anipassion.com

Histoire des Religions

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire des Religions

Message  Arlitto le Dim 13 Nov - 20:52

Histoire des Religions

-1850
  Abraham quitte sa terre natale
Selon la Torah, le patriarche hébreu Abraham reçoit les révélations de Yahvé, qui lui demandera de quitter la ville d'Our, sa terre natale. Accompagné de sa femme, Sarah, et de son neveu, Loth, il se rendra à Haran. Ils vivront quelques temps en nomade. A Sichem, Yahvé promettra de donner le territoire à sa descendance. Affecté par la famine, le groupe trouvera ensuite refuge en Égypte. Rapidement expulsés, Abraham et Sarah s’installeront finalement à Canaan tandis que Loth se rendra à Sodome. Abraham conclura une alliance avec Yahvé, scellée par le rite de la circoncision. Ce pacte devra lui assurer une descendance masculine. C’est ainsi que viendra au monde Isaac, alors qu’Abraham avait atteint l’âge de cent ans. Les Juifs se considéreront plus tard comme descendants d’Abraham, premier à vénérer le Dieu unique.


 
-1250
  Moïse mène les Hébreux hors de l’Égypte
D'après la Torah, Moïse libère le peuple hébreu de l’esclavage. Ayant reçu les dix commandements au mont Sinaï, il ordonne à Pharaon de libérer son peuple. Ce dernier refuse et l’Égypte voit s’abattre sur elle les dix plaies infligées par Yahvé. Le Pharaon, Ramsès II, les autorise finalement à quitter le territoire. Après un périple de plus de quarante ans, le peuple atteint enfin la Palestine, la Terre promise. Il transportera avec lui les tables de la loi (dix commandements) qui plus tard seront mises à l’abri dans l’Arche d’alliance.


 
-997
  David conquiert Jérusalem
Deuxième roi d’Israël, vainqueur de Goliath, David s’empare de Jérusalem et y établit la capitale de son royaume. Il envisage d’abriter l’Arche d’alliance au cœur d’un grand temple, mais Dieu le lui interdit par l’intermédiaire du prophète Nathan. En effet, un homme de guerre ne peut pas édifier un temple de paix. Son fils, Salomon, accomplira cette tâche au cours de son règne. Des siècles plus tard, on attribuera à David la rédaction de nombreux psaumes bibliques.


 
-968
  Salomon succède à son père, David
Salomon monte sur le trône du pays de Canaan, qui s’étend alors de l’Euphrate à Gaza. Il améliorera les relations commerciales de son peuple avec les terres alentours et séparera le territoire en douze districts. Il parviendra ainsi à unifier son empire avec pour objectif principal la prospérité de Jérusalem. Il y construira le Premier Temple, entouré de hauts remparts et abritant les Tables de la loi, reçues par Moïse. À sa mort, son empire rayonnant sera divisé : le royaume d’Israël s’étendra au nord tandis que le royaume de la Judée occupera le sud.


 
-722
  Les Assyriens chassent les Juifs
Le roi Salmanazar V et ses troupes assyriennes envahissent le royaume d’Israël. Quelques années plus tard, le royaume de la Judée, au sud, subira à son tour la domination assyrienne, menée cette fois par le roi Sargon II. Les Israélites seront contraints de s’exiler et de se disperser sur les territoires alentours. Le Temple de Jérusalem ne subira toutefois aucun dommage particulier suite à cette première invasion.



 
-597
  Le roi de Babylone s’empare du royaume hébreu
Les troupes mésopotamiennes envahissent le territoire israélite, guidée par leur roi, Nabuchodonosor II. Ce dernier détruit le Temple de Jérusalem et fait déporter les Israélites à Babylone. Cet exil marque le début de la première Diaspora, qui bouleversera quelque peu les anciennes croyances juives. Le monothéisme sera renforcé et Yahvé apparaîtra alors comme l’unique divinité de l’univers et ce, pour tous les peuples.
Voir aussi : Histoire de Jérusalem - Histoire de Babylone - Yahvé - Nabuchodonosor - Diaspora - Histoire des Religions


 
-563
  Naissance de Bouddha
Siddharta Gautama naît dans un bois sacré, à Lumbini, région actuellement située entre l’Inde et le Népal. A l’âge de 29 ans, découvrant la souffrance du peuple et la misère de la mort, le jeune aristocrate décide de quitter ses biens pour mener une vie ascétique. Six ans plus tard, choisissant la méditation, la voie moyenne entre jouissance et austérité, il parvient à "l’Eveil". Il en tirera le titre de Bouddha et, dispensant son enseignement, il deviendra le plus célèbre d’entre eux pour mourir à l’âge de quatre-vingt ans.


 
-539
  Les Perses conquièrent la Mésopotamie
Lorsque les Perses s’emparent de la Mésopotamie, ils autorisent le peuple juif à réintégrer leurs terres. Tous n’emprunteront pas cette voie et poursuivront leur existence à Babylone ou dans les territoires qui les ont accueillis lors de la Diaspora. Des années plus tard, le nouveau Temple de Jérusalem sera édifié et attirera d’autres exilés. Toutefois, le monument n’égalera pas le Temple d’autrefois et la monarchie ne sera pas restituée dans le royaume.


 
-525
  Bouddha prononce le Sermon de Bénarès
Bouddha prononce un discours devant ses cinq premiers disciples. Il souhaite ainsi leur faire partager les voies qui mènent à l’Éveil, connu aussi sous le nom de "nirvana". Il dicte alors les Quatre Nobles Vérités sur lesquelles reposent les croyances bouddhiques : il s’agit de définir la souffrance, d’en déterminer la provenance, d’accepter que l’on puisse y mettre fin et de comprendre comment y parvenir.
Voir aussi : Dossier histoire du bouddhisme - Bouddha - Histoire des Religions


 
-480
  Mort de Bouddha
Gautama, connu plus tard sous le nom de Bouddha, meurt à un âge très avancé, au terme d’une vie d’ascète et d’errance. Il est le fondateur de la philosophie religieuse du bouddhisme. Peu de temps après sa mort, un premier concile se serait déroulé à Rajagrha, rassemblant les moines de la communauté bouddhique. Ceux-ci auraient alors évoqué ensemble tous les enseignements de Bouddha, donnant ainsi naissance à une longue tradition orale.


 
-370
  Concile bouddhique de Vaisali
Aux alentours de 370 avant J.-C., les moines bouddhistes se réunissent à Vaisali pour un IIe concile. Ce rassemblement donne lieu à des confrontations entre les disciples sur la vie monastique et certains aspects de la doctrine, tels que la sainteté des individus ayant atteint l’Éveil. Le concile provoque alors un schisme. La communauté bouddhique se sépare en deux tendances, celle des Mahasamghika, qui auraient adopté dix nouvelles réformes disciplinaires, et celle des Sthaviravadin, fidèles aux anciennes règles. Toutes les querelles donneront finalement naissance à une vingtaine d’écoles différentes.



 
-332
  Alexandre le Grand conquiert la Judée
Le roi de Macédoine chasse les Perses du territoire et concède aux Juifs une certaine liberté. Durant le règne des Ptolémées, de nombreux Juifs s'installeront à Alexandrie. La culture hellénistique se propagera rapidement dans le royaume et influencera les croyances juives. Des conflits éclateront toutefois entre Juifs hellénistes et Juifs opposés.



 
-249
  IIIe concile bouddhique à Pataliputra
Vers 249 avant J.-C., un troisième concile bouddhique se déroule à Pataliputra, sous l’impulsion du roi Asoka. Les disciples y abordent les thèmes de l’existence de l’âme, tentent de mettre au point une certaine orthodoxie du bouddhisme et lancent son expansion au-delà des frontières.
Voir aussi : Dossier histoire du bouddhisme - Concile  - Histoire des Religions


 
-242
  Le bouddhisme se répand à Ceylan
Fils du roi Asoka, Mahinda se rend à Ceylan dans le but de répandre le bouddhisme. Son discours aurait alors convaincu le souverain des lieux. L’adoption du bouddhisme à Ceylan aurait alors mené à la construction du monastère Mahavihara, qui deviendra un grand centre de la doctrine des "Anciens", appelée "Theravada".



 
-165
  La révolte maccabéenne
Judas Maccabée reprend Jérusalem après que le successeur d’Alexandre a fait ériger un autel dédié à Zeus au cœur du Temple de Jérusalem. Après sa victoire, Judas Maccabée mettra en place la dynastie des Asmonéens. Il s’appliquera à purifier et embellir le Temple, donnant lieu plus tard à la cérémonie de l’Hanoukka. Quelques années plus tard, l’indépendance de la Judée sera reconnue par la Syrie, mais les conflits entre juifs hellénistes et les autres affaibliront le royaume, ouvrant grand la porte du royaume aux Romains.



 
-37
  Hérode le Grand est proclamé "roi des Juifs"
À la mort de son père, Antipater, Hérode le Grand s’empare des rênes de la Judée. C’est ainsi que quelques années après l’invasion romaine, il est proclamé "roi des Juifs". Il doit rapidement faire face aux conflits entre les Juifs sadducéens et les Juifs pharisiens. Son règne connaîtra toutefois une certaine prospérité, marquée par l’architecture et la reconstruction du Temple de Jérusalem.



 
30
 7 avril
Crucifixion de Jésus
Condamné pour blasphème parce qu'il se dit fils de Dieu, Jésus de Nazareth est crucifié à Jérusalem sur ordre de Ponce Pilate. Le jour de sa crucifixion, il avait selon les thèses entre 33 et 35 ans. La Résurrection du Christ aura lieu, selon les Écritures, trois jours plus tard. Toujours selon le Nouveau Testament, l’Ascension, moment où le Christ s’élève au Ciel, se déroulera quant à elle quarante jours après son retour à la vie.



 
30
 mai
L’Ascension du Christ
Selon le Nouveau Testament, Jésus Christ s’élève dans le Ciel quarante jours après avoir ressuscité d’entre les morts. Deux iconographies illustrant la scène traverseront les siècles. La première le montre parmi les nuages, s’élevant vers les cieux. La seconde le représente sur le Mont des Oliviers, pris par la main de Dieu. Toujours selon les Écritures, les apôtres recevront, après l’Ascension, l’Esprit saint que Jésus leur avait promis lors de la Cène, son dernier repas.



 
32
  Etienne est lapidé
Aux alentours de 32, le diacre Étienne est conduit devant le Sanhédrin – aréopage juif – pour répondre à l’accusation de blasphème qui pèse contre lui. Au terme d’un long discours par lequel il tente de justifier ses positions chrétiennes, il est condamné à mort, conduit de force hors de la ville et lapidé. Saul de Tarse, qui deviendra plus tard saint Paul, assiste à la sentence, récupère les vêtements des bourreaux et approuve la punition. Saint Étienne sera considéré comme l’un des premiers martyrs chrétiens.



 
34
  Saul de Tarse se convertit
Alors qu’il se rend à Damas dans le but de combattre les communautés chrétiennes, Saul de Tarse reçoit une vision bouleversante du Christ, l’interrogeant sur les raisons de ses persécutions. Saul se convertit aussitôt. Aveuglé par la lumière de la scène, il n’aurait retrouvé la vue qu’en se faisant baptiser. Élevé dans le pur respect de la Loi juive, Saul était devenu l’ennemi des chrétiens, au lendemain de la crucifixion de Jésus. Il aurait même approuvé le martyre d’Étienne, exécuté par lapidation peu de temps avant. Cette révélation qui modifie le cours de son destin, le transformera en un grand prédicateur qui, sous le nom de Paul, parcourra les routes d’Asie Mineure et de Grèce pour transmettre le message du Christ. Selon les Actes des Apôtres, Paul effectuera ainsi trois grands voyages missionnaires.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12457
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des Religions

Message  Arlitto le Dim 13 Nov - 20:53

44
Paul voyage en Asie Mineure
Converti au christianisme depuis quelques années, Paul quitte Antioche et prend la route en direction de Chypre, accompagné de Barnabé. Après avoir converti le proconsul, il se rend en Asie Mineure, dans les villes d’Antioche de Pisidie, de Lystres et de Derbé. Dès lors, il fonde plusieurs communautés chrétiennes au cœur des territoires non évangélisés. Il est très souvent reçu à coup de pierres par les juifs de la région. Il ne regagnera Antioche qu’en 47, puis effectuera deux autres voyages missionnaires, l’un à partir de 50 et l’autre dès 54.



48
Réunion du concile de Jérusalem
Les dirigeants de l’Église de Jérusalem rencontrent les chrétiens Pierre, Paul et Barnabé afin de statuer sur la question du paganisme. Ils se demandent si les païens qui ont adopté la religion chrétienne doivent ou non observer en plus les pratiques imposées par la Loi juive. Au terme de cette rencontre, les participants se mettront d’accord sur le fait que la seule conversion au christianisme suffit au salut des gentils. Cette décision aura pour conséquence d’amener davantage de convertis issus du paganisme au sein de l’Église chrétienne. Par ailleurs, l’esquisse d’une rupture entre les religions juive et chrétienne se profile.



50
Paul repart pour l’Asie Mineure
Revenu de son premier voyage missionnaire il y a trois ans, Paul quitte Jérusalem, où il avait assisté au concile, pour se rendre une nouvelle fois en Asie Mineure. Il est alors accompagné de Silas et de Timothée. Après s’être assuré de la bonne foi des communautés chrétiennes qu’il avait installées à Lystres, Derbé et Antioche de Pisidie, il prend la mer en direction de la Macédoine. Il établit les églises de Philippes et de Thessalonique et passe quelques temps à Athènes, puis à Corinthe, où il fonde une nouvelle communauté. Ainsi, le christianisme se développe progressivement dans la plupart des régions qu’il parcourt, malgré le mauvais accueil que lui réservent les Juifs.
Voir aussi : Histoire de Jérusalem - Dossier histoire de la naissance du christianisme - Saint Paul - Histoire des Religions



54
Dernier voyage missionnaire de Paul
Paul entreprend un troisième voyage, suivant à peu de choses près le même trajet que le précédent. Parti d’Antioche, il traverse l’Asie Mineure, où il séjourne quelques temps à Éphèse. Il rejoint ensuite la Macédoine, puis Corinthe, en Grèce pour finalement arriver à Tyr. Durant son parcours, il rédige plusieurs épîtres qui seront regroupés dans le Nouveau Testament. Toujours selon les Actes des Apôtres, il aurait été arrêté à Jérusalem, après avoir provoqué une vive colère au sein de la communauté juive. Retenu captif à Césarée durant deux années, il aurait ensuite été conduit à Rome, puis libéré avant d’être à nouveau emprisonné. Il aurait alors été exécuté vers 65.




64
13 octobre
Saint Pierre est martyrisé
L’un des principaux apôtres de Jésus (d’après l’Évangile) est crucifié à Rome, suite aux persécutions de Néron vis-à-vis des Chrétiens. Le Christ lui aurait donné son nom pour symboliser sa fonction de fondateur de l’Église. La tradition romaine fera de lui le premier pape. Des siècles plus tard, un doute subsistera quant à la date précise de sa mort. Certains s’accorderont à dire qu’elle eut lieu en 67.




70
8 septembre
Destruction du Temple de Jerusalem
Les troupes romaines de Titus s'emparent de la ville de Jérusalem : le Temple est brûlé et les habitants sont déportés comme esclaves. Le Temple, bâti par Salomon en 970 avant J.-C et reconstruit par Hérode en 19 avant J.-C, était le symbole et le centre du pouvoir religieux et politique des Juifs. Seul le mur occidental de soutènement de l'esplanade du Temple restera debout. Il sera appelé plus tard le "Mur des lamentations". La destruction du Temple constitue par ailleurs un élément déterminant pour la religion chrétienne, qui se détache alors de plus en plus de ses origines juives.




73
La prise de Massada
Après une année de lutte sanglante pour réprimer la révolte juive, les Romains s’emparent de la ville de Massada. Jérusalem n’avait pas résisté longtemps à leurs assauts, mais les habitants de Massada furent plus endurants. Conscients de leur défaite, plusieurs centaines d'entre eux se donneront la mort plutôt que d’être chassés ou tués par leurs ennemis.
Voir aussi : Histoire de Jérusalem - Histoire des Religions



112
Rescrit de Trajan sur les persécutions chrétiennes
En réponse aux interrogations du gouverneur de Bithynie Pline le Jeune, Trajan établit les principes de la persécution chrétienne. Il explique qu’il n’est pas nécessaire d’enquêter pour découvrir les chrétiens mais qu’il faut néanmoins condamner ceux qui font l’objet de dénonciations régulières. Ces derniers peuvent toutefois être acquittés s’ils abandonnent publiquement leur religion. Relativement modérée sous l’empereur Trajan, la persécution à l’encontre des chrétiens prendra davantage d’ampleur à la fin du siècle.




132
Bar-Kokhba mène une révolte juive
Simon Bar-Kokhba soulève le peuple juif contre l’empereur romain Hadrien. Depuis des années les Juifs s’opposent à l’autorité de Rome en vain. Cette révolte s’étendra sur trois années et aboutira à une sévère défaite. Aux nombreux morts s’ajoutera l’expulsion des Juifs de Jérusalem. La ville, renommée Aelia Capitolina, leur sera totalement interdite et Hadrien donnera à la Judée le nom de Palestine.




177
Persécution des chrétiens de Lyon
Sous l’empereur Marc Aurèle, les chrétiens de Lugdunum, la future ville de Lyon, sont férocement persécutés. Malmenés par la foule, ils sont ensuite arrêtés en grand nombre. Parmi eux figurent le vieil évêque Pothin et la jeune esclave Blandine. Tous sont torturés pour qu’ils abjurent. Une dizaine d’entre eux cèdent rapidement tandis que la plupart confessent leur foi avec détermination. Après maintes tortures, le courage de la frêle Blandine étonne ses bourreaux et les témoins de la scène. Les martyrs de Lyon marqueront profondément l’histoire de la ville.




258
Saint-Denis est décapité à Montmartre
Le premier évêque de Paris, Saint Denis, est décapité après avoir été repéré par un gouverneur romain. Décrit par Saint Grégoire de Tours comme l’un des acteurs de l’évangélisation de la Gaule, Saint Denis est aussi connu pour la légende qui prétend que le religieux s’est relevé après avoir été décapité à Montmartre. Marchant alors pendant six kilomètres avec sa tête dans les bras, il aurait donné cette dernière à une croyante avant de s’écrouler. C’est dans ces lieux que la basilique Saint-Denis fut construite pour rendre hommage à l’évêque. Une autre tradition veut qu’une femme romaine du nom de Catulla fit enterrer son corps qui devait être jeté dans la Seine. La date de sa mort reste sujet à caution.




303
Dioclétien persécute les chrétiens
Alors que ses prédécesseurs ont plus ou moins poursuivi les persécutions à l’encontre des chrétiens, Dioclétien publie plusieurs édits meurtriers. Depuis le début du siècle et malgré le nombre élevé de condamnations, le christianisme ne cesse de se développer. Conscient du phénomène, l’empereur romain décide d’anéantir cette religion. Il mène de féroces persécutions, fait fermer les églises et interdire les ouvrages sacrés. Étendue sur dix années, la persécution de Dioclétien sera considérée comme la plus dure de l’Histoire. Il faudra attendre le règne de Constantin Ier pour que les chrétiens retrouvent leur liberté de culte.




313
février
Constantin promulgue l’édit de Milan
Au lendemain de la bataille du pont Milvius, l’Empereur romain Constantin Ier et Lucinius se concertent et décident de rétablir la liberté de culte. En promulguant l’édit de Milan, l’Empereur met un terme à plusieurs siècles de persécutions à l’encontre des chrétiens. Désormais tolérés au sein de l’Empire, ces derniers pourront récupérer leurs lieux de culte et leurs biens, confisqués dans les années précédentes. Constantin, quant à lui, se convertira finalement et sera baptisé sur son lit de mort.




325
20 mai
Le concile de Nicée se réunit
L’Empereur Constantin convoque le tout premier concile œcuménique à Nicée, dans le but d’établir l’unité de l’Église en Orient comme en Occident. Il espère ainsi mettre fin au conflit causé par l’arianisme, qui nie la nature divine du Christ. Au terme de plusieurs mois de discussions, cette doctrine sera condamnée. En effet, le Fils de Dieu sera considéré comme "consubstantiel" - autrement dit de nature semblable – au Père. Ainsi, les évêques adopteront le Symbole de Nicée, profession de foi chrétienne, et définiront la date précise du jour de Pâques. Dans cette même voie, l’empereur Théodose Ier promulguera plus tard l’édit de Thessalonique, qui sera suivi par le concile de Constantinople, en 381. Le christianisme occupe donc une place de plus en plus importante au sein de l’Empire, lequel intervient également pour en fixer les caractéristiques.




337
22 mai
Constantin est baptisé sur son lit de mort
Constantin Ier, qui donna un nouveau souffle au christianisme, se fait baptiser à l’orée de sa mort. Étant le tout premier empereur romain de foi chrétienne, Constantin participe sans conteste à l’expansion de l’Église en Orient, comme en Occident.




380
28 février
Théodose Ier promulgue l’édit de Thessalonique
Alors que l’empereur Julien avait tenté en vain de rétablir le paganisme, Théodose Ier promulgue un édit qui fait du christianisme la religion d’État. Désormais, la foi en la divinité de la sainte Trinité sera obligatoire au sein de l’Empire. Théodose soutient ainsi les enseignements dispensés par les évêques d’Alexandrie et de Rome contre l’arianisme, alors totalement proscrit. Pour consolider ces dispositions, Théodose réunira un concile œcuménique à Constantinople.




381
Premier concile de Constantinople
L’Empereur Théodose Ier réunit un concile œcuménique à Constantinople afin de définir encore plus concrètement les caractéristiques de la foi chrétienne pour tout l’Empire. Les évêques adoptent alors le symbole Nicée-Constantinople et statuent sur la nature du Saint-Esprit. Ils définissent ainsi ce dernier comme consubstantiel au Père et au Fils. Après avoir condamné l’arianisme et plusieurs autres groupes religieux, ils s’accordent sur le fait que l’évêque de Constantinople se situe en deuxième position de l’ordre honorifique, après celui de Rome.




387
Augustin est baptisé
Tout juste converti au christianisme, Augustin se fait baptiser par l’évêque de Milan, Ambroise. Grand érudit, il se passionne depuis sa jeunesse pour la philosophie, et la lecture de plusieurs œuvres néoplatoniciennes influencent sans conteste sa conversion. Nommé évêque d’Hippone en 395, il se consacrera pleinement à ses activités pastorales. Ancien professeur de rhétorique, il mettra ses talents au service d’une écriture religieuse qui fait de lui l’initiateur de l’Église d’Occident. Parmi ses écrits qui traverseront les siècles figurent les "Confessions" et la "Cité de Dieu".




430
28 août
Mort de Saint Augustin
Le théologien Saint Augustin décède à l'âge de 75 ans dans la colonie romaine d'Hippone (Afrique du Nord), alors assiégée par les Vandales. Convertit tardivement en 387, il devint évêque d'Hippone en 396. Ses ouvrages, dont "La Cité de Dieu", auront une influence considérable sur l'Eglise catholique et la culture occidentale.




451
8 octobre
Réunion du concile de Chalcédoine
L’empereur d’Orient Marcien convoque un concile œcuménique dans le but de mettre fin aux convictions monophysites. Plusieurs centaines d’évêques condamnent alors cette doctrine prônée par Eutychès et qui nie la nature humaine du Christ. Au terme des discussions, la double nature du Christ, à la fois humaine et divine, est affirmée. Les deux sont totalement indissociables de son Être. Parmi les nombreux canons adoptés, l’un deux, qui consacre l’égalité patriarcale entre l’évêque de Constantinople et le pape de Rome, sera refusé par le pape Léon le Grand.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12457
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des Religions

Message  Arlitto le Dim 13 Nov - 20:53

461
17 mars
La mort de Saint Patrick
Évêque d’Irlande, Saint Patrick décède après avoir accompli sa mission religieuse dans le pays. Débarqué sur l’île des années plus tôt, il avait prêché l’Évangile auprès des rois irlandais, portant le symbole fort de la feuille de trèfle. Il considérait la plante comme la représentation naturelle de la Sainte-Trinité. Des siècles plus tard, la journée du 17 mars lui sera entièrement consacrée par le peuple irlandais.



499
La rédaction du « Talmud de Babylone »
Le « Talmud de Babylone », ensemble de lois orales (la « Mishna ») et de commentaires rabbiniques (la « Gemara »), est clôturé. Une autre version, le « Talmud de Jérusalem » avait été réalisé au siècle précédent mais n’était pas aussi approfondie. Ces écrits représentent un ensemble concret des fondements oraux de la religion juive et sont l’œuvre des sages amoraïm. Au fil des siècles, le « Talmud de Babylone » sera complété par différents rabbins et notamment par le rabbin français Rachi, qui fondera une grande école talmudique.




537
27 décembre
Inauguration de la basilique Sainte Sophie 
L'Empereur Justinien inaugure à Constantinople (actuelle Istanbul) la basilique Sainte-Sophie construite par les architectes Anthémios de Tralles et Isidore de Milet. Chef d'œuvre de l'architecture byzantine elle est élaborée avec des matériaux précieux et des éléments pris aux temples de Grèce ou d'Egypte. Sainte-Sophie deviendra une mosquée quand les Ottomans du sultan Mehmet II prendront Constantinople en 1453. 




552
Le Japon découvre le bouddhisme
Le souverain de Paekche, un royaume de Corée, fait parvenir des sculptures et des textes bouddhiques à la cour du Japon. Le bouddhisme va alors se répandre progressivement dans le pays et deviendra, au VIIe siècle, la principale religion de l’Empire japonais. Des siècles plus tard, la date de 552 sera contestée et certains spécialistes lui préféreront la date de 538.




594
Le bouddhisme religion d’État au Japon
Le prince régent Shotoku fait publier un décret par lequel il favorise l’enracinement du bouddhisme au Japon en le déclarant religion d’État. Il souhaite alors ouvrir l’Empire à l’influence chinoise, tant sur le plan religieux qu’administratif. En 603, il aurait rédigé une Constitution exposant un ensemble de principes moraux inspirés du confucianisme et du bouddhisme. Shotoku favorisera également la construction de nombreux temples bouddhiques, dont le Horyu-ji.




622
16 juillet
Début de l'ère musulmane
Persécuté par des tribus arabes polythéistes mecquoises qui ne croient pas à la conversion à un dieu unique, Mahomet quitte la Mecque pour se réfugier à Yathrib, la future Médine. C'est à partir de cette ville, rebaptisée Madinat al-Nabî ("ville du prophète"), qu'il va diffuser son message religieux à toute la péninsule arabique. Pour les musulmans, le départ de Mahomet marque le début de l'ère musulmane. Cet épisode fondateur prendra le nom d'Hégire, du mot arabe "hijra" qui signifie "émigration".




624
Mahomet vainc les caravanes qorayshites à Badr
Depuis sa révélation, Mahomet tente d’organiser et de diffuser sa loi monothéiste au sein de la communauté médinoise. Son but était alors de conquérir la Mecque. Pour cela, il eut recours au soutien de la population de Médine. Sous forme de petites expéditions, Mahomet commença à attaquer les caravanes mecquoises. Il obtient alors sa première grande victoire à Badr. Malheureusement, les réjouissances seront de courtes durées. Il devra attendre 628 et le traité de Hudaibiya pour y être officiellement reconnu. En compagnie de sa communauté, il y accomplira un pèlerinage. Grâce aux alliances qu’il y noue, sa popularité grandira et lui permettra de conquérir pacifiquement les lieux en 630.




630
janvier
Mahomet conquiert La Mecque
Le prophète s’empare de la ville tant convoitée. S’y étant allié à plusieurs personnages influents durant un pèlerinage (notamment par ses douze mariages), il obtient, sans recours à la violence, la reddition. Dès lors, le temple de la Kaaba deviendra le centre de l’islam et s’ouvrira à tout l’ensemble des Musulmans. Rapidement, la population qui s’opposait à lui depuis longtemps se convertira et l’islam se répandra peu à peu en Arabie. L’islam reposera alors sur la loi du Coran et sur la tradition de la « Sunna ».




632
Abou Bakr succède à Mohamed
Beau-père du prophète, Abou Bakr est proclamé calife. Il parviendra alors à apaiser les dissensions entre Médinois et Mecquois, liées à la succession de Mahomet. L’islam s’impose dès lors sur toute l’Arabie. Omar, fidèle du Prophète, sera désigné pour lui succéder et conquerra la Syrie, l’Égypte et la Perse. Omar sera finalement assassiné en 644, laissant la place à Othman qui poursuivra les conquêtes.




632
8 juin
La mort du prophète Mahomet
Mahomet, le messager d'Allah, le prophète de l'islam, meurt à Médine (Arabie Saoudite). Après 20 ans de révélations coraniques et d'actions politico-religieuses, et malgré des divisions internes, la communauté musulmane est en voie de constitution, avec ses croyances, son culte, ses règles de vie, ses hiérarchies de pouvoir (califat, imamat). Les Arabes sont le dernier peuple du monde méditerranéen ancien à embrasser le monothéisme.




642
La chute d’Alexandrie
Les Arabes ont profité des troubles de l’Égypte byzantine pour envahir les terres quelques années plus tôt. Sous le commandement d’Amr, les troupes musulmanes soumettent la ville d’Alexandrie et s’emparent de la totalité du pays. L’Égypte sera annexée par l’Empire des Omeyyades puis des Abbassides. La population sera rapidement islamisée, abandonnant définitivement les croyances coptes.




650
La version définitive du Coran est réalisée
Le Calife Othman confie aux disciples de Mahomet la transcription des révélations de Gabriel dans une version officielle du Coran. En effet, selon les croyances musulmanes, Mahomet reçut en arabe les paroles sacrées d’Allah par l’intermédiaire de l’ange. Après sa mort, en 632, ses fidèles tentèrent de mettre par écrit ce qui jusqu’alors se transmettait oralement. La recension sous Othman établit concrètement les textes coraniques qui feront l’objet de contestations. Par ailleurs, écrits dans un arabe encore peu courant, ces derniers seront sujets à différentes interprétations. Ils n’en constitueront pas moins la version définitive du livre sacré.




657
26 juillet
Bataille de Siffin
Ali, le gendre du prophète Mahomet, est nommé quatrième calife, c'est-à-dire remplaçant du prophète. En désaccord avec cette décision, le gouverneur de Damas, Moawiya, prend les armes contre le nouveau calife à Siffin sur les bords de l'Euphrate (Irak actuel). Pendant la bataille, Moawiya a l'idée de brandir des versets du Coran au bout des lances de ses soldats. Ali se retrouve alors dans l'incapacité de poursuivre le combat et accepte l'arbitrage qui lui est proposé. Mais ce compromis lui sera fatal : une partie de ses partisans, les kharidjites, considérera l'arbitrage humain comme un outrage à la justice divine. Ali sera assassiné le 24 janvier 661.




661
24 janvier
Mort d'Ali, gendre de Mahomet
Le gendre du prophète Mahomet et quatrième calife (remplaçant du prophète) est assassiné d'un coup d'épée empoisonnée devant la mosquée de Koufa, en Mésopotamie (Irak aujourd'hui). Son assassin n'est autre qu'un de ses ex-partisans devenu adepte de la secte kharidjite. La mort d'Ali entraîne un grave schisme dans le monde musulman entre les shiites d'Ali, qui prônent une grande rigueur dans la pratique de la religion, et les sunnites, défenseurs d'une application souple de la doctrine musulmane. Le prochain calife, Moawiya, un sunnite, établira la capitale de l'empire arabe à Damas et fondera la dynastie héréditaire des Omeyyades.




680
10 octobre
Le massacre de Kerbela
A la mort du calife Muawiya, qui avait dépossédé Ali et fondé la dynastie omeyyade, Yazid, son fils, fut promu à la succession. Hussein, fils d’Ali et de Fatima, s’y opposa fortement et décida de rejoindre la ville de Koufa (Irak) pour soutenir la révolte. Sur le trajet, il est massacré à Kerbela par les omeyyades. Hussein sera considéré par les chiites comme un martyr. Ces derniers s’opposent au califat omeyyade, selon eux contraire à l’Islam primitif. Par ailleurs, il revendique le pouvoir de l’imâm, descendant d’Ali doué de connaissances divines, contre celui des califes. Bien que troublant le monde musulman dans sa totalité, cet épisode creusera davantage le fossé entre les chiites et les sunnites.




700
L'islamisation de l'Afrique du Nord
Les Arabes, lancés dans la conquête de l’Afrique du Nord depuis des années, sont parvenus à chasser les Byzantins du Maroc. Ils s'installent alors plus concrètement sur le territoire. La majorité des tribus berbères, présentes depuis la préhistoire, sont enrôlées dans les armées arabes en partance pour l'Espagne. La plupart d'entres elles se convertiront à l'Islam mais d'autres, issues des montagnes marocaines, se révolteront encore contre cette invasion.




711
juillet
Les musulmans à la conquête de l'Espagne
Le dernier roi wisigoth Rodrigue est battu sur le Rio Barbate par une expédition militaire berbère emmenée par le lieutenant Tarik. Sous les ordres du gouverneur arabe Musa ibn Nusayr, ce dernier était parvenu à franchir le détroit de Gibraltar afin d’entreprendre la conquête de l’Espagne. Leur percée spectaculaire anéantira le royaume wisigoth. En effet, presque toute la péninsule tombera bientôt sous l’égide musulmane. Seuls quelques bastions montagneux du nord y résisteront.




720
Fondation de l’abbaye de Saint-Gall
L’abbaye de Saint-Gall est érigée afin de renforcer les missions évangéliques lancées sur le territoire. Le moine irlandais Colomban fut le premier à tenter d’évangéliser les populations suisses, appelées les Alamans et installées depuis le Ve siècle.




747
Padmasambhava répand le tantrisme au Tibet
Le moine Padmasambhava introduit le bouddhisme tantrique au Tibet. Cette tendance bouddhique aussi nommée "Véhicule de Diamant" (Vajrayana), est dérivée du tantrisme hindoue et du "Grand Véhicule" (Mahayana), doctrine bouddhique misant sur l’expansion religieuse. Le tantrisme s’enracinera profondément au Tibet, lequel deviendra une théocratie dès le XVIIe siècle.




750
La troisième dynastie de califes est fondée
Abu al-Abbas al-Saffa met en place la dynastie des Abbassides. Descendant d’Abbas, un riche marchand converti à l’islam en 629 et oncle de Mahomet, il parvient à renverser les Omeyyades. Dès 749, il sera alors le premier calife d’une dynastie qui règnera jusqu’en 1258. Son successeur établira la capitale de l’empire musulman à Bagdad, en Irak. Durant leur règne, les Abbassides devront faire face à de nombreuses communautés autonomes, aux révoltes chiites. Souvent, les califes abbassides n’exerceront qu’un pouvoir nominal.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12457
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des Religions

Message  Arlitto le Dim 13 Nov - 20:55

800
La dynastie des Aghlabides
Ibrahim ibn el-Aghlab fonde sa dynastie et règne ainsi sur l’Ifriqiya (Tunisie, territoires annexes). Sous l’autorité nominale du calife de Bagdad, il établit sa capitale à Kairouan et la pare de monuments remarquables. Ses successeurs et lui-même s’appliqueront à développer les arts et la culture islamique. Ils pousseront plus tard leurs frontières jusqu’en Sicile mais seront finalement chassés par les Fatimides en 909.




827
Al-Mamoun fait du mutazilisme une croyance d’État
Le calife abbasside désire faire de la théologie mutazilite un dogme d’État. Il persécute alors ses opposants, intégrant la doctrine par la terreur. L’école mutazilite avait été fondée au IXe siècle, s’inspirant de traductions d’ouvrages philosophiques grecs. Elle soutenait que le Coran avait été créé au moment de la révélation et réfutait donc son caractère éternel. Fondée sur le raisonnement logique, l’école préconisait également la capacité humaine à différencier le Bien du Mal et donc à choisir librement son camp. Fortement attaqué par le théologien al-Achari, le mutazilisme est abandonné durant le règne de Mutawakkil (847-861).




845
Persécution du bouddhisme en Chine
Le bouddhisme chinois connaît la plus grande persécution de son histoire. En effet, sous la dynastie des Tang, alors que le confucianisme connaît un nouvel essor, le bouddhisme est proscrit par un décret interdisant toute religion étrangère en Chine. Les temples, les autels et les monastères sont détruits ; les moines, autrefois riches et désormais sans ressource, se dispersent. Cette proscription émane de la situation économique et politique du pays. En effet, les monastères disposaient d’une fortune colossale et leurs membres échappaient aux taxations et au service militaire. Aussi, nombreux étaient les habitants qui se faisaient moine par intérêt matériel. Cette protection des moines inquiétait également le gouvernement car elle pouvait donner naissance à des complots. Cet épisode marque le début du déclin du bouddhisme qui pourtant avait connu une ferveur considérable au cours des siècles précédents. De nombreuses sectes créées en Chine disparaîtront.




922
26 mars
Al-Hallaj, grand soufi, est supplicié
Adepte du mouvement théologique soufi, al-Hallaj est soumis à la torture puis exécuté. Plus ou moins opposé aux conceptions orthodoxes, le soufisme apparut en Irak, sous les Abbassides. Ses disciples rejetaient l’importance des biens matériaux pour des croyances plus spirituelles. Des années après la mort de son grand maître, le soufisme sera concilié avec l’orthodoxie par al-Ghazali. Les doctrines du soufisme se développeront et s’étendront au cours des siècles, donnant naissance à de nombreuses confréries.




969
6 juillet
Fondation du Caire
Les chiites Fatimides s'installent en Egypte et établissent leur capitale au Caire, réduisant l'autorité des Abbassides. Le tracé de la ville est fait au Nord des faubourgs de l'ancienne capitale musulmane du pays, Fûstat. La nouvelle cité prend le nom de Al-Kahira, "la Martienne", en raison de l'horoscope. La construction de la mosquée d'Al-Azhar commencera un an plus tard.




1000
L’Islande se christianise
Suite à la décision de l’Althing, le christianisme devient la religion officielle de l’Islande. Depuis quelques temps, le roi de Norvège insistait fortement pour que cette mesure soit effective. C’est ainsi que deux évêchés seront créés, sous l’archevêché de Trondheim. Le premier sera fondé au sud, à Skalholt, en 1056 et le second au nord, à Holar, en 1066. Un christianisme d'obédience catholique perdurera en Islande jusqu’au XVIe siècle, lorsque la Réforme sera introduite par les Danois.




1031
Fin du califat de Cordoue
L’intolérance religieuse du calife al-Mansour, connu par les Occidentaux sous le nom d’Almanzor (981-1002), a plongé le califat de Cordoue dans une grave crise sociale. En effet, toutes les tendances musulmanes espagnoles en sont venues à se combattre les unes les autres. En 1031, le califat est irrémédiablement morcelé en plusieurs principautés, les royaumes de Taifas.




1051
Les Fatimides envahissent la Tunisie
Régnant déjà sur le Maghreb, les Fatimides s’affaiblissent et tentent de reprendre le contrôle en chassant de Tunisie la dynastie vassale des Zirides. Kairouan est ravagée tandis que la domination arabe s’intensifie. Toutefois, ces conflits mèneront à l’invasion des côtes par les Normands dont Abd el-Moumin, chef berbère almohade, viendra finalement à bout.




1055
Toghroul Beg est reconnu sultan à Bagdad
Appartenant à la dynastie turque sunnite seldjoukide, qui règne déjà sur la Perse, Toghroul beg s’empare de Bagdad et se fait reconnaître sultan par le calife abbasside. En 1038, il avait déjà pris le pouvoir de Nichâpour, avant de venir à bout de la dynastie bouyide. Par la suite, les Seldjoukides formeront un vaste empire musulman sunnite, s’étendant sur l’Asie mineure et sur la Syrie des Fatimides. Dès 1092, le territoire sera morcelé par des partages successoraux, la présence franque et les révoltes locales.




1061
Le règne des Almoravides
Youssef ibn Tachfin fonde la dynastie berbère des Almoravides sunnites, qui régnera sur le Maroc jusqu’en 1147. Issus d’un peuple nomade saharien, les Almoravides furent convertis à l’Islam et furent entraînés au maniement des armes. Ils formèrent très vite une importante confrérie de guerriers, prête à conquérir un empire sous le commandement de leur souverain. Ils étendront quelques années plus tard leur domination sur le Ghana, sur les circuits commerciaux sahariens et sur l'Espagne musulmane. Youssef ibn Tachsin exercera ainsi son pouvoir sur l’Andalousie et le Maghreb.




1062
L'édification de Marrakech
Youssef ibn Tachfin, souverain de la dynastie berbère des Almoravides, fait édifier la ville de Marrakech, qui donnera bien plus tard son nom au Maroc. Grâce à sa position stratégique, au croisement d’importantes routes commerciales (or et ivoire), la ville se développera rapidement et deviendra une capitale impériale prospère et très influente. Lorsque, plus tard, les Almohades s’empareront du pouvoir, la ville conservera son statut de capitale.




1073
22 avril
Grégoire VII pape
Hildebrand, moine toscan de 50 ans très réputé, devient pape. Il est porté par la foule romaine sur le trône de Saint Pierre et prend le nom de Grégoire VII. Il modifiera profondément l'Église catholique pour la rendre plus morale et surtout plus indépendante des seigneurs et des souverains. Son oeuvre reste connue sous le nom de "réforme grégorienne".




1077
14 juillet
Dédicace de Bayeux
Odon de Conteville, évêque de Bayeux et demi-frère de Guillaume Le Conquérant, consacre la nouvelle cathédrale de sa ville, l'une des plus importantes de Normandie. La dédicace est présidée par l'archevêque de Rouen en présence de Guillaume, duc de Normandie et roi d'Angleterre. La tapisserie dite "'de Bayeux" longue de 69 mètres est étendue dans la cathédrale. Elle a été réalisée spécialement entre 1066 et 1077 pour célébrer cet événement.




1095
27 novembre
Le pape déclenche la première croisade
Lors du Concile de Clermont, le pape Urbain II exhorte les chevaliers des royaumes occidentaux à la croisade. Le but: libérer la Terre sainte et prendre possession de Jérusalem. Les premiers croisés partiront à la fin de l'été 1096 avec à la tête des Lorrains, Godefroi de Bouillon.




1096
1 août
La croisade populaire arrive à Constantinople
Guidée par Pierre l’Ermite et Gautier Sans Avoir, une foule de croisés issus du peuple atteint les portes de Constantinople. Au lendemain de l’appel du pape Urbain II, la population décida de prendre la route pour un pèlerinage vers la Terre sainte. Sans aucune organisation ni armes, les pèlerins cheminèrent en Europe, certains d’entre eux pillèrent villes et villages et attaquèrent les communautés juives. Enfin arrivés au Proche-Orient, Pierre l’Ermite et ses troupes traversent le Bosphore, aidés par les Byzantins. Mais, poursuivant leur route, les quelques 12000 croisés rescapés du périple périront sous les armes turques quelques mois plus tard.




1098
3 juin
Antioche est prise par les croisés
Partis à l’appel du pape Urbain II, les croisés de la noblesse s’emparent de la ville d’Antioche, alors en Syrie. Les armées croisées sont dirigées par Godefroi de Bouillon, le compte de Toulouse, Bohémond Ier, et le légat pontifical, Adhémar de Monteuil. L’année précédente, ils étaient déjà parvenus à reconquérir Nicée, mais ayant conclu un accord avec l’empereur byzantin Alexis Comnène, ils furent contraints de lui remettre la ville. Peu de temps après, ils remportèrent une grande victoire contre les Turcs, en Asie Mineure, ouvrant ainsi la voie à d’autres conquêtes, dont celle de Jérusalem en 1099.




1099
15 juillet
Les croisés prennent Jérusalem
Partis de France en 1096 à l'appel du pape Urbain II, les croisés emmenés par Godefroi de Bouillon et le comte de Toulouse, font leur entrée dans Jérusalem. Tous les défenseurs de la ville, musulmans ou juifs, sont massacrés. La prise de la Ville sainte provoque la mort de près de 100 000 personnes. C'est ainsi que naît le royaume latin de Jérusalem. Godefroi de Bouillon prendra en charge l'administration de la ville au titre d'avoué du Saint-Sépulcre.




1113
15 février
L’ordre des Hospitaliers est reconnu
Peu de temps après la prise de Jérusalem par les croisés, le pape Pascal II reconnaît l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem et le place sous la protection du Saint-Siège. À l’origine, l’ordre n’était autre qu’un petit hôpital fondé à Jérusalem pour venir en aide aux pèlerins malades ou blessés. La communauté religieuse qui assurait jusqu’alors la gestion de l’établissement est désormais chargée de défendre la Ville sainte et le royaume de Jérusalem. Ils occuperont, dès 1142, le krak des Chevaliers, grande forteresse de Tripoli. Au lendemain de la dernière croisade, les chevaliers de l’ordre seront contraints de fuir à Chypre, et s’empareront de l’île de Rhodes. Ils prendront alors le nom de "chevaliers de Rhodes". Lorsque Charles Quint leur fera don de l’île de Malte, ils troqueront une fois de plus leur nom contre celui de "chevaliers de Malte".




1122
24 septembre
Signature du Concordat de Worms
Le traité, signé entre l'empereur germanique Henri V et le pape Calixte II, met fin à la querelle des Investitures, un conflit vieux d'un demi siècle entre l'Église et la royauté. Désormais, les évêques du Saint Empire romain germanique (l'Allemagne et l’Italie) ne seront plus désignés par le seul empereur mais aussi par le pape. De cette façon, ils reçoivent une double investiture, à la fois spirituelle et laïque.




1128
13 janvier
L’Ordre des Templiers est approuvé
Le concile de Troyes approuve la règle de l’ordre des Templiers. C’est ainsi que l’ordre est officiellement reconnu. Il fut pourtant fondé dix ans plus tôt sous l’impulsion du chevalier Hugues de Payns. Le roi de Jérusalem, Baudoin II, avait alors logé les chevaliers sur l’ancien temple de Salomon, duquel ils tirèrent leur nom. Ils avaient pour mission de protéger les pèlerins venus en Terre sainte. L’ordre des Templiers, ou ordre du Temple, s’enrichira ensuite très rapidement et gagnera en puissance. Les Templiers seront finalement arrêtés par Philippe le Bel en 1307.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12457
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des Religions

Message  Arlitto le Dim 13 Nov - 20:56

1144
« La Diffamation du sang »
Les Juifs d’Angleterre sont accusés d’avoir mis à mort un enfant chrétien et de l'avoir saigné pour leur célébration de pâques. Propagée par des moines chrétiens, cette accusation est connue sous le nom de « Diffamation du sang ». On les accusera également d’avoir empoisonné les puits et les points d’eau qui approvisionnaient les habitants. On les rendra même coupables de l’épidémie de Peste de 1348. Ces calomnies seront reprises par les antisémites des siècles à venir, et notamment par les nazis, afin de légitimer leurs violences.




1144
11 juin
Consécration de la basilique de Saint Denis
Le chœur de la basilique de Saint-Denis, dédiée au premier évêque de Paris décapité par les Romains en 258, est solennellement consacré en présence du roi louis VII et de l'abbé Suger. La première église abbatiale de Saint-Denis fut élevée par sainte Geneviève au Vème siècle. Sous les Capétiens, elle devint nécropole royale. Le choeur de la basilique, avec ses chapelles rayonnantes et sa voûte en croisée d'ogives, marque la naissance d'un nouveau style architectural : l'art gothique.




1145
1 décembre
Le pape appelle à une nouvelle croisade
Eugène III émet la bulle pontificale "Quantum praedecessores" qui appelle à une nouvelle croisade. Cette décision fait suite à la perte, pour la chrétienté, d’Edesse, sur la frontière du Royaume de Jérusalem. Cet appel ne rencontre en fait qu'un faible écho avant que Bernard de Clairvaux ne s’en empare. Les expéditions qui suivront ne se solderont que par des échecs cuisants pour les croisés.




1147
23 mars
La prise de Marrakech, fin de la dynastie almoravide
Guidés par Abd al-Mumin, les Berbères almohades s’emparent de Marrakech et de l’Empire des Almoravides. Issus de l’Atlas, les Almohades naquirent d’un mouvement réformiste islamique inspiré par Muhammad ibn Tumart. Grands architectes, ils embelliront les villes les plus importantes. Après avoir détruit les monuments de leurs rivaux, ils édifieront la Koutoubia, mosquée de Marrakech et de nombreuses constructions remarquables. La dynastie sera vivement affectée quelques années plus tard par la défaite de Las Navas de Tolosa, en Andalousie.




1174
25 novembre
Saladin unit l'Egypte et la Syrie
Le sultan égyptien Saladin (Salah al-Din en arabe), entre dans Damas et s'empare de la Syrie. Il rattache les deux pays arabes et devient dès lors sultan de Syrie. Fondateur de la dynastie sunnite ayyubide, Saladin poursuivra sa conquête du Moyen-Orient jusqu'à Jérusalem. La dynastie sera supplantée par le sultanat mamelouk.




1176
Assemblée cathare à Saint-Félix-de-Caraman
Les Cathares se réunissent à Saint-Félix-de-Caraman, près de Toulouse, sous la direction de l’évêque Nicétas de Constantinople. Provenant d’Asie mineure, le mouvement cathare s’est étendu progressivement à la Bulgarie avec les bogomiles puis en Italie avec les patarins avant de s’ancrer dans le sud de la France. Ce concile des hérétiques permet de définir précisément le culte, de l’organiser et de mettre en place une véritable Église cathare. Ainsi, le catharisme, tel qu’on l’appellera plus tard, prendra encore plus d’ampleur dans le midi de la France.




1187
2 octobre
Saladin s’empare de Jérusalem
Après avoir vaincu l’armée latine à Hattin, le sultan ayyubide Saladin parvient à prendre la ville de Jérusalem. Quelques mois plus tôt, alors à la tête de l’Égypte et de la Syrie, Saladin avait lancé une terrible armée à la reconquête de tout le royaume latin de Jérusalem. Le résultat pour les Chrétiens est catastrophique. La réaction du pape Grégoire VIII ne se fera pas attendre : dès 1187, il appellera à une nouvelle croisade.




1187
29 octobre
Appel à une troisième croisade
Malgré l’échec de la croisade précédente, le pape Grégoire VIII lance un appel à une nouvelle conquête de la Terre sainte. Il éveille ainsi l’enthousiasme de Frédéric Barberousse, à la tête du Saint Empire, rapidement suivi de Philippe Auguste, roi de France et de Richard Cœur de Lion, roi d’Angleterre. C’est ainsi qu’une immense armée prend le chemin de l’Orient. Toutefois, malgré l’ampleur de ces forces, la croisade ne rencontre pas le succès escompté. À peine arrivé en Asie Mineure, Barberousse sera emporté par les eaux du Cydnos. Philippe Auguste, quant à lui, ne tardera pas à abandonner ses projets, après avoir reconquis Saint-Jean-d’Acre en compagnie de Richard Cœur de Lion. Ce dernier poursuivra seul la reconquête, mais ne sera pas de taille pour reprendre Jérusalem.




1190
Le « Guide des égarés » de Maïmonide
Le philosophe et médecin espagnol Maïmonide rédige le « Guide des égarés ». Inspiré d’Aristote, il tente d’y démontrer que la religion juive repose sur la raison et le rationnel. Il rédigera également la « Mishnah Torah », une sorte d’inventaire des lois juives issues du Talmud et légèrement réinterprétées.




1191
Eisai fonde la secte Rinzai au Japon
Après avoir passé plusieurs mois en Chine, le moine Eisai revient au Japon pour fonder l’école Rinzai, secte du zen. La période de Kamakura (1185-1333) marque en fait un tournant dans l’histoire japonaise et influe irrémédiablement sur les croyances. Aussi, la secte zen connaît un véritable regain d’intérêt, notamment chez les guerriers. Une autre secte zen, l’école Soto, est fondée durant la même période par le moine Dogen.




1192
janvier
Richard Cœur de Lion renonce à Jérusalem
Parti en croisade en 1187, Richard Cœur de Lion doit renoncer à prendre Jérusalem. En effet, l’abandon inattendu du roi de France, Philippe Auguste, avec lequel il partageait les mêmes desseins, ne lui permet pas de s’emparer définitivement de la Ville sainte. Afin de préserver sa couronne, il ne peut se permettre de rester plus longtemps en Orient. Il décide donc de conclure un accord avec le sultan Saladin. Durant trois ans, la paix sera assurée et les pèlerins seront autorisés à fouler le sol de la précieuse Jérusalem.




1193
4 mars
Mort du sultan Saladin
Le sultan d'Egypte et de Syrie Salah al-Din Yusuf al-Ayyubi s'éteint à Damas à l'âge de 55 ans. Saladin a repris Jérusalem aux Croisés en 1187, après un siècle de présence occidentale. Il a mis en pratique une politique de tolérance religieuse dans la ville Sainte et a permis aux chrétiens le libre accès au Saint-Sépulcre. Cette grande indulgence lui vaudra l'estime des Croisés et des Arabes. A sa mort, l'Occident et l'Orient s'allient pour saluer la disparition d'un modèle de vertu chevaleresque.




1194
10 juin
La cathédrale de Chartres incendiée
Construite en haut d'une colline dominant l'Eure, sur l'emplacement d'un ancien temple gallo-romain, la cathédrale romane de Chartres est détruite par un incendie. Seule la partie ouest est sauvée. Grâce à de nombreux dons, un programme de reconstruction est aussitôt lancé. La nouvelle cathédrale sera consacrée en 1260 et deviendra un haut lieu de pèlerinage. Elle représente le chef-d'oeuvre de l'art gothique français.




1198
8 janvier
Election du pape Innocent III
A 37 ans, le comte Lotario de Segni, Giovanni Lotario, est élu Pape à Rome. Il succède à Célestin III et prend le nom d'Innocent III. Considéré comme le pape le plus important du Moyen-Age, Innocent III renforcera la suzeraineté papale sur de nombreux pays d'Europe : la Sicile, le Portugal, l'Angleterre, la Portugal, l'Aragon, ...Au cours de ses 18 ans de pontificat, il lancera deux croisades contre les cathares en pays albigeois et sera l'instigateur de la quatrième croisade en terre sainte.




1199
25 mars
La bulle "Vergentis in senium" annonce l'Inquisition
Le Pape Innocent III institue une procédure de lutte contre les hérétiques dans sa bulle "Vergentis in senium". Depuis le deuxième concile de Latran de 1139, la lutte contre les hérétiques est au cœur des préoccupations du Saint-Siège. Les mouvements manichéens, qui croient en l’existence séparée du bien et du mal, de Dieu et du Diable, tels les cathares, ont prospéré et représentent un risque pour l’unité sociale des pays. Cette bulle annonce l’envoi de religieux dans la région d’Albi et pose les bases de l’Inquisition.




1203
17 juillet
Les croisés prennent Constantinople
Les croisés prennent la ville byzantine de Constantinople. Suite à l’appel du pape Innocent III en 1202, quelques chevaliers avaient pris la route des croisades, à destination de l’Égypte. Les Vénitiens acceptèrent de transporter les croisés par voie maritime à condition que les chevaliers s’emparent, pour eux, de Zara, en Dalmatie. Dès lors, plus personne ne s’intéressa à la reconquête de la Terre sainte et tous se mirent en tête de rétablir Isaac II Ange sur le trône byzantin. Le pape eut beau excommunier les Vénitiens, rien n’empêcha les croisés de s’attaquer à d’autres Chrétiens. Quelques mois après cette première prise, ils s’empareront une nouvelle fois de la ville et la pilleront avant d’établir l’Empire latin d’Orient.




1208
15 janvier
Assassinat de Pierre de Castelnau
Chargé de combattre l’hérésie albigeoise (cathare), Pierre de Castelnau est assassiné peu de temps après un rendez-vous avec Raymond VI, comte de Toulouse. Les deux hommes, en conflit depuis l’excommunication du comte par le légat pontifical, s’étaient rencontrés dans le but de se réconcilier. Mais l’entrevue n’a fait qu’envenimer la situation, puisque Raymond VI refuse de participer à la lutte contre les hérétiques. Soupçonné d’être responsable du meurtre, il est une nouvelle fois excommunié. L’assassinat du légat pontife déclenchera peu de temps après la croisade contre les albigeois.




1209
22 juillet
Massacre de Béziers
L'armée des croisés chargée d'éradiquer les cathares à la demande du pape Innocent III s'empare de Béziers. Sous la direction du légat du pape Arnaud Amaury (ou Arnaud Amalric) et du chef Simon de Monfort, la ville est mise à sac et la population massacrée. Bien qu'en majorité catholique, Béziers ne voulait pas livrer les cathares qu'elle protégeait. Avant de donner l'assaut, les croisés demandent au légat comment reconnaître les hérétiques des vrais chrétiens. Celui-ci leur aurait répondu : "Tuez les tous ! Dieu reconnaîtra les siens !". Pendant vingt ans, les combats feront rage dans la région. Les albigeois, dans un premier temps dépassés, organiseront une reconquête avant de se heurter à l’armée royale française. Bien que glorieuse pour les catholiques, la croisade des albigeois n’élimine pas complètement le catharisme. C’est une des raisons de la création de l’Inquisition quelques années plus tard.




1212
Une foule d’enfants part en croisade
Sous l’impulsion d’un jeune de Cologne, Nicolas, de enfants se rassemblent dans le but de partir en croisade délivrer la Terre sainte. Le mouvement naissant en Allemagne se propage en France, où un certain Etienne prétend lui aussi recevoir un message du Christ. Des milliers d’enfants prennent donc la route en direction de Jérusalem et du Saint Sépulcre. Très peu d’entre eux reviendront. Les uns mourront en chemin, les autres seront vendus comme esclaves.




1212
16 juillet
Bataille de Las Navas de Tolosa
Les chrétiens espagnols conduits par les seigneurs Sanche VII de Navarre, Pierre II d'Aragon et Alphonse VIII de Castille battent les musulmans almohades en Andalousie. Près de 60 000 soldats arabes trouvent la mort dans les combats. Pour les catholiques, cette éclatante victoire marque une grande progression dans la reconquête de l'Espagne occupée par les musulmans depuis le VIIIème siècle. La bataille de Las Navas de Tolosa signe la fin de l’Espagne almohade et annonce le déclin de l'empire arabe en Espagne.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12457
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des Religions

Message  Arlitto le Dim 13 Nov - 20:56

1215
juin
La croisade contre les albigeois à Toulouse
L’armée des croisés de Simon de Montfort fait son entrée à Toulouse, tandis que le comte Raymond VI, protecteur des albigeois (cathares) s’est enfui en Angleterre. Quelques mois plus tard, au IVe concile du Latran, Simon de Montfort se fera attribuer les terres de son ennemi.




1215
30 novembre
Clôture du IVe concile du Latran
Le pape Innocent III préside la dernière séance du concile du Latran. Ce nouveau concile œcuménique est le quatrième à avoir lieu au palais romain du Latran. Il en résulte la condamnation des Cathares et des Vaudois, l’interdiction de créer de nouveaux ordres religieux, le soutien des discriminations contre les Juifs et l’apparition du terme de "transsubstantiation". Par ailleurs, le pape Innocent III appelle à une nouvelle croisade. Toutefois, ce sera son successeur, le pape Honorius III qui l’organisera deux ans plus tard. Mais elle se conclura par un échec.




1218
25 juin
Simon de Montfort tué par une pierre
Toulouse se révolte contre Simon de Montfort et le pousse hors des murs. Ce dernier entreprend alors le siège de la ville pour soumettre les habitants révoltés. C’est alors qu’une lourde pierre s’abat sur sa tempe et le tue sur le coup. Son armée de croisés se disperse aussitôt. Son fils, Amaury, reprend le combat mais sera écrasé par Raymond VII, successeur de Raymond VI, qui récupérera ses terres.




1229
12 avril
Fin de la croisade contre les albigeois
Un traité est signé à Paris entre Blanche de Castille, régente mère de Louis IX, et Raymond VII, comte de Toulouse, contraint à en accepter les termes. L’ "accord" met fin à la croisade menée contre les albigeois, ou cathares, depuis 1209. Le comte doit alors céder une grande partie de ses terres au royaume mais conserve le comté de Toulouse et le Lauragais. Il s’engage également à marier Jeanne de Toulouse, son héritière, à Alphonse de Poitiers, frère cadet du roi. Ainsi, à sa mort, le reste de son territoire reviendra définitivement au royaume de France.




1231
février
La création de l'Inquisition
En créant la constitution "Excommunicamus", le pape Grégoire IX met en place l’Inquisition. Désormais, ce ne sont plus aux évêques de lutter contre l’hérésie mais à des prêtres dépendant directement du Saint-Siège et jouissant de pouvoirs extraordinaires. Par ailleurs, la prison à vie et la mort par le feu deviennent à cette occasion des moyens reconnus par l’Eglise pour lutter contre l’hérésie. Dès la fin de l’année, les premiers inquisiteurs commenceront leur mission en Europe.




1233
20 avril
L'Inquisition débute en France
Le pape Grégoire IX annonce que la lutte contre l’hérésie n’est désormais plus assumée par les évêques sur les territoires français. Cette tâche est alors confiée aux Frères prêcheurs, ordre dominicain fondé par Dominique de Guzman. Créé pour convertir les cathares, cet ordre dispose désormais des pouvoirs propres à l’Inquisition pour réaliser sa mission. Rapidement, les Frères s’installent dans les lieux stratégiques du sud de la France comme Toulouse, Montpellier ou Lyon. Les tribunaux de l’Inquisition auront un rôle crucial dans la répression des Cathares en France, et ils feront régulièrement usage des bûchers.




1236
Les Hafsides de Tunisie, vers l’indépendance
Jusqu’alors vassale des Almohades, le gouverneur de la Tunisie Abou Zakariya met en place la dynastie des Hafsides. Profitant des conséquences de la bataille de las Navas de Tolosa, il déclare son indépendance et fait de Tunis sa capitale. La région portera désormais le nom de « Tunisie » et les Hafsides bénéficieront du titre d’ « émir des croyants ». S’en suivront quelques conflits avec les Chrétiens et les Espagnols avides de reconquête. Toutefois, la région bénéficiera d’une certaine prospérité jusqu’à la conquête ottomane.




1239
13 mai
Le bûcher de l'Inquisition sévit au Mont-Aimé
Robert le Bougre fait brûler 183 personnes en Champagne suite à une rafle à Provins : c’est le bûcher du Mont-Aimé. Cathare repentit et désormais inquisiteur, Robert le Bougre est souvent désigné comme le symbole de la violence parfois arbitraire de l’Inquisition. Ses excès sont tels qu’il sera relevé de ses fonctions par le pape et condamné à la prison à perpétuité.




1244
16 mars
Les Cathares capitulent à Montségur
Depuis des mois, de nombreux cathares occupent le château de Montségur, élevé entre les roches pyrénéennes. Jusque-là, ils sont parvenus à tenir le siège tant bien que mal contre les croisés du roi Saint-Louis et de l’Inquisition, mais lorsqu’un paysan révèle l’emplacement d’un passage secret menant à la forteresse, ils sont perdus. Les troupes envahissent les lieux ; les cathares capitulent. Ils seront faits prisonniers et plus de 200 d’entre eux seront brûlés vifs au pied des murailles, dans un champ appelé "Prat des cramats" (Pré des brûlés). Les survivants seront conduits à Bram et remis au tribunal de l'Inquisition.




1248
26 avril
Consécration de la Sainte-Chapelle
Après 6 ans de travaux, la Sainte-Chapelle, dans l'île de la Cité de Paris, est consacrée. C'est le roi Louis IX (futur Saint-Louis) qui a ordonné sa construction, afin d'abriter la couronne d'épines et d'autres reliques de la Passion du Christ, rachetées à l'empereur de Byzance, Baudouin II. Dévastée pendant la Révolution, transformée en dépôt des archives judiciaires en 1802, elle sera restaurée à partir de 1837. Elle se trouve aujourd'hui enfermée dans l'enceinte du Palais de Justice.




1252
La "quaestio" légitimée par la bulle "Ad extirpenda"
Le Pape Innocent IV, par la bulle "Ad extirpenda", décide de légitimer la torture dans le cadre de l’Inquisition. La torture est désignée sous le nom de "quaestio" (question). Les supposés hérétiques y sont soumis pour qu’ils avouent leurs pratiques et dénoncent les autres hérétiques. Cette légitimation de la torture tranche avec les réticences passées de l’Eglise à user de la force pour lutter contre l’hérésie, réticences qui s’incarnaient encore dans la phrase de Bernard de Clairvaux : "la foi doit être persuadée, et non imposée".




1253
Fondation de la secte japonaise de Nichiren
Le bouddhiste japonais Nichiren fonde une nouvelle école à laquelle il donne son nom. Il s’oppose en fait à la secte du zen et à l’amidisme. Ses nombreux écrits et sa volonté de peser sur la politique lui vaudront l’exil et une condamnation à mort à laquelle il échappera de justesse. La secte Nichiren aura pourtant une grande influence et se développera considérablement au sein des classes populaires. Des siècles plus tard, elle possèdera encore de nombreux adeptes.




1258
10 février
Les mongols anéantissent Bagdad
Les troupes du redoutable Hûlagû Khan, petit-fils de Gengis Khan, assiègent la capitale de l'Islam depuis le 20 janvier. Elles donnent l'assaut final le 10 février en tuant toute personne cherchant à s'enfuir. La ville toute entière est désarmée. Hûlagû Khan exige que tous les habitants sortent de Bagdad et les fait massacrer. Le calife Al Musta'sim sera lui-même tué le 20, enveloppé dans un sac cousu et foulé par les pieds des chevaux mongols. Il est le dernier sultan de la dynastie des Abbassides.




1290
12 juillet
Les Juifs sont chassés d’Angleterre
Édouard Ier expulse les Juifs d’Angleterre. Cromwell leur permettra de réintégrer les terres britanniques en 1656, suite à la demande du séfarade Manasseh ben Israël. Malheureusement, il mourra l'année suivante. Les Juifs ne pourront jouir de la citoyenneté britannique qu’à partir de 1829.




1291
28 mai
Les croisés perdent la Terre sainte
Les possessions des croisés en Terre sainte tombent définitivement entre les mains des musulmans avec la chute de Saint-Jean-d'Acre (aujourd'hui Akko, port de pêche d'Israël). La ville avait été prise par les Croisés et remise au roi Baudouin 1er en 1104. Après un long siège imposé par les Mamelouks sous la direction de al-Ashraf Khalil, une partie de la muraille nord cède et la ville est conquise malgré la résistance des Templiers et des chevaliers de l'Hospital.




1294
13 décembre
Le pape Célestin V démissionne
Ecrasé par le poids des responsabilités et se sentant incapable de résister aux pressions du roi de France Philippe IV le Bel, Célestin V abdique cinq mois à peine après son élection à Rome. La démission de cet ancien ermite bénédictin de 80 ans sera longtemps appellée "Le grand refus". 




1303
7 septembre
Arrestation du pape Boniface VIII sous Philippe IV le Bel
Guillaume de Nogaret, envoyé du roi de France Philippe IV le Bel, pénètre avec quelques hommes dans la résidence pontificale d'Anagni en Italie pour se saisir du pape Boniface VIII et le mettre en lieu sûr le temps de le faire déposer par un concile. Mais le plan échoue : la population d'Anagni parvient à délivrer Boniface. Ce dernier ne résiste toutefois pas à l'épreuve et meurt peu de temps après l'attentat. Le pape était intransigeant et s'était opposé vigoureusement au roi de France Philippe IV le Bel, qu'il avait excommunié.




1307
13 octobre
L'arrestation des Templiers
Philippe le Bel fait arrêter les Templiers et confisque leurs biens. L'ordre des chevaliers du Temple, le premier ordre militaire d'Occident fondé en 1119, est devenu aux yeux du roi de France trop riche et trop puissant alors qu'il a fait à l'origine vœu de pauvreté. Au concile de Vienne en 1312, cédant à la pression du roi, le pape Clément V prononcera la dissolution de l'ordre.




1309
9 mars
Le Saint-Siège s'établit en Avignon
Le pape Clément V s’installe à Avignon, propriété du comte de Provence et roi de Naples. Suite à l’attentat d’Anagni et sur les conseils du roi de France, Philippe IV le Bel, le souverain pontife d’origine française a renoncé à Rome. Avignon sera achetée par Clément VI en 1348 et demeura la résidence des papes jusqu'en 1377.




1314
19 mars
Le Templier Jacques de Molay sur le bûcher
Sur ordre du roi Philippe IV le Bel, le dernier grand maître des Templiers, Jacques de Molay, est brûlé vif sur l'île de la Cité à Paris. Au moment de mourir il maudit le roi et le pape Clément V leur prédisant qu'ils mourraient eux aussi avant la fin de l'année. Arrêté en 1307 parce qu'il refuse que son ordre fusionne avec l'ordre concurrent des Hospitaliers, Jacques de Molay est torturé. Tous les Templiers de France sont remis aux inquisiteurs dominicains et l'ordre est supprimé le 3 avril 1312 par la bulle papale "Vox in excelso".

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12457
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des Religions

Message  Arlitto le Dim 13 Nov - 20:56

1342
19 mai
Clément VI est élu pape
Pierre Roger était archevêque de Rouen et chancelier de France. En 1338, à la demande du roi de France Philippe VI, il fut nommé cardinal au titre de Santi Nereo e Achilleo. Puis, à la mort du pape Benoît XII, il fut élu pour le remplacer le 19 mai 1342 et prit le nom de Clément VI. Adepte d'un mode de vie fastueux, il fut surnommé Clément VI « Le magnifique ». On lui reprocha son népotisme, en nommant des membres de sa famille à des postes importants.




1342
octobre
Couronnement du Roi Constantin IV d'Arménie
Le roi Léon V d'Arménie meurt fin 1341, sans descendant direct. Dans son testament, il désigne son cousin, Guy de Lusignan, comme héritier. Au mois d'octobre de l'année suivante, Guy de Lusignan est couronné et devient souverain du royaume arménien de Cilicie, sous le nom de Constantin IV d'Arménie. Cherchant à imposer l'allégeance de l'Eglise d'Arménie à l'Eglise de Rome, il provoque des révoltes populaires, et est assassiné deux ans plus tard.




1344
21 novembre
Début de la construction de la Cathédrale Saint-Guy de Prague
Au début de l'année 1344, la ville de Prague est élevée au rang d'archevêché par le pape Clément VI, le 21 novembre de la même année commence la construction de la cathédrale de Prague, la cathédrale Saint-Guy. Sa création est confiée à l'architecte Mathieu d'Arras, qui opte pour un style gothique méridional, puis après sa mort à Peter Parler. La construction de la cathédrale s'étalera sur plusieurs siècles, et ne prendra fin qu'en 1929.




1347
1 janvier
Mort de Gasbert de Valle
Gasbert de Valle était un religieux français ayant exercé de multiples fonctions pour la papauté d'Avignon sous les pontificats de Jean XXII, Benoît XII et Clément VI. Neveu du pape Jean XXII qui en fit son trésorier puis son camérier, et qui lui confia l'administration de l'Eglise d'Avignon, il fut nommé archevêque d'Arles en 1323, puis archevêque de Narbonne sous le pape Benoît XII en 1341. Il mourut le 1er janvier 1347 à Avignon.




1348
15 septembre
Les Juifs de Chillon sont accusés d'avoir empoisonné les puits
Entre 1348 et 1351, la peste noire ravage l'Europe. D'après les estimations, près d'un habitant sur trois décède. Bien que la population juive souffre tout autant de la peste que les autres, une rumeur se crée selon laquelle les Juifs empoisonneraient les puits pour tuer les Chrétiens. Lorsque la peste arrive à Chillon sur le lac Léman, les Juifs de la ville sont arrêtés et torturés jusqu'à ce qu'ils avouent, faussement, avoir empoisonné les puits. Ils seront ensuite massacrés et expulsés.




1349
3 avril
Mort de Guillaume d'Ockham
Guillaume d'Ockham était un philosophe et un théologien anglais. Surnommé le « Docteur Invincible », il fut soupçonné d'hérésie par les autorités ecclésiastiques parce qu'il critiquait la possibilité de l'existence divine et qu'il remettait en cause l'autorité temporelle du pape dans ses écrits. On associe sa philosophie aux prémices de la science moderne basée sur les découvertes empiriques. On sait peu de choses sur sa mort, éventuellement liée à la peste noire.
Voir aussi : Papauté d'Avignon - Histoire des Religions




1352
18 décembre
Début du pontificat d'Innocent VI
Le pape Clément VI, gravement malade, mourut au début du mois de décembre 1352. Innocent VI, né Etienne Aubert, sera élu le 18 décembre 1352 pour lui succéder. Issu d'une famille aisée, Etienne Aubert obtint un doctorat en droit canonique à l'université de Toulouse, et fut avocat puis juge-mage. Conseiller du roi de France Philippe de Valois et Pair de France, il sera finalement élu pape d'Avignon et mènera une politique d'économie après les fastes de son prédécesseur.




1357
Naissance de Tsongkhapa
Tsongkhapa (ou Lama Tsong Khapa) naît en 1357 au Tibet. Fondateur d'une branche du bouddhisme tibétain nommée "gelug", il porte le nom religieux de Lobsang Dragpa. Il serait une émanation du Bodhisattva Manjusri, et défend une vie monastique ainsi qu'une éducation académique éclectique. Fondateur du monastère de Ganden, non loin de Lhassa, sa congrégation porte le nom des "vertueux". Il meurt en 1419.




1359
14 novembre
Mort de Grégoire Palamas
Grégoire Palamas est un saint de l'Église orthodoxe, reconnu par l'Église catholique romaine, et fêté le 14 novembre. Né en 1326, il est le fils d'un sénateur de Constantinople, et se fait moine peu avant la fin de ses études. Il est célèbre pour des conflits théologiques qui l'ont opposé à Grégoire Akindynos ou Barlaam, ainsi que pour ses écrits religieux abordant la question de la déification de l'homme.




1360
Mort de Nicéphore Grégoras
Nicéphore Grégoras, né vers 1295 et mort en 1360, est un savant, historien, philosophe et humaniste byzantin. Haut personnage de la cour impériale d'Andronic Paléologue, il est un auteur prolixe, et est à l'origine d'une réforme du calendrier grégorien concernant la fixation de la date de Pâques. Grégoras s'oppose notamment à Grégoire Palamas, en dénonçant l'hésychasme. Cette opposition lui vaut d'être enfermé au monastère de Chora, où il enseigne les principes platoniciens.




1361
16 juin
Mort de Jean Tauler
Jean Tauler naît vers 1300, et meurt le 16 juin 1361 à Strasbourg. Mystique, théologien et prédicateur, appelé "le docteur illuminé", il est un disciple de maître Eckhart. Membre de l'ordre des dominicains, il est influencé par les néo-platoniciens. Il prêche une ascèse austère mais non doctrinale, se distingue par son soutien aux "Amis de Dieu", orthodoxes, par ses prêches, et est réputé pour avoir été un des réformateurs strasbourgeois de son ordre religieux.




1362
28 septembre
Début du pontificat d'Urbain V
L'élection de Guillaume de Grimoard au pontificat sous le nom d'Urbain V a lieu le 28 septembre 1362 à Avignon. Membre de l'ordre de Saint-Benoît, il a en charge les abbayes bénédictines les plus prestigieuses, et ne doit pas sa carrière à l'administration française. Urbain V est l'instigateur de missions dans le monde entier, de l'enrichissement de la bibliothèque pontificale, et il se distingue par son rôle d'arbitre dans la guerre de Cent Ans. Mort en 1870, il est le seul pape avignonnais bienheureux : il est béatifié en 1870, et considéré comme saint malgré l'absence de canonisation formelle.




1363
21 octobre
Mort d'Hugues Roger
Hugues Roger, né en 1293, est un religieux français du Moyen Âge et le frère du pape Clément VI, qui le nomme cardinal-prêtre de Tulle en 1342. Camerlingue du Sacré Collège en 1361, il est élu pape par ses pairs le 13 septembre 1362, mais refuse la charge papale. Il est notamment connu pour ses dépenses immobilières somptuaires et son immense trésor, découvert à sa mort, le 21 octobre 1363.




1369
4 octobre
Décès de Guillaume d'Aigrefeuille
Guillaume d'Aigrefeuille l'Ancien décède de la peste à Viterbe. Né en 1326 en lieu de La Font (Corrèze), il entama une grande carrière ecclésiastique grâce au soutien de son cousin Pierre Roger, futur Clément VI, qui le nomma protonotaire apostolique et auditeur de la Sainte Rote à Avignon. En 1350, il est nommé cardinal-prêtre de Sainte-Marie en Transtevere. Il participa d'ailleurs à l'élection du successeur de son cousin lors d'un conclave tenu en 1352. En 1363, il est nommé cardinal-prêtre de Sainte-Suzanne par Urbain V puis cardinal suburbicaire de Sabine quatre ans plus tard.




1370
30 décembre
Début du pontificat de Grégoire XI
Suite au décès du pape Urbain V le 19 décembre 1370, un conclave est convoqué afin de lui désigner un successeur. En un tour de scrutin et à l'unanimité, le cardinal Pierre Roger de Beaufort est élu 201ème pape. Il prend le nom de Grégoire XI et débute son pontificat le 30 décembre. Son règne s'achèvera avec son décès, en 1378. Il a été le dernier pape d'origine française.




1372
27 août
Décès de Philippe de Cabassolle
Philippe de Cabassolle décède à Pérouse. Né en 1305, il entre dès son plus jeune âge chez les Franciscains, si bien qu'il devient prêtre à 12 ans. A partir de 1328, il assume de nombreuses responsabilités : chanoine du chapitre de la cathédrale de Cavaillon, archidiacre de la cathédrale d'Apt, évêque de Cavaillon, etc. En 1343, il devient régent de Naples. Urbain V le fera par la suite recteur du Comtat Venaissin ainsi que patriarche de Jérusalem. En 1370, il fut également désigné cardinal-évêque de Sabine.




1373
7 novembre
Décès de Jean de Dormans
Jean de Dormans décède à Paris. Il fut successivement fait évêque de Lisieux le 26 juin 1359, évêque de Beauvais l'année suivante, et enfin, cardinal lors du consistoire du 22 septembre 1368. En 1370, il fonda le collège de Beauvais à Paris. Chancelier de Normandie à deux reprises puis garde des Sceaux sous le règne de Jean II et de Charles V, il représenta notamment la France lors de la signature du Traité de Brétigny.




1373
25 novembre
Décès de Guy de Boulogne
Guy de Boulogne, de son vrai nom Guy de Montfort, décède à Lérida (Espagne). Né en 1313 à Boulogne, il est le petit-neveu de Louis IX ainsi que le grand-oncle du futur pape Clément VII. Il fut incité à mener une carrière ecclésiastique dès son plus jeune âge, devenant tour à tour chanoine du chapitre de la cathédrale d'Amiens, archidiacre de Thérouanne puis cardinal-prêtre de Sainte-Cécile. Le pape Clément VI lui confia également d'importantes missions diplomatiques.




1377
22 mai
Condamne les thèses de John Wyclif par le pape
Quelques mois après avoir présenté à l'évêque de Londres sa doctrine, John Wyclif est accusé d'hérésie dans plusieurs bulles publiées par le pape Grégoire XI. Des Londoniens armés décident alors de le protéger contre l'Eglise. Durant quelques années, il multiplie les provocations – traduction du Vulgate, répudiation de la doctrine de la transsubstantiation – si bien qu'en 1782, l'ancien l'évêque de Londres devenu archevêque de Canterbury, Guillaume Courtenay, rassemble un tribunal ecclésiastique, qui décide d'expulser John Wyclif d'Oxford.




1378
20 septembre
Début du pontificat de l'antipape Clément VII
Un conclave réuni à Fondi élit Robert de Genève antipape d'Avignon. Celui-ci prend le nom de Clément VII. Cet épisode marque le début du Grand Schisme d'Occident, l'Eglise ayant désormais deux papes, Clément VII et Urbain VI. Ce dernier mènera une politique autoritaire, si bien qu'il perdra peu à peu tous ses alliés. Le pontificat de Clément durera jusqu'à sa mort, le 16 septembre 1394 à Avignon. Il sera remplacé par Benoit XIII.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12457
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des Religions

Message  Arlitto le Dim 13 Nov - 20:57

1380
 29 avril
Décès de Catherine de Sienne
Catherine de Sienne, de son vrai nom Catarina Benincasa, meurt à Rome à l'âge de 33 ans. Née le 25 mars 1347 à Sienne (Toscane), elle s'est très vite tournée vers la religion, marquée par des phénomènes mystiques (stigmates, mariage mystique, etc.). Elle aura tout au long de sa vie une influence importante sur l'Eglise catholique. Ambassadrice officieuse de Florence auprès du pape, médiatrice lors de la guerre des Huit-Saints, elle a été déclarée sainte et docteur de l'Église.



 
1384
 20 août
Décès de Geert Groote
Geert Groote meurt à Deventer à l'âge de 44 ans. Né en 1340, il mena d'abord de brillantes études universitaires à Paris et à Cologne avant de rejeter les sciences. Refusant la prêtrise, il sillonna les Pays-Bas à partir de 1379 afin d'y réaliser une prédication itinérante. Il critiqua avec vigueur le comportement du clergé, prêchant la conversion et la pénitence. Ses pensées vont constituer le socle des fraternités des Frères de la vie commune ainsi que d'une nouvelle conception de la spiritualité, la devotio moderna.



 
1384
 31 décembre
Décès de John Wyclif
John Wyclif meurt dans l'isolement. Né en 1326, il a été étudiant et enseignant à Oxford puis maître, maître ès arts et finalement docteur. Il va militer dans ses ouvrages (De domino divino, De officio regis, De potestate papæ, etc.) pour un retour à la Bible et à l'augustinisme. Accusé d'hérésie par Grégoire XI, il va braver les interdictions de l'Eglise avant d'être expulsé de la ville d'Oxford à l'initiative de Guillaume Courtenay, archevêque de Canterbury.



 
1388
 14 avril
Décès de Anglic de Grimoard
Le 14 avril 1388 disparaît le cardinal français Anglic de Grimoard, fils de Guillaume II de Grimoard, plus connu sous l'appellation de "cardinal Anglicus". Né vers 1320 à Grisac, Anglic de Grimoard devient cardinal en 1366, nommé par le pape Urbain V. Cardinal-prêtre de Saint-Pierre-aux-Liens et cardinal-évêque d'Albano durant une grande partie de sa vie, Anglic de Grimoard restera l'un des seuls cardinaux à n'avoir jamais participé à un conclave.



 
1388
 8 novembre
Décès de Pierre Aycelin de Montaigut
Le 8 novembre 1388 est marqué en France par la disparition du religieux français Pierre Aycelin de Montaigut, aussi connu sous le nom de cardinal de Laon. Né entre 1320 et 1325, Pierre Aycelin de Montaigut consacra sa vie à la religion, en devenant notamment évêque, cardinal, évêque-duc de Laon, mais aussi conseiller du roi de France Charles V. Sa mort serait probablement liée à un empoisonnement.




1389
 15 octobre
Décès du pape Urbain VI
Le 15 octobre 1389 disparaît à Rome le 202e pape de l'Église catholique romaine, Bartolemeo Prignano, dit Urbain VI, premier pape italien depuis le retour du Saint-Siège dans la Ville Éternelle. Né 71 ans plus tôt, Bartolemeo Prignano est élu pape en 1378, soutenu par le royaume de Naples. Son caractère très autoritaire sera l'une des causes du grand schisme d'Occident, période durant laquelle deux voire trois papes se côtoieront sur le trône de Saint-Pierre.



 
1389
 2 novembre
Pontificat de Boniface IX
Le 2 novembre 1389 marque à Rome le début du pontificat de Boniface IX qui succède alors à Urbain VI. Noble napolitain, Boniface IX profitera de son pontificat pour supprimer l'indépendance de la Commune de Rome et pour reprendre le contrôle des villes et châteaux des États pontificaux. Durant toute la période de son règne, Clément VII et Benoît XIII tiendront une cour papale à Avignon. Malade, Boniface IX décédera le 1er octobre 1404. Innocent VII sera son successeur.



 
1391
  Naissance de Gedun Drub
En 1391, Gedun Drub, de son véritable nom Pema Dorje, voit le jour à Gyurmey Rupa dans la région tibétaine de Tsang. Fils de nomades, berger durant son enfance, Gedun Drub deviendra au fil des années l'un des disciples saints les plus appréciés du pays, sa popularité l'amenant à être considéré comme la première incarnation du dalaï-lama du Tibet. Il décédera en 1474 quelques années après avoir fondé le monastère de Tashilhunpo.



 
1391
 6 juin
Mouvements anti-juifs en Espagne
Deux synagogues sont converties en églises à Séville et des violences anti-juives s'étendent rapidement à Tolède et Valence notamment.... Les émeutes atteindront leur paroxysme le 5 août lorsque des marins castillans mettront le feu aux quartiers juifs et tueront des centaines d'habitants.



 
1394
 16 juillet
Expulsion des juifs de France
Le roi de France Charles VI, dit "le Fou", décrète l'expulsion de tous les juifs "sans exception ni privilège". C'est la troisième fois que les juifs sont expulsés de France depuis le début du siècle (1306 et 1322). Ils sont rendus responsables de la famine, de la misère et même de la folie du roi... Les Parisiens les flagellent en place publique. Le roi et la reine de France leur donnent jusqu'au 3 novembre pour regagner les frontières du royaume. Il n'existera plus de communautés juives en France jusqu'au XVIème siècle. 



 
1394
 28 septembre
Début du pontificat de Benoît XIII
Le 28 septembre 1394, Pedro de Luna épouse le nom de Benoît XIII et endosse le rôle de pape d'Avignon pour un pontificat qui durera jusqu'à sa mort en 1423. Considéré comme un antipape par l'Église catholique, Benoît XIII succède alors à Clément VII et comptera parmi ses alliés les pays comme la France, la Castille, le Portugal, l'Aragon, l'Écosse ou encore le royaume de Chypre pour mener à bien ses missions.



 
1396
 27 septembre
Défaite des croisés à Nicopolis
Le sultan Ottoman Bayazid Ier inflige une écrasante défaite aux croisés mandatés par le Roi de Hongrie, Sigismond. Les barons français Jean sans Peur et Philippe d'Artois avaient constitué une armée de 10 000 chevaliers pour rejoindre l'armée de Sigismond à Bude, aujourd'hui Budapest. La rencontre avec les troupes du sultan à Nicopolis (au nord de la Bulgarie, sur le Danube) est d'une extrême violence. Les chrétiens doivent s'incliner et Jean sans Peur est fait prisonnier. Les Turcs s'emparent de la Bulgarie. Bientôt ils domineront tous les Balkans. Pour les puissances européennes, cette défaite met un terme aux croisades.



 
1401
 23 février
Procès de de William Sawtrey
Prêtre anglais, curé de Saint Syth's de Londres et partisan de la réforme de l'Eglise dans sa globalité, William Sawtrey est arrêté à Londres et comparaît le 23 février 1401 devant un tribunal qui doit le juger pour "hérésie". Condamné à mort, il est brûlé en place publique le 20 mars 1401 à Smithfield (Londres). Disciple de John Wycliffe, William Sawtrey estimait comme son mentor que les hommes pouvaient se passer des prêtres (et donc, des ecclésiastiques) pour établir une relation avec le divin.



 
1404
 17 octobre
Election du pape Innocent VII
Boniface IX s'éteint. Innocent VII (Cosimo Migliorati, né à Sulmone en 1336) devient le 202e pape de Rome, pontificat qu'il honora jusqu'à sa mort en 1406. Sitôt son élection validée par les cardinaux, contre le légat d'Avignon - l'antipape Benoît XIII, la cité romaine fut aux prises d'une révolte des Gibelins, émeutes que le roi de Naples Ladislas Ier s'attela à réprimer. Durant son court règne, il ne parvint pas à mettre fin au Grand schisme d'occident (1378-1417).



 
1405
 8 juin
Exécution de Richard Scrope, archevêque d'York
L'archevêque d'York, Richard Scrope (né vers 1350), est le premier ecclésiastique anglais d'envergure à être exécuté pour trahison. Aux côtés de Henry Percy, premier duc de Northumberland, il prit les armes, dès le printemps 1405, contre le roi d'Angleterre, Henry IV de Lancastre (1367-1413), avant d'être défait par les troupes loyalistes du comte de Westmorland, arrêté, emprisonné au Pontefract, puis jugé. Ignorant la loi ecclésiastique et les revendications soumises par l'archevêque Arundel, Henry IV leva l'acte d'assassinat d'un évêque populaire, décision pour laquelle il échappa de peu à l'excommunication.



 
1406
 30 novembre
Election du pape Grégoire XII
Grégoire XII (né Angelo Correr à Venise, vers 1325) devient le 203e pape de Rome. Durant son pontificat, qu'il occupa jusqu'à sa démission en 1415, il s'échina à parlementer avec Benoît XIII, antipape d'Avignon, afin de réduire le Grand schisme d'Occident, mais sans succès. Bien que désavoué lors du concile de Pise (1409), il ne se résigna que lors du concile de Constance (1414-1418), qui mit un terme au Grand schisme avec l'élection de Martin V. Alors cardinal-évêque de Porto, il disparut à Recanati, dans les Marches, en 1417.



 
1407
 18 février
Soustraction d'obédience à l'égard de l'antipape Benoît XIII
Sont établies de nouvelles ordonnances de soustraction d'obédience temporelle à l'égard de l'antipape Benoît XIII. Politique française établie à la faveur du Grand schisme d'Occident et qui consiste à pousser les pontifes rivaux de Rome et d'Avignon à abdiquer, la soustraction de 1407, menée par l'Université de Paris avec le soutien du duc de Bourgogne et du Parlement de Paris, n'eut pas plus de succès que la précédente du 23 juillet 1398. Retranché dans sa citadelle, Benoît XIII refuse toujours de céder.



 
1407
 21 avril
Convention entre Benoît XIII et Grégoire XII
Le délégué de l'antipape Benoît XIII (1324-1423), qui s'était réfugié à l'abbaye Saint-Victor de Marseille après sa fuite d'Avignon, reçoit celui de Rome, Grégoire XII (1325-1417). Ratifiée par le roi de France, Charles VI, le 11 juin suivant, la convention établit qu'une rencontre sera organisée entre les deux pontifes, à Savone, afin de résoudre le Grand schisme d'Occident. Les échanges n'aboutirent pas : Benoît XIII se rend dans la cité italienne le 24 septembre mais Grégoire XII lui fait faux bond.



 
1408
 juin
Convocation du concile de Pise
Huit cardinaux romains et sept avignonnais, réunis à Livourne (Toscane), convoquent le concile de Pise afin de régler le Grand schisme d'Occident. Se tenant du 23 mars au 7 août 1409, il déposa les papes de Rome Grégoire XII (1325-1417) et d'Avignon Benoît XIII (1324-1423) en élisant un troisième pontife, le Franciscain grec Alexandre V (1340-1410). Mais, jugeant le concile illégal, les deux pontifes refusent d'abdiquer, et pire, un troisième pape (illégitime) réclame le Saint-Siège.



 
1409
 26 juin
Election de l'antipape Alexandre V
Le concile de Pise (23 mars au 7 août) procède à l'élection de l'archevêque de Milan Pierre Phylargis (dit Pierre de Candie, né en 1340) sous le nom d'Alexandre V, trône qu'il occupe jusqu'à sa mort, dans la nuit du 3 au 4 mai 1410, peut-être empoisonné par son successeur, Jean XXIII. A l'instar de tous les légats d'Avignon ou de Pise, il est aujourd'hui considéré comme antipape par l'Eglise catholique romaine.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12457
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des Religions

Message  Arlitto le Dim 13 Nov - 20:57

1410
17 mai
Débuts du pontificat de l'antipape Jean XXIII
Débute à Pise le pontificat de l'antipape Jean XXIII (né Baldassare Cossa à Naples, 1370). Succédant à Alexandre V, qu'il avait fait élire lors du concile de Pise, cardinal depuis 1402, Jean XXIII régna jusqu'à celui de Constance, qu'il convoqua sous la pression de son protecteur, l'empereur germanique Sigismond de Luxembourg, mais qui le déposa (29 mai 1415). Devenu cardinal-évêque de Frascati après sa chute, il mourut peu après, à Florence, en 1419.




1411
21 février
Première excommunication de Jan Hus
Le pape Grégoire XII prononce la première – une seconde suivra, en 1412 – excommunication du théologien thèque Jan Hus (1371-1415). Critiquant les erreurs du catholicisme et partisan d'une réforme nécessaire, le recteur de l'Université de Prague s'éleva pour dénoncer les abus de la vente ou achat d'indulgences – « rémission par l'Eglise des peines temporelles que les péchés méritent » –, sommes utilisées par l'Eglise catholique afin, notamment, de pouvoir financer ses croisades.




1413
9 décembre
Sigismond et Jean XXIII convoquent le Concile de Constance
Selon le vœu de Sigismond de Luxembourg, l'antipape Jean XXIII lance une bulle de convocation au XVIe concile œcuménique de Constance, dont l'ouverture est fixée au 1er novembre 1414. Depuis le concile de Pise (1409), trois pontifes se disputent le Saint-Siège et des désirs de réforme se font entendre en Bohême : siégeant jusqu'en 1418, présidé par le cardinal Jean Allarmet de Brogny, il se chargea de mettre un terme au Grand schisme d'Occident.




1414
16 novembre
Ouverture du Concile de Constance
Le XVIe concile œcuménique s'ouvre à Constance, convoqué selon le désir de son protecteur, Sigismond Ier de Luxembourg, par l'antipape Jean XXIII, afin de résoudre le Grand schisme d'Occident. L'empereur romain germanique décida ainsi de s'affranchir du Sacré Collège afin de réguler le chaos qui paralysait l'Eglise. Depuis le concile de Pise (1409), trois prétendants se disputent le Saint-Siège : l'antipape d'Avignon, Benoît XIII, celui de Rome, Grégoire XII et le « Pisan » Alexandre V (mort en 1410), à qui succéda Jean XXIII.




1415
26 mars
Le concile de Constance se déclare au-dessus du pape
Le concile de Constance entre dans sa troisième session. Se défiant de mettre fin à l'anarchie religieuse, ledit concile annonce ainsi son intention de ne pas se séparer avant d'avoir rétabli l'unité de l'Église et de sa discipline, le décret Hæc sancta (6 avril) établissant sa supériorité sur le pape. Reconnu légitime par le concile, mais déjà très affaibli par le nouveau mode de scrutin (une voix par nation et non par tête), Jean XXIII est alors arrêté et déposé.




1415
4 juillet
L'antipape Jean XXIII démissionne
Lors du concile de Constance, le pontife romain Grégoire XII est contraint à la démission, par procurateur, sur le principe du « sacrifice de sa dignité à la paix de l'Eglise ». Après avoir déposé celui de Pise, Jean XXIII, Benoît XIII résista mais fut déposé à son tour. Cela autorise les Pères conciliaires à enfin pouvoir résoudre la question du Grand schisme d'Occident, par l'élection du Romain Oddone Colonna en tant que Martin V (11 novembre 1417).




1415
6 juillet
Condamnation de Jan Hus, précurseur du protestantisme, au bûcher
Jugé et condamné pour hérésie lors du concile de Constance, le théologien thèque Jan Hus, adepte des idées réformatrices de l'Anglais John Wyclif, périt sur le bûcher. Excommunié pour la seconde fois (1412), il fut sommé de se présenter devant ses censeurs (décembre 1414). Malgré le sauf-conduit délivré par l'empereur Sigismond, lequel n'a pas vocation à protéger les hérétiques, et que ce dernier renia par la suite, Hus ne put échapper au procès.




1416
30 mai
Condamnation de Jérôme de Prague au bûcher
Condamné pour hérésie durant le concile de Constance, l'universitaire et théologien tchèque Jérôme de Prague est brûlé vif. Formé aux thèses réformatrices de l'Anglais John Wyclif, ami et disciple de Jan Hus, précédemment tenu au bûcher (1415), qu'il accompagna de son soutien lors du martyre : « On a pu le brûler, mais on ne brûle pas la vérité. » Arrêté lors de sa fuite vers sa Bohême natale, il ne put échapper à l'emprisonnement et au procès (23-26 mai 1416). Ayant d'abord abjuré avant de se rétracter, il fut déclaré relapse.




1417
14 décembre
Mort en martyr du Lollard John Oldcastle
A St Giles-in-the-Fields (Londres) a lieu l'exécution du chef et martyr lollard John Oldcastle, condamné pour hérésie à être pendu puis brûlé. Partisan du réformateur John Wyclif, lequel prôna un strict « retour à la pauvreté », et malgré les tentatives de son ami Henry V pour le raisonner, le baron Cobham (par sa femme) refusa d'embrasser l'« Eglise mère ». Excommunié et arrêté une première fois en 1413 – il parvint alors à s'enfuir de la Tour de Londres –, il servit de modèle au Falstaff de Shakespeare.




1419
30 juillet
Les Hussites défenestrent les conseillers royaux
Première défenestration de Prague. Les insurgés hussites jettent par les fenêtres de l'hôtel de ville de Nové M?sto sept échevins catholiques, que la foule termina de massacrer une fois en bas. Le 6 août, le décès du roi Wenceslas IV précipite la crise avec l'Empire. La mort sur le bûcher du réformateur chrétien Jan Hus (1415) déclencha un soulèvement national et religieux en Bohême, ses partisans exigeant la liberté de prêche et la communion sous les deux espèces (pain et vin).




1420
Naissance du grand inquisiteur espagnol Torquemada
Le dominicain et inquisiteur Tomás de Torquemada (mort en 1498) naît à Valladolid (Espagne). Nommé inquisiteur général pour la péninsule ibérique en 1483, il fut le véritable bras armé du Saint-Office, Tribunal inquisitorial mis en place par Sixte IV à la demande des Rois Catholiques (1478) dans la province de Séville, et qu'il se chargea de structurer. Réprimant férocement les marranes relaps (1492), les mesures s'étendant ensuite à tous les juifs, les Alumbrados et les protestants, l'intransigeance de Torquemada en fit un symbole du fanatisme de l'Eglise catholique durant les XV-XVIe siècles.




1420
juillet
L'Eglise hussite s'affranchit du pouvoir royal
Les rebelles hussites élaborent les quatre articles de Prague, que l'empereur germanique Sigismond de Luxembourg refuse obstinément de reconnaître. Revendiquant le trône de Bohême, et contrairement à son frère Wenceslas IV, il entreprit de détruire le mouvement hussite – et les « Wycliffites ». Sigismond prit ainsi la tête d'une croisade (1420-1), première des cinq expéditions menées contre les réformés qui s'achevèrent sur la diète de Jilhava (1436), faisant Sigismond roi de Bohême.




1423
10 juin
L'antipape Clément VIII est élu à la succession de Benoît XIII
Débute le pontificat de l'antipape Clément VIII (Gil Sanchez Muñoz, 1370-1446), élu selon le vœu de Benoît XIII. Réfugié à Peñíscola (Valence) et pressentant sa fin, l'antipape d'Avignon nomma un collège cardinalice (24 mai 1423) chargé de désigner son successeur à sa disparition. Clément VIII se soumit et accepta son abdication auprès de Martin V en 1429, sous la pression de Alphonse V d'Aragon, souhaitant ainsi s'ouvrir les portes du royaume de Naples et obtenir la bénédiction romaine.




1425
12 novembre
Début du règne de l'antipape Benoît XIV
Débute le pontificat du sacristain de Rodez Bernard Garnier (né en 1370 dans le sud de la France), sous le nom de Benoît XIV, qu'il exerça jusqu'à sa mort en 1430. Protégé du comte d'Armagnac, il est nommé, deux jours plus tard, à l'office de conservateur du domaine comtal de Rouergue. Elu contre Clément VIII par le cardinal Jean Carrier, lors de la nomination à la succession de Benoît XIII, il est condamné, comme faisant partie des schismatiques, par Martin V.




1428
Naissance du dominicain Alain de la Roche
Le religieux et dominicain breton Alain de la Roche « le bienheureux » naît à Sizun (Finistère). Exerçant son noviciat à Dinan, il se rend ensuite en Flandres, où il enseigne dans des écoles de théologie. Fervent défenseur du culte marial et de la dévotion du Rosaire, il meurt au couvent de Zwolle (Pays-Bas), le 8 septembre 1475, deux ans après que la Vierge Marie lui serait apparue. Il est fêté par l'Eglise catholique le 9 septembre.




1431
23 juillet
Ouverture du concile de Bâle
Débute le dix-septième concile œcuménique de l'Eglise catholique à Bâle (Suisse). Convoquée par Martin V, qui meurt avant son ouverture, l'assemblée y siégea de 1431 à 1436 puis, sur la volonté de son successeur, Eugène IV, fut transférée à Ferrare (1437), à Florence (1439) et enfin à Rome (1441), où les débats s'achevèrent. Par l'adoption des Compacta (1436) y fut résolue la crise avec les Hussites de Bohême. Ce que refusa une branche dissidente, restée à Bâle, laquelle déposa Eugène IV et procéda à l'élection d'Amédée de Savoie sous le nom de Felix V.




1432
Naissance du pape Innocent VIII
Giovanni Battista Cybo, futur Innocent VIII, naît à Gênes. Ancien cardinal-évêque de San Lorenzo de Lucina, il fut élu, le 12 septembre 1484, 211e pape de Rome, siège qu'il occupa jusqu'à sa mort, le 25 juillet à Rome. Réputé jouisseur et intrigant, son règne fut symbolique d'une certaine dérive des mœurs des dépositaires du Saint-Siège, honnie par l'Eglise : vénalité des offices, corruption, clientélisme, népotisme. s'étant fait ériger le Belvédère du Vatican, il fut notamment le premier à œuvrer pour la reconnaissance de ses enfants illégitimes.




1438
8 janvier
Ouverture du concile de Ferrare-Florence
S'ouvre le concile de Ferrare-Florence, sur décision du pape Eugène IV (1383-1447) contre celui de Bâle, avant d'être transféré à Rome pour s'y achever (1441). Les accords (Compacta) signés en 1433 avec les Hussites provoquèrent la dissension effective des schismatiques bâlois, dont les décisions furent dès lors déclarées nulles et non avenues. Restés en Suisse, les pères conciliaires déclarèrent s'arroger le gouvernement de l'Eglise, déposant Eugène IV (24 janvier) qui, à son tour, prononça leur excommunication (15 février).




1439
25 juin
Les pères conciliaires bâlois déclarent hérétique le pape Eugène IV
Demeurés à Bâle, les pères conciliaires schismatiques déclarent hérétique le pape Eugène IV, ceci en réponse à l'excommunication que prononça celui-ci contre ces derniers (15 février 1438). Le dix-septième concile œcuménique de l'Eglise catholique s'ouvrit en Suisse en 1431 mais, après qu'il se déclarât supérieur au pape (14 décembre 1431, principe réaffirmé en 1434) sur fond de crise religieuse avec les Hussites (1433), Eugène IV décida de son transfert à Ferrare-Florence le 18 septembre 1437.




1439
5 novembre
Election de l'antipape Felix V par les schismatiques bâlois
Après avoir suspendu Eugène IV, en marge du concile de Ferrare-Florence, les schismatiques – ou extrémistes – bâlois procèdent à l'élection d'un nouveau pape, Amédée VIII de Savoie (1391-1416). Intronisé le 23 juillet 1440 dans la cathédrale de Lausanne sous le nom de Felix V, il régna en tant qu'antipape jusqu'en 1449. Le concile de Bâle s'acheva le 16 mai 1443, après sa quarante-cinquième session, sur la décision de se réunir ultérieurement lors d'un nouveau concile général de l'Eglise, qui aura lieu à Lyon, trois ans plus tard.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12457
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des Religions

Message  Arlitto le Dim 13 Nov - 20:57

1444
10 novembre
La défaite des croisés à Varna
Les Turcs Ottomans infligent une sévère défaite aux croisés Hongrois à Varna, sur les bords de la mer Noire (Bulgarie). Le roi de Hongrie Ladislas III meurt dans la bataille. Au XIVème siècle, les victoires des Turcs à Kossovo, Nicopolis et Varna sur les armées coalisées des chrétiens mèneront à la chute de Constantinople le 29 mai 1453 entre les mains du sultan Ottoman Mehmet II.




1452
7 octobre
Bulle Cum Nulla du pape Nicolas V et introduction des carmélites en France
Le mois d'octobre 1452 est marqué en France par la bulle « Cum Nulla » du pape Nicolas V, et par l'introduction des carmélites, un ordre religieux catholique. Répertoriées sous l'Ordre du Carmel, les carmélites apportent à l'Eglise catholique une tradition spirituelle et une mise en avant de la prière. Les carmélites désignent les religieuses qui ont épousé l'Ordre du Carmel comme ligne de vie.




1453
29 mai
Constantinople aux mains des Turcs ottomans
Capitale de l'Empire byzantin depuis 395, Constantinople tombe aux mains du sultan ottoman Mehmet II, après un siège de plusieurs semaines. Depuis le XIVème siècle, les Turcs ottomans se sont emparés de la plus grande partie de la péninsule des Balkans. Cette victoire coupe l'Occident de ses racines grecques et orientales. La ville sera rebaptisée Istanbul et atteindra son apogée sous le règne de Soliman II le Magnifique (1520-1566).




1454
8 janvier
Nicolas V et la bulle Romanus Pontifex
Le 8 janvier 1454, le pape Nicolas V signe une bulle pontificale, la bulle « Romanus pontifex ». Dans une situation où l'Empire ottoman de Mehmet II prend de l'essor, et après la chute de Constantinople un an plus tôt, le pape Nicolas V attribue la Guinée au Portugal et lui cède l'exclusivité du commerce avec l'Afrique. Dans le même temps, Nicolas V encourage Henri le Navigateur à imposer le christianisme lors de ses expéditions.




1455
8 avril
Election du pape Calixte III
Le 8 avril 1455, Alfons de Borja i Llançol, plus connu sous le nom de Alfonso Borgia, est élu pape. Cardinal et archevêque de Valence, Alfonso Borgia prend alors l'appellation de Calixte III. Sa principale action sera de lutter contre l'Empire ottoman qui détient la ville de Constantinople depuis 1453. Tout au long de son pontificat, qui se terminera en 1458, il sera jugé comme faible, et sera attaqué sur son népotisme.




1458
19 août
Election du pape Pie II
Le 19 août 1458, Enea Silvio Piccolomini est élu pape, et prend le nom de Pie II. Comme son prédécesseur Calixte III, Pie II passera une grande partie de son pontificat à préparer la croisade contre les Turcs qui, sous le sultanat de Mehmed II, viennent de s'emparer de la ville de Constantinople. Le pontificat du 210e pape de l'Eglise catholique romaine ne durera que quelques années, puisque Pie II décédera le 15 août 1464.




1472
Le déclin du Maroc sous les Wattasides
Les Berbères Wattasides (ou ouattasides) succèdent à la dynastie des Mérinides pour régner sur un royaume en déclin. La dynastie Wattaside marquera l’interruption du développement urbain et un retour au nomadisme. L’Empire du Maghreb et de l’Espagne musulmane n’est déjà plus qu’un souvenir. Les Portugais se sont déjà emparés de Ceuta et de Tanger (1471). Les pays ibériques se sont ainsi partagés les côtes marocaines et ont installé des comptoirs de commerce dans les zones d’affluence. Cette expansion suscitera de vives réactions nationalistes et religieuses chez les Saadiens, qui commencerons leur conquête des terres dès 1541.




1478
Sixte IV autorise la désignation d'inquisiteurs espagnols
Le pape Sixte IV autorise le roi d’Espagne Ferdinand V et la reine Isabelle le Catholique à instituer dans leur pays une Inquisition dépendant de la Monarchie. Après la Reconquista, le but est de débusquer et de condamner les marranes (juifs convertis) qui continuent à pratiquer leurs rituels juifs en cachette. En 1492, débutera la répression contre les juifs espagnols.




1482
11 février
Torquemada inquisiteur
Le roi Ferdinand V nomme de nouveaux inquisiteurs chargés d’éradiquer l’hérésie dans le territoire espagnol. Parmi eux, figure le futur inquisiteur général, Tomas de Torquemada. Symbole du fanatisme religieux et de la violence de l’Inquisition espagnole, il a une grande responsabilité dans la généralisation de la torture et des bûchers. Les jugements de l’Inquisition prennent alors le nom d’Autos da fe (acte de foi). Soucieuse de se débarrasser des minorités religieuses, l’Espagne s’engage avec l’Inquisition dans la "Limpieza de sangre", la pureté du sang. Celle-ci consiste à écarter du pouvoir des personnes qui se sont récemment converties au christianisme.




1484
5 décembre
Innocent VIII lance "la chasse aux sorcières"
Le Pape Innocent VIII promulgue une bulle papale "Summis desiderantis" dans laquelle il organise la lutte contre la sorcellerie. La "chasse aux sorcières" est commencée. Les jeteurs de sort et les magiciens sont traqués. Une fois arrêtés sur simple délation, les accusés (souvent des femmes) sont soumis à la torture et à un tribunal ecclésiastique. S'ils survivent aux supplices endurés lors des interrogatoires, ils sont alors brûlés. En France "la chasse aux sorcières" prendra fin avec l'Illustration au XVIII° siècle.




1501
Les Séfévides règnent sur la Perse
Après avoir chassé les Timourides, la dynastie séfévide, créée par Ismaïl Ier, met en place un état chiite. Ce dernier s’appuie alors sur la doctrine duodécimaine, qui perdurera dans le chiisme iranien. Des années plus tard, Ispahan deviendra la capitale de la dynastie. Toutefois, les Séfévides ne survivront pas face aux invasions afghanes du XVIIIe siècle.
Voir aussi : Histoire de la Perse - Chiisme - Histoire des Religions



1506
18 avril
Construction de la basilique Saint-Pierre de Rome
Le pape Jules II, issu de la famille des Médicis, pose la 1ère pierre de la basilique Saint-Pierre de Rome au Vatican. Bramante, Raphaël, Michel-Ange et d'autres artistes participeront à la construction du plus grand temple chrétien. C'est Bernin qui achèvera l'édifice en 1666, en lui donnant un aspect baroque avec la place bordée d'une grande colonnade constituée de 4 rangées de 284 colonnes.




1507
3 avril
Martin Luther est ordonné prêtre
Futur père du protestantisme, Martin Luther est ordonné prêtre le 3 avril 1507 après avoir passé quelque temps au couvent des Augustins d'Erfurt, en Allemagne, et malgré l'opposition de son père, qui n'était pas convaincu par la vocation religieuse du fils. Tour à tour professeur de philosophie puis théologien, il s'oppose progressivement au pouvoir papal et à certains dogmes de l'Eglise catholique romaine, ce qui aboutira en 1521 à son excommunication et aux débuts, par ricochet, de la réforme protestante.




1509
10 juillet
Naissance de Jean Calvin, réformateur religieux français
Jean Calvin naît sous le nom de Jehan Cauvin le 10 juillet 1509 à Noyon, en Picardie. Homme de lettres français, théologien protestant et chef religieux, il est, avec Martin Luther, l'un des plus fervents partisans de la Réforme protestante. Sa pensée est notamment expliquée dans son ouvrage "l'Institution de la religion chrétienne", où il développe de façon systématique la doctrine de la réforme telle qu'il la voit. Il décède en mai 1564.




1509
3 août
Naissance d'Étienne Dolet, imprimeur français
Étienne Dolet naît à Orléans le 3 août 1509, certaines rumeurs douteuses affirmant qu'il serait le fils illégitime de François Ier. A la fois poète, humaniste, imprimeur, et philologue français, il publia une grande partie de sa vie des pamphlets et des satires contre le clerc, ce qui lui valut d'être placé sous surveillance par l'Eglise. Protégé par François Ier, il échappa une première fois au bûcher pour hérésie en 1543, mais fut finalement pendu à Paris en 1546 pour blasphème, sédition et diffusion de livres interdits.




1510
25 mars
Naissance de Guillaume Postel
Né le 25 mars 1510 à Barenton, dans la Manche, Guillaume Postel a été un philosophe, astronome, professeur de langues et théosophe. Convaincu d'avoir été élu par Dieu pour prêcher une nouvelle monarchie universelle, il tenta de convertir François Ier à ses idées, sans succès, ce qui le poussa à prêcher sa bonne parole auprès de l'empereur d'Autriche, puis des Turcs. Souffrant probablement de mégalomanie ou de paranoïa, il est interné et finit ses jours au cloître de Saint-Martin-des-Champs de Paris.




1512
3 mai
Ouverture du concile du Latran
Le 3 mai 1512 débute le cinquième concile du Latran, convoqué par le pape Jules II pour contrer le concile de Pise initié sur l'initiative de Louis XII de France, et soutenu par l'empereur Maximilien Ier. Le concile ne réforme pas en profondeur l'Eglise catholique, certains historiens estimant que la réforme protestante aurait pu être évitée si des mesures de fond avaient été réellement appliquées. Le concile, qui se termine en 1517, condamne notamment le schisme religieux et autorise la "censure préventive" des livres.




1512
31 octobre
Inauguration de la fresque de la Chapelle Sixtine
L'œuvre gigantesque de Michel Ange est inaugurée à Rome. La critique est en admiration devant une telle grandeur. La fresque qui décore la voûte de la chapelle Sixtine mesure 40 mètre de long sur 13 mètres de large. Elle fut commandée à Michel-Ange par le pape Jules II. 




1517
31 octobre
Les 95 thèses de Martin Luther
Sur la porte de l'église de Wittenberg en Saxe, le prêtre Martin Luther affiche ses 95 thèses. Il dénonce la pratique des "indulgences" qui promettent aux fidèles d'accéder plus rapidement au paradis contre le paiement d'un tribut au clergé. Il affirme aussi que les prêtres peuvent être mariés et il condamne la fonction cléricale. Les bases du protestantisme sont jetées. Les thèses de Luther seront diffusées à travers l'Allemagne sans son accord. Elles finiront brûlées par le pape Léon X en juin 1520.




1517
8 novembre
Mort de Francisco Jiménez de Cisneros
Cardinal, réformateur religieux et homme d'Etat espagnol, Francisco Jiménez de Cisneros décède le 8 novembre 1517 à Roa, dans le nord de l'Espagne. Parti de rien, il atteignit les plus hautes sphères du pouvoir religieux, entreprenant ainsi des réformes importantes dans le fonctionnement du clergé espagnol. Il a notamment fondé la prestigieuse université d'Alcalá de Henares et s'implique personnellement dans les croisades qui ont eu lieu dans le nord de l'Afrique.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12457
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des Religions

Message  Arlitto le Dim 13 Nov - 20:58

1518
7 octobre
Luther affirme la supériorité de l'écriture sur l'autorité du pape.
Convoqué à Augsbourg devant le général des dominicains Thomas Cajetan, Martin Luther, futur initiateur de la Réforme protestante, refuse de rétracter ses propos dans lesquels il affirme la supériorité de l'écriture sur l'autorité du pape. A la suite de cela, Léon X décide de procéder à l'excommunication de Luther, et en profite pour dénoncer 41 des 95 thèses émises par ce dernier, et qui serviront de base à la Réforme protestante.




1519
16 février
Naissance de Gaspard II de Coligny, amiral de France
Gaspard de Coligny naît le 16 février 1519 à Châtillon-sur-Loing. Amiral français et commandant militaire des Huguenot, il grandit dans la foi catholique mais se convertit au protestantisme au lendemain de la mort du roi Henri II. Homme de dialogue, il n'hésite pas à prendre part à tous les conflits qui opposent les protestants aux catholiques. Lors du massacre de la Saint-Barthélemy, en août 1572, il est l'un des premiers protestants à être assassiné.




1519
27 juin
Dispute de Leipzig
La dispute de Leipzig est un débat très célèbre qui se déroule du 27 juin au 16 juillet entre le théologien catholique Johann Eck et un certain nombre de personnes adhérant au mouvement réformateur, parmi lesquelles Martin Luther et Andreas Karlstadt. Les principaux sujets de discussions tournèrent autour du libre-arbitre de l'homme, de l'autorité de l'Eglise en matière de doctrine et des indulgences. Après ce débat, la rupture entre Rome et les luthériens fut définitive.




1521
3 janvier
Excommunication de Martin Luther
La bulle papale "Decet romanum pontificem" excommunie le réformateur allemand Luther et ses partisans jugés hérétiques. Martin Luther continuera à soutenir sa doctrine devant la Diète de Worms présidée par l'empereur Charles Quint au mois d'Avril. Il ne sera pas condamné à mort mais banni. Grâce à la récente invention de l'imprimerie, dès le jour de son excommunication, des traductions en langues populaires de ses "95 thèses" circulent déjà partout en Europe.




1521
26 mai
Luther mis au ban de l'Empire
L'empereur Charles Quint promulgue l'Edit de Worms qui met au ban de l'Empire le réformateur Martin Luther parce qu'il refuse de se rétracter après la publication de ses "95 thèses". L'oeuvre de Luther sera à l'origine d'une révolution religieuse qui modifiera profondément le christianisme. Il est considéré comme le père de la Réforme protestante qui influencera les cultures germaniques et anglo-saxonnes.




1522
20 décembre
Soliman le magnifique s'empare de Rhodes
Les soldats Ottomans emmenés par Soliman II dit le Magnifique, prennent la forteresse de Rhodes après cinq mois de siège. Les chevaliers de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem sont chassés de la battisse qui les abritait depuis deux siècles. L'île restera sous domination turque jusqu'en 1912.




1523
1 juillet
Henri Voes et Jean Van Hessen, deux luthériens, sont brûlés vifs à Bruxelles
Le 1er juillet 1523, la Grand-Place de Bruxelles est le théâtre de l'exécution des deux premiers martyrs protestants, brûlés vif, Henri Voes et Jean Van Hessen. Accusés de promouvoir la doctrine de Luther, Henri Voes et Jean Van Hessen seront arrêtés et ainsi exécutés, une exécution qui durera plus de quatre heures. La mort de ces deux protestants marque le début de l'inquisition dans les Pays-Bas espagnols.




1526
21 avril
Bataille de Panipat
Digne descendant de Gengis Khan et de Tamerlan, Bâbur inflige une défaite au sultanat de Delhi lors de la bataille de Panipat. Le sultan Ibrahim Lodi possédait une armée bien supérieure en nombre mais peu motivée : le sultan n’est pas apprécié de ses hommes. Face aux armes et à la discipline des combattants de Bâbur, la déroute ne tardera pas. Lodi, atteint par une flèche, meurt dans la bataille entraînant dans sa chute la domination musulmane en Inde. Elle laisse place au règne Moghol.




1526
29 août
Soliman le Magnifique bat les Hongrois
Poursuivant leur avancée dans les Balkans, les Turcs ottomans, sous la conduite de Soliman II le Magnifique, battent les Hongrois à Mohacs. Louis II Jagellon, le roi de Hongrie, meurt dans la bataille. Le royaume de Hongrie sera alors divisé en trois parties : la Hongrie royale des Habsbourgs, la Hongrie turque et la Transylvanie. Puis les Habsbourg reconquérront les plaines occupées par les Turcs ottomans en 1699.




1527
24 juin
Recès de Vasteras
Le 24 juin 1527 est émis le recès de Vasteras, une sorte de procès-verbal des anciennes diètes germaniques. Ce dernier prévoit que le luthéranisme de Martin Luther puisse officiellement devenir la religion d'Etat en Suède. Sous l'impulsion de Laurentius Petri, alors archevêque d'Uppsala, le clergé et l'épiscopat adoptent également la réforme de Martin Luther. Une partie des biens d'Eglise est au même moment sécularisée au profit de la couronne.




1529
avril
Publication du Petit Catéchisme de Martin Luther
Aux mois d'avril et mai 1529, le moine augustin Martin Luther publie son « Grand » et son « Petit catéchisme », un ouvrage qui visait à rendre accessible à tous l'enseignement de la Parole de Dieu. Fervent militant de la nouvelle religion baptisée « protestantisme », Martin Luther s'appuiera sur son œuvre pour promouvoir une vision différente de la religion chrétienne, une démarche qui le conduira à être en conflit avec le pape tout au long de son existence.




1529
1 juin
Le roi Henri VIII demande le divorce
Le 1er juillet 1529 s'ouvre à Londres l'affaire de l'annulation du mariage d'Henri VIII et de Catherine d'Aragon. Au sein du tribunal ecclésiastique, le roi Henri VIII avoue son attirance pour Anne Boleyn, et s'appuie sur l'impossibilité pour la reine Catherine d'Aragon d'avoir de nouveaux enfants pour justifier le divorce. Le dossier est confié aux cardinaux Wolsey et Campeggio qui, après avoir entendu les deux protagonistes et s'être appuyés sur la décision du pape, refusent le divorce.




1529
4 octobre
Colloque de Marbourg
La date du 4 octobre 1529 marque la fin et l'échec du colloque de Marbourg, qui a réuni entre le 1er et le 4 octobre, les personnages clés du protestantisme pour débattre de la présence du Christ lors de la Cène. D'un côté se trouvaient Martin Luther, Brenz, Osiander et Melanchton, de l'autre Zwingli et Oecolampade. Si les deux parties sont parvenues à se mettre d'accord sur quatorze points, l'épisode de l'Eucharistie ne connaîtra jamais le même sort.




1531
11 février
Création de l'Eglise Anglicane
Le 11 février 1531 marque la création de l'Eglise anglicane, après que le roi Henri VIII d'Angleterre se vit refuser le droit de divorcer de Catherine d'Aragon par le Pape Clément VII. Ce schisme avec l'Eglise de Rome fut officiel lorsque l'archevêque de Cantorbéry, William Warham, reconnut Henri VIII d'Angleterre comme « chef suprême de l'Eglise anglaise autant que le Christ le permet ».




1531
11 octobre
Mort du réformiste Ulrich Zwingli
Ulrich Zwingli tentait de réformer la Suisse depuis 1525. Zurich fut la première ville concernée, puis le mouvement réformiste prit de l’ampleur et s’étendit peu à peu. La Confédération se voyait alors divisée entre Catholiques et Protestants, ce qui suscita de nombreux conflits auxquels prit part Zwingli. Lors de l’ultime bataille, à Kappel, les Catholiques remportent la victoire tandis que Zwingli y perd la vie. La division religieuse perdurera mais la Confédération finira par trouver un équilibre. Genève deviendra un véritable bastion protestant dès 1536.




1534
9 août
Décès du cardinal dominicain Cajetan
Théologien et cardinal italien,Thomas de Vio, dit Cajetan, est né le 20 février 1469 à Gaète. Professeur en théologie, Cajetan devient général de l'ordre des Dominicains en 1508 et assurera ses fonctions durant dix ans. Devenu évêque de Gaète en 1517, il fait traduire littéralement une grande partie de la Bible, dont la quasi-totalité du Nouveau Testament. Il meurt à Rome le 10 août 1534.




1534
15 août
Fondation de l'ordre des Jésuites
Le Basque Ignace de Loyola et six de ses amis prononcent leurs vœux de chasteté et de pauvreté dans la chapelle de Montmartre. Ils fondent un nouvel ordre, la Compagnie de Jésus ou les Jésuites. Ceux-ci imposeront la rigueur dans la contre-réforme et deviendront les principaux enseignants du monde catholique. Ignace de Loyola sera canonisé en 1622. La Compagnie, jugée trop influente, sera dissoute par le pape en 1773 et rétablie en 1814.




1534
15 août
Premier vœu de la Compagnie de Jésus
Le 15 août 1534, Ignace de Loyola, et six autres étudiants se rendent à Montmartre, dans la crypte du martyrium de saint Denis. Ils y prononcent des vœux religieux et de chasteté, promettant de se rendre en pèlerinage à Jérusalem. Ce « vœu de Montmartre », reçu par le seul prêtre du groupe, Pierre Favre, est à l'origine de la création de la Compagnie de Jésus en 1540.




1534
13 octobre
Elèction du Pape Paul III
Alessandro Farnèse est élu pape le 13 octobre 1534 et prend le nom de Paul III. Il crée la Compagnie de Jésus et convoqua le concile de Trente. L'ancien évêque de Vence est l'auteur de Véritas ipsa, une lettre qui condamne la pratique de l'esclavage. Son pontificat se terminera, à sa mort, le 10 novembre 1549. Paul III devient, ainsi, le 220e pape de l'Eglise catholique.




1534
18 octobre
L'Affaire des "placards"
Imprimés à Neuchâtel sous l'instigation du pasteur François Antoine Marcourt, les "placards" sont des affiches protestantes. Elles s'opposent à la messe et accusent le pape de l'avoir instauré dans le but d'asseoir son pouvoir. Elles sont "placardées" dans la nuit du 17 au 18 octobre dans toute la France, jusque dans les appartements du roi François Ier à Amboise. Selon les protestants de l'époque les "placards" sont des : "Articles véritables sur les horribles, grands et insupportables abus de la messe royale". Cet épisode aura des conséquences dramatiques pour les protestants de France. François Ier, croyant au complot, décidera de faire la chasse aux "hérétiques". L'affaire des "placards" mettra un terme à la tolérance religieuse qui régnait en France depuis quelques années.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12457
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire des Religions

Message  Arlitto le Dim 13 Nov - 20:58

1535
L'Inquisition met en place les certificats de "propreté du sang"
Dans la continuité de la politique "Limpieza de sangre", l’Espagne met en place les certificats de propreté du sang, politique que Charles Quint parvient à faire admettre au pape Paul III. Ces certificats ont pour fonction de démontrer que la personne est bien de sang chrétien, c’est-à-dire que lui ou sa famille ne se sont pas convertis récemment. Cette mesure participe à la lutte contre les hérétiques dirigée par l’Espagne et son Inquisition depuis la Reconquista.




1535
4 juin
Edition de la Bible d'Olivetan
Le 4 juin 1535 fut publiée la traduction d'une Bible protestante en français par l'humaniste Pierre Robert Olivétan. On la connaît davantage sous l'appelation de « Bible d'Olivétan ». On notera que, la même année, une autre traduction française de la Bible verra le jour grâce au théologien Jacques Lefèvre d'Etaplès en collaboration avec l'humaniste et auteur de contes Bonaventure des Périers.




1538
18 mars
Décès de l'évêque Erard de La Marck
Erard de La Marck, né le 31 mai 1472 à Sedan, est un évêque et cardinal de l'Eglise catholique. Prince évêque de Liège entre 1505 et 1538, il fut également évêque en France et en Espagne avant d'être nommé cardinal par Léon X. On considère son règne comme étant le plus brillant de l'histoire du pays de Liège. Il meurt à Sedan, le 18 mars 1538.




1541
Henri VIII, roi d’Irlande
Le roi d’Angleterre Henri VIII acquiert le statut de roi d’Irlande. Auteur de l’Acte de suprématie quelques années plus tôt, Henri VIII tentera d’imposer le protestantisme mais ne suscitera que des révoltes de la part des autochtones. Il les réprimera en confisquant leurs terres.




1541
7 novembre
Violente introduction de la Réforme en Islande
L’évêque islandais de Holar, Jón Arason, est mis à mort par les Danois, qui, depuis des années, cherchent à imposer définitivement le protestantisme. Chrétienne depuis l’an 1000, la population s’opposait vivement au luthéranisme, ce qui consuisit le pouvoir à agir avec davantage de violence. Au lendemain de la mort de l’évêque, le Protestantisme est instauré comme religion officielle.




1545
13 décembre
Ouverture du Concile de Trente
Convoqué en Italie par le pape Paul III, le Concile de Trente a pour objectif de définir la doctrine et la discipline de l'église catholique romaine face aux progrès de la réforme protestante. Dès le début de la réunion, deux tendances s'affrontent : celle de Charles Quint qui souhaite la réforme disciplinaire et celle de du pape qui veut en premier lieu examiner les questions dogmatiques. Ce 19ème concile oecuménique se terminera dix-huit ans plus tard, en 1563, après une révision des institutions ecclésiastiques. 




1551
23 février
Ignace de Loyola fonde le Collège Romain
Créé en 1551 à Rome par Ignace de Loyola, le Collège romain est une institution dont l'objectif est de regrouper l'ensemble du savoir académique et scolastique. Il servait d'université aux Jésuites qui y apprenaient gratuitement le latin, le grec, et l'hébreu. Ignace de Loyola préside à sa création, après avoir fondé la Compagnie de Jésus. Le siège définitif du Collège romain est établi à Rome entre 1582 et 1584 dans un édifice réalisé par l'architecte Bartolomeo Ammannati. Le collège est alors appelé Université grégorienne en hommage au pape Grégoire XIII.




1551
28 février
La mort de Martin Bucer
Martin Bucer est mort à Cambridge le 28 février 1551. Né le 11 novembre 1491, originaire de la région alsacienne, ce théologien réformateur est un intellectuel qui admire Luther. Pasteur, il attache une grande importance à la communauté. Son influence théologique est reconnue dans toute l'Europe, notamment en Suisse, en Allemagne et en Angleterre. C'est dans ce pays qu'il se réfugie lorsqu'il refuse l'Intérim imposé par Charles Quint en 1547. Il est professeur de théologie à Cambridge et adopte les thèses de l'Eglise anglicane. Son ouvrage le plus connu est baptisé Explication des psaumes. Il est paru à Strasbourg en 1529.




1551
17 juin
L'édit de Châteaubriant stigmatise les protestants
Le 21 juin 1551 est signé l'édit de Châteaubriant. Il interdit toutes les fonctions municipales ou judiciaires aux protestants de France et symbolise la réforme religieuse menée sous le règne d'Henri II. Fervent catholique, le roi décide de prendre des mesures de répression à l'égard de cette nouvelle religion. Avec l'édit de Châteaubriand, seuls les catholiques sont autorisés à ouvrir des écoles. En 1557, l'édit de Compiègne accentue encore un peu plus la répression. Les catholiques, qui aident les protestants, sont passibles d'être condamnés.




1551
21 septembre
La création de l'Université royale et pontificale de Mexico
Le 21 septembre 1551 marque la fondation de la deuxième plus ancienne université publique d'Amérique, la première étant celle de Santo Domingo. L'Université royale et pontificale de Mexico est créée peu de temps après la conquête du Mexique pour les colons espagnols. Cette université a participé à l'éducation d'artistes, d'ingénieurs, d'écrivains, de scientifiques et de philosophes. Ces forces vives ont contribué à forger l'identité du Mexique. L'Université royale et pontificale a obtenu son autonomie en 1929.




1552
3 décembre
La mort du Jésuite François Xavier
François Xavier, missionnaire jésuite originaire d'Espagne, meurt le 3 décembre 1552. Il a 46 ans. En 1530, il fait la rencontre d'Ignace de Loyola et devient l'un des premiers compagnons de la compagnie de Jésus fondée en 1534. Reçu à Rome par le pape en 1540, François Xavier part pour les Indes. Il veut évangéliser la Chine. Il meurt sur l'île de Sancian, à dix kilomètres au large de Canton. Sa canonisation est faite en 1622, simultanément à celle d''Ignace de Loyola.




1554
29 novembre
L'Angleterre se rapproche de Rome
Le 29 novembre 1554 évoque la réunion de l'Eglise d'Angleterre avec Rome. Le Parlement valide officiellement le rapprochement. Une messe est célébrée le 30 novembre par le légat Reginald Pole, archevêque de Cantorbéry, cardinal de l'Eglise romaine catholique. Il refusera de punir ceux qui n'assistent pas à la messe et qui ne participent pas à la restauration des monastères, il fera partie de ceux qui encourageront la reine Marie Tudor à persécuter les protestants.




1555
23 mai
Paul IV devient pape
Le 23 mai 1555, Paul IV, qui est né le 28 juin 1476 en Italie, est élu pape de l'Eglise catholique. Son pontificat va durer quatre ans. Il s'achève en 1559 avec sa mort. Paul IV est issu d'une noble famille de Naples. Il a également été l'archevêque de la ville qui se débat, prise en tenaille par les incessantes guerres d'Italie. Paul IV va donc choisir de faire alliance avec les Français afin de chasser les Habsbourg de Naples. Fervent catholique, opposé à la paix religieuse d'Augsbourg, il interviendra aussi contre Elisabeth Ire, reine d'Angleterre de confession protestante.




1555
juillet
Jacques de Sores attaque la Havane
L'été 1555 marque le pillage de la Havane par celui que certains surnomment « l'ange exterminateur ». Jacques de Sores est un corsaire normand et huguenot. Il combat l'Espagne et son catholicisme forcené. A compter du 10 juillet et jusqu'au 5 août, il pille la Havane et le Castillo de la Real Fuerza que le commandement espagnol avait fait ériger afin de défendre l'île face aux attaques des pirates. Jacques de Sores tue des catholiques, des esclaves noirs, incendie le port, et cherche le trésor des Espagnols en représailles aux vaines tentatives du gouverneur Gonzalo Pérez de Angulo de protéger l'île.




1559
2 mai
John Knox fonde le presbytérianisme
Le 2 mai 1559, le réformateur calviniste John Knox rentre en Écosse après son exil en France et à Genève. Son retour coïncide avec la mort de la reine catholique d'Angleterre Marie Tudor, qui depuis son accession au trône, décime les rangs protestants. John Knox conduit alors la lutte contre les catholiques d'Ecosse en fustigeant l'attitude de la reine Marie Stuart. Energique et virulent, il rédige un ouvrage baptisé The History of the Reformation of the Religion within the Realm of Scotland. Ayant acquis le soutien de Jacques VI d'Ecosse, futur Jacques Ier d'Angleterre, John Knox s'éteint en 1572, en ayant largement contribué à l'établissement définitif de l'Église presbytérienne d'Écosse.




1559
26 décembre
L'élection du pape Pie IV
Dans la nuit du 25 au 26 décembre 1559, le pape Pie IV est élu au terme d'un conclave relativement long. De son véritable nom Jean-Ange de Médicis, le pape Pie IV est né à Milan en 1499. Son pontificat, qui va durer six ans, démarre avec le procès de la famille de son prédécesseur, Paul IV Carafa. Ce dernier avait favorisé l'accession de membres de sa famille à des postes clés de façon outrancière. Le pape Pie IV est aussi connu pour être le fondateur des archives du Vatican. Il meurt en 1565, des suites d'une mauvaise fièvre.
Voir aussi : Pape - Paul IV - Histoire des Religions




1561
9 septembre
Début du colloque de Poissy qui tente de rapprocher catholiques et réformés
Le colloque de Poissy se déroule du 9 septembre au 14 octobre 1561. Convoqué à l'initiative de Catherine de Médicis, il avait pour but de tenter une réconciliation entre catholiques et réformés. L'impossibilité de s'accorder sur la question de la présence ou non du Christ lors de la célébration de l'eucharistie conduit à la rupture. Catherine de Médicis abandonne l'idée d'un accord religieux. 




1562
Troisième session du Concile de Trente
La troisième session du concile de Trente, en Italie, s'est ouverte le 18 janvier 1562 pour se terminer le 3 décembre 1563. La question centrale se porte sur le sacrement de l'ordre, plus spécifiquement sur la résidence épiscopale. Il en ressort principalement des décrets et des canons sur les pouvoirs des évêques, le purgatoire, les reliques, ou encore le culte des saints. La séance de clôture a lieu dans la cathédrale Saint-Vigile à Trente.




1562
24 juin
Naissance de François de Joyeuse
François de Joyeuse est un homme politique et cardinal français. Il naît à Carcassonne le 24 juin 1562 et meurt le 23 août 1615, en Avignon. Son parcours le mène de l'archevêché de Narbonne, à celui de Toulouse puis de Rouen. Il participe à la Ligue, mouvement catholique antiprotestant avant de se rallier à Henri IV, en 1593. Il sacre Marie de Médicis en 1610, avant de perdre son influence sous le règne de cette dernière.




1562
20 septembre
Signature du traité d'Hampton Court
Le 20 septembre 1562 acte la signature du traité d'Hampton Court par la reine Elisabeth Ire d'Angleterre. En France, la guerre de Religion entre catholiques et protestants, fait rage. L'Angleterre protestante tente de profiter de la situation et s'engage à soutenir les huguenots français, en échange de l'intégration du Havre à la Couronne. Invalidant ce traité signé par les huguenots, Catherine de Médicis fait assiéger Le Havre et obtient la reddition des occupants durant l'été 1563.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12457
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum