L'Islam, mensonge et fable

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Lun 8 Aoû - 11:52

Rappel du premier message :

La sourate 105 du Coran a pour titre « l’éléphant ». 
Toute une fable s’est pourtant construite autour de ces quelques versets. Les musulmans racontent en effet que cette sourate relate une attaque menée depuis le Yémen par Abraha l’Abyssin contre la Mecque. Cette attaque aurait eu lieu l’année de la naissance de Mahomet, vers 570-571. La Mecque a « miraculeusement » survécue à cette attaque de l’armée abyssine et de la charge de son grand éléphant. Les musulmans prétendent que cet éléphant a refusé d’attaquer la Mecque et de charger la Ka’ba. Les soldats abyssins ont été tous complètement anéantis à coup de pierres d’argile lancées par des oiseaux. Telle est la fable islamique.

Le professeur Hamed Abdel Samad, égyptien, explique dans cet extrait, la source d’inspiration de ces versets et de toute la fable qui en découle.

Hamed Abdel Samad : la sourate de l'éléphant سورة الفيل



La sourate 105 du Coran a pour titre « l’éléphant ». Elle est composée de 5 versets que voici :

1. N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi envers les gens de l’Eléphant ?
2. N’a-t-Il pas rendu leur ruse complètement vaine?
3. et envoyé sur eux des oiseaux par volées
4. qui leur lançaient des pierres d’argile?
5. Et Il les a rendus semblables à une paille mâchée.

Le Coran ne dit rien de plus à propos de ces « gens de l’éléphant ».

Toute une fable s’est pourtant construite autour de ces quelques versets. Les musulmans racontent en effet que cette sourate relate une attaque menée depuis le Yémen par Abraha l’Abyssin contre la Mecque. Cette attaque aurait eu lieu quelques décennies avant la « révélation » coranique. Plus précisément, l’année de la naissance de Mahomet, vers 570-571. La Mecque était alors gardée par Abd al-Muttalib, grand-père de Mahomet. Elle a « miraculeusement » survécue à cette attaque de l’armée abyssine et de la charge de son grand éléphant. Les musulmans prétendent que cet éléphant a refusé d’attaquer la Mecque et de charger la Ka’ba. Lorsqu’il était dirigé vers la Mecque, l’éléphant s’agenouillait. Les musulmans lui ont même donné un prénom : Mahmoud. Les soldats abyssins ont été tous complètement anéantis à coup de pierres d’argile lancées par des oiseaux. Telle est la fable islamique.

Le professeur Hamed Abdel Samad explique la source d'inspiration de ces versets coraniques et de toute la fable islamique qui en découle.
Pour lire la suite : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Hamed Tv, la chaine du professeur Hamed Abdel Samad dans laquelle il présente chaque semaine durant une vingtaine de minutes un épisode de la vie de Mahomet [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


En 591, le général perse Vahram VI, engagé dans une guerre contre les byzantins chrétiens, demande l’aide de ses voisins Arméniens dans des lettres qu’il leur envoie. Mais les Arméniens, eux-mêmes chrétiens, refusent de combattre aux côtés des perses zoroastriens d’autres chrétiens. Vahram VI menace d’envahir les arméniens avec ses éléphants. Les Arméniens répondent que leur Seigneur leur portera secours en envoyant une armée d’oiseaux qui lapidera les Perses.

Ces lettres échangées entre l’empereur perse et les Arméniens sont, selon Hamad Abdel Samad, encore disponibles aujourd’hui en Arménie. Il ne fait pas de doute que ces échanges sont à l’origine de la fable islamique.

[size=150]Le plagiat coranique le plus éléphantesque[/size]

La sourate 105 du Coran a pour titre « l’éléphant ». Elle est composée de 5 versets que voici :
1. N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi envers les gens de l’Eléphant ?
2. N’a-t-Il pas rendu leur ruse complètement vaine?
3. et envoyé sur eux des oiseaux par volées
4. qui leur lançaient des pierres d’argile?
5. Et Il les a rendus semblables à une paille mâchée.

Le Coran ne dit rien de plus à propos de ces « gens de l’éléphant ».
Toute une fable s’est pourtant construite autour de ces quelques versets. Les musulmans racontent en effet que cette sourate relate une attaque menée depuis le Yémen par Abraha l’Abyssin contre la Mecque. Cette attaque aurait eu lieu quelques décennies avant la « révélation » coranique. Plus précisément, l’année de la naissance de Mahomet, vers 570-571. La Mecque était alors gardée par Abd al-Muttalib, grand-père de Mahomet. Elle a « miraculeusement » survécue à cette attaque de l’armée abyssine et de la charge de son grand éléphant. Les musulmans prétendent que cet éléphant a refusé d’attaquer la Mecque et de charger la Ka’ba. Lorsqu’il était dirigé vers la Mecque, l’éléphant s’agenouillait. Les musulmans lui ont même donné un prénom : Mahmoud. Les soldats abyssins ont été tous complètement anéantis à coup de pierres d’argile lancées par des oiseaux. Telle est la fable islamique.
Mais le professeur Hamed Abdel Samad, égyptien, expliquedans cet extrait (traduit en français) d’une vidéo-entretien avec un jeune athée lui aussi égyptien, la source d’inspiration de ces versets et de toute la fable qui en découle.

En 591, Vahram-i-Chubin, un général perse renverse l’empereur sassanide Khosro II et prend le pouvoir sous le nom de Vahram VI. Engagé dans une guerre contre les byzantins chrétiens, il demande l’aide de ses voisins Arméniens dans des lettres qu’il leur envoie. Mais les Arméniens, eux-mêmes chrétiens, refusent de combattre aux côtés des perses zoroastriens d’autres chrétiens. Vahram VI menace d’envahir les arméniens avec ses éléphants. Les Arméniens répondent que leur Seigneur leur portera secours en envoyant une armée d’oiseaux qui lapidera les Perses.
Ces lettres échangées entre l’empereur perse et les Arméniens sont, selon Hamad Abdel Samad, encore disponibles aujourd’hui en Arménie. Il ne fait pas de doute que ces échanges sont à l’origine de la fable islamique.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas


Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Sam 20 Aoû - 17:55

L'Apocalypse de Moïse, un apocryphe aussi connu sous le nom de "Vie d'Adam et Eve"

Et lorsque ton Seigneur dit aux Anges : "Je vais créer un homme d'argile crissante, extraite d'une boue malléable, et dès que Je l'aurais harmonieusement formé et lui aurait insufflé Mon souffle de vie, jetez-vous alors, prosternés devant lui" (Coran XV, 28-29)

> Lorsque Dieu t'eut insufflé le souffle de vie et que ton visage et ta ressemblance eurent été faits à l'image de Dieu, Michel (...) sortit pour convoquer tous les anges et il leur enjoignit : "Adorez l'image du Seigneur Dieu, ainsi que l'a ordonné le Seigneur !" (Ap. Mo. XIII)


Il lui dit : "Ô Iblis, qui t'a empêché de te prosterner devant ce que J'ai créé de Mes mains ? T'enfles-tu d'orgueil ou te considères-tu parmi les hauts placés ?" "Je suis meilleur que lui" dit-il. "Tu m'as créé de feu et tu l'as créé d'argile" (Coran XXXVIII, 75-76)

> Et comme Michel me pressait de t'adorer, je lui dis : "Pourquoi me presses-tu ? Je n'adorerai pas celui qui m'est inférieur ; je préexiste, en effet, à toute créature et j'avais déjà été créé avant que celui-là ne vienne à l'existence. C'est lui qui doit m'adorer, et non l'inverse !" En entendant cela, les autres anges qui sont avec moi refusèrent d'adorer. (Ap. Mo. XIV)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Sam 20 Aoû - 17:58

Coran 2.37. Puis Adam reçut de son Seigneur des paroles, et Allah agréa son repentir car c´est Lui certes, le Repentant, le Miséricordieux.

La Genèse ne fait aucune allusion au repentir d'Adam. L'idée a été prise du Talmud Erubin 18b; Abodah Zarah 8a.


Texte ancien de la mythologie Grec

Des légendes relatives à des hommes qui tombent endormis pour se réveiller des années plus tard dans un monde métamorphosé se retrouvent dans toutes les cultures. 

Voici ce que "Mahomet" relate : 

Sourate 18 :16-26. 

Et quand vous vous serez séparés d'eux et de ce qu'ils adorent en dehors d'Allah, réfugiez-vous donc dans la caverne : votre Seigneur répandra de Sa miséricorde sur vous et disposera pour vous un adoucissement à votre sort". Tu aurais vu le soleil, quand il se lève, s'écarter de leur caverne vers la droite, et quant il se couche, passer à leur gauche, tandis qu'eux-mêmes sont là dans une partie spacieuse (de la caverne)... Cela est une des merveilles d'Allah. Celui qu'Allah guide, c'est lui le bien-guidé. Et quiconque Il égare, tu ne trouveras alors pour lui aucun allié pour le mettre sur la bonne voie. Et tu les aurais cru éveillés, alors qu'ils dorment. Et Nous les tournons sur le côté droit et sur le côté gauche, tandis que leur chien est à l'entrée, pattes étendues. Si tu les avais aperçus, certes tu leur aurais tourné le dos en fuyant; et tu aurais été assurément rempli d'effroi devant eux. Et c'est ainsi que Nous les ressuscitâmes, afin qu'ils s'interrogent entre eux. L'un parmi eux dit : "Combien de temps avez-vous demeuré là? " Ils dirent : "Nous avons demeuré un jour ou une partie d'un jour". D'autres dirent : " Votre Seigneur sait mieux combien [de temps] vous y avez demeuré. Envoyez donc l'un de vous à la ville avec votre argent que voici, pour qu'il voie quel aliment est le plus pur et qu'il vous apporte de quoi vous nourrir. Qu'il agisse avec tact et qu'il ne donne l'éveil à personne sur vous. Si jamais ils vous attrapent, ils vous lapideront ou vous feront retourner à leur religion, et vous ne réussirez alors plus jamais". Et c'est ainsi que Nous fîmes qu'ils furent découverts, afin qu'ils (les gens de la cité) sachent que la promesse d'Allah est vérité et qu'il n'y ait point de doute au sujet de l'Heure. Aussi se disputèrent-ils à leur sujet et déclarèrent-ils : "Construisez sur eux un édifice. Leur Seigneur les connaît mieux". Mais ceux qui l'emportèrent [dans la discussion] dirent : "élevons sur eux un sanctuaire". Ils diront : "ils étaient trois et le quatrième était leur chien". Et ils diront en conjecturant sur leur mystère qu'ils étaient cinq, le sixième étant leur chien et ils diront : "sept, le huitième étant leur chien". Dis : "Mon Seigneur connaît mieux leur nombre. Il n'en est que peu qui le savent". Ne discute à leur sujet que d'une façon apparente et ne consulte personne en ce qui les concerne. Et ne dis jamais, à propos d'une chose : "Je la ferai sûrement demain" sans ajouter : "Si Allah le veut", et invoque ton Seigneur quand tu oublies et dis : "Je souhaite que mon Seigneur me guide et me mène plus près de ce qui est correct". Or, ils demeurèrent dans leur caverne trois cent ans et en ajoutèrent neuf (années). Dis : "Allah sait mieux combien de temps ils demeurèrent là. A Lui appartient l'Inconnaissable des cieux et de la terre. Comme Il est Voyant et Audient! Ils n'ont aucun allié en dehors de Lui et Il n'associe personne à Son commandement. 



D’où vient cette histoire ? 


L’écrivain grec Siméon Métaphrastes semble en être à l’origine via sa "Vies des Saints". (Elle fut popularisée en occident par Grégoire de Tours.

Elle se résume ainsi : au cours du règne de l’empereur Decius ou Dèce (249-251), sept jeunes gens de la ville d’Éphèse préfèrent se cacher dans une caverne plutôt que d’obtempérer à l’empereur qui veut les contraindre à apostasier. 

La nuit même de leur fuite, les soldats que l’empereur a lancé à leur recherche les découvrent dormants, si j’ose dire, du sommeil du juste. Decius, qui à son âge et avec les responsabilités qui sont les siennes, semble n'avoir rien de mieux à faire que mener des battues de nuit dans les collines, décide alors de leur jouer un tour à sa façon (quel farceur quand même) et fait murer la grotte (toujours au cours de la même nuit et sans les réveiller – on trouvait encore de bons ouvriers à l’époque). 

Presque deux siècles plus tard, sous le règne de Théodose II, des gens du coin remarquent les pierres de tailles qui murent la grotte et les descellent pour les utiliser dans une nouvelle construction. Une fois le mur démonté les martyrs se réveillent miraculeusement, croyant n'avoir dormi qu'une seule nuit, tout étonnés de constater que leurs vivres sont tombés en poussière ils envoient l'un de leurs au ravitaillement en ville. Il y est fort étonné d'apercevoir partout des églises et étonne pareillement les marchands en les payant avec des pièces vielles de plusieurs siècles. L'évêque d'Éphèse, l'empereur et l'impératrice s'empressent d'aller à la caverne pour contempler le phénomène ; puis les sept martyrs, après d’édifiantes paroles, s'endorment de nouveau pour ne plus se réveiller. 

Au fil du temps, des gens simples ont cru de bonne foi que cette histoire était véridique, les autorités d’Éphèse n’avaient certainement pas manqué d’encourager cette croyance qui attirait les pèlerins. 


2.56 Puis Nous vous ressuscitâmes après votre mort afin que vous soyez reconnaissants.

=> Talmud, Shabbat 88b.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Sam 20 Aoû - 18:00

Coran Fable et plagiat des 7 dormants d'Éphèse 

avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Sam 20 Aoû - 18:01

Le Coran est constitué de textes plagiés de la poésie arabe préislamique, de récits persans et/ou zoroastriens...


Poésie préislamique : « livre tombé du ciel ». Un plagiat mot à mot, de groupes de phrases, de périphrases de la poésie arabe qui existait avant la venue de l’islam.


Coran : 

Sourate 54 « Al-Qamar = La Lune », on trouve au moins quatre phrases prises textuellement d’un poème écrit par le poète « Imru’ al-Qaïs », décédé en 540 de notre ère, soit trente ans avant la naissance même de votre prétendu prophète en 570.



Le poème commence par la phrase suivante : « Danat al-sa’a wanchaqqa al Qamar », ((دَنَت السّاعة وانشقّ القَمَر Cette phrase constitue le premier verset de la sourate 54 qui dit« Iqtarabat al-sa’a wanchaqqa al Qamar », et qui se traduit littéralement par « L’heure s’est approchée et la lune s’est fendue ». A signaler que les deux verbes (Danatدَنَت  etIqtarabatإقتَرَبَت ) sont synonymes en langue arabe et utilisés ici à la forme passée.


Pour rendre cette phrase plus ou moins intelligible pour les lecteurs non arabophones, les traducteurs ont malignement  insinué une périphrase dans leur traduction, sans justifier ni préciser d’où elle est extraite ni la raison de cette invention : « L’heure (du jugement dernier) s’est approchée et la lune s’est fendue. »

Le troisième vers de ce même poème se termine par « Fata’âta fa’aqar » ; et le verset 29 de la même sourate 54 s’achève également par la même phrase « Fata’ata fa’aqar » (فًتًعاطى فًعَقًر).


Quant à sa traduction, elle diffère d’un traducteur à l’autre. Le marocain, Mohamed Chiadmi, l’a traduite ainsi : « Il eut l’audace de se saisir et de la mettre à mort. » En revanche, le français, Kasimirski, l’a reproduite autrement : « Il tira le sabre et tua la chamelle. »  Et un autre traducteur français, Jean-Louis Michon, l’interprète comme suit : « Ils appelèrent leur compagnon qui prit le couteau et trancha les jarrets de la bête. » Or dans l’original arabe il n’y a ni compagnon, ni couteau, ni sabre ni chamelle. 



    Le quatrième vers de ce poème se termine par le groupe de mots « Kahachimi lmuhtazir » (كَهشيمِ المُحتَظِر). Avec ce même groupe de mots s’achève aussi le verset 31 de la même sourate 54 « Kahachimi lmuhtazir », et qu’on traduit « comme le foin desséché » (Chiadmi), ou « comme des brins de paille qu’on mêle à l’argile » (Kasimirski) ou « réduits à l’état de paille desséchée. » (Jean-Luc Monneret).



  • Le septième vers de ce même poème débute par le groupe de mots « Bi ddouha wal layâli » (بالضّحى والليالي) qui est également le début du premier verset de la sourate 93 (Ad-Dhuha = La clarté du matin) et qui veut dire « (Je jure) par la clarté du matin et les nuits ».
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Sam 20 Aoû - 18:09

Coran, les anges de Babylone


Les anges Harout et Marout 

[2:102] Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Solayman. Alors que Solayman n'a jamais été mécréant mais bien les diables : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu 

aux deux anges Harout et Marout, à Babylone ; mais ceux-ci n'enseignaient rien à personne, qu'ils n'aient dit d'abord : «Nous ne sommes rien qu'une tentation : ne soit pas mécréant»; ils apprennent auprès 

d'eux ce qui sème la désunion entre l'homme et son épouse. Or ils ne sont capables de nuire à personne qu'avec la permission d'Allah. Et les gens apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable. Et ils savent, 

très certainement, que celui qui acquiert [ce pouvoir] n'aura aucune part dans l'au-delà. Certes, quelle détestable marchandise pour laquelle ils ont vendu leurs âmes ! Si seulement ils savaient
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Islam, mensonge et fable

Message  Arlitto le Sam 20 Aoû - 18:24

Sourate 105 les éléphants 

105.1 N´as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi envers les gens de l´Éléphant. 
105.2 N´a-t-Il pas rendu leur ruse complètement vaine? 
105.3 et envoyé sur eux des oiseaux par volées 
105.4 qui leur lançaient des pierres d´argile? 
105.5 Et Il les a rendus semblables à une paille mâchée 

105.3 et envoyé sur eux des oiseaux par volées, dans la traduction il manque la suite : 105.3 et envoyé sur eux des oiseaux par volées de Babel "Wa 'Arsala `Alayhim Ţayrāan 'Abābī ;la Abābīla =de babel ou porte des dieux"




56.14 et un petit nombre parmi les dernières [générations], 
56.15 sur des lits ornés [d´or et de pierreries], 
56.16 s´y accoudant et se faisant face. 
56.17 Parmi eux circuleront des garçons éternellement jeunes, 

56.17 Parmi eux circuleront des garçons éternellement jeunes "Yaţūfu `Alayhim Wildānun Mukhalladū na alayhim= "sur eux" et non pas " parmi " = 56.17 SUR EUX circuleront des garçons éternellement jeunes
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum