Forum Religion : Forum des Religions Pluriel
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -67%
TECHWOOD Mini Friteuse et Appareil à fondu ...
Voir le deal
14.14 €

Église Universelle de Dieu

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Église Universelle de Dieu - Page 3 Empty Église Universelle de Dieu

Message  Arlitto le Lun 7 Mar - 15:46

Rappel du premier message :

Église Universelle de Dieu

Partager l'Évangile par Joseph Tkach pasteur général de l'Église Universelle de Dieu.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'Église universelle de Dieu s'engage à vivre et à annoncer l'Évangile de Jésus-Christ. L'évangélisation est au cœur de notre mission, et nous citons parfois Marc 16.15 pour la décrire : " Allez dans le monde entier, annoncez la Bonne Nouvelle à tous les hommes ". Jésus est venu chercher les perdus (Lc. 19.10), et il veut que nous poursuivions cette mission en son nom. 

Dans le même ordre d'idées, Matthieu 28.19,20 dit : " Allez donc dans le monde entier, faites des disciples parmi tous les peuples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai prescrit. " 


Que pour les apôtres ? 

Cependant, quelques personnes ont posé la question : " Étant donné que ce commandement de prêcher l'Évangile dans ces versets a été donné aux apôtres, comment savons-nous qu'ils s'appliquent à nous aujourd'hui ? Notre rôle ne consiste-t-il pas seulement à donner le bon exemple, et ensuite à n'annoncer l'Évangile qu'aux gens qui le demandent ? La Bible ne nous commande pas réellement de prêcher en public, n'est-ce pas ? " 

Certains peuvent soutenir que la commission a été donnée aux apôtres, pas à nous. Il est vrai que le commandement s'adressait aux apôtres, qu'ils devaient prêcher l'Évangile et baptiser les croyants. Mais ce n'est pas tout. 

Retournons à Matthieu 28.19,20 où Jésus dit à ses disciples d'enseigner les gens à obéir à tout ce qu'il leur avait ordonné. Ayant reçu le commandement de prêcher, les apôtres ont alors enseigné aux croyants à obéir à la commission de Jésus de prêcher l'Évangile. En effet, Jésus a donné un commandement qui se perpétue. Les futurs disciples devaient poursuivre la mission. Matthieu termine donc son livre par un commandement auquel ses lecteurs devaient obéir. 

Le verset 20 dit que Jésus a fait cette promesse : " Et voici : je suis moi-même avec vous chaque jour, jusqu'à la fin du monde ". Jésus n'a pas promis simplement d'être avec les apôtres, mais avec l'Église à travers les siècles. La commission est donc applicable à toute l'Église, à partir des premiers apôtres jusqu'à la fin des temps. Le Nouveau Testament fait mention de situations où Jésus, étant parmi ses apôtres et beaucoup d'autres croyants, les motive à prêcher l'Évangile. 

Un mot à propos de " prêcher " 

Avant de jeter un coup d'œil à des exemples dans le Nouveau Testament sur la façon dont l'Église a répondu au commandement de prêcher, examinons un moment, dans le but de mieux comprendre, les mots grecs traduits habituellement par " prêcher " ou " prédication ". Certains chrétiens sont déconcertés à l'idée que tous les croyants doivent " prêcher ". Pour eux, le mot " prêcher " signifie se tenir devant un groupe et parler avec conviction et force de l'Évangile. Évidemment, bien peu de gens sont doués pour exercer ce genre de ministère de " prédication " publique avec efficacité et responsabilité. 

Mais " prêcher " ne représente qu'une possibilité de la traduction des mots grecs. Un des autres mots habituellement traduit par " prêcher " est euaggelizo qui signifie " apporter ou annoncer la bonne nouvelle ". Il ne fait aucun doute que la compréhension courante du mot " prêcher " est une façon importante par laquelle la bonne nouvelle est annoncée, mais elle ne représente certainement pas la seule manière de communiquer l'Évangile. 

Remarquez, par exemple, des passages, tels que Luc 1.19 et 2.10, où le mot euaggelizo est traduit par " annoncer la bonne nouvelle ". Notre concept de la " prédication " doit s'élargir et inclure les plusieurs autres manières de partager l'Évangile aux gens. 

Le concept proposé par le mot euaggelizo est celui d'une personne ou de personnes qui transmettent le message de la bonne nouvelle de l'Évangile aux autres. Il existe bien des façons par lesquelles nous pouvons le faire, à part la prédication. 

Un autre mot traduit habituellement par " prêcher " est kerusso, qui signifie annoncer, proclamer, faire connaître. Cela peut se faire par la prédication publique, bien sûr, mais également de plusieurs autres manières. Le mot utilisé en Marc 16.15 et traduit par " annoncer " est kerusso. 

Diverses versions de la Bible utilisent différents mots pour traduire kerusso et euaggelizo. Par exemple, en Luc 9.2, la version Le Semeur traduit kerusso par " proclamer ", tandis que la version Louis Second le traduit par " prêcher ". En Luc 1.19, la version Le Semeur traduit euaggelizo par " annoncer ", tandis que la version en Français courant le traduit par " apporter cette bonne nouvelle ". 

Transmettre l'Évangile aux autres n'est donc pas limité à la notion populaire de la prédication. Au contraire, informer les gens à propos de la grâce de Dieu en Jésus-Christ peut se faire sous plusieurs formes, et chacun de nous a reçu le don du Saint-Esprit pour communiquer l'Évangile aux gens d'une façon ou d'une autre. 

L'évangélisation dans l'Église primitive 

Dans tout le livre des Actes, nous voyons les apôtres poursuivre la mission de Jésus. Ils ont déclaré que Jésus est le Christ, qu'il a été crucifié et est ressuscité d'entre les morts, et que le salut n'est accessible qu'à travers lui. C'était un message axé sur Christ, un message évangélique, centré sur la bonne nouvelle. 

Mais l'Évangile n'était-il proclamé que par les apôtres ? Certainement pas ! Étienne a fait de grandes choses au nom de Christ, et affirmait que Jésus était le Christ (Ac. 6.8-10). Devant le sanhédrin, il proclama vigoureusement que Jésus était le Juste, le Messie, prédit dans l'Écriture (Ac. 7.51,52), et ses dernières paroles furent un témoignage du pardon de Dieu en Jésus-Christ (v. 60). 

Dieu a inspiré Étienne et en a inspiré bien d'autres. " À partir de ce jour-là, une violente persécution se déchaîna contre l'Église de Jérusalem ; tous les croyants se dispersèrent [...] Les croyants qui s'étaient dispersés parcouraient le pays, en proclamant (euaggelizo) le message de la Bonne Nouvelle " (Ac. 8.1,4). Même au péril de leur vie, ces chrétiens laïcs se préoccupaient d'annoncer l'Évangile aux âmes perdues. 

Ils ne faisaient que ce que les chrétiens doivent faire naturellement. Ils étaient poussés - guidés par le Saint-Esprit - à raconter aux autres la bonne nouvelle dont Dieu les avait bénis. Luc présente l'histoire comme un bon exemple à suivre. 

Ensuite, Philippe " se rendit dans la capitale de la Samarie et prêcha le Christ à la population " (v. 5). Dieu a béni cet effort d'évangélisation en convertissant quelques Samaritains. L'Évangile continuait à se répandre. 

" Les disciples s'étaient dispersés lors de la persécution survenue après la mort d'Étienne. Ils allèrent jusqu'en Phénicie, dans l'île de Chypre et à Antioche, mais ils n'annonçaient la Parole qu'aux Juifs. Toutefois, quelques-uns d'entre eux, qui étaient originaires de Chypre et de Cyrène, se rendirent à Antioche et s'adressèrent aussi aux non-Juifs en leur annonçant la Bonne Nouvelle qui concerne le Seigneur Jésus. Or le Seigneur était avec eux ; un grand nombre de personnes crurent et se convertirent au Seigneur " (Ac. 11.19-21). Encore une fois, Dieu inspira ses enfants à annoncer la bonne nouvelle de Jésus, et en bénit les résultats. 

Paul reçut une commission spéciale en tant qu'apôtres des païens. Mais Luc nous dit que Paul n'était pas le seul à partager la bonne nouvelle avec les gentils. " Paul et Barnabas restèrent à Antioche, continuant avec beaucoup d'autres à enseigner et à annoncer la Parole du Seigneur (Ac. 15.34). Visiblement, Luc ne pense pas que la commission ne s'appliquait qu'aux apôtres. Son livre sert d'exemple aux générations futures de ce que l'Église devrait faire. 

De même dans le livre des Actes, nous pouvons remarquer l'exemple d'Apollos, qui " réfutait avec vigueur, en public, les arguments des Juifs, et démontrait par les Écritures que Jésus est le Messie " (Ac. 18.28). Plus tard, Paul se réjouit que de toute manière plus de gens prêchent l'Évangile (Ph. 1.15-18 ; le mot kerusso se trouve au verset 15 et le mot kataggello, qui signifie " proclamer " est utilisé aux versets 16 et 18). 

Paul dit à Timothée (2 Ti. 4,5) de faire l'œuvre d'un évangéliste (euaggelistes - un annonceur de bonne nouvelle). Dieu donne à certains de ses enfants un don pour l'évangélisation (Ép. 4.11), mais une bonne formation peut toutefois rendre leur don encore plus efficace. L'Église ne pourrait pas remplir sa mission si elle ne faisait qu'attendre que les gens viennent à elle. Aller au nom de Jésus et atteindre les gens avec la bonne nouvelle doit être un acte intentionnel. 

L'évangélisation personnelle 

D'une manière ou d'une autre, l'évangélisation implique chaque membre de l'église, chaque disciple de Jésus-Christ. À mesure que nous croissons dans la foi, nous devrions devenir plus compétents à dispenser le message chrétien. " En effet, après tout ce temps, vous devriez êtres des maîtres dans les choses de Dieu ", nous dit Hébreux 5.12, impliquant que celui qui est chrétien depuis un certain temps devrait être en mesure d'enseigner aux autres la bonne nouvelle. 

Dieu a donné le " message de la réconciliation " à tous ceux qui sont réconciliés par Jésus-Christ (2 Co. 5.18,19). Il faut donc encourager les gens à se réconcilier avec Dieu par le message de l'Évangile de Jésus-Christ. 

Si l'Église obéit aux commandements de Christ et si elle " mène une vie digne de l'Évangile du Christ " (Ph. 1.27), les gens viendront naturellement à elle et lui demanderont de l'aide. Voilà une évangélisation par l'exemple, qui s'ajoute à notre responsabilité de prêcher et non la remplace. Les deux formes d'évangélisation sont essentielles, et une partie de notre exemple devrait être notre volonté de donner la gloire à celui qui œuvre en nous. 

Nous somme un peuple saint, " appelé à célébrer bien haut les œuvres merveilleuses de celui qui nous a appelés à passer des ténèbres à son admirable lumière " (1 Pi. 2.9). Et comment peut-on y arriver ? En partie, en ayant " une bonne conduite au milieu des païens. Ainsi, dans les domaines mêmes où ils vous calomnient en vous accusant de faire le mal. Ils verront vos bonnes œuvres et loueront Dieu le jour où il interviendra dans leur vie " (v. 12). 

C'est dans ce contexte de donner le bon exemple que Pierre écrit : " Reconnaissez, dans votre cœur, le Seigneur - c'est-à-dire le Christ - comme le Saint ; si l'on vous demande de justifier votre espérance, soyez toujours prêts à la défendre avec humilité et respect " (1 Pi. 3.15). Le bon exemple et l'évangélisation vont main dans la main. 

Dans notre monde d'aujourd'hui, la façon de vivre chrétienne tranche considérablement. Quand la société est pessimiste et apathique, l'espérance et l'attitude chrétiennes sont plus que remarquables. Les gens ont besoin de la paix de Christ et la désirent, qu'ils la comprennent ou non. Quand ils demandent de l'aide, nous pouvons expliquer dans nos propres mots pourquoi nous espérons en Jésus-Christ. Un bon exemple et un sage témoignage de notre foi contribuent à prêcher la bonne nouvelle. 

Paul encourage les chrétiens à " être irréprochables et purs, des enfants de Dieu sans tache au sein d'une humanité corrompue et perverse. Dans cette humanité, vous brillez comme des flambeaux dans le monde (Ph. 2.15). Mais le rôle des chrétiens dans la communauté ne limite pas à éviter le péché. Paul ajoute ensuite : " en portant la Parole de vie " (v. 16). Leurs actions devaient s'allier à leurs paroles. Les bonnes œuvres vont de pair avec l'Évangile, et la combinaison des deux représente une forme efficace d'évangélisation. 

Prêt à répondre aux gens 

Chaque chrétien devrait être en mesure d'expliquer les fondements de sa foi, peut-être pas nécessairement de façon éloquente, et certainement pas d'une manière argumentative, mais simplement avec confiance. Nous connaissons la paix de Dieu dans notre vie. Nous savons que nous ressusciterons, et que la vie vaut la peine d'être vécue. Nous savons également que nos péchés sont pardonnés, que Dieu a envoyé son Fils mourir pour nous, et qu'il vit maintenant pour nous. Nous savons qu'il veut que nous cessions de vivre pour nous-mêmes et vivions pour lui (2 Co. 5.15). 

Les chrétiens ne peuvent pas expliquer chaque verset de la Bible, mais ils sont capables, par leur propre témoignage, d'expliquer la raison de leur foi. Ils ne peuvent par prouver chaque point avec un argument incontestable, et ils n'ont à le faire. Ce qui rend leur témoignage crédible est " [leur] conduite, qui découle de [leur] consécration au Christ " (1 Pi. 3.16). 

Quand nous expliquons aux gens la raison de notre espérance, l'évidence se trouve dans nos œuvres aussi bien que dans nos paroles. Les deux se renforcent mutuellement pour rendre chaque aspect plus efficace qu'ils le seraient séparément. 

Tous les membres ne sont pas également doués pour expliquer éloquemment la grâce de Dieu, et personne ne le fera de la même manière. " L'évangélisation " dans le sens de continuellement approcher les gens avec le message de la bonne nouvelle, est un don spirituel, et nous ne pouvons pas nous attendre à ce que chaque chrétien possède ce don particulier. Mais tous les chrétiens ont reçu le commandement d'être prêts à donner une réponse aux questions des gens. Chacun de nous devrait vouloir que ses voisins jouissent de la bénédiction de connaître Christ, plutôt que de vivre dans l'ignorance. Tous les croyants devraient être préparés à être utilisés par Dieu quand se présentent des situations appropriées. 

L'évangélisation personnelle ne doit pas être négligée. Le Saint-Esprit conduit chaque chrétien dans sa conduite et ses paroles. Cela signifie que chacun de nous devrait être un bon exemple dans la communauté et être un témoin fidèle de la foi qui réside en nous. 

Si vous êtres une personne réservée, si la religion n'est pas le premier sujet dont vous voulez parler, c'est bien. Mais soyez zélé pour Christ de la façon que Dieu vous a doué - toujours prêt à répondre aux gens. Être prêt implique de la hardiesse, et non simplement de bonnes paroles. 

La commission de Christ d'annoncer l'Évangile aux autres est une partie continuelle de notre mission. C'est pourquoi nous sommes engagés dans le travail d'évangélisation - c'est l'une des façons par laquelle nous obéissons à Jésus-Christ. Cela fait partie de notre commission, de notre responsabilité. 

Tout comme Paul a prié pour Philémon, je prie également pour vous : " Je demande à Dieu que la solidarité qui nous unit à cause de ta foi se traduise en actes et qu'ainsi tout le bien que nous t'aurons amené à faire pour le Christ soit rendu manifeste (Phi. 6).
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 16184
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas


Église Universelle de Dieu - Page 3 Empty Re: Église Universelle de Dieu

Message  Arlitto le Lun 7 Mar - 16:00

POURQUOI ÉTUDIER LA BIBLE

" Afin que tu puisses avoir la vie "

En Palestine, au début du siècle de l'histoire, est apparu un homme de Galilée portant un message sur la nécessité d'opérer un changement dans l'ordre établi. Il a rassemblé un nombre important de disciples autour de lui et commença à prêcher un retour à quelques unes des lois et des commandements de Dieu. Quelque temps plus tard cependant, il tomba aux mains des forces romaines d'occupation et fut exécuté. Le nom de cet homme était Judas de Galilée. Le monde de l'époque l'oublia complètement (Act 5 :37).

Quelques temps après la fin tragique de la carrière de Judas, est apparu un autre homme de Galilée. Celui-ci attira des partisans avec un message au sujet d'un royaume entièrement différent du statut quo de l'époque. Lui aussi finit entre les mains des forces romaines et fut exécuté. Son nom était Jésus de Nazareth, mais le monde ne l'a jamais oublié.

De lui, il a été bien dit que " les noms des grands hommes d'État de la Grèce et de Rome se sont élevés puis ont disparu. Les noms d'anciens scientistes, philosophes et théologiens sont apparus et sont disparus; mais le nom de cet homme ne cesse jamais de grandir de plus en plus. Hérode n'a pas pu le détruire et la mort n'a pas pu le retenir " (cité d'après Josh McDowell, Evidence that demands a Verdict, p. 135).

Il y a une excellente raison pour que le monde se souvienne de Jésus de Nazareth. C'est à cause de sa résurrection. : son retour dramatique d'une mort survenue et certifiée publiquement (Mathieu 27 :65-66). Dans Acte 1 :3, il nous a été dit que Jésus s'est montré vivant après sa résurrection " au moyen de plusieurs preuves convaincantes ". La plus importante était celle des hommes et des femmes les plus intimes de Jésus étant pêts à mourir parce qu'ils croyaient que Jésus avait conquis la mort (1Cor 15 : 29-30). Jésus-Christ est la figure centrale dans les 66 livres que nous appelons la bible. Des années après la mort dramatique de Jésus, suivie de sa sépulture et de sa résurrection, un des ses disciples a expliqué clairement la raison principale pour laquelle vous et moi devions étudier la bible et pourquoi nous devions viser à connaître mieux son personnage central encore plus profondément. Jésus a fait plusieurs autres signes miraculeux en présence de ses disciples, lesquels ne sont pas rapportés dans ce livre. Mais ceci a été écrit pour que vous puissiez croire que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous puissiez avoir la vie dans son nom (Jean 20 : 30-31). L'évangéliste Jean a renfermé plusieurs vérités importantes dans ces deux seuls versets. Pour cette raison, il nous affirme que la bible est un document hautement sélectif. Dieu ne nous a pas tout dit de ce que nous voulions savoir. Mais Il nous a dit tout ce qui est vital à savoir afin que nous puissions jouir de la vie éternelle. La vie éternelle par et au moyen de Jésus-Christ est reliée directement au message clair de la bible et au message de sa figure centrale, Jésus de Nazareth. Jésus lui-même a mis l'emphase sur cela pendant qu'il discutait de la relation intime et vitale qui existe entre un berger et ses brebis. En quelques mots, Jésus a condensé brillamment la volonté de Dieu envers ses créatures, intention qui existait dans l'Esprit de Dieu bien avant qu'il y ait un ciel et une terre. " Je suis venu, a dit Jésus, afin qu'elles puissent avoir la vie et qu'elles l'aient en abondance " (Jean 10 :10).

Le pivot des Écritures

L'évidence interne de la bible rend cette vérité claire comme le cristal : si nous, les humains voulons vivre pour toujours, nous devons commencer à porter une sérieuse attention au livre qui se vante d'être la Parole de Dieu. Le Nouveau Commentaire International au sujet de l'évangile de Jean, apporte plus de lumière à ce sujet.

La vie est un concept caractéristique de Jean. Il utilise ce terme 36 fois alors que les autres écrits du Nouveau Testament ne l'utilisent pas plus que 17 fois. Par conséquent, dans ce seul écrit se concentre plus du quart de toutes les références à la vie du Nouveau Testament. " La vie " à laquelle se réfère Jean, signifie la vie éternelle, le don de Dieu par Son Fils. Pour la seule raison qu'il y ait la vie dans le Logos (voir Jean 1 :1-18) il y a la vie dans tout ce qui existe sur terre.

La déclaration vibrante et joyeuse, la bonne nouvelle de Dieu désirant que les êtres humains aient la vie dans toute sa richesse et sa plénitude, se situe bien au-delà de toute compréhension humaine et se trouve être le point central, le pivot des Écritures. Cette déclaration glorieuse est l'accomplissement du message apporté par les prophètes de l'Ancien Testament (Act 3 :18, 21) C'est l'accomplissement de l'intention à laquelle fait allusion Dieu quand Il dit qu'Il a créé toutes choses " très bonnes ", quand Il créa l'univers physique pour servir d'endroit à l'histoire dramatique de la rédemption qui a commencé et s'est terminée avec Jésus-Christ (Gen 1 : 31 ; Col 1 : 15-16). Dans le dernier livre de la bible, le Voyant sur l'Île de Patmos décrit de cette manière Jésus glorifié : " Je suis l'Alpha et l'Oméga, dit l'Éternel, qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant " La première lettre de Jean met aussi l'emphase sur le rôle de Jésus-Christ dans le salut : " Si quelqu'un reconnaît que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu vit en lui et lui en Dieu....Et voici son témoignage : Dieu nous a donné la vie éternelle et cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils, a la vie; celui qui n'a pas le Fils, n'a pas la vie " (Jean 4 : 15; 5 : 11-12).

Une révélation écrite.

Dieu a inspiré les 66 livres du volume que nous appelons la Sainte Bible comme faisant partie d'un double témoignage de ses intentions salutaires envers les hommes et les femmes qu'Il a créés. Le premier témoignage fut le Dieu fait homme, Jésus-Christ, la Parole vivante de Dieu qui est devenue chair et qui a fait sa demeure parmi nous " (Jean 1 : 14) Dieu a aussi revêtu " la Parole Vivante " sous forme d'Ancien et de Nouveau Testament (Act 7 :38). Ces paroles inspirées sont la volonté de Dieu en écrit. Les Écritures ont rendu Dieu et ses intentions plus compréhensibles et accessibles. " Ces paroles que je vous ai dites, a dit Jésus, à une certaine occasion, les paroles que ses disciples ont transmis " sont Esprit et Vie ". (Jean 6 : 63). Dans les écrits d'une grande beauté et d'une grande puissance, les auteurs bibliques ont recherché à révéler la volonté et l'intention du grand Dieu glorieux en splendeur, un Dieu qui est Esprit, donc insondable à la fin pour l'esprit humain, mais encore là, un Dieu qui prend plaisir à communiquer avec ses créatures (Prov. 15 :8). La bible est la révélation suprême, sous forme d'impression, de la volonté de Dieu à notre égard dont nous avons désespérément besoin. Comme plusieurs hommes sages, philosophes et scientistes l'ont conclu, cet univers ne peut s'expliquer de lui-même et l'humanité n'a pas été capable de s'expliquer d'elle-même, au-delà de toute dispute ou de tout doute. C'est pourquoi nous devons étudier la bible. Quand elle est correctement comprise, la bible met en lumière les perles de sagesse " une sagesse qui a été cachée et que Dieu a destiné pour notre gloire avant le début des temps " (1Cor 2 :7)

Combler le fossé.

La bible révèle un Dieu comme étant un Esprit infiniment Tout-Puissant et Omniscient. Mais, nous, humains, sommes des êtres définis, des créatures de chair et de sang, même si nous avons encore une dimension spirituelle (1Thes 5 :23) C'est pourquoi la bible est nécessaire. La bible est une façon, parmi tant d'autres, par laquelle Dieu comble un fossé entre l'humain et le divin. Ainsi, en citant certains passages, nous lisons cependant, comme il est écrit : " Nos yeux n'ont pas vu, nos oreilles n'ont pas entendu, l'esprit humain n'a jamais soupçonné ce que Dieu garde en réserve pour ceux qui l'aiment; mais Dieu nous l'a révélé par son Esprit. L'Esprit sonde tout, même les pensées les plus intimes de Dieu. Car qui parmi les hommes connaît les pensées de l'homme si ce n'est l'esprit de cet homme? De la même manière, personne ne connaît les pensées de Dieu, excepté l'Esprit de Dieu. Et nous en parlons non avec les termes qu'enseigne la sagesse humaine mais avec ceux qu'enseigne l'Esprit de Dieu. Ainsi, nous exposons les réalités spirituelles dans des termes inspirés par l'Esprit " (1Cro 2 : 9-13).

Les vérités spirituelles - les pensées de Dieu - ne sont pas faciles à comprendre pour l'esprit humain. La nature de Dieu, les réalités de l'Esprit, le but ultime de la vie humaine - il n'y a pas de questions plus importantes que celles-ci. Mais cependant, quiconque entreprend de lire la bible découvre tôt que celle-ci n'est pas un livre toujours facile à comprendre. Nous découvrons que Dieu ne nous a pas inspiré sa révélation au moyen de listes et de simples déclarations théologiques énumérées d'une manière précise en utilisant A,B,C. La bible est le point de départ pour toute doctrine acceptable mais cependant, Dieu nous a donné sa Révélation écrite sous forme d'histoires, de poèmes, d'hymnes, de scènes de combat, de scandales, une voix sortant d'un buisson ardent, des perles de sagesse sous forme de proverbes et de listes de recensements et de généalogies dont on ne saisit pas le bien fondé à ce qui nous semble. 

Plus loin, nous réalisons très tôt que les histoires bibliques vont prendre les devants sur tout autre chose. Les érudits professionnels préfèrent parler des histoires de la bible comme étant des narrations puisque le mot " histoire " peut faire penser à quelque chose qui n'est pas vraie, comme un conte de fée ou un mythe et la bible n'appartient certainement pas à cette catégorie.

Nous présentons ici une autre raison pour laquelle nous disons approcher la bible avec le désir de l'étudier. Le livre même admet qu'il contient " des sujets difficiles à comprendre " (2Pi 3 :16). Proverbe 25 :2 déclare : " La gloire de Dieu, c'est de tenir certaines choses cachées, la gloire du roi, c'est de s'enquérir soigneusement des choses ". De la même manière, les quatre Évangiles ont été décrits comme un courant d'eau vive assez profond pour noyer un éléphant mais à la fois, assez sécuritaire pour qu'un moucheron puisse le traverser à la nage. Tout cela veut dire ceci : Lorsque nous voulons étudier la bible, à quelle profondeur désirons-nous nous rendre? Cependant la bible nous encourage à en découvrir " la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur " (Éphésien 3 :18).

Des mots puissants

L'auteur et théologien James Packer a déclaré : Celui qui ne parvient pas à lire la bible se retrouve dans une position désavantageuse. La lecture de la bible et la médication s'y rapportant sont perçues surtout comme signe de grâce. Non seulement l'Écriture est la source de connaissance au sujet de Dieu, du Christ et du salut mais elle présente cette connaissance d'une manière remarquablement vivante, puissante et évocatrice... Par-dessus tout, la relation de Dieu avec l'homme à laquelle elle se réfère est la réalité la plus capitale que l'on puisse expérimenter. La puissance de la bible agit dans la vie de ses lecteurs comme une énergie qui jaillit à partir des différents sujets traités et son inspiration divine unique est renversante (God has spoken, p. 13).

Henry Van Dyke a exprimé ce même point de vue d'une façon très élégante : ayant vu le jour en Orient et en ayant revêtu (Ancien et Proche Orient) la forme et l'image, la bible a foulé les chemins du monde entier avec des empreintes familières, elle s'est introduite d'un pays à l'autre pour se retrouver à l'aise en quelque lieu que ce soit. Elle a appris à parler des centaines de langues pour rejoindre le coeur de l'homme. Les enfants écoutent ses histoires avec étonnement et émerveillement et les hommes sages y puisent des paraboles de vie. Le méchant et l'orgueilleux tremblent devant ses avertissements mais pour ceux qui sont blessés et qui se repentent, elle a la voix tendre d'une mère. Aucun homme ne peut se qualifier de pauvre ou d'abattu lorsqu'il possède ce trésor en main propre. (Halley's Bible handbook, p. 19)

Un livre de vie

Cependant, le fait que le courant de narration prioritaire dans les écritures est interrompu par tant d'autres formes littéraires, par exemple - " les Confession de Jérémie " (Jérémie 17 : 14-18) ou " les Méditations de l'Enseignant "(Écclésiaste 1 :1) - ce fait nous pousse à garder à l'esprit le mandat clair et primordial de la bible : nous montrer le chemin de la vie. La clé de l'architecture spirituelle de la bible consiste en une formule bien connue décrite dans Jean 3 :16 " Car Dieu a tant aimé le monde qu'Il a donné son unique Fils pour que quiconque croit en Lui ne meurt pas mais qu'il ait la vie éternelle " Comme nous l'avons vu, ce message de la vie éternelle qui est disponible en Jésus-Christ et par Lui, est le cœur spirituel et le centre des documents bibliques. Même la large étendue des structures littéraires de la bible elle-même met le focus sur cette communication centrale et fondamentale et souligne l'unité remarquable du livre au sein d'une si grande diversité. Les Écritures canoniques sont un véritable livre de Vie, nous montrant Dieu en relation avec les crises humaines les plus dramatiques (les naissances, les maladies, les décès, les histoires d'amour, les défaites, les guerres, les chutes, les risques, les désastres, les échecs, les victoires), les émotions humaines les plus élémentaires (la joie, la peine, l'amour, la haine, l'espoir, la peur, la douleur, la colère, la honte, le respect) et les relations humaines les plus importantes (avec les parents, les époux, les enfants, les amis, les voisins, les autorités civiles, les ennemis, les croyants) ...Les écritures sont magnifiques (Packer, p 13). " La bible n'est pas simplement un livre, a déclaré Napoléon Bonaparte, mais une Créature vivante avec un pouvoir qui conquiert tout ce qui l'oppose " Il en a beaucoup plus parlé qu'il ne l'a expérimenté lui-même.

Le Dieu qui se soucie de nous.

Dans Jean 3 :16, le mot éternel a pour but de diriger les êtres humains vers l'espoir d'une éventuelle communion éternelle avec Dieu. Celle-ci sera un pur délice pour nous ses créatures, dans la vie nouvelle qui nous attend et rendu possible par Jésus-Christ ( Le New International Commentary, John, p. 227). La communion de l'humanité avec son Créateur, brisée par le péché de l'homme (comme décrit dans Genèse 3) est à ce moment rétablie dans toute sa force au moyen de l'œuvre expiatoire et de réconciliation de Jésus-Christ. Donc, malgré les 1500 ans d'histoire qui ont séparé la rédaction de Moïse sur le Sinaï et de Jean sur l'Île de Patmos, la bible n'est incroyablement qu'une seule et même histoire. La dernière partie du dernier livre se lit de la même manière qu'elle a débuté, dès la première partie du premier livre. Ainsi donc, les premiers mots du livre de Genèse " Au commencement, Dieu a créé les cieux et la terre " sont quasiment la réflexion des dernies mots de l'Apocalypse " Alors, je vis un ciel nouveau et une nouvelle terre, car le premier ciel et la première terre avaient disparus " (Apoc 21 : 1). Jésus-Christ, le pivot central de la bible entière, est l'axe principal du plan de salut. L'exposant britannique, William Barclay, a affirmé clairement ceci : être un disciple de Jésus-Christ, connaître qui Il est, ce qu'Il veut dire, signifie avoir la Vie en abondance. Quand nous marchons avec Jésus, une vitalité nouvelle nous habite, une vie en surabondance. C'est seulement quand nous vivons avec Jésus-Christ que la vie vaut la peine d'être vécue et nous commençons à vivre dans le vrai sens du mot. (Daily Study Bible : John, vol 2, p. 60) Une autre fois Jésus a répliqué aux critiques hostiles en disant : Vous étudiez avec soin les Écritures parce que vous êtes convaincus d'en obtenir la vie éternelle. Or, précisément, ce sont elles qui témoignent de moi. Mais voilà, vous ne voulez pas venir à moi pour recevoir la Vie (Jean 5 :39).

Le commentaire biblique de l'exposant explique la valeur et le mérite dans l'effort à connaître la Parole de Dieu. " Le but principal de Jésus était le salut (la santé) des brebis lequel a été décrit comme l'accès gratuit au pâturage et à la vie en abondance. Sous sa protection et par sa grâce, elles peuvent expérimenter ce que la vie peut offrir de meilleur " (vol 9, p.109)

Les plus grandes paroles jamais prononcées.

L'ardent défenseur de la bible notifiée, Bertram Ramm, a écrit d'une façon éloquente au sujet de la puissance prouvée de la bible de changer les vies humaines, de s'adresser à notre coeur aussi bien qu'à notre esprit. Statistiquement parlant, les Évangiles sont la plus grande oeuvre littéraire jamais écrite. Ils sont lus par plus de gens, cités par plus d'auteurs, traduits dans plus de langues, représentés dans plus d'œuvres d'art et ont inspiré plus de pièces musicales que tout autre livre écrit par quiconque dans quelque siècle que ce soit ou endroit quelconque. Ils sont les plus lus, les plus cités, les plus aimés, les plus crus et traduits parce qu'ils sont les plus grandes paroles jamais prononcées. Cependant, comme le dit si bien Monsieur Ramm, la grandeur des quatre Évangiles et dans un sens plus large, l'Écriture toute entière, n'est pas limitée simplement à des termes de statistique. Leur importance repose sur une spiritualité pure et lucide dans la façon de composer clairement, définitivement et avec autorité avec les plus grands problèmes qui font vibrer le cœur humain, c'est-à-dire : Qui est Dieu?, Est-ce qu'il m'aime? Que devrais-je faire pour lui plaire? Comment considère-t-il mon péché? Comment puis-je être pardonné? Ou vais-je après la mort? Comment dois-je traiter les autres? Aucune parole humaine ne peut susciter autant d'intérêt que les paroles de Jésus parce qu'aucun autre homme n'est capable de répondre à ces questions fondamentales à l'être humain comme Jésus ne l'a fait. Elles sont le genre de paroles et de réponses que l'on attend seulement de Dieu (Protestant Christian Évidences, p. 170-171)

L'unité dans la diversité

Ces témoignages à l'interne et à l'externe nous conduisent à conclure que la bible est beaucoup plus qu'une simple collection de 66 livres possédant un style littéraire grandement variable et originaire de l'ancien Proche-Orient, même si ça l'inclut aussi. Quand nous comprenons que la bible répond aux plus grandes questions de la vie malgré qu'elles aient été formulées à travers la plume de plus de 40 auteurs de différentes provenances, des hommes et des femmes qui ont vécu sur trois continents différents et qui se sont exprimés dans trois différentes langues- l'Hébreux, l'Araméen et le Grec - nous pouvons seulement conclure que c'est la main de Dieu à l'œuvre.

C'est la raison pour laquelle les écrivains de la bible se sont référés à ce document comme étant " theopneutos " c'est-à-dire " le souffle de Dieu " (2 Tim 3 :16)

Cependant, le sujet de base de la bible est simple : c'est le thème de la rédemption disponible à l'humanité par Jésus-Christ. La Parole de Dieu écrite nous dirige vers la Parole de Dieu vivante, le Logos, Jésus-Christ. Comme Jésus l'a dit lui-même, beaucoup de siècles auparavant : " Je suis la porte; celui qui entre par moi sera sauvé. Il entrera et sortira et trouvera des pâturages " (Jean 10 :9)

La bible est ce pâturage, une source de vie éternelle, divinement préparée pour ceux qui la veulent. Profitons-en au maximum!!
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 16184
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Église Universelle de Dieu - Page 3 Empty Re: Église Universelle de Dieu

Message  Arlitto le Lun 7 Mar - 16:01

RÉPONDRE AU SAINT-ESPRIT

Quel est le but de la vie chrétienne? C'est de devenir comme Jésus-Christ. Robert Mulholland le définit comme suit : " ...être conforme à l'image du Christ pour l'amour des autres. " (Invitation to a journey, Inter Varsity Press, 1993). Plusieurs en sont venus à la conclusion que les chrétiens doivent être conformes à la mesure de Jésus-Christ, mais peu ont dit clairement que notre but est d'aimer les autres. Jésus était toujours intéressé aux autres gens. Il est venu sur la terre et est devenu un être humain pour l'amour des autres. Il est venu appeler et sauver des personnes qui étaient ses ennemis, même les gens qui lui ont causé beaucoup de douleur et de souffrance. Il l'a fait pour les autres - pour nous. De la même manière, Jésus veut que nous vivions pour aider les autres, à devenir moins centrés sur eux-mêmes, plus aimants. Le plus grand commandement dans la bible est l'amour - vivre pour aider les autres pour l'amour des autres. Ceci est notre appel. Dans la dernière année, sommes-nous devenus moins intéressés à notre propre confort, à notre propre sécurité, à nos propres émotions, à nos propres droits ? Sommes-nous devenus plus intéressés à aider les autres, à leur confort, à leurs droits, à leurs émotions? Laissons-nous Jésus-Christ vivre en nous, changer nos cœurs de telle sorte que nous devenons d'avantage comme lui? Peut-être que vous savez si vous avez vraiment grandi spirituellement durant cette dernière année. J'espère de tout cœur qu'il en soit ainsi. De toute façon, peu importe qu'il en soit comme tel ou que vous ne le sachiez pas, je suggère un plan en quatre points pour une telle croissance spirituelle :

1) Priez.

Améliorez votre relation avec Dieu en mettant de côté du temps pour lui, du temps pour discuter la vie avec lui. Exprimer vos pensées et vos émotions. Apportez-lui vos demandes. Remerciez-le et louez-le pour sa grandeur.

2) Questionnez-le

Quand la vie ne vous semble pas avoir du sens : présentez-lui vos doléances quand vous êtes perturbés. Adorez-le. Aimez-le de tout votre cœur, de tout votre âme, de toute votre esprit, de toutes vos forces. Confessez-lui vos péchés, rechercher son pardon, réjouissez-vous dans sa grâce. D'une façon consciencieuse, impliquez-le dans tous les aspects de votre vie comme un enfant avec son père, comme une fiancée avec son fiancé, bâtissez une solide relation.

3) Étudiez Sa Parole

Comme faisant partie intégrante de la relation, laissez Dieu vous parler. Cela prend du temps, aussi bloquez du temps afin que Dieu puisse entrer dans votre vie. Ne laissez pas les soucis de cette vie étouffer la parole et rendre votre vie infructueuse. N'endurcissez pas votre cœur comme le mentionne l'épître aux Hébreux, mais soyez attentifs. Fixez vos pensées sur Jésus. Soyez diligents et faites des progrès vers la maturité.

Avez-vous déjà lu les Écritures pour un temps et vous apercevoir par la suite que vous avez oublié ce que vous avez lu? La solution est de penser à ce que vous lisez, nous devons ralentir le rythme, nous avons besoin de donner plus de temps à Dieu. Nous avons besoin de méditer sur ce que nous avons lu; nous avons besoin de prier à ce sujet. Pendant que nous faisons cela, notre étude de la parole de Dieu se fusionne dans notre vie de prière pour une plus grande efficacité.

Mais la clé la plus importante de toutes est tout simplement d'y passer du temps. Si vous aimez Dieu, passez plus de temps avec lui dans votre vie, c'est la façon que nous pouvons grandir plus efficacement dans l'année a venir. 

Rassemblez-vous ensembles. Nous ne grandissons pas lorsque nous sommes isolés les uns des autres. Non seulement grandissons-nous pour l'amour des autres, nous grandissons quand nous sommes en communauté les uns avec les autres. Encourageons-nous les uns les autres comme l'épître aux Hébreux nous exhorte. Considérons la façon que nous pouvons nous exciter les uns les autres aux bonnes oeuvres. N'abandonnez pas vos assemblées mais encouragez-vous les uns les autres.

Aidez-vous les uns les autres. Utilisez les bénédictions que Dieu vous a données pour vous entraider. Non seulement cela contribuera à aider les autres mais cela vous aidera à grandir spirituellement. Jésus notre modèle, nous a laissé un exemple de communauté très unie. L'église primitive nous a laissé un exemple de fraternisation constante et de service mutuel.

4) Adorez-Le. 

Le plus grand commandement et notre plus grand besoin sont de rendre un culte à Dieu, de tomber à ses pieds dans une soumission complète, prêt à faire tout ce qu'Il veut. Nous l'adorons pour tout ce qu'Il est. Nous proclamons sa grandeur qui s'élève au-dessus de tout. Mieux nous réalisons sa grandeur et notre faiblesse et mieux nous dépendrons de Lui pour notre croissance. Sans Dieu, la vie n'a pas de signification. Sans Dieu, la bonté n'est qu'une idée arbitraire. Mais nous ne sommes pas sans Dieu. Il est avec nous et nous sommes ses enfants, destinés à vivre pour toujours avec Lui. Louez-Le, louez Jésus qui nous a rendu la vie éternelle possible.

Adorer, fraterniser, étudier, prier, nous avons besoin d'accomplir ces quatre points non seulement pour notre bénéfice mais pour l'amour des autres.

Michael Morrison.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 16184
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Église Universelle de Dieu - Page 3 Empty Re: Église Universelle de Dieu

Message  Arlitto le Lun 7 Mar - 16:01

Guerre et paix

par Gary Moore directeur national canadien de l'Église Universelle de Dieu

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Non, l'article qui suit n'est pas un sommaire du roman épique écrit par l'auteur russe Leo Tolstoy - cela ne pourrait jamais se faire sur une seule page ! Cependant, Tolstoy a choisi un excellent titre que j'ai décidé d'emprunter. La réalité de la guerre et de la race humaine qui a désespérément soif de paix peut résumer l'histoire des pays et des peuples du monde.

Le présent numéro de Northern Light englobe à la fois les mois de novembre et de décembre, et couvre ainsi la fête du Jour du souvenir et celle de Noël. Pendant la première fête, nous nous rappelons ceux qui sont morts au combat dans les diverses guerres auxquelles les États-Unis (et d'autres pays, en réalité) ont participé. Pendant la deuxième fête, nous nous rappelons la naissance du Prince de la paix, et nous nous souvenons de son plan et de son but d'apporter la paix et la réconciliation à la race humaine.


Comme chrétiens, nous reconnaissons le rôle que joue le gouvernement à protéger ses citoyens (Romains 13.1-7). Cette protection a été rendue nécessaire parce que le monde a été teinté par la rébellion contre Dieu. Toutefois, tous les êtres humains sains d'esprit cherchent à vivre en paix et à élever leurs enfants en toute sécurité.

Jésus est venu pour créer des conditions de paix entre Dieu et ceux qui veulent accepter son pardon et la réconciliation avec lui (Jean 14.27). La séparation entre les gens et Dieu a été anéantie par Jésus-Christ. Nous avons maintenant la possibilité incomparable d'entrer dans la présence de Dieu en vertu du statut élevé et prestigieux de fils et de filles qui nous a été donné par la grâce de Dieu (Galates 3.26-29).

Malheureusement, bien que nous ayons la paix avec Dieu, nous n'expérimentons pas nécessairement la paix avec le monde qui nous entoure. En fait, Jésus a dit à ses disciples qu'ils auraient des tribulations dans le monde (Jean 16.33). Toutefois, Jésus a vaincu toutes les forces du mal lancées contre lui. À son retour, il terminera l'œuvre de réconciliation de toutes choses avec lui-même, et soumettra à Dieu une création complètement réconciliée (1 Corinthiens 15.22-28).

Heureusement, ceux qui acceptent Christ ont maintenant la possibilité d'expérimenter la paix avec les autres, surtout avec les autres croyants. Nous avons été créés pour vivre en communauté les uns avec les autres. La communauté chrétienne existe pour montrer au monde un modèle des caractéristiques clés du royaume de Dieu (Jean 13.34,35). Cependant, les chrétiens sont toujours des êtres humains et, tout comme nous le voyons décrit dans les récits du Nouveau Testament, des conflits peuvent surgir entre les croyants.

Mais Dieu nous offre la possibilité de nous pardonner les uns aux autres, de nous réconcilier, et d'abandonner le désir humain de vengeance. Le geste de partager le pain et le vin durant le repas du Seigneur nous rappelle que nous avons reçu l'abondante grâce de Dieu, et que nous devons la partager aux autres membres du corps de Christ. (Matthieu 5.23,24 ; 1 Corinthiens 11.17-28).

Nous pouvons imaginer le Jour du souvenir et la fête de Noël comme deux appuis livres de l'histoire humaine. Au Jour du souvenir, nous réfléchissons aux sacrifices et à la souffrance qui sont endurés à notre époque, accompagnés de son manque tragique de paix continue. À Noël, nous célébrons la venue de celui qui peut nous donner une paix personnelle aujourd'hui, une paix entre ceux qui veulent l'accepter maintenant, et qui promet aussi d'apporter cette paix à toute l'humanité au moment approprié.

Quand nous écoutons les nouvelles, nous sommes confrontés à un monde qui manque tout à fait de paix. Les guerres et les rumeurs de guerre caractérisent notre monde, et semblent malheureusement la " norme ". Cependant, en Christ, nous avons l'espérance d'un âge très différent à venir.

Ce sera un âge merveilleux de paix et de joie. Ce n'est pas un rêve à la Camelot d'un espoir utopique qui est fantaisiste et irrésistible mais irréalisable, mais c'est une promesse de Dieu qui durera toute l'éternité (Apocalypse 21.1-4).

Ce n'est qu'une question de temps.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 16184
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Église Universelle de Dieu - Page 3 Empty Re: Église Universelle de Dieu

Message  Arlitto le Lun 7 Mar - 16:01

La Signification du Baptême

Par Joseph Tkach, Pasteur Général

Dans l'Ancien Testament, une part importante de la loi était consacrée aux cérémonies. En revanche, le Nouveau Testament n'en énumère que deux : le baptême et le repas du Seigneur ; et les règles d'observance de ces deux cérémonies ne sont pas précisées. Dans une religion où la foi est primordiale, pourquoi avoir des cérémonies, après tout ? Quel rapport ont-elles avec l'Évangile ?

En premier lieu, je pense que les deux cérémonies du baptême et du repas du Seigneur représentent l'Évangile de Jésus-Christ. Elles nous rappellent les éléments fondamentaux de notre foi. Voyons-en l'application pour le baptême.

Une image de l'Évangile

Comment le baptême représente-t-il les vérités fondamentales de l'Évangile ? Paul nous en donne la réponse ainsi : 

" Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui, par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi, nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui, par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection " (Romains   6 : 3-5).

Paul affirme que le baptême nous unit au Christ dans Sa mort, dans Son ensevelissement et dans Sa résurrection. Ces trois circonstances constituent les points fondamentaux de l'Évangile (I Corinthiens 15 : 3-4). Notre salut dépend de la mort et de la résurrection. Notre rédemption, le fait d'être lavés de nos péchés, dépend de Sa mort, et notre vie chrétienne, ainsi que notre vie éternelle dépendent de Sa vie de Ressuscité.

Le baptême symbolise la mort du vieil homme ; le vieil homme a été crucifié avec le Christ et il est mort avec Christ, et il est enterré avec Christ, lors du baptême (Romains 6 : 8 ; Galates 2 : 20 ; 6 : 14 ; Colossiens 2 : 12, 20). Ainsi le baptême représente notre identification au Christ. Notre sort est lié au Sien. Nous acceptons que Sa mort fut " pour nous ", et " pour nos péchés ".

Nous reconnaissons que nous avons péché, que nous avons une tendance à pécher, que nous sommes des pécheurs ayant besoin d'un Sauveur. Nous reconnaissons la nécessité d'être lavés, et nous admettons que cette purification nous est donnée par la mort de Jésus-Christ. Le baptême est l'une des manières par laquelle nous confessons Jésus-Christ comme notre Seigneur et notre Sauveur. 

Ressuscités avec le Christ

Le baptême représente encore beaucoup plus. Par le baptême nous sommes ressuscités avec le Christ, afin que nous ayons la vie avec Lui (Éphésiens 2 : 5- 6 ; Colossiens 2 : 12-13 ; 3 : 1). En Lui, nous vivons une nouvelle vie. Avec Lui, nous sortons de nos voies pécheresses sachant qu'Il nous conduit sur des voies de justice et d'amour.

Ce processus symbolise la repentance, et démontre le fait que nous ne pouvons pas opérer un tel changement de nous-mêmes, car il ne s'opère que par la puissance du Christ ressuscité vivant en nous. Nous nous identifions au Christ dans Sa résurrection, non seulement en vue de l'avenir mais aussi pour la vie présente. Ceci fait partie intégrante de ce grand symbolisme. Jésus n'a pas inventé la cérémonie du baptême ; celle-ci s'est développée au sein du judaïsme et elle fut pratiquée par Jean-Baptiste en tant que rite par lequel est représentée la repentance au moyen de l'eau purificatrice. Jésus perpétua cette pratique et après Sa mort et Sa résurrection, Ses disciples continuèrent à faire de même. La cérémonie du baptême souligne de manière exceptionnelle le fait que nous avons un nouveau fondement dans notre vie, ainsi qu'un nouveau fondement sur lequel nous établissons notre relation avec Dieu.

L'apôtre Paul constata que puisque nous sommes pardonnés et purifiés au moyen de la mort du Christ, le baptême représente la mort de Celui-ci, et, symboliquement, la nôtre. Paul fut aussi inspiré d'établir le lien entre la mort et la résurrection du Christ. Alors que nous sortons des eaux baptismales, nous sommes les symboles d'une nouvelle vie, une vie en Christ, puisqu'Il vit en nous.

L'apôtre Pierre écrit également que le baptême nous sauve " par la résurrection de Jésus-Christ " (I Pierre 3 : 21). Cependant, le baptême de lui-même ne peut nous sauver. Nous sommes sauvés par la grâce de Dieu au moyen de la foi en Jésus-Christ. L'eau physique qui enlève les impuretés physiques ne peut pas nous sauver, affirme l'apôtre. Le baptême nous sauve uniquement dans le sens qu'il est " l'engagement d'une bonne conscience devant Dieu. " Il est une représentation visible de la repentance, de la foi en Christ, du pardon, d'une nouvelle vie. Ce sont ces choses qui, en fait, nous apportent le salut. 

Dans un seul corps

Nous sommes baptisés en Jésus-Christ, mais également dans Son corps qui est l'Église. " Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un même Esprit, pour former un seul corps " (I Corinthiens 12 : 13). Cette déclaration de Paul signifie qu'aucune personne ne peut se baptiser elle-même, et que le baptême doit se pratiquer dans le contexte d'une communauté chrétienne. Il n'existe aucun chrétien " secret ", quelqu'un qui croirait en Jésus-Christ, mais dont personne n'aurait entendu parler. Le cheminement biblique consiste à confesser Jésus-Christ devant d'autres personnes et à reconnaître publiquement que Jésus est Seigneur.

Le baptême est l'un des moyens par lequel nous pouvons confesser Jésus-Christ ; ceci permet aux amis de la personne baptisée de constater qu'un engagement a été pris. Il peut s'agir d'une occasion joyeuse au cours de laquelle la congrégation chante pour accueillir la personne dans la famille. Ou, il peut s'agir d'une cérémonie plus modeste au cours de laquelle un ministre (ou un représentant de la congrégation dûment mandaté) accueille le nouveau croyant, explique à nouveau aux frères le sens de la cérémonie et les encourage à soutenir le nouveau baptisé dans sa vie en Christ.

Fondamentalement, le baptême est une cérémonie attestant qu'une personne s'est déjà repentie de ses péchés, a déjà accepté Jésus-Christ comme Sauveur, a déjà commencé à croître spirituellement et qu'elle est, en fait, déjà chrétienne. Le baptême a lieu généralement dès qu'une personne s'est engagée, mais occasionnellement il peut avoir lieu beaucoup plus tard.

Enfants et adolescents

Lorsqu'une personne croit déjà en Jésus-Christ, elle est éligible pour le baptême. La personne peut être très âgée ou très jeune. Une personne plus jeune peut témoigner de sa foi à sa manière, tout comme une personne plus âgée en témoignera d'une autre manière, tout aussi valable. Il n'empêche que les jeunes également peuvent avoir la foi.

Les adolescents et même les plus jeunes enfants peuvent être pris d'un regret sincère et véritable face à leurs péchés, avoir la foi sincère que le Christ a payé l'amende de leurs péchés, et manifester un engagement véritable envers le Christ. Alors ils peuvent être baptisés.

Est-ce que certains d'entre eux, éventuellement, reviendront sur leur décision et abandonneront l'Église ? Peut-être, mais la chose se produit aussi chez les adultes. Est-ce que ces conversions d'adolescents s'avèrent toujours une erreur ? Peut-être, mais cela se produit aussi avec les adultes.

Si une personne est repentante et a la foi en Jésus-Christ, pour autant que le pasteur puisse en être sûr, alors la personne peut être baptisée. Dans notre Église toutefois, nous ne baptisons pas des enfants mineurs sans le consentement des parents ou du tuteur légal. Si les parents d'un enfant mineur s'opposent au baptême, alors l'enfant qui a la foi en Jésus-Christ n'en est pas moins un Chrétien, même s'il attend d'être légalement adulte pour être baptisé.

Nous ne baptisons ni les bébés ni les enfants trop jeunes pour être en mesure d'exprimer eux-mêmes leur foi, puisque nous reconnaissons que le baptême est l'expression de la foi, et que personne n'est sauvé par la foi de ses parents. Mais toutefois nous ne déclarons pas comme non-chrétiens ceux qui pratiquent le baptême des bébés. 

Le baptême par immersion

C'est la pratique de l'Église Universelle de Dieu de baptiser par immersion. Nous croyons que c'était la pratique la plus courante au cours du premier siècle et au temps de l'Église primitive. Nous croyons que l'immersion totale symbolise mieux la mort et l'ensevelissement que le fait d'asperger la personne.

Toutefois, nous ne faisons pas du mode même du baptême, une cause de division parmi les Chrétiens. Le point capital est que la personne abandonne son ancienne vie de péchés, qu'elle ait la foi en Christ en tant que Seigneur et Sauveur. En utilisant à nouveau l'analogie de la mort, nous pourrions dire que le vieil homme est mort avec le Christ, que son corps soit ou non enseveli de la bonne manière. La purification est adéquatement symbolisée, même si l'enterrement ne l'est pas. L'ancienne vie est morte, et la nouvelle est là.

Le salut ne dépend pas d'une méthode précise de baptême (et la Bible ne nous en donne aucun détail), ni des mots exacts, comme si les mots pouvaient avoir en eux une sorte de puissance magique. Le salut dépend de la foi en Christ et non de la profondeur des eaux baptismales.

Un Chrétien qui fut baptisé par aspersion ou autrement que par immersion n'en est pas moins toujours un Chrétien. Si une telle personne désire devenir membre de l'Église Universelle de Dieu, celle-ci n'exige pas qu'elle soit rebaptisée, à moins que la personne elle-même ne croit devoir le faire. Le Christianisme est basé sur la foi et non sur un type particulier de cérémonie baptismale.

Conclusion 

Considérons l'idée maîtresse telle qu'elle nous est donnée par l'apôtre Paul : 1) le baptême représente notre vieil homme mourant avec le Christ, 2) la purification de nos péchés, 3) la vie nouvelle en Christ au sein de son Église.

Le baptême est une expression de repentir et de foi, et un rappel que nous sommes sauvés par la mort et la vie de Jésus-Christ. C'est l'Évangile en miniature : chaque fois qu'une personne rentre dans le royaume de Dieu, ce sont toutes les vérités relatives à la foi qui sont confirmées par chaque nouveau baptisé.

Si vous avez foi en Jésus-Christ et que vous manifestez le désir d'être baptisé, sachez que nous demeurons à votre disposition. Dans l'attente de vous servir, nous vous encourageons à communiquer par courrier avec l'un de nos pasteurs, ou à consulter notre site internet : http://www.laviechretienne.com/
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 16184
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Église Universelle de Dieu - Page 3 Empty Re: Église Universelle de Dieu

Message  Arlitto le Lun 7 Mar - 16:03

Pourquoi nous détestent-ils ?

Greg Albrecht

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Quiconque se prenant pour un déshérité peut-il devenir un terroriste, cibler subjectivement ceux qu'il déteste et revendiquer ensuite l'exemption sous la clause Robin des bois ?

Cela ne doit pas nous surprendre que les Américains, les chrétiens et les juifs soient devenues les cibles premières du terrorisme dans le monde entier. Les scènes inoubliables de foules fêtant avec joie les morts américaines et les souffrances infligées par des terroristes le 11 septembre 2001 sont gravées dans nos mémoires. Pourquoi nous détestent-ils ? 


Le terrorisme a souvent été expliqué, et souvent excusé, comme étant des actions désespérées qui montent des cendres de la pauvreté et de la discrimination. Quelques Américains, Juifs et chrétiens qui sont les cibles spécifiques du terrorisme acceptent même cette justification et y croient. C'est une variation du "ce n'est pas ma faute, je suis une victime" qui est si populaire dans notre culture relativiste où il n'y a pas d'absolu. Certains croient en réalité que le meurtre et le grabuge commis par les terroristes sont moralement justifiés parce qu'ils ont grandi sans le matérialisme et ses avantages. 

Est-ce là où nous mène la philosophie du "il n'y a aucun absolu"? Quiconque se prenant pour un déshérité peut-il devenir un terroriste, cibler subjectivement ceux qu'il déteste et revendiquer ensuite l'exemption sous la clause Robin des bois? Après tout, grâce à cette justification politiquement correcte, des terroristes bombardent au hasard et détruisent pour voler aux riches afin de s'approprier pour eux-mêmes et leur peuple. 

Il y a six mois, les médias européens et quelques médias nord-américains en avaient les mains moites parce que le pauvre Saddam Hussein avait eu la malchance d'essayer sa tyrannie en étant assis sur l'objet de l'avidité et de la convoitise américaine, le deuxième gisement de pétrole le plus grand au monde. Pauvre Saddam. Nous aurions dû laisser Saddam continuer à gazer et faire souffrir de faim son propre peuple, sans mentionner la torture et les meurtres des membres de sa propre famille quand ils étaient sur son chemin. 

Pourquoi des justifications aussi idiotes et illogiques sont-elles véhiculées par le monde, sans mentionner les médias nord-américains ? À cause d'une supposition. Laquelle? Les États-Unis représentent toujours le mal (pour ne pas mentionner les Juifs et les chrétiens). Nous sommes riches, gras et avides de pétrole. Nous sommes des marchants assoiffés du sang de la guerre. La conclusion? Les tyrans sadiques qui ne peuvent pas identifier les droits de l'homme sont justes et les États-Unis sont mauvais, parce que les États-Unis, les chrétiens et les Juifs sont toujours, ipso facto, mauvais. 

Pourquoi beaucoup de personnes dans ce monde semblent-elles nous détester ? Notre culture mondiale méprise la morale absolue. Les cultures autoritaires qui embrassent l'absolu rejettent les Américains, les chrétiens et les valeurs juives parce qu'ils croient que leur absolu est le meilleur absolu. 

Quand le président George Bush, un chrétien, parle du bien et du mal, cela affole une coalition mal accommodante, celle des athées, des agnostiques, des laïcs, des anti-chrétiens et des anti-sémites fous. 

Ils se demandent, en rhétorique, comment une personne, une nation, une culture ou une foi peut définir avec arrogance et identifiée ce qui est bon ou mauvais ? Ils se réservent apparemment l'arrogance morale comme étant le domaine unique de ceux qui croient en du politiquement correct, les dictionnaires des libres valeurs qui définissent qu'il y a une seule vérité absolue - il n'y a aucune vérité absolue. 

Beaucoup de personnes dans notre monde envient et haïssent les Juifs, les chrétiens et les Américains parce que nos valeurs et croyances sont différentes. 

Que pouvons-nous faire ? Comme Américains nous devons nous efforcer d'aider et de servir, pas de dominer et de régir. Nous devons faire le mille supplémentaire et démontrer notre empressement à rejoindre les moins nantis, nous devons éviter de manipuler les moins fortunés et d'abuser de notre force militaire et politique. En même temps, nous ne devons jamais perdre la volonté de croire et de soutenir la justice en nous opposant au mal, car lorsque qu'il n'y a ni bien ni mal, le mal triomphera. 

Comme chrétiens et juifs, le peuple de la Bible, nous devons aussi nous rappeler que le 20ème siècle a eu son holocauste en grande partie parce que le monde au commencement a manqué de volonté pour résister à Adolf Hitler. Nous prions pour que nous ayons appris cette pénible leçon d'histoire. 

-Greg Albrecht
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 16184
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Église Universelle de Dieu - Page 3 Empty Re: Église Universelle de Dieu

Message  Arlitto le Lun 7 Mar - 16:04

Abram, la véritable histoire

(Versets tirés de la version " la Bible du Semeur ")

Par J. Michel Feazell

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lorsque garçon, j'entendais l'histoire d'Abraham racontée au moins une fois par semaine et cela sonnait d'habitude comme suit : " Dieu a dit à Abraham de partir, et il est parti. Il n'a pas posé de questions ; n'a pas hésité. Il a fait ses bagages et a laissé tout ce qu'il connaissait, sa famille, son pays, et il est parti. C'est ainsi que tous nous devons obéir à Dieu. Quand Dieu dit " saute ", vous ne demandez pas " à quelle hauteur "? Vous sautez, tout simplement."
Vous avez peut-être entendu un récit semblable. Pas de discussion, c'est ainsi que nous devons obéir à Dieu. Mais nous ne le faisons pas. Pas tout le temps - ni même la plupart du temps. Nous mettons un certain temps avant d'agir correctement.
Nous voulons peut-être faire ce que Dieu dit, mais nous remettons à plus tard. Nous voulons essayer de faire ce que Dieu dit, mais nous reculons. Nous avons peut-être même commencé à faire ce que Dieu dit, mais n'avons pas persévéré jusqu'au bout.

Toute la foi

Le contexte de l'histoire mentionnée plus haut ne provient pas du récit de l'appel d'Abram, dans Genèse, mais de Hébreux 11, généralement appelé "le chapitre de la foi." Le verset 8 dit : " Par la foi, Abraham a obéi à l'appel de Dieu qui lui ordonnait de partir pour un pays qu'il devait recevoir plus tard en héritage. Il est parti sans savoir où il allait". Le verset 11 ajoute, " Par la foi Sara, elle aussi, qui était stérile, a été rendue capable de devenir mère alors qu'elle en avait depuis longtemps dépassé l'âge. En effet, elle était convaincue que celui qui avait fait la promesse est digne de confiance. "

Nous pourrions à prime abord penser que l'auteur du livre aux Hébreux lisait la version " Illustrés Classiques " de l'histoire d'Abraham, car Genèse nous peint une image quelque peu différente, une image moins épurée du patriarche et de la mère du peuple élu.

Message de Dieu

Le premier récit, situé en Genèse 11:27-32, est peu détaillé : Abram était le fils de Térah ; le nom de sa femme était Saraï, et elle était stérile ; Térah, ayant avec lui Abram, Saraï et son petit-fils, Lot, s'est installé à Harân ; puis, Térah est mort (aucune mention n'est faite du reste de la famille se déplaçant à Harân.)

À cette époque (on ne nous dit pas quand), Dieu a parlé à Abram, lui faisant une promesse des plus remarquables.

Alors le Seigneur dit à Abram, " - Va, quitte ton pays, ta famille et la maison de ton père pour te rendre dans le pays que je t'indiquerai. Je ferai de toi l'ancêtre d'une grande nation ; je te bénirai, je ferai de toi un homme important et tu deviendras une source de bénédiction pour d'autres. Je bénirai ceux qui te béniront et je maudirai ceux qui t'outrageront. Tous les peuples de la terre seront bénis à travers toi. " (Genèse 12:1-3).

Pressé ?

Dieu dit à Abram " Va, quitte ton pays ". Quel était le pays d'Abram ? Harân semble n'avoir été qu'une résidence temporaire pour Abram, non pas une place se qualifiant comme " ton pays". Puisque Ur est appelé le pays natal du frère d'Abram, Harân (verset 11:28), il semblerait que Ur aurait été " ton pays " ainsi que le lieu de " la maison " du père d'Abram.

Si cela est vrai, il serait donc plus probable que Yahweh ait dit ces choses à Abram alors que celui-ci était encore à Ur, qu'il était avec sa parenté dans son pays. S'il en est ainsi, il devient clair qu'Abram a été plutôt lent à " quitter ton pays, ta famille et la maison de ton père ".

En ce cas, on peut se demander si Terah a déplacé Abram, Saraï et Lot de Ur en réponse à ce que Yahweh avait dit à Abram. (Le passage en Genèse ne réfère à aucune autre personne.)

Après tout, Terah a pris Abram et l'a conduit dans le pays de Canaan (Genèse 11:31), mais s'est arrêté brusquement à Haran. Essayait-il de stimuler Abram en l'aidant à commencer ?

Que cela soit immédiatement ou plus tard, à un certain moment après l'appel de Dieu, Abram a empaqueté tous ses biens, incluant des esclaves (12:5) et a voyagé de Harân au-delà de la rivière Euphrate jusqu'à Canaan, laissant la maison de son père ainsi que les parents ayant fait le voyage de Ur jusqu'à Harân.

Fidèle ?

Abram avait à peine mis les pieds dans " la terre promise " qu'aussitôt il y eut une famine si grande qu'il a plié bagages et s'est rendu en Égypte. On doit se demander : Si Abram a eu confiance en la promesse divine d'un pays où coule le lait et le miel, pourquoi aller en Égypte dès que les ennuis sont apparus ? Après tout, en 13:10, nous constatons que la plaine du Jourdain était luxuriante et " était comme le jardin de l'Éternel. " Pourquoi Abram n'est-il pas allé dans cette partie de la terre promise, plutôt qu'en Égypte ? On ne nous le dit pas.

On nous dit que le séjour d'Abram en Égypte a été ombragé. Craignant que le roi ne le tue afin de pouvoir épouser sa belle épouse, Abram a demandé à Saraï de dire au roi qu'elle était sa sœur. Comme prévu, les Égyptiens ont vu combien Saraï était belle et l'ont fait connaître au roi. Celui-ci l'a prise, croyant qu'elle était la sœur d'Abram, et a bien traité Abram à cause d'elle, lui donnant abondance de richesses sous forme de bétail. Mais Dieu a tourmenté le roi à cause de cela. Quand le roi a découvert que Saraï était la cause de ses malheurs, il a été furieux de la tromperie d'Abram et l'a expulsé, mais lui a laissé toutes ses possessions.

Malgré le manque de foi d'Abram, Dieu l'a béni avec plus de bétail.

Plusieurs choses sont à considérer ici. L'une est qu'Abram a traité ses affaires comme beaucoup d'entre nous avons tendance à le faire : chercher la solution la plus opportune d'un problème, c'est-à-dire sans vision, à court terme, tel une vie non planifiée. Qu'en est-il de la foi ? Abram n'en a pas montré beaucoup dans cet épisode. Mais il y a l'autre aspect de cette histoire.

Fidèle

Dans cet incident, Abram avait été faible dans la foi. Mais quelle surprise: Voyez ce que Dieu a fait malgré le manque de foi d'Abram.

Il a béni Abram par plus de bétail.

Il a protégé Saraï, malgré l'empressement d'Abram de laisser le roi la prendre.

Il a ramené Abram en terre promise, quoiqu'une déportation ait été nécessaire pour ce faire. Qui sait combien de temps Abram serait demeuré en Égypte autrement ?

Quelle leçon en tirer ? Dieu est fidèle, même quand nous ne le sommes pas. C'est une grande leçon qui devient de plus en plus puissante à mesure que nous nous déplaçons dans les récits de la Genèse. Nous commençons à avoir l'impression que ces histoires ne servent pas ici à nous donner des modèles de vie excellente, mais plutôt de nous montrer la fidélité de Dieu envers ceux qui font appel à son nom.

Repos de l'histoire

Quand nous lisons la Genèse, les faits s'amoncellent contre Abram. Mais il arrive souvent que les simples faits et évidences ne racontent pas l'histoire entière, ou " le reste de l'histoire ". Il y a souvent quelque chose qui se poursuit sous la surface, en coulisses, que les faits n'ont pas la capacité de transmettre.

Où Dieu était-Il lorsque Abraham devait composer avec la jalousie amère de Sarah envers Hagar et Ishmael ?

De votre propre expérience, vous savez que " les faits, seulement les faits, monsieur " ne transmettent pas toujours la véritable histoire. Parfois, les faits donnent une fausse impression parce qu'ils ne traduisent pas les motivations plus profondes, les tracés invisibles du cœur, la motivation, les circonstances atténuantes, l'histoire personnelle.

Dans l'histoire de Tom Sawyer, par Mark Twain, tous les faits étaient contre Muff Potter. Il tenait le couteau ensanglanté, il était ivre, il y avait un témoin contre lui et le pire est qu'il ne se rappelait de rien, au point de croire qu'il devait être " coupable " selon les faits. Mais les faits et évidences ont transmis une histoire mensongère. Il y avait des réalités plus profondes, invisibles, qui ont crié la véritable histoire et parlés plus fort que les faits.

Perspective

Il est facile d'affirmer qu'Abram a été faible dans la foi. Mais voyez cela à partir de la perspective d'Abram : Dieu lui a parlé, lui faisant certaines des promesses les plus spectaculaires, les plus célèbres de la Bible à cause de leurs répercussions. Malgré un tel traitement sans précédent de la part de Dieu, la vie d'Abram était loin d'être un lit de roses.

Par exemple, où était Dieu quand la prétendue terre promise de bénédictions et de descendance était une terre desséchée, inculte et désolée sans enfants portant le nom d'Abram ? Quand, désespéré, Abram a décidé d'aller en Égypte afin de pouvoir nourrir sa femme, ses esclaves et ses animaux ?

Où Dieu était-Il lorsque Abram marchait nonchalamment à côté d'un âne vers le mont Morija comme quelque adorateur de Moloch pour faire d'Isaac un holocauste ?

Où Dieu était-Il quand le désespoir de Sarai à cause de sa stérilité l'a conduite à offrir sa servante Hagar à Abram afin de lui donner un enfant, ou, lorsque Abraham a dû composer avec la jalousie amère de Sarah envers Hagar et Ishmael ? Où Dieu était-Il lorsque l'amour d'Abraham pour Ishmael a été mis au rancart quand est venu le temps pour Isaac de prendre de la notoriété ? Que valaient les grandes promesses faites à Abraham lorsqu'il devait lutter pour des droits sur l'eau, lorsqu'il a dû faire la guerre afin de sauver son neveu enlevé, lorsqu'il a dû envoyer Ishmael au loin avec rien d'autre que du pain et de l'eau que lui et sa mère avaient pu apporter.

Abraham a dû composer avec des luttes, la douleur, les peines de coeur, la tragédie et la déception amère, tout comme vous et moi. Au travers ces événements, il a conservé sa confiance en Dieu, en Sa fidélité à sa parole de grâce et sa promesse.

Parfois Abraham procrastinait. Parfois il essayait de résoudre les problèmes par lui-même (il a fait le " dis-leur que tu es ma sœur " de nouveau la même année où Isaac est né). Il a parfois agi imprudemment. Mais c'est au milieu des douleurs, des problèmes, des frustrations et des gâchis de sa vie qu'Abraham a mis sa confiance en Dieu, plutôt que dans un pays féerique où les héros sont " pratiquement parfaits en tout " et où rien ne tourne jamais vraiment mal et où ils sont heureux jusqu'à la fin des temps.

Dieu a été fidèle à Abraham, de même qu'il l'est avec nous, non pas une fidélité envers ces choses que nous pensons qu'un Dieu approprié devrait faire, tel que nous accorder tout ce que nous désirons ou croyons avoir besoin - mais une fidélité envers nous - à Son but de rédemption à notre égard, à Sa nouvelle création à laquelle Il nous donne part en Christ.

Craignant que le roi ne le tue afin d'épouser sa belle épouse, Abram a demandé à Saraï de dire au roi qu'elle était sa sœur.

La version aux Hébreux est l'histoire véritable : " le reste de l'histoire". Elle nous donne de Dieu l'histoire de la rédemption d'Abraham, la signification véritable que Dieu a donnée de l'histoire d'Abraham en Christ.

De la même manière, Dieu a racheté votre histoire personnelle, le récit de vos faiblesses, défauts et échecs. Il vous a transformé, ainsi que votre histoire, en quelque chose de nouveau, Sa nouvelle création en Jésus-Christ. En Christ, nous laissons notre passé tourmenté derrière nous et avons confiance en Sa parole de vérité envers nous. Comme Paul l'a dit : " Ainsi, celui qui est uni au Christ est une nouvelle créature : ce qui est ancien a disparu, voici : ce qui est nouveau est déjà là. " (2 Corinthiens 5:17).

Relation couronnée de succès avec Dieu

" Il est courant aujourd'hui d'étudier Abraham, Moïse ou David comme modèles de spiritualité. Nous analysons avec profondeur l'information biographique de la Bible, de ses comptes-rendus de leurs activités recherchant les indices d'une relation couronnée de succès avec Dieu. Il y a souvent une supposition tacite que l'Ancien Testament existe pour fournir justement ce genre d'information. Là se trouve l'erreur. Quelle que soit la nature de la relation avec Dieu que ces individus ont eu, leurs histoires ne sont pas consignées pour fournir les modèles de ce que notre relation avec Dieu doit ou ne doit pas être. Plutôt, les comptes-rendus de l'Ancien Testament cherchent à révéler qui Dieu est afin que nous puissions avoir une relation avec Lui. Connaître Abraham, Moïse, ou David n'est pas la clef d'une relation couronnée de succès avec Dieu - Le connaître est la clé d'une relation fructueuse avec Lui. " (John Walton, Covenant :God's Purpose, God's Plan, page 184).
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 16184
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Église Universelle de Dieu - Page 3 Empty Re: Église Universelle de Dieu

Message  Arlitto le Lun 7 Mar - 16:05

COMMENT LES CHRÉTIENS DOIVENT-ILS RELEVER LE DÉFI CONCERNANT L'AUTORITÉ SPIRITUELLE DE LA BIBLE

La plupart des chrétiens sont dans l'impossibilité de devenir des spécialistes de la bible. Il ne leur est pas possible de passer plusieurs années dans un séminaire pour examiner de façon détaillée les nombreuses allégations affirmant que la bible enseigne des contradictions, des préjugés et des faussetés. La plupart d'entre eux n'ont pas les ressources ou le temps nécessaires pour étudier les centaines de versets formulant supposément des contradictions et des erreurs. Comment peuvent-ils - comment pouvons-nous - juger si la bible contient la Vérité de Dieu ou si elle est simplement composée d'idées humaines?

Ce n'est pas un sujet que l'on peut éviter. Si la bible est la Parole de Dieu, c'est le seul lien écrit que nous puissions avoir avec la pensée de Dieu. Nous ne pouvons pas nous permettre d'accepter l'opinion de quelqu'un au sujet de la bible simplement parce que cette personne est éloquente ou possède un niveau universitaire élevé ou parce qu'elle fait preuve de conviction dans ses affirmations. Comment pouvons-nous donc savoir si la bible détient ou non l'autorité de Dieu pour l'appuyer.

LA BIBLE : VÉRITÉ OU FICTION?

Est-ce que la bible représente la vérité de Dieu ou s'il s'agit simplement d'un recueil de pensées humaines?

En janvier 1989, John Shelby Spong, évêque épiscopal de Newark au New-Jersey, a soulevé certaines questions embarrassantes concernant la véracité de la bible. Il a soulevé la question au cours d'un débat télévisé avec un ministre fondamentaliste, Jerry Falwell. Des millions d'Américains étaient rivés à leur téléviseur pour regarder l'émission du réseau d'information en prenant leur petit déjeuner. On ne pouvait se méprendre sur la gravité du défi que l'évêque Spong lançait au sujet de la bible!

Quelque temps avant le débat, il avait critiqué plusieurs passages de la bible, leur reprochant de refléter des situations et des comportements que les chrétiens d'aujourd'hui ne peuvent tout simplement pas croire ou vivre. Il s'agit-là d'un point de vue qui soulevait une controverse digne d'un drame télévisé en direct. Comme le disait bien l'évêque Spong : " Nous avons sans aucun doute touché un point important dans l'âme religieuse de cette nation ". L'évêque Spong a poursuivi son envolée oratoire enflammée contre la bible. À l'automne de 1989, ce dernier a de nouveau débattu publiquement du sujet avec John Ankerberg, évangéliste fondamentaliste, à l'intérieur de six épisodes d'une durée de 30 minutes sur le câble réseau américain, afin de déterminer si la bible était "vraie" et toujours d'actualité.

LE DÉBAT SE POURSUIT AU SUJET DE LA BIBLE

Deux ans plus tard, l'évêque Song a de nouveau suscité une nouvelle controverse au sujet de la bible. Son livre intitulé RESCUING THE BIBLE FROM FUMDAMENTALISME fut publié. Le titre du volume parlait de lui-même. Le but proposé par l'évêque Spong était de " récupérer la bible de la main de ceux qui exigeaient qu'elle soit prise au pied de la lettre.

L'évêque Spong mentionnait que l'interprétation littérale de la bible justifiait l'esclavage, l'anti-sémitisme, la guerre et la vengeance, la soumission des femmes par la force et le renoncement aux droits des gais et lesbiennes. " Est-ce qu'un livre responsable de toutes ces choses pouvait représenter à mes yeux, et au sens littéral, la Parole de Dieu? " demandait l'évêque.

Dans son livre, l'évêque Spong critiquait aussi les églises traditionnelles. Peut-on considérer sans se tromper que le membre moyen d'une église traditionnelle connue - soit catholique soit protestante - est un illettré biblique? Les études confirment que l'évêque Spong a soulevé un point important. Par exemple, seulement 42% des Américains sont capables d'énumérer 5 des 10 commandements et seulement 46% d'entre eux connaissent les 4 premiers livres du Nouveau Testament.

Les sondages nous démontrent aussi que la lecture de la bible n'est pas particulièrement populaire ni régulière. Georges Gallup Jr. a passé plusieurs années à échantillonner l'opinion publique sur le sujet. Il a remarqué que les gens estiment hautement la bible mais qu'ils ne la lisent pas. La plupart des nations occidentales du 20e siècle considèrent la bible comme un livre "mort". Plusieurs leaders religieux sont prêts à reconnaître le fait.

Georges Barna, président d'un groupe de recherche qui étudie les habitudes et les attitudes des chrétiens, affirme qu'une forte majorité d'Américains considèrent la bible comme n'ayant aucun rapport avec la vie quotidienne. " Plusieurs personnes, incluant même des lecteurs de la bible, ne perçoivent pas les Écritures comme une source d'instructions et de réponses aux problèmes quotidiens auxquels nous sommes confrontés ". 

Force nous est de reconnaître la véracité de ce triste constat sur notre ignorance biblique. Il s'avère exact que le plupart des gens ne considèrent par le message de la bible comme important dans leur vie personnelle.

Mais est-ce que l'évêque Spong a raison d'affirmer que la bible doit être libérée de ses propres enseignements ? En d'autres mots, doit-elle être réécrite pour nos temps modernes ? Plusieurs érudits ou pasteurs d'églises seraient d'accord pour affirmer que l'évêque Spong est non seulement dans l'erreur à ce sujet, mais que cette affirmation est foncièrement dangereuse.

Suite à une révision des affirmations retrouvées dans le livre de l'évêque Spong, le CHRISTIAN RESEARCH JOURNAL affirme que ce dernier pousse jusqu'à l'hérésie et que sa vision de la bible est un pas vers l'apostasie. L'auteur de la revue va même jusqu'à dire " qu'il n'est rien d'autre qu'un humaniste en habit de clergé ".

Il est vrai que les affirmations de l'évêque Spong ne sont pas la seule voix dénonçant la bible comme étant davantage une invention purement humaine qu'une inspiration divine. De fait, le Jesus's seminary, un groupe influent d'érudits bibliques en Amérique du Nord, ont également soulevé la question pendant quelques temps. Il en est de même aussi des érudits séculiers. Robin Lane Fox, un historien britannique, a remis en question la crédibilité historique des Écritures dans son livre intitulé THE UNAUTHORIZED VERSION : THRUTH AND FICTION IN THE BIBLE. Il s'est même demandé si l'auteur du livre de 2 Timothée - un livre qui affirme que les Écritures sont inspirées de Dieu - n'a pas menti au sujet de sa propre identité.

Comment nous, en tant que chrétiens, devons-nous répondre à tous ces défis quant à l'autorité spirituelle de la bible. La plupart des chrétiens ne peuvent devenir des érudits bibliques. Ils ne peuvent passer des années dans un séminaire à étudier en détail des centaines d'allégations affirmant que la bible enseigne des erreurs, des préjugés et des mensonges. La plupart n'ont ni les moyens ni le temps d'étudier les nombreux versets bibliques considérés contradictoires ou erronés. Comment peuvent-ils, comment pouvons-nous juger si le bible détient la vérité de Dieu ou si elle est simplement constituée d'idées humaines ?

Ce n'est pas là un sujet que nous pouvons éviter. Si la bible EST la Parole de Dieu, elle est l'unique source écrite qui nous rattache à la pensée de Dieu et que nous pouvons posséder. Mais pouvons-nous nous permettre d'accepter l'opinion de quelqu'un au sujet de la bible simplement parce que cette personne est éloquente ou instruite ou convaincante ? Comment pouvons-nous savoir si la bible est ou non soutenue par l'autorité de Dieu ?

DES POINTS DE VUE DIFFÉRENTS

La première chose à noter au sujet de la bible consiste dans le fait que chacun de nous apporte à chacune de ses pages, sa propre dimension de compréhension. Paul J. Achtemeier, professeur d'interprétation biblique à l'Union Theological Seminary en Virginie, explique cette perspective dans " The Inspiration of Scripture ". Il affirme que la lecture ou l'écoute de la bible " ne nous conduit pas nécessairement à la comprendre ou à l'accepter comme étant la vérité. " Nous pouvons voir que cette idée a du sens si nous analysons l'effet de la bible sur ceux qui la lisent. Il est clair que différentes personnes perçoivent le même livre de manière totalement différente. Certains considèrent la bible comme la Parole de Dieu - inhérente et infaillible. C'est-à-dire, ils la perçoivent comme vraie dans tous ses détails et sans erreur. Ils considèrent ses enseignements comme étant parfaits et infaillibles. D'autres voient la bible comme une série d'écrits purement humains. Ces critiques décrivent les documents bibliques comme étant le reflet des croyances de leur auteur et de la communauté qu'ils représentent, à la fois juive et chrétienne. D'autres encore considèrent la bible comme une littérature de grande valeur mais seulement en tant qu'œuvre littéraire. À l'opposé, certains méprisent totalement la bible. Ils affirment que celle-ci a encouragé grandement les institutions humaines qui ont toléré l'anti-sémitisme, l'esclavage et la soumission des femmes sous un joug difficile.

Est-il possible que tous ces gens lisent la même bible ? Qu'est-ce qui contribue à faire une telle différence de point de vue et d'attitude à son endroit ? Et dès lors, que penser d'un tel livre affirmant être la Parole de Dieu ?

Pour débuter, examinons l'inspiration de la bible à partir d'une perspective différente. Regardons le message de la bible comme la dynamique qui agit entre l'esprit humain et les mots écrits. D'une manière différente, l'inspiration peut être vue et appliquée aussi bien à la lecture et à la compréhension de la bible qu'à ses mots écrits.

Ceci nous révèle, selon les paroles du Dr Archtemeire, que les Écritures ne contiennent aucune vérité à moins que quelqu'un la reconnaisse en tant que telle. Est-ce que cela a du sens ? Certainement, que cela a du sens, si nous considérons l'inspiration de la bible comme étant une réponse à la personne réagissant à ce que la bible dit !

Qu'arrive-t-il si la réponse de la personne n'est pas inspirée ? Alors, dit Dr Archtemeire, les Écritures demeurent une pièce de collection pour le musée, n'intéressant que les antiquaires qui affirment qu'il fut un temps où l'Esprit de Dieu a inspiré une collection des Écritures.

Ce fait explique, du moins en partie, pourquoi la bible est considérée comme un livre mort par certaines personnes et, sans aucun rapport avec leur vie de tous les jours. Qu'est-ce qui rendrait alors la bible comme un livre vivant ? Uniquement un esprit motivé par la lumière de l'Esprit de Dieu et venant vers elle dans une compréhension spirituelle. D'une façon intéressante, les Écritures décrivent elles-mêmes cet aspect de l'inspiration comme étant celle venant à l'intérieur de l'esprit humain.

L'ESPRIT DE VÉRITÉ

L'évangéliste Luc a expliqué comment ce procédé travaillait dans la vie des disciples. Après sa résurrection, Jésus a expliqué à ses disciples que l'Ancien Testament était centré sur son œuvre et sur sa personne. Luc a écrit " comment avec Moïse et tous les prophètes, Il (Jésus) leur a expliqué tout ce qui avait été écrit dans toutes les Écritures à son sujet " (Luc 24 :27).

Jésus a fait beaucoup plus qu'expliquer. Luc nous rapporte que Jésus a ouvert leur esprit afin qu'ils puissent comprendre les Écritures. Comment s'est effectué ce processus ? Au moyen de l'inspiration lumineuse du Saint-Esprit. (Jean 14 :16-17, 26; 15 :26).

Si nous ne percevons pas l'inspiration de la bible, peut-être est-ce nous qui avons le problème dans notre esprit humain. La bible demeure simplement passive sur la tablette ou dans son coffret, attendant d'être lue et comprise par un esprit inspiré.

Naturellement, l'inspiration de Dieu imprègne toute la bible aussi. Le plus important de tout c'est que les écrivains de la bible se perçoivent comme enseignants de la Parole de Dieu. De cette manière, la bible parle d'elle-même pour sa propre inspiration.

Moïse a affirmé annoncer les paroles de Dieu et, de la même manière, les prophètes aussi. Ils ont utilisé d'une façon régulière quelques formes variées de l'expression " la Parole de l'Éternel m'a été révélée ... " Dans le Nouveau Testament, les apôtres ont affirmé prêcher au nom de Jésus et sous l'inspiration du Saint-Esprit (Gal 1 :11-12; 1Pi 1 :12). Jésus a dit de son propre enseignement " les paroles que je vous ai dites sont Esprit et Vie " (Jean 6 :63). Bien entendu, ces enseignements sont la base des quatre Évangiles.

La bible se compose seulement de papier et d'encre, des vérités abstraites de l'esprit. Celles-ci demeurent en veilleuse jusqu'à ce qu'un esprit humain s'éveille à sa compréhension. Mais, selon la bible, la bonne compréhension ne peut venir qu'au moyen du Saint-Esprit. L'apôtre Paul a affirmé que ses sermons et ses écrits dont certains se trouvent dans le Nouveau Testament, ne peuvent être compris qu'au moyen de l'Esprit de Dieu. Paul a déclaré qu'une personne non guidée par le St-Esprit ne peut pas comprendre les Écritures dans un sens spirituel. L'Homme sans l'Esprit de Dieu ne peut pas accepter les choses qui viennent de l'Esprit de Dieu, écrit Paul, parce qu'elles sont une folie pour lui, et il ne peut les comprendre parce que c'est spirituellement qu'on en juge " (1Cor 2 :14).



EST-CE-QUE LES AUTEURS DES ÉVANGILES ONT CHANGÉ LES PAROLES DE JÉSUS?

Il peut vous paraître surprenant d'apprendre que les auteurs du Nouveau Testament ont adapté les dires et les histoires de Jésus aux nouvelles situations. Ils l'ont fait dans de nombreux cas.

On trouve un tel exemple avec l'histoire de Jésus concernant les bâtisseurs sage et insensé. Comparez Mathieu 7 : 24-27 avec Luc 6 : 47-49. La version de Mathieu mentionne la construction de la maison sur le roc versus celle bâtie sur le sable. Sans doute, ayant dû écrire pour la communauté chrétienne en Palestine, vraisemblablement Mathieu a préservé les vraies paroles de Jésus. Il était, ce qu'on peut appeler, un porte-parole authentique de l'histoire originale.

La version de Luc au sujet de ces mêmes bâtisseurs sage et insensé a été mise en écrit pour un nouvel auditoire. Il a fait la comparaison avec une maison bâtie sur une fondation profonde et celle qui ne l'était pas. Luc a utilisé un équivalent d'intention dans la façon originale de Jésus de rapporter une histoire. En effet, il a adapté ce que Jésus voulait dire pour un nouvel auditoire.

Le critique et spécialiste du Nouveau Testament, Marcus Borg, explique que la version de Mathieu décrit les méthodes de construction en Palestine. Dans cette région, il mentionne ceci : " Construire sur le sable signifie construire au milieu d'un lit desséché et sablonneux d'un courant d'eau (un wadi), lequel, lors de la saison des pluies, devient un courant d'eau impétueux ". Par ailleurs, Luc a décrit une construction avec ou sans fondation. Il a fait référence à des techniques de construction en-dehors de la Palestine. 

La version de Mathieu était claire dans un environnement palestinien. Luc devait adapter l'histoire à un auditoire méditerranéen plus large. Des exemples de la sorte nous montrent que les auteurs des Évangiles avaient la permission divine d'adapter les paroles de Jésus-Christ. Ceci permettait aux lecteurs de comprendre le récit plus clairement.

Les auteurs des Évangiles étaient " les interprètes inspirés des enseignements de Jésus et n'étaient pas simplement des sténographes ", affirme l'érudit biblique Robert Stein. Ils n'essayaient pas non plus de transcrire mot à mot un message intégral de ce qu'avait dit Jésus. Les auteurs des Évangiles essayaient de capter la signification et non le détail littéral. Ils étaient libres de paraphraser les discours de Jésus, de modifier les termes et d'ajouter des commentaires pour aider les lecteurs à comprendre ses enseignements.

Jésus a donné à ses disciples une grande marge de manœuvre pour exposer ses enseignements (Math 16 : 18-19; 18 :18; 28 :19-20). Ils pouvaient enseigner de façon dynamique - même paraphraser et interpréter - au nom de Jésus parce qu'ils étaient guidés par le Saint-Esprit pour parler et écrire la vérité (Jean 14 : 26; 16 :13).

C'est pourquoi, nous ne devrions pas insister pour vouloir harmoniser chaque détail des Évangiles. C'est le dilemme qu'apporte la version littérale. Nous ne devrions pas non plus voir les différences dans les compte rendus comme des contradictions désespérantes. C'est le malheur de ceux qui regardent la bible comme étant un livre de conception purement humaine.

Comme Parole vivante de Dieu, la bible est un livre dynamique. Elle a été écrite par des hommes pour des hommes - par des vases d'argile pour des vases d'argile - (2Cor 4 :7). Dieu a inspiré les hommes à écrire, et quand ces paroles ont été lues par des personnes éclairées par le Saint-Esprit, la signification spirituelle de la bible est devenue claire.



Les mots de la bible ne sont d'aucune valeur en tant que lettres mises sur du papier. Ils doivent vivre dans l'esprit des gens au moyen de l'Esprit-Saint. Sans cet Esprit, le message de la bible n'est pas compris dans le sens où la bible parle de compréhension, c'est-à-dire, la nature de la parole divine qui apporte la vie.

LA BONNE RÉPONSE

Comment devons-nous donc réagir aux affirmations qui prétendent que la bible n'est plus actuelle, qu'elle constitue davantage une pièce de musée, une relique d'une autre époque? Qu'elle est destinée à ne présenter que faussetés ? Nous devons nous interroger, à savoir où se situe le problème. Est-ce avec la bible, ou avec l'esprit sans inspiration qui entre en contact avec elle ? En ce sens, nous devons décider des mérites de la bible pour nous-mêmes, sous la direction du Saint-Esprit, un cadeau que Dieu désire donner à chacun de nous. (Luc 11 :13).

Nous devons être conscient que les Écritures ont besoin de quelques explications. 

L'habileté d'expliquer la vérité de Dieu est un don spirituel (Rom 10 :14-15, Éph. 4:11-13). La foi en Dieu et en Sa Parole (comme la bible) a dit Paul, vient du fait qu'on entend le véritable message au moyen de ses enseignements inspirés (Rom 10 :17).

Un exemple trouvé dans le livre des Actes nous démontre comment ce processus d'inspiration fonctionne (Acte 8 :26-39). L'eunuque éthiopien a reçu la compréhension des Écritures par un enseignement inspiré (Philippe) et ainsi l'eunuque fut-il inspiré à comprendre le message.

Le Saint-Esprit opère alors à tous les niveaux : de l'écoute, du messager et de la bible elle-même. Le plus important est que la puissance du Saint-Esprit inspire l'esprit humain de telle façon que ce dernier vibre avec la vérité inspirée des Écritures.

L'Esprit de Dieu peut nous permettre de répondre positivement au message central de repentance et de salut. L'Esprit de Dieu rend témoignage de lui-même dans les Écritures : " Je mettrai mes lois dans leur cœur et je les écrirai dans leur esprit " (Héb 10 :16).

Aujourd'hui, si nous n'endurcissons pas notre cœur à l'égard de la bible, nous pouvons être privilégié de trouver cette inspiration et de comprendre la Parole de Dieu. La bonne nouvelle est qu'au moyen d'un esprit inspiré, nous pouvons en venir à comprendre que la bible est bel et bien la Parole écrite de Dieu.

Paul Kroll.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 16184
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Église Universelle de Dieu - Page 3 Empty Re: Église Universelle de Dieu

Message  Arlitto le Lun 7 Mar - 16:05

Le Contentieux au Sujet de l'Enfer

Keith W. Stump

Les mots, en grosses lettres et entre guillemets, étaient destinés à être le titre supplémentaire pour la peinture. Ils étaient terrifiants dans leur impact : "La Cause Contre le Christianisme."

C'était ma première visite au Musée Métropolitain d'Art à New York. J'étais debout devant Le Dernier Jugement, une peinture par l'artiste peintre hollandais du 15ième siècle Jan Van Eyck.

Sur le plancher, directement devant la peinture, il y avait une feuille de papier sur laquelle étaient inscrits quelques mots à la hâte. Un visiteur étant passé auparavant, l'avait placée là et le personnel du musée ne l'avait pas encore enlevée.

Ces mots, en grosses lettres et entre guillemets, avaient été écrits sur cette feuille de papier, comme titre supplémentaire pour la peinture. Ils étaient terrifiants dans leur impact : "La cause Contre le Christianisme."

J'en fus figé.

Qu'est-ce qui avait incité ce visiteur à mener cet attaque?

J'ai regardé la peinture de plus près. Dans le haut de la toile, dans le ciel, est assis Jésus, impassible, entouré par une harde d'anges et une multitude de sauvés en adoration. Au bas, dans l'Enfer, est une masse de damnés se tordant de douleur, subissant la torture brutale aux mains de démons affreux.

Le contraste entre la majesté du ciel, plutôt tirée à quatre épingles, et le cauchemar du tourment de l'Enfer était saisissant. Ici , tout comme le visiteur ayant écrit la note, on peu se poser avec insistance une question intemporelle:

Comment le concept de souffrance éternelle en Enfer peut-il être réconcilié avec celui d'un Dieu de pitié et d'amour?

Pour bien des gens, c'est bel et bien une cause contre le Christianisme. Ils ne veulent pas être associés à un Dieu chrétien qui pourrait s'asseoir et regarder rôtir ses enfants pour l'éternité dans une chambre d'horreurs souterraines. Ils raisonnent qu'une déité d'une telle cruauté et d'un tel esprit de vengeance ne peut pas être le vrai Dieu.

Un chaud débat

Les non-chrétiens ne sont pas les seuls ayant un problème avec le concept de l'Enfer. L'Enfer est l'un des sujets de débats les plus chauds dans la communauté chrétienne d'aujourd'hui.

La plupart des Chrétiens croient que l'Enfer est le destin de ceux qui rejettent Dieu. Mais la conception de l'Enfer d'un Chrétien n'est pas nécessairement celle d'un autre.

Cela a pris à la communauté chrétienne des centaines d'années pour avoir un consensus sur la question. Le point de vue de la majorité - que l'Enfer est un lieu ardent de supplice éternel - est apparu seulement après un long débat au sein de l'Église.

Tandis que la plupart des Chrétiens sont d'accord que l'Enfer est essentiellement la séparation de Dieu, le débat interne est sur les détails - le lieu, le moment, la durée de l'Enfer et s'il y fait très chaud.

Pourquoi? Parce que la bible fournit peu de détails. Le sujet de l'Enfer est une doctrine dont les enseignements dans les Saintes Écritures ne sont pas clairs et précis. L'interprétation qu'on a fait des déclarations bibliques et des images qu'ils utilisent est criblée de difficultés.

Comme le concept de l'Enfer semble être une doctrine austère, beaucoup de Chrétiens contemporains cherchent à l'expliquer de façon à adoucir son impact. La tendance moderne a été de remplacer le concept traditionnel de l'Enfer en un lieu de tortures éternelles, rempli de feu et de souffre par représentation plus politiquement correcte de l'Enfer comme étant une condition d'angoisse spirituelle causée par la séparation de Dieu. Autrement dit, l'Enfer n'est pas une place, mais un état.

Les sondages révèlent que même si le deux tiers des Américains croit à l' Enfer, la majorité d'entre eux le voient littéralement comme un état d'existence ou une condition plutôt qu'un abîme ardent.

De même, un nombre grandissant de savants chrétiens se prononcent contre ce qu'ils considèrent comme la folie de se fier à une lecture purement littérale des déclarations bibliques au sujet des souffrances des damnés. Ils s'élèvent contre les méthodes d'interprétation qui font fi du contexte textuel, du genre littéraire des passages, de leur place dans l'histoire et du contexte théologique plus large soit l'œuvre rédemptrice de Christ et de l'amour de Dieu pour l'humanité.

Les conservateurs, d'autre part, taxent de révisionnistes ceux qui préconisent une vue plus figurative de l'Enfer. Les conservateurs croient qu'en diluant la réalité d'un châtiment douloureux dans un Enfer ardent et éternel, ces libéraux sapent une doctrine biblique importante.

Pas une doctrine fondamentale

Quoique certains dépeignent le concept de l'Enfer comme central, l'histoire dit autre chose.

La doctrine de l'Enfer s'est développé longtemps après que les doctrines fondamentales de la foi historique Chrétienne ait été établie. Les points de vue des premiers Pères de l'Église au sujet de l'Enfer étaient loin d'être unanimes. La communauté Chrétienne a mis des centaines d'années pour établir un consensus sur la question. Le point de vue de la majorité - que l'Enfer est un lieu ardent de supplice éternel - s'est dégagé seulement après un long débat dans l'Église.

Au moyen âge, le concept d'un abîme ardent était devenu le concept le plus en vogue dans l'esprit populaire. Dans la tête du fidèle du moyen âge, l'Enfer était une place de souffrance et de désespoir, où les âmes des misérables étaient torturées par des douleurs insoutenables.

L'Église médiévale utilisait la rhétorique "de feu et de souffre" à son maximum pour exercer un contrôle sur ses fidèles. L'Église a considéré l'Enfer comme un puissant incitatif à la piété et une forte motivation de s'abstenir du mal.

L'Enfer

Bien que quelques ecclésiastiques s'élevaient contre la sur-dramatisation de l'Enfer, les images brutales des horreurs de l'Enfer de la théologie médiévale devenaient toujours plus vives. Et nulle part ailleurs que dans Inferno, la première partie de la Comédie Divine, une poésie épique par l'auteur italien Dante Alighieri (1265-1321), ces horreurs ont été dépeintes de façon aussi saisissantes..

Inferno est un conte, rendu imaginaire, des voyages de Dante parmi les damnés. Son but était d'aviser ses lecteurs des récompenses ou des punitions qu'ils rencontreraient sûrement dans l'au-delà.

Selon Dante, l'Enfer est divisé dans neuf anneaux ou cercles concentriques, qui s'enfoncent tel un cône inversé dans la terre. Dans cette chambre d'horreurs à plusieurs niveaux, les âmes subissent des punitions selon leurs péchés. Les gloutons, par exemple, sont condamnés à être éternellement couchés comme des porcs dans une porcherie malodorante sous une pluie froide de saleté et de déchets. Les libidineux - poussés par leurs passions pendant leur vie - sont pris tourbillonnant dans un vent sombre de tempête.

Bien que c'est bel et bien le fruit de l'imagination fertile de Dante, Inferno se conforme généralement à la théologie de son âge. Son image de l'Enfer comme un camp de concentration gigantesque - un lieu cauchemardesque de supplices éternels présidé par Satan - s'est fixé dans l'imagination populaire. Cette image continue de représenter la pensée de quelques Chrétiens d'aujourd'hui - et de quelques critiques du Christianisme qui supposent, par erreur, que les images épouvantables de Dante viennent de la Bible.

Des points de vue différents

Si la représentation de Dante des régions infernales est exagérée, que déclarent les Saintes Écritures au sujet de l'Enfer ?

Quiconque s'engage dans une étude sur le sujet fait face à une bibliothèque intimidante par sa taille d'œuvres littéraires contradictoires. Pour compliquer les choses encore plus, beaucoup de ces travaux sont présentés logiquement et semblent présenter des preuves scripturales implacables.

Cela devrait nous mettre la puce à l'oreille.

En absence d'un enseignement très clair et précis dans le Nouveau Testament, le chrétien impartial doit considérer ces points de vue contradictoires comme méritant tous de s'y pencher. Même si, en fin de compte, on n'est pas d'accord avec la plupart des théories, l'étude ne peut que placer la question dans une meilleur perspective.

Le fait de vouloir mettre de côté nos présuppositions - notre bagage confessionnel - et d'examiner soigneusement et avec piété les mérites des différents arguments ajouteront à notre compréhension de la Bible et à notre confiance en la justice et la miséricorde de Dieu.

Voici en résumé, ce que sont les principaux points de vue contemporains, quoiqu'il y ait dans chaque point de vue des variations au-delà de la portée de cet article. (Voir Lecture Recommandée, page 14.)

•Un abîme embrasé. Selon ce point de vue, comme on l'a décrit auparavant, l'Enfer est un lieu réel rempli de flammes et de fumée où les âmes des damnés subissent un supplice éternel dans le feu.


Ce point de vue est basé sur une lecture littérale des Saintes Écritures qui caractérisent l'Enfer comme "un feu qui ne s'éteint point" (Matthieu 3:12), "la fournaise ardente" (Matthieu 13:42), "le feu éternel" (Matthieu 18:8), "châtiment éternel" (Matthieu 25:46) et des descriptions semblables.

•Une condition de séparation éternelle. Cette vue métaphorique croit en une punition éternelle consciente, mais pas dans des flammes réelles. Plutôt, les souffrances du damné sont traduites dans des termes spiritualisés. L'Enfer n'est pas un lieu, mais une condition - une fournaise d'afflictions, pour ainsi dire, pas une fournaise de flammes réelles.


La Bible utilise un langage symbolique. Selon ce point de vue de l'Enfer, le feu est une image utilisée de façon métaphorique, comme un symbole de la douleur de la privation, l'agonie du désespoir, le supplice et le désespoir de passer l'éternité sans Dieu.

La punition des méchants est la douleur de savoir qu'ils ne verront jamais Dieu. Les tenants de ce point de vue expliquent que le destin du damné est appelé "les ténèbres du dehors" (Matthieu 8:12) parce que ceux qui sont dans cette condition ne verront jamais la lumière de Dieu. Ils seront pris dans le piège des ténèbres pour toujours, bannis dans l'Enfer privé de leurs propres pensées, isolés dans un lieu qu'ils ont créé pour eux dans leurs propres esprits obscurcis. Ce sera leur libre choix de vivre sans Dieu.

•Un lieu de punition temporaire. Ce point de vue voit l'Enfer comme une punition, mais pas nécessairement pour toujours. L'Enfer est en effet réel, mais l'on y séjournera pas nécessairement pour l'éternité.


Les partisans de ce concept reconnaissent que la justice divine exige une punition quelconque pour le mal. Mais ils soutiennent qu'une punition infinie serait appropriée seulement pour le mal infini. La question qu'ils posent est quel genre de Dieu serait capable de rétribuer quelques décennies de péchés par une éternité de tortures ?

Les souffrances de l'Enfer sont donc réparatrices, ils raisonnent. Même les pécheurs les plus mauvais peuvent être réhabilités et trouver en fin de compte le chemin vers le ciel, bien que quelques- uns persistent dans la rébellion et voudront rester pour toujours séparés de Dieu.

Ce point de vue ressemble quelque peu au concept catholique du purgatoire, qui est sensé être la destination des croyants mourrant dans le péché, et où ils sont purifiés par la souffrance avant d'être admis au ciel. Par contre, la différence est que ce concept voit même que ceux, infidèles durant leur vie, pourraient éventuellement gagner le ciel.

•Annihilationisme. Ce point de vue affirme que le destin des pécheurs n'est pas la souffrance sans fin mais la destruction complète et finale.


Les âmes des méchants n'auront pas à supporter un châtiment éternel en Enfer, mais seront complètement annihilées après le Jugement Dernier. La période de punition consciente sera ainsi brève. Ils cesseront alors tout simplement d'exister - un destin beaucoup plus miséricordieux que le supplice éternel, diront les partisans de cette théorie..

Annihilationisme est aussi appelé la doctrine "de l'immortalité conditionnelle," parce que, selon ce point de vue, l'âme n'est pas nécessairement immortelle. Elle devient immortelle seulement par la grâce de Dieu. Dieu donne l'immortalité aux âmes des justes et annihilie celle des damnés.

Le point de vue des Annihilationistes voit l'Enfer - ou le feu de la géhenne (voir encadré) - comme un feu qui consomme. Les mauvais cesseront d'exister dans le feu de la géhenne - incinérés dans le grondement du feu du haut fourneau divin. Le feu ne s'éteint pas, dans le sens que personne ne peut l'étouffer ou l'éteindre avant qu'il ne consomme toute la balle.

Ce point de vue est basé sur la déclaration que Dieu peut détruire, l'âme et le corps dans l'Enfer (Matthieu 10:28) et les Saintes Écritures parlent "de la destruction éternelle" (2 Thessaloniciens. 1:9) et "la seconde mort" (Apocalypse 20:14; 21:8).

•Universalisme. Selon ce point de vue, tous seront sauvés à la fin. Aucun pécheur ne sera condamné à la punition éternelle. Dieu sauvera tous et chacun sans égards. L'universalisme considère qu'il y aura restauration finale de toutes choses (des Actes 3:21), incluant les damnés.


L'Enfer est de caractère purgatoriel et, selon les universalistes, la punition cesse quand le pécheur a été purifié. A la fin, tous auront accès à la présence de Dieu.

Ainsi, si l'Enfer existe, c'est seulement pour une durée limitée. La raison que les universalistes s'objectent à la notion de châtiment éternel en Enfer est la suivante. Ils font remarquer que le mot grec aion - souvent traduit par les mots éternel ou pour toujours - se traduit littéralement par un âge, une période de temps définie ou limitée.

Finalement, "chaque genou" fléchira devant Dieu; "toute langue donnera gloire à Dieu" (Romains 14:11). Jésus est le sacrifice d'expiation pour les péchés du monde entier (1 Jean 2:2). En Jésus- Christ, Dieu "il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même" (Colossiens 1:20).

Ce point de vue des universalistes vient des enseignements du Théologien chrétien du troisième siècle Origène d'Alexandrie, qui voyait les souffrances de l'Enfer comme réparatrices et se terminant quand la restauration finale aurait été atteinte.

Les critiques de ce point de vue déclarent que les gens sont libres de faire leurs propres choix. Dieu donne le libre arbitre aux gens d'avoir confiance ou non en Lui. Il ne forcera personne et certains refuseront sa grâce.

Indépendamment des détails de leurs points de vue, presque tous les Chrétiens partagent une croyance universelle dans quelque séparation de Dieu comme le destin du mauvais. À part cela, les détails ne sont pas essentiels. La foi Chrétienne ne fait pas de l'Enfer une doctrine fondamentale, cela ne devrait donc pas être une cause de division parmi les chrétiens.

Mais nous pouvons continuer à en parler. La spéculation est appropriée, tant que nous-nous souvenons que nous n'avons pas cette connaissance, de façon définitive et dogmatique.

L'état intermédiaire

Une autre question pertinente qui s'en suit est quand les souffrances de l'Enfer commencent. Est-ce que c'est immédiatement après la mort physique, ou après le Jugement Dernier?

L'intervalle entre la mort physique et le Jugement Dernier est souvent nommé "l'état intermédiaire." La Bible dit peu de la condition de l'âme ou l'esprit pendant cette période de temps.

Certains croient que l'âme est en état de sommeil pendant cet intervalle - qu'il est en attente dans la tombe, attendant la résurrection et le Jugement Dernier, lequel fixera son destin éternel. D'autres croient qu'à la mort, l'âme va immédiatement à sa récompense éternelle dans le ciel ou à sa punition en Enfer.

Si ce dernier point de vue était correcte, agirait-on prématurément en anticipant sans fondement la décision du Dernier Jour? Alors, quel serait donc le but du Jugement Dernier?

Dante pose cette question à son guide dans Inferno. Comment les punitions des âmes changeront-elles après le Dernier Jugement? La réponse: puisque tout sera fait parfait ce jour-là, la punition du méchant sera aussi perfectionnée - autrement dit, elle sera faite encore plus douloureuse!

Mais une possibilité encore plus intrigante - et plus plausible - existe en ce qui concerne l'état intermédiaire et comment elle se rapporte au destin ultime des morts!

Qui souffrira ? 

Une des objections principales au concept chrétien de l'Enfer est le fait incontesté que la grande majorité des gens sont morts sans jamais avoir entendu parler de l'Évangile et d'avoir eu la chance d'accepter Jésus Christ. Selon les points de vue décrits ci-dessus, ils devraient être jetés en Enfer pour toujours.

Est-ce que les milliards qui n'ont pas accepté l'Évangile avant qu'ils ne soient morts, sont éternellement perdus? Des milliards seront-ils jetés dans le feu éternel parce qu'aucun missionnaire ne les a atteints avant qu'ils ne soient morts ?

En autres mots: Dieu établirait-il une méthodologie pour le salut qui serait inaccessible à la vaste majorité de gens et les condamnerait-il ensuite à la punition éternelle à cause de cela? 

Le plan de Dieu inclut tous ses enfants. D'une façon ou d'une autre, chaque personne aura une pleine occasion d'entendre l'Évangile et de se repentir. La justice de Dieu l'exige.

Peut-être toute la question de l'Enfer peut être mise en perspective en s'attaquant de front à la question même que beaucoup considèrent comme étant une cause accablante contre le Christianisme.

Il est instructif de prendre note des différentes façons par lesquelles les damnés (du grec, damnum) - ceux qui seront privés éternellement de la présence de Dieu - sont décrits par divers théologiens. En voici quelques-uns :

•"Les incroyants" 


•"Les non sauvés" 


•"Les incorrigiblement mauvais" 


•"Les ennemis de Dieu" 


•"Ceux qui haïssent Dieu" 


•"Les non-chrétiens" 


•"Les non-rachetés" 


•"Les infidèles" 


•"Les pécheurs non repentis" 


•"Ceux qui rejettent Dieu" 


•"Ceux qui n'ont pas accepté Jésus" 


Mais, il est juste de se demander, sont-ils tous de la même classification? Les non-chrétiens doivent-ils être assimilés aux incorrigiblement mauvais? Ceux qui sont morts sans accepter Jésus, sont-ils les ennemis de Dieu?

Il est donc nécessaire de définir plus précisément le damné - et ça pourrait bien nous mener vers une réponse à une des objections les plus cinglantes au concept de l'Enfer. La question semblerait être réduite à: de quelle façon et à quel temps les condamnés seront châtiés .

Un plan pour les perdus?

De telles considérations ont déjà incité quelques théologiens à suggérer qu'une personne morte, mais non sauvée, puisse encore éviter le destin final du feu de la géhenne s'il n'avait jamais eu pleinement et librement la chance de connaître et d'accepter Jésus-Christ pendant la durée de sa vie physique. Autrement dit, il pourrait encore avoir une telle occasion avant le Jugement Dernier!

Serait-il possible que leur décision d'être fidèle ou non pourrait avoir lieu dans le domaine de la mort?

Dans son petit roman Le Grand Divorce (1946), C.S. Lewis a observé que le but de Dieu pour l'humanité est le salut, non pas la condamnation. Il a lancé l'idée que Dieu puisse avoir un plan de salut même pour le perdu.

"Je ne pense pas que tous ceux qui choisissent la mauvaise voie périront," a écrit Lewis, "mais leur salut consiste à les remettre sur la bonne voie."

Est-ce que Dieu est impuissant à remettre les gens sur la bonne voie simplement parce que leur vie physique est terminée? Est-il exagéré de dire que la grâce de Dieu pourrait s'étendre même au-delà de la tombe ?

Ne pourrait-il pas être possible que Dieu donne à tous l'occasion de croire et de se repentir - même après la mort? Et que beaucoup reconnaîtront alors Christ comme l'objet du désir le plus profond de leur âme et, qu'enfin, ils Le connaîtront et L'accepteront?

L'Enfer - indépendamment de sa nature - a considérablement plus de sens si ceux qui s'y retrouvent sont seulement ceux qui, en pleine connaissance, rejettent délibérément Dieu. Et si c'est le cas, l'injustice et la cruauté présumées de l'Enfer disparaissent! L'Enfer n'est donc plus une cause contre le Christianisme!

Seulement un refus persistant et obstiné d'accepter la grâce et la miséricorde de Dieu peut condamner un individu. Dieu ne jettera personne en Enfer à moins qu'ils ne le forcent. Tristement, il semblerait que certains n'accepteront pas la grâce de Dieu (Matthieu 25:46; Apocalypse 19:20; 20:10,15). Certains refuseront de faire face au mal dans leurs vies et de se repentir.

Comme C.S. Lewis l'a résumé: "n'importe qui peut choisir la mort éternelle. Ceux qui la choisissent l'auront. Tout compte fait, il existe seulement deux sortes des gens: ceux qui disent à Dieu, ' Que ta volonté soit faite, ' et ceux à qui Dieu dit à la fin, ' Que ta volonté soit faite. ' Tous ceux qui sont en Enfer, choisissent l'Enfer."

L'heureuse alternative

Le plan de Dieu inclut tous ses enfants. D'une façon ou d'une autre, chaque personne aura une pleine occasion d'entendre l'Évangile et de se repentir. La justice de Dieu l'exige. Il se peut que nous ne connaissions pas les détails du comment ou du quand ce sera accompli, mais nous savons qu'un Dieu saint, juste et amour verra à tous, avec justice.

Dieu a envoyé son propre Fils pour subir la crucifixion et la mort pour nous sauver. Un tel Dieu pourrait-Il être autre chose que juste et charitable? À tous, sauf ceux à l'esprit étroit, la Bible est un livre qui laisse beaucoup de questions ouvertes. Pour ses propres bonnes raisons, Dieu n'a pas révélé tous les détails de son plan pour l'humanité. Beaucoup de ses voies sont au-delà des nôtres (Ésaïe 55:8). C'est un rappel de notre besoin d'humilité. Et en absence de ces détails, le fait de parler de façon dogmatique et inflexible au sujet de l'Enfer empêche le converti potentiel d'accepter l'amour de Dieu.

Il est tentant d'être manipulé par nos penchants et de penser que la nôtre est la seule façon appropriée de comprendre l'au-delà. Mais Dieu est plus grand que notre point de vue personnel ou confessionnel. Dieu désire qu'aucun d'entre nous périsse. Il veut que personne ne souffre en Enfer. Il veut que tous aient la vie éternelle (1 Timothée 2:4; 2 Pierre 3:9). Il est toujours prêt à accueillir le pécheur repentant qui se tourne vers Lui et la bonté.

Aucun de nous ne veut être en Enfer - indépendamment de ce que et quand c'est. Heureusement, nous ne devons en avoir aucune crainte. Le salut est nôtre, gratuitement, à condition que nous reconnaissions notre besoin de Dieu. Nous pouvons refuser Dieu - mais Il ne nous refusera jamais.

Mais Dieu a aussi créé les gens libres. Il nous a donné la capacité de décider de notre propre destin. Dieu ne tournera pas le dos au mal et à l'injustice. Si nous le forçons, Il traitera avec le mal de façon absolue et définitive.

L'heureuse alternative est de vivre pour Dieu - non dans la crainte, mais parce que nous désirons un rapport personnel avec le Créateur de l'univers. Et si nous faisons ce choix, nous récolterons de riches bénéfices - dans cette vie et pour toujours, dans la vie à venir.

Et ceci en fait une cause puissante - pour le Christianisme! 

Keith Stump est un auteur, scénariste, historien et archéologue.



Quel Enfer ?

Quatre mots différents grecs et hébreux ont été traduits par le mot Enfer dans la version King James de la Bible. Cette mauvaise traduction a été la source de confusions considérables au fil des siècles. 

Toute tentative de tirer un enseignement biblique au sujet de l'Enfer exige une analyse prudente de ces mots et ce, en égard à leurs contextes. 

La Bible parle non de un, mais de trois Enfers : 

1. Israélite Shéol/Grec Hadès. Le nom antique hébreu pour le domicile des morts était sheol. Shéol signifie littéralement "la tombe ou la fosse," mais le mot a aussi pris la signification, dans la conception populaire, de la résidence des esprits qui ont quitté ce monde. Les Israélites de l'antiquité croyaient que l'esprit d'une personne morte quittait le corps et allait demeurer dans ce Sheol, une région terne et sombre sous la surface de la terre. 

Quelques experts croient que l'on fait allusion à ce royaume des morts dans Genèse 37:35 et Job 3:13-19, entre autres passages. 

Quand les Saintes Écritures ont été traduites de l'Hébreu au Grec (les Septantes) aux 3ème et le 2 siècles av. J.-C, shéol a été traduit par le mot grec Hadès, à cause de la grande ressemblance de shéol 's à la conception grecque de l'au delà. Dans la mythologie grecque, Hadès était la place où allaient les esprits humains - un milieu sombre où les morts menaient une existence terne. Dans la parabole de Lazare et l'homme riche (Luc 16 - voir encadré), Jésus décrit Hadès comme étant une place réelle de supplice et non simplement de la tombe. Quelques savants croient qu'Hadès peut être la place où les non sauvés qui sont décédés demeurent en état de conscience- et probablement avec une certaine mesure de souffrance - en attente de la résurrection et du Jugement Dernier. Hadès n'est jamais employé dans les Saintes Écritures dans le contexte de punition finale. 

2. Grec Tartarus. Tartarus est mentionné seulement une fois dans les Saintes Écritures, dans 2 Pierre 2:4, où il se réfère à une place ou une condition de contrainte pour des anges déchus. Pierre le décrit comme "un cachot souterrain sombre" (NIV). C'est un Enfer qui s'applique seulement aux anges rebelles ou des démons - pas aux être humains. 

Dans la mythologie grecque, Tartarus était au-dessous d'Hadès et était le lieu où des êtres rebelles surnaturels ont été enfermés - ce qui correspond étroitement à l'usage qu'en fait l'apôtre Pierre. 

3. Grec Gehenna. Seulement Gehenna partage le sens d'Enfer populaire d'aujourd'hui comme étant un lieu de feu et de souffrance. Le mot grec Gehenna provient du mot Hébreux gai-Hinnom, ou la Vallée d'Hinnom. La Vallée rocheuse d'Hinnom est un ravin profond, étroit, situé au sud-ouest de Jérusalem. Dans les temps de l'Ancien Testament, c'était une place de rites abominables païens associés à l'adoration de l'idole Molech, incluant le sacrifice d'enfants dans une section de la vallée appelée Tophet (2 Rois 23:10). 

Après le retour des Juifs de l'exil de Babylone, la vallée est devenue la fosse d'aisance et la décharge de la ville de Jérusalem. Des feux brûlaient continuellement, se nourrissant d'une provision constante de déchets - et de temps en temps les corps des criminels exécutés - ce qui a fourni des images d'un lieu embrasé qu'est l'Enfer du Jugement Dernier, dans les flammes desquelles les méchants seront un jour jetés. Gehenna a été employé par Jésus dans Matthieu 5:22; 23:33; Luc 12:5 et ailleurs pour désigner le lieu de punition finale, plus tard décrit par Jean comme "un lac de feu" dans Apocalypse 19:20 et 20:10,14-15. 

Pris de façon littérale ou métaphorique, ces références bibliques à Gehenna ont peu de choses en commun avec les images exagérées de la théologie médiévale, comme les supplices de l'œuvre intitulée Inferno de Dante.




Lazare et l'Homme Riche

Quelques uns voient la parabole bien connue de Lazare et de l'homme riche (Luc 16) qu'avait raconté Jésus comme preuve incontestable de la réalité d'une punition éternelle dans un Enfer embrasé d'un feu ardent. 

Une lecture attentive, cependant, soulève des doutes sérieux à une telle interprétation. 

À quel temps après la mort la parabole fait-elle allusion - immédiatement après la mort, ou après le Jugement Dernier? Beaucoup de savants croient que la parabole a lieu dans l'état intermédiaire - l'intervalle après la mort physique, mais avant la résurrection et le Jugement Dernier. Remarquez : Jésus a spécifié que l'homme riche était "Dans le séjour des morts [Hadès], il leva les yeux; et, tandis qu'il était en proie aux tourments" (Luc 16:23). Hadès est largement considéré comme la place où les non sauvés morts vont attendre le Jugement Dernier. Hadès n'est pas le lieu de punition finale; le mot Gehenna est employé pour ça (voir encadré). La parabole contient aussi la suggestion que les frères de l'homme riche sont toujours physiquement vivants (Luc 16:27-31). 

Mais même cette analyse peut pousser les images au-delà de l'intention de Jésus. Lazare et l'homme riche est une parabole. Une parabole est un dispositif littéraire. Comme telle, elle n'est pas destinée à être une maquette précise, avec tous les détails correspondant à une réalité précise. 

Le but d'une parabole n'est pas dans les détails, mais dans la leçon. Derrière la signification extérieure ou évidente se trouve une vérité spirituelle plus profonde. 

Dans Luc 16, cette vérité plus grande est un avertissement contre une vie d'avarice débridée. Le contexte immédiat est la convoitise et l'avidité. 

La parabole peut nous dire que, pour certains, le supplice est possible immédiatement après la mort. Mais il n'y a aucune indication qu'elle parle du destin final de ceux qui meurent sans la grâce de Dieu. L'Enfer n'est pas le sujet de la parabole. Le but de Jésus n'était pas de transmettre de l'information au sujet de l'outre-tombe, mais bien de parler du contexte plus large du souci pour son semblable dans cette vie.

Lecture recommandée : Quatre Vues de l'Enfer, William Crockett (Rédacteur)., Zondervan Publication. Deux Vues d'Enfer : un Dialogue Biblique et Théologique, Edouard W. Esquivez, Robert A. Peterson, Intervarsity Press. Le Grand Divorce, C.S. Lewis.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 16184
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Église Universelle de Dieu - Page 3 Empty Re: Église Universelle de Dieu

Message  Arlitto le Lun 7 Mar - 16:06

Les Cultes

Qu'est-ce qui les rend si mauvais, après tout ?

Par Monte Wolverton

Si nous voulons recevoir beaucoup de courrier de nos lecteurs, tout que nous avons à faire c'est de produire un article expliquant et défendant l'histoire de la foi chrétienne en rapport avec quelques faux enseignements ou interprétations bibliques erronées. 

La défense et l'explication des doctrines bibliques est appelée apologétique. Un article apologétique dans The Plain Truth occasionne habituellement un raz-de-marée de lettres et de courriels, pour et contre. Ceux qui sont contre s'expriment souvent de la façon suivante: 

"Pourquoi êtes-vous si critiques envers d'autres chrétiens ? Pourquoi ne pas laisser les autres croire en paix à ce qu'ils veulent bien croire?"

Les chrétiens qui pratiquent l'apologétique sont souvent perçus comme critiques, harangueurs et négatifs parce qu'ils soutiennent la foi historique chrétienne en soulignant l'erreur doctrinale. 

La plupart des dénominations chrétiennes ont été formées parce qu'elles étaient en désaccord avec une autre dénomination sur quelques points périphériques de l'enseignement. Néanmoins, la plupart des dénominations qui se disent chrétiennes conviennent généralement des doctrines qui forment le coeur du christianisme. Toutes les dénominations qui sont actuellement chrétiennes souscrivent et acceptent les doctrines de base du christianisme. 

The Plain Truth met un plein emphase sur les principaux enseignements de la Bible - les doctrines historiques et essentielles du christianisme. Nous croyons qu'il est important de discuter de ces notions bibliques essentielles. 

Les cultes vous diront que d'une façon ou d'une autre, à quelque part, le christianisme s'est mis à faire fausse route et que Dieu les a désignés pour "rétablir la vérité" en ces "temps de la fin." 

Nous croyons que nous avons la responsabilité de donner à nos lecteurs la vérité intégrale, même si elle peut sembler négative à notre culture relativiste qui glousse dans la tolérance, culture qui méprise les valeurs. La vérité est qu'il devient de plus en plus impopulaire d'être debout pour la pure vérité parce que notre culture croit qu'il n'y a aucune vérité absolue (sauf "le fait" qu'il n'y ait aucune vérité absolue). 

Dans cet article, nous regardons aux cultes "chrétiens" - ces groupes qui prétendent suivre Christ, mais qui cependant nient un ou plusieurs des enseignements fondamentaux du christianisme (voir "Core Christianity", page 45). 

Ainsi pourquoi est-ce une si grande affaire que d'avoir un enseignement inédit ? Même si c'est théologiquement erroné, quel tort cela fait-il ? Au pire, n'est-ce pas qu'une sorte de crime spirituel sans victimes ? 

Les cultes - si c'est mauvais pour vous, c'est mauvais pour tout le monde.

Les cultes en général et les cultes chrétiens en particulier (les groupes qui prétendent être chrétiens, mais qui ne le sont pas) sont nuisibles à plusieurs niveaux. Non seulement ce sont des cultes théologiquement imprécis - présentant une vue déformée de Dieu - mais leur théologie biaisée amène presque à coup sûr une tonne de problèmes. 

Une mauvaise théologie, un mauvais enseignement et une mauvaise interprétation biblique ne sont pas seulement spirituellement destructifs, mais mènent à des suppositions fausses et à des vues du monde biaisées qui sont à l'origine de mauvaises décisions. 

Habituellement, les cultes "chrétiens" enseignent certaines écritures de base à des fins de désinformation. Certains experts des cultes se réfèrent à cette désinformation comme étant des revendications de vérité exagérées. Les critiques moins subtiles les appellent des affirmations non bibliques ou même des mensonges. Intentionnellement ou pas, des cultes chrétiens mentent à leurs disciples au nom de Dieu. Voici quelques-uns des trucs les plus énormes. 

"Nous sommes la seule vraie église." Les cultes sont des cultes, théologiquement, parce qu'ils diffèrent sur un ou plusieurs des enseignements principaux du christianisme orthodoxe - les enseignements qui ont une résonance biblique et qui résistent à l'épreuve du temps. Mais les cultes vous diront que d'une façon ou d'une autre, à quelque part, le christianisme s'est mis à faire fausse route et que Dieu les a désignés pour "rétablir la vérité" en ces "temps de la fin." 

Il y a, en fait, une seule vraie église dans la Bible. Elle se compose de chacun de ceux qui croient en Jésus-Christ comme Fils de Dieu - qui l'ont accepté comme leur Souverain et leur Sauveur. Ceux qui partagent une croyance véritable en Jésus font tous parties de son église universelle. 

Quand un groupe enseigne, de par sa propre autorité, qu'il est la seule vraie église, cela encourage ses disciples à se comporter de manière exclusive et à traiter les autres avec mépris. 

"Dieu parle par notre entremise." Un culte, de par sa nature, essaie de perpétuer un jeu unique d'enseignements. Ces enseignements constituent la marque de commerce du groupe et ses revendications de vérité exagérées. Sans de telles distinctions, il n'y aurait aucun attrait d'unicité pour attirer des membres. Le culte, bien sûr, croit que ses enseignements doivent être préservés et protégés du changement. Les cultes suppriment donc les avis personnels, la pensée critique et le libre échange d'idées. 

La Bible contient des avertissements contre les interprétations personnelles des Écritures (2 Pierre 1:20) et l'argumentation humaine contre Dieu (2 Corinthiens 10:5). Mais on ne retrouve nulle part dans les Écritures une contre indication au raisonnement sensé. En fait, la méthode d'enseignement de Jésus impliquait que ses disciples posent des questions et qu'ils en débattent en pensant d'une manière critique et soignée. 

Les cultes, d'autre part, orientent les disciples loin de la pensée claire et critique. 

L'administration d'un culte et son enseignement est une question de contrôle. Des décisions personnelles sont souvent faites à la place des gens qui eux-mêmes sont emmenés à obéir, plutôt que d'être enseignés sur la façon de prendre des décisions chrétiennes qui soient bibliquement correctes. 

Les dirigeants de culte maintiennent souvent des idées excentriques qui ne tiennent pas la route lorsque comparées à l'éducation, la science et la médecine. 

Souvent les disciples, doutant de l'éducation conventionnelle, n'atteignent pas un haut niveau de scolarité, ce qui les amène à être plus crédules et incapables d'interrogations et d'évaluation à l'égard de leur culte peu orthodoxe et de leurs idées parfois dangereuses. 

La Bible souligne l'obéissance à l'évangile, aussi bien que le respect du ministère pastoral. Elle responsabilise le ministère qui doit enseigner et expliquer les Écritures. Elle nous exhorte à prendre de bon avis (Proverbes 20:18) et d'impliquer Dieu dans tous nos faits et gestes (1 Pierre 5:7). Mais il ne donne pas l'autorité, voire même la prédisposition au clergé de gérer la vie des paroissiens, encore moins dans des sphères où le clergé a peu ou pas d'expertise. 

Dans leur aspect le moins nuisible, les cultes privent les gens d'autonomie et de la maturité qui vient suite au défi de prendre des décisions. 

Dans leur aspect le plus dommageable, le manque de pensée critique et l'obéissance inconditionnelle aux hiérarchies du culte a mené la secte des Davidiens au désastre de Waco au Texas et le suicide de masse des "People's Temple" en Guyane. 

"Vous n'êtes pas assez bons." Bien qu'il existe plusieurs variantes à ce message, cet enseignement tient les membres dans un état d'humilité obligatoire et ils sont donc malléables et dépendants de la direction du culte. 

Cela peut sembler faire écho à l'enseignement biblique qui dit que tous ont péché et qu'aucun de nous ne peut être assez bon pour gagner son salut. Mais la Bible enseigne aussi que Dieu nous a rendus juste par le sacrifice de Jésus (Hébreux 10:10). 

Cette vérité puissamment libératrice qui nous provient de l'évangile, n'est pas une bonne nouvelle pour les cultes. Ils semblent désirer que leurs membres croient que leur comportement est continuellement remis en question et que la seule voie par laquelle ils peuvent espérer un jour s'améliorer, se surmonter ou se qualifier, est de se laisser aller à la remorque de la ligne conductrice du culte. 

Quelques disciples essayent, en réalité, d'échapper à ce sombre nuage d'oppression et de culpabilité en essayant d'atteindre des positions de direction et d'autorité au sein de l'organisation - c'est ainsi qu'ils traitent alors les gens comme ils ont été traités. 

Mais les leaders constatent finalement que le culte les traitent encore plus mal que les membres, puisqu'ils sont entraînés dans son giron politique et doivent lutter pour maintenir leur position ou risquer d'être pris comme cibles et d'être "désavoués" dans le déshonneur. 

Les disciples qui ont été soumis à ce traitement considèrent souvent Dieu comme un souverain dur et sévère au lieu d'un créateur aimant qui s'est donné lui-même pour nous sauver. 

"La fin n'est qu'au dernier tournant." Plusieurs cultes - ceux qui s'appellent chrétiens ainsi que ceux qui feignent d'être chrétiens - ont une forte composante apocalyptique. Pour de tels groupes, la fin de l'âge constitue le point central plutôt que Christ. Ce virus, bien sûr, est répandu même dans la communauté orthodoxe évangélique chrétienne. 

En conséquence, les disciples vivent dans un état constant d'inquiétude, fluctuant entre l'effroi et l'attente (selon leur état spirituel). Avoir peu d'anxiété est interprété comme un sujet d'inquiétude et manquer totalement de se sentir tourmenté et troublé au sujet de l'avenir indique de la complaisance. 

Parce que la fin est toujours vue comme imminente, les disciples sont enclins à négliger leurs responsabilités physiques, tel que des objectifs de carrière à long terme, l'éducation, la planification financière et les investissements - même les besoins de traitements médicaux et dentaires. 

Si vous êtes convaincus que l'économie et la société sont perpétuellement au bord de l'écroulement, vous ne serez pas enclins à investir du temps et de l'argent dans un projet de carrière ou dans des buts financiers. 

De plus, on perçoit souvent comme suspect les accomplissements professionnels et financiers, puisque ces poursuites "matérialistes" pourraient entraîner les disciples hors du groupe. 

Ironiquement, les têtes dirigeantes du culte semblent souvent n'avoir aucun problème avec une acquisition prodigieuse de biens matériels et un investissement dans un futur auquel les disciples ne croient pas. 

Puisque les disciples ne sont pas encouragés à poursuivre des études supérieures ou des buts financiers à long terme, plusieurs d'entre eux vivent une existence chiche. À cause de cela, les dirigeants de culte emploient souvent un modèle "de crise" pour lever des fonds. Les cultes se déplacent souvent d'une crise fabriquée à une autre comme s'ils essayaient de motiver leurs disciples financièrement liés à eux, pour creuser plus profondément dans leurs poches et leurs fonds pour encore un autre projet qui est au-delà du budget normal d'exploitation de l'organisation. 

C'est une voie contraire à la morale et irresponsable de diriger une organisation, mais c'est pire encore lorsqu'elle est employée au nom de Dieu. 

Il est vrai que la Bible enseigne que Christ viendra de nouveau et que les croyants ne doivent pas faire de cette vie physique leur seule niche. Mais la Bible enseigne aussi que les fidèles doivent vivre des vies responsables et être productifs ici et maintenant (Éphésiens 4:28; 2 Thessaloniciens 3:11-13. 

La cause de Christ est plus efficacement défendue par des croyants stables qui sont des citoyens responsables et mûrs. 

"Nous sommes plus importants que votre famille ou votre communauté." Les familles ont un effet de stabilisation sur les individus. Les cultes qui recrutent de jeunes gens cherchent d'habitude à retirer les nouveaux disciples de l'influence de la famille ou de leurs cercles d'amis. Les cultes emploient aussi les familles et les amitiés pour maintenir les disciples sous leur pli - puisque finalement la vaste majorité de leurs amis et de leur famille fait aussi partie du culte. On décourage souvent les membres d'avoir une participation excessive dans la communauté (à moins que ce ne soit que pour recruter de nouveaux membres). Certains cultes interdisent même de voter. 

Le culte devient une famille de substitut et la seule communauté dont les disciples ont besoin. 

Les Écritures nous avertissent de ne pas nous associer avec "le monde," (1 Jean 2:15-17), en se référant au mal qui est dans le monde. Les Écritures disent aussi que certains peuvent devoir choisir entre la famille et Christ. Néanmoins le point principal qui chapeaute l'enseignement du Nouveau Testament est que les familles doivent rester intactes et liées avec leurs communautés (1 Timothée 3:2-7). 

"Nous sommes le gouvernement parfait de Dieu sur la terre." Les cultes se mettent eux-mêmes de l'avant. Après tout, chaque culte se considère être le représentant unique de Dieu, parfois il affirme lui-même être le royaume de Dieu. Plus fondamentalement, les groupes de culte ont tendance à être légalistes, plaçant une grande emphase sur une apparence et un comportement scrupuleux. L'unanimité à l'égard des têtes dirigeantes est donc primordiale. 

Toutefois dans le Nouveau Testament, nous ne voyons pas les apôtres souffrir de l'influence des différents groupes de pensée. Nous constatons plutôt des différences de vues et des échanges d'idées. Il y eut un débat ouvert au Conseil de Jérusalem (Actes 15:6-21), un désaccord ouvert entre Paul et Barnabas (Actes 15:36-41) et une argumentation entre Paul et Pierre (Galates 2:11). 

Aujourd'hui, les églises saines et leurs organisations périphériques conduisent la plupart de leurs affaires ouvertement. Les décisions sont faites par des processus démocratiques ou collégiaux. Les erreurs sont reconnues et corrigées. Les vérifications comptables sont accessibles. 

Mais s'il y a un débat ou un désaccord au sein de la direction du culte, vous n'en entendrez peu parler ou pas du tout. Les têtes dirigeantes ne reconnaîtront pas aisément avoir fait des erreurs (qui seront habituellement maquillées en succès, ou encore, le blâme sera jeté sur quelque autre tête dirigeante qui est tombée dans la défaveur, conséquence de leur éviction). 

En raison de la pression pour être impeccables, les problèmes sérieux (à la fois personnels et corporatifs) sont balayés sous le tapis. Après s'être permis de croître, ces plaies purulentes occasionnent souvent le désabusement des disciples et leur départ. Bien sûr, les ministres du culte se pressent d'indiquer des passages bibliques tel que 2 Thessaloniciens 2:3, montrant qu'une telle "dissidence" ou "rébellion" a été prophétisée. 

La désillusion est peut-être l'effet le plus néfaste à long terme. Plus grande est la sincérité, la fidélité et le respect pour les têtes dirigeantes du culte, plus dévastatrice est la désillusion des disciples quand ils se rendent finalement compte qu'ils ont été dupés et trompés. Leur univers tout ordonné a été bouleversé, secoué et finalement brisé en mille miettes.

En conséquence, de nombreux membres du culte perdent espoir en bloc dans le christianisme. Ils deviennent cyniques, amers et sceptiques. S'ils sont attirés à une quelconque sorte de religion, c'est le plus souvent par la nébuleuse spiritualité du mouvement du Nouvel Âge, qui est un vaste ramassis d'enseignements non bibliques. 

Le fruit des cultes dits "chrétiens"

Dans le pire des cas , les cultes "chrétiens" :

•Mentent en disant qu'ils sont la seule fenêtre spirituelle en ville.


•Privent les disciples de la capacité de penser clairement.


•Privent les disciples de la confiance et du contrôle de leurs propres vies.


•Privent les disciples de stabilité financière.


•Privent les disciples d'une vie saine, de projets de carrière et d'éducation.


•Aliènent les disciples à l'égard de la famille et de la communauté.


•Proclament de fausses prophéties.


•S'attribuent à eux mêmes une fausse autorité - voir même l'infaillibilité.


Et ils font tout cela au nom de Dieu.

Les cultes créent un monde pareil à une transe illusoire dans lequel quelques disciples sont un peu plus que des faux-bourdons aveugles accomplissant les commandements de leurs maîtres corrompus. 

Tout cela est le résultat d'une mauvaise forme de théologie et de fragile interprétation biblique. 

Il est alarmant de constater que des problèmes similaires sont aussi présents parmi certaines églises chrétiennes même si elles ont une théologie relativement saine, du moins officiellement. Finalement, l'enseignement non biblique prend au piège et empêtre - et asservit. 

Si vous-mêmes ou quelqu'un que vous connaissez êtes impliqués dans un culte, dans un enseignement d'un culte ou de groupes chrétiens à l'image d'un culte, vous devez agir. Il est difficile et déstabilisant de couper court à cette implication. Mais tôt ou tard, vous devez faire face à cette vérité douloureuse et adopter la vérité complète concernant votre liberté en Jésus-Christ.

Étaient-ils ou n'étaient-ils pas ?

Joseph Smith et Charles Taze Russell, ces fondateurs de deux cultes américains bien en vue ont prétendus être chrétiens. 

Joseph Smith (junior: ndc), le fondateur de l'église des Mormons, est né à Sharon, au Vermont, en 1805 et avait peu d'éducation académique. À l'âge de 14 ans, M. Smith s'intéressa à la religion, mais a été prétendument instruit par Dieu le Père et Jésus-Christ de ne pas joindre aucune église. Plus tard, il a développé un intérêt pour la magie et la divination et a offert ses services comme clairvoyant, mais a été reconnu coupable de conduite contraire aux bonnes mœurs et comme un imposteur en 1826. 

Une année plus tard il a prétendu avoir été visité par un ange nommé Moroni, qui lui a dit où trouver d'anciens documents inscrits sur de minces plaques d'or. Il a "traduit" celles-ci et les a publiés comme le Livre de Mormon en 1830. Plus tard en cette même année, Joseph Smith a fondé l'Église de Jésus-Christ des Saints des derniers Jours. Il a fondé des villes en Ohio, au Missouri et en Illinois; il a envoyé des missionnaires dans le monde entier; établi la doctrine des Mormons; construit plusieurs temples Mormons; et a même été un candidat à la présidence des États-Unis. Mais dans la plupart des communautés les Mormons n'étaient pas acceptés et Smith, ainsi que son frère ont été tués dans une foule à Carthage, en Illinois, en 1844. Aujourd'hui, plus de 100 dénominations totalisant 11 millions de personnes sont reconnues comme Mormons. Encore une fois l'enseignement des Mormons diffère énormément du christianisme historique. Joseph Smith a ridiculisé l'idée de la Trinité, en enseignant que le Père, le Fils et l'Esprit Saint sont trois déités séparées et que les êtres humains peuvent aussi devenir des dieux. Bien que les Mormons enseignent que Jésus est notre Rédempteur et qu'Il est Dieu, les Mormons enseignent aussi que Jésus a atteint la divinité et qu'Il s'est qualifié pour le devenir - en opposition avec la Bible, qui déclare que Jésus est et était éternellement Dieu. 

Charles Taze Russell est né en 1852, à Allegheny, en Pennsylvanie où, plus tard, il devint actif dans l'église Christian Congregationalist. Il a écrit et a donné des cours sur la prophétie biblique, prêchant que le retour "de l'esprit invisible de Jésus-Christ" est arrivé en 1874. Il a commencé à publier son journal, la Tour de Garde (The Watch Tower) et le Témoin de Christ (Herald of Christ's Presence) en 1879 et en 1884, il a de plus formé la Watch Tower Bible & Tract Society. 

Comme le mouvement de Russell prenait de l'ampleur, il transféra le tout à Brooklyn, New York. Après sa mort en 1916, son successeur, Joseph Rutherford, a inventé le terme "les Témoins de Jéhovah". Rutherford a restructuré et réorganisé la Société WatchTower dans le format que l'on retrouve aujourd'hui. Les témoins de Jéhovah et ses groupes dérivés revendiquent environ 6 millions de membres dans le monde entier. Les enseignements de Russell étaient, dès le point de départ, radicaux par rapport avec la base historique biblique du christianisme. Comme Joseph Smith, Russell était anti-trinitaire. Russell a enseigné que l'idée de la Trinité était satanique. Il enseigna plutôt que Dieu le Père est "le Dieu suprême" dont le nom réel est Jéhovah et que l'Esprit Saint est la force impersonnelle active de Dieu. 

Selon Russell, Jésus n'est pas Jéhovah, mais simplement un être créé qui "devint dieu " connu à l'origine comme étant l'archange Michel. Russell a aussi enseigné que Jésus est ressuscité spirituellement des morts, non physiquement.

Les règles de base pour lire la Bible

Les cultes doivent leurs enseignements incorrects en grande partie à une interprétation biblique boiteuse. Mais, il existe des méthodes pour s'assurer que nous interprétons la Bible aussi objectivement que possible. Voici trois principes de base d'une interprétation saine de la Bible : 

1.La Bible doit être lue dans le contexte de sa signification originale pour son auditoire original, avant que n'importe quelle application moderne ne puisse en être déduite (Plusieurs enseignements des cultes sont le résultat de la non application de cette simple règle).


2.Le contexte original inclut une compréhension de l'histoire, de la culture et du genre linguistique employé dans le passage. 


3.Les règles de logique doivent diriger ce qui peut être déduit des Écritures - la Bible s'interprète elle-même. Les idées subjectives et les révélations prophétiques personnelles n'ont aucune place dans ce processus. 


Apprenez ces principes et plus encore dans les livrets "Experiencing the Word" (en anglais seulement), disponible au Plain Truth Ministries. Appelez 1-800-309-4466 pour un livret gratuit.

Le noyau fondamental du christianisme

Les plus évidents des principaux enseignements du christianisme sont tous clairement exposés dans la Bible. Voici quelques croyances clés, le noyau fondamental sur lequel l'évangile de Jésus-Christ est bâti. La plupart des hérésies sont issues d'une forme quelconque de déviation de ces cinq croyances clés essentielles.

La Trinité. Il y a seulement un seul vrai Dieu qui est Trinitaire - Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu l'Esprit Saint. 

L'Esprit - troisième personne distincte de la divinité mais représentant toutefois un co-élément essentiel aux personnes divines qui sont Un. Cet enseignement est apparu comme une norme biblique en réponse aux idées non bibliques au sujet de Dieu qui avaient été proposées dans les trois premiers siècles après Jésus-christ. 

Tout autre enseignement alternatif au sujet de la nature de Dieu a été une cause probante d'une source de problèmes théologiques majeurs - ou bien Dieu est diminué ou bien l'être humain est exalté.

La Trinité est confirmée par de nombreux passages, incluant : Matthieu 28:19; Marc 3:29; 12:29; Jean 1:1-18; 14:12-23; 16:27; Actes 2:32-33; Éphésiens 1:1-14; 3:14-19; 4:6; 1 Timothée 1:16-17; Tite 2:11-13; 1 Pierre 1:2; 1 Jean 5:7-8; 1 Corinthiens 8:6; 2 Corinthiens 13:14. 

La divinité de Jésus. 

Actes 4:12 déclare que "Le salut ne se trouve en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés." 

La Bible enseigne que Jésus est Dieu dans la chair - qu'Il est le Fils éternel de Dieu qui est venu pour nous dans la chair pour que nous puissions être sauvés - qu'Il a été conçu par l'Esprit Saint et qu'Il est né d'une vierge - qu'Il était entièrement Dieu et entièrement homme - qu'Il est mort pour nos péchés - qu'Il est ressuscité de la mort à un corps immortel - et qu'Il vit. 

Si Jésus n'est pas et qu'Il n'avait pas été Dieu, alors Il n'aurait pas pu payer pour nos péchés. C'est ici l'essence même du christianisme. 

Le salut par la grâce par le moyen de la foi. 

Nous sommes sauvés par la grâce par l'intermédiaire de la foi, non pas par nos œuvres afin que personne ne puisse se vanter de ses propres valeurs spirituelles ou accomplissements humains. 

L'œuvre d'expiation de Jésus sur la croix est complètement suffisante pour nous sauver. Tous ceux qui croient qu'Il est né de nouveau, ont la vie éternelle et sont sauvés (1 Jean 5:1-13). 

La grâce, c'est le fait que Dieu offre le salut à tous les humains. La foi, qui est elle-même est un don de Dieu, c'est que nous croyions en Lui. Le salut est donc par la grâce, par le moyen de la foi (Éphésiens 2:8). Lorsqu'une personne obtient le salut, elle sera motivée à pratiquer de bonnes œuvres (Galates 6:10), le salut ne peut pas être gagné par les œuvres. 

Un grand respect des Écritures.
 
La Bible est la parole de Dieu et nous vivons nos vies selon elle. Les 66 livres de la Bible ont été reconnus comme faisant autorité par l'Église des premiers siècles et ceci par une série de conciles. Les Écritures sont complètes. Elles n'ont besoin d'aucune réinterprétation ou amendement de quelque autre source (malgré les opinions des Mary Baker Eddy, Charles Taze Russell et Joseph Smith). Puisque la Bible est la Parole inspirée de Dieu, les gens ne sont pas libres d'y lire leurs propres interprétations (2 Pierre 1:20-21). Ceci étant dit, nous devons aborder les écrits bibliques respectueusement et avec minutie. 

L'Église Universelle. 

Il y a seulement une église chrétienne, constituée de tous les croyants (Éphésiens 4:4-6). Jésus est le chef de l'Église (Colossiens 1:18), qui est métaphoriquement son corps (verset 24). Le corps de Christ outrepasse les frontières confessionnelles. La relation la plus importante d'un chrétien est avec Dieu, non pas avec sa dénomination ou sa congrégation. 

Cependant, avec la liberté de religion, vient aussi la possibilité qu'il y ait de la compétition entre les différentes dénominations afin de s'attirer des fidèles. Bien qu'une petite compétition puisse être une chose saine même dans le corps de Christ, quelques dénominations, ministères et enseignants sont allés à l'extrême en revendiquant détenir des vérités que d'autres n'ont pas. 

La pure vérité est que la Bible mentionne qu'il n'y a aucune dénomination ou organisation ecclésiastique qui peut proclamer représenter exclusivement Dieu sur la terre.


Lumière du Nord

Articles tirés de la revue Plain Truth et du Site Internet du Siège social de l'Église

[ltr][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Supervision : Roger Labelle

Traduction : Jack & Betty Brunet (Martinique), Hubert Dubé, Jeanne Messier, Jacques & Monique Quintal, 

Richard & Marie-Line Rochette, Claude & Monique Rochon, 

Montage : Jacques Quintal

Correction : Diane Auger, Denis et Thérèse Cayer, Normand Hamel, Bryan et Francine Lauzon, François Roy. 

Pour diffusion dans toutes les congrégations du Québec.

[ltr][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le site francophone de l'Église Universelle de Dieu de Montréal
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 16184
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Église Universelle de Dieu - Page 3 Empty Re: Église Universelle de Dieu

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum