier Shèïtan, Satan pour les langues latines) sont de mauvais djinns.

Pour les Musulmans, le Diable n'a jamais été un ange mais bien un Djinn et ce depuis toujours, car contrairement aux anges qui n'ont pas de libre arbitre et ne font que ce que Dieu demande : les djinns (comme les hommes) peuvent désobéir à Dieu et faire des péchés. C'est cette faculté d'avoir le choix qui à permis à Satan (mais Adam et Eve aussi ) de désobéir à dieu selon le Coran et d'être puni pour cela.




On peut noter que le mot « génie » (au sens merveilleux comme dans Aladdin) est une francisation du mot « djinn ». 

La confusion avec le mot génie au sens commun (personne dotée d'une habileté intellectuelle remarquable) est semble-t-il intentionnelle.

Il convient aussi de remarquer que dans l'arabe moderne le mot désignant un génie au sens commun du terme est ’abqari qui vient de ’abqar un oued de l'ancienne Arabie réputé comme étant un repaire de djinns.

Dans les Mille et une nuits, les djinns habitent la cité rose de Shadukiam. 

Le plus ancien djinn, par lequel ils jurent ou prêtent serment, se nomme Kashkash. D'après un grimoire médiéval (Le Livre du pouvoir), Ampharool est le jinn qui peut enseigner au magicien le secret du vol.

Victor Hugo a écrit un poème Les Djinns publié dans son recueil Les Orientales, qui a été mis en musique par Gabriel Fauré.

Dans la trilogie de Bartiméus, œuvre de Jonathan Stroud, l'histoire raconte les épreuves de magiciens pouvant invoquer des djinns, créatures malfaisantes et bien souvent antiques

Ils existe différents degrés d'esprit, principalement, du plus faible au plus fort : gnomoncule, gnome, foliot (fantastique), djinn, Éfrit, marid et d'autres innominés ainsi que d'infinies quantités d'autres créatures.

.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12330
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum