Cryptozoologie

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Cryptozoologie

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 19:34

Cryptozoologie


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

Cryptozoologie

Etude et théories scientifiques sur les animaux 


Tout le monde a entendu parler du monstre du Loch Ness ou du Yeti. L'homme crée-t-il des monstres pour répondre à ses angoisses ? Ces créatures ne sont-elles que des mythes ?
La cryptozoologie est littéralement l’étude des animaux cachés. Qui dit caché, dit inconnu de la science.
Mais le fait qu’une espèce soit inconnue et donc non répertoriée ne signifie pas qu’elle soit « monstrueuse » ou préhistorique.
Des créatures inconnues ont été vues et parfois même photographiées dans des lacs, océans et régions reculées du monde. La cryptozoologie est une science qui étudie ces animaux non répertoriés.

Cryptozoologie

Découvertes d'animaux prétendument mythiques

Depuis déjà plusieurs années, les médias se sont emparés de la cryptozoologie afin d’orchestrer des émissions à grand spectacle où le mot « monstre » revient régulièrement. Il est vrai qu’un bon gros monstre que l’on jette en pâture au grand public a de grandes chances de faire monter l’audimat.
Pour peu que l’on possède une mauvaise photo, qui s’avère de surcroît un canular, et le pas est vite franchi de tout rejeter en bloc en criant au fou !
Il est grand temps de réhabiliter la cryptozoologie qui n’est pas, malgré ce qui a pu être dit à la télévision, une science d’illuminés à la recherche de dragons légendaires.

Qu’est-ce que la cryptozoologie ?
C’est littéralement l’étude des animaux cachés. Qui dit caché, dit inconnu de la science.
Mais le fait qu’une espèce soit inconnue et donc non répertoriée, ne signifie pas qu’elle soit « monstrueuse » ou préhistorique.
Que signifie d’ailleurs ce mot « monstre » que l’on emploie à tour de bras à propos de tout. Initialement, ce mot est employé pour décrire un être fantastique des légendes et des traditions populaires. Il peut s’agir également d’un être dont la morphologie s’écarte de celle qui est naturelle à son espèce ou son sexe.
Il est donc peu approprié d’employer ce terme pour décrire des animaux inconnus qu’ils existent réellement ou non.
Parmi les grandes découvertes dans lesquelles la cryptozoologie a joué un rôle, citons le coelacanthe, l’okapi, le soala ou le requin grande gueule.
Ces animaux sont aujourd’hui officiellement reconnus mais cela n’a pas toujours été le cas. Eux aussi ont été qualifiés de monstres avant d’être répertoriés car on ne les connaissait qu’à travers des « légendes » locales.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Okapi. © dinosoria.com


Les témoignages des populations locales ne sont jamais pris en compte par les scientifiques. Qui pourrait croire qu’un dinosaure hanterait encore le bassin du Congo ?
Qui pourrait prêter foie aux racontars de ces guides africains qui font souvent froid dans le dos ?

Il ne s’agit forcement que de mythes pour attirer les touristes.
La communauté scientifique a longtemps souri aux histoires des marins et de leur soi-disant « monstres marins ». Le calmar géant existe pourtant bel et bien.
Il est toujours difficile de convaincre les scientifiques de l’existence d’animaux non répertoriés.
Pour les convaincre, il faut leur apporter la « bête » morte ou vive sur un plateau. Cette attitude peut se comprendre car la science ne peut avancer qu’avec des preuves solides.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Coelacanthe. (DP)


Cependant, il faut aussi parfois de la fantaisie et de l’imagination pour sortir des schémas traditionnels et faire avancer la science en empruntant des chemins différents.
En savoir plus sur le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ce sont ces chemins qui ont permis à des scientifiques et des non-scientifiques de faire de belles découvertes.
Saola : la légende devient réalité

L’histoire du saola est celle de toutes les espèces qui ne sont pas censées exister. La légende se situe au Vietnam et a été colportée par quelques aventuriers pendant longtemps.
Les indigènes parlaient d’un animal de couleur fauve, très étrange qui ressemblait à la fois à une chèvre et une antilope.


Le portrait-robot prêtait à sourire :


  • Un long cou

  • Une petite tête

  • 1,50 m de long

  • 90 cm au garrot

  • Environ 100 kg


L’animal est rare et craintif et se cache dans les forêts difficilement accessibles.
Quel beau mythe ! Un animal aussi bizarre qui n’aurait pas été découvert dans un pays comme le Vietnam, colonisé par les Français !
Le pays entier a été quadrillé et un inventaire très précis de la faune a été effectué. Il ne pouvait donc s’agir que de racontars.

Seulement voilà, la légende s’est avérée vraie. En 1993, la très sérieuse revue scientifique Nature fit un article sur cette affaire.
Des chercheurs se sont donc lancés à la poursuite de la bête dans les montagnes du nord du Vietnam, entre 1000 et 1 600 m dans la cordillère Annmitique.
Cette zone s’étend de part et d’autre de la frontière entre le Laos et le Vietnam, dans les provinces de Nghe An et Ha Tinh.
Cette région est couverte d’une épaisse jungle. De plus, elle est habitée par des indigènes qui se sont longtemps livrés à des guerres tribales.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Saola. © [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]-Canon / David Hube


Ce n’est qu’en 1994 qu’un chasseur de tortues a finalement capturé par hasard une jeune femelle.
Brun, tacheté de blanc et doté de ses petites cornes, l’animal a été exposé dans un parc botanique de Hanoi.
Les autorité l’ont baptisé « Vu quang », du nom d’un parc naturel vietnamien où survivraient les derniers survivants.

Le soala a été chassé par les indigènes à raison d’une cinquantaine de spécimens par an. C’est énorme quand on sait que la population est estimée à quelques centaines.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Saola © [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Suite aux premières découvertes, le soala a été étudié et répertorié sous le nom de Pseudoryx nghetinhensis.
Pseudoryx car ses cornes ressemblent à celles de l’oryx et le second nom se rapportant à la région où on l’a découvert.
Ce bovidé se situe effectivement à mi-chemin entre la chèvre et l’antilope. C’est aujourd’hui l’un des animaux les plus rares qui pourrait bien disparaître si son habitat n’est pas préservé.


Des animaux de légende bien vivants
Les océans recouvrent les ¾ de notre planète. Nous avons effectué des vols vers la Lune ou Mars. Peut-on pour autant prétendre que nous connaissons parfaitement l’univers ? Voire même notre système solaire ?
Il est donc tout autant absurde de penser que nous n’avons plus rien à découvrir des fonds marins.
Le requin grande gueule, qui lui aussi a fait l’objet de témoignages prétendument farfelus, n’a été décrit officiellement qu’en 1983.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Requin grande gueule. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Le coelacanthe, pêché depuis bien longtemps par les habitants des îles Comores, a été officiellement répertorié par la science en 1938.
Mais, il a fallu toute l’opiniâtreté d’un scientifique pour que cette découverte soit reconnue.

Il est évident que les plus belles découvertes qui nous restent à faire proviendront sans doute des profondeurs marines.
En savoir plus sur le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Cependant, sur terre, nous sommes loin d’avoir exploré chaque recoin.
L’okapi, qui mesure 1,80 m au garrot, n’a été découvert qu’en 1901. L’animal n’était officiellement qu’une légende colportée par les pygmées du Congo belge. 
Ce « cheval des forêts » se cache toujours craintivement dans la forêt tropicale de l’Ituri au nord-est du Zaïre.

En savoir plus sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Soyons rationnels mais pas obtus
Bernard Heuvelmans a souvent été décrié par les scientifiques et les sceptiques. Il est vrai qu’il a commis de nombreux excès et n’a pas toujours apporté les preuves de ce qu’il avançait. Cependant, sa démarche peu orthodoxe s’est également parfois avérée juste.
Il avait raison, par exemple, quand il prétendait que des varans géants vivaient dans les marais du sud de la Nouvelle-Guinée.
Cela fut confirmé par deux naturalistes au début des années 1970. Cet homme n'était pas un farfelu et il faut aussi commettre des erreurs pour faire avancer la science.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Okapi. © dinosoria.com


Chaque année, on découvre des centaines de nouvelles espèces mais cela concerne des insectes, des poissons et des petits oiseaux.
Des animaux d’aussi petite taille n’intéressent pas le grand public.

Il est certain que le dragon de Komodo découvert en 1912 a eu plus de succès auprès des foules.
Soulignons d’ailleurs que lui aussi, avant sa découverte officielle, n’était que le fruit de l’imagination de quelques navigateurs et indigènes locaux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dragon de Komodo. © dinosoria.com


Il reste de nombreuses créatures à découvrir. Parmi celles qui font fantasmer, le serpent de mer n’est certainement pas une légende si l’on en juge par les tonnes de rapports le concernant.
Dans l’immensité des océans, des créatures étranges peuvent évoluer sans avoir une chance sur mille d’être repérées.
Si nous voulons vraiment faire avancer la science, il nous faut ouvrir notre esprit sans préjugés.
Après tout, nous savons bien que toute légende contient une part de vérité.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12699
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cryptozoologie

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 19:34

Animaux marins


Un serpent géant photographié à Bornéo

Des photos vraiment surprenantes ont été prises par hélicoptère par un membre de l’équipe qui contrôle les dégâts à Bornéo suite aux inondations dans cette région.
Ce serpent de rivière, vraiment gigantesque, semble parfaitement réel.


 A Bornéo, une légende raconte que le Nabau est un terrifiant serpent aquatique qui ressemble à un dragon.
Les villageois qui vivent au bord de la rivière de Baleh à Bornéo sont aujourd’hui convaincus que cette légende n’est pas un mythe et que cette créature existe.
Les habitants affirment avoir observé cette créature.
Etant donné l’origine des photos, le très respecté journal New Straits Times de Kuala Lumpur a décidé de diffuser ces photos en demandant à ses lecteurs de donner leur opinion. Ces photos sont-elles véridiques ou ont-elles été retouchées avec Photoshop ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Photo du Serpent de rivière de Bornéo parue dans le New Straits Times

Bien évidemment, les opinions divergent ; certains sont convaincus qu’elles ont été retouchées, d’autres affirment qu’elles sont véridiques.
Il est vrai que des découvertes très intéressantes ont été effectuées en Amérique du Sud ces dernières années. 
Lors de fouilles dans une mine en Colombie en 2010, les fossiles d’une tortue géante, Cerrejonemys wayuunaiki, ont été découverts.
Cette tortue possédait une carapace aussi épaisse qu’un livre de 400 pages. Cette carapace l’a protégeait des crocodiles et des serpents.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Photo du Serpent géant de Bornéo parue dans le New Straits Times

Cette découverte a fait l’objet d’une description par Edwin Cadena de l’Université de Caroline du Nord dans la revue Journal of Vertebrate Paleontology
Dans la même zone, l’équipe du Smithsonian Tropical Research Institute et du Museum d’Histoire Naturelle de Floride a mis au jour les fossiles d’un serpent préhistorique de très grande taille, Titanoboa cerrejonensis, dont la taille est estimée entre 12 et 15 m de long.
Il vivait dans les forêts tropicales d’Amérique du Sud il y a environ 60 millions d’années et pouvait s’attaquer aussi bien à des crocodiles qu’à des tortues géantes.
Son poids est estimé à environ 1,2 tonnes.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12699
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cryptozoologie

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 19:35

Le monstre du lac Okanagan

Ogopogo est le nom donné au monstre du lac Okanagan. Cet animal est le doyen des monstres lacustres nord-américains.
Ogopogo a été également baptisé le Nessie de l’Amérique du Nord. Mais, en réalité, les rapports sur l’existence d’une créature dans le lac Okanagan sont bien antérieurs à ceux relatifs sur le monstre du Loch Ness.
En effet, les premiers témoignages « modernes » sur Ogopogo remontent à 1850. Mais, bien avant la colonisation du Canada, les Indiens faisaient déjà référence à cette créature.

Le lac Okanagan
Le lac Okanagan a une superficie de 351 km² ce qui en fait le plus grand des lacs de la vallée de l’Okanagan en Colombie-Britannique.
Ce lac est situé à une altitude de 342 m. Il s’est formé après la dernière période glaciaire lors du retrait de la calotte glaciaire, il y a environ 10 000 ans.
C’est un vestige d’un grand lac postglaciaire, le lac Penticton.
Sa profondeur maximum est évaluée à 232 m près de l'île de Grant. Mais, il est certain qu’à certains endroits, la profondeur est bien plus importante.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lac Okanagan. By Steena

Le lac se compose de trois bassins. Au nord, le lac rejoint le lac Kalamalka par Vernon Creek et au sud, il rejoint le lac Skaha par le fleuve Okanagan.
Le retrait du lac glaciaire a laissé des terrasses à la terre fertile sur lesquelles sont cultivés aujourd’hui principalement des arbres fruitiers.
Plusieurs villes ont été construites en bordure du lac dont notamment Vernon, Penticton, Kelowna et Westside.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lac Okanagan. By Sabel

Le lac Okanagan est également un endroit touristique. Parcs et plages ont été aménagés pour les touristes.
Inutile de dire qu’Ogopogo fait partie intégrante du tourisme local. Le monstre vedette a d’ailleurs sa statue grandeur nature dans l’un des parcs.
Témoignages sur Ogopogo
Les rapports concernant ce monstre sont très nombreux. En juillet 1890, le capitaine Thomas Shorts, sur le vapeur Jubila, vit au large de Squally Point un animal de 5 m de long, avec une tête de bélier.
C’était l’un des premiers rapports. Il y en eut encore une demi-douzaine avant 1935. Le journal de Vancouver écrivit plusieurs articles à sensation qui rendirent célèbre notre monstre.
Parmi les nombreux témoignages, il y en a bien sûr beaucoup qui sont des canulars mais quelques faits méritent notre attention.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Statue en l'honneur d'Ogopogo. By Timmy D

Le 2 juillet 1949, Mr.Leslie Kerry, emmena ses amis, la famille Watson, faire une promenade en bateau. Ils virent alors dans l’eau une longue forme reptilienne ondulant verticalement. Le corps faisait environ 9 m de long et les témoins virent une queue fourchue qui s’agitait de haut en bas.
D’autres personnes se trouvaient sur la rive et prirent des jumelles pour observer la créature qui resta visible plus de 15 minutes.
D’après les témoins, la créature était noire et lisse, avec des « anneaux » d’environ 2 mètres. En raison de la distance entre certaines courbes, ils pensèrent qu’il y avait deux animaux.
(Citation Roy P.Mackal, Searching for Hidden Animals, p.222-227)
Le 23 juillet 1968, cinq jeunes skieurs nautiques virent de près Ogopogo. Sheri Campbell fut la première à voir la créature de 6 m de long qui flottait à la surface. Affolée, elle lâcha la corde et faillit se noyer.
Les jeunes gens essayèrent de suivre la créature en bateau mais se trouvèrent vite distancés. 
(Citation Janet et Colin Bord, Alien Animal, p.8-9)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lac Okanagan. By Sabo

Il est plutôt rare que des journalistes soient témoins d’apparition de créatures lacustres. C’est pourtant le cas de Dick Miller, rédacteur du Vernon Advertiser, en 1959. Il faisait une petite croisière sur le lac en compagnie de sa femme et de leurs amis, Mr. Et Mrs. Marten.
Il en publia le récit trois jours plus tard :
« Nous naviguions à 16 km/h lorsque nous avons aperçu, à environ 75 m dans notre sillage, ce qui paraissait être un serpent.
La créature avançait beaucoup plus vite que nous. Je dirai de 25 à 30 km/h. La tête était à environ 25 cm au-dessus de l’eau.
Elle ressemblait à celle d’un serpent, avec un museau court. Cinq bosses étaient nettement visibles. La couleur du corps nous a semblé proche d’un vert très foncé.
Dérangée par le bruit du bateau, la créature baissa la tête et s’enfonça peu à peu sous l’eau. »
(Citation Janet et Colin Bord, Alien Animals, p.6-8.)
Le 3 août 1976, une série de cinq photos a été prise par Ed Fletcher, de Vancouver. Lui et ses amis étaient partis à la recherche de notre monstre et furent récompensés après de nombreuses heures.
Il prit des photos qui montrent un objet long et bossu à la surface de l’eau. (Inexpliqué. p.1837)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'une des photos prises par Ed Fletcher en 1976 (© Fortean Picture Library)

Mais, personnellement, j’ai des doutes sur le fait qu’il s’agisse d’Ogopogo ou même d’un être vivant. On dirait plutôt un effet d’optique. Je penche pour des vagues qui peuvent rester « en suspens » un certain temps. Ce phénomène est fréquent quand des vagues viennent de différentes directions et s’entrechoquent.
Le film controversé sur Ogopogo
En août 1968, une vidéo amateur a été tournée par Art Folden. Lui et sa femme rentraient chez eux, à Chase, le long des berges du lac. A un endroit, sur la nationale 97, juste au sud de Peachland, à 300 m du lac, ils virent quelque chose de gros se mouvoir dans l’eau.
Il avait avec lui une caméra et la braqua donc sur la baie. Il prit une minute de film en plusieurs fois, ne filmant l’objet que quand il était bien visible à la surface. (Inexpliqué. p.1837)
On ne peut pas dire que cet homme a essayé de se faire de la publicité puisqu’il garda son film pendant un an. En 1969, c’est son beau-frère qui le persuada de rendre public cette vidéo.
Projeté en 1970, le film fit sensation. 
Il fit bien sûr l’objet d’un flot de rapports et fut bien sûr contesté. La vidéo par elle-même a été authentifiée mais ce qui y apparaît n’a pas convaincu la communauté scientifique.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Capture extraite du film . © Inexpliqué 1983

On peut y voir une créature d’environ 18 m de long (longueur évaluée en fonction des pins dans l’arrière plan) et d’environ un mètre de large.
L’animal nage très rapidement avec un sillage bien marqué.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Capture extraite du film. © Inexpliqué 1983

Nul doute que ce film n’est pas un canular mais il a été pris de trop loin et ce qui apparaît dessus est vraiment trop flou pour se faire une opinion.

Sur les traces d’Ogopogo
En 1914, une carcasse en putréfaction a été découverte sur les rives du lac Okanagan. A cette époque, l’animal ne put être identifié car la dépouille ne correspondait à aucun animal répertorié de la faune canadienne.
Cependant, cela ne signifie pas grand-chose car en 1914, nos connaissances étaient plutôt rudimentaires.
Il faut toujours rester prudent car les interprétations hâtives sont fréquentes. Par exemple, en 1970, une carcasse en putréfaction s’est échouée à Mann Hill Beach, dans le Massachusetts. Elle pesait 20 tonnes et on a pensé, un peu trop vite, qu’il s’agissait d’un animal marin inconnu.
En réalité, ce n’était qu’un requin pèlerin de grande taille.
Plus de 200 témoignages ont été retranscrits depuis le 19e siècle concernant le monstre du lac Okanagan. Mais, aucune photo, ni vidéo ne prouvent avec certitude qu’un animal inconnu ou plusieurs ont élu domicile dans ce lac.
Constellé de milliers de lacs, le continent nord-américain regorge de légendes concernant des créatures inconnues. Plus de 90 lacs sont supposés abriter des animaux non identifiés. Très peu de témoignages sont étayés de photos ou de films authentifiés.
Les premières légendes ont été transmises par les Indiens.
Comme dans toute tradition folklorique, les mythes largement déformés par la transmission orale peuvent cacher quelque chose de bien réel.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12699
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cryptozoologie

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 19:35

Le monstre du lac Champlain

Le lac Champlain est un lac d’Amérique du Nord, à la frontière du Canada et des États-Unis (État de New York et Vermont).
Les histoires du monstre du lac Champlain, dans le Vermont, remontent à plus d'un siècle. À cette époque, on s'intéressait moins au monde naturel et à sa conservation, et cette créature reptilienne fut l'objet de plusieurs campagnes de chasse.
Devenu célèbre, le monstre a été gentiment baptisé « Champ ».

Le lac Champlain
Pour ceux qui ne connaissent pas ce lac, il est important de préciser qu’avec une superficie de 1 550 km², le lac Champlain est la sixième plus grande étendue d'eau des Etats-Unis.
Il envoie ses eaux au Saint-Laurent par le Richelieu, et communique grâce à un système de canaux avec l’Hudson et le lac Érié. Il doit son nom à Samuel de Champlain qui le découvrit en 1609.C’est lui qui fonda Québec en 1608.
Ce lac très important contient 80 îles et atteint 19 km de large au maximum. C’est son extrémité nord qui se situe au Québec.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lac Champlain. By Bcpnyc

Le lac est entouré d’une très belle vallée montagneuse appelée Champlain Valley.
Toutes les expéditions effectuées en vue de repérer le monstre n’ont pas été facilitées par l’importance de la superficie à couvrir.
Les témoignages sur le monstre du lac Champlain
Dans les années 1880, un groupe de chasseurs prétendit avoir trouvé sa proie et l'avoir tuée.
« II n'y avait que vingt-cinq pieds entre nous et le serpent en furie. Nous l'avons chacun atteint d'une balle quand la tête parut tourner et que le corps immense commença à onduler... Des jets de sang fusèrent de sa tête... À la fin, les chasseurs excités virent un spasme parcourir l'immense longueur du corps du serpent... et il ne remonta plus. »
Nous ne détenons aucune preuve que ces chasseurs ont effectivement tuées une créature reptilienne inconnue.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lac Champlain. By Sleepyneko

Ce qui a relancé l’affaire, c’est le témoignage et surtout la photo prise, par Sandra Mansi, en 1977.
Au début du mois de juillet 1977, Sandra Mansi contemplait avec un ami la calme beauté du lac Champlain, lorsqu'ils remarquèrent que l'eau se mettait à s'agiter, et virent apparaître une tête sur un long cou souple, recourbée au-dessus d'une masse noire. Il ne s'agissait pas d'un poisson.
En dépit de son effroi, Sandra Mansi eut la présence d'esprit de s'emparer de son appareil et de prendre rapidement quelques photos. Elle réussit à en prendre une très nette d'un être apparemment animé, de couleur brun-gris et de forme serpentine.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Champ en 1977. © Sandra Mansi

Quelque temps plus tard eut lieu une audition publique à Montpelier, capitale du Vermont, pour appuyer le dépôt d'une loi visant à protéger la créature. Sandra y déclara avec ferveur :
« Je veux simplement que vous sachiez que "Champ" existe. Croyez-moi, il est bien là! » (New York Times, 31 août 1981, Pursuit, printemps 1981.)
Cette photo a fait l'objet d'analyses scientifiques poussées et personne jusqu'ici n'a émis de doutes sur son authenticité.
Par une décision officielle datée du 6 octobre 1980, la municipalité de Port Henry, un village à la pointe sud du lac Champlain, interdit de poursuivre les monstres marins.
La protection de Champ
Les défenseurs de Champ déclarèrent que toutes les eaux du lac au voisinage de Port Henry seraient interdites « à quiconque ferait du mal, poursuivrait ou tuerait le monstre marin du lac Champlain ».
Comme s'il était encouragé par cette résolution, le monstre fit de multiples apparitions en 1981.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Champlain Valley. By Dus

Robert Brown, le maire de Port Henry, se réjouissait de l'élan donné au tourisme local. Au moins trois douzaines de personnes ont vu le monstre au cours de l'année, d'après le New York Times. ((New York Times, 4 octobre 1981 ; Pursuir, été 1981.)
Une jeune femme a pris quatre photos de Champ qui apparemment ont été authentifiées.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lac Champlain. By Alexander Somma

Selon plusieurs hypothèses, la créature connue sous le nom de « Champ » serait un plésiosaure, un animal préhistorique disparu il y a soixante-cinq millions d'années. Difficile de se prononcer en l’absence de la dépouille de l’animal.
Car le problème est bien là comme pour toutes les créatures non répertoriées. Il est donc préférable de laisser Champ onduler dans le lac.
Notre star se laisse photographier pour le plus grand plaisir des touristes et donc de l’économie locale.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12699
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cryptozoologie

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 19:35

Monstres aquatiques et marins dans le monde

Certains « monstres » sont bien connus du grand public. Le monstre du Loch Ness est la star des créatures mystérieuses qui hantent nos lacs.
Les seuls noms de « serpent de mer » ou « monstre lacustre » ont un parfum de mythe, comme si ces créatures insaisissables n’étaient que le fruit de notre imagination.
On trouve cependant des milliers de témoignages dignes de foi, de la Sibérie à l’Ecosse, relatifs à l’existence de ces créatures.
La Chine ne fait pas exception à la règle bien que les premiers témoignages n’aient été révélés que depuis une vingtaine d’années.
Beaucoup de ces créatures inconnues portent des sobriquets : Champ, du lac Champlain ; Ogopogo, du lac Okanagan ; Igopogo, du lac Simcoe ; Manipogo, de lac Manitoba ; Chessie, le serpent de mer de la baie de Chesapeake.
Ces surnoms rassurants permettent de rendre acceptable l’incroyable et d’une certaine manière annihile la terreur que ces monstres pourraient inspirer.
Bien évidemment, toutes ces créatures sont devenues des attractions touristiques très lucratives. 

Les monstres chinois
En 1980, deux journaux officiels chinois ont signalé que des formes de vie inconnues avaient été aperçues dans des lacs de Mandchourie et du Tibet.
Le Peking Evening News a rapporté qu’une étrange créature ressemblant à un dinosaure avait été vue à plusieurs reprises dans le lac Wenbu, au Tibet.
Ce monstre aquatique aurait attrapé un yack sur la rive et l’aurait dévoré.
Le témoignage a d’autant plus de poids qu’il émanait d’un représentant local du parti communiste. L’homme amenait le yack au marché au moment de l’attaque.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un Yack peut peser jusqu'à une tonne. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

D’après le même journal, d’autres observations ont été faites dans un lac de cratère, en haute montagne, dans la province de Jilin.
Des touristes, ainsi que l’équipe d’une station météo proche prétendent avoir vu une créature avec une tête ressemblante à une vache, mais en plus grosse, et un bec plat comme celui d’un canard.
Elle se déplaçait à très grande vitesse laissant derrière elle un sillage semblable à celui d’un bateau.
A la fin de 1981, le Guangming Daily signale qu’un auteur chinois respecté du nom de Lei Jia aurait vu par deux fois une créature aquatique dans la région montagneuse de changbai, en Mandchourie.
L’animal mystérieux, à l’apparence de reptile, aurait fait environ 2 m de long, avec une tête ovale et un long cou.
Trois météorologues disent l’avoir également aperçu. Ils ont tiré mais ont manqué leur cible.
Le monstre du lac Champlain
Au début du mois de juillet 1977, Sandra Mansi contemple avec un ami le lac Champlain. Soudain, ils remarquent que l’eau est agitée. Quelques secondes après, ils voient surgir une tête sur un long cou flexible.
La créature fait plusieurs mètres de long.
En dépit de la peur, Sandra a la présence d’esprit de s’emparer de son appareil et de prendre rapidement quelques photos.
L’une d’entre elles est particulièrement nette et n’a fait l’objet, d’après les experts, d’aucun trucage.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Photo prise par Sandra Mansi en 1977

On peut effectivement voir sur cette photo une créature au corps massif brun-gris, de forme reptilienne avec un long cou et une petite tête ovale.
C’est ainsi que Champ est devenue une créature protégée par l’Etat du Vermont.
Le monstre de la White River
A Newport, dans l’Arkansas, on signala la présence de plusieurs monstres dans les années 1970.
Le 28 juillet 1971, Cloyce Warren, de la Société forestière de la White River, allait à la pêche avec deux amis.
Ils amarrèrent leur bateau et lancèrent leurs lignes.
Tout à coup, à environ 200 mètres, ils virent jaillir une énorme colonne d’eau. Voilà la description que Warren en fit :
« Une forme gigantesque monta en surface et se mit à nager au milieu de la rivière, en s’éloignant de nous.
La créature semblait avoir une échine épineuse, s’étendant sur une dizaine de mètres. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Cette unique photo est bien trop floue pour apporter un quelconque indice

Le témoin n’avait qu’un petit Polaroïd et prit une photo, très floue, publiée par le Newport Daily Independant.
Qui sont ces créatures ?
Tout d’abord, il ne s’agit pas d’une créature. D’après tous les témoignages récoltés dans le monde entier, il s’agit de plusieurs espèces différentes de créatures sous-marines de grande taille.
Des tentatives d’identification ont été faites dans la mesure où de nombreuses observations aboutissent à des portraits-robots identiques.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ce dessin illustre la créature décrite par le missionnaire norvégien Hans Egede en 1734. Il se rendait au Groenland quand il aperçut un animal marin qui dressa sa tête au-dessus de l'eau

Les énormes créatures dotées de tentacules rencontrées à l’époque des Grecs et des Romains, connues sous le nom de « kraken » par les Norvégiens, sont généralement considérées comme des calmars géants.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les hommes d'équipage de l'Alecton arrivèrent à attraper en 1861 un calmar géant, mais la corde glissa, et ils ne hissèrent à bord qu'un morceau de queue pesant 20 kg

Le monstre de la White River de l’Arkansas n’est rien d’autre, pour le Dr Mackal, qu’un éléphant de mer mâle, un adulte de grande taille, perdu en dehors de son habitat ordinaire. Ce solitaire avait dû remonter du Mississippi jusque dans la White River.
L'échine épineuse ne correspond cependant pas à la morphologie de l'éléphant de mer.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

D'après le rapport officiel fait à l'Amirauté britannique par le capitaine du Daedalus, en 1848, un "serpent de mer" long de 18 m frôla son navire, alors qu'il se trouvait dans l'Atlantique Sud. Lui et les membres de l'équipage remarquèrent qu'il y avait une "sorte de crinière" le long de l'épine dorsale

Le grand serpent de mer, décrit comme faisant des ondulations verticales, pourrait très bien être, selon certains chercheurs, le zeuglodon plus connu sous le nom de Basilosaurus.
Cette espèce primitive de baleine à dents s’est officiellement éteinte à la fin de l’Eocène.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Squelette de Basilosaurus. By [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Zeuglodon « à dents de scie » est l’ancien nom de cet animal. Lorsque les ossements furent découverts, vers 1830, on pensait qu’il appartenait à un dinosaure.
Cette baleine primitive ressemblait à un grand serpent de mer.
D’ailleurs, ses os ont servi à monter un célèbre canular sur un prétendu serpent de mer, il y a une bonne centaine d’années.
Il n’en reste pas moins que Basilosaurus possédait un corps très allongé et ondulait sa longue queue dans les océans de l’Eocène.
Si une petite population a survécu, elle ne serait pas plus ancienne que le coelacanthe ou la tortue géante des Galápagos.
Plusieurs descriptions correspondent au Basilosaurus, notamment le monstre du lac Okanagan, celui du lac Champlain ainsi que les serpents de mer de la Colombie-Britannique.
Mais, on peut également y voir un plésiosaure, particulièrement pour la créature du Lac Champlain.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Cette reconstitution d'Ogopogo, le monstre canadien du lac Okanagan, a été faite d'après les descriptions des témoins. Sa présence a été signalée au moins 200 fois depuis 1 700

La dépouille repêchée par les Japonais en 1977 au large de la Nouvelle-Zélande, dont certains échantillons de tissus ont été analysés, ressemble à s’y méprendre à un plésiosaure. C’est en tout cas la conclusion des scientifiques japonais qui ont analysé les restes rapportés par les pêcheurs.
La créature pesait environ 2 tonnes et mesurait une dizaine de mètres.
Dommage que la dépouille en putréfaction ait été jetée par-dessus bord car pour une fois on aurait pu identifier avec précision l’un de ces monstres. Cependant, on a pu distinguer, outre le long cou, une longue queue et quatre nageoires.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Photo prise par les Japonais en 1977

Les deux plésiosaures qui sont le plus souvent cités par rapport aux témoignages sont l’élasmosaurus et le thalassomedon.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Thalassomedon. (National Geographic, Matte FX et NGM Art © 2005)

La morphologie des plésiosaures correspond également aux descriptions de certains monstres lacustres tels que le monstre du Loch Ness.
Concernant les deux créatures chinoises, celle de Mandchourie correspond aux descriptions habituelles, à savoir un animal à la forme reptilienne avec une petite tête et un long cou.
Par contre, celle de la province de Jilin est différente. Malgré mes recherches, je n’ai trouvé aucune créature aquatique préhistorique correspondante à la description.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12699
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cryptozoologie

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 19:36

Un monstre marin dans la nuit

Volontaires pour une opération de survie, deux parachutistes britanniques, le capitaine John Ridgway et le sergent Chay Blyth, ont mis 92 jours pour traverser l’Atlantique à la rame dans un bateau de 6 m, en 1966.
Avant l’aube du 25 juillet, le sergent étant endormi, Ridgway, lui-même somnolent, pesait machinalement sur les rames, quand quelque chose troubla la paix nocturne.

Ridgway en fit le récit suivant :
« Je sursautai, brusquement alerté par une sorte de glissement à tribord. Je regardai dans l’eau et vis soudain la forme ondulante et sinueuse d’un grand animal marin.
Ses contours se trouvaient soulignés par la phosphorescence de l’océan et comme cernés d’une guirlande de lumières au néon.
Il était d’une taille énorme, quelque 10 m ou plus de long, et se dirigeait vers moi à vive allure.
J’ai dû l’observer environ 10 secondes. Il fonça droit sur moi puis disparut sous le bateau. »
Paralysé par l’apparition, le capitaine cessa de ramer. Il chercha des yeux l’animal, mais ne vit rien. Puis, quelques secondes après, il entendit le bruit d’un « gigantesque plongeon ». Il pensa que le monstre marin avait refait surface pour à nouveau s’immerger.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Illustration de la description de l'animal selon Ridgway

Les deux militaires avaient rencontré des requins, des dauphins, des tortues de mer, des poissons volants et toutes sortes d’animaux marins au cours de leur périple. Mais, Ridgway affirma que cette créature ne ressemblait à aucun de ces animaux.
À son retour, il conclut son aventure ainsi :
« Je peux dire, que j’ai vu un “serpent de mer” de mes propres yeux et que, désormais, je ne suis plus sceptique. »
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12699
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cryptozoologie

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 19:36

Monstre du Loch Ness

Le loch Ness, en Ecosse, est le refuge supposé d’un monstre baptisé Nessie.
Le monstre du Loch Ness défraye la chronique depuis les temps les plus reculés.
S’étendant sur 42 kilomètres de long, ce loch constitue la plus grande étendue d’eau douce de toute la Grande-Bretagne. Les eaux sombres sont profondes à certains endroits de près de 300 mètres.
Entre canulars, publicité touristique et témoignages authentiques, les sceptiques ont beaucoup de mal à discerner la vérité.
Afin d’y voir un peu plus clair, j’ai sélectionné les témoignages les plus intéressants et surtout les preuves rapportées par les expéditions scientifiques.
Je pense en toute objectivité que notre tendance au scepticisme vis-à-vis de l’insolite ne doit pas nous pousser à nier tout ce que nous ne pouvons expliquer. A contrario, je pense également qu’il n’est pas rationnel, ni souhaitable de nous réfugier dans le paranormal afin d’oublier nos propres angoisses.
La dernière vidéo, réalisée en mai 2007, semble véridique. Cette vidéo a été réalisée par Gordon Holmes et doit être analysée dans les prochains jours.

Quelques témoignages sur le monstre du Loch Ness
C’est en 1933 qu’un chirurgien londonien en vacances prit le premier cliché du monstre. La photo aurait été prise selon lui à environ 500 ou 800 mètres. Elle fut publiée dans le Daily Mail de Londres et souleva la plus belle controverse du 20e siècle.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Première photo du monstre du Loch Ness prise par Hugh Gray en 1933. Il n'y aurait aucun trucage d'après les techniciens de la firme Kodak

Le document le plus célèbre est celui réalisé en 1960 par l’ingénieur en aéronautique, Tim Dinsdale. On peut y distinguer une bosse, d’un brun rougeâtre, qui traverse le loch puis tourne et longe la rive opposée. Les experts qui examinèrent la pellicule ne décélèrent aucun trucage.
Le 14 octobre 1971, le père Grégory Brosey contemplait le lac en compagnie d’un visiteur de l’abbaye bénédictine.
Subitement, une violente agitation des eaux les fit sursauter. A 300 mètres, un grand animal se profila. Il dressa la tête à 2 mètres de haut puis s’éloigna.
Le 8 juillet 1975, Allen Wilkins, un enseignant, et son fils virent à 7h20 une forme noire d’environ 7 mètres apparaître et disparaître.
A 10h12, l’enseignant accompagné de sa femme, photographia trois grosses bosses triangulaires. Les bosses disparurent à l’approche d’un bateau à moteur.
A 21h25, Wilkins et plusieurs personnes virent une tâche noire émergeante de l’eau et formant deux bosses.
Le 21 juillet 1976, deux mécaniciens d’Inverness se trouvaient sur un bateau lorsqu’ils virent une bosse dans leur sillage. Ils firent demi-tour pour aller voir ça de plus prêt. Là, ils observèrent cinq bosses noires, de 3 à 4 mètres de long et d’un peu moins d’un mètre de haut. Ils purent observer ce ballet aquatique pendant une quinzaine de minutes.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La fameuse photo du Docteur Wilson, prise en 1934, n'était qu'une supercherie. Le canular n'a été découvert qu'en 1994

Il existe une multitude de témoignages et il est impossible de tous les citer. Plusieurs milliers ont été répertoriés qui ont permis de faire un portrait robot de l’animal.
Dernière vidéo de Nessie (mai 2007)

Un scientifique amateur a tourné des images du fameux monstre du Loch Ness fin mai.
Gordon Holmes dit avoir vu un objet noir de jais d'environ une quinzaine de mètres de long se déplaçant très rapidement dans l'eau, et a cru qu'il pourrait s'agir d'une très grosse anguille. "Je ne pouvais en croire mes yeux", a déclaré le technicien de laboratoire de 55 ans.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Un amateur de Nessie et biologiste marin, Adrian Shine, du Loch Ness 2000 Centre à Drumnadrochit, sur les bords du lac, a visionné la vidéo et espère pouvoir l'analyser au cours des prochains mois. "Je me considère comme étant un observateur sceptique de ce qui se passe dans le loch, mais je garde l'esprit ouvert", a-t-il déclaré. "Il n'y a pas de doute que ces images sont parmi les meilleures que j'ai jamais vues".
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Photo très floue de la créature en 2007

Adrian Shine a déclaré que la vidéo était particulièrement utile, puisque Gordon Holmes y effectue un panoramique afin de capter les berges à l’arrière plan, ce qui réduit considérablement les risques de vidéo truquée.
Les médias écossais sont sceptiques quand surviennent de prétendues observations du monstre, mais les images de Gordon Holmes sont si probantes que même la très sérieuse BBC les a présentées à son principal bulletin d'informations de mardi.
Le portrait robot de Nessie
L’animal possède une tête reptilienne, un long cou qu’il peut dresser à environ 2 mètres au-dessus de l’eau ainsi que de grands yeux.
Il possède deux ou trois bosses sur le dos. La queue est mobile et créée des remous importants quand il nage.
L’animal semble inoffensif et plutôt farouche.
Il est troublant de constater que les photos prises montrent une grande ressemblance entre Nessie et les plésiosaures, notamment les élasmosaures.
Le plus connu des élasmosaures, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], vivait au Crétacé supérieur. Aucun de ses restes n’a été retrouvé en Europe.
Par contre, d’autres plésiosaures vivaient en Europe et notamment en Angleterre comme [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Plesiosaurus hawkinsi (espèce incertaine), du Jurassique inférieur (Angleterre). (British Museum Natural History) © dinosoria.com

Cependant, ces reptiles marins disparus ne ressemblent pas au monstre du Loch Ness. Les bosses sur le dos, par exemple, posent un problème. De plus, les Plésiosaures sont censés avoir vécu dans un milieu marin salé et non en eau douce.
A ce propos, les partisans de l’existence du monstre ont avancé l’argument suivant :
« A la fin du dernier âge glaciaire, il y a 10 000 ans environ, la fonte des glaces a fait considérablement monter le niveau des mers. Emportés par cette montée des eaux, plusieurs plésiosaures auraient pu se trouver jetés dans les eaux du loch nouvellement formé ».
Cet argument implique deux choses :
D’une part, cela voudrait dire que les plésiosaures ont survécu à la grande extinction de la fin du Crétacé
D’autre part, qu’ils auraient réussi à s’adapter à une eau gelée. Très franchement, du point de vue géologique, c'est impossible. Si des plésiosaures avaient survécu, ils auraient été congelés par la pression des glaciers
Le fait de ne pouvoir identifier avec précision cet animal d’après les photos ne prouve pas qu’il n’existe pas car nous sommes loin de connaître toutes les espèces qui se sont succédées au Mésozoïque.
Par contre, les paléontologues n’ont pas retrouvé, à ce jour, de fossiles de reptiles marins datés d’une période postérieure au Crétacé. Officiellement, tous les reptiles marins ont disparu en même temps que les dinosaures à la fin du Crétacé.
A la recherche de Nessie
Il est difficile de prouver l’existence du monstre en raison de son aptitude à ne pas vouloir se montrer quand il le faudrait.
Mais, pour rester objective, je rajouterais que les eaux du loch sont difficiles à explorer. La détection électronique n’y est pas toujours possible et l’opacité des eaux n’arrange rien. La visibilité moyenne est de 1,50 mètre.
En 1972, l’Académie de science appliquée organisa une expédition scientifique, dirigée par le professeur Robert Rines.
La nuit du 8 août, vers une heure du matin, l’équipe commença à voir dans le rayon sonar les traces épaisses et noires d’une grande masse en mouvement, traces semblables à celles obtenues par l’expédition de 1970.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tracés du sonar

Le sonar enregistra l’apparition de deux gros objets. La caméra stroboscopique photographia les tâches détectées.
En raison de l’opacité de l’eau, les vues étaient floues. Cependant, l’analyse par ordinateur révéla des images intéressantes :

  • Un grand aileron en mouvement de 1,20 à 1,80 mètre de long

  • Deux objets ressemblant à des gros animaux, l’écart entre les deux corps était d’environ 3,50 mètres


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Image qui ressemble à un grand aileron capté par une caméra immergée

En juin 1975, une nouvelle expédition fut organisée avec un matériel de détection plus sophistiqué. Plusieurs photographies montrent :

  • Une partie d’un corps rosâtre

  • Le torse antérieur, le cou et la tête d’un animal vivant ainsi que deux courts ailerons


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Photo prise par une caméra immergée lors de l'expédition

La meilleure photo montre la tête de l’animal. Elle a été prise de profil et l’on peut observer une gueule ouverte et plusieurs excroissances formant des cornes.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les scientifiques, après analyse des différentes photos, ont décrit l’animal de la manière suivante :

  • Un animal d’une longueur total de 6 mètres avec un cou épais de 45 centimètres

  • Une gueule de 22 centimètres de long et 13 centimètres de large

  • Des cornes de 15 centimètres, écartées de 25 centimètres


Il est à souligner que les photos rapportées par cette expédition ébranlèrent sérieusement les scientifiques les plus sceptiques.
Cependant, de nombreux experts estiment qu’il n’y a là pas matière à certitude. On ne peut les en blâmer étant donné l’aspect très flou des prises de vue. D’une manière générale, les scientifiques hésitent par peur du ridicule. Certains comme le professeur Maurice Burton, attaché au département d’histoire naturelle du British Muséum, se sont montrés de fervents partisans de l’existence du monstre pour subitement devenir les adversaires les plus acharnés. Le zoologue hollandais Oudemans a, lui, consacré deux mémoires au monstre et a conclu à son existence.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Thalassomedon ressemble également à certaines descriptions du monstre du Loch Ness. (National Geographic, Matte FX et NGM Art © 2005)

En 1987, une nouvelle expédition à grande échelle est mise en œuvre. Le nombre de navires et la distance entre chaque embarcation avaient été calculés pour que les faisceaux d’ultrasons envoyés par les 24 échosondeurs embarqués se recoupent et ne laissent pas un seul centimètre carré du loch inexploré.
Devant 300 journalistes venus du monde entier et 15 réseaux de télévision nationaux, les responsables de l’expédition avouèrent n’avoir rien découvert d’extraordinaire.
Ils enregistrèrent seulement trois échos curieux dont l’un fort et persistant à une profondeur d’environ 200 mètres.
Le banc de poissons était exclu mais on a suggéré que ça puisse être un tronc d’arbre.
Le monstre du Loch Ness existe-t-il ?
Je crois que le terme « monstre » fausse le débat. Qui dit monstre, dit légende ou animal fantastique.
Personne ne nie qu’il existe au fond de ce loch un ou plusieurs animaux, peut-être inconnus. Le terme « animal » ramène cette controverse sur un terrain plus rationnel et sans doute moins passionné.
Il existe au fond des océans de nombreuses formes animales totalement inconnues. Chaque nouvelle expédition, à des profondeurs de plus en plus importantes, permet aux scientifiques de découvrir de nouvelles espèces. 
Il est certain qu’une forme de vie a élu domicile dans ce lac. Cependant, rien ne prouve qu’il s’agit d’un animal préhistorique comme une espèce proche de l’Elasmosaurus. Comme je l’ai déjà souligné, les descriptions ne concordent pas.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Photo prise en 1977 (Véridique ou canular ?)

Il est plus probable que ces animaux, car il y en a plusieurs, nous sont tout simplement inconnus ou parfaitement connus mais non identifiés. La gigantesque caverne sous-marine découverte par le submersible Pisces en 1969 est-elle le repaire de ces créatures ? J'en doute beaucoup.
Une chose est certaine, Nessie n’est pas un cas unique. De nombreuses autres créatures ont été observées, voire repêchées à travers le monde.
Théorie sur le monstre du Loch Ness (envoyé par Jay le 22/04/2005)
Cet été je suis allé en Ecosse et comme tous les touristes qui se respectent, je suis allé au Loch Ness !
Bon autant le dire tout de suite, je n'ai vu aucun monstre mais j'ai lu le guide du routard à propos de ce lac.
Voila l’une des explications qu’ils donnaient (selon une théorie d’un ingénieur anglais):
Il y aurait des troncs d’arbre au fond du lac et, la nature de l'eau, de la végétation et surtout la pression font que ces troncs sont chargés en gaz.
Avec le temps, certains par la poussée d’Archimède remontent à la surface, et quand ils l’atteignent, le gaz emprisonné se trouve libéré (moins de pression) ce qui fait plein de bulles. 
Les gens voient des grandes formes noires, des bulles, des remous, les mouvements d'une forme noire, (comme un bouchon de liège qu’on lâche du fond d’un verre) qui, une fois le gaz échappé, ce ré-remplissent d’eau et coulent.
Ainsi ils disparaissent au fond du lac.
Ca expliquerait les écarts entre les différents témoignages, troncs d’arbre de formes différentes, et le fait qu'on ne trouve rien au fond.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12699
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cryptozoologie

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 19:36

n monstrueux crocodile

Le Sacramento voguait en plein Atlantique, en 1877, lorsqu’apparut un animal jaunâtre ou roussâtre, à tête de crocodile, et long de 15 à 18 mètres.
Des palettes natatoires étaient visibles, à trois mètres en arrière de la tête.

Déjà vers 1860, W.H Marshall, rédacteur en chef d’un journal de Rangoon, était à bord du Némésis au large de la Birmanie, lorsqu’il aperçut une sorte de gigantesque crocodile nageant rapidement à contre-courant.
Il mesurait plus de 13 mètres.

Plus récemment, en août 1976, un crocodile de 15 mètres a été signalé sur les côtes de Bornéo.

On l’accusait d’avoir tué un bûcheron.
Un pêcheur parvint à le harponner, et l’on retrouva son cadavre le lendemain. Il pouvait s’agir d’un crocodile marin, car c’est le plus grand crocodile. Cependant, il n’atteint jamais 15 mètres de long, du moins à notre connaissance.

S’agissait-il d’une variante géante inconnue, ou d’un de ces survivants de la préhistoire comme on en signale périodiquement un peu partout dans le monde ?
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12699
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cryptozoologie

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 19:37

Serpent de Mer

En juillet 1897, l’Avalanche, un bâtiment de guerre français, rencontre dans la baie d’Along, à trois reprises un animal marin qualifié de « grand serpent de mer ». Il tire au canon sur la créature sans réussir à la toucher.
Avant lui, d’autres navires ont croisé des « serpents de mer ». Le serpent de mer reste une des plus grandes énigmes de la zoologie.

La Baie d’Along et le serpent de mer
En 1898, un Lieutenant de Vaisseau relate ses démêlés avec des créatures marines. Selon sa déposition, deux animaux marins longs d’environ 20 mètres et d’un diamètre de 2 à 3 m apparaissent à la surface de l’eau alors qu’il patrouille dans la baie d’Along.
Ils se déplacent en ondulant verticalement et non comme le font les serpents.
L’officier ordonne qu’on leur tire dessus au canon mais les marins les ratent. Les deux créatures marines, effrayées, plongent en soufflant bruyamment. Les témoins ont cependant le temps de voir leurs petites têtes.
La même année et au même endroit, c’est au tour de l’Avalanche de rencontrer nos deux serpents marins. Mais cette fois, un des tirs atteint sa cible ce qui ne semble d’ailleurs pas blesser l’animal qui plonge rapidement.
Le navire essaye d’éperonner une des bêtes mais elle se montre beaucoup trop rapide. La chasse va durer pendant plus d’une heure. Les marins peuvent observer à loisir l’animal. Voilà la description qui en est faite : « sa taille avoisine la trentaine de mètres, sa peau est grise et lisse, ses nageoires sont noires et chacune de ses émersions est précédée d’un jet de vaporisation d’eau issu de la violence de sa respiration.
Sa tête ressemble à celle d’un phoque mais en deux fois plus grosse. On aperçoit des formes en dents de scie qui suivent la ligne de son dos. »
Des rencontres récentes avec les monstres marins
En février 2012, Hjörtur Kjerúlf ,un islandais, a affirmé avoir vu et filmé un serpent de mer à la taille gigantesque. L'animal ondulait dans l'estuaire d'une rivière de l'île. Selon le Huffington Post, la créature mesurerait 15 m de long. 
La vidéo de ce serpent de mer montre « une créature » plutôt floue ondulant sous l’eau. (lien en fin de dossier)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Cependant, il est impossible pour le moment d'affirmer que cette vidéo n'est pas truquée ou qu'il ne s'agit pas d'un nouveau canular.
C’est en tout cas ce que pense un spécialiste des animaux légendaires du lac Lagarfljótsormurinn.
Toujours en 2012, Des photos vraiment surprenantes ont été prises par hélicoptère par un membre de l’équipe qui contrôle les dégâts à Bornéo suite aux inondations. (lien en fin de dossier)
Le 30 juillet 1915, le sous-marin allemand U-28 coule le vapeur britannique Iberia. Le bateau explose entre 100 et 200 mètres de profondeur.
Avec les débris projetés en l’air, une sorte de gigantesque crocodile marin de 20 m de long est éjecté et retombe en se débattant dans l’eau.
Le 30 décembre 1947, le paquebot américain Santa Clara heurte au large de la Caroline du Nord un animal en forme d’anguille d’environ 15 m de long. L’animal, blessé à mort, coule dans une grande flaque de sang.
En octobre 1969, le sous-marin de poche Alvin se retrouve face à face, au large des Bermudes, à 270 m de profondeur, avec un grand animal à tête de reptile et au long cou. Malheureusement, l’animal s’enfuit avant d’avoir pu être filmé.
Certaines descriptions font beaucoup penser à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ou [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Elasmosaurus. (North American Museum of Ancient Life). By [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

En avril 1977, le chalutier japonais Zuiyo Maru remonte une énorme dépouille d'environ 10 m de long. Les photographies montrent un animal à long cou et à longue queue ressemblant à un plésiosaure.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La dépouille repêchée par le chalutier japonais

Malheureusement, le capitaine fait rejeter le corps à la mer à cause de l’odeur. Cependant, certains échantillons de tissus ont été analysés.

Des monstres aux différentes identités
Si tous les témoignages prouvent que des animaux totalement inconnus subsistent au fond des mers, par contre, leur description montre qu’il s’agit d’animaux différents. Le Dr Bernard Heuvelmans en a répertorié cinq.
Deux animaux observés seraient des pinnipèdes « à long cou ».
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une super loutre dessinée par B.Heuvelmans

Trois autres appartiendraient à la famille des cétacés et se rapprocheraient des archaeocètes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Créature multi bosses dessinée par B.Heuvelmans

Enfin, l’animal éjecté en 1915 serait soit un crocodile géant ancien, soit un [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] rescapé de la préhistoire.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Squelette d'un Mosasaure. © dinosoria.com

De plus, il existerait encore des anguilliformes géants. Un individu qui venait de naître a été repêché et il mesurait déjà 2 m de long.

Parmi les poissons connus qui ont une allure serpentiforme, le régalec est également un bon candidat pour certaines observations.
Mon Avis
Cela semble difficile à croire. Personnellement, je suis trop rationnelle pour croire aux monstres et autres espèces issues de notre passé qui prendraient la pose le temps d'une photo, souvent très floue d'ailleurs.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Thalassomedon (National Geographic, Matte FX et NGM Art © 2005)

Il est vrai que la liste de ces "monstres" est longue, monstre du Loch Ness, Yeti ...., et les témoignages pas toujours très fiables.
Cependant, si j'ai ouvert ce dossier c'est que certains témoignages sur l'existence d'une créature baptisée "serpent de mer" proviennent de personnes qui de toute évidence ne sont pas des illuminés, ni des plaisantins. J'imagine mal un militaire, risquer de se mettre à dos sa hiérarchie, pour s'amuser. Des scientifiques ont également aperçu des animaux non identifiés.

Alors, effectivement, des créatures issues de la préhistoire vivent ou vivaient encore peut-être il n'y a pas très longtemps dans nos océans. Reste à pouvoir en observer une pour pouvoir l'identifier.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12699
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cryptozoologie

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 19:37

Une méduse géante

En été, nous pouvons observer des méduses s’échouer sur nos plages mais elles ne dépassent pas 50 cm de diamètre.
Des méduses de plus d’un mètre de diamètre sont plutôt rares dans nos régions. Par contre, il existe dans les mers arctiques des méduses dont les tentacules peuvent se dilater pour atteindre 40 m et dont « l’ombrelle » peut atteindre 2 m de diamètre.
C’est d’ailleurs le record officiel de taille pour les méduses.


D’énormes méduses auraient été signalées dans le Pacifique. Ainsi, en 1973, un cargo « le Kuranda »se trouvait au large de Sydney. Il fut presque recouvert par une vague et se retrouva avec, sur le pont, une gigantesque masse gélatineuse, qui aurait pesé dans les 20 tonnes d’après les marins.
Il s’agissait d’une énorme méduse. Ses tentacules, dont certains atteignaient 60 m, fouettèrent furieusement le pont et enlacèrent la salle des machines.
L’un d'eux frappa mortellement la vigie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une méduse de taille normale . By [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le Kuranda envoya un S.O.S, et un autre navire arriva à sa rescousse. Son équipage put rejeter le fantastique animal à la mer à l’aide de puissantes lances à incendie.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12699
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cryptozoologie

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 19:37

Animaux terrestres


Le mille-pattes de la baie d’Along

La baie d’Along, sur la côte du Tonkin, est connue pour sa beauté mais également pour ses créatures étranges.
Plusieurs créatures marines inconnues ont été observées dans cette baie au cours des 100 dernières années.
Apparemment, certains monstres marins des environs sont très différents de ceux que l’on a déjà observé un peu partout dans le monde.

En 1883, un Annamite, Tran Van "C.." rapporta une étrange histoire. Il affirma avoir découvert sur la rive de la baie d’Along la dépouille d’un animal inconnu.
Cette dépouille mesurait 19 m de long mais sans la tête qui avait disparu.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Baie d'Along . By [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Son corps était formé de segments identiques et chacun d’eux portait une paire d’appendices longs de 80 cm.
L’animal était recouvert de téguments brun foncé sur le dos et jaune clair sur le ventre. Cette enveloppe protectrice était très dure et particulièrement résistante.

Apparemment, cette observation n’était pas la première. En effet, cet animal non répertorié était appelé dans la région le « mille-pattes ».
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12699
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cryptozoologie

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 19:38

Des varans géants en Australie ?

L’Australie est un pays très riche en reptiles de toutes sortes. Il existe 26 espèces de varans australiens dont 15 espèces endémiques à l’Australie.
Le varan commun est le plus répandu (Varanus varius) avec le varan de Gould également appelé varan des sables (Varanus gouldii).
Mais ces varans ne dépassent pas les 2 m de long pour les plus grands spécimens.
Le plus grand varan d'Australie est le varan Perenti (Varanus giganteus) qui peut atteindre 2,50 m pour les plus grands spécimens.
Il semblerait que des varans géants aient été observés ces dernières années. Pourtant, les derniers varans géants ont officiellement disparu il y a environ 2 millions d’années.

Au Pléistocène, Megalonia prisca chassait dans les plaines australiennes. Mesurant environ 8 m de long, il a côtoyé les premiers colonisateurs du continent australien.
On sait qu’il chassait à l’affût les grands marsupiaux de l’époque. C’était un cousin du varan de komodo toujours en vie.
La venue de l’homme a mis fin au règne du varan géant. Du moins, c’est ce que l’on pense car certains témoignages pourrait démontrer que ce varan existe toujours.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Varan de Gould . © dinosoria.com

Le cryptozoologue australien Rex Gilroy a recueilli des témoignages sur l’existence de ce varan en Australie du nord et de l’est.
En 1975, un fermier de Cessnock, en Nouvelle-Galles du Sud, gardait ses vaches lorsqu’il aperçut un varan géant.
Il évalua sa taille à environ 9 m.
La même année, dans la même localité, Mike Blake était assis dans sa véranda quand il vit arriver un énorme varan devant chez lui.
L’animal mesurait environ 7 m. Il se promena un peu devant l’habitation, regarda l’homme puis s’en alla tranquillement.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le varan Perenti est le plus grand varan australien. © dinosoria.com

Toujours en 1975, deux fermiers de la région de Wattagans, roulaient en voiture à travers la forêt.
Le conducteur freina brutalement lorsqu’il aperçut un tronc d’arbre en travers du chemin.
Les deux hommes descendirent pour déplacer l’obstacle lorsque le « tronc » se mit à bouger, à relever la tête et à s’éloigner dans la forêt.
Ce tronc était bien un varan. La largeur de la route faisait 7 m de long et le varan dépassait de chaque côté.
De nombreux autres témoignages viennent à l’appui de la thèse de l’existence d’un varan géant.
Certains ont été observés alors qu’ils dévoraient des vaches.
L’Australie est un immense continent dont certaines parties sont à peine explorées. Forêts, déserts et régions inhospitalières pour l’homme sont autant de refuges pour des espèces inconnues ou officiellement disparues.
Des petites populations disséminées sur l’immense territoire pourraient facilement passer inaperçues ou presque.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12699
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cryptozoologie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum