Arrêtés « anti-burkini » : seules quatre communes ont verbalisé des femmes

Aller en bas

Arrêtés « anti-burkini » : seules quatre communes ont verbalisé des femmes

Message  Arlitto le Ven 26 Aoû - 13:54

Arrêtés « anti-burkini » : seules quatre communes ont verbalisé des femmes
LE MONDE | 26.08.2016

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] La plage de Nice, le 23 août. VALERY HACHE / AFP

Sur les trente et une communes ayant publié des arrêtés interdisant le port d’une tenue religieuse sur leurs plages, seules quatre ont verbalisé des estivantes pour ce motif. Au total, trente-deux [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]-verbaux y ont été dressés pendant l’été.

La mairie de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (Alpes-Maritimes) a communiqué mercredi 24 août le chiffre de vingt-quatre verbalisations. Cannes (Alpes-Maritimes) a annoncé six procès-verbaux et quinze cas de personnes ayant été approchées par la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], sans que cela donne lieu à verbalisation.
Le Monde a contacté toutes les communes qui ont pris des arrêtés « anti-burkini ».
En dehors de Nice et Cannes, deux procès-verbaux ont été dressés à Vallauris Golfe-Juan (Alpes-Maritimes) par des CRS chargés de la surveillance des plages dans le cadre du dispositif estival habituel, selon la police municipale. Dans la commune de Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes), où un arrêté interdit de « se [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] habillé » depuis 2013, seuls « deux ou trois cas » ont été comptabilisés en 2016. Sur les trente et une mairies ayant pris des arrêtés dits « anti-burkini », trois n’ont pas communiqué leurs chiffres au Monde. Une seule, Saint-Jean-Cap-Ferrat, a refusé de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à nos questions.
Partout ailleurs, on ne relève que très peu de « prises de contact » des forces de l’ordre avec des estivantes qui contreviendraient aux arrêtés, et très peu de « signalements » d’autres plagistes qui seraient mécontents de la tenue du voisin. A Vallauris, dans deux cas, les policiers se sont approchés de personnes, qui ont accepté de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] la plage.
Deux cas similaires ont été rapportés à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (Var), deux cas à Théoule-sur-Mer et un cas à Saint-Laurent-du-Var (Alpes-Maritimes). A Sisco, la commune de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] où une rixe àl’origine controiversée avait éclaté sur plage, il n’y a eu aucun incident depuis l’entrée en vigueur de l’arrêté.


Arrêtés anti-burkini et procès verbaux
Cette carte représente les 31 villes qui ont pris un arrêté « anti-burkini » et celles dont la police municipale a établi des procès verbaux.
En vert foncé, les villes dans lesquelles la police municipale a établi des procès verbaux ; en vert clair, celles où un arrêté a été pris mais où il n'a donné lieu à aucun procès verbal.
ToulonMarseilleLyonPerpignanMontpellierBastiaGênesCalaisDunkerqueLilleDouvresBruxellesBoulogne-sur-Mer
ToulonMarseilleLyonPerpignanMontpellierBastiaGênesCalaisDunkerqueLilleDouvresBruxellesBoulogne-sur-Mer0 P.V.20 P.V.
Source : Le Monde.fr
Lire le reportage :   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

« Préventif »

Plusieurs mairies reconnaissent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pris des arrêtés à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] « préventif ». C’est notamment le cas à Sainte-Maxime (Var) et à Cavalaire-sur-Mer (Var), où la mairie explique avoir voulu « être dans le mouvement et avoir un outil si besoin ». Dans certaines mairies, ce sont des « signalements » de personnes se baignant en tenue intégrale qui ont déclenché la prise d’arrêtés. C’est le cas à Leucate (Aude), où la mairie dit [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] confrontée à cette question depuis l’été 2010, et ajoute que les « signalements » se sont multipliés ces derniers temps.
Il n’y a cependant pas eu d’autres cas depuis la prise de l’arrêté. A Rayol-Canadel-sur-Mer (Var), la mairie relate un incident entre deux femmes se baignant en tenue intégrale et des plagistes, qui a déclenché la prise de l’arrêté.

La « [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] » : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de quitter la plage

Dans les communes où le cas de figure s’est présenté, « cela se passe plutôt bien », selon la mairie de Cannes. A Nice, Yves Bergerat, du Syndicat national des policiers municipaux (SNPM), commente : « La police municipale fait [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] les arrêtés, nous n’avons pas d’état d’âme. Ça se passe plus ou moins bien selon si les personnes contestent. Il y en a même qui rigolent. Et d’ajouter : Quand on peut [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [le vêtement incriminé], on le fait. Certains quittent la plage. »
De son côté, la mairie de cette commune, qui a dressé le plus grand nombre de procès-verbaux, dément la mise en place d’un dispositif policier particulier chargé de faire respecter l’arrêté. « Il y a un dispositif estival renforcé, comme tous les étés », commente la mairie.
Lire aussi :   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
En dehors de Nice, les quelques mairies qui rapportent une « prise de contact » de policiers parlent de la « bonne coopération » des estivantes, ce qui, dans les cas dont nous avons eu écho, signifie qu’elles acceptent de quitter la plage. Aucun cas de personne ayant choisi de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ses vêtements pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] rester ne nous a été rapporté. A Vallauris, une personne est également partie de son plein gré en voyant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] des policiers.



  • Violaine Morin
    Journaliste au Monde
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12858
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrêtés « anti-burkini » : seules quatre communes ont verbalisé des femmes

Message  Yacoub le Ven 26 Aoû - 16:29

Le Conseil d’État suspend l'interdiction du burkini


La plus haute juridiction administrative s'est prononcée vendredi sur la légalité des arrêtés pris par certaines communes.
Le débat sur l'interdiction du burkini dans lequel se sont engouffré les politiques français indigne jusqu'à l'étranger. Ici, une manifestation devant l'ambassade de France à Londres. (jeudi 25 août 2016)

Le débat sur l'interdiction du burkini dans lequel se sont engouffré les politiques français indigne jusqu'à l'étranger. Ici, une manifestation devant l'ambassade de France à Londres. (jeudi 25 août 2016)


Le burkini peut-il être interdit sur les plages françaises au nom du respect de «l'ordre public»? La plus haute juridiction administrative du pays a tranché vendredi le débat, qui enflamme la France, divise le gouvernement et suscite l'indignation à l'étranger.

Saisi du dossier, le Conseil d'Etat français a suspendu vendredi l'arrêté anti-burkini pris par la commune de Villeneuve-Loubet, sur la Côte d'Azur. Il a souligné avec insistance que toute interdiction de ces tenues de bain islamiques très couvrantes devait s'appuyer sur des «risques avérés» pour l'ordre public.

Dans cette décision de dernier recours, qui fera autorité pour toutes les juridictions administratives de France, le Conseil d'Etat rappelle à tous les maires qui ont invoqué le principe de laïcité qu'ils ne peuvent se fonder sur «d'autres considérations» que l'ordre public, «le bon accès au rivage, la sécurité de la baignade ainsi que l'hygiène et la décence» pour interdire l'accès aux plages.

Le secrétaire général du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, a salué une «décision de bon sens», une «victoire du droit, de la sagesse».

«Cette décision va permettre de décrisper la situation, qui était marquée par une tension très forte parmi nos compatriotes musulmans, notamment chez les femmes», a-t-il réagi auprès de l'AFP. «C'est une victoire du droit, de la sagesse, de nature à favoriser le vivre-ensemble dans notre pays», a-t-il ajouté.

Prudence

S'exprimant jeudi pour la première fois sur le sujet, le président François Hollande s'est bien gardé de s'avancer: il a appelé à ne céder ni à la «provocation» ni à la «stigmatisation», mettant en avant le «grand enjeu» de «la vie en commun» dans le pays qui compte la plus importante communauté musulmane d'Europe.

La décision de la haute juridiction administrative sera aussi regardée avec intérêt au niveau international, où la polémique française sur ces tenues de bain couvrant le corps des cheveux aux chevilles, est suivie avec une certaine consternation.

La justice française a «l'occasion d'annuler une interdiction discriminatoire qui se fonde sur, et qui nourrit, les préjugés et l'intolérance», a estimé dans un communiqué John Dalhuisen, directeur du programme Europe d'Amnesty International.

Des photos du contrôle mardi par quatre policiers municipaux d'une femme voilée, mais pas en burkini, sur une plage de Nice, publiées en Une du New York Times, avaient suscité un immense émoi. La presse allemande avait évoqué une «guerre de religion» et le maire de Londres Sadiq Khan estimé que «personne ne devrait dicter aux femmes ce qu'elles doivent porter».

Récurrent

Le burkini s'inscrit dans un débat récurrent en France sur la place de l'islam, émaillé de polémiques et de lois. Le pays a été le premier en Europe à interdire, en 2010, le voile intégral dans tout l'espace public. Le foulard islamique avait auparavant, en 2004, été banni dans les écoles, collèges et lycées publics.

Les arrêtés municipaux vont encore plus loin. Sans mentionner le terme de «burkini», ils exigent le port sur les plages de tenues respectueuses «des bonnes mœurs et de la laïcité», mais ce sont bien les tenues de bain islamiques qui sont visées.

Plusieurs maires ont fondé leur décision sur la nécessité de garantir «l'ordre public», menacé selon eux par des tenues «manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse». Et ils ont fait valoir le contexte particulièrement tendu sur le littoral méditerranéen, depuis le sanglant attentat djihadiste, qui a fait 86 morts à Nice le 14 juillet.

Inquiétudes

Inacceptable pour la Ligue des Droits de l'Homme (LDH), dont l'avocat Me Patrice Spinosi a dénoncé jeudi une «atteinte à la liberté de conscience et de religion». Mercredi, le Conseil français du culte musulman (CFCM) avait lui fait part au gouvernement de la «forte émotion et forte inquiétude» des musulmans de France.

A dix mois de l'élection présidentielle et dans un pays qui s'enflamme régulièrement sur la place de l'islam, la classe politique s'est engouffrée dans le débat.

L'ex-président français Nicolas Sarkozy, candidat aux primaires de la droite, a réaffirmé jeudi son rejet du burkini, qu'il a qualifié de «provocation», et proposé de prohiber aussi les signes religieux dans les entreprises, les administrations, les universités.

Le parti d'extrême droite Front national a dans la foulée demandé d'étendre à l'ensemble de l'espace public l'interdiction du port du voile.

Danger pour la gauche

Au sein du gouvernement, la question divise. Deux ministres ont condamné les décisions des maires, à contre-courant de la position du chef du gouvernement Manuel Valls qui les soutient au nom de l'ordre public.

Féministe et opposée au burkini, la ministre de l'Éducation Najat Vallaud-Belkacem a estimé que «la prolifération» des arrêtés n'était «pas la bienvenue», tandis que sa collègue de la Santé, Marisol Touraine, y voyait une «stigmatisation dangereuse pour la cohésion de notre pays».

Ces arrêtés «ne sont pas une dérive» a rétorqué M. Valls, pour qui il n'est toutefois pas question de légiférer. (afp/nxp)

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Yacoub
Modérateur
Modérateur

Sexe : Masculin Messages : 1154
Date d'inscription : 04/03/2016
Localisation : France

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Le Conseil d’Etat suspend l’arrêté « anti-burkini »

Message  Arlitto le Ven 26 Aoû - 17:08

Le Conseil d’Etat suspend l’arrêté « anti-burkini » de Villeneuve-Loubet

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 
Le 17 août 2016 à Marseille. STRINGER / REUTERS

Le Conseil d’Etat s’est prononcé, vendredi 26 août, contre l’arrêté « anti-burkini » de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes). Un collège de trois juges examinait les requêtes déposées par la Ligue des droits de l’homme (LDH) et le Comité contre l’islamophobie en [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (CCIF) contre une ordonnance en référé rendue le 22 août par des juges du tribunal administratif de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], donnant tort aux deux associations qui réclamaient son annulation en urgence.

Selon l’ordonnance du Conseil d’Etat du 26 août 2016, l’ordonnance du tribunal administratif de Nice est annulée et l’exécution de l’arrêté de Villeneuve-Loubet est suspendue.  Dans cette commune, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] des vêtements religieux à la plage n’est donc plus interdit.

La décision du Conseil d’Etat concernant l’arrêté de Villeneuve-Loubet se veut un arrêt de principe. Il permet d’affirmer que, en cas de recours, les autres arrêtés pourront eux aussi cassés par la plus haute juridiction administrative française.

L’ordonnance du Conseil d’Etat précise également que « l’arrêté litigieux a ainsi porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], la liberté de conscience et la liberté personnelle. »

Dans cette décision qui fera autorité pour toutes les juridictions administratives de France, le Conseil d’Etat rappelle à tous les maires qui ont invoqué le principe de laïcité qu’ils ne peuvent se [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] sur « d’autres considérations » que l’ordre public, « le bon accès au rivage, la sécurité de la baignade ainsi que l’hygiène et la décence » pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] l’accès aux plages.

>> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ci-dessous : l’ordonnance complète du Conseil d’Etat


Vive polémique
Une trentaine de communes avaient emboîté le pas aux [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de Cannes et de Villeneuve-Loubet pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] interdire, sur la plage, les tenues qui sont regardées comme manifestant de manière ostensible une appartenance religieuse. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Cannes avait été la première mairie à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] déposé un arrêté de ce type, le 28 juillet.

La multiplication des arrêtés contre les vêtements religieux à la plage a provoqué une vive polémique, alimentée par des témoignages et des images de femmes verbalisées alors qu’elles ne portaient pas la fameuse tenue de bain mais étaient habillées et coiffées d’un foulard sur la plage. Une série de photographies prises sur la plage de Nice, montrant une femme approchée par quatre policiers, a fait le tour du [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] mercredi 24 août.

Lire aussi :   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La prise de ces arrêtés a [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et provoqué un débat dans la classe [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et jusqu’au sein du gouvernement. Mercredi 24 août, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve a appelé à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] que les arrêtés ne mènent à des « stigmatisations ». Le premier ministre, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], a répété jeudi sur RMC qu’il soutenait la décision des maires, jugeant que les verbalisations dressées dans les communes concernées ne constituaient pas une « dérive ».*

Le même jour sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 1, la ministre de l’éducation Najat Vallaud-Belkacem a critiqué la « prolifération » des arrêtés. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]que « porter un burkini est un acte [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], militant, une provocation. Les femmes qui le portent testent la résistance de la République. »
Lire aussi :   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

En savoir plus sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12858
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrêtés « anti-burkini » : seules quatre communes ont verbalisé des femmes

Message  Arlitto le Ven 26 Aoû - 17:09

Le Conseil d'Etat suspend un arrêté interdisant le port du burkini à Villeneuve-Loubet
 26/08/2016 à 15:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La plus haute juridiction administrative avait été saisie en urgence par la Ligue des droits de l'homme (LDH) et le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), pour qui ce type d'arrêté est "liberticide".


Le Conseil d'État vient d'invalider un [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] dans les Alpes-Maritimes qui interdisait le port du burkini sur ses plages.

L'avis du Conseil d'Etat ordonne de fait la suspension de cet arrêté anti-burkini.

La plus haute juridiction administrative avait été saisie en urgence par la Ligue des droits de l'homme (LDH) et le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), pour qui ce type d'arrêté, pris dans plusieurs dizaines de villes balnéaires depuis fin juillet, est "liberticide". Les maires à l'origine de ces arrêtés invoquaient des risques de troubles à l'ordre public.

"A Villeneuve-Loubet, aucun élément ne permet de retenir que des risques de trouble à l'ordre public aient résulté de la tenue adoptée en vue de la baignade par certaines personnes", peut-on lire dans un communiqué du Conseil d'Etat. "En l'absence de tels risques, le maire ne pouvait prendre une mesure interdisant l'accès à la plage et la baignade."

A l'audience hier, l'avocat de Villeneuve-Loubet, François Pinatel, avait assuré que les burkinis y étaient devenus "pléthoriques" avant le 5 août, quand l'arrêté a été pris, et contribuaient à crisper le climat "dans une région fortement éprouvée par les attentats".

LIRE AUSSI :

» [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

» [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12858
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrêtés « anti-burkini » : seules quatre communes ont verbalisé des femmes

Message  Yacoub le Dim 28 Aoû - 12:12

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Publié le samedi 27 août 2016 à 3 h 29

Le récit de Nathan Lelièvre

La plus haute juridiction de la France a suspendu vendredi l'arrêté interdisant l'accès aux plages de Villeneuve-Loubet, dans les Alpes-Maritimes - pris dans la foulée de l'attentat de Nice - aux baigneurs, plus précisément aux femmes, portant des vêtements religieux.


Selon le Conseil d'État, le port du burkini, vêtement de bain recouvrant l'essentiel du corps, porté par des femmes musulmanes et au coeur de cette affaire, ne trouble pas l'ordre public, tandis que l'arrêté porte atteinte aux libertés fondamentales.

   L'arrêté porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de manifester ses convictions religieuses, à la liberté de se vêtir dans l'espace public et à la liberté d'aller et venir.
   Le Conseil d'État français

Un débat qui divise


Le président français, François Hollande, s'est abstenu de trancher sur le sujet, appelant plutôt « chacun » à se conformer aux règles communes « sans provocation ni stigmatisation ».

Des représentants musulmans ont salué la décision qui représente pour eux une victoire de la sagesse et qu'ils croient susceptible de faire jurisprudence.

Bien qu'il ne soit pas pour le port du burkini, le secrétaire général du Conseil français du culte musulman, Abdallah Zekri, croit toutefois que les femmes souhaitant le porter devraient pouvoir le faire.

Il voit dans l'interdiction du burkini des arguments pour le groupe armé État islamique, qui faciliteraient son recrutement auprès des jeunes, a-t-il expliqué à l'émission 24/60.

   Il y a autre chose à faire pour combattre le terrorisme que de s'en prendre aux femmes sur les plages. Avec ce comportement-là, ils facilitent le travail de Daech de recruter des jeunes.
   Abdallah Zekri, secrétaire général du Conseil français du culte musulman

Pour la militante laïque Leïla Bensalem, le port du burkini cache une idéologie, et son interdiction est nécessaire.

« Si on ne passe pas au stade de l'interdiction ou qu'on n'encadre pas, on va se priver de toutes sortes de choses [...] Ça envahit l'espace public. Il ne faut pas être dupe. Ça n'est pas innocent. Il y a un message qui est envoyé à travers ça », a-t-elle dit sur les ondes d'ICI RDI.

Un désaveu pour Manuel Valls

La décision place le premier ministre français, Manuel Valls, en bien mauvaise posture, lui qui a soutenu ce type d'arrêtés, pris cet été par les maires de plusieurs communes et pour lesquels il n'a jamais jugé nécessaire de légiférer.

Pour lui, le débat au sujet du « burkini n'est pas anodin, c'est un débat de fond ». Il explique ne pas voir le burkini comme un signe religieux, mais plutôt comme « l'affirmation dans l'espace public d'un islamisme politique ».

« l n'y a pas de liberté qui enferme les femmes! C'est dénoncer un islamisme mortifère, rétrograde. Une vision que je n'accepte pas au nom même de la place que l'islam doit trouver dans notre société », dit-il.

Le Front national évoque de son côté des risques potentiels.


   Je pense que le Conseil d'État fait erreur. Je pense qu'il y a des risques de troubles à l'ordre public manifestes. Parce qu'à cause de cette décision, il y a des risques de provocations. Des provocations de la part d'islamistes qui vont vouloir exhiber de plus en plus ces burkinis.
   Florian Philippot, vice-président du Front national

Des maires refusent de suspendre leur arrêté

Des maires de différentes couleurs politiques assurent qu'ils refuseront de suspendre leur arrêté respectif. Parmi eux, les maires LR de Mandelieu-la-Napoule et de Nice (Alpes-Maritimes), ainsi que David Rachline, maire FN de Fréjus (Var), ou Ange-Pierre Vivoni, édile socialiste de Sisco (Haute-Corse).

Ange-Pierre Vivoni avait pris son arrêté à la suite d'une échauffourée entre des riverains et une famille d'origine maghrébine qu'il attribuait au port d'un burkini, ce maillot de bain couvrant l'essentiel du corps utilisé par des femmes musulmanes. Le procureur de la République de Bastia a toutefois contredit cette lecture des faits.

Le maire de Villeneuve-Loubet, principal élu concerné par la décision du Conseil d'État, considère que la « polémique vient d'associations qui essayent de gagner du terrain ».

« Elles peuvent être satisfaites, l'islamisation rampante progresse dans notre pays », estime-t-il.

Des appels à modifier la loi


À la suite de la décision du Conseil d'État, la plupart des représentants de la droite et de l'extrême droite, à l'exception de l'ex-premier ministre Alain Juppé, ont demandé une modification de la loi pour interdire le port de tout signe religieux.

L'ex-chef de l'État Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de la droite et du centre pour la présidentielle, a demandé une loi interdisant sur tout le territoire français le port du burkini.

Marine Le Pen estime, quant à elle, que le législateur était seul habilité à agir.

   La balle est donc dès ce soir dans le camp du législateur français, qui doit faire voter au plus vite une loi d'extension de la loi de 2004 à l'école, pour bannir les signes religieux ostensibles dans l'espace public.
   Marine Le Pen, présidente du Front National

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a estimé sur Twitter que la décision du Conseil d'État ouvrait la voie à l'instauration de la loi islamique.

La décision, qui pourrait faire jurisprudence, clôt provisoirement le débat juridique, sans toutefois mettre fin au débat politique.

Les maires des autres communes qui ont obtenu des arrêtés ne sont pas forcés de suivre la décision rendue.

Sécuriser les décisions rendues par les maires

Dès l'annonce de cette décision, des élus du parti Les Républicains (LR), principale formation de l'opposition de droite, ont assuré qu'ils déposeraient une proposition de loi pour « sécuriser » les décisions des maires prenant de tels arrêtés.

« Cette proposition de loi sera présentée à l'Assemblée nationale lors de la rentrée parlementaire en septembre », a dit Guillaume Larrivé, député et porte-parole de LR sur BFM-TV.

   Les islamistes veulent faire reculer la République. C'est la République qui doit faire reculer les islamistes.
   Guillaume Larrivé, député et porte-parole de LR

Cette proposition de loi permettra aux maires « de ne plus être invalidés lorsqu'ils prennent des arrêtés qui préviennent tout trouble à l'ordre public », a précisé le maire LR de Villeneuve-Loubet, Lionnel Lucas.


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Yacoub
Modérateur
Modérateur

Sexe : Masculin Messages : 1154
Date d'inscription : 04/03/2016
Localisation : France

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrêtés « anti-burkini » : seules quatre communes ont verbalisé des femmes

Message  Arlitto le Dim 28 Aoû - 14:32

Je trouve que ce "débat" « anti-burkini ») est plus que stupide et totalement à côté de la plaque !
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12858
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrêtés « anti-burkini » : seules quatre communes ont verbalisé des femmes

Message  Arlitto le Lun 29 Aoû - 10:54

Burkini: des Finistériens se baignent "par solidarité" 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Au total, une trentaine d'arrêtés anti-burkini ont été pris en France (Photo d'illustration).

afp.com/FETHI BELAID

Une trentaine de personnes, vêtues de la tête aux pieds, se sont baignées ce dimanche pour apporter leur soutien aux femmes portant le burkini, à Douarnenez, ce dimanche. Au total, une trentaine d'arrêtés anti-burkini ont été pris en France.
Fichus de couleurs, foulards, robes longues... Une trentaine de Finistériens se sont habillés de la tête aux pieds pour aller se baigner ce dimanche midi sur la plage des Dames, à Douarnenez, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Objectif affiché, soutenir les femmes qui portent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].  

"L'idée est venue lors du festival de cinéma", explique l'une des participantes au quotidien. "Nous voulons être solidaires des femmes qui portent des burkinis et ne peuvent pas se baigner".  



De fait, si le Conseil d'Etat [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Au total, une trentaine d'arrêtés [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Villeneuve-Loubet excepté, ils peuvent continuer à s'appliquer tant qu'une décision n'a pas été rendue à leur encontre. 

LIRE AUSSI >> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 

Cazeneuve opposé à une loi anti-burkini

Le gouvernement reste, quant à lui, inflexible. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], le ministre de l'Intérieur estime qu'une loi anti-burkini est "inconstitutionnelle", et risquerait de créer "d'irréparables tensions". "En revanche, les musulmans doivent continuer à s'engager avec nous pour l'égalité hommes-femmes, l'intangibilité des principes républicains, la tolérance qui fait le vivre-ensemble", a nuancé Bernard Cazeneuve.  

+ Plus d'actualité sur : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 

avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12858
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrêtés « anti-burkini » : seules quatre communes ont verbalisé des femmes

Message  Yacoub le Dim 16 Oct - 13:47

C'est de la pure connerie.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Yacoub
Modérateur
Modérateur

Sexe : Masculin Messages : 1154
Date d'inscription : 04/03/2016
Localisation : France

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrêtés « anti-burkini » : seules quatre communes ont verbalisé des femmes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum