Le sionisme, c'est quoi

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Le sionisme, c'est quoi - Page 2 Empty Le sionisme, c'est quoi

Message  Arlitto le Jeu 4 Juil - 18:52

Rappel du premier message :

Le sionisme, c'est quoi


Le sionisme est l'ennemi du judaïsme 



un rabbin explique que le sionisme est politique et pas religieux, que le sionisme est une rébellion satanique contre la Torah

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14329
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas


Le sionisme, c'est quoi - Page 2 Empty Re: Le sionisme, c'est quoi

Message  Arlitto le Jeu 4 Juil - 19:04

Les Hébreux au 1er millénaire av. J.-C.

Établis en Canaan grâce à Moïse, les Hébreux ont réussi, à la fin du IIème millénaire, à réaliser la promesse que, selon la Bible, Dieu avait faite à Abraham. Commence alors une nouvelle histoire pour ces Hébreux devenus sédentaires. Que font-ils dans leur pays et quelles menaces pèsent sur eux ?

I. Les premiers rois ou l'âge d'or des Hébreux (XIe-Xe siècles av. J.-C.)
Après leur entrée en Canaan, les Hébreux vivent encore un temps en plusieurs tribus divisées. Mais les peuples voisins sont menaçants. Les tribus doivent s'unir et pour cela choisir un premier roi, Saül, auquel succèdent David, puis Salomon.
La Bible a laissé de cette époque le tableau brillant d'un âge d'or.

1. Saül, le premier roi des Hébreux
•  Saül, dit la Bible, est un jeune Hébreu de haute taille qui sait se battre et commander les soldats. C'est lui que choisit le prophète Samuel comme le premier roi des Hébreux. Samuel verse un petit flacon d'huile sur la tête du jeune homme et lui dit : « c'est toi qui jugeras le peuple de Dieu et le délivreras des peuples d'alentour ». Cette cérémonie s'appelle l'onction.Le successeur de Saül, David, est oint lui aussi et, à leur suite, de nombreux rois ont fait de même.

2. David
•  Vers 1000 av. J.-C., David succède à Saül. Jeune berger, il se fait remarquer, raconte la Bible, lors d'une guerre des Hébreux contre les Philistins. Ces derniers sont d'autant plus redoutables qu'ils possèdent des armes en fer, alors que celles des Hébreux sont encore en bronze. Un guerrier philistin de très grande taille, Goliath, vient défier les Hébreux. David se propose pour l'affronter. Grâce à sa fronde, il atteint d'une pierre la tête de Goliath et le blesse à mort.

•  Devenu roi, David prend la décision d'installer son palais dans une ville qui n'appartient à aucune tribu hébraïque pour qu'elle soit acceptée à la fois par les tribus du Nord et par celles du Sud. Jérusalem devient donc la capitale du royaume de David. Il y fait porter l'Arche d'alliance : Jérusalem devient aussi centre religieux. David est, enfin, un conquérant qui agrandit le territoire des Hébreux et laisse un puissant royaume à son successeur, Salomon.

3. Salomon
•  La Bible présente Salomon comme un roi juste : deux femmes viennent un jour lui demander justice, chacune prétendant être la mère d'un même bébé. Le roi ordonne alors que l'on coupe en deux l'enfant. L'une des femmes renonce immédiatement à l'enfant ; c'est la vraie mère, juge Salomon, puisque la vie de son enfant lui importe plus que tout.

•  Salomon est aussi un roi bâtisseur : il fait construire un magnifique palais et, à côté, le Temple qui abrite l'Arche. Salomon est donc souvent associé à la réussite.
Pourtant, à bien lire la Bible, on remarque que ses constructions ont coûté très cher. Il impose à son peuple des journées de travail obligatoires. Il semble, de plus, avoir désavantagé les habitants du Nord du royaume, en cédant certaines de leurs villes aux Phéniciens, en échange de bois pour le palais et le Temple. Cela explique en partie la division des Hébreux à la mort du roi, vers 930 av. J.-C.

II. Le temps des difficultés (fin du IXe siècle-VIe siècle av. J.-C.)
1. La division du royaume des Hébreux
•  Le fils de Salomon n'est accepté que par les Hébreux de Jérusalem et de la tribu de Juda, au Sud. C'est pourquoi son royaume est appelé royaume de Juda. Les Hébreux des tribus du Nord choisissent un autre roi et, plus tard, une autre capitale, Samarie. Ils forment le royaume d'Israël.

•  Depuis longtemps, Hébreux du Nord et du Sud présentent bien des différences : ils parlent des langues distinctes et ont des versions différentes de la Bible. De plus, les Hébreux d'Israël vivent au contact d'un autre peuple, les Cananéens, auxquels ils empruntent certaines habitudes et même le culte d'un dieu, El.

2. La disparition du royaume d'Israël
•  Divisés, les Hébreux sont à présent affaiblis. Le royaume d'Israël est agité par des disputes d'ordre politique et religieux : certains rois encouragent en effet d'autres religions que celle de Moïse, et le monothéisme est parfois négligé.
Le royaume d'Israël disparaît en 722 av. J.-C. quand les Assyriens prennent Samarie et emmènent les prisonniers sur les rives de l'Euphrate.

3. L'exil à Babylone
•  Dans le royaume de Juda, certains rois abandonnent également la religion de la Bible. Pour éviter une invasion des Assyriens, ils leur versent des tributs. Mais les Assyriens sont eux-mêmes vaincus par les Babyloniens qui prennent Jérusalem à deux reprises, en 597 et en 587 av. J.-C.. Ils brûlent le palais et le Temple de Salomon, emmenant les prisonniers hébreux à Babylone.

•  Commence alors l'exil. En réalité, seul un petit nombre d'Hébreux ont quitté le pays, mais tous souffrent de la disparition du Temple et de leurs rois.
La Bible témoigne de la tristesse de cette période : « Comment chanter un chant de Dieu en une terre étrangère ? Si je t'oublie, Jérusalem, Que disparaisse ma main droite ! Que la langue me colle au palais, si je ne pense pas à toi… ».

•  Les historiens constatent que cet exil est un moment décisif pour l'histoire des Hébreux : au contact des Babyloniens et d'autres peuples en exil, ils améliorent leur connaissance des étoiles et changent de calendrier. Ils vont aussi enrichir leur tradition littéraire et ajouter des passages à la Bible. En l'absence de Temple, ils adoptent un lieu de réunion pour honorer leur dieu, la synagogue. Enfin, les Hébreux reçoivent alors un nouveau nom : Juifs, qui vient de leur dernier royaume, le royaume de Juda.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

III. Les Juifs au sein des grands empires méditerranéens (fin du VIe siècle-Ier siècle av. J.-C.)
1. Le retour au pays sous l'empereur perse Cyrus
•  Les Perses, les Gréco-Macédoniens et les Romains ont successivement régné sur la Méditerranée orientale. Sous leur pouvoir, les Juifs ont eu la possibilité de développer leur culture.

•  L'empereur perse Cyrus, qui s'empare de Babylone en 539 av. J.-C., autorise les Juifs, comme les autres peuples exilés, à retourner dans leur pays. Ainsi, les descendants des Hébreux reconstruisent le Temple puis les murailles de Jérusalem. Tous les matins, le prêtre Esdras rassemble les habitants sur une place de la ville pour leur lire la Bible. Les Juifs retrouvent à la fois leur capitale, leur Temple et leur dieu. Leur vie religieuse est riche et de nombreux textes sont ajoutés à la Bible.

2. L'influence de la culture grecque
•  Après deux siècles d'existence, l'Empire perse est détruit par Alexandre le Grand. L'empire d'Alexandre est bientôt divisé en royaumes : un en Égypte et un autre centré sur Babylone. Les Juifs dépendent de l'un, puis de l'autre. Ils découvrent alors la culture grecque et s'hellénisent.
C'est ainsi que soixante-douze sages traduisent la Bible en grec à Alexandrie d'Égypte. L'ouvrage est surnommé « Bible des Septante ». L'archéologie montre également que les Juifs les plus riches ont adopté des décorations grecques pour leurs demeures ou pour leurs tombes.

3. La seconde destruction de Jérusalem et la diaspora
•  Au IIe siècle av. J.-C., les royaumes hellénistiques se sont affaiblis tandis que l'emprise de Rome se renforce. Les Juifs tirent parti de cette situation pour rejeter les rois hellénistiques et retrouver un petit royaume indépendantla Judée, dans l'ombre de leur grand allié, Rome. Celle-ci réussit progressivement à l'absorber.


•  Durant les premières décennies de notre ère, les Juifs attendent le retour d'un sauveur ou Messie, héritier du roi David. Finalement, entre 66 et 70, ils entrent en guerre contre Rome. Vaincus, ils voient à nouveau Jérusalem détruite. Le peuple juif se disperse à nouveau, dans tout l'Empire romain, cette fois : c'est la diaspora.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14329
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le sionisme, c'est quoi - Page 2 Empty Re: Le sionisme, c'est quoi

Message  Arlitto le Jeu 4 Juil - 19:05

Des Juifs antisionistes



Le rabbin de Satmar, Aaron Teitelbaum, prononce en yiddish un discours antisioniste devant des milliers de personnes au Nassau Coliseum de Long Island, à New York, le 3 juin 2018.

Il déclare : « Nous n’avons rien à voir avec le sionisme. Nous n’avons rien à voir avec leurs guerres. Nous n’avons rien à voir avec l’état d’Israël ».

Satmar, est un des groupes hassidiques les plus importants dans le monde, est farouchement anti-sioniste et ne reconnaît pas l’état d’Israël ; il considère qu’un état juif ne devrait pas exister avant l’arrivée du Messie.

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14329
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le sionisme, c'est quoi - Page 2 Empty Re: Le sionisme, c'est quoi

Message  Arlitto le Jeu 4 Juil - 19:06

Les origines surprenantes des juifs ashkénazes

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
1878 painting by Maurycy Gottlieb

Détail de'Juifs ashkénazes priant dans la synagogue de Yom Kippour.

Les Juifs ashkénazes sont un groupe ethnique juif qui ont leurs premiers ancêtres issus des tribus indigènes d'Israël....au moins d'un côté de l'arbre généalogique. Une étude publiée en 2013 dans Nature Communications a montré que leur lignée maternelle provient d'une source différente et peut-être inattendue. 

La recherche montre que l'origine de la lignée matrilinéaire pour les juifs ashkénazes vient d'Europe. Cela va à l'encontre de la croyance commune selon laquelle le peuple juif est arrivé en Europe centrale après la guerre byzantine-sasanienne de 602-628 et n'a commencé à s'installer en Allemagne qu'à l'époque médiévale. 

Juifs ashkénazes est le terme utilisé aujourd'hui pour décrire ce peuple juif - des individus qui ont construit des communautés religieuses des siècles plus tard en Europe centrale et orientale. L'une des choses pour lesquelles ils sont reconnus est l'utilisation du yiddish - une langue allemande de haut niveau écrite dans l'alphabet hébreu et influencée par l'hébreu classique et l'araméen. 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le segment calligraphique yiddish dans le Worms Mahzor.

Le co-auteur de l'étude de 2013, Martin Richards, archéogénéticien à l'Université de Huddersfield en Angleterre, a déclaré que si les Juifs ashkénazes vivent en Europe depuis de nombreux siècles, les résultats de l'étude utilisant des échantillons d'ADN montrent que la plupart des Juifs européens descendent de personnes locales qui se sont converties au judaïsme, et non d'individus qui ont quitté Israël et le Moyen-Orient il y a environ 2 000 ans.

Les juifs ashkénazes ont été déclarés un sous-groupe génétique précis et homogène à la suite d'une étude réalisée en 2006. Les juifs ashkénazes viennent du même groupe génétique, peu importe si leurs ancêtres venaient de Pologne, de Russie, de Hongrie, de Lituanie ou d'un autre pays ayant une importante population juive historique. Ils appartiennent tous au même groupe ethnique. 

Comment se fait-il que les juifs ashkénazes ne sont qu'un seul groupe génétique ? La réponse est relativement simple : ils ne se sont pas reproduits à un niveau notable avec d'autres personnes en dehors de leur groupe (pas même avec d'autres juifs). Les chercheurs ont montré que les Juifs ashkénazes étaient une population isolée sur le plan de la reproduction en Europe depuis environ 1 000 ans. 

Des études antérieures ont montré que 50 à 80 % de l'ADN ashkénazim de la lignée paternelle provenait du Proche-Orient. Il n'est pas surprenant qu'il y avait une croyance commune selon laquelle Israël et le Proche-Orient étaient leur ancienne patrie. 

Mais l'étude de 2013 a montré que 80 % de la lignée maternelle des juifs ashkénazes vient d'Europe - seules quelques personnes avaient des gènes originaires du Proche-Orient. Comme l'a dit le professeur Richards à l'époque, « Cela suggère que, même si les hommes juifs ont effectivement migré en Europe depuis la Palestine il y a environ 2 000 ans, ils semblent avoir épousé des femmes européennes ». 

Il semble que la majorité des Européens convertis au judaïsme au cours des premières années de la diaspora étaient des femmes. Cela explique pourquoi les Ashkénazes peuvent retracer leur lignée féminine jusqu'en Europe du Sud et de l'Ouest. 

En conclusion, Richards a dit : « L'origine des Ashkénazes est l'une des grandes questions que les gens se posent sans cesse et ne parviennent jamais à un point de vue vraiment concluant. ». 

Traduction SOTT. Source.

Commentaire : Étude génétique : Les juifs ashkénazes sont essentiellement d'origine européenne occidentale
Richards et ses collègues ont analysé l'ADN mitochondrial, contenu dans le cytoplasme de l'œuf et transmis uniquement par la mère, de plus de 3 500 personnes dans tout le Proche-Orient, le Caucase et l'Europe, y compris les juifs ashkénazes. 

L'équipe a découvert que quatre fondateurs étaient responsables de 40 % de l'ADN mitochondrial ashkénaze, et que tous ces fondateurs étaient originaires d'Europe. La majorité des personnes restantes pourraient être tracées vers d'autres lignées européennes. 

Au total, plus de 80 % des lignées maternelles des Juifs ashkénazes ont pu être tracées jusqu'en Europe, avec seulement quelques lignées originaires du Proche-Orient. 

Pratiquement aucun ne venait du Caucase du Nord, situé le long de la frontière entre l'Europe et l'Asie, entre la mer Noire et la mer Caspienne. 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi. 
 
Romains 13:8 
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14329
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le sionisme, c'est quoi - Page 2 Empty Re: Le sionisme, c'est quoi

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum