Islam Critique

Page 6 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:02

Rappel du premier message :

Islam Critique

Takfirisme pour obtenir femmes et butin

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
Abu Qatada est monté sur son cheval et a été rencontrer Abu Bakr.
Quand il arriva devant lui, il dit : tu sais que Malik bin Nouwarya avait un pacte et qu’il avait prétendu qu’il était musulman. J’ai tenté de raisonner Khalid mais il n’a pas voulu m’écouter et il a suivi les avis des bédouins qui voulaient du butin.
Omar se leva et dit : O Abu Bakr, il y a de l’injustice dans l’epee de Khalid. Et si ceci n’est pas juste, tu as le devoir de le punir.
Abu Bakr resta silencieux.
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction
[1] : Al-Harith Bin Rab’ii al-Ansari al-Soulami dit “Abu Qatada”. Un des compagnons du prophète des musulmans.
[2] : Le premier calife
[3] : Khalid ibn al-Walid. Le mercenaire du califat.
[4] : Omar ibn al-Khattab. Deux ans plus tard, il allait devenir calife quand Abu Bakr décèdera. Malgré son caractère brutal attesté par de nombreuses sources, il n’aimait pas Khalid ibn al-Walid.
[5] : Khalid ibn al-Walid était appelé « l’épée d’Allah ». A prendre dans le sens littéral. C’est lui qui défend Allah et tue pour Lui.
 
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

 
Source :
Tarikh al-Islam (l’Histoire de l’Islam)
De: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (1274 – 1348)
Volume 2, page 26
 
Analyse :        
                                             
Voici un cas précis montrant la raison principale du takfirisme : le butin !
En fait, Khalid ibn Al-Walid terrorisait au nom du premier calife. Ce dernier avait besoin d’un coup de terreur pour montrer de quoi il était capable pour se maintenir au pouvoir.
Khalid, en plus de ses fidèles, recruta des bédouins prêts à tout. Au cas où ils trouvent des « apostats », ils devaient les tuer et se faire payer en nature : prendre les biens et les femmes des morts.
Problème : les bédouins ne veulent pas rentrer bredouilles. On leur a fait miroiter des femmes et des richesses. Ils veulent de l’apostat et vite ! Autrement, ils risquent de quitter Khalid voire même se retourner contre lui.
C’est là qu’arrive la tribu de monsieur Malik bin Nouwarya. Malgré qu’ils sont musulmans et le clament haut et fort, Khalid ne veut rien savoir. En chef de guerre avisé, il sent que s’il ne lâche pas du lest à ses bédouins, cela risque de mal tourner.
Malik bin Nouwarya est donc déclaré « kafir » et égorgé. Le soir même Khalid viole sa femme qui – dit-on – était très jolie. Avant sa mort, Malik savait qu’on le tuait pour elle.
Pour être juste, les livres sunnites ne disent pas il a violé la femme mais il a « épousé » la femme. Pour eux, décapiter un homme et copuler avec sa femme le soir même près de son cadavre s’appelle un mariage béni et hallal. Il n’y a rien à attendre de ces livres qui ont pris le parti des injustes et font tout pour corrompre les valeurs morales des gens afin que le criminel sorte blanc comme neige.
La fin de l’histoire nous dit qu’Abu Bakr – dit le Siddiq (le Juste) – s’est tu. Il n’allait rien faire et effectivement il laissa Khalid et ses troupes causer massacres, tueries et pillages. Il avait besoin que Khalid fasse le nettoyage de toutes les poches d’opposition. Il l’encouragea même à la cruauté en lui demandant de bruler vivants ceux qu’il chope.
Officiellement, dans l’islam sunnite, Abu Bakr est un « moubachar bil janah ». C’est-à-dire qu’il est au-dessus de la justice divine. Le sunnisme ne proclame pas l’universalité de la justice mais plutôt un système qui met l’homme politique au-dessus de tout. Son mercenaire Khalid ibn al-Walid est considéré comme un héros et des maternelles, écoles et mosquées portent son nom. Dans l’islam chiite qui se veut proche de la tradition du prophète des musulmans et de sa famille, Abu Bakr et Khalid sont maudits.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas


Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:29

Mars 632 – Celui dont j’étais le seigneur, Ali est son seigneur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
Abdallah nous a dit, mon père m’a dit, Ibn Noumayr nous a dit, Abd al-Malik nous a dit, d’après Abi Abd al-Rahim Al-Kindi, d’après Zadhan Abi Omar qui a dit :
J’ai entendu Ali qui était a la Rahaba et exhortait les gens pour qu’ils témoignent au sujet de ce qu’a dit le messager d’Allah le jour de Ghadir Khoum. Treize hommes se sont levés et ont témoigné avec entendu le messager d’Allah disant : celui dont j’étais le seigneur, Ali est son seigneur.
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction
[1] : Ghadir Khoum : ou la petite rivière de Khoum. C’est un endroit où les musulmans se sont arrêtés lors de leur retour du pèlerinage de l’adieu (premier et dernier pèlerinage du prophète des musulmans)
 
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

 
Source :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
De: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Page 196
NB : Mousnad Ahmed est le livre fondateur de l’une des 4 écoles sunnites : le hanbalisme. C’est de cette école que viennent le salafisme et le wahhabisme. L’imam Ahmed est une autorité importante chez les 4 écoles sunnites. Dans la période récente, les enseignements de son école subissent une forte promotion qui les fait dominer de plus en plus les autres écoles (exemple : le salafisme progresse sur des terrains traditionnellement malékites). Ce hadith est cité partout, pas seulement chez Ahmed.
Analyse :
C’est un hadith béton chez les sunnites mais n’est JAMAIS cité lors des prêches afin de ne pas fâcher les califes de Damas qui haïssaient Ali. Pourtant, des dizaines de livres sunnites le citent.
Le prophète des musulmans vit ses derniers jours. Il revient du pèlerinage de l’adieu et s’arrête à un moment donné avec les nombreux musulmans qui l’accompagnaient pour leur dire : celui dont j’étais le seigneur, Ali est son seigneur ou qu’Ali soit son seigneur. Nous sommes le 15 mars 632 et le prophète mourra en juin de la même année.

Pour les chiites d’Ali (les partisans d’Ali) ce hadith représente effectivement une passation de pouvoir ou leg d’autorité du prophète qui a choisi un successeur pour être un guide.
Les choses se sont déroulées autrement. Abu Bar puis Omar sont passés en force et l’islam a eu comme guides Kaab al-Ahbar qui était devenu le mufti officiel sous le second calife alors que les musulmans de la première heure devaient se taire et accepter ses fatwas loufoques.

Les chiites collent parfois des autocollants sur leurs voitures avec ce hadith en calligraphie.

Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
Attention: fichier de 180 Mb
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:29

Le prophète a dit : “Parmi mes compagnons, il y a douze hypocrites” (Sahih)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
9 – (2779) Abu Bakr bin Abi Chayba nous a dit, Assouad bin Amir nous a dit, Chou’aba bin al-Hajaj nous a dit, d’après Qatada, d’après Abi Nazhra, d’après Qays qui a dit :
J’ai demandé à Amar : Ce que vous avez fait à Ali, est-ce de votre propre initiative ou bien le messager d’Allah vous avait laissé des recommandations ?
Il a répondu : le messager d’Allah ne nous a rien dit qu’il n’a pas dit au reste du monde mais Houdayfa m’a dit que le prophète a dit : “Parmi mes compagnons, il y a douze hypocrites. Parmi eux, huit ne rentreront au paradis que lorsque le chameau passera par l’œil d’une aiguille de couture et huit l’empyème se chargera d’eux et quatre” Je n’ai pas retenu ce que Chou’aba a dit à leur sujet {des quatre}.
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction
[1] : Mounafiqine / mounafiq. C’est-à-dire des non musulmans mais qui montrent l’islam pour atteindre des intérêts personnels (affaires, politique… ou parfois juste pour rester en vie)
[2] C’est-à-dire : jamais
[3] : Dans le texte en Arabe il est dit : « La Doubayla se chargera d’eux ». C’est pour cela qu’on appelle ce hadith, le « hadith de la Doubayla ». Doubayla veut dire « empyème », c’est-à-dire une accumulation de pus dans des cavités du corps humain. Condition souvent mortelle. Voir wiki [[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]]
 
Page(s) :[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 (page 1281)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 (page 1282)
Source :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
De : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Pages 1281 et 1282
 
Analyse :
La branche sunnite de l’islam prétend sacraliser les compagnons du prophète (Sahabas). Elle les considère comme tous des justes.
En vérité, les seuls compagnons qui intéressent le sunnisme sont ceux qui sont devenus… des califes ou des servants de califes. Les autres, ne valent rien du tout. La preuve ils ne parlent jamais des compagnons comme Amar ibn Yassir qui a été tué par l’entourage du calife Othman, ni de Abu Dhar al-Ghifari qui a été exclu et qui est mort dans la solitude (alors qu’il était l’un des tous premiers musulmans) et les compagnons massacrés par le califat quand il a mis à sac Médine et la Mecque…
Ce hadith pris dans Sahih Muslim cite le prophète lui-même disant que parmi ses compagnons il y avait 12 hypocrites ! Il n’est pour ainsi dire JAMAIS cité dans les prêches du vendredi. Il faut toujours continuer à dissimuler aux musulmans les réalités qui peuvent endommager leur allégeance aux hommes politiques en général et au califat en particulier.
Le hadith dit que sur les 12, 8 n’iront jamais au paradis. 8 finiront d’empyème et 4… On ne sait rien d’eux. Censure. C’est ce qu’on appellera le « Secret de Houdayfa ibn al-Yamane ». Le hadith est coupé probablement de peur de toucher des hommes de pouvoir.
Quant à la partie qui évoque Ali, il a s’agit de l’agression qu’Ali et sa femme Fatima ont subie juste après l’enterrement du prophète. On se souvient qu’Omar et ses hommes avaient menacé de bruler la maison (Voir articles connexes plus bas)
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:30

An 632 – Terreur et luttes de pouvoir au lendemain de la mort du prophète des musulmans

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
Comment se passa l’allégeance d’Ali bin Abi Taleb
Abu Bakr s’est rendu compte qu’il y a un groupe de gens qui ne lui avaient pas prêté allégeance. Il leur a envoyé Omar.
Omar est arrivé devant la maison d’Ali et a commencé à leur ordonner de sortir. Ces derniers ont refusé.
Il a demandé qu’on ramène du bois et il a dit : je jure au nom de celui qui possède l’âme d’Omar entre ses mains, que soit vous sortez, soit je brule la maison avec tous ceux qui sont dedans.
On lui a dit : O Aba Haffs , il y a Fatima dedans ?
Il a répondu : et après !
Ils sont tous sortis et ont prêté allégeance sauf Ali. Il a été prétendu qu’il a dit qu’il ne sortirait pas et qu’il ne mettrait pas son habit sur son dos avant d’avoir fini d’assembler le Coran.
Fatima s’est mise sur le pas de la porte et elle a dit : je n’ai rien affaire avec des gens qui ont été aussi mauvais avec nous. Vous avez laissé le corps du messager d’Allah entre nos mains et vous avez réglé vos affaires entre vous sans nous consulter et sans respecter notre droit.
Omar est revenu chez Abu Bakr et il lui dit : tu ne veux pas t’occuper celui qui ne t’a pas prêté allégeance ?
Abu Bakr dit à Qonfoud, son esclave : va me ramener Ali
Il partit chez Ali.
Ali lui a dit : qu’est-ce que tu veux ?
Qonfoud répondit : le calife du messager d’Allah te demande
Ali répondit : vous êtes très prompts à mentir au sujet messager d’Allah. Va le lui dire
Quand Abu Bakr reçut le message, il pleura très longtemps 
Omar dit de nouveau : ne laisse pas de temps à celui qui ne te prête pas allégeance !
Abu Bakr dit à Qonfoud : reviens chez-lui et dit lui le calife du messager d’Allah te demande (et dans une autre version l’émir des croyants te demande) pour prêter allégeance.
Qonfoud est reparti chez Ali et a dit ce qu’on lui a ordonné.
Ali haussa la voix et dit : Au nom d’Allah ! Il est juste en train de prétendre ce qu’il s’imagine
Qonfoud est revenu informer Abu Bakr. Ce dernier pleura très longtemps.
Puis, Omar se leva, prit un groupe d’hommes, et marcha jusqu’à atteindre la porte de la maison de Fatima. Ils frappèrent à la porte.
Quand Fatima les entendit, elle hurla aussi fort qu’elle put : Mon père ! O messager d’Allah ! Que nous font vivre après toi ibn al-Khattab et ibn Abi Qohafa ! 
Quand les hommes ont entendu ses pleurs et ses cris, ils sont partis les larmes aux yeux et pleins d’émotion. Omar est cependant resté avec quelques personnes. Ils ont sorti Ali et l’ont emmené chez Abu Bakr.
Ils lui dirent : prête allégeance !
Il a dit : et si je ne le fais pas, il se passe quoi ?
Ils ont dit : nous jurons au nom d’Allah qu’on te frappe au cou ! 
Ali répondit : vous seriez capables de tuer un serviteur d’Allah et le frère de son prophète ?
Omar répondit : le serviteur d’Allah, oui. Mais le frère de son prophète non.
Abu Bakr gardait le silence et ne disait rien.
Omar lui dit : tu ne veux pas donner des ordres à son sujet ?
Il répondit : je ne veux pas le forcer tant que Fatima est à ses cotés
Ali est parti et il arriva sur la tombe du prophète. Il commença à pleurer et crier : O toi mon frère, ils m’ont maltraité et ils ont failli me tuer !
Omar dit à Abu Bakr, qu’Allah les bénisse : allons chez Fatima, nous avons dû la fâcher
Ils sont partis chez elle. Ils ont demandé l’autorisation de rentrer chez elle, mais elle n’a pas répondu. Ils ont alors parlé à Ali qui les a fait entrer.
Quand ils se sont assis, il elle a tourné son visage vers le mur. Ils l’ont saluée avec le Salam mais elle n’a pas répondu.
Abu Bakr parla : Toi la bien aimée du messager d’Allah. Je jure que j’aime la famille du messager d’Allah plus que la mienne. Je t’aime plus que ma fille Aicha. Quand ton père est mort, j’aurais voulu mourir aussi et ne pas rester après lui. Sauf que j’ai entendu ton père le message d’Allah que Dieu le bénisse dire : « nous ne laissons aucun héritage. Tout ce que nous laissons part en charité ».  
— Fin de la traduction —
 
Notes de traduction :
[1] : Aba Haffs, veut dire « père de Haffs » et c’est le surnom d’Omar ibn al-Khattab
[2] : Fatima bint Mohammed. La fille du prophète. Il semblerait qu’un des hommes d’Omar ait cherché à le raisonner en disant que Fatima est dans la maison avec les opposants au califat
[3] : Abu Bakr et d’autres califes sont tout le temps représentés en train de pleurer. C’est une manière de dire « ce sont des sentimentaux ». Certains recueils, comme Mousnad Ahmed Ibn Hanbal frisent la caricature dans ce domaine. Sachant qu’Abu Bakr faisait bruler les gens vivants en masse, il est très peu probable qu’il soit la « madeleine » que l’on décrit. L’auteur, pro-califat, a dû rajouter cela pour tenter très maladroitement d’adoucir le personnage au risque de le représenter comme mentalement instable.
[4] : Abu Bakr ibn Abi Qohafa est le nom complet du premier calife Abu Bakr. Ce nom est rarement utilisé et il est un peu dérogatoire.
[5] : On t’égorge. Ici c’est probablement Omar qui parle mais l’auteur reste vague pour éviter de trop le mouiller
[6] : on reconnait les auteurs sunnites parce qu’ils bénissent les califes et autres hommes politiques quand ils les citent.
[7] : A partir de là commence un dispute au sujet des biens du prophète. Le nouveau calife veut tout prendre à Fatima. Son idée était de la laisser, elle et son mari, sans argent pour éviter qu’ils ne puissent fomenter une résistance ou une opposition à son règne. La citation d’Abu Bakr selon laquelle les « prophètes ne laissent rien en héritage » vient de sa fille Aicha et femme du prophète. C’est elle qui va soutenir ceci pour déshériter Fatima qui était la fille de Mohammed avec Khadija. Aicha haïssait Fatima, son mari et ses enfants. Une sorte de jalousie de femme qui n’aime rien qui vienne du précédent foyer de son mari. Plus tard, quand le calife Uthman arrive au pouvoir, il va déshériter Aicha en utilisant ses propos contre elle. Elle piqua une colère noire et appela à ce qu’il soit assassiné.
L’auteur explique ensuite que Fatima est morte « 75 nuits plus tard ».
NB : le Coran donne un exemple clair d’un prophète laisse un héritage à son fils… mais nos seigneurs hommes de pouvoir savent mieux. Voir verset

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

 
 
Page(s) :
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 (page 30)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 (page 31)
 
 
Source :
Al Imama wal Siyassa
De : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Pages 30 et 31
 
 
Analyse :
Voilà notre seigneur Omar, terrorisant notre seigneur Ali parce que ce dernier ne veut ne pas prêter allégeance à notre seigneur Abu Bakr…
Il y a même des histoires où notre seigneur X a tué notre seigneur Y et les musulmans doivent dire : vivent nos deux seigneurs.

En tout cas, dans l’islam majoritaire : Omar, Ali et Abu Bakr sont officiellement au-dessus de la justice divine (« moubacharoune bil jannah »). Par contre dès qu’il s’agit de pouvoir, personne ne reconnait personne.
Le bois autour de la maison et le feu, ce n’est pas trop dans mentalité d’Omar. Lui est plutôt « je frappe au gourdin ». D’ailleurs, quand il sera plus tard calife, il n’utilisera pas le feu. Le pyromane dans l’affaire c’est Abu Bakr. C’est lui qui aime faire des buchers et jeter dedans ceux qui le contredisent.

On peut imaginer que le bois autour de la maison de Fatima était plutôt l’idée d’Abu Bakr même si Omar en était l’exécutant.
A travers cette histoire qu’on peut confirmer bribe par bride depuis d’autres auteurs / livres, on voit que dès le début, les luttes de pouvoir ont était la norme dans l’histoire islamique. Plus tard, le gagnant créé des dogmes, des hadiths, fait écrire des livres… et finalement crée encore du sunnisme à sa propre gloire.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:30

Hadith : Quand Kaab al-Ahbar devient « le prophète »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
Ismaël bin Oumaya a raconté, d’après Ayoub bin Khalid al-Ansari, d’après Abdallah bin Rafiaa, d’après Abu Hourayra, d’après le prophète qui a dit : « Dieu a créé la poussière le sixième jour ».
Certains ont dit d’après Abu Hourayra, d’après Kaab et ceci est plus correct.
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction
[1] : Kaab al-Ahbar est un juif qui est arrivé à Médine peu après la mort du prophète. Il s’est converti à l’islam et s’est lié d’amitié d’avec Abu Hourayra. Grace à son amitié avec les califes (Omar puis Muawiya), ses propos vont entrer par la grande porte dans l’islam sunnite. Beaucoup de hadiths dits « d’après le prophète » sont en fait d’après « Kaab al-Ahbar ».
 
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 (413)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(414)
 
Source :
Al Tarikh al-Kabir (La Grande Histoire)
De : al-Boukhari (810 – 870)
Volume 1, pages 413 et 414
 
Analyse :                                                     
Peu de musulmans sunnites soupçonnent l’apport de raconteurs de marché comme Kaab al-Ahbar ou Tamim al-Daari sur leur école religieuse.
Une fois les califes au pouvoir, ce sont ces gens qui ont commencé à raconter des hadiths. Leur renommée atteint de tels sommets que parfois les livres confondent entre eux et le prophète des musulmans !
Ici, monsieur Boukhari (l’auteur du Sahih) – dont la connaissance des hadiths est incontestable -corrige la chaine de narration d’Abu Hourayra. Celle-ci passe « d’après le prophète » à « d’après Kaab ».
Au moment où Kaab officie, les proches du prophète (amis et famille) sont persécutés par le califat pour des raisons politiques. Les califes les perçoivent comme une menace et les gardent à distance pour éviter qu’ils ne disputent leur légitimité. En même temps, il y a besoin de continuer à maintenir la ferveur religieuse et gérer les croyances des gens. C’est là que les raconteurs (Qassassine) entrent en jeu. Kaab, qui n’a jamais vu le prophète, devient une source d’histoires à son sujet. On lui remonte même les questions liées à la lecture correcte du Coran.
Comme les musulmans font moyennement confiance à Kaab, c’est son élève Abu Hourayra qui se chargera de transmettre les hadiths de Kaab en les associant au prophète (il entend de Kaab et raconte qu’il a entendu du prophète).
Abu Hourayra a raconté plus de 6000 hadiths alors qu’il n’a côtoyé le prophète – de loin – que pendant 2 ans.
NB : Comme on ne connait pas avec précision la biographie de Kaab, ni d’Abu Hourayra, historiquement il serait intéressant d’étudier si les deux ne font qu’une et seule personne.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:31

Abu Hourayra confond entre le prophète et Kaab al-Ahbar !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
1729 – Nous avons été informés par Abu Taher, Abu Bakr a dit, Jacob bin Ibrahim al-Dawraqi a dit, Mohammed bin Mousaab – il veut dire al-Qorqassaii – qu’Al Awzaii a dit, d’après Abi Amar, d’après Abdallah bin Faroukh, d’après Abu Hourayra que le prophète a dit :
« Le meilleur jour sur lequel se levé le soleil est le vendredi. Ce jour Adam a été créé. En ce jour il est entré au paradis et en ce jour il a été sorti du paradis. En ce jour sera la fin du monde ».
Abu Bakr [1] a dit : Il y a eu des différends au sujet de la partie « Adam a été créé » jusqu’à « sera la fin du monde ». Est-ce que cette partie est d’après Abu Hourayra d’après le prophète ou bien d’après Abu Hourayra d’après Kaab al-Ahbar ?
Ces paroles sont été rapportées dans « Kitaab al Kabîr ». Certains ont considéré ce récit une narration d’après Abu Hourayra d’après le prophète et d’autres d’après Kaab al-Ahbar.
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction
[1] : Abu Bakr c’est Ibn Khouzayma, l’auteur de ce Sahih. Son surnom était Abu Bakr.
 
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

 
Source :
Sahih Ibn Khouzayma
De : Ibn Kjouzayma (837 – 923)
Page 836
 
Analyse :                                                     
Voici un cas où on voit clairement les sources sunnites ne plus savoir si un hadith vient du prophète ou de Kaab al-Ahbar.
Ce Kaab a causé beaucoup de dégâts dans l’islam sunnite. Se disant rabbin juif, il arrive à Médine peu après la mort du prophète et se convertit à l’islam. Il séduit le calife Omar, puis Othman puis quand Ali arrive au pouvoir, Kaab fuit en Syrie où il rejoint le califat Omeyyade naissant.
Abu Hourayra a raconté beaucoup de hadiths inventés par Kaab en les associant au prophète des musulmans directement. Abu Hourayra qui n’a vu le prophète que de loin pendant 2 ans (c’était un clochard qui dormait près de la mosquée) a raconté plus de hadiths que beaucoup de compagnons de nombreuses années. On compte plus de 6000 hadiths. Il est mort en homme riche.
Afin de se débarrasser de cette source, les chiites rejettent tous les hadiths d’Abu Hourayra et le maudissent. Les sunnites, au contraire, boivent ses paroles et le bénissent quand ils parlent de lui.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:31

Sunnisme: Moïse mieux que Mohammed

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
3227 – Nous avons été informés par Chouaib, d’après al-Zuhuri qui a dit : j’ai été informé par Abu Salama bin Abd al-Rahman et Saïd bin al-Moussayab qu’Abi Hourayra a dit :
Un musulman et un juif se sont insultés.
Le musulman a juré au nom de celui qui a préféré Mohammed à toute la création.
Le juif a juré au nom de celui qui a préféré Moïse
Le musulman a porté la main sur le juif et l’a giflé.
Le juif est parti chez le prophète l’informer de ce qui s’est passé. Le prophète a ordonné qu’on ramène le musulman et il a dit :
Ne me préférez pas à Moïse. Un jour les gens vont tous être étourdis. Je serai le premier qui se réveille. Et voilà Moïse qui est debout glorieux devant le trône divin. Je ne sais pas s’il a fait partie de ceux qui ont été étourdis et il s’est réveillé avant moi ou bien s’il était parmi ceux que Dieu a exempté {de l’étourdissement}
— fin de la traduction —
Notes de traduction
[1] : Abi Hourayra al-Dawssi (599 – 676) est un des raconteurs les plus prolifiques de hadiths chez les sunnites. Considéré comme un menteur chez les chiites, il est la source de plus de 6000 hadiths. Pourtant, ce SDF qui dormait dans la rue n’a pas réellement fréquenté le prophète des musulmans ni n’est devenu son intime. Pendant les deux dernières années de la vie du prophète, Abu Hourayra le voyait officier dans sa mosquée. Il raconte à son sujet plus d’histoires, de hadiths et d’anecdotes que des gens ayant passé des décennies à ses côtés. Abi Hourayra s’est rapproché des califes et il est mort en homme très riche.
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Source :
Sahih Boukhari
De : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (810 – 870)
Page 1251

Analyse :                                                     
Donc depuis Sahih Boukhari et par sa propre parole, le prophète des musulmans dit que Moïse est mieux que lui. De là à déduire que le sunnisme dit que le judaïsme est meilleur, il n’y a qu’un pas.
C’est aussi un point de différence important entre les sunnites et les chiites : les chiites considèrent Mohammed comme au-dessus de tout alors que les sunnites le rabaissent dans leur littérature tout en faisant semblant de le défendre.
Peut-être que ça pourrait aider pour comprendre ce texte de savoir qu’Abi Hourayra était devenu l’élève de Kaab al-Ahbar. Ce juif converti autour de la mort du prophète (peu avant ou peu après) a joué un rôle important dans la construction du sunnisme (Le calife Omar l’a nommé mufti qui ordonnait aux anciens compagnons du prophète !). Abu Hourayra était son élève et prenait ses paroles qu’il répétait et attribuait au prophète (cette confusion est clairement racontée dans les livres sunnites).
NB : Notez aussi la contradiction flagrante dans le hadith « Je serai le premier qui se réveille » puis juste deux lignes plus bas : « Je ne sais pas… [s’il] s’est réveillé avant moi ». Ces contradictions sont souvent la signature des hadiths Abu Hourayra / Kaab
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:32

L’appel à la prière pour empêcher l’attaque

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
9 – (382) Et Zuhayr bin Harb m’a parlé, Yahia (c’est-à-dire Ibn Saïd) nous a parlé, d’après Hamad bin Salama, Tabith nous a parlé, d’après Anas bin Malik qui a dit :
Le messager d’Allah faisait des raids au lever du soleil. Il attendait pour entendre l’appel à la prière [1]. S’il l’entendait, il se retenait. Autrement, il faisait le raid.
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction
[1] : Il y a une prière au lever du soleil. C’est l’appel de celle-ci que les assaillants attendaient.
 
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

 
Source :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
De : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (815 – 875)
Page 179
 
Analyse :
Il n’y a presque rien que l’islam sunnite n’a pas transformé en instrument de guerre. A quoi sert l’appel à la prière ? Réponse : ne pas se faire tuer.
Ici, dans Sahih Muslim, un des livres piliers du sunnisme, on voit le « messager d’Allah » caché dans les buissons, lame à la main, attendant l’heure de l’appel à la prière. S’il ne l’entendait pas, le raid se faisait. C’est-à-dire le village attaqué, ceux qui se défendent tués, et les femmes et les enfants distribués en butin aux assaillants.
Plus tard, à l’époque du premier calife, on retrouvait la même technique. Si l’appel à la prière n’était pas entendu, l’affaire tournait au massacre et au viol.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:32

An 625 (été) – Le prophète brule les palmiers des juifs et le Coran justifie

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
Ibn Ishaak a dit : il {le prophète} a marché sur eux puis les a encerclés pendant six nuits. C’est pendant ce temps que le verset interdisant l’alcool a été révélé.
Ils se sont barricadés de lui dans leur fort. Le messager d’Allah a demandé de couper les palmiers et de les bruler.
Ils lui ont crié {les encerclés} : Oh toi qui disait qu’il ne faut pas semer la corruption sur terre et tu critiquais ceux qui le faisaient, alors pourquoi tu coupes les palmiers et ordonne de les bruler ?
Un petit groupe d’hommes de la tribu de Bani Aouf Bani al Khazradj (parmi eux : Abdallah bin Ouba, Wadiaa, Malik, Souwayd et Daiss) avaient été envoyés à Bani al-Nadhayr pour leur dire de rester vaillants, qu’on sera avec vous, qu’on se battra avec vous… Mais Bani al-Nadhayr ont attendu cette aide mais rien n’est venu. Et Allah a jeté la terreur dans leurs cœurs.
Ils ont alors demandé au messager d’Allah de les respecter et de cesser de verser leur sang. Ils ont demandé à pouvoir partir avec ce que leurs chameaux pouvaient prendre. Il a accepté.
Et al-Awfi a dit d’après Ibn Abas : il a accordé une bête pour chaque groupe de trois personnes et de l’eau.
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction
[1] : Font allusion aux versets 2:11 et 2:12 ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien])
 
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 (page 535)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(page 536)
 
Source :
Al Bidaya wa al-Nihaya
De : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Volume 5, Pages 535 et 536
 
Analyse :
Ce le récit d’une razzia contre la tribu juive de Bani al-Nadhayr. Comme l’histoire l’indique, ils se sont réfugiés dans leur fort et le « messager d’Allah » a fait bruler leurs palmiers pour les terroriser.
Un palmier met des décennies pour pousser dans le désert. Et malgré les guerres entre les tribus, jamais personne ne détruisait un palmier. Parce que c’est toute la communauté qui en a besoin. Du point de vue de la maigre économie locale, peu importe qui possède le palmier du moment que sa production se poursuit et arrive sur le marché. Comme chez tous les peuples du désert, bruler un arbre ou combler un puis d’eau étaient considérés comme des crimes contre l’humanité (actes de philistins). Les biens laissés par la tribu expulsée reviennent intégralement au prophète ce coup-ci (d’habitude il prend le 20% (khoums) et le reste est distribué à ceux qui ont fait la razzia). La raison est que ses compagnons n’ont pas eu à se battre vraiment. Les juifs ont été terrorisés par la destruction des palmiers, ont compris que toute résistance serait inutile et mènerait à leur massacre.
A ce stade, le musulman lambda peut dire : moi je ne crois pas ce que raconte Ibn Kathir. Pourtant, ce dernier est une source de confiance en Islam. Mais le pire est à venir :
Allah « révèle » la Soura 59 spécialement dédiée a cette tribu juive terrorisée, pillée, expulsée et dont les arbres sont brulés. Et donc le Dieu des musulmans va justifier à posteriori, point par point, toutes les horreurs qui se sont passées ces jours-là. La Soura s’appellera la Soura d’Ibn Nadhayr avant d’être rebaptisée « al-Hashr » mais l’histoire est dedans. Voici les versets avec en rouge les points évoqués dans l’histoire traduite :
2 – C’est Lui {Dieu} qui a expulsé de leurs maisons, ceux parmi les gens du Livre {Juifs} qui ne croyaient pas, lors du premier exode. Vous ne pensiez pas qu’ils partiraient, et ils pensaient qu’en vérité leurs forteresses les défendraient contre Allah. Mais Allah est venu à eux par où ils ne s’attendaient point, et a lancé la terreur dans leurs cœurs. Ils démolissaient leurs maisons de leurs propres mains, autant que des mains des croyants. Tirez-en une leçon, ô vous êtes doués de clairvoyance.
([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien])

3 – Et si Allah n’avait pas prescrit contre eux l’expatriation {pourtant c’est eux qui ont demandé à partir en échange de la vie sauve}, Il les aurait certainement châtiés ici-bas {donc tués sur place}; et dans l’au-delà ils auront le châtiment du Feu.
([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien])

4 – Il en est ainsi parce qu’ils se sont dressés contre Allah et Son messager. Et quiconque se dresse contre Allah… alors, vraiment Allah est dur en punition.
([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien])

5 – Tout palmier que vous avez coupé ou que vous avez laissé debout sur ses racines, c’est avec la permission d’Allah et afin qu’Il couvre ainsi d’ignominie les pervers.
([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien])

6 – Le butin provenant de leurs biens et qu’Allah a accordé sans combat à Son Messager, vous n’y aviez engagé ni chevaux, ni chameaux; mais Allah donne à Ses messagers la domination sur qui Il veut, et Allah est Omnipotent.
([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien])

Nous sommes dans une époque islamique où des choses troublantes vont se passer :
A – Dieu est en retard et justifie à posteriori ce que fait le prophète. Ce n’est plus un Dieu qui ordonne, mais Il se retrouve toujours en retard vis-à-vis des évènements et doit tenter de les justifier. Il justifie des pillages et beaucoup d’histoires de femmes
B – Une confusion de plus en plus forte se constate dans le Coran entre Allah et le prophète. Le verset 59:2 dit qu’ils ont pensé que leurs forteresses allaient les protéger contre Allah. Mais ils n’ont jamais pensé construire une forteresse pour se protéger contre Dieu ! Ici, c’est du prophète et de ses hommes qu’ils ont pensé pouvoir se protéger pas d’Allah.
Les gens de l’époque, y compris sa femme Aicha, commencent à voir dans le prophète une personne qui invente un Dieu qui ne fait que justifier ses fantaisies et ses actions.
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:32

Si le prophète voit une femme mariée, son mari doit la divorcer et la lui donner

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
Point dix : si son regard tombe sur une femme, son mari doit la divorcer et il {le prophète} a le droit de se marier avec. Ibn al-Arabi a dit : c’est ainsi qu’a dit l’imam des Haramayn [1]. Et les savants ont conclu dans ce sens au sujet de l’histoire de Zayd
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction
[1] : Il s’agit de l’imam Abd al-Malik ibn Yusuf al-Juwayni al-Shafi’i  (1028 – 1085)
 
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Source :
Tafssir al Qortobi
De : Al-Qortobi (1214 – 1273)
Volume 17, page 187
NB : ceci est un important livre d’exégète coranique sunnite.
 
Analyse :
Nous continuons toujours dans les récits de la sexualisation avec aujourd’hui une justification de la convoitise. C’est peut-être pour cette raison que les gens voilaient leurs femmes ! S’il la voit, c’est fini. Le mari doit la divorcer et l’offrir au prophète. Il y a un cas documenté de manière extensive qui donne un exemple précis : celui de Zayd ibn Haritha. C’était le fils adoptif du prophète qui divorce sa femme et la donne au prophète.
Par ce fait, Zayd devient la seconde personne de l’entourage du prophète à être citée par son nom dans le Coran (l’autre est Aba Jahl).
Voici [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] en question (33:37)
Dans cette section de son exégète, le sunnite Al-Qortobi explique la Soura 33 (Ahzab) et les droits exclusifs qu’Allah a réservés au prophète des musulmans. On y apprend plein de choses étonnantes liées à ses relations avec les femmes. Comme par exemple le droit de se marier avec plus que 4 femmes. Ou bien le droit de se « marier » avec une femme sans dot et sans la présence de la famille de cette dernière. Ou bien prendre une femme captive puis se « marier » avec elle en lui offrant sa liberté comme dot… etc. Plein de choses pour lesquelles le musulman lambda de l’époque aurait été lapidé.
En tout cas, l’institution sacrée du mariage qui est la fondation de la famille, donc de la cellule de base de la société humaine, est totalement bafouée.
Dans un autre article, on verra du Coran une justification similaire où il est possible de coucher avec une femme mariée.
C’est vers l’époque de révélation de cette Soura (33) en l’an 627 que la femme du prophète, Aicha, va se fâcher et lui dire cette phrase qu’on trouve dans Sahih Muslim : ton Dieu ne fait qu’accomplir ta fantaisie ! ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien])
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:33

Boukhari : Le prophète couche avec 11 femmes en 1 heure et sans se laver entre chacune

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

— Début de la traduction —
12 – Chapitre : s’il a des relations sexuelles puis revient encore. Et celui qui couche avec ses femmes avec un seul lavage.
[…]
265 – Mohammed ibn Bachar nous a parlé : Mouaadh bin Hicham nous a parlé et il a dit : mon père m’a dit, d’après Qatada qui a dit : Anas bin Malik a dit :
Le prophète faisait la tournée de ses femmes en une seule heure de la nuit ou de la journée. Et elles étaient onze.
Il a dit : j’ai demandé à Anas : « et il pouvait supporter ? » [1]
Il a répondu : nous disions qu’il avait reçu la force de trente {hommes}.
Et Saïd a dit, d’après Qatada : Anas leur dit « neuf femmes ».
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction
[1] : Dans le sens « et il avait la force de le faire ? »
 
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Source :
Sahih Boukhari
De : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Pages 104 et 105
 
Analyse :
Ceci fait partie des hadiths dits de la « sexualisation ». Les sunnites en sont friands parce que beaucoup ne vivent leur sexualité que par procuration ou par projection dans des dimensions détachées de la réalité.
Ici les musulmans aiment à présenter leur prophète comme un homme qui vit au niveau de la chair et couche avec 11 ou 9 femmes en une heure de temps. L’intitulé du chapitre rajoute qu’il l’a fait sans même se laver entre chaque rapport sexuel avec des femmes différentes.
Si la même chose avait été racontée au sujet du calife Abu Bakr ou Omar, les sunnites auraient pris la rue pour tout casser.
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:33

Le prophète Solomon couche avec 100 femmes en une nuit

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
— Début de la traduction —
118 – Chapitre au sujet de l’homme qui dit qu’il veut faire la tournée de ses femmes
4944 – Mahmoud m’a parlé, Abd al-Razak nous a parlé, nous avons été informés par Maamar, d’après ibn Tawoos, d’après son père, d’après Abou Hourayara qui a dit :
Solomon fils de David – que Dieu les bénisse les deux – a dit : cette nuit, je vais faire la tournée de cent femmes, chaque femme donnera naissance à un enfant qui combattra au nom d’Allah.
Le roi lui a dit : dis « inchallah » [1]
Il n’a pas dit cela et il a oublié de le dire.
Il a fait le tour des femmes. Seule une a accouché d’un demi-humain.
Le prophète a dit : s’il avait dit « inchallah », il n’aurait pas commis un grave péché et cela aurait été mieux pour son souhait.
— fin de la traduction —
 
Notes de traduction :
[1] : inchallah veut dire « si Allah le veut ». Cette expression est aujourd’hui utilisée de manière compulsive par les musulmans chaque fois qu’un verbe est conjugué au futur.
 
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Source :
Sahih Boukhari
De : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Page 2007 (chapitre sur le Nikah)
 
Analyse :
Soyez les bienvenus dans le cœur de la doctrine sunnite : guerre et sexe. On retrouve souvent cette obsession de coucher avec plusieurs femmes dans la même nuit. Dans Sahih Boukhari, on le verra dans un autre article, c’est le prophète des musulmans qui est mis dans une mise en scène pareille avec neuf femmes.
A noter que les doctrines non sunnites de l’islam considèrent ce hadith Sahih comme une insulte aux prophètes représentés comme des porn-stars.
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Islam Critique

Message  Arlitto le Mer 24 Aoû - 12:33

Le caliphe Omar invente la prière du Ramadan (tarawih)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

—- Début de la traduction —-
1906 – Et d’après Chihab, d’après Ourwa ibn al-Zoubayr, d’après Abdalrahman bin Abd al-Qari que :
Je suis sorti avec Omar ibn al-Khattab une nuit de Ramadan pour aller à la mosquée. Les gens étaient isolés et éparpillés chaque homme priant pour lui-même ou bien chaque homme priant avec un tout petit groupe.
Omar a dit : je pense que si je rassemble ceux-là derrière un seul lecteur ça serait mieux. Il les a donc tous assemblés derrière Abi bin Kaab.
Puis, je suis sorti avec lui une autre nuit et nous avons trouvés les gens priant derrière un seul lecteur.
Omar dit : quelle belle invention !
— Fin de la traduction —
 
 
Page(s) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

 
Source :
Sahih Boukhari
De : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Page 707
 
Analyse :
De l’époque du prophète Mohammed, il était interdit de faire des prières non obligatoires (nawafil) en groupe. La logique était que ces prières sont une volonté personnelle que chaque musulman est totalement libre de les faire ou pas. Le fait de les organiser à la mosquée et les faire en groupe créée un sens d’obligation.

Le renvoi de bas de page indique clairement que le prophète Mohammed ne faisait pas cette prière en groupe pour qu’elle ne devienne pas obligatoire.

Au moment de ce hadith, le prophète est mort depuis plusieurs années et Omar est calife. Il invente donc cette prière que les gens font jusqu’à maintenant. Quand on va dans les pays musulmans pendant le Ramadan, dans l’heure après la rupture du jeûne les mosquées se remplissent pour une prière très longue qui dépasse l’heure. C’est les « tarawih » inventées par le prophète officieux de l’islam : Omar.

Cet exemple montre que l’islam, soit disant finalisé de la vie du prophète, a continué à évoluer au grès des hommes politiques comme Omar. Même les versets du Coran ont officiellement changé après la mort du prophète puisque nous savons qu’une bête en a mangé une partie qui a été perdue pour toujours ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]).

Ce qui frappe aussi c’est la fierté d’Omar et la terminologie utilisée : une invention (bid’aa). Alors que tous les musulmans apprennent à la mosquée que « toute invention [en religion] est un égarement qui conduit à l’enfer ».

C’est encore un élément à verser au dossier du : prophète Omar ibn al-Khattab.
NB : à la page suivante, 708, le hadith 1909 d’après Aicha la femme du prophète elle dit : que durant le Ramadan, le prophète ne changeait rien à sa prière… [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 
Télécharger le livre PDF en Arabe pour vérifier vous-même :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(Cliquez sur l’image pour ouvrir le PDF dans votre navigateur)
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum