Islam Critique

Page 4 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:02

Rappel du premier message :

Islam Critique

Takfirisme pour obtenir femmes et butin

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
Abu Qatada est monté sur son cheval et a été rencontrer Abu Bakr.
Quand il arriva devant lui, il dit : tu sais que Malik bin Nouwarya avait un pacte et qu’il avait prétendu qu’il était musulman. J’ai tenté de raisonner Khalid mais il n’a pas voulu m’écouter et il a suivi les avis des bédouins qui voulaient du butin.
Omar se leva et dit : O Abu Bakr, il y a de l’injustice dans l’epee de Khalid. Et si ceci n’est pas juste, tu as le devoir de le punir.
Abu Bakr resta silencieux.
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction
[1] : Al-Harith Bin Rab’ii al-Ansari al-Soulami dit “Abu Qatada”. Un des compagnons du prophète des musulmans.
[2] : Le premier calife
[3] : Khalid ibn al-Walid. Le mercenaire du califat.
[4] : Omar ibn al-Khattab. Deux ans plus tard, il allait devenir calife quand Abu Bakr décèdera. Malgré son caractère brutal attesté par de nombreuses sources, il n’aimait pas Khalid ibn al-Walid.
[5] : Khalid ibn al-Walid était appelé « l’épée d’Allah ». A prendre dans le sens littéral. C’est lui qui défend Allah et tue pour Lui.
 
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 
Source :
Tarikh al-Islam (l’Histoire de l’Islam)
De: Al-Dhahabi (1274 – 1348)
Volume 2, page 26
 
Analyse :        
                                             
Voici un cas précis montrant la raison principale du takfirisme : le butin !
En fait, Khalid ibn Al-Walid terrorisait au nom du premier calife. Ce dernier avait besoin d’un coup de terreur pour montrer de quoi il était capable pour se maintenir au pouvoir.
Khalid, en plus de ses fidèles, recruta des bédouins prêts à tout. Au cas où ils trouvent des « apostats », ils devaient les tuer et se faire payer en nature : prendre les biens et les femmes des morts.
Problème : les bédouins ne veulent pas rentrer bredouilles. On leur a fait miroiter des femmes et des richesses. Ils veulent de l’apostat et vite ! Autrement, ils risquent de quitter Khalid voire même se retourner contre lui.
C’est là qu’arrive la tribu de monsieur Malik bin Nouwarya. Malgré qu’ils sont musulmans et le clament haut et fort, Khalid ne veut rien savoir. En chef de guerre avisé, il sent que s’il ne lâche pas du lest à ses bédouins, cela risque de mal tourner.
Malik bin Nouwarya est donc déclaré « kafir » et égorgé. Le soir même Khalid viole sa femme qui – dit-on – était très jolie. Avant sa mort, Malik savait qu’on le tuait pour elle.
Pour être juste, les livres sunnites ne disent pas il a violé la femme mais il a « épousé » la femme. Pour eux, décapiter un homme et copuler avec sa femme le soir même près de son cadavre s’appelle un mariage béni et hallal. Il n’y a rien à attendre de ces livres qui ont pris le parti des injustes et font tout pour corrompre les valeurs morales des gens afin que le criminel sorte blanc comme neige.
La fin de l’histoire nous dit qu’Abu Bakr – dit le Siddiq (le Juste) – s’est tu. Il n’allait rien faire et effectivement il laissa Khalid et ses troupes causer massacres, tueries et pillages. Il avait besoin que Khalid fasse le nettoyage de toutes les poches d’opposition. Il l’encouragea même à la cruauté en lui demandant de bruler vivants ceux qu’il chope.
Officiellement, dans l’islam sunnite, Abu Bakr est un « moubachar bil janah ». C’est-à-dire qu’il est au-dessus de la justice divine. Le sunnisme ne proclame pas l’universalité de la justice mais plutôt un système qui met l’homme politique au-dessus de tout. Son mercenaire Khalid ibn al-Walid est considéré comme un héros et des maternelles, écoles et mosquées portent son nom. Dans l’islam chiite qui se veut proche de la tradition du prophète des musulmans et de sa famille, Abu Bakr et Khalid sont maudits.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas


Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:20

Sans une “allégeance à son cou”, le musulman va en enfer

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


— Début de la traduction —
58 – (1851) Ubaydullah bien Mouaadh bin an Al-Anbari nous a dit : mon père m’a dit : Assim nous a dit (et c’est Ibn Mohammed bin Zayd), d’après Zayd bin Mohammed, d’après Nafi’a qui a dit :
Abdallah Ibn Omar est venu chez Abdallah bin Mouti’a quand il s’est passé à la Harraa ce qui s’est passé à l’époque de Yazid bin Muawiya.
Il {Abdallah bin Mouti’a} a dit : posez un coussin pour le père d’Abd al-Rahman 
Il {Ibn Omar} répondit : je ne suis pas venu pour m’assoir. Je suis venu t’apporter un hadith que j’ai entendu du messager d’Allah. Le message d’Allah disait : « Celui qui cesse d’obéir, rencontrera Allah le jour du jugement dernier sans aucune excuse. Et celui qui meurt alors qu’il n’y a pas une allégeance à son cou, il mourra une mort préislamique  »
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction
[1] : Pour apprécier à sa juste valeur la dissimulation de l’auteur de Sahih Muslim, il faut juste savoir que l’affaire de la Harraa c’est quand les soldats du califat sont tombés sur Médine en l’an 683 puis la Mecque quelques mois plus tard (684) avec ce résultat :
– Des milliers de femmes violées
– Des bébés et des compagnons du prophète tués
– La Kaaba rasée complètement
Vous pouvez trouver les articles précis avec leurs sources en regardant plus bas dans la section des articles connexes. Mais notez bien comme Muslim passe un voile pudique dessus en disant simplement : « quand il s’est passé ce qui s’est passé »
Le même calife avait également ordonné la décapitation du petit fils du prophète des musulmans (Hussein) en l’a 680 et sa tête fut transportée et exposée sur un pique aux populations de nombreuses villes dont Damas.
[2] : Il s’agit d’Ibn Omar. Chez les Arabes on appelait souvent l’homme par le nom de son fils (Ibn Omar avait un fils qui s’appelait Abd al-Rahman).
[3] : l’allégeance aux hommes de pouvoir est toujours décrite dans les mêmes termes qu’un collier de chien : elle se porte autour du cou
[4] : Dans le texte original « une mort de jahiliya ». L’époque de « jahiliya » ou « de l’ignorance » est l’époque d’avant l’islam. L’islam considère que tout ce qui était avant, c’est la jahiliya. Mourir dans la jahiliya, c’est une façon de dire « mourir en dehors de l’islam » et donc aller en enfer.
 
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cliquez pour agrandir
 
Source :
Sahih Muslim
De : Muslim ibn al-Hadjaj
Page 898
 
Analyse :
Ce hadith doit être considéré comme le point ALPHA a partir duquel toute étude de l’islam sunnite doit commencer.
Sans surprise, ce hadith vient d’Ibn Omar. C’est-à-dire « le fils d’Omar » ; Omar était le second calife. Son fils est une source super importante de hadiths dans le sunnisme (Aicha était la fille d’Abu Bakr, le premier calife et elle est aussi une source importante de hadiths sunnites). Avec beaucoup de constance, il défend les hommes de pouvoir (califes) et insiste qu’il faut leur obéir – quoi qu’ils fassent  – sous peine d’enfer éternel.
Il est frappant de voir son audace : utiliser les paroles du prophète pour demander aux musulmans d’obéir à l’homme qui a fait tuer son petit-fils, mis à sac ses villes, tué ses compagnons et fait violer des milliers de femmes à Médine.
Bien entendu, toutes écoles religieuses du monde ont été – à une époque ou une autre – soumises aux dictats des hommes de pouvoir. Rien de nouveau ici. Sauf que le sunnisme est la seule école où ceci a si bien marché que des millions de gens y croient jusqu’à maintenant.
Voici donc l’équation que vous pose Sahih Muslim, une des fondations de l’islam sunnite : vous pouvez croire en Dieu, vous pouvez croire au prophète, vous pouvez croire au Coran, vous pouvez suivre les enseignements de l’islam à la lettre, vous irez en enfer si vous n’avez pas le collier de l’allégeance à un homme de pouvoir à votre cou. Vous devez prêter allégeance à un calife même si c’est un criminel. Ça vous rappelle quelque chose ?
Des milliers de musulmans prêtent allégeance aux terroristes d’ISIS malgré leurs crimes. C’est ce genre de hadiths qui les incitent à le faire. Le sunnisme n’est rien d’autre qu’une allégeance aux hommes de pouvoir. Même si le calife est un sataniste ou Satan en personne, il faut lui obéir nous dit Muslim dans un autre hadith (voir plus bas)
NB : Notez aussi le coté opportuniste de la narration ! Alors que le prophète est mort depuis 51 ans à cette époque, c’est seulement maintenant qu’Ibn Omar sort ce hadith.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:20

Ordre d’obéir aux hommes de pouvoir même si ce sont des sataniques

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Il est dit ceci : « le prophète a dit : “il y aura après moi des dirigeants / guides [imams dans l’original] qui ne suivront pas ma voie et ne suivront pas mon exemple [ma sunnah dans l’original]. Parmi eux, il y a aura des hommes dont les cœurs seront les cœurs des diables dans le corps d’humains”
J’ai répondu :
– Qu’est-ce que je fais – envoyé d’Allah – si je vis assez longtemps pour voir cela ?
Il a répondu :
– Ecoute et obéit à l’émir ! Même s’il frappe ton dos et confisque ton argent, écoute et obéit !”

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 

 
Source :
Sahih Muslim
De : Muslim Ibn Al Hadjjaj
Volume 5 pages 181 et 182
NB : Sahih Muslim, avec Sahih Boukhari, est un des livres fondamentaux de la doctrine sunnite.
 
Problème :
L’islam – tout du moins dans sa lecture sunnite ultra-majoritaire – n’affirme pas la victoire éternelle, définitive et non équivoque du Bien sur le Mal. Au contraire, quand Satan est incarné par les hommes politiques, les guides, les émirs, les vizirs (et souvent il l’a été), ce Satan a une claire préséance sur Dieu.
 
Contre-thèse :
Les hommes politiques musulmans ont depuis toujours exercé un contrôle sur tout ce qui s’écrivait. Beaucoup de livres importants en Islam (exemple : Sira de ibn Hicham) ont été écrits sur commande d’un calife qui payait le service. Beaucoup de passages servent à gloire le client ou l’establishment politique en général. Malheureusement, l’approche dogmatique qu’ont beaucoup de gens de ces livres empêche la remise en question du moindre mot qu’ils contiennent. Au passage, on remarque une contradiction avec le Coran qui affirme qu’il ne faut même pas se pencher ou tendre vers les injustes :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
Télécharger le livre PDF en Arabe / Anglais pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:20

An 724 – Les Califes au-dessus de la justice divine

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— début de la traduction —
L’année 105 
[…]
En cette année durant le mois de Chaabane est mort le calife Yazid bin Abd al-Malik bin Marwane. Son grand-père maternel était Yazid ibn Muawiya. Il a vécu trente-quatre ans. Il a été calife quatre ans et un mois. Il était blanc, gros et gaspillait l’argent. Il avait payé 4000 Dirhams à un coiffeur pour une coupe de cheveux.
[…]
Abd al-Rahman bin Zayd bin Aslam a dit : quand il avait été investi au pouvoir, il avait dit : faites comme pour Omar ibn Abd al-Aziz !
Ils lui avaient donc ramené quarante cheikhs qui lui ont témoigné que les califes ne subissent ni jugement, ni châtiment divin. Il s’est donc engagé dans l’injustice, le gaspillage de l’argent, l’alcool, l’écoute des chansons et l’intimité avec les chanteuses.
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction :
[1] : C’est en années lunaires du calendrier de l’Hégire. Cela donne l’année 724 de notre ère. Nous sommes à peu près 92 ans après la mort du prophète des musulmans.
[2] : C’est le 8eme mois de l’année lunaire (c’est le mois précédant le Ramadan)
[3] : C’est son grand père – Yazid – qui avait fait violer les femmes de Médine en 683 (voir article ici). Et c’est son fils al-Walid qui avait violé son frère et qui voulait se saouler sur la Kaaba (voir article ici). Le comportement des califes reste le même de père en fils.
 
Page(s):
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 

 
Source:
Chadharat al-Dhahab, fi Akhbar man Dhahab (les Pépites dans les Nouvelles de ceux qui sont Partis)
Ibn Imaad al-Hanbali (1623 – 1679)
Volume 2, pages 28 et 29
 
Analyse:
Ce n’est ni la première, ni la dernière source que nous voyons qui affirme que les hommes politiques sunnites sont au-dessus de la justice divine. La première prétention de ce genre se trouve dans le hadith des dix auxquels on a annoncé le paradis (moubacharine bil Janah).

Très tôt, les hommes politiques (califes, sultans, walis… etc.) ont voulu contrôler la conscience des gens par la religion. Au passage, ils se sont octroyés la part du lion en se mettant eux-mêmes au-dessus de la justice divine et en décrétant que Dieu / Allah n’osera pas les juger. Ceci permettait de faire taire le citoyen moyen qui devait accepter la corruption et les injustices. Il n’avait même pas le droit de demander de l’aide à Dieu dans ses prières parce qu’on lui disait que même Dieu est dans le coup et soutient les califes.

A leur décharge, une minorité de musulmans a compris la supercherie et a rejeté les hommes de pouvoir (Rafidi / Rafidisme). On les appelle les chiites et ils ne citent jamais un nom de calife sans rajouter leur signature : « qu’Allah le maudisse ». Ce rejet leur a valu massacres et persécutions mais aussi la haine de ceux qui se sont soumis au pouvoir (sunnites). Cette guerre continue jusqu’à maintenant. Beaucoup de sunnites dressés dans le culte du califat depuis leur enfance sont prêts à imiter leurs modèles et tuer des Rafidis à mains nus s’ils en trouvaient.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:21

An 744 – Le calife incestueux qui voulait se saouler sur la Kaaba

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— début de la traduction —
6575 – Al-Walid bin Yazid bin Abd al-Malik bin Marwane al-Umawi
Il est né en l’an 96 [1] et il a été dit en l’an 92. Il avait un peu plus de dix ans quand son père mourut.  Son père avait conclu un accord avec Hicham bin Abd al-Malik pour gérer ses affaires. A la mort de Hicham [2], le califat fut donné à Yazid.
[…]
Al-Laith a dit : Al-Walid a fait le pèlerinage en tant que guide alors qu’il avait 16 ans.
Al-Walid a eu des enfants dont Uthman et al-Hakam qui ont été égorgés en prison. Il eut aussi Yazid et Al-Abas ainsi que plusieurs filles.
Al-Waqidi : Ibn Zinad nous a informé d’après son père : Al-Zahari [3] critiquait Al-Walid, et il disait des choses très graves, il parla même d’enfants. […] Il disait qu’il fallait l’écarter. Mais Hicham [2] n’y pouvait rien. Si al-Zahari avait vécu plus longtemps, al-Walid l’aurait tué.
[…]
Al-Mouaaffi a dit : j’ai rassemblé beaucoup d’informations et de poèmes d’al-Walid. […] Il a déclaré franchement qu’il rejetait le Coran et ne croyais pas en Allah.
Ahmed bin Zahir : nous avons été informés par Souleymane bin Abi Sheikh, nous avons été informés par Salih bin Souleymane qui a dit :
Quand al-Walid bin Yazid a voulu aller en pèlerinage, il a déclaré : « je vais me saouler sur la Kaaba ». Pour ceci, des gens ont voulu l’assassiner. Khalid al-Qaysari l’en a averti. Al-Walid lui a demandé : qui sont-ils ? Mais al-Qaysari a refusé de répondre.
Al-Walid dit : Je vais t’envoyer chez Youssouf bin Omar !
Khalid al-Qaysari répondit : et après !
Il l’a donc envoyé. Il fut torturé et tué.
Mousaab al-Zoubayri, d’après son père a dit : j’étais chez al-Mahdi et Al-Walid bin Yazid a été cité. Un homme dit : c’est un hérétique !
On lui répondit : Stop ! Le califat d’Allah est trop important pour qu’Allah le donne à un hérétique. [4]
Abdallah bin Waqid al-Jarami a dit :
Quand ils se sont réunis pour projeter l’assassinat d’Al-Walid, ils ont consulté son fils Yazid. A son tour, il a consulté son frère Al-Abas qui lui a déconseillé de participer.
Yazid est sorti de nuit avec quarante hommes. Ils ont attaqué un dépôt fortifié et ligoté ses gardiens. Ils ont pris de l’argent qu’ils ont transporté sur des bêtes. Ensuite, il a conclu un accord avec son cousin Abd al-Aziz et il a investi l’argent pour recruter deux mille hommes.
Les hommes de Yazid ont attaqué les hommes d’al-Walid. Ces derniers ont fini par changer de camp et rejoindre les troupes de Yazid. Al-Walid s’est réfugié au fort de Boukhara. Abd al-Aziz l’a attaqué et a commencé à en détruire les fondations.
Un appel retentit : tuez l’ennemi d’Allah d’une mort de sodomites ! Lapidez-le !
Ils finirent par l’encercler puis escalader les murs et ils le tuèrent.
Ils lui ont dit :
– Nous te chations pour avoir violé les interdits d’Allah, bu de l’alcool et couché avec les mères des enfants de ton père.
Puis, ils ont tranché sa tête et l’ont prise chez Yazid qui avait promis une récompense de cent mille à celui qui la lui rapporterait.
Ils ont mis sa tête sur une flèche et l’ont exposée après la prière du vendredi. Son frère Souleymane l’a regardé et dit : qu’il disparaisse ! C’était un ivrogne dépravé qui avait sexuellement  abusé de moi. [5]
Il a été dit qu’il vécut trente-six ans et il est mort en l’an 126. Son règne dura un an et trois mois. [6]
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction :
[1] : C’est le calendrier de l’Hégire. Sachant que le prophète des musulmans est mort en l’an 11 de l’Hégire, ceci donne une idée du déroulement des choses. L’an 96 correspond à peu près à l’an 714 de notre ère.
[2] : Hicham ibn Abd al-Malik le frère du calife mourant. Il sera le 10eme calife Omeyyade. [wiki : ar, an, fr]
[3] : al-Zuhri (Ibn Shihab al-Zuhri) est un des hommes de confiance de Boukhari. Il fait partie de sa chaine de narration en or. Il est mort en l’an 124 de l’Hégire (environ 742 de notre ère) soit juste avant que al-Walid – qui avait déjà beaucoup de pouvoir – ne soit investi officiellement calife. Il était l’enseignant des enfants du calife Hicham. [wiki : ar, an]
[4] : Les premiers califes refusaient l’appelait « calife d’Allah » lui préférant « le calife du prophète » mais ici les choses ont bien évolué.
[5] : Pour ceux qui croient qu’on a mal lu, voici le zoom sur la phrase. Si vous nous ne croyez pas, imprimez ce bout et faites-le traduire par une entreprise de traduction certifiée :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
[6] : Et dans d’autres sources, un an et deux mois. Il fut succédé par son fils Yazid qui prit le rôle de 12eme calife Omeyyade. Yazid, l’enfant parricide, mourut au bout de 6 mois; on parle de maladie. Il laissa son frère Ibrahim au pouvoir. Ibrahim fut le 13eme et le dernier calife Omeyyade. Il ne régna que quelques semaines. On peut dire que Al-Walid était le dernier calife Omeyyade à avoir régné plus d’un an. Les deux suivants n’ont eu qu’une présence symbolique qui a confirmé la fin de cette dynastie.
 
Page(s):
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 (page 4136)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(page 4137)
 
 
Source:
Siyar Aalaam al Noubala’a
De: al-Dhahabi (1274 – 1348 Damas)
Pages 4136 et 4137
 
Analyse:
Voici une belle histoire du califat comme on les aime : tout y est ! Alcoolisme, inceste, pédophilie et dépravations de toute sorte. C’est presque tentant d’aller voir dans les livres anti-califes (ceux des chiites) pour avoir plus de détails. Mais nous sommes tenus de rester dans le domaine du narratif sunnite parce qu’il est si pro-califes qu’il est difficile de l’accuser de vouloir les calomnier.

Il est urgent que plus de musulmans lisent les livres de leur propre religion pour y apprendre ce que c’est qu’un calife. Le calife cumule tous les mandats : pouvoir exécutif absolu, pouvoir judiciaire absolu (il est juge), pouvoir religieux absolu (il est imam)… mais en même temps, à travers les âges, leur perversité ne s’est jamais démentie depuis le premier – Abu Bakr – qui brulait les gens vivants et avait initié la culture des fosses communes.

Positions des musulmans :

  • Sunnites : bénissent le premier, voir le second calife omeyyade. Evitent de trop parler des autres pour ne pas faire sortir des histoires comme celles-ci

  • Chiites : maudissent les califes omeyyades du premier jusqu’au dernier


Le culte des califes est – en grande partie – responsable du terrorisme dans le monde sunnite. Parce qu’il ne faut pas oublier que le calife n’est pas seulement un homme, mais c’est aussi un enseignement transmis. Chaque calife encourageait certains écrivains ou en tuait d’autres. Ceux qui étaient grassement payés, sont ceux qui défendaient les déviations auxquelles croit l’homme de pouvoir. Le fait de sacraliser ce dernier, fait que son idéologie est transmise et respectée et cela cause les dégâts que nous connaissons.
 
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:21

ABBASSIDES: AL-KISA’I sodomise un jeune garçon

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— début de la traduction —
Et il a été raconté qu’il buvait du vin et couchait avec de jeunes garçons.
Il a été dit qu’il a demandé à un garçon qui était dans la classe d’apprentissage du Coran de se mettre debout et il a commencé à le sodomiser.
Un autre étudiant est arrivé pour saluer. Al-Kisa’i l’a vu et s’est vivement assis laissant le garçon debout et choqué.
L’étudiant demanda : mais qu’est-ce qu’il a donc ce garçon à se tenir debout ?
Al-Kisa’i répondit : on lui a fait des choses et il s’est mis debout ! 
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction :
[1] : Al-Koutab en Arabe signifie une petite classe utilisée pour apprendre le Coran aux enfants. Al-Kisa’i s’occupait des enfants y compris ceux du calife Haroun al-Rachid. Ces deux enfants, une fois arrivés au pouvoir, seront des débauchés notoires. Ils avaient un gout pour les jeunes garçons également. Peut-on y voir l’influence de Al-Kisa’i ? Dictionnaire ci-dessous :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[2] : C’est une boutade à double sens impossible à traduire. Elle fait référence à certaines règles de la grammaire Arabe de sorte que le nouvel arrivant pense qu’Al-Kisa’i est en train de dire une règle de grammaire.
 
Page(s):
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Source:
al-Wafi bil Wafiyates
De : Salah al-Dine al-Safadi [wiki: ar] (Ecole Sunnite Chafeeite)
Volume 21, page 49
 
Analyse:
On a vu dans un autre article, le très sunnite biographe al-Dhahabi expliquer que Al-Kisa’i buvait et couchait avec les jeunes garçons. Ici, on a un détail ou une scène en particulier où on retrouve Al-Kisa’i en train de violer un garçon qu’il devait enseigner.
Sachant qu’il y a 7 lectures approuvées du Coran et que celle de Al-Kisa’i en fait partie, ne peut que soulever des questions sur le genre de personnes qu’on considère comme des sources crédibles pour des choses importantes. Voici un article Wikipedia résumant le vaste domaine des lectures coraniques. Regardez bien dans la liste et vous allez retrouver celle de notre ami Al-Kisa’i.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:22

Le Salafiste al Jawziya justifie la pédophilie sur bébés

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
Il a été dit: est-ce que vous interdisez de jouir de la femme sans pénétration ?
Il a été répondu: s’il elle est jeune à un âge où les filles ne se pénètrent pas, il n’est pas interdit de l’embrasser ou d’avoir des relations sexuelles sans pénétration. Ceci est conforme à ce qu’écrit Ahmeddans l’un des deux récits qu’on rapporte d’après lui. Cet avis est celui de Mohammed al Maqdissi, notre cheikh et d’autres.
Il a donc dit: si elle est si petite, si c’est un bébé, comment faire pour savoir qu’elle n’est pas enceinte ? Et il a dit dans un autre récit : on vérifie sa viduité avec un seul cycle de règles si elle a des règles. Autrement, on attend trois mois si elle fait partie de celles qui peuvent être pénétrées et tomber enceintes.
Abou Mohammed a dit : apparemment, il n’est pas nécessaire de s’assurer de sa viduité et il n’est pas interdit d’avoir de relations sexuelles. Ceci est le choix d’Ibn Abi Moussa, et Malik et c’est ce qui est authentique. La raison pour laquelle c’est autorisé est justifiée et il n’y a aucune preuve pour son interdiction : il n’y ni texte, ni sens de texte.
L’interdiction d’avoir des relations sexuelles sans pénétration avec l’adulte avait pour cause que ceci pouvait provoquer une pénétration illicite ou bien qu’elle soit la mère d’un enfant d’un autre homme. Et comme ces points ne peuvent pas se confondre , il faut travailler sur la base que c’est licite.”
— Fin de la traduction —

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 
Notes de la traduction :
[1]: Le texte original dit: “il n’est pas harram”. Le harram est un interdit religieux. Le contraire du harram est le hallal.
[2]: le terme utilisé est “moubachara” qui dans le dictionnaire Arabe signifie deux choses : avoir des relations sexuelles complètes. Ou bien avoir des relations sexuelles sans pénétration. Ce dernier sens semble plus cohérent ici.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[3]: Ahmed sans aucune autre précision dans ces livres est Ahmed Ibn Hanbal le fondateur de l’une des 4 écoles de l’islam sunnite (école hanbalite). C’est cette école qui inspire le salafisme et le wahhabisme.
[4]: L’expression « notre cheikh » chez Al Jawziya et beaucoup d’autres auteurs, se réfère tout le temps à Ibn Taymiyya surnommé « le Cheikh de l’Islam ». Dans la bouche d’Al Jawziya l’expression prend un sens littéral parce qu’il était lui-même l’un des élèves d’Ibn Taymiyya.
[5]: le terme utilisé est « radi’aa » qui veut dire littéralement « celle qui tête le lait ». Ce terme se traduit par « bébé » sans possibilité d’équivoque.
[6]: Il veut dire qu’il n’y ni texte direct et explicite pour l’interdiction, ni autre texte qui interdit cela ne serait-ce que de manière indirecte.
[7]: C’est-à-dire que la petite ne peut pas tomber enceinte et causer des doutes sur la paternité de l’enfant.
NB : Les pages avant ou après le texte traduit ne contredisent pas et ne prennent pas leurs distances avec le texte traduit. Le texte traduit est affirmé sans équivoque par l’auteur. A la lecture, le texte semble un peu confus mais ce style est celui de l’original. 
 
Source :
Zaad al Miaad
De : Ibn al Qayyim al Jawziya
Tome 5, page 655
 
Problème :
Ce livre est souvent référencé (on dit juste « Al Zaad » quand on en parle) a été écrit par l’un des élèves les plus importants de celui qu’on appelle aujourd’hui, le cheik de l’islam Ibn Taymiyya. Ce dernier est mort en prison condamné par les 4 écoles sunnites y compris la sienne. Dans les dernières décennies, des investissements colossaux ont été consentis afin de promouvoir son œuvre et celle de ses disciples. C’est dans ce contexte que le « Zaad » est devenu un livre incontournable de beaucoup de mosquées et de foyers musulmans. Même dans des zones où l’école hanbalite n’avait pas d’influence historique (comme au Maghreb : Tunisie, Algérie, Maroc), les Etats ont fait des efforts importants pour l’importer. Il faut voir derrière cela l’influence du Wahhabisme qui, en tant que courant le plus fortuné de l’islam, devient naturellement le plus influent.

On retrouve encore une fois Ibn al Jawziya justifiant ouvertement la pédophilie. Il le faisait également dans un autre de ses livres évoqué à cette page.
Ces « cheikhs » assoiffés de sang humain et de sexe avec des enfants ont été sortis de leurs tombes et deviennent l’objet d’une idolâtrie sans bornes. Même sans savoir ce qu’ils racontent dans leurs livres, beaucoup de musulmans ne permettent pas qu’on les critique. Ils n’en savent d’eux que ce que leur imam ou leur télévision d’Etat leur en a dit.

Ces livres influencent des fatwas, des cours religieux, des décisions de tribunaux, des lois… et par là même la vie de millions de gens qui ne savent pas ce qu’ils contiennent vraiment.
On voit – par exemple – sur ce forum fréquenté par des personnes travaillant pour la justice algérienne un long post expliquant la légalité religieuse d’accepter les tests ADN comme preuve de paternité en vue d’un héritage. En cherchant en ligne avec une phrase de ce post, on voit qu’il correspond à une étude utilisée par de nombreux barreaux de pays musulmans pour se positionner vis-à-vis des tests ADN. Une des références de cette étude c’est le « Zaad » d’Ibn Jawziya :
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Donc un justiciable d’un pays musulman, même musulman, peut se retrouver avec des jugements basés sur des livres qui véhiculent des valeurs déshonorables et contre-nature.
On remarque au passage cette obsession à vouloir trouver dans des grimoires du Moyen Age des réponses à des questions modernes comme celle des tests ADN.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:22

Justification d’actes sexuels sur enfants [déconseillé aux personnes sensibles]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Il est dit ceci : « dans les « Foussoul »[1] on rapporte d’après Ahmed [2] au sujet d’un homme qui craignait que du sperme ne coule de son pénis ou que ses testicules soient incapables de retenir le sperme durant le Ramadan [3]. Il a dit [Ahmed] : il fait sortir le sperme. Mais il n’a pas dit avec quoi il le fait sortir.
A mon avis [4], il doit le sortir avec ce qui ne gâcherait pas le jeûne d’autrui. Comme se masturber avec sa main, ou contre le corps de sa femme ou une esclave qui n’est pas en train de jeûner.
S’il a une esclave enfant ou petite [5], qu’il se masturbe avec sa main à elle. Pareil pour la mécréante. Il a le droit de la pénétrer sauf dans son vagin. Mais s’il veut la pénétrer dans le vagin alors qu’il a des options pour sortir le sperme autrement, ceci ne serait pas permis à mon avis. Si la nécessité est remplie, il est interdit d’aller au-delà [6].
 
Notes de traduction
[1] : Probablement le livre de Ibn Aqil « Al Wadih fi Foussoul al Fiqh » (livre de sharia)
[2] : Dans les livres islamiques « Ahmed » c’est toujours Ahmed Ibn Hanbal fondateur de l’école hanbalite
[3] : ce qui gâcherait donc son jeûne
[4] : Pas clair l’avis de qui parce qu’il y a 3 niveaux de citations imbriquées ici : Ibn al Jawziya cite Ibn Aqil qui cite Ahmed. Ce « à mon avis » (wa indii) est équivoque dans le texte original parce qu’on ne sait pas de l’avis duquel des trois il s’agit.
[5] : « saghira » dans le texte original qui veut dire « petite ». Dans la phrase « enfant ou petite », le mot « petite » qualifie une enfant encore plus jeune. Le sens « bébé » peut-être compris mais une traduction directe « saghira = bébé » serait abusive.
[6] : En islam manger de la bête trouvée morte est interdit. Ici, il veut dire que ça serait licite d’en manger en cas obligation absolue (autorisation classique dans toutes les écoles) mais qu’il serait interdit d’en manger jusqu’à satiété. Il faudrait donc en manger à peine pour ne pas mourir de faim. Dans le même ordre d’idée, Ibn al Jawziya rapporte ou dit qu’il serait licite de sodomiser la mécréante durant le Ramadan mais qu’aller jusqu’à des relations vaginales serait excessif et comparable à manger a satiété d’un animal mort.
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 
Source :
Badaiou al Fawa’id [Les Merveilles des Bienfaits]
De : Ibn al Qayim al Jawziya
Page 1473
 
Problème :
Aucun passage ne montre avec autant de puissance la perversité de ces grimoires du Moyen Age qui jusqu’à aujourd’hui empoisonnent la vie spirituelle et sociale des millions de gens. Peut-on trouver de la lumière chez un auteur qui valide dans un même paragraphe la pédophile et l’esclavage sexuel ?

Ibn Al Jawziya ne cite pas ce texte pour le contrer ou en souligner l’abomination. Au contraire, il l’utilise pour étayer son chapitre sur le jeûne du Ramadan.

Ibn Al Jawziya était un élève d’Ibn Taymiya. Ces deux sunnites hanbalites sont au cœur du renouveau de la pensée salafiste et les inspirateurs – plus tard – de Mohammed ben Abdelwahab qui va créer le Wahabisme. L’influence de ces auteurs de nos jours est plus forte qu’a l’époque où ils étaient en vie parce qu’ils ont reçu une promotion importante dans les medias, mosquées et écoles des pays musulmans. Ils influencent la vie et les choix de millions de musulmans parce que beaucoup d’imams et de guides spirituels inspirent leurs fatwas depuis les travaux de ces auteurs.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:22

L’horrible fatwa pédophile de Khomeiny depuis son propre livre

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— début de la traduction [source chiite] —
Point 12 – Il est interdit de pénétrer l’épouse avant ses neuf ans révolus et ceci que le mariage soit permanent ou interrompu.
Quant aux autres jouissances comme les attouchements sexuels, l’enlacement ou la jouissance entre les cuisses, elles sont acceptables même chez le nourrisson.
Et s’il la pénètre avant ses neuf ans sans l’endommager, il n’y a pas de blâme pour lui sauf un péché au pire. Par contre, s’il l’endommage en transformant en un seul passage le canal de l’urine et des règles [1], ou en transformant en un seul passage le canal des règles et le canal des excréments, il devient illicite pour lui de la pénétrer et pour toujours [2].
— fin de la traduction [source chiite] —
 
Notes de traduction :
[1] : par « canal des règles » il veut dire « vagin » tout simplement. Il n’y a pas nécessairement de présomption qu’elle soit en âge d’avoir des règles à l’âge dont il est question. Nous parlons d’une fille de 0 à 9 ans ici.
[2] : la suite du texte explique que dans ce cas, il y a probablement une obligation de subvenir à ses besoins pour le reste de sa vie. Mais vers la fin du paragraphe, il revient dessus en disant qu’il est plus probable que l’homme n’ait pas à subvenir aux besoins de cette victime.
 
Page(s):
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
page 221)
 
Source:
Tahrir al-Wassiila
De: Ruhollah Khomeini
Volume 2, page 221
 
Analyse:
Tout le monde parle de cette Fatwa mais personne ne l’a vue. Islamlab vous l’apporte en exclusivité depuis sa source originale avec la page et le livre en PDF. Cette sortie était tellement choquante dans le monde musulman (et au-delà) que beaucoup ont cru que c’est une légende urbaine et qu’un Guide Suprême d’un Etat comme l’Iran n’aurait jamais écrit un truc pareil.

Voilà donc ce « calife » chiite qui n’a rien à envier aux califes sunnites et leurs affidés. Ces gens ne cachent même plus leurs obsessions pédophiles. Dans beaucoup de pays, des types pareils seraient enfermés. Dans le monde musulman – et c’est le problème de ce monde – ce sont les sales types qui font la leçon aux braves gens sur ce que doit être le code de le leurs vies.

NB : ne vous trompez pas sur les intentions de ce pervers ! Quand il dit que l’homme n’a plus le droit de la pénétrer une fois que ses parties génitales sont détruites, c’est pour offrir une carte de sortie au pédophile. A ce moment, le bébé ou cette fillette est incontinente et va trainer de lourds problèmes de santé toute sa vie. Donc, le violeur reçoit une carte de sortie pour se débarrasser d’elle facilement. Vu qu’il n’a plus le droit d’avoir de relations sexuelles avec elle (de toute façon, elle n’est plus en état), il peut l’éloigner plus facilement.

Encore une fois, les sunnites utilisent les sorties de ce genre pour attaquer les chiites mais il ne faut pas oublier que les sources sunnites justifient aussi la pédophilie de la même manière. Les deux camps sont à blâmer et doivent faire du nettoyage dans leur héritage spirituel.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:23

Abbassides: Al-Kisa’i couchait avec de jeunes garçons (et buvait)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— début de la traduction —
Et ibn al-Aarabi a dit : Al-Kisa’i était le plus savant des gens. Précis et connaisseur de la langue Arabe. C’était un lecteur de confiance sauf qu’il continuait à boire du vin et coucher avec de jeunes garçons.
— fin de la traduction —
 
Page(s):
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Source:
Boughiattou al-Wouaatt
De : Al-Souyouti
Page 163
 
Analyse:
Avec Al-Kisa’i [wiki: ar, an] nous rentrons doucement dans les méandres du califat Abbasside qui sera progressivement décrit depuis les livres sunnites. Les sunnites étant pro-califat, on peut difficilement les soupçonner de colporter de fausses histoires pour discréditer les hommes de pouvoir. Al-Soyouti est un auteur de premier plan et pro-califat.
Al-Kisa’i celui qui a apporté une des 7 lectures reconnues du Coran. Pardon pour le peu ! [wiki: fr – voir la liste des lectures]
Il était également l’éducateur privé des enfants du calife Haroun al-Rachid. Les deux frères vont se succéder sur le trône du califat après que l’un eut tué l’autre. Leur débauche remplit des tomes entiers même si l’establishment musulman évite soigneusement d’en parler à l’homme de la rue. Il ne faut surtout pas dire du mal des hommes de pouvoir !
Islamlab va combler cette lacune… Surveillez ces pages !
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:23

An 1016 – Le calife fait violer des marchands par son esclave

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— début de la traduction —
Puis, il fréquentait les marchés du Caire en personne. Il portait une Jebba en laine blanche, il montait un âne blanc qui s’appelait Lune. Il était suivi par un esclave noir, fort et de grande taille appelé « Messaoud ».
S’il découvrait qu’un marchand avait triché sur sa marchandise, il ordonnait à son esclave Messaoud de lui faire la perversité majeure, c’est-à-dire la sodomie. Il lui faisait cela dans son magasin alors sous le regard des gens. Jusqu’à ce qu’il finisse, Al-Hakim restait debout près de la tête du marchand.
Ce Messaoud est devenu un exemple chez les gens d’Egypte. Quand ils plaisantent les uns avec les autres, ils disent : « ramène lui Messaoud ». Les poètes disaient que Messaoud avait un outil qui était devenu gigantesque comme un volumen.
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction :
[1] : Al-Hakim bi-Amr Allah, c’est-à-dire « Celui qui Dirige par l’Ordre d’Allah ». Un sobriquet ridicule comme les califes aiment bien se donner. C’est le 6eme calife Fatimide. Ces derniers se réclamaient de la descendance de Fatima, fille du prophète (prétention disputée) et étaient hostiles aux sunnites et autres religions. On lui doit notamment la destruction de l’Église du Saint-Sépulcre à Jérusalem ainsi de nombreux bâtiments historiques autour (en l’an 1009)
Al-Hakim a fini par se prendre pour l’incarnation de Dieu. En retrouve ce sentiment de divinité chez tous les califes même si chez certains, il est plus fort que chez d’autres. Voire par exemple Omar ibn al-Khattab qui était moitié prophète, moitié divinité.
 
Page(s):
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Source:
Bada’ia al Zouhour (Les Merveilles des Fleurs sur les Évènements des Ages)
De : Mohammed bin Ahmad bin Iyass al Hanbali
Volume 1, page 201
 
Analyse:
Alors qu’on traverse les âges en compagnie des livres d’Histoire, on ne trouve dans le règne des califes que la destruction, la mort et la perversité. Les musulmans vouent un respect sans bornes aux califes parce que leur clergé les a manipulés. Les imams ont depuis toujours été vendus aux hommes de pouvoir. Des millions de musulmans rêvent du retour du califat parce qu’ils croient à tort que ceci est synonyme de paix, de justice et de prospérité. Vos guides religieux vous ont menti comme ils ont menti à vos parents.
Surveillez bien cet endroit, nous sommes qu’au début du voyage.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:23

Un juif fraichement converti enseigne le Coran aux compagnons du prophète

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
Il se raconte qu’Ibn Abas et Amrou bin Al-Aass ont eu un différend sur la lecture de ce verset et ils se sont élevés à Kaab al-Ahbar à ce sujet.
— fin de la traduction —
Notes de traduction
[1]: Le différend portait sur la manière correcte de lire ou de prononcer un passage du verset 18:86 (voir verset). Ceci est expliqué à la page précédente du livre.
[2]: Dans le sens où Kaab était devenu un point d’escalation de ces questions et la décision finale lui revenait. L’auteur explique dans le reste de la phrase que si le compagnon avait un hadith du prophète, il n’aurait pas eu besoin de Kaab. Kaab était devenu la seconde source après le prophète. A la même époque certains compagnons du prophète n’avaient pas le droit de parler par ordre du califat.
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Source :
Sunnan al-Thirmidi
De : Abu Issa Mohammed al-Thirmidi (824 – 892)
Volume 5, page 53
Analyse :                                                     
C’est un court extrait qui montre l’importance qu’a eu Kaab al-Ahbar chez les sunnites. A un moment donné c’est lui qui résolvait les questions de doctrine les plus importantes y compris la façon de correcte de lire le Coran.
Ibn Abas (619 – 687) avait 13 ans à la mort du prophète. Amrou bin Al-Aass (592 – 682) avait lui 40 ans quand le prophète est mort en 632. Il a vraiment côtoyé le prophète pendant les 3 dernières années de vie de ce dernier.
Kaab n’a jamais connu le prophète. Il est arrivé à Médine et s’est converti à l’islam plusieurs années après la mort du prophète. Probablement à l’époque d’Omar qui en a fait un mufti. Il était aussi proche du calife Othman. A la mort de ce dernier, Ali (calife suivant Othman) chassait les raconteurs et autres charlatans. Kaab est parti à Damas servir Muawiya, le premier calife omeyyade. La force que lui donna le califat lui permit d’être un des fondateurs de l’islam de Damas et du sunnisme en général.
Les chiites le maudissent lui préférant les sources proches d’Ali et la descendance du prophète. Par contre, indirectement, certains de leurs auteurs comme Al-Toussi se sont aussi fait intoxiquer par les histoires de Kaab.
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:24

Lapidation : Le Caliphe Omar invente un verset coranique

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —-
[…]
Il a frappé ses mains l’une contre l’autre puis il a dit : faites attention à ne pas douter du verset sur la lapidation. Que nul ne dise « On ne trouve pas cette punition dans le livre d’Allah ».
Le prophète a lapidé et nous avons lapidé. Et je jure au nom d’Allah que si je n’avais pas peur que les gens disent « Omar ibn al-Khattab a rajouté des choses dans le livre d’Allah », j’aurais écrit ce verset : « Le vieux et la vieille lapidez-les immédiatement ». C’est un verset que nous avions lu.
— Fin de la traduction —
 
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 
Source :
Mouwataa al Imam Malik
De: Malik ibn Anass
Page 1203 (chapitre des hududs)
 
Analyse :
Vous pouvez prendre un Coran et chercher dans tous les sens, il n’y a aucun verset qui parle de lapidation. La lapidation était une pratique ancienne qu’on retrouvait chez les juifs. On se souvient de la fameuse déclaration de Jésus « Que celui qui n’a jamais pêché lui jette la première pierre ». Cette scène décrite dans Jean 8 nous apprend que la lapidation était une pratique judaïque.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Omar avait envie d’importer les traditions et pratiques judaïques dans l’islam. Il s’en cachait même pas (voir cet article). Comme le Coran ne comporte pas de verset sur la lapidation, il va témoigner qu’il l’a lu lui-même.
Où est le verset ? L’explication officielle est qu’il a été mangé par une chèvre. C’est probablement une explication ridicule du calife pour faire taire ses interlocuteurs. Genre : « une bête l’a mangé. Fermes-la maintenant ». Cette explication a été prise au sérieux et c’est pour cette raison qu’on trouve la lapidation dans la pratique et dans les textes.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum