Préhistoire

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Préhistoire Empty Préhistoire

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 22:29

Préhistoire


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

Hommes préhistoriques
Articles et photos sur la vie quotidienne de nos ancêtres. Découverte de l'art préhistorique. 

Des origines de l'homme à la naissance de l'écriture
Les origines de l'homme sont difficiles à élucider. Cependant, grâce aux nombreuses découvertes, nous commençons à avoir un schéma chronologique de notre évolution.
Bien sûr, il reste de nombreuses questions à élucider avant de pouvoir retracer l'histoire humaine.
Cette rubrique vous propose une fiche détaillée pour chaque hominidé connu, des dossiers sur la vie quotidienne de nos ancêtres ainsi que la découverte de l'art préhistorique.
 


Hominidés
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Fiche détaillée sur chaque homme préhistorique. Dossiers sur la préhistoire. Découverte de la protohistoire avec la révolution néolithique. Vie quotidienne de nos ancêtres.
[ltr]Homme préhistorique[/ltr]



Art de la préhistoire
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Articles et photos sur l'art pariétal et rupestre. Découverte des grottes ornées. Nos ancêtres exprimaient également leur créativité avec des sculptures au paléolithique et au néolithique.
[ltr]Art préhistorique[/ltr]



Feu: maîtrise, techniques
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le feu n’est pas une invention de l’homme bien évidemment, mais par contre, il a su inventer les techniques pour le maîtriser. La maîtrise du feu a donné à l’homme un avantage décisif sur les autres espèces. 
[ltr]Feu[/ltr]



Outils de la préhistoire
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les premiers outils préhistoriques ont été façonnés par les australopithèques. Invention du coin. Les premiers outils de la préhistoire. Protohistoire: l’araire. Anecdote: le marteau texan.
[ltr]Outils préhistoriques[/ltr]



Fin de la préhistoire: Naissance de l'écriture
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La naissance de l'écriture marque le début de l'Antiquité. L'invention de l’écriture a bouleversé la société et nous a permis de conserver la mémoire du passé.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préhistoire Empty Re: Préhistoire

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 22:29

Art de la préhistoire
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Articles et photos sur l'art pariétal et rupestre. Découverte des grottes ornées. Nos ancêtres exprimaient également leur créativité avec des sculptures au paléolithique et au néolithique.

Peintures rupestres. Grottes ornées. Sculptures
L'art pariétal ou rupestre s'est surtout développé au magdalénien (16 000 10 000 ans avant notre ère). Les grottes ornées comme Lascaux, Cosquer ou Altamira ont conservé sur leurs parois les vestiges de la créativité de nos ancêtres.
Cependant, il est certain que l'utilisation de pigments est bien plus ancienne ; elle remonterait au moins à 100 000 ans.
Les hommes préhistoriques ne se contentaient pas de peindre. Ils exprimaient également leur art grâce à la sculpture. 
Les premières figurines, connues à ce jour, remontent à plus de 30 000 ans.
Des peintures rupestres ont été retrouvées dans le monde entier. Nos ancêtres reproduisaient leur environnement, principalement les animaux qu'ils chassaient. Mais, certaines peintures, abstraites, reflètent une notion du symbolisme.
On ne peut pas parler d'un système de signes écrits, mais plutôt de symboles destinés à exprimer des croyances.

L'art pariétal inclut les peintures et les gravures qui ont été faites par nos ancêtres sur les parois des grottes au paléolithique.
Cet art est également appelé « art rupestre ».

Les grottes ornées
L’art pariétal est surtout limité à la région du sud de la France et du nord de l’Espagne (région franco cantabrique).
Plus de 200 grottes paléolithiques renfermant des peintures ont été découvertes. 85 % d’entre elles se situent dans la région franco cantabrique. Une dizaine ont été découvertes en Italie et une seule en Europe de l’est.
Cette concentration est probablement due à la densité de population qui était variable au paléolithique supérieur en fonction du climat.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Chevaux de Pech-Merle. © dinosoria.com

On estime que la France comptait environ 2 000 à 3 000 habitants alors que le reste de l’Europe en comptait environ 10 000.
L’art pariétal européen s’est développé sur 25 000 ans et s’est épanoui entre 20 000 et 12 000 ans avant notre ère.
Plus de 80 % des oeuvres ont été réalisées sur une période très courte, entre 17 000 et 12 000 ans.
On a parfois surnommé l’art paléolithique « art animalier », car la plupart des peintures et gravures représentent des rennes, chevaux, mammouths, aurochs…
Mais, il y a également quelques figures humaines et des pictogrammes (signes géométriques).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dans la grotte de Lascaux, certaines figures atteignent 5 m de haut. © dinosoria.com

Pendant longtemps, on a vu dans l’art rupestre une lente progression des techniques qui allaient en se perfectionnant.
Mais les dernières découvertes, notamment la grotte Cosquer en 1991, ont remis en cause cette chronologie.
Il s’avère que certaines peintures plus anciennes sont beaucoup plus sophistiquées.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Grotte Chauvet. Une troupe de rhinocéros. © dinosoria.com

Pour s’éclairer, les peintres disposaient de lampes à graisse et de torches en bois de genévrier. On a également retrouvé la trace d’échafaudages destinés à atteindre les hauts plafonds.
Les couleurs ont été produites grâce aux terres minérales : ocre, hématite (rouge), limonite (jaune) et kaolin (blanc).
Études et controverses ont longtemps porté sur la nature et la signification des peintures. On a oublié dans ces interprétations qu’outre les peintures, des traces de danses rituelles étaient à proximité.
Dans la grotte du Tuc d’Audoubert, en Ariège, on a découvert les empreintes de pas de six enfants en six rangées qui attestent d’une chorégraphie spécifique.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Empreintes de pas de six enfants dans la grotte du Tuc d’Audoubert. © dinosoria.com

De nombreuses cavernes ont livré des flûtes ce qui tendrait à prouver que des danses accompagnées de musique étaient accomplies.
Sculptures du paléolithique
Les hommes du Paléolithique savaient déjà décorer leurs armes. Ils possédaient un art mobilier composé de pendeloques et de plaquettes décorées.
Les matériaux les plus utilisés sont l’ivoire, l’os de mammouth et le bois de renne.
Par exemple, le propulseur (instrument qui servait à lancer des armes de jet) est souvent terminé par un crochet en forme d’animal.
Bijoux et ornements
Durant tout le Paléolithique supérieur, les hommes fabriquent des bijoux de pierre, d'os, de bois de renne et d'ivoire.
Nos ancêtres aimaient déjà porter des bracelets et des pendentifs.
Ils utilisaient également des canines atrophiées de renne. Certains de ces bijoux sont finement décorés.
Pour porter ces objets en pendentif, une perforation ou une rainure permet de fixer un lien de suspension autour du cou ou de coudre l'objet sur un vêtement.
On peut dire que d'une certaine manière, la mode existait déjà. En effet, de nombreux dessins et plaquettes montrent des dents et des coquilles qui sont enfilées aux poignets, aux bras ou aux chevilles.
Un des objets les plus surprenants est sans doute ce coquillage ramassé il y a 17 000 sur une plage près de Lascaux et retrouvé dans le Périgord. Nos ancêtres étaient-ils collectionneurs ?
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préhistoire Empty Re: Préhistoire

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 22:29

La plus vieille peinture
C'est sur le site de l'abri Castanet, dans le Périgord, qu'une équipe de l'université de New York a découvert la plus ancienne peinture murale.

L'abri Castanet n'est pas une grotte, mais un abri sous roche. Il s'agit de vastes renforcements situés au pied des falaises qui servaient de refuges à nos ancêtres.
Contrairement aux grottes, il ne s'agit pas de sanctuaires, mais de lieux dans lesquels les hommes de l'Aurignacien, pour l'abri Castanet, vivaient au quotidien.
Randall White a d'ailleurs souligné qu'il restait encore beaucoup d'abris sous roche dans le Périgord qui n'ont pas été fouillés.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Peinture bichrome de l'abri Castanet. © PNAS

L'abri Castanet a, lui, déjà été fouillé à de nombreuses reprises dans les années 1910 et 1920. Il a d'ailleurs livré des outils en pierre, des perles en ivoire de mammouth ou des gravures. 
Les archéologues savaient déjà que cet abri renfermait les plus anciens vestiges laissés par Homo sapiens.
En 2007, de nouvelles recherches ont été effectuées par des archéologues français, sous la conduite de Randall White de l'université de New York.
L'équipe a mis au jour une peinture fragmentaire représentant les pattes d'un bovidé, très certainement. Ils ont également découvert un bas-relief qui symbolise la sexualité féminine à travers un dessin représentant les organes génitaux de la femme.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dessin d'un phallus juxtaposé à un anneau. © PNAS

Un autre bloc fait apparaître un phallus juxtaposé avec un dessin qui pourrait être un anneau.
Les datations au carbone 14 indiquent que le site remonte à plus de 37.000 ans. Ces œuvres pariétales sont donc encore plus anciennes que celles de la grotte Chauvet (35 000-28 000 ans).
L'ensemble de l'étude et des découvertes ont été publiés dans la revue de l'Académie des sciences américaines (PNAS).
Une autre étude sera publiée concernant la découverte de fragments de roches ouvragés.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préhistoire Empty Re: Préhistoire

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 22:30

Évolution de l'art pariétal
La découverte de la grotte Chauvet, âgée d'environ 31 000 ans, a révolutionné notre connaissance de la préhistoire. Elle a aussi remis en cause bien des théories sur l'apparition de l'art.
Après la grotte de Lascaux, 17 000 ans, et la grotte Cosquer, 28 000 ans, la naissance de l'art remonte encore l'échelle du temps. Cette dernière découverte a laissé ébahis les préhistoriens du monde entier. 

Peintures de la grotte Chauvet
À côté de nombreuses empreintes de mains et de signes abstraits, la grotte Chauvet recèle un extraordinaire bestiaire de près de trois cent cinquante animaux.
C'est sous la direction de Jean Clottes que la grotte est fouillée et étudiée depuis 1995. C'est grâce à lui que nos connaissances sur cette grotte ont pu être approfondies.
La datation ne fait plus aucun doute. En effet, la période de 32 000 à 29 000, durant l'Aurignacien, est attestée par les représentations de rhinocéros ainsi que par un aurochs qui galope, le cerf mégacéros et le grand bison. Des restes de charbons trouvés dans la grotte sont datés de cette même période.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Grotte Chauvet. Une troupe de rhinocéros. © dinosoria.com

Les bêtes dangereuses (mammouths et rhinocéros laineux principalement, ours des cavernes, lions, hyènes, panthères) sont les plus nombreuses, mais on trouve également des chevaux, des bisons, des rennes, des aurochs, des bouquetins, quelques cerfs et mégacéros - une espèce de cerf géant aujourd'hui éteinte - et même un hibou.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Cheval de la grotte Chauvet. © dinosoria.com

Il ne s'agit pas, cependant, d'une représentation réaliste de la nature, puisqu'il y manque de nombreuses espèces alors très courantes - lapins, renards, oiseaux...
Quant à l'homme, il n'est présent que sous la forme d'un être hybride, mi-homme, mi-bison, associé à la plus ancienne peinture murale connue représentant une femme nue. Comme de nombreuses autres peintures de la grotte, cette « Vénus » épouse la forme d'un rocher.
L'art de Chauvet se caractérise, en effet, par une utilisation parfaitement maîtrisée des reliefs des parois ; elle permet d'animer les peintures, de jouer avec la lumière, de proposer une mise en scène en perspective des animaux - telles les extraordinaires lionnes chassant en groupe, ou ce qui semble bien être une troupe de rhinocéros qui chargent.
Signification de ces peintures
Il est bien difficile de savoir quelle était la fonction de ces peintures, qui ne peuvent être reliées ni à des textes écrits ni à des témoignages oraux.
Mais quelques points paraissent établis. Ainsi, la grotte Chauvet a été peu fréquentée. Il ne s'agissait donc pas d'un sanctuaire destiné à un culte de masse. On n'y trouve guère que les traces des artistes eux-mêmes et les empreintes d'un enfant, peut-être accompagné d'un chien, qui remontent à 25 000 ans.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les chevaux au galop de la grotte de Lascaux présentent un corps disproportionné par rapport aux pattes. © dinosoria.com

D'autre part, à Lascaux, dont la décoration a été réalisée 15 000 ans après celle de Chauvet, les panneaux principaux sont consacrés aux grands herbivores (aurochs, bisons, chevaux et un seul renne), qui sont souvent représentés en couples, alors que les carnivores sont relégués dans les diverticules de la grotte.
Une évolution de l'art remise en cause
La vieille idée que des millénaires ont été nécessaires à la gestation de l'art est dépassée. Les chercheurs, qui avaient cru jusque-là déceler une évolution dans la qualité artistique des peintures rupestres, ont admis que celles de la grotte Chauvet - les plus anciennes, donc - sont aussi parmi les plus élaborées.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une des représentations de la salle des Taureaux à Lascaux. © dinosoria.com

Dessins naturalistes, détourage des animaux, jeux de perspective ou d'estompes révèlent une grande maîtrise artistique. Le talent de leurs auteurs était tel qu'ils savaient non seulement donner du relief à leurs créatures, mais aussi suggérer le mouvement.
Alors on s'interroge. De qui ces hommes tenaient-ils leur art ? En attendant la découverte d'autres musées enfouis, la question reste en suspens.
Énigmes non résolues
Dans le monde, on connaît à ce jour plus de deux cents grottes préhistoriques ornées ; 85 % d'entre elles se situent dans le sud de la France (surtout en Dordogne, dans le Lot, en Haute-Garonne) et dans le nord de l'Espagne. Cette extraordinaire concentration demeure une énigme. Est-elle due à la présence de cavités naturelles dans ces régions ?
Mais on en trouve ailleurs, qui n'ont pas été habitées ou décorées, par exemple dans les Alpes ou dans les Balkans.
Ces découvertes de grottes ornées concentrées sur un périmètre géographique, sont-elles dues à la stabilité du sol, qui a conservé les grottes intactes, alors que dans d'autres régions (par exemple l'Italie où on en trouve une dizaine), elles ont pu souffrir de l'érosion ou des séismes ?
Est-elle le vestige d'une civilisation spécifique à cette zone, alors que des groupes humains différents auraient choisi d'autres formes d'art, d'autres supports, comme les statuettes d'ivoire ? Ou bien s'agit-il du hasard des découvertes, l'Europe de l'Ouest étant parcourue par de nombreux spéléologues, ce qui n'est pas encore le cas de régions comme la Sibérie, où l'on a pourtant trouvé deux grottes de style voisin ? 
Remise en cause de nos connaissances
Les découvertes successives des peintures d'Arcis-sur- Cure, dans l'Yonne, en 1990, de la grotte Cosquer, au bord de la Méditerranée, en 1991, et de la grotte Chauvet en Ardèche en 1994 ont totalement bouleversé nos connaissances.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Grotte Chauvet. © dinosoria.com

On sait aujourd'hui que l'art pariétal est bien plus ancien que ne le pensait Leroi-Gourhan : en utilisant la technique de datation au carbone 14, l'équipe de Jean Clottes a pu établir que les peintures de Chauvet remontaient à une période comprise entre - 30 000 ans et 28 000 ans. Cette datation a été confirmée en 2010.
Chauvet s'affirme ainsi comme la plus ancienne grotte ornée au monde et constitue une oeuvre d'autant plus inestimable qu'elle témoigne d'emblée d'un art en pleine possession de ses moyens. Plus surprenant encore : elle est de peu postérieure à l'arrivée de l'homme de Cro-Magnon en Europe, et elle aurait été décorée à une époque où il coexistait encore avec les Néandertaliens.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préhistoire Empty Re: Préhistoire

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 22:30

Longtemps, le plus célèbre site orné de la préhistoire est resté Lascaux. Du fait de son âge 17 000 ans et aussi pour l'extraordinaire finesse de ses peintures. C'est pourquoi cette grotte de Dordogne, dans le centre de la France, a eu droit aux plus grands égards.
Dans l’histoire de l’archéologie, les découvertes les plus spectaculaires ont souvent été fortuites.
C’est le cas de la grotte de Lascaux. Cette grotte, par sa splendeur, a été baptisée « la chapelle Sixtine de la préhistoire ».

La découverte de la grotte de Lascaux
Le 8 septembre 1940, quatre adolescents se promènent près de Lascaux (Dordogne_ France) quand ils découvrent une profonde cavité. Marcel Ravidat, un jeune mécanicien de 17 ans, se laissa glisser dans un puits obscur de plusieurs mètres de profondeur.
Il atteint ainsi une vaste cavité naturelle. Faute de lampes, les garçons revinrent le lendemain. Ils commencèrent ainsi à explorer la grotte.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vache et cheval polychromes qui figurent dans l'une des frises principales. (Reproduction de la peinture originale) . © dinosoria.com

Rapidement, ils comprirent qu’ils venaient de faire une extraordinaire découverte. Quelques jours plus tard, les adolescents en informèrent un instituteur, Léon Laval.
C’est à partir de là que la grotte de Lascaux est entrée dans l’histoire.
L’instituteur communiqua la découverte à l’abbé Henri Breuil, un grand spécialiste des peintures rupestres.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dans la grotte de Lascaux, certaines figures atteignent 5 m de haut. © dinosoria.com

Dès le lendemain de la guerre, des centaines de touristes se mirent à affluer. Mais, dans les années cinquante, on se rendit compte que la présence de milliers de personnes provoquait la dégradation des peintures.
La grotte fut fermée au public en 1963 et définitivement scellée.
Aujourd’hui, on peut visiter une réplique exacte de la grotte. Toutes les peintures sont des reproductions.
Peintures de la grotte de Lascaux
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Plan de la grotte de Lascaux

Ce qui a fait le succès de la grotte de Lascaux, c’est l’extraordinaire qualité des peintures. Elles ont été réalisées durant le Paléolithique supérieur, et plus précisément au Magdalénien (entre 17 000 et 16 000 ans).
La grotte s’étend sur une centaine de mètres. Pour l'expert comme pour le profane, c'est un spectacle inoubliable. Chaque animal semble naître de la roche.
Le dos d'un cheval épouse une faille de calcite, le muscle d'un bison se découpe sur une tranche, le cou d'un taureau suit le contour d'une bosse, les pattes d'un autre sont esquissées dans les creux.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Peinture de la grotte de Lascaux. © dinosoria.com

La galerie principale, salle proche de l’entrée, comprend un groupe de bisons, de chevaux et de cerfs. Ces animaux, très réalistes, sont peints en noir de carbone et en ocre rouge. Cette salle est surnommée Rotonde ou salle des Taureaux.
Les bovins qui y sont représentés ont des dimensions impressionnantes. Certaines peintures peuvent atteindre 5 m de long.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Chevaux peints dans la grotte de Lascaux. © dinosoria.com

Le Diverticule axial est peuplé de cerfs, de chevaux et de bovins.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Bovin de la grotte de Lascaux. © dinosoria.com

Dans le passage et dans la Nef, on peut voir des taureaux, des génisses, des bouquetins et des cerfs. Ces animaux sont dessinés avec moins de précision.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fresque dans le passage et dans la Nef. © dinosoria.com

Le Diverticule des Félins présente, outre des félins, des rhinocéros.
Il n’y a qu’un seul renne reproduit à Lascaux. Il orne l’Abside, qui est aussi couverte d’autres peintures restées inachevées.
Une des parois du Puits est ornée d’une peinture inhabituelle. Un homme semble terrassé par un bison. Blessé, l'animal perd ses viscères.
Le réalisme de la scène est très inhabituel dans l'art paléolithique.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un homme semble terrassé par un bison. © dinosoria.com

Les animaux et les humains ne sont pas les seuls thèmes. Les signes géométriques sont nombreux et énigmatiques. On trouve des ronds, des triangles, des carrés. Leur signification exacte nous échappe.
Les autres découvertes de la grotte
Les fouilles du sol de la grotte ont permis de mettre au jour de nombreux silex, des outils en os et des restes d’animaux.
L’abbé Glory, qui a effectué une fouille rigoureuse du sol, a découvert une lampe en grès rose poli. Elle contenait encore du bois de genévrier.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Aurochs de Lascaux. © dinosoria.com

On a également retrouvé les pigments naturels des peintres. Il y avait des ocres (jaunes, bruns ou rouges), du manganèse et du charbon minéral pour le noir ainsi que du kaolin pour le blanc.
Ces fragments étaient utilisés comme crayons ou raclés pour produire de la poudre colorée.
On a retrouvé un objet décoratif. Il s’agit d’un coquillage (sipho) qui porte une fente sciée pour y glisser une suspension.
Enfin, des restes d’échafaudages ont été découverts afin que les artistes puissent atteindre le haut de la grotte.
La grotte de Lascaux malade
Une simulation numérique va permettre d’étudier les paramètres physiques de la grotte de Lascaux. Ce simulateur permettra de combattre le champignon Fusarium solani qui à court terme obligerait à fermer la grotte.
Les chercheurs comprendront alors mieux comment l’air s’y écoule.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La grotte de Lascaux a été fermée au public en 1963. © dinosoria.com

En 2001, des champignons étaient apparus. La grotte avait dû être fermée au public. Un traitement chimique et mécanique pour éliminer le champignon et la bactérie Pseudomonas fluorescens avait permis d’éradiquer la menace.
Cette simulation 3D qui permet d’étudier l’apport calorifique des visiteurs, de prédire l’équilibre thermique ou de connaître les zones à risque, sera utilisée dans l’avenir pour la conservation des grottes ornées.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préhistoire Empty Re: Préhistoire

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 22:30

Tandis que son père examine le sol d’une grotte qu’il est en train d’explorer, sa petite fille lève les yeux vers la voûte et y aperçoit des animaux extraordinaires.
Nous sommes en 1879, en Espagne, et la grotte a pour nom Altamira.
Depuis, le magnifique art pariétal du Paléolithique de la grotte d’Altamira n’a cessé d’être une source de fascination.
Réalisés il y a environ 12 000 ans, les bisons peints d’Altamira comptent parmi les œuvres paléolithiques les plus raffinées. 

La découverte de la grotte d’Altamira
L’homme du paléolithique est-il capable de produire de l’art ? Non, affirment les paléoanthropologues de la fin du 19e siècle.
A cette époque, tandis que Darwin expose sa théorie de l’évolution, les scientifiques se retranchent derrière des positions ultra-rigides.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Chevaux de la grotte d'Altamira. © dinosoria.com

Ils ne peuvent concevoir que l’homme préhistorique, guère plus évolué qu’un singe, soit doté d’un sens artistique.
Ainsi, lorsqu' en 1880, Marcelino Sanz de Sautuola, paléoanthropologue amateur, qui a découvert la grotte, publie « Breves apuntes sobre algunos objetos prehistòricos de la provincia de Santander », la communauté scientifique accueille l’ouvrage comme une plaisanterie.
Sautuola vient de passer un an dans la grotte d’Altamira afin de cataloguer et de décrire les outils lithiques et les peintures rupestres.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Grotte d'Altamira © dinosoria.com

Cet homme ne vivra pas assez longtemps pour avoir la confirmation que les hommes qui ont laissé dans la grotte les objets en os sont aussi ceux qui l’ont peinte.
Peu de scientifiques admettent l’authenticité de ces peintures. Il faut attendre presque le milieu du 20e siècle et la découverte d’autres grottes richement ornées en Espagne et en France pour que soit confirmée l’existence d’un art préhistorique.
Les peintures rupestres d'Altamira
Le dernier examen des pigments au carbone 14 a indiqué que les peintures pariétales avaient entre 18 500 et 10 000 ans.
Certaines figures simples remontent à l’aurignacien et au solutréen et la majorité au magdalénien.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Bison d'Altamira © dinosoria.com

Les peintures d’Altamira ont été exécutées avec une extraordinaire habilité. Située au pied du mont Vispieres, à 156 mètres au-dessus du niveau de la mer, la grotte se compose d’une série de salles et de galeries qui s’étirent en S sur 270 mètres.
Le plafond et les parois de la plus grande salle, large de 18 mètres sur 9 environ, regorgent d’exceptionnelles figures zoomorphes.
Outre un cheval, un sanglier et quelques cervidés, sont également représentés 15 bisons de grande taille très réalistes.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Grotte d'Altamira © dinosoria.com

A l’aide de pigments d’ocre jaune, rougeâtre et brune, d’oxydes de zinc et poix, les hommes du magdalénien ont peint leur fourrure en dégradé.
Le corps de certains bisons est également dessiné en fonction des protubérances de la roche pour créer un effet de relief.
A côté de ces figures, on observe des figures anthropomorphes et des empreintes de mains.
Une grotte fragile
J'ai eu la chance de pouvoir visiter la grotte originale en 1988. Aujourd’hui, l’accès à la grotte est limité aux chercheurs.
Bien que préservées pendant des millénaires, les peintures sont très fragiles. La respiration des millions de visiteurs s’est avérée nocive pour les pigments.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Bison d'Altamira. © dinosoria.com

Pour le grand public, une réplique de la grotte a été inaugurée en juillet 2001. Les peintures ont été reproduites avec le même pigment et selon les mêmes techniques.
La cavité artificielle imite l’original à la perfection.
Un million de visiteurs par an visitent la grotte d’Altamira. Ce sanctuaire soulève l’émerveillement et le respect.
On y revit avec excitation l’isolement et la sensation d’intemporalité, consciemment recherchés par nos ancêtres.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préhistoire Empty Re: Préhistoire

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 22:31

Pech-Merle est un véritable sanctuaire vieux de 20 000 ans. C’est un endroit presque irréel où beauté naturelle et art se mêlent superbement.
Pech-Merle est l’une des grottes du Paléolithique décorées les plus anciennes que l’on connaisse.
Elle a été décorée par des hommes de Cro-Magnon de la culture du Gravettien.
La grotte du Pech-Merle est située sur la commune de Cabrerets, dans le département du Lot, France.

Les peintures de Pech-Merle
La grotte de Pech-Merle est vaste puisqu’elle dépasse les 2 kilomètres. La formation de cette grotte a duré plusieurs millions d’années. C’est sans doute ce qui l’a rend aussi unique.
Découverte en 1922, la grotte est ouverte au public depuis 1926. Personnellement, je l'ai visité en 1990 et j'en conserve le souvenir d'un véritable sanctuaire d'une beauté magique.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Grotte de Pech-Merle. © dinosoria.com

On peut tout d’abord admirer les célèbres chevaux ponctués qui ont été peints sur un rocher éboulé situé en évidence.
La magie est d’autant plus forte que stalagmites et stalactites font partie intégrante du décor. C’est un panneau très complexe dont la signification exacte nous échappe.
Les deux chevaux sont croupe à croupe, entourés de six mains négatives noires. On a dénombré 224 ponctuations noires et 28 rouges.
On peut aussi y distinguer un grand poisson rouge, des empreintes de pouces repliés ainsi qu’un signe circulaire.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Chevaux de Pech-Merle. © dinosoria.com

Ces chevaux sont entourés d’une vaste plate forme qui a pu servir à des cérémonies.
Les deux chevaux monochromes ponctués représentent une phase précoce de l’art rupestre. L’analyse aux rayons infrarouges a permis de savoir que chaque point se compose d’un mélange de pigments dosé individuellement.
Ils n’ont pas été peints au même moment. L’un des chevaux est daté du Gravettien.
En premier, un poisson a été dessiné en rouge. Puis l’artiste a peint le contour en noir du premier cheval. La tête s’inspire de la forme du rocher.
Le deuxième cheval a été peint de la même manière.
Pour finir l’œuvre, des mains négatives ont été apposées par pulvérisation.
Ces mains sont peut-être un sceau personnel de l’artiste ou en rapport avec des rites de passage.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mains négatives. Pech-Merle. © dinosoria.com

On peut également admirer des mammouths monochromes dans des zones écartées de la grotte.
Ils sont plus anciens que les chevaux.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mammouth de Pech-Merle. © dinosoria.com

La frise noire de Pech-Merle est l’œuvre d’un seul artiste. Cette frise réunit de grands herbivores : aurochs, bisons, chevaux et mammouths.
Il a utilisé un petit bâtonnet de bois ou d’os imprégné de pigment.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La frise noire de Pech-Merle. © dinosoria.com

Ce qui est admirable dans cette grotte, c’est que les peintures s’adaptent parfaitement aux supports rocheux. Et pourtant, les gravures sont très élaborées.
Le sang et la mort sont très rarement représentés de manière explicite dans l’art rupestre. Pech-Merle fait partie des exceptions. On peut en effet voir un homme transpercé par une flèche.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Pech-Merle. Homme transpercé par une flèche. © dinosoria.com

Moins connue que la grotte de Lascaux, la grotte de Pech-Merle est pourtant une véritable petite merveille où féerie de l’environnement et art vous font oublier un instant le monde réel.
On n'a jamais été aussi proche de nos ancêtres. Les empreintes de pieds nus nous offrent un contact tactile avec ces artistes qui deviennent l'espace d'un instant des êtres de chair et de sang.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Empreinte de pied nu à Pech-Merle. © dinosoria.com

Si vous souhaitez visiter cette grotte, le [ltr]site officiel de Pech-Merle[/ltr] met à votre disposition un bulletin de réservation.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préhistoire Empty Re: Préhistoire

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 22:31

Premières sculptures
Ces figurines, vieilles de plus de 30 000 ans avant notre ère, remettent en question l’origine de l’art. 

Des milliers d’années avant les célèbres Vénus du gravettien, nos ancêtres sculptaient des êtres hybrides, des animaux et des danseuses.
Ces figurines, vieilles de plus de 30 000 ans avant notre ère, remettent en question l’origine de l’art.
Les gisements de Vogelherd, de Hohenstein-Stadel ou de Hohle Fels ont livré d’extraordinaires créations. 
L’homme de Cro-Magnon n’était pas le seul à s’intéresser à l’art. Des réalisations d’Homo erectus ont été découvertes.
L’art est bien plus ancien qu’on ne le pense traditionnellement. 

Les vénus et l’art pariétal
On pense souvent que les hommes préhistoriques ont inventé l’art figuratif en peignant notamment des animaux sur les parois des grottes.
L’art pariétal a été pendant longtemps considéré comme le père de tous les arts à venir comme le montrent certaines peintures de la grotte Chauvet, âgées d'environ 31 000 ans.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Grotte Chauvet. © dinosoria.com

Les célèbres Vénus du gravettien, âgées d’environ 28 000 ans, sont quant à elles considérées comme les premiers symboles de la féminité et de la fertilité. Elles marquent les premières valeurs de l’humanité, centrées sur la mère.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vénus de Laussel ou "Dame à la corne". 44 cm de haut. Bas-relief sur roche. Musée d'Aquitaine. © dinosoria.com

Ces idées schématiques ont été remises en cause par la découverte de statuettes qui remontent à au moins 34 000 ans, pour les plus anciennes.
Ces gisements ont été mis au jour en Allemagne. Ces figures appartiennent à la culture aurignacienne, la même que celle de la grotte Chauvet.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les premières idoles de la préhistoire
Il y a 35 000 ans, l’homme de Cro-Magnon, en Europe, sculpte, grave, poli et peint l’ivoire et la pierre.
Son imaginaire symbolique ne fait aucun doute. Les gisements allemands nous ont livré d’extraordinaires statuettes.
L’archéologue américain, Nicolas Conard, a notamment mis au jour ce qui pourrait être la plus ancienne des œuvres d’art.
Il s’agit d’une statue d’homme-lion exhumée dans la grotte de Hohle Fels, à côté d’Ulm, dans le sud de l’Allemagne.
Les représentations figuratives sont animales mais également humaines. Elles remontent à – 34 000 ans au minimum.
Il s’agit de figurines d’os ou d’ivoire en forme de cheval principalement et à forme humaine.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Figurine en forme de cheval. Musée d'Ulm. © dinosoria.com

La représentation de l’homme est assez ambiguë car il s’agit d’êtres hybrides avec un corps d’homme et un visage caché, comme par une cagoule, ou avec une tête animale.
Ces figures seraient plutôt masculines comme en atteste la proéminence visible à l’entrejambe.
Sur ce point, tous les préhistoriens ne sont pas d’accord. La reconstitution de la statuette à tête de félin serait une femme-lionne, dans la mesure où elle ne porte pas de crinière.
Le débat reste ouvert.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Femme-lionne". © dinosoria.com

L’homme-lion mesure 28,6 cm de haut. Les morceaux de cette statue en ivoire de mammouth ont été retrouvés en 1939 parmi des centaines de fragments.
Non étudiés, ces débris ont été redécouverts en 1969. La reconstitution a pris près de 20 ans.
La danseuse de Galgenberg
On l’appelle « Fanny » ou encore « la Danseuse ». Elle a été découverte en 1988 près de Stratzing, en Autriche.
Elle est la plus ancienne Vénus paléolithique connue. Haute de 7,2 cm, cette représentation féminine vieille de 32 000 ans a été sculptée dans du schiste vert.
Elle ne ressemble nullement aux opulentes Vénus ultérieures. Elle s’apparente plus à une jeune danseuse. 
Son sein gauche est déporté par un mouvement que l’artiste a très bien suggéré.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vénus baptisée "La danseuse". © dinosoria.com

De même, la Dame à la capuche, trouvée à Brassempouy (Landes, en France) qui date de – 29 000 ans, semble trop frêle pour incarner une lourde déesse de la fertilité.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dame de Brassempouy. (Musée des Antiquités nationales). © dinosoria.com

L’aurignacien n’était peut-être pas plus matriarcal que ne l’est notre époque.
Le bestiaire de Vogelherd
C’est dans la première moitié du XXe siècle que ces statuettes ont été exhumées. Elles sont datées de – 32 000 ans.
Le bestiaire est très riche : cheval, lion ou bison. Les statuettes ont été sculptées dans l’ivoire.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Statuette de Vogelherd. © dinosoria.com

Ces figurines, au modelé remarquable, ont le corps orné de petites cupules et de croisillons gravés.
Il est difficile de croire, face à ces réalisations exemplaires, que l’art en était alors à ses débuts. Elles témoignent d’une tradition artistique certainement bien plus ancienne.
La vénus de Berekhat Ram
Taillée dans du tuf basaltique, cette figurine a été découverte sur le site acheuléen de Berekhat Ram, à la frontière israélo-syrienne.
Ce serait la plus ancienne sculpture du monde.
Œuvre probable d’Homo erectus, la statuette a été retrouvée entre deux niveaux de cendres volcaniques datés de – 230 000 ans et – 800 000 ans.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vénus de Berekhat Ram. © dinosoria.com

Face aux doutes soulevés par cette découverte, les analyses microscopiques effectuées par l’anthropologue américain A.Marchack, ont incontestablement démontré que cette figurine a été taillée par l’homme.
Une autre création d’Homo erectus aux formes humaines plus marquées a été dégagée en 1999, à Tan-Tan, dans le sud du Maroc.
Son âge se situerait entre 300 000 et 500 000 ans.
Symbolisme du premier art préhistorique
Les statuettes de l’aurignacien ont été rarement retrouvées à proximité de tombes. Elles ne faisaient donc pas forcément partie d’un rite funéraire.
On peut bien sûr y voir des dieux ou des déesses. L’homme-lion nous fait penser à la déesse égyptienne Sekhmet.
Cependant, cet art démontre que les facultés d’abstraction de ces hommes n’étaient pas si différentes des nôtres.
Il s’agit là de la représentation de la réalité. Nous sommes très loin des monstrueuses vénus du gravettien.
Les statuettes ne sont nullement figées. La femme danse et le cheval galope. Il faudra attendre l’époque magdalénienne (Grottes de Lascaux et d’Altamira) pour retrouver cette dynamique figurative.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vache et cheval polychromes qui figurent dans l'une des frises principales. © dinosoria.com

L’art de l’aurignacien qui semble surgir du néant reste à ce jour une énigme. 
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préhistoire Empty Re: Préhistoire

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 22:31

Mystère de l'art préhistorique
La grotte de Bernifal révèle des gravures qui nous obligent à nous interroger sur notre propre évolution.

Les mystères de l’art préhistorique
La découverte de la grotte Chauvet en 1994 a remis en cause la naissance de l’art préhistorique. Si cette grotte est célèbre, d’autres comme la grotte de Bernifal le sont moins. Pourtant, cette grotte révèle des gravures qui nous obligent à nous interroger sur notre propre évolution.

Une chronologie rassurante
C’est en 1879 que les premières peintures rupestres sont découvertes. Devant les gravures de la grotte d’Altamira en Espagne, les préhistoriens restent sceptiques.
En effet, les peintures sont de véritables fresques artistiques qui leur semblent incompatibles avec les connaissances de ces hommes primitifs.
En 1940, la grotte de Lascaux permet aux chercheurs d’établir une chronologie des différents styles de l’art préhistorique.
A cette époque, les paléontologues pensent que les premières grottes ornées datent de – 23 000 ans et qu’il faut attendre – 15 000 ans pour voir apparaître les premières fresques peintes.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Bovin de la grotte de Lascaux. © dinosoria.com

Lascaux ( - 15 000 ans ) et Altamira ( - 12 000 ans) rentrent parfaitement dans cette chronologie.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vache et cheval polychromes qui figurent dans l'une des frises principales. © dinosoria.com

Des découvertes bouleversantes
Toutes nos certitudes ont été balayées avec les découvertes successives des peintures d’Arcy sur Cure en 1990, de la grotte Cosquer en 1991 et de la grotte Chauvet en 1994.
Datée au carbone 14, la grotte Cosquer remonte à – 28 000 ans. Les peintures racontent les grandes chasses des âges glaciaires.
On y voit des petits chevaux, des pingouins, des méduses ainsi que d’étranges empreintes de mains décalquées à l’ocre rouge.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'un des trois grands pingouins de la grotte Cosquer

En 1995, nouveau coup de théâtre dans le petit monde des préhistoriens. La grotte Chauvet, découverte un an plus tôt, est datée de – 33 000 ans.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ce qui est important dans toutes ces découvertes c’est que les paléontologues ont toujours affirmé que l’art préhistorique s’était amélioré au fil du temps. Pour l’espèce humaine, il est logique de penser en terme « d’évolution ».
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une des nombreuses mains négatives. Les mains ont quelques milliers d'années de plus que les peintures d'animaux. (Capture d'écran du documentaire sur l'art préhistorique diffusé sur Arte)

On part toujours du plus « primitif » pour aller vers le plus « évolué ».
Malheureusement, cette théorie est totalement balayée par ces découvertes.
Une évolution mise à mal
La grotte Chauvet ne s’affirme pas uniquement comme la plus ancienne mais également comme la plus élaborée artistiquement.
Face aux superbes fresques, il est évident que les artistes étaient au firmament de leur art et non à ses balbutiements.
La vieille théorie qui prétendait que des millénaires avaient été nécessaires à la gestation de l’art est donc devenue périmée.
Les chercheurs ont bien dû admettre que ces peintures étaient parmi les plus élaborées.
A travers son bestiaire de près de 350 animaux parfaitement reproduits, on constate une parfaite maîtrise artistique.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Grotte Chauvet. Une troupe de rhinocéros. © dinosoria.com

Quand on sait que la grotte Chauvet est de peu postérieure à l’arrivée de l’homme de Cro-Magnon et qu’elle aurait été décorée à une époque ou Cro-Magnon et Néandertaliens coexistaient, on ne peut que s’interroger.
De qui ces hommes tenaient-ils leur art ? Pourquoi les peintures de grottes plus récentes montrent-elles une moins bonne maîtrise des techniques de dessin ?
Le mystère de la grotte de Bernifal
La grotte de Bernifal, située sur la commune des Eyzies en Dordogne ( France ), est mondialement renommée pour ses 110 gravures et peintures rupestres, notamment un magnifique mammouth tracé à l'argile. Les mammouths sont d'ailleurs les figures dominantes dans cette grotte.
On attribue de manière globale les peintures au Magdalénien.
Cette grotte a été découverte en 1902. Elle est toujours restée privée et a été classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mammouth de la grotte de Bernifal (Capture d'écran Documentaire sur l'art préhistorique. Diffusé sur Arte)

Mais on décrit moins un dessin qui semble montrer un dinosaure affrontant un mammouth. Cette peinture est troublante. Bien sûr, quand on regarde l'original peint sur la grotte, l'image d'un dinosaure ne nous saute pas aux yeux.
Il faut observer avec attention une photo pour y détecter un animal "insolite". Difficile d'affirmer qu'il s'agit bien d'un dinosaure et peut-être qu'il ne s'agit que d'une simple question d'interprétation.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Et tout aussi étrange, la gravure de ce cheval qui semble véritablement harnaché alors que l’on sait que la domestication de cet animal ne se fera que très longtemps après la disparition de ces artistes qui ont œuvré à Bernifal.
D'autres mystères sur l'art préhistorique restent totalement inexpliqués. On peut citer les pétroglyphes anciens retrouvés en Amérique du Nord.
Ceux du Natural Bridges National Monument sont particulièrement troublants. On y voit des figures humaines à côté de dessins de dinosaures.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Natural Bridges National Monument

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Plus de questions que de réponses
Qui étaient ces artistes ? De qui tenaient-ils leur art ? Pourquoi peignaient-ils ces fresques ?
Pour qui ces gravures étaient-elles destinées ? Comment des hommes dits « primitifs » ont-ils pu peindre un cheval harnaché ?
Vous ne verrez pas dans les livres officiels certaines gravures que l’on pourrait ranger dans la catégorie de celles qui dérangent. Cela évite sans doute de se poser des questions embarrassantes.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préhistoire Empty Re: Préhistoire

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 22:32

Les Vénus
Découverte des plus anciennes sculptures et des Vénus du Paléolithique. 

L’art du paléolithique est connu du grand public grâce aux fresques retrouvées dans les grottes. Mais, cet art ne se limite pas aux peintures.
C'est également au paléolithique que les Vénus sont nées.

Les plus anciennes sculptures
Vénus de Berekhat Ram
Taillée dans du tuf basaltique, cette figurine a été découverte sur le site acheuléen de Berekhat Ram, à la frontière israélo-syrienne.
Ce serait la plus ancienne sculpture du monde.
Œuvre probable d’Homo erectus, la statuette a été retrouvée entre deux niveaux de cendres volcaniques datés de 230 000 ans et 800 000 ans.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vénus de Berekhat Ram. © dinosoria.com

Face aux doutes soulevés par cette découverte, les analyses microscopiques effectuées par l’anthropologue américain A.Marchack ont incontestablement démontré que cette figurine a été taillée par l’homme.
Une autre création d’Homo erectus aux formes humaines plus marquées a été dégagée en 1999, à Tan-Tan, dans le sud du Maroc.
Son âge se situerait entre 300 000 et 500 000 ans.
Les Vénus d'Homo sapiens
Homo sapiens a laissé des signes et des images par milliers. Les premières figurations du culte de la fécondité apparaissent entre 35 000 et 30 000 ans.
Il s’agit de représentations à caractère sexuel dont certaines sont très réalistes. La plupart sont féminins.
Ce sont des statuettes de femmes aux rondeurs disproportionnées. Elles ont été retrouvées dans toute l’Europe et en Sibérie.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vénus de Willendorf haute de 11 cm en Calcaire. (Musée d'Histoire naturelle de Vienne). © dinosoria.com

Elles partageaient toutes un mode de fabrication commun. Elles sont hautes d’une dizaine de centimètres. Elles sont dotées de seins et de ventres énormes ainsi que d’un visage sans traits.
Toutes ces statuettes ont été sculptées entre 27 000 et 17 000 ans.
Façonnées dans différents matériaux (ivoire de mammouth, bois de cervidés, os, pierre, argile), ces Vénus sont nues pour la plupart.
Beaucoup paraissent enceintes. Leur symbolisme est évident : fécondité, grossesse, reproduction.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vénus de Laussel ou « Dame à la Corne ». 44 cm de haut. Bas-relief sur roche. Musée d'Aquitaine. © dinosoria.com

Le plus souvent, les têtes des statuettes ne sont que sommairement esquissées. La Dame de Brassempouy est une exception. Cette tête en ivoire qui ne mesure que 3,8 cm est l'un des rares témoignages de la représentation d'un visage humain. Elle est datée de 22 000 ans.
La Vénus de Laussel ou « Dame à la corne » est un exemplaire intéressant. C'est l'une des rares figures féminines à tenir un objet. En l'occurrence, il s'agit d'une corne de bison.
La danseuse de Galgenberg
On l’appelle « Fanny » ou encore « la Danseuse ». Elle a été découverte en 1988 près de Stratzing, en Autriche.
Haute de 7,2 cm, cette représentation féminine vieille de 32 000 ans a été sculptée dans du schiste vert.
Elle ne ressemble nullement aux opulentes Vénus ultérieures. Elle s’apparente plus à une jeune danseuse. 
Son sein gauche est déporté par un mouvement que l’artiste a très bien suggéré.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vénus baptisée « La danseuse ». © dinosoria.com

De même, la Dame à la capuche, trouvée à Brassempouy (Landes, en France) qui date de 29 000 ans, semble trop frêle pour incarner une lourde déesse de la fertilité.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dame de Brassempouy. (Musée des Antiquités nationales). © dinosoria.com

L’aurignacien n’était peut-être pas plus matriarcal que ne l’est notre époque.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préhistoire Empty Re: Préhistoire

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 22:32

Art du Néolithique
Au néolithique, l'art prend des formes diverses grâce aux sculptures et à la céramique.

Au néolithique, l'art prend des formes diverses grâce aux sculptures et à la céramique. La civilisation néolithique se définit surtout par l’invention de la pierre polie. L’artiste néolithique se caractérise, lui, par ses talents dans le domaine de la céramique. Cette méthode de fabrication n’est pas nouvelle mais est largement perfectionnée pendant cette période. 

Poterie du néolithique
Au début du néolithique (vers - 9 000 ans), la technique de la céramique n’en est qu’aux balbutiements. Les formes sont simples et sans aucune décoration.
Le tour du potier n’a pas encore été inventé et l’on façonne l’argile comme on peut.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Céramique peinte. IVe millénaire. (Musée d'Israël). © dinosoria.com

Rapidement, la technique s’affine. L’âge d’or de la céramique se situe au néolithique moyen (vers – 5 000 ans).
Par contre, à partir du néolithique récent (vers – 4 000 ans), la qualité de la céramique se dégrade. Il est probable que l’homme se préoccupe alors davantage de problèmes de production que de l’art.
Sculpture néolithique
Il semble que les premières sculptures néolithiques soient liées aux pratiques funéraires. L’inhumation se fait dans le sous-sol des maisons.
Après une période de latence afin que le corps se soit décomposé, la fosse funéraire était rouverte et le crâne en était extrait.
Certains de ces crânes recevaient alors des traitements particuliers : les traits du visage étaient reconstitués à l’aide de plâtre.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Crâne de Jéricho. VIIe millénaire. Jérusalem. (Musée des Antiquités) . © dinosoria.com

Tous les membres d’une même communauté ne bénéficiaient pas du même respect.
Par exemple, on constate que les enfants de moins de 15 ans étaient ensevelis dans l’équivalent de nos fosses communes.
Contrairement à aujourd’hui, l’enfant d’une manière générale ne bénéficiait d’aucun statut privilégié.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tête de femme. A Jéricho, les crânes humains font l'objet d'un véritable culte. Ils peuvent être décorés ou servir de support pour un modelage au plâtre. Les coquillages incrustés au niveau des orbites et la peinture rouge soulignent le réalisme. Jérusalem. (Musée des Antiquités) . © dinosoria.com

Toutes les sculptures ne sont pas liées aux rituels funéraires. Les représentations féminines sont très abondantes.
Au début du néolithique, certaines de ces statuettes sont très proches des Vénus du paléolithique.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les figures féminines sont très abondantes au néolithique (Museum of Anatolian Civilization) . By [ltr]Brewbooks[/ltr]

Peu à peu, la femme est représentée de manière plus stylisée et les formes abstraites apparaissent.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Penseur en terre cuite. IVe millénaire. Roumanie. Cette statuette a été trouvée dans une tombe. On n'a pas encore trouvé d'interprétation satisfaisante sur la position de cet homme. (Bucarest. Musée d'Histoire). © dinosoria.com

Peintures du néolithique en Afrique et en Europe
Entre 9 000 et 3 000 avant notre ère, le Sahara était un lieu très favorable à la vie. Partout, on retrouve des traces de cette activité humaine.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les chasseurs-pasteurs de l'âge de pierre occupaient le Sahara entre 8 000 et
3 000 avant notre ère. Peinture rupestre du Tassili. Style des Bouviers. Paris, Musée de l'Homme. © dinosoria.com

Les œuvres les plus anciennes datent du paléolithique supérieur, avant 9 000 ans avant notre ère. Les plus belles œuvres rupestres ont été produites par des populations d’éleveurs entre 6 000 et 2 000 ans avant notre ère.
Les populations néolithiques ont couvert les rochers de gravures et de peintures vivantes aux couleurs chaudes.
Dans cette région, 10 000 figures peintes ont été mises au jour en 1944. Cet ensemble, dit du Tassili, couvre une période très longue et raconte le quotidien des populations de cette région.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Chronique de la vie quotidienne. By [ltr]Gruban[/ltr]

L’une des premières périodes est définie par le style des « hommes à tête ronde ». Les représentations masculines y abondent. Ces hommes ont un corps schématique, une tête ronde et hypertrophiée et sont armés de masses, d’arc et de flèches.
Certains portent des masques.
La période suivante, dite des « bouviers », couvre une grande partie du Néolithique. C’est un art narratif. On y voit principalement des troupeaux de bovidés, des scènes de chasse et de la vie quotidienne.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Scène de travail. On n'a pas trouvé d'explications à la curieuse position des jambes de ces femmes et enfants. Paris, Musée de l'Homme. © dinosoria.com

La période dite du « cheval » couvre les II et I millénaires (âge des métaux). Ces peintures retracent l’apparition d’envahisseurs montés sur des chars mais c’est également une période où les chevaux étaient utilisés pour le transport. C’est pourquoi de nombreuses peintures représentent des cavaliers.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La vie animale était foisonnante dans le Sahara. On y trouvait de nombreux animaux sauvages aujourd'hui disparus. By [ltr]Gruban[/ltr]

La dernière période est celle dite du « chameau ». Elle commence vers environ 100 ans avant notre ère. Le chameau remplace peu à peu le cheval sur les fresques.
Nous quittons alors la préhistoire pour entrer dans l’histoire avec la présence de l’alphabet touareg.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Peinture du Tassili. Femmes assises et chasseurs qui rentrent. Paris, Musée de l'Homme. © dinosoria.com

Ces merveilleuses fresques font du Sahara un véritable centre de l’art néolithique. C’est l’un des plus riches au monde.
En Europe, c’est en 1903 que l’on découvre en Espagne les premières peintures rupestres du néolithique.
Les peintures sont de petites dimensions. Le thème de prédilection des artistes est la vie au quotidien.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préhistoire Empty Re: Préhistoire

Message  Arlitto le Mar 9 Aoû - 22:33

Feu: maîtrise, techniques
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le feu n’est pas une invention de l’homme bien évidemment, mais par contre, il a su inventer les techniques pour le maîtriser. La maîtrise du feu a donné à l’homme un avantage décisif sur les autres espèces

Maîtrise et techniques du feu
Le feu n’est pas une invention de l’homme bien évidemment, mais par contre, il a su inventer les techniques pour le maîtriser.
Le feu est considéré comme une conquête d’Homo erectus, mais il semble maintenant certain d’après des découvertes récentes, que la maîtrise du feu remonterait à une date bien antérieure. La maîtrise du feu a donné à l’homme un avantage décisif sur les autres espèces. Grâce au feu, nos ancêtres pouvaient mieux se protéger des prédateurs, se chauffer, s’éclairer et améliorer leur alimentation.
En s'affranchissant de l'état animal, l'homme a conçu un univers totalement nouveau. L'histoire de son émergence en tant qu'espèce à part se confond avec celle des inventions préhistoriques : de l'outil de la préhistoire à l'art préhistorique, l'homme n'a cessé de mettre des objets et du sens entre lui et le monde à l'état de nature. À l'inverse des inventions de l'Histoire, celles de la préhistoire répondaient toutes à un besoin vital. À la fin du néolithique, l'humanité avait atteint un tel niveau technique et culturel que certaines populations n'ont plus évolué pendant des millénaires.

Les premières traces de la maîtrise du feu
En avril 2012, une étude parue dans la publication hebdomadaire américaine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) révèle que nos ancêtres maîtrisaient le feu il y a 1,4 millions d'années.
Des fragments d'os d'animaux brûlés et d'outils en pierre qui semblent encore plus vieux ont été découverts dans des sédiments à l'intérieur de la caverne Wonderwerk dans le centre-nord de l'Afrique du Sud.
Les auteurs de l'étude, dont l'anthropologue de l'Université de Toronto, Michael Chazan, précisent :
Nous avons trouvé des cendres de substances végétales bien préservées et des fragments d'ossements, déposés sur des surfaces bien délimitées et mélangés aux sédiments », ce qui laisse supposer l'existence de petits foyers près de l'entrée de la caverne.
Certains fragments font apparaître une décoloration de la surface, effet typique d'un feu contrôlé et non d'un feu d'origine naturelle ou d'un autre phénomène du même genre.
L'analyse recule de 300 000 ans le moment de l'utilisation du feu par l'Homme, ce qui suggère que les ancêtres de l'Homme, déjà du temps de l'homo erectus, pouvaient avoir adopté le feu dans leur mode de vie.

Des découvertes de la maîtrise du feu
En avril 2004, des chercheurs israéliens ont découvert la preuve de la domestication du feu par l’homme il y a 790.000 ans.
L’équipe de Naama Goren-Inbar a mis au jour des graines, du bois et du silex brûlés sur le site archéologique de Gesher Benot Ya’aqov, au nord d’Israël. Réparties sur plusieurs points particuliers, ces traces d’olivier, de vigne sauvage et d’orge brûlés pourraient être les vestiges d’anciens foyers allumés par la main de l’homme. (Revue Science du 30 avril. 2004).
Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont passé au crible plus de 20.000 échantillons de graines et de fruits et plus de 50.000 échantillons de bois. Une faible proportion présentait des preuves de combustion, rapportent les auteurs, qui écartent ainsi l’hypothèse d’un feu naturel.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Reconstitution d'Homo erectus . By [ltr]Ideonexus[/ltr]

La grotte de Zhoukoudian, en Chine, est le site le plus riche d’Asie en fossiles d’Homo erectus. 
On y a également découvert de nombreux outils en quartz. Des strates noirâtres à plusieurs mètres de profondeur et sur plusieurs mètres de long ont été interprétées comme la preuve que l’homme entretenait du feu dans la grotte.
Cependant, aucun foyer classique n’y a été retrouvé. Par contre, des dents et des crânes d’animaux sont brûlés.
Cette grotte nous apprend donc qu’Homo erectus y a pénétré, y a laissé des outils et des ossements et que ces hommes connaissaient le feu.
Les vestiges de Zhoukoudian sont vieux de 500 000 à 1,5 millions d’années avant notre ère. Cependant, à ce jour, un doute subsiste. Tous les paléontologues ne sont pas d’accord et on ne sait pas vraiment s’il s’agit de feux spontanés ou de foyers entretenus.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Restes d'un foyer retrouvé à Etiolles (France) et datant du paléolithique supérieur. (Muséum national d'Histoire naturelle, Paris) . By Sylvain Souit

Le feu a-t-il fait l'homme ?
Quand l’homme a apprivoisé les flammes, il a franchi une étape fondatrice, qui le distinguait pour toujours des autres espèces animales. Car le pouvoir qu'il a ainsi acquis sur les animaux et la nature lui a ouvert de nouvelles voies. Avec la bipédie, l'outil, l'enterrement des morts et l'art, la maîtrise du feu constitue l'un des facteurs déterminants de l'hominisation.
La maîtrise du feu est-elle née par accident ?
L'homme a-t-il cherché à reproduire ces grandes flammes qui mangeaient littéralement la forêt lorsque la foudre s'abattait inopinément sur un arbre ? 
Nous ne le saurons jamais.
Il existe des traces de feu utilisé par l'homme pour faire cuire des animaux en Afrique du Sud et au Kenya, datées respectivement de- 1,5 et- 1,4 millions d'années. Mais, en l'absence de foyer sur certains sites, il se peut qu'il ne s'agisse que d'incendies exploités par l’homme, et non du produit d'une maîtrise technique.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Illustration d'un Homo erectus qui utilise la technique de la percussion oblique-lancée. (Cleveland Museum of Natural History) By [ltr]Hairymuseummatt[/ltr]

Parmi les premiers sites connus, on peut citer celui de la grotte de l’Escale (Bouches-du-Rhône, France), daté de Mindel I.
Note : Glaciation de Mendel: deuxième glaciation de l'ère quaternaire qui s'est étendue entre 650 000 à 350 000 ans environ.

  • 500 000 : Début de la glaciation de Mindel (Mindel I)

  • 450 000 : Interstade Mindel I.: réchauffement

  • 400 000 : Glaciation de Mindel II


D'autres foyers reconnus apparaissent à partir d'environ 400 000 ans : Menez-Dregan à Plouhinec, Lunel Viel en France ou Vértesszőlős en Hongrie.
Ces foyers sont incontestables car on note à côté de petits foyers remplis d’os brûlés et de charbon d’os, de nombreux galets aménagés.
Les techniques du feu
Il est difficile de déterminer précisément quelles techniques ont été utilisées par Homo erectus, puis par Homo sapiens, pour obtenir le feu.
Les preuves matérielles manquent.
Les techniques d’obtention du feu se divisent en deux grandes catégories :

  • Techniques par percussion

  • Techniques par friction


André Leroi-Gourhan a intégré cette division dans une classification tripartite, désormais classique :
La percussion oblique-lancée : elle emploie la projection d’étincelles sur une matière aisément combustible (étoupe, feuilles sèches, ect.), à l’aide de pierres dures (quartz, silex) que l’on percute contre d’autres pierres dures ou contre des nodules métalliques (pyrites de fer).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Illustration © Sophie Astruc

La percussion oblique-posée : c’est une technique par friction. Elle emploie le frottement ou le sciage continu d’une pièce de bois avec une autre pièce de bois généralement plus dure. La chaleur ainsi dégagée est fournie à une matière très facilement inflammable. Les formes modernes de cette technique sont l’allumette chimique et le briquet à molette.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Illustration © Sophie Astruc

La percussion circulaire : le feu est obtenu par rotation d’une baguette de bois dur introduite dans une cavité creusée dans une pièce de bois plus tendre. Le mouvement de rotation rapide que l’on imprime à la baguette directement avec les paumes de la main, ou indirectement à l’aide d’une courroie, produit un échauffement suffisant pour allumer les matières combustibles.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Illustration © Sophie Astruc

Les usages du feu
Les vestiges de foyers utilisés comme calorifères prouvent que nos ancêtres se servaient du feu pour se chauffer. 
La fonction d’éclairage du feu ne peut être documentée avec certitude que pour la période très tardive du magdalénien, lorsqu’apparaissent les premiers vestiges de lampes.
Au paléolithique supérieur, la lampe à graisse éclairait le fond des grottes.
Un bloc de calcaire ou de grès représentant une petite cuvette servait de support. Cro-Magnon y brûlait du suif de boeuf ou de cheval. Un peu de lichen servait de mèche.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lampe à graisse. (Cleveland Museum of Natural History) . © dinosoria.com

Le feu a-t-il été employé comme arme ? Une des spécialistes de la question, Catherine Perlès, souligne : »rien ne ressemble plus, pour un archéologue, à un incendie de prairie d’origine naturelle qu’un incendie de prairie allumé par l’homme. »
Cette incertitude, faute de traces indiscutables, n’invalide pas cependant le rôle du feu comme arme défensive.
La datation de la cuisson des aliments présente le même degré d’incertitude.
La poterie n’a pas une origine unique. Ses principes ont été découverts très tôt par diverses populations de chasseurs-cueilleurs qui fabriquent, dès le paléolithique supérieur, des figurines et des récipients en argile cuits au four.
Il est clair que la poterie s’est développée dès que les populations se sont sédentarisées, avec la pratique de l’agriculture et de l’élevage.
Parmi les principaux sites recelant des vestiges de poterie datant du VIIe millénaire avant notre ère, il faut citer Çatal Höyük en Anatolie ; Ramad III et Bouqras III en Syrie ; Sesklo en Thessalie ; Néa Nicomedia en Macédoine ou encore cap Ragnon dans le sud de la France.
La chronologie de la maîtrise du feu est donc encore bien incertaine. Les prochaines découvertes nous permettront sans doute d’en apprendre davantage.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Préhistoire Empty Re: Préhistoire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum