anipassion.com

Jérusalem "musulmane", un mensonge de l’Islam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jérusalem "musulmane", un mensonge de l’Islam

Message  Arlitto le Mer 2 Nov - 19:32

Jérusalem "musulmane", un mensonge de l’Islam

Jérusalem ne fut jamais pour les musulmans un lieu saint ! Joseph Farah journaliste arabe explique ce mensonge de l’Islam

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Joseph Farah est journaliste Arabe Américain. Il nous explique que « la Palestine » est un mythe et que Jérusalem n’a jamais été une ville sainte de l’Islam…
 
Pauvre Palestine, pauvre peuple palestinien ! Par Joseph Farah
La situation au Proche-Orient paraît simple pour tout le monde: les Palestiniens veulent une patrie et les Musulmans veulent le contrôle de sites qu’ils considèrent comme étant sacrés. Simple, non ?

Eh bien, en tant que journaliste Arabe Américain qui s’est forgé une connaissance approfondie de la situation au Moyen-Orient, à force de commenter jets de pierres et tirs de mortiers, je peux aujourd’hui vous assurer que la justification de la violence et des émeutes ne trouve pas son origine dans la simple revendication palestinienne à une patrie, ni dans la volonté des Musulmans de contrôler des sites qu’ils considèrent sacrés.
Surpris ?

Alors comment expliquer qu’avant la guerre des Six Jours en 1967, il n’y eut aucun mouvement sérieux de revendication d’indépendance palestinienne ?
« Avant 1967 ? » me direz-vous, « les Israéliens n’occupaient pas la Cisjordanie et la vieille ville de Jérusalem » C’est vrai. Mais durant la guerre des Six-Jours, ce n’est pas des mains des Palestiniens, ni de Yasser Arafat qu’Israël conquît la Judée, la Samarie et Jérusalem Est.

Ces territoires étaient de fait occupés par le Roi Hussein de Jordanie depuis 1948. A-t-on une seule fois demandé au souverain Hachémite de restituer ces territoires aux Palestiniens ? Est-ce qu’une seule résolution de l’ONU a vu le jour à ce sujet ? Non et non.

Ne vous demandez-vous pas alors pourquoi tous ces Palestiniens ont soudainement découvert leur identité nationale après qu’Israël avait gagné cette guerre ?
La vérité est que la Palestine est un Mythe !

Le nom Palestine est utilisé pour la première fois en l’an 135 de l’ère actuelle par l’empereur Romain Hadrien, qui, non content d’avoir éradiqué la présence juive en Judée (une présence qui durait depuis plus de 1000 ans !), non content d’avoir détruit leur Temple à Jérusalem, non content d’avoir interdit l’accès du pays aux derniers Juifs, se persuada qu’il fallait annihiler toute trace de civilisation juive dans le pays en le débaptisant au profit d’un nom dérivé des Philistins.

Les Philistins étant ce peuple auquel appartenait Goliath et que les Hébreux parvinrent à vaincre des siècles plus tôt. Ce baptême était pour les Romains une façon d’ajouter l’insulte à la blessure. Ils essayèrent également de changer le nom de Jérusalem en « Alea Capitolina », mais cela ne rencontra pas le même succès. La Palestine en tant qu’entité autonome n’a jamais existé au cours de l’Histoire. Jamais !

Le pays fut dominé successivement par les Romains, par les croisés Chrétiens, par les Musulmans (qui n’ont d’ailleurs jamais fait de Jérusalem une capitale pendant qu’ils occupaient le pays), par les Ottomans et, brièvement, par les Britanniques au lendemain de la première Guerre Mondiale. Dès 1917, avec la déclaration Balfour , les Britanniques s’étaient montrés favorables à céder au moins une partie du territoire au peuple Juif afin qu’ils y établissent un Etat souverain.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Joseph Farah est journaliste Arabe Américain


Il n’existe pas de langue proprement Palestinienne. Ni même de culture spécifiquement Palestinienne. Il n’y a jamais eu de Palestine dirigée par des Palestiniens. Ces derniers sont des Arabes, et sont indissociables des Jordaniens ( la Jordanie étant elle aussi une invention récente, créée de toutes pièces en 1922 par les Britanniques).

Mettez-vous bien en tête que le monde Arabe contrôle 99.9% des terres du Moyen-Orient. Israël ne représente que 0,1% de la superficie régionale ! Mais cela est encore trop pour les Arabes. Ils veulent TOUT. Et c’est précisément là que se situe le nœud du conflit qui les oppose à Israël.

Avidité. Fierté. Jalousie. Convoitise. Toutes les concessions que pourrait faire Israël n’y suffiront pas.

Qu’en est-il des lieux saints de l’Islam ?
Il n’y en a tout simplement aucun à Jérusalem. Cela vous choque ? Vous pouvez l’être. Je suis persuadé que vous n’entendrez jamais cette vérité brutale de la part d’aucun média international. C’est politiquement incorrect. Je sais que vous me direz : la Mosquée Al Aqsa et le Dôme du Rocher à Jérusalem représentent le troisième lieu saint de l’Islam », après la Mecque et Médine.

Eh bien, sachez que c’est faux !
En réalité, le Coran ne fait aucune mention de Jérusalem. La Mecque est citée des centaines de fois. Médine est mentionnée un nombre incalculable de fois. Mais Jérusalem, jamais (inversement, Jérusalem est citée 669 fois dans la Torah !). Il n’existe aucune preuve historique que le prophète Mohamed se soit rendu à Jérusalem.

Alors comment Jérusalem est-il devenu le troisième lieu saint de l’Islam ? Les Musulmans, aujourd’hui, se réfèrent à un vague passage du Coran, la 17ème Sourate, intitulée « le Voyage Nocturne »(1). Il y est fait état d’un rêve de Mohammed qui fut transporté de nuit « du temple sacré au temple le plus éloigné dont nous avons béni l’enceinte« .

Au septième siècle, des Musulmans ont identifié les deux temples mentionnés dans ce verset comme étant la Mecque et Jérusalem. Voilà à quoi tient la connexion si étroite entre l’Islam et Jérusalem – connexion faite de rêve, d’imagination, d’interprétations et de mythe.

Parallèlement, le peuple Juif voit son enracinement à Jérusalem remonter jusqu’à l’époque du patriarche Abraham.
La dernière vague de violence qui sévit en Israël a eu comme origine, dit-on, la visite du chef du Parti Likoud Ariel Sharon sur le Mont du Temple, là où se trouvent les fondations du Temple construit par Salomon. C’est le site le plus saint du judaïsme. Sharon et son entourage y furent accueillis à coups de jets de pierres et d’insultes. Je sais à quoi cela ressemble. J’y étais. 

Pouvez-vous imaginer ce que ressentent les Juifs lorsqu’ils sont menacés, lapidés et tenus éloignés du lieu le plus saint du judaïsme ?

Alors, me direz-vous, quelle est la solution pour apporter la paix dans ce Moyen-Orient ?
Franchement, je ne pense pas qu’un homme aujourd’hui puisse se prévaloir de détenir une solution durable.

Mais s’il y en a une, elle se doit de commencer par rétablir la Vérité.
La poursuite des mensonges n’apportera que plus de chaos. Continuer à mépriser un droit légitime vieux de 5,000 ans pour les Juifs, de surcroît renforcé par des preuves historiques et archéologiques éclatantes, en les confrontant à de fausses revendications, ne pourra que donner une mauvaise réputation à cette diplomatie de menteurs.

Joseph Farah est journaliste Arabe Américain au [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Note
(1) Les musulmans s’appuient sur le Coran pour revendiquer Jérusalem, pourtant Jérusalem n’y est pas mentionnée une seule fois. La 17ème sourate contient une allusion floue à une « Mosquée la plus éloignée ». « Loué soit celui qui a conduit pendant la nuit son serviteur de la mosquée inviolable à la mosquée la plus éloignée ». Mais existe-t-il une base solide qui prouverait qu’il est ici parlé de la mosquée al-Aqsa de Jérusalem ? La réponse est : Non !.

Au temps de Mahomet, qui mourut en 632 après Jésus Christ, Jérusalem était une ville chrétienne du royaume byzantin. Elle ne fut conquise que six ans plus tard par le calife Omar. Durant cette période, il n’y avait que des églises dans la ville et sur le Mont du Temple se trouvait l’église byzantine de Sainte Marie. Vers l’an 711, soit 80 ans après la mort de Mahomet, l’église fut transformée en mosquée et appelée al-Aqsa afin de donner corps à l’incompréhensible sourate 17 du Coran.

Mahomet ne pouvait donc pas penser à cette mosquée quand il écrivit le Coran, puisqu’elle n’exista que trois générations après sa mort. D’ailleurs Mahomet n’éprouvait pas de sympathie particulière pour Jérusalem. Il permit à ces fidèles de prier tournés vers Jérusalem pendant quelques mois, pensant ainsi convaincre les juifs de se tourner vers l’islam. La tentative ayant échoué, il prononça le 12 février 624, l ‘interdiction de prier en direction de Jérusalem.

Cette ville ne fut jamais pour les musulmans un lieu saint.
Francis NADIZI, islamologue
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérusalem "musulmane", un mensonge de l’Islam

Message  Arlitto le Mer 2 Nov - 19:33

Pourquoi et quand le mythe d'al-Aqsa a-t-il été créé?


Pourquoi et quand le mythe d'al-Aqsa a-t-il été créé?

Par le Dr. Moti Kedar, Université Bar-Ilan. 

Muhammad, le Prophète, n'a guère innové quand il a fondé l'Islam. Il a utilisé les saints personnages, les légendes historiques et les lieux saints du Judaïsme, du Christianisme, y compris ceux du paganisme et les a islamisés. 

C'est ainsi que, selon l'Islam, Abraham fut le premier Musulman, tandis que Jésus et Saint Jean (les fils de Myriam, la soeur de Moïse et d'Aaron) étaient prophètes et gardiens du deuxième ciel. 

Maintes légendes bibliques (asatir al-awwalin), familières aux Arabes païens avant qu'apparaisse l'Islam, subirent une conversion islamique ; le Coran autant que le Hadith (tradition orale islamique) en est rempli. 

La pratique de l'islamisation a été appliquée à des lieux tout autant qu'à des personnes : la Mecque et la pierre sacrée - la Ka'bah - étaient des lieux saints des Arabes païens d'avant l'Islam. La Mosquée des 'Umayyadeà Damas et la Grande Mosquée d'Istanbul ont été construites sur l'emplacement d'églises chrétiennes byzantines qui furent transformées en mosquées - bon exemple du traitement islamique de sanctuaires d'autres confessions de foi. 

Jérusalem a subi le même processus. Muhammad essaya d'abord de convaincre les Juifs des environs de Médine de se joindre à sa jeune communauté, et, pour les persuader, il décréta que l'on prierait en se tournant vers le nord, en direction de Jérusalem, comme les Juifs. Mais après l'échec de cette tentative, il combattit les Juifs, en tua un grand nombre, et fixa la kiblah (orientation de la prière), en direction de La Mecque, au sud. 


Son abandon de Jérusalem explique le fait que cette ville n'est pas mentionnée une seule fois dans le Coran.


Après l'occupation de la Palestine par les Musulmans, comme cette ville n'avait plus pour eux de signification particulière, c'est Ramlah, à 30 miles à l'ouest de Jérusalem, qui fut choisie pour capitale. 

L'Islam a redécouvert Jérusalem cinquante ans après la mort de Muhammad. En 682 de notre ère, Abd allah ibn al-Zubayr se révolta contre les souverains islamiques de Damas, conquit La Mecque et empêcha les pèlerins de parvenir à La Mecque pour le Hajj (pèlerinage). Abd al-Malik, le Calife 'Umayyade, avait besoin d'un lieu saint alternatif pour le pèlerinage et décida que ce serait Jérusalem, qui était sous son contrôle.

Pour justifier son choix, il choisit un verset du Coran (surate 17, premier vers) qui affirme (trad. de Majid Fakhri) : 

"Gloire à Celui qui a donné à son serviteur de voyager, de nuit, de la Mosquée Sainte à la Mosquée la plus Lointaine dont Nous avons béni l' emplacement pour lui montrer quelques-uns de Nos Signes ! Car Il est Celui Qui entend tout et Qui voit tout." 


Le sens donné à ce vers est que "la Mosquée la plus lointaine (al masjid al-aqsa)" est à Jérusalem, et que Muhammad y aurait été transporté, une nuit (alors qu'en ce temps-là le voyage eût pris trois jours à dos de chameau), sur le dos d'al-Buraq, son cheval magique à tête de femme, aux ailes d'aigle et à la queue de paon, et dont les sabots atteignaient l'horizon. Il aurait attaché son cheval au Mur situé à l'ouest du Mont du Temple et, de là, serait monté au septième ciel avec l'ange Gabriel. En chemin, il aurait rencontré les prophètes d'autres religions, préposés à la garde du ciel : Adam, Jésus, Saint Jean, Joseph, Seth, Aaron, Moïse et Abraham, qui l'auraient accompagné dans son ascension au septième ciel jusqu 'à Allah, et l'auraient accepté comme leur maître (voir le commentaire d'Al-Jalalayn sur ce vers).

C'est ainsi que l'Islam s'efforce d'acquérir une légitimité supérieure aux autres religions plus anciennes, en créant une fiction où les anciens prophètes reconnaissent la maîtrise de Muhammad, faisant ainsi de lui le "Khatam al-Anbiya" (le Sceau des Prophètes).

Ce qui est étrange, en l'occurrence, c'est que cette histoire fantastique contredit plusieurs principes de l'Islam. Comment un homme de chair et sang peut-il monter au ciel? Comment une créature mythique peut-elle emporter un mortel vers une destination réelle? Des questions de cette nature ont amené des penseurs musulmans orthodoxes à la conclusion que toute l'histoire du voyage nocturne fut un rêve de Muhammad. 

On voit donc que l'Islam a tenté de "faire mieux" que la Bible : Moïse est "seulement" monté sur le Sinaï, à partir d'un lieu désert, et s'est approché du ciel, alors que Muhammad a parcouru tout le chemin jusqu'à Allah, et cela à partir de Jérusalem même. 

Et pourquoi ne croyons-nous même pas que la Mosquée al-Aqsa est à Jérusalem? Il y a à cela une bonne raison : les gens de La Mecque, qui connaissaient bien Muhammad, ne crurent pas à cette histoire. Seul Abu Bakr, le premier Calife, le crut et fut appelé pour cela al-Siddiq " (le croyant). 

La seconde raison est que la tradition islamique elle-même nous apprend que la Mosquée d'al-Aqsa est près de La Mecque, dans la péninsule arabiqueC'est affirmé sans équivoque dans le "Kitab al-maghazi", ouvrage de l'historien musulman et géographe al- Waqidi. [2] D'après al-Waqidi, il y avait deux "masjeds" (lieux de prière) à al-gi'ranah, un village situé entre La Mecque et Ta'if. L'un était "la Mosquée la plus proche" (al masjid al-adana), et l'autre était "la Mosquée la plus éloignée" (al masjid al-aqsa), et Muhammad y priait lorsqu'il était hors de la ville. 

Cette description de al-Waqidi n'était pas "opportune" pour la propagande islamique du VIIe siècle. Aussi, pour renforcer la conscience de la "sainteté" de Jérusalem dans l'Islam, les Califes de la dynastie 'Umayyade inventèrent de nombreuses "traditions" qui confirmaient l'importance de Jérusalem ("fadha'il bayt al-Maqdis"), de manière à justifier le pèlerinage à Jérusalem au yeux des fidèles Musulmans. C'est ainsi que al masjid al-aqsa [la Mosquée d'al-Aqsa] fut "transportée" à Jérusalem. Il faut noter que Saladin adopta lui aussi le mythe d'al-Aqsa et ces "traditions" dans le but de recruter et d'opposer les guerriers musulmans aux les Croisés, au XIIe siècle. 

Un autre but de l'islamisation de Jérusalem fut d'ébranler la légitimité des religions plus anciennes : le Judaïsme et le Christianisme, qui considèrent Jérusalem comme une ville sainte. Aussi l'Islam est-il présenté comme la seule religion légitime, qui prend la place des deux autres parce que l'une comme l'autre ont changé et déformé la Parole de Dieu. [3] 

Bien que le Judaïsme et Christianisme puissent co-exister à Jérusalem, l' Islam les considère comme une trahison d'Allah et de ses enseignements, et il a fait et fera tout ce qui est en son pouvoir pour expulser l'un et l' autre de la ville. Il est intéressant de noter que cette expulsion est rétroactive. 


Les présentateurs islamiques des stations de radio palestiniennes continuent d'affirmer que les Juifs n'ont jamais eu de temple sur la montagne du Temple et certainement pas deux temples. Où, à les entendre, Jésus prêcha-t-il ?

Rolling Eyes  Rolling Eyes Rolling Eyes Sans Blague - (c'est moi qui souligne)


Arafat, qui n'est pas un observant (il suffit de demander au Hamas), fait aujourd'hui exactement ce qu'ont fait les Califes de la dynastie 'Umayyade : il mobilise la sainteté de Jérusalem au service de ses buts politiques. Il ne doit pas donner le contrôle de Jérusalem aux Juifs puisque, selon l' Islam, ils sont impurs et que pèse sur eux la colère d'Allah (al-maghdhoub ' alayhim, Coran, surate 1, 7ème vers). [4] Les Juifs sont les fils des singes et des cochons (sourate 5, v. 60). [5] Ce sont les Juifs qui ont déformé les Ecritures Saintes qui leur avaient été révélées (sourate 2, v. 73 ; sourate 3, v. 72) et ont nié les signes de Dieu (sourate 3, v. 63). Depuis qu'ils ont violé l'alliance avec leur Dieu (sourate 4, v. 154), Dieu les a maudits (sourate 5, v. 16) et ils hériteront de l'enfer pour l'éternité (sourate 3, v. 112). 

Comment, dans ces conditions, Arafat pourrait-il abandonner Jérusalem aux Juifs? Les médias palestiniens de ces jours-ci sont remplis de messages de "Jihad" [guerre sainte], appelant à élargir la guerre nationale et politique entre Israël et les Palestiniens aux dimensions d'une guerre religieuse islamique entre les Juifs et les Musulmans. 

CE QU'ILS NE DISENT PAS, c'est que, pour eux, le Christianisme ne vaut pas mieux que le Judaïsme, du fait que l'un comme l'autre ont perdu leur droit de gouverner Jérusalem. Seul l'Islam, "Din al-Haqq" (religion de la Vérité), a ce droit, et cela à jamais. [6] 

Du fait que la sainteté de Jérusalem pour l'Islam n'a toujours été et n'est rien de plus qu'une sainteté à connotation politique, ce serait, pour Arafat, mettre sa tête politique sur le billot que de devoir y renoncer. 

Le monde entier doit-il s'incliner devant les mythes inventés par Islam, longtemps après que Jérusalem soit et ait été le vrai centre du Judaïsme et du Christianisme?

Faudra-t-il envoyer des forces de l'ONU au Moyen Orient, uniquement parce qu'Arafat remet en course les problèmes politiques des 'Umayyades, voire les rêves de Muhammad au sujet de Jérusalem? 

[1] Cette communication peut être désagréable à lire pour de pieux Musulmans. Si vous n'êtes pas intéressés à lire les faits suivants concernant l'Islam, vous n'avez qu'à effacer ce message. Si vous partagez mon point de vue, ayez l'obligeance de le faire connaître à quiconque peut s 'y intéresser. Sentez-vous libre de citer des extraits de ce message. 

[2] Publié en 1966 par Oxford University Press. Cf. vol. 3, pp. 958-9. 

[3] Sur les prétendues falsification des Saintes Ecritures Sacrés, perpétrées par les Juifs et les Chrétiens, voir le troisième chapitre de M. J. Kister, "HaddithU 'an banI isra'il wa-la haraja", IOS 2 (1972), pp. 215-239. Kister cite des douzaines de sources islamiques. 

[4] Voir al-Jalalayn et d'autres commentaires. Notez que la numérotation des vers peut varier légèrement selon les différentes éditions du Coran. 

[5] A propos de la conception selon laquelle les Juifs sont apparentés aux porcs et aux singes, voir, par exemple, Musnad al-Imam Ahmad ibn Hanbal, Beirouth, 1969, vol. 3, p. 241. Voir aussi les pages 348, 395, 397, 421, et vol. 6, p. 135. 

[6] Selon le Cheikh 'Ikrima Sabri, mufti de Jérusalem, dans son homélie du vendredi, il y a 4 semaines, à Sawt falastin - la radio officielle de l' Autorité Palestinienne. 

Traduction de l'hébreu par Menahem R. Macina 

© Moti Kedar et CJE 

Dépt. d'arabe,
Université de Bar-Ilan
52900 Ramat-Gan, Israël.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérusalem "musulmane", un mensonge de l’Islam

Message  Arlitto le Mer 2 Nov - 19:34

Mahomet ne s'est jamais rendu à Jérusalem ; les musulmans se base sur le fameux "voyage nocturne", qui en soit ne mentionne aucun lieu explicite.


Mahomet se serait rendu a la mosquée Al Aqsa sur son âne volant Alors même qu'Al aqsa n'était pas construite a l'époque !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

 Aucun récit historique ou coranique ne mentionne le voyage de Mahomet à Jérusalem.


La tradition musulmane, à partir du milieu du 8e siècle environ, associe Jérusalem et l'esplanade du Temple à la masjid al-Aqsa, que, lors du Isra et Miraj, Mahomet aurait atteint à la suite de son voyage nocturne depuis La Mecque, et depuis laquelle il aurait entrepris l'ascension jusqu'au septième ciel, comme l'indique le Coran (17, 1) : « Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager son serviteur (Mahomet), de la Mosquée Al-Haram à la Mosquée Al-Aqsa dont Nous avons béni l'alentour, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles. C'est Lui, vraiment, qui est l'Audient, le Clairvoyant. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérusalem "musulmane", un mensonge de l’Islam

Message  Arlitto le Mer 2 Nov - 19:35

La véritable Mosquée Al Aqsa n’est pas à Jérusalem


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« La Mosquée d’Al Aqsa » ( signification littérale : « La Mosquée la plus lointaine »), qui n’est mentionnée qu’une seule et unique fois dans le Coran, était l’une des deux moquées localisée près de Ji’irrana, un village situé entre la Mecque et Taaf, dans la Péninsule Arabique (aujourd’hui l’Arabie Saoudite). 

Une de ces mosquées s’appelait : « Al-Masjid al-Adna », ce qui signifie la « mosquée la plus proche » et l’autre « al-Masjid al-Aqsa » : « La mosquée plus lointaine ». Quand le Coran fait référence à la Mosquée al-Aqsa, tout en racontant le mythe du voyage nocturne du Prophète Muhammad, depuis la « Mosquée Sainte », de La Mecque jusqu’à Al-Aqsa, il s’agit de la « Mosquée la plus lointaine », ce qui fait référence à la Mosquée située à Ji’irrana.

Histo :
En 682 de l’ère commune, cinquante ans après la mort de Mahomet, Abd allah Ibn al-Zubayr, l’homme fort de La Mecque, s’est rebellé contre les Omeyyades qui dirigeaient Damas et il ne les a pas autorisés à accomplir le Hajj à La Mecque. Puisque le pèlerinage de La Mecque est l’un des cinq piliers fondamentaux, des cinq commandements majeurs en Islam, ils ont été contraints de choisir Jérusalem comme une alternbative au lieu réel du pèlerinage. Dans le but de trouver une justification pour ce choix de Jérusalem, les Omeyyades ont réécrit l’histoire racontée dans le Coran, en transférant la Mosquée « Al-Aqsa » (lez lointaine) à Jérusalem et en ajoutant, afin de faire bonne mesure (et bonne figure),le mythe du voyage nocturne de Mohammed à al Aqsa. C’est la raison (de convenance purement politique et non spirituelle) pour laquelle les Sunnites considèrent aujourd’hui Jérusalem comme leur troisième lieu le plus saint. 

LA VÉRITÉ ENFIN RÉVÉLÉE SUR L’ IMPOSTURE DE LA MOSQUÉE AL-AQSA ! La vraie mosquée « AL-AQSA » n’est pas à Jérusalem, mais dans la région de la Mecque . LE VRAI NOM DE LA MOSQUÉE DU MONT DU TEMPLE est AL-HARAM AL-SHARIF !! Taqyia 



En 682, cinquante ans après la mort de Mahomet, Abd allah Ibn al-Zubayr, l’homme fort de la Mecque, s’est rebellé contre les Umayyas qui régnaient sur Damas, et leur a interdit de remplir leur devoir du Haj à la Mecque. Comme le pèlerinage est un des cinq commandements de l’islam, les Umayyas furent contraints de choisir Jérusalem comme lieu de pèlerinage alternatif.

Pour justifier ce choix, les Umayyads réécrivirent l’histoire racontée dans le Coran, et déplacèrent la mosquée al Aqsa à Jérusalem. Ils ajoutèrent, pour faire bonne mesure, le mythe du voyage nocturne de Mahomet à al Aqsa. C’est la raison pour laquelle les sunnites considèrent maintenant Jérusalem comme leur troisième lieu saint.

avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12370
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum