Le traitement des prisonniers de guerre en isla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le traitement des prisonniers de guerre en isla

Message  Yacoub le Mer 30 Nov - 16:02

Le traitement des prisonniers de guerre en islam :

Dieu Tout-Puissant dit :

« Il n’appartient pas à un Prophète de faire des captifs tant qu’il n’a pas mené sur terre un combat acharné. Vous voulez les biens de ce monde, mais Dieu veut [pour vous] la vie future. Dieu est Puissant, Sage. » Al-Anfal (8:67)

Dieu dit qu’il est préférable que l’ennemi soit en position de faiblesse avant de prendre des prisonniers de guerre, afin que les négociations puissent aboutir à une solution humaine. Mais ce n’est en aucun cas une interdiction formelle.

On comprend de ce verset qu’il ne convient pas qu’un Prophète prenne des prisonniers à son ennemi sauf après une guerre régulière où beaucoup de sang a été versé.

La pratique de faire des prisonniers chez les tribus ennemies sans coup férir et sans verser de sang, en faveur jusqu’à l’avènement de l’Islam – et même après – est ici rendue illégale.

Donc, on ne peut faire de prisonniers qu’après une bataille et parmi les combattants.

En ce qui concerne le traitement des prisonniers de guerre, le saint Coran dit :

« Quand vous rencontrerez les infidèles, tuez-les jusqu’à en faire un grand carnage, et serrez les entraves des captifs que vous aurez faits. Ensuite, vous les mettrez en liberté, ou les rendrez moyennant une rançon, lorsque la guerre aura cessé. » Muhammad (47:4)

Il s’agit probablement du passage le plus normatif en ce qui a trait aux prisonniers de guerre.

De tous, c’est certainement celui qui fournit les instructions les plus détaillées. Une seule possibilité y est envisagée : la libération en échange ou non d’une rançon. Une fois les hostilités terminées, tous les prisonniers devaient être libérés sans condition.

Malgré la relative limpidité de ce commandement, son intégration dans les premiers ensembles de lois fut loin de faire l’unanimité parmi les juristes. Ainsi, l’école Maliki interdisait la libération sans condition, tandis que les Hanbalis s’opposaient à toute forme d’affranchissement !

L’échange de prisonniers était une autre pratique courante pour Muhammad (bénédiction et paix de Dieu soient sur lui).

Le Coran dit dans un autre verset : « Ils (les hommes purs) nourrissaient le pauvre, l’orphelin et le captif, pour l’amour de Dieu, [disant] : Nous vous nourrissons pour plaire à Dieu, n’attendant de vous ni récompense, ni gratitude.

Oui, nous redoutons de la part de notre Seigneur un Jour menaçant et calamiteux. » Al-Insan (76:8-10)

Ce verset contient également des instructions claires concernant le traitement des prisonniers de guerre, cette fois au sujet de leur subsistance. Il n’y est fait aucune distinction entre les prisonniers et les croyants pauvres ou orphelins. En fait, le hadith rapporte que le Messager de Dieu (bénédiction et paix de Dieu soient sur lui) a ordonné à ses soldats de se nourrir de dattes et de réserver le pain pour les prisonniers.

En outre, il arrivait fréquemment au Messager de Dieu de donner des vêtements aux prisonniers dans le besoin.

Dieu Tout-Puissant dit dans un autre verset : « Ô Prophète ! Dis à ceux des captifs qui sont tombés entre vos mains : ”Si Dieu reconnaît un bien en vos cœurs, Il vous donnera mieux que ce qui vous a été enlevé et Il vous pardonnera ; Dieu est Pardonneur, Clément”. » Al-Anfal (8:70)

Il demeure difficile de voir en ce verset une incitation quelconque à maltraiter les prisonniers de guerre mais c’est une indication par Dieu Tout-Puissant que les prisonniers de guerre ne doivent pas être tués.

Les hadiths prophétiques qui parlent de la libération gratuite des prisonniers de guerre :

Narré par Abu Mussa : Le Prophète a dit : “Libérez les captifs, nourrissez celui qui a faim et visitez les malades. [1]”

Narré par Nafi : Umar bin Khatab dit : “Ô Apôtre de Dieu ! J’ai fait vœu d’effectuer le Itikaf pour un jour complet pendant la période préislamique.” Le Prophète lui ordonna alors de remplir son vœu. Umar acquis deux captives des prisonniers de guerre de Hunain et les laissa dans une des maisons à la Mecque. Quand l’Apôtre de Dieu libéra les captifs de Hunain sans rançon, ils sortirent marcher dans les rues. Umar dit (à son fils) : “Ô Abdullah ! Va voir ce qui se passe.” Abdullah répondit : “L’Apôtre de Dieu a libéré les esclaves sans rançon.” Il lui dit : “Va et libère les deux femmes esclaves. [2]”

Il a été narré sous l’autorité d’Abu Hurayra qui dit : “Le Messager de Dieu (paix et bénédiction sur lui) envoya quelques cavaliers au Najd. Ils capturèrent un homme qui était de la tribu de Banu Hanifa et s’appelait Thumama bin Uthal. Il était le chef des Yamama. Les gens l’attachèrent à un des piliers de la mosquée.

Le Messager de Dieu a dit : ”C’est Thumâmah Ibn Uthâl Al-Hanafi, Vous avez bien fait de le capturer.”

Le Prophète (paix et bénédictions sur lui) retourna alors chez lui et dit à sa famille : ”Prenez ce que vous pouvez de nourriture et apportez-le à Thumâmah Ibn Uthâl.”

Le Messager de Dieu (paix et bénédiction sur lui) vint le voir et dit : ‘Ô Thumama, qu’en penses-tu ?’ Il répondit : ‘Muhammad, j’ai une bonne opinion de toi. Si tu me tues, tu tueras une personne qui a versé le sang. Si tu me fais une faveur, tu feras une faveur à une personne reconnaissante. Si tu veux des richesses, demande et tu auras ce que tu demanderas.’ Le Messager de Dieu (paix et bénédiction sur lui) le laissa (dans cet état) pendant deux jours, puis il revint et dit : ‘Qu’en penses-tu, Ô Thumama ?’ Il répondit : ‘Ce que je t’ai déjà répondu. Si tu me fais une faveur, tu feras une faveur à une personne reconnaissante. Si tu me tues, tu tueras une personne qui a versé le sang. Si tu veux des richesses, demande et tu auras ce que tu demanderas.’ Le Messager de Dieu (paix et bénédiction sur lui) le laissa jusqu’au lendemain, puis revint et lui dit : ‘Qu’en penses-tu, Ô Thumama ?’ Il répondit : ‘Ce que je t’ai déjà répondu. Si tu me fais une faveur, tu feras une faveur à une personne reconnaissante. Si tu me tues, tu tueras une personne qui a versé le sang. Si tu veux des richesses, demande et tu auras ce que tu demanderas.’

Le Messager de Dieu (paix et bénédiction sur lui) dit : ‘Libérez Thumama.’ Il alla à la palmeraie devant la mosquée et prit un bain.

Ensuite il entra dans la mosquée et dit : ‘Je témoigne qu’il n’y a pas de divinité à part Dieu et je témoigne que Muhammad est Son serviteur et Son Messager [3].”

Les hadiths prophétiques qui parlent de la rançon des prisonniers de guerre :

Narré par Marwan et Al-Miswar bin Makhrama : Quand les délégués de la tribu de Hawazin vinrent au Prophète et lui demandèrent de leur rendre leurs propriétés et captifs. Le Prophète se leva et leur dit : “J’ai d’autres personnes impliquées avec moi dans cette affaire et la meilleure parole pour moi est la vraie, vous pouvez choisir entre les propriétés ou les prisonniers, car j’ai retardé la distribution.” Le Prophète les attendit plus de dix jours depuis son arrivée à Taif. Alors lorsqu’il leur apparut évident que le Prophète ne leur rendrait que l’un des deux, ils dirent : “Nous choisissons les prisonniers.” Le Prophète se leva et glorifia et louangea Dieu comme Il le méritait et dit : “Ama baad, ces frères viennent à nous repentants, et il est logique de leur rendre les captifs. Alors, si l’un de vous veut le faire comme une faveur alors qu’il le fasse, et celui qui veut garder sa part jusqu’à ce que nous le récompensions avec le tout premier butin de guerre que Dieu nous donnera, alors il peut le faire (abandonner les captifs).” Les gens dirent unanimement : “Nous le faisons de plein gré.” Le Prophète dit : “Nous ne savons pas lequel d’entre vous est d’accord et lequel ne l’est pas, alors repartez et laissez vos chefs nous transmettre votre décision.” Alors, tous repartirent et discutèrent de l’affaire avec leurs chefs, qui revinrent et informèrent le Prophète que tous acceptaient de rendre les captifs. C’est ce qui nous est parvenu au sujet des captifs de Hawazin. Anas narra que Abbas dit au Prophète : “J’ai payé ma rançon et celle de Aqil [4].”

Il fut narré sous l’autorité de Salam (bin al-Akwa) qui dit : “Nous avons combattu contre les Fazara et Abu Bakr était notre commandant. Il avait été nommé par le Messager de Dieu (paix et bénédiction sur lui). Quand nous n’étions qu’à une heure de distance du point d’eau de l’ennemi, il nous ordonna d’attaquer.

Nous avons fait une halte durant la dernière partie de la nuit pour nous reposer, ensuite nous avons attaqué de toutes parts et avons atteint leur point d’eau où nous avons combattu. Quelques ennemis furent tués et quelques-uns furent fait prisonniers. Je vis un groupe de personnes composé de femmes et d’enfants. J’ai eu peur qu’ils n’atteignent la montagne avant moi, alors j’ai tiré une flèche entre eux et la montagne. Quand ils virent la flèche, ils s’arrêtèrent. Alors je les ai ramenés. Parmi eux était une femme des Banu Fazara. Elle portait un manteau de cuir. Avec elle, il y avait sa fille qui était la plus belle des filles d’Arabie. Je les ai ramenés devant Abu Bakr qui me donna cette fille comme prix.

Nous arrivâmes à Médine, je ne l’avais pas encore dévêtu que le Messager de Dieu (paix et bénédiction sur lui) me rencontra dans la rue et dit : ‘Donne-moi cette fille, Ô Salam.’ Je dis : ‘Messager de Dieu, elle me fascine. Je ne l’ai pas encore dévêtue.’ Quand je le rencontrai le jour suivant, le Messager de Dieu (paix et bénédiction sur lui) dit : ‘Ô Salam, donne-moi cette fille, que Dieu bénisse ton père.’ Je dis : ‘Elle est pour toi, Messager de Dieu ! Par Dieu, je ne l’ai pas encore dévêtue.’ Le Messager de Dieu (paix et bénédiction sur lui) la renvoya à la Mecque, et l’échangea comme rançon contre plusieurs musulmans prisonniers à la Mecque. [5]”

Imran bin Hussain rapporte que la tribu de Thaqif était alliée des Banu Uqail. Thaqif prit deux personnes parmi les Compagnons du Messager de Dieu (paix et bénédiction sur lui) comme prisonniers.

Les Compagnons du Messager de Dieu (paix et bénédiction sur lui) prirent une personne à Banu Uqail comme prisonnier et capturèrent al-Adbi (la chamelle du Saint Prophète). Le Messager de Dieu (paix et bénédiction sur lui) vint vers lui et il était attaché avec des cordes. Il dit : “Muhammad” Il s’approcha de lui et dit : “Qu’est-ce qu’il y a avec toi ?” Il (le prisonnier) dit : “Pourquoi m’avoir pris comme prisonnier et pourquoi avoir attrapé un pèlerin ?” Il (le Saint Prophète) dit : “Je t’ai attrapé pour les crimes de vos alliés, Banu Thaqif.” Il (le Saint Prophète) s’éloigna et il l’appela encore et dit : “Muhammad, Muhammad.” Etant donné que le Messager de Dieu (paix et bénédiction sur lui) était plein de compassion et sensible, il revint vers lui et dit : “Quel es ton problème ?” Il dit : “Je suis un Muslim.” Sur ce, il (le Saint Prophète) dit : “Si tu l’avais dit quand tu étais maître de toi-même, tu aurais beaucoup gagné.” Il s’éloigna alors, et il (le prisonnier) l’appela encore : “Muhammad, Muhammad.” Il revint et dit : “Quel es ton problème ?” Il dit : “J’ai faim, nourris-moi, et j’ai soif, donne-moi à boire.” Il (le Saint Prophète) dit : “C’est pour satisfaire tes besoins.” Il fut ensuite rançonné pour les deux personnes (qui étaient prisonniers de Thaqif) [6].

Les hadiths qui parlent du bon comportement avec les prisonniers de guerre :

Narré par le père de Salim : le Prophète envoya Khalid bin al-Walid vers la tribu de Jadhima et Khalid les invita à l’Islam, mais ils ne pouvaient dire “Aslamna” (nous avons embrassé l’islam), mais ils commencèrent à dire “Saba’na ! Saba’na” (nous sortons d’une religion vers une autre). Khalid en tua quelques-uns et prit comme captifs certains, et nous donna à chacun un captif. Au lever du jour, Khalid ordonna que chaque homme (soldat musulman) tue son captif. J’ai dit : “Par Dieu, je ne tuerais pas mon captif et aucun de mes compagnons ne tuera son captif.”

Le Prophète apprit la nouvelle et nous lui avons raconté toute l’histoire. Sur ce, il leva les bras et dit deux fois : “Ô Dieu ! Je ne suis pas responsable de ce que Khalid a fait. [7]”

Narré par Jabir bin Abdullah : Le jour de la bataille de Badr, les prisonniers de guerre furent emmenés, y compris Al-Abbas qui était dévêtu. Le Prophète chercha une chemise pour lui. Il vit que la chemise de Abdullah bin Ubai lui irait, alors le Prophète le laissa la porter (Al-Abbas). Ce fut la raison pour laquelle le Prophète enleva et donna sa propre chemise à Abdullah. (Le narrateur ajouta : “Il avait fait au Prophète une faveur que le Prophète voulait récompenser.” [8])

[1] Bukhary Volume 4, livre 52, Nombre 282

[2] Bukhary Volume 4, livre 53, Nombre 372

[3] Muslim livre 19, Nombre 4361

[4] Bukhary Volume 3, livre 46, Nombre 716

[5] Muslim, Nombre 4345

[6] Muslim, Nombre 4027

[7] Bukhary  Nombre 628

[8] Bukhary, Nombre 252

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Signature
avatar
Yacoub
Modérateur
Modérateur

Sexe : Masculin Messages : 1026
Date d'inscription : 04/03/2016
Localisation : France

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum