Les torsions volontaires des écritures

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les torsions volontaires des écritures

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 15:05

Rappel du premier message :

Torsions volontaires des écritures

1 Jean 5:7 dans le Textus Receptus, et donc la King James. Il dit : "Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, la Parole, et l’Esprit Saint, et ces trois-là sont un"

c’était une falsification connue. Il a été inclus dans les écrits ultérieurs, parce qu'il n'y avait aucun verset dans la Bible qui soutenait le concept des triades égyptiennes, qui avaient été incorporées dans le Christianisme romain. 

Trois est également important dans l'ancienne religion de la mère terre, qui était évidente en tant que sous-culture féminine impliquant le culte de la nature et d'autres formes de naturalisme, identifiée plus tard à la sorcellerie. Donc, n'ayant aucune base biblique pour la Trinité, ils en ont forgé une.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas


Re: Les torsions volontaires des écritures

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 15:32

1 Jean

Chapitre 1

1:1. Omettre : "avons" (contemplé) ; "ont" (touché)

Chapitre 2

2:7. "avez" omis ; "depuis le commencement" Les textes omettent

2:11. "a" omis

2:18. "avez" omis

2:25. "a" omis

2:27. "vous" omis



Chapitre 3

3:2. "les" (enfants) omis ; "mais" omis

3:5. "nos" omis ;

3:12. "propres" omis

3:14. "son frère" les textes omettent



Chapitre 4

4:2. "que" omis ; "la" omis

4:19. "l’" les textes omettent



Chapitre 5

5:2. "gardons" les textes lisent faisons

5:7 et 8. "rendent témoignage" = témoignent dans le ciel, &c. Les textes lisent "L'esprit et l'eau" en omettant tous les mots à partir de "dans le ciel" jusqu’à "sur la terre" (v 8) inclusivement. Les mots ne sont pas trouvés dans n'importe quel MS Gr. avant le XVIe siècle. Ils ont d'abord été vus dans la marge de quelques exemplaires latins. De là, ils se ont glissés dans le texte.

5:13. "qui croyez, &c" cette clause est omise par tous les textes et par le Syriaque ;

5:16. "un" omis

5:21. "Amen" omis



2 Jean

Chapitre 1

1:1. "la" omis ; 

1:3. "Seigneur" les textes omettent

1:4. "avons" omis

1:6. "avez" omis

1:9. "de Christ" les textes omettent

1:12. Les textes lisent votre (joie)

1:13. "Amen" omis



3 Jean

Chapitre 1 :

1:1. "comme tu marcheras dans ... vérité".

1:3. "les" omis ;
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les torsions volontaires des écritures

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 15:33

Jude 

Chapitre 1

1:1. tous les textes incl. le Syriaque lisent bien-aimés ; 

1:4. "il y a" omis ; "Dieu" les textes omettent ;

1:15. "parmi" = de. Les textes omettent ; "ont" omis ;

1:20. "Saint-Esprit" = Esprit Saint

1:23. "par" les textes lisent "dans"

1:25. "sage" tous les textes omettent, "maintenant, &c." les textes lisent "avant tous les âges et maintenant et à tous les âges"
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les torsions volontaires des écritures

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 15:33

Apocalypse

Chapitre 1

1:6   "a"    Omis

1:8 "le… fin" Les textes omettent. "SEIGNEUR " Les textes lisent "SEIGNEUR Dieu" 

1:9 ("Qui suis aussi" -  Omis, "dans le" -Omis, "Christ", omis à deux reprises, "pour" omis) ; ("de" Les textes lisent "en")

1:11 "Je suis l'Alpha et l'Oméga, le premier et le dernier, et" Les textes omettent ; "qui sont en Asie", les textes omettent.

1:13 "le" omis.

1:17 "me"  omis.

1:18 "Amen"  omis.

1:20 "les"  omis.



Chapitre 2

2:2 "ton"  omis, "se disent" Les textes lisent "s’appellent eux-mêmes"

2:5 "d’"  omis ; "viendrai [temps futur]"  omis  ; "rapidement"  omis

2:9 "œuvres, et" les textes omettent

2:13 "tes œuvres, et" texte omis ; "où" la plupart des textes omettent

2:15 "chose que je hais" Les textes omettent, et lisent "de la même manière"

2:16 "viendrai [temps futur]"  omis.

2:17 "à manger de" Les textes omettent.

2:20 "certaines choses"  omis

2:21 "et elle", (&c.) Les textes lisent, "et elle n'est pas disposée à se repentir de son impudicité"

2:24 "et"  omis

2:25 "déjà"  omis.



Chapitre 3

3:3 "sur toi" Les textes omettent

3:4 "Tu". Les textes lisent "Mais tu", "même" les textes omettent

3:5 "celui-là". Les textes lisent "donc"

3:9 "ai"  omis

3:11 "Voici"  omis.

3:18 "le"  omis

 

Chapitre 4

4:1 " était"  omis ; "qui"  omis.

4:4 "je vis" les textes omettent, "ils avaient" les textes omettent.

4:6 "il y avait ... verre. Les textes lisent "pour ainsi dire une mer vitreuse" ; "étaient"  omis.

4:11 "ô Seigneur ". Les textes lisent "notre Seigneur et notre Dieu", "gloire, honneur, et puissance". Les textes placent l’article "la" devant chaque ; "sont". Les textes lisent "étaient".



Chapitre 5

5:4 "et de lire" les textes omettent.

5:5 "a"  omis ; "pour en délier" les textes omettent.

5:6 "et voici"  omis.

5:7 "le livre" Les textes lisent "le".

5:9 "nous" la plupart des textes omettent "nous", et trouvent l'objet au v. 10, "les".

5:10 "nous". Voir le verset 9 ; "rois" = "un royaume", avec tous les textes ; "nous". Tous les textes lisent "ils".

5:13 "celles qui sont"  omis  ; "dans" Les textes lisent "sur"

5:14 "vingt-quatre", les textes omettent ; "Celui ... toujours" les textes omettent.



Chapitre 6

6:1 "sceaux" lire "sept sceaux", avec des textes ; "et vois" tous les textes omettent.

6:3 "avait"  omis

6:6 "entendis" les textes ajoutent "pour ainsi dire", "vois" omettre, et lire la clause "et ne fais pas de mal"

6:12 "voici"  omis, "lune" les textes ajoutent "entière", c'est-à-dire la pleine lune

6:15 "chaque"  omis.



Chapitre 7

7:1 "Et" certains textes omettent ; "ces choses" les textes lisent "cela".

7:5 "étaient scellés"  omis.

7:14 "Sire" la plupart des textes lisent "Mon Seigneur", "ont".  Omis.

7:17 "vives, &c" les textes lisent "fontaines des eaux de la vie".



Chapitre 8

8:1 "avait"  omis ; "l'espace de"  omis.

8:7 "ange"  omis

8:10 "eaux" les textes lisent "les eaux".

8:13 "ange" les textes lisent "aigle".

 

Chapitre 9

9:4 "seulement" les textes omettent.

9:6 "pas" les textes lisent "en aucune façon", le négatif fort.

9:7 "étaient"  omis.

9:11 "et" les textes omettent.

9:12 "et"  omis.

9:13 "quatre"  omis

9:16 "et"  omis.

9:18 "trois" les textes ajoutent "fléaux", "par". Gr. ek. les textes omettent les deux dernières occ. de ek (par).

9:19 "leur pouvoir" les textes lisent "le pouvoir des chevaux".

 

Chapitre 10

10:1 "était"  omis.  

10:3 "avait"  omis.

10:4 "leurs voix" les textes omettent ; "me" les textes omettent. 

10:5 "main" les textes lisent "main droite".

10:7 "terminé" (ajouter "aussi".)

10:9 "et"  omis.

10:11 "il dit" les textes lisent "ils disent".

 

Chapitre 11

11:1 "et .... se tint debout" les textes omettent ; "et ceux" lire "et (enregistre) ceux", Fig. Ellipsis 

11:4 "se tenant" les textes lisent "qui se tiennent", "Dieu" les textes lisent "Seigneur".  

11:6 "pendant" Gr. en, mais les textes omettent ; "de". Les textes lisent Gr. en.

11:8 "seront étendus" lire "étendus", "notre", les textes lisent "leur" l’Esprit Saint pointe donc vers la ville de la manière la plus simple.

11:9 "verront [temps futur]"  omis. 

11:10 "réjouiront [temps futur]"  omis. 

11:14 "et"  omis. 

11:15 "royaumes". Les textes lisent "royaume", c'est-à-dire la souveraineté.

11:17 "et ... venir" les textes omettent. "Maintenant, ici, Il est venu" voir 1: 4; "pour toi"  omis.

11:19 "fut ... ciel" les textes lisent "qui est dans le ciel fut ouvert".



Chapitre 12

12:4 "elle" lire "il".

12:7 "combattaient" les textes lisent "(allant de suite) à la guerre avec".

12:10 "est précipité" comme "chassé",   v . 9, avec les textes

12:11 "la"  omis. 

12:12 "aux .... de" les textes omettent.

12:17 "Christ" les textes omettent. 



Chapitre 13  

13:1 "ayant, &c" Les textes lisent "ayant dix cornes et sept têtes"," le nom" lire "noms". Voir 17. 3.

13:3 "je vis" les textes omettent ; "derrière" lire, " (et suivait) derrière".

13:4 "qui" les textes lisent "parce qu'il" ; "qui" les textes lisent "et qui".

13:6 "blasphémant". Les textes lisent "blasphèmes" ; "et" omettre, et remplacer l'ellipse avec "qui est".

13:7 "tribus = toute tribu" les textes ajoutent "et peuple".

13:8 "noms" tous les textes lisent "nom".  

13:13 "feu" ajouter "aussi".

13:16 "tous" omettre, et lire "et" avant "les riches" et "les libres" ; "fronts" les textes lisent sing.

13:17 "ou"  omis.



Chapitre 14

14:1 "un =le", comme tous les textes, "Le nom de son Père" Les textes lisent "Son nom et le nom de Son Père".   

14:2 "un"  omis ; "j’entendis &c." les textes lisent "la voix que j'avais entendue (était celle) de harpes", &c.

14:4 "étant" lire "être".

14:5 "devant le trône de Dieu" les textes omettent. 

14:6 "le"  omis.

14:7 "la"  omis.

14:8 "un autre, &c" lire "un autre (v. 6), un second ange suivit", "ville", les textes omettent.

14:8 "parce qu'elle" les textes lisent "qui".

14:9 "le troisième", &c" lire "un autre (v.6), un troisième".

14:12 "ici est"  omis.

14:13 "me"  omis ; "et" les textes lisent "car", "suivre" ajouter "avec"

14:15 "pour toi"  omis.



Chapitre 15

15:2 "sur .... marque" les textes omettent. 

15:3 "saints" les textes lisent "nations".

15:4 "te" les textes omettent. 

15:5 "voici" les textes omettent. 

15:6 "de...blanc" les textes lisent "avec pierre précieuse pure et lumineuse."



Chapitre 16  

16:2 "sur ceux"  omis.  

16:3 "ange"  omis.

16:5 "Ô Seigneur" les textes omettent ; "et seras" les textes lisent "Toi Saint".

16:6 "ont"  omis ; "car" les textes omettent.

*16:7 "un autre du" les textes omettent. Fournir l'ellipse avec "l'ange de" ; cp. ange des eaux, v.5

16:9 "pouvoir" des textes ajoutent "le"

16:11 "Et" ajouter "ils" ; "et" ajouter "en raison de" (ek, comme ci-dessus)

16:12 "rois" fournir "qui viennent".

16:13 "semblables = en quelque sorte", avec des textes

16:14 "des"  omis ; "de la terre et" les textes omettent ; "Tout-Puissant" ajouter "le". Voir v.7.

16:16 "la"  omis ; "langue"  omis. 

16:17 "du ciel", les textes omettent.

16:18 "voix, &c" les textes lisent "éclairs, et voix, et tonnerres" voir 4.  5.  ; "et" lire "ou".



Chapitre 17

17:1 "me" les textes omettent. 

17:2 "ont"  omis.

17:2  les habitants, &c les textes lisent "ceux qui habitent la terre ont été enivrés", &c.

17:5 Le verset devrait se lire  "Et sur ​​son front (elle avait) un nom écrit, un symbole secret (musterion), BABYLONE LA GRANDE, la mère des prostituées et des abominations de la terre".

17:8 "noms" les textes lisent "nom".

17:9 et  omis

17:10  et  omis  ;  et  omis

17:11 vient  omis

17:13 "donneront" les textes lisent "ils donnent"

17:16 "sur"  Gr. epi, mais les textes lisent "et"



Chapitre 18

18:1 et.  Omis.

18:2 "puissamment" les textes lisent "avec (Gr. en) une voix puissante (Gr. phone)".

18:3 ont  omis

18:5 "ont, s’est"  omis  ; "atteint"  Les textes lisent "rejoint" ou "construit ensemble".

18:6 "vous"  omis, et compenser par "les  autres", "lui"  omis. 

18:7 "a"  omis

18:8 "qui juge" les textes lisent "a jugé"

18:9 "ont"  omis  ;  "verront [temps futur]"  omis

18:11 "pleureront et mèneront [temps futur]"  omis.

18:14 "éloignés" la plupart des textes lisent "péri", "tu, &c" la plupart des textes lisent "et ils (les hommes) ne les trouveront jamais plus du tout (Gr. ouketi ous me)" 

18:16 "et"  omis.

18:17 "  tous. . . bateaux" les textes lisent "tous ceux qui naviguent un peu partout", indiquant les voyageurs de toutes sortes.

18:18 "à"  omis.  

18:23 "l', l’"  omis.



Chapitre 19 

19:4 "qui était assis" Litt. le (Un) assis sur.  

19:5 "du" = du Gr. ek, mais les textes lisent apo ; "et, tant"  omis

19:6 "Dieu" la plupart des textes lisent "notre Dieu".

19:8 "net et blanc" les textes lisent "lumineux et pur" Voir 15: 6.

19:10 "dit" Lit. dit

19:12 "Ses" lire "Et Ses" ; "étaient, comme" = sont. Les textes omettent "comme"

19:15 "gouvernera" Litt. "paîtra", et. Les textes lisent ici "du Tout-Puissant" (v. 6).

19:17 "assemblez ... ensemble" les textes lisent "soyez rassemblés", "le souper. . . Dieu" les textes lisent "le grand souper de Dieu".

19:18 "la"  omis  ;  " hommes,  hommes"  omis.

19:19 "guerre" Les textes ajoutent  "la". Voir 16. 14.

19:21 "provenait" les textes lisent "sortait"



Chapitre 20

20:3 "et"  omis.  

20:4 "je vis"  omis.

20:5 "Mais"  les textes omettent, "le reste, &c"  les textes lisent "le reste des morts ne vécut pas jusqu'à ce que (c.-à-d. nouveau jusqu'à ce que)", ce qui suppose que le reste des morts "ne vit pas au cours des mille ans.

20:6 "un"  Certains textes lisent "les".

20:8 "bataille" = la guerre  les textes ajoutent l'article. Réf. à la guerre prédite et déterminée  

20:10 "où"  les textes ajoutent "aussi", "sont"  aucun verbe. Lire "étaient" ou "ont été jetés".

20:12 "petits, &c"  lire "les grands et les petits", "Dieu"  les textes lisent "le trône", "les"  omis.

20:14 "mort" les textes ajoutent "l'étang de feu". 



Chapitre 21

21:2 "Jean"  les textes omettent.

21:3 "ciel"  les textes lisent "le trône"

21:4 "car"  les textes omettent

21:5 "me" les  textes omettent ; "vraies, &c"  les textes lisent "fidèles et vraies".

21:6 "C'est fait"  les textes lisent "Ils sont arrivés."

21:7 "toutes"  les textes lisent "ces"

21:9 "à moi"  les textes omettent.

21:10 "cette grande"  les textes omettent, et lisent "la ville sainte, Jérusalem".

21:11 "et"  omis.

21:12 "et"  omis. 

21:15 "roseau d'or, &c  " les textes ajoutent metron ici, comme v. 17, et lisent "pour une mesure".

21:17 "selon" omis.  

21:19 "et"  omis

21:23 "dans elle" les textes omettent "dans", lisant "sur (dat. case) elle"

21:24 "de. . . sauvés" les textes omettent ;  "faire"  omis  ; "et leur honneur"  les textes omettent.



Chapitre 22 

22:1 "pure" les textes omettent. 

22:5 "là"  les textes lisent "plus", "le"  omis

22:6 "  des ... prophètes"  les textes lisent "des esprits des prophètes"

22:7 "Voici"  les textes lisent "Et voici"

22:8 "j’ai vu, &c"  les textes lisent "moi qui ai entendu et vu ces choses" ; "avoir"  omis.

22:9 "car" les textes omettent.

22:11 "être droit"  les textes lisent "faire (ou travailler) la droiture"

22:12 "et"  les textes omettent  ;  "selon" omettent  ; "sera" les  textes lisent "est"

22:15 "mais" les textes omettent.

22:16 "et, et"  omis. 

22:17 "et" les textes omettent.  

22:18 "Car"  omis  ;  "ces choses" les textes lisent "eux". 

22:19 "livre de vie" les textes lisent  "arbre de vie",  "et. . . choses" les textes omettent.

22:20 "qu’ainsi" les textes omettent et lient "Amen" avec la réponse de Jean, comme R.V. 

22:21 "notre" Les textes lisent "le", "Christ" La plupart des textes omettent ;  "vous tous" de nombreux textes lisent  "tous les saints".
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les torsions volontaires des écritures

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 15:34

L'épisode de la femme adultère

Jean 8.1 Jésus se rendit à la montagne des oliviers. 8.2 Mais, dès le matin, il alla de nouveau dans le temple, et tout le peuple vint à lui. S'étant assis, il les enseignait. 8.3 Alors les scribes et les pharisiens amenèrent une femme surprise en adultère; 8.4 et, la plaçant au milieu du peuple, ils dirent à Jésus: Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d'adultère. 8.5 Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes: toi donc, que dis-tu? 8.6 Ils disaient cela pour l'éprouver, afin de pouvoir l'accuser. Mais Jésus, s'étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre. 8.7 Comme ils continuaient à l'interroger, il se releva et leur dit: Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. 8.8 Et s'étant de nouveau baissé, il écrivait sur la terre. 8.9 Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience, ils se retirèrent un à un, depuis les plus âgés jusqu'aux derniers; et Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu. 8.10 Alors s'étant relevé, et ne voyant plus que la femme, Jésus lui dit: Femme, où sont ceux qui t'accusaient? Personne ne t'a-t-il condamnée? 8.11 Elle répondit: Non, Seigneur. Et Jésus lui dit: Je ne te condamne pas non plus: va, et ne pèche plus.


"L'histoire de Jésus et de la femme adultère est probablement l'une des histoires les plus populaires des évangiles et sans le moindre doutes, l'une des préférées des versions de sa vie réalisées par Hollywood... L'histoire est brillante, elle est pleine de dramatisme, et elle contient un renversement de situation très intelligent lorsque Jésus utilise son gémie pour sauver la pauvre femme. Cependant, pour un lecteur attentif le récit soulève plusieurs questions.

Par exemple, si la femme était surprise durant l'acte d'adultère, ou est l'homme avec lequel elle fût surprise? Selon la Loi de Moïse les deux devaient être lapidés (voir Lévitique 20:10)... Malgré son côté brillant, sa capacité á captiver et son intrigue inhérente, l'histoire soulève un problème additionnel énorme car il s'avère qu'elle ne se trouvait pas originellement dans l'évangile de Jean. D’ailleurs, à l'origine, elle ne faisait partie d'aucuns des évangiles canoniques, mais elle fût rajouter par un scribe postérieur.

Comment sait-on que se fût ainsi? Sur ce cas en particulier, les chercheurs qui travaillent avec la tradition manuscrite n'ont aucun doute sur la véracité de cette conclusion... Pour le moment je vais me limiter à citer quelques faits basiques que pratiquement tous les spécialistes, indépendamment de leur croyances religieuses, considèrent convaincants: Le récit n'apparaît pas dans le manuscrit le plus ancien et le mieux conservé de l'évangile de Jean, son style est très différent au reste de l'évangile, il emploi un grand nombre de mots et d'expressions étrangères au reste du texte. La conclusion est inévitable: cette épisode ne faisait pas parti de la version original de l'évangile.

... la majorité des experts pensent qu'il s’agissait probablement d'un récit populaire qui circulait dans les traditions orales sur Jésus et qu'à un moment il fût transcrit à la marge d'un manuscrit. Ensuite, un scribe ou un lecteur pensât que la note à la marge faisait partie du texte et l'insérât immédiatement après la fin de l'épisode rapporté en jean 7:52.

Il est important de signaler que d'autres scribes ont inséré le récit dans différentes parties du Nouveau Testament, certains après Jean 21:25 par exemple, et d'autres, ce qui est très intéressant, après Luc 21:38. En tous cas, peu importe qui a écrit ce récit, le fait est que ce n'était pas l'auteur de l'évangile de Jean." (Misquoting Jesus : The Story Behind Who Changed the Bible and Why par Bart D. Ehrman, Chapitre 2)


Frédéric Godet, protestant et docteur en théologie a fait une bonne analyse de ce sujet :

« Trois questions s'élèvent au sujet de ce morceau : Appartient-il réellement au texte de notre évangile ? Sinon, comment y a-t-il été introduit ? Que penser de la vérité du fait lui-même?

Le témoignage le plus ancien de la présence de ce passage dans le N. T. est l'usage qu'en font les Constitutions apostoliques (I, 2, 24), pour justifier l'emploi des moyens de douceur dans la discipline ecclésiastique envers les poenitentes. Cet écrit apocryphe paraît avoir reçu sa forme définitive vers la fin du IIIe siècle. Si donc ce passage est inauthentique chez Jean, son interpolation doit remonter jusqu'au IIIe ou IIe s.

Les pères du IVe siècle, Jérôme, Ambroise, Augustin, en admettent l'authenticité et pensent qu'il a été retranché dans une partie des documents par des hommes faibles dans la foi, qui auraient craint « que leurs femmes n'en tirassent des conséquences immorales » (Augustin). Certains Mss. de l'Itala (Veronensis, Colbertinus, etc.), du IVe au XIe s., la Vulgate, la traduction syriaque de Jérusalem, du Ve s., les Mss. D F G H K U G, du VIe au IXe s., et plus de 300 Mnn. (Tischendorf), lisent ce passage et ne le marquent d'aucun signe de doute.

En échange, il manque dans la Peschitto, la Syr. du Sinaï., celle de Cureton, la Philoxénienne (texte primitif) et Tatien, dans les Vss. sahidique, copte, goth., arménienne, et dans deux des meilleurs Mss. de l'Itala, le Vercellensis, du IVe, et le Brixianus, du VIe s. Tertullien, Cyprien, Origène, Chrysostome n'en parlent pas, A B C L N T X D du IVe au IXe s., et 70 Mnn., l'omettent complètement (L et D en laissant un espace vide) ; E M S L P et 45 Mnn. le marquent de signes de doute. Enfin, dans quelques documents, il se trouve transposé : un Mn. (225) le place après 7.36 ; dix autres, à la fin de l'évangile ; quatre enfin (13, 69, 124, 346)a, dans l'évangile de Luc, à la suite du ch. 21. Euthymius l'envisage comme une addition utile ; Théophylacte le retranche tout à fait.

Au point de vue de la critique externe, trois faits prouvent l'interpolation :

1. Il est impossible d'envisager l'omission de ce morceau, dans les nombreux documents que nous venons d'examiner, comme purement accidentelle. S'il était authentique, il faudrait nécessairement qu'il eût été retranché à dessein et par le motif que supposent quelques Pères. Mais, à compte-là combien d'autres retranchements n'eût-on pas dû faire dans le Nouveau Testament ? Et se serait-on permis une semblable liberté à l'égard d'un texte décidément connu comme apostolique?

2. De plus, le texte varie extraordinairement dans les documents qui présentent ce morceau ; on compte plus de quatre-vingts variantes dans ces douze versets. Griesbach a distingué trois textes tout différents : le texte ordinaire celui de D, et un troisième qui résulte d'un certain nombre de Mss. Un vrai texte apostolique n'a jamais subi de telles altérations.

3. Comment se fait-il que le morceau tout entier se trouve si diversement placé dans les documents : après 7.36, à la fin de notre évangile, à la fin de Luc ch. 21, enfin entre les chapitres 7 et 8 de notre évangile comme dans le T. R.? Une telle hésitation est également sans exemple à l'égard d'un vrai texte apostolique.

Au point de vue de la critique interne, trois raisons confirment ce résultat :

1. Le style n'a point le cachet johannique ; il a bien plutôt les caractères de la tradition synoptique. Le oÞn, forme de transition la plus usitée chez Jean, manque complètement ; il est remplacé par dè (11 fois). Les expressions îrjrou (Jean dit prwò), p c å laìc, kajÐsac âdÐ-dasken, oÉ grammateØc kaÈ oÉ farisaØoi, sont sans analogie chez Jean et rappellent les formes synoptiques. D'où proviendrait cette différence, si le morceau était authentique? 

2. Le préambule 7.53 ne présente, comme nous le verrons, aucun sens précis. Il est d'une amphibologie suspecte.

3. Enfin il y a disharmonie complète entre l'esprit de ce récit et celui de toute la narration johannique. Celle-ci nous présente dans cette partie le témoignage que Jésus se rend à lui-même et la position de foi ou d'incrédulité que prennent à cette occasion ses auditeurs.

A ce point de vue, le récit de la femme adultère ne peut être envisagé dans notre évangile que comme un hors-d'œuvre. Comme le dit très bien Reuss : « Des anecdotes de ce genre, aboutissant à un enseignement essentiellement moral, sont étrangères au IVe évangile. » 

Aussitôt qu'on retranche ce passage, la liaison entre le témoignage qui précède et celui qui suit, saute aux yeux. Elle est expressément marquée par le p?lin, de nouveau, 8.12, qui rattache la nouvelle déclaration, 8.12-20, à celle du grand jour de la fête, 7.37 et suiv. Aussi l'authenticité de ce morceau n'est-elle plus admise que par un petit nombre d'exégètes protestants (Lange, Ebrard, Wieseler), par les interprètes catholiques (Hug, Scholz, Maier) et par quelques adversaires de l'authenticité de l'évangile qui se font une arme des invraisemblances internes du récit (Bretschneider, Strauss, B. Bauer, Hilgenfeld). 

Dès le temps de la Réformation, il a été jugé inauthentique par Erasme, Calvin, Bèze ; plus tard, il a été également éliminé par Grotius, Wetstein, Semler Lücke, Tholuck, Olshausen, de Wette, Baur, Reuss, Luthardt, Ewald, Hengstenberg, Lachmann, Tischendorf, Westcott et Hort, Meyer, Weiss, Keil, Jülicher, Zahn, etc. Selon Hilgenfeld, ce morceau aurait en sa faveur des témoignages prépondérants ; il nous placerait dans le vrai milieu des jours qui suivaient le grand jour de fête ; enfin il serait exigé par la parole 8.15 a. 

Ces raisons n'ont pas besoin d'être réfutées. » (Frédéric GODET, docteur en théologie, professeur à la faculté de l'Église indépendante de Neuchâtel, Commentaire sur l'Évangile de Saint Jean, Deuxième partie : le développement de l'incrédulité en Israël. Premier cycle, troisième section : la lutte à son plus haut degré d'intensité à Jérusalem. III : Dans et après le grand jour de la fête, Le récit de la femme adultère, 1902, pages 921-923.)


Le grand théologien protestant, Bruce Metzger dit dans son  commentaire du « Greek New Testament », dont il est l’un des membres actifs du comité qui le mit par écrit et en fit sa critique textuel :

« L’évidence pour l’origine non Johannique de la péricope de la femme adultère est dominant. Il est absent des manuscrits (la liste est déjà cité au-dessus)…En orient, il est absent des plus anciennes formes de la version Syriaque, bohaïrique, Sahidique, sub-Achmimique. Quelques manuscrits Arménien et la vieille version géorgienne l’omettent aussi. En occident, le passage est absent de la version Gothique et de plusieurs anciens manuscrits Latin…Le Comité est UNANIME pour dire que la péricope de la femme adultère ne fait pas parti originellement des 4 évangiles… »  « Commentaire de Bruce Metzger du Greek New Testament » 2ème édition, p.188-189

Nous pouvons citer également le grand théologien catholique Raymond Brown qui nous dit :

« Le passage de 7:53_8:11 sur le jugement de la femme adultère manque dans les meilleurs manuscrits grecs. Si pour beaucoup (dont les catholiques) ce récit est canonique, inspire, l’histoire est presque certaine ici hors de son contexte, en dépit d’une possible relation avec 8, 15.46a. Quelques manuscrits placent cet épisode après Lc 21 :38 comme la continuation des questions posées à Jésus avant son arrestation (Lc 20 :20-40). Peut être s’agit-il d’un récit ancien sur la miséricorde de Jésus envers les pécheurs (voir Papias en HE 3, 39, 17), qui aurait voyagé indépendamment des quatre évangiles et n’aurait pu y figurer qu’après un changement dans la répugnance de l’Église à pardonner l’adultère (Le Pasteur d’Hermas, Mandat 4,1)… » (Raymond E.Brown, ‘Que sait-on du Nouveaux Testament’, Bayard 2011, p419)  


Nous rajouterons que toutes les bibles comportant des notes explicatives informent leur lecteurs des problèmes d'authenticité de ce récit :

Bible de Neuchâtel :

On trouve une description semblable dans #Lu 21:37,38. -Le dernier verset de #Jn 7 et les deux premiers par lesquels s'ouvre notre #Jn 8 forment une sorte d'introduction à l'histoire de la femme adultère qui va suivre. Ils font partie du fragment dont l'authenticité est contestée. Voici d'abord, à cet égard, l'état des documents sur lesquels s'appuie la critique du texte.

1° Un grand nombre de manuscrits, Sin., B, A, C, etc., du quatrième au neuvième siècle, omettent entièrement ce récit, et plusieurs de ceux qui l'ont conservé le marquent de signes de doute.

2° Les versions anciennes, sauf quelques manuscrits de l'Itala ne le renferment pas davantage.

3° Les Pères de l'Église des trois premiers siècles, et même Chrysostome, ne le mentionnent pas comme renfermé dans notre évangile. Origène, qui s'est occupé spécialement de l'état du texte, n'en parle pas.  

4° Dans plusieurs documents, ce morceau se trouve placé à la fin de l'évangile de Jean; dans quelques autres à la suite de #Lu 21.

5° Ces versets abondent en variantes diverses, ce qui est toujours un signe peu favorable à l'authenticité.

6° Le style de ce récit n'est pas celui de Jean; il porte tous les caractères des narrations synoptiques. Aussi la plupart des critiques et des exégètes se refusent-ils à considérer ce récit comme faisant partie de l'évangile de Jean. Ainsi Erasme, Calvin, Bèze Lücke, Tholuck, Olshausen, de Wette Reuss, Hengstenberg, Meyer, MM. Weiss, Luthardt, Keil, Godet, et tous les modernes éditeurs du texte.
Rappelons, d'autre part, que sept majusc. (dont D), du sixième au neuvième siècle, et un très grand nombre de minusc., aussi bien que quelques exemplaires de l'Itala, la Vulgate, la version syr. de Jérusalem, contiennent ce récit sans le marquer d'aucun signe de doute. Jérôme, écrivant au quatrième siècle, témoigne (Adv. Pelag. 2, 17) que cette relation se trouvait "en plusieurs manuscrits, tant grecs que latins." Aussi plusieurs interprètes éminents, Augustin, Bengel, Hug, Ebrard, Stier, Lange, soutiennent-ils l'authenticité de ce fragment alléguant avec Augustin qu'il n'a été retranché, à l'origine, que par la crainte de l'influence morale qu'il pouvait exercer à une époque où, d'une part, un grand relâchement des mœurs et, d'autre part, un faux ascétisme s'étaient introduits dans l'Église. -Quant à la vérité historique du fait, on peut dire avec Meyer : "Cette histoire porte un tel cachet d'originalité, il est si évident qu'elle n'est imitée d'aucun autre récit de la tradition évangélique, qu'il est impossible d'y voir une légende d'un temps postérieur, sa vérité interne se justifie facilement par l'exégèse, malgré les doutes qu'on a soulevés." Le récit est en tous cas fort ancien, Eusèbe rapporte (Hist. eccl. 3: 39) que l'écrit de Papias sur les évangiles contenait l'histoire d'une femme qui, à cause de ses péchés, fut accusée devant le Seigneur. "Cette histoire, ajoute t-il, se trouve dans l'évangile des Hébreux." Cela prouverait que notre récit appartient à la tradition apostolique. Il a été inséré dans la suite à cette place, parce que le piège tendu à Jésus {#Jn 8:6} paraissait en harmonie avec les dispositions hostiles des autorités à son égard. {#Jn 7:32,45 et suiv.}.


Bible du Semeur :

Les versets 7.53 à 8.11 sont absents des manuscrits les plus anciens. Quelques manuscrits les situent ailleurs, à la fin de l'évangile ou après Lc 21.38.


TOB :

La section 7,53-8,11 est omise par les mss les plus anciens et par de nombreuses versions : d'autres la placent soit après les vv. 36 ou 44, soit à la fin de l'évangile ; d'autres encore l'introduisent après Lc 21,38. Les Pères grecs semblent l'ignorer ; le texte lui-même présente de nombreuses variantes et ne possède pas les caractéristiques du style Johannique. C'est pourquoi on peut estimer que cette péricope n'appartenait pas primitivement à l'évangile de Jn. Il s'agit d'une tradition indépendante, insérée après coup ; son caractère canonique n'est pas à contester.


Bible de Jérusalem :

Cette péricope, 7.53 - 8.11, omise par les plus anciens témoins (mss, versions et Pères), déplacée par d'autres, au style de couleur synoptique, ne peut être de saint Jean lui-même. Elle pourrait être attribuée à saint Luc, cf Luc 21.38. Sa canonicité, son caractère inspiré et sa valeur historique n'en sont pas moins hors contexte.


ACEBAC :

Le récit de la femme adultère {#Jn 7:53 8:1-11} manque dans les plus anciens manuscrits grecs. Les Pères grecs ne l'ont pas connu ou bien ne l'ont pas regardé comme authentique. Plusieurs traductions anciennes (latine, syriaque, copte...) ne le contenaient pas. 

On lisait pourtant cette péricope en Occident et dans l'Église de Syrie dès le IIIe siècle. Mais la place de ce récit est instable chez les témoins qui le rapportent : on le retrouve en cinq endroits différents soit dans l'évangile de Jean, soit dans celui de Luc. De plus, ce passage tranche sur le contexte et l'ensemble du texte johannique par son contenu, son style et sa langue, qui rappellent par contre beaucoup le style et la langue de Luc. 

On admet donc généralement que ce passage n'a pas été rédigé par l'auteur du quatrième évangile et qu'il n'appartenait pas à l'édition originale de cet évangile. Le concile de Trente regarde ce texte comme un écrit canonique; sa définition porte sur la canonicité, non sur l'authenticité johannique du passage.


- Le passage de la femme adultère ne se trouve pas dans les plus anciens manuscrits et les mieux conservés.

- Dans d’autres manuscrits, ce récit se trouve placé ailleurs, par exemple après Jean 7:36 ou à la fin de l’évangile de Jean. Ou encore à la fin de Luc 21, après le verset 31.

- Dans d’autres manuscrits tardives, le texte bien que cité est mis entre crochets pour montrer qu’il ne faisait pas partie de l’original.

- Le style est très différent du reste de l’évangile.

- Après des recherches minutieuses, tous les spécialistes chrétiens ou pas sont d’accord sur la non authenticité de ce récit.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les torsions volontaires des écritures

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 15:34

L'Évangile de Marc (16: 9 à 20)

16.9 Jésus, étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine, apparut d'abord à Marie de Magdala, de laquelle il avait chassé sept démons. 16.10 Elle alla en porter la nouvelle à ceux qui avaient été avec lui, et qui s'affligeaient et pleuraient. 16.11 Quand ils entendirent qu'il vivait, et qu'elle l'avait vu, ils ne le crurent point. 16.12 Après cela, il apparut, sous une autre forme, à deux d'entre eux qui étaient en chemin pour aller à la campagne. 16.13 Ils revinrent l'annoncer aux autres, qui ne les crurent pas non plus. 16.14 Enfin, il apparut aux onze, pendant qu'ils étaient à table; et il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur cœur, parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui l'avaient vu ressuscité. 16.15 Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. 16.16 Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. 16.17 Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; 16.18 ils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur feront point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris. 16.19 Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel, et il s'assit à la droite de Dieu. 16.20 Et ils s'en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l'accompagnaient.

Les 12 versets à la fin de l'évangile de Marc que nous trouvons dans les bibles modernes sont une célèbre interpolation selon les spécialistes. Qu’ils soient chrétiens ou pas, tous les spécialistes s'accordent pour dire que ces 12 versets n'ont pas été rédigés par l'auteur de l'évangile de Marc:

« Les spécialistes sont d'accord sur le fait que les versets 9-20 de l'évangile canonique de Marc n'ont pas été écrit par l'auteur de l'évangile mais qu'ils ont été rajouté à l'évangile au deuxième siècle. » (Timothy R. Carmody, "Gospel of Marc Question By Question", Question by Question Bible Study Commentary, pp 57.)


Bart Ehrman nous dit:

« ... les preuves que ce récit n'appartient pas au texte original de Marc sont similaires à celles mentionnées dans le cas du récit de la femme adultère. Je ne crois pas qu'il soit nécessaire d'exposer ici tous les détailles de cette affaire. Ces versets sont absents dans deux manuscrits des plus anciens et mieux conservés de l'évangile de Marc, le style est différent au reste de l'évangile, la transition entre ce passage et le précédent est difficile à comprendre (par exemple le verset 9 présent Marie de Magdala comme si elle n'avait pas encore été mentionnée alors que les versets précédent se référent à elle. En grec il y a un problème suplémentaire qui rend la transition mal à droite), et le passage inclut un grand nombre de mots et d'expressions qu'on ne trouve pas ailleurs dans l'évangile. » (Misquoting Jesus : The Story Behind Who Changed the Bible and Why par Bart D. Ehrman Chapitre2)


Le Docteur en théologie, Frédéric Godet nous dit également:

« Avec 16.8, se termine le second évangile dans les deux plus anciens manuscrits, le Vaticanus et le Sinaïticus, dans la plupart des Mss. de l’ancienne traduction latine et d’autres documents encore. Mais il est bien évident que ce ne peut avoir été là la fin du récit, dans l’intention de l’auteur. Il avait annoncé une apparition de Jésus aux femmes et aux disciples, et il ne pouvait raisonnablement terminer sans l’avoir racontée ou mentionnée,ou du moins sans avoir expliqué pourquoi elle n’aurait pas eu lieu.Cependant il est clair aussi que l’emploi public de notre évangile dans les églises ne permettait pas de laisser le récit ainsi suspendu, et c’est pourquoi de très bonne heure, dès le commencement du second siècle, une fin de notre évangile aurait été ajoutée. » (Frédéric Godet, Introduction aux Nouveau Testament: Les évangiles synoptiques, Théotex, pp 315)


Le théologien catholique Raymond Brown dit également:

« Une finale décrivant les apparitions du ressuscité ajouté par un copiste postérieur : ce que je viens de dire est l’opinion de la majorité : l’évangile de Marc se termine avec Mc 16 :8. Mais quelques exégètes soutiennent vigoureusement l’hypothèse d’une fin perdue (une page finale du codex qui sait détachée ?), affirmant que Mc aurait certainement raconté l’apparition en Galilée promise en 16 :7 (comme le fait Mt 28 :16-20)… Le problème fut remarqué dès l’Antiquité, car certains manuscrits de Mathieu témoignent de trois conclusions différentes ajoutées par des copistes, probablement pour tenter de corriger le coté abrupt de 16:8. » (Raymond E.Brown, ‘Que sait-on du Nouveaux Testament’, Bayard 2011, p 190) 


De même, les bibles comportant des notes explicatives ou des commentaires mentionnent la non-authenticité de ce passage.



La Bible de Neuchâtel:

Les versets qui suivent (versets 9-20) ne paraissent pas avoir fait partie de l'évangile de Marc qui, à l'origine, s'arrêtait inachevé à la fin du verset 8.
Les critiques les plus dignes de confiance n'en admettent pas l'authenticité. Leurs raisons, dont voici les principales, sont du plus grand poids.

1° Cette fin de l'évangile manque dans Sin. et dans B, ainsi que dans quelques versions.

2° Un manuscrit du huitième siècle et plusieurs versions latines ont une courte conclusion de l'évangile, tout autre que celle qui nous a été conservée ici.

3° Dans une trentaine de manuscrits de l'évangile de Marc, en lettres cursives, se trouvent des remarques indiquant que les plus anciens documents s'arrêtaient à notre verset 8.

4° Plusieurs Pères de l’Église, entre autres Eusèbe et Jérôme, déclarent positivement que cette fin de notre évangile n'était pas renfermée dans les plus anciennes copies.

"Les manuscrits exacts, dit Eusèbe, terminent le récit de Marc aux paroles du jeune homme qui apparut aux femmes et leur dit : Ne vous effrayez point, jusqu'aux mots : car elles avaient peur. Ce qui suit se trouve dans quelques rares copies."

"La fin de l'évangile de Marc se trouve dans fort peu de manuscrits; presque tous les exemplaires grecs ne la contiennent pas." Ainsi parle Jérôme.

- Outre ces témoignages si convaincants, un examen attentif de notre fragment conduit à la même conclusion. On n'y retrouve ni le style de Marc ni sa manière pittoresque et détaillée de raconter. Il ne renferme que quelques faits isolés, à peine indiqués et évidemment empruntes aux autres évangiles, ainsi que nous le ferons remarquer dans les notes.

Cependant, si ce morceau n'est pas de Marc, il est certain qu'il remonte à une haute antiquité ; car le plus grand nombre des versions et des manuscrits le renferment, et il était déjà connu d'Irénée, qui en cite un passage. Par ces raisons, plusieurs théologiens de nos jours persistent à attribuer à Marc cette de son évangile. Il est plus probable que, peu après le temps des apôtres, une main pieuse voulut achever le récit de Marc et pour cela, consigner ici les principales apparitions de Jésus-Christ ressuscité et son ascension. (Voir les notes critiques de Tischendorf et le Nouveau Testament de Rilliet, à la fin de Marc.)

La simple lecture de ce verset fait sentir que c'est ici le commencement d'un écrit nouveau, et non la continuation du récit de Marc par Marc lui-même. Celui-ci aurait-il répété ainsi l'indication du jour et du moment de la résurrection de Jésus après l'avoir racontée ? (Comparer versets 1,2) Puis n'aurait-il pas rapporté l'apparition de Jésus à Marie, de manière à faire suite au verset 8, ce qui n'est point le cas ici ?

Puis notre fragment se termine par cette remarque que le Seigneur opérait avec eux, par son Saint-Esprit de lumière et de vie et par les signes ou miracles qui accompagnaient leur parole.

- Ce fragment peut donc se lire à la suite de l'évangile de Marc resté inachevé, comme un résumé antique et précieux de faits rapportés en détail par les autres récits évangéliques.



La Bible de Jérusalem:

« La finale de Marc vv. 9-20 fait partie des Écritures Inspirée, elle est tenue pour canonique. Cela ne signifie pas nécessairement qu’elle est été rédigée par Marc. En faite, son appartenance à la rédaction du second évangile est mise en question. Les difficultés proviennent d’abord de la tradition manuscrite.

Plusieurs mss. Dont Vat. Et Sin. Omettent la finale actuelle. Au lieu de la finale ordinaire, un manuscrit donne une finale plus courte qui continue le verset 8 : « Elles racontèrent brièvement aux compagnons de Pierre ce qui leur avait été annoncé. Ensuite Jésus lui-même fit porter par eux, de l’orient jusqu’au couchant, le message sacré et incorruptible du salut éternel. ». Quatre manuscrits donnent à la suite les deux finales, la courte et la langue. Enfin, un des manuscrit qui donne la finale longue intercale entre le v14 et le v15 le morceau suivant : « Et ceux-ci alléguèrent pour leur défense :’Ce siècle d’iniquité et d’incrédulité est sous la domination de Satan, qui ne permet pas que ce qui est sous le joug des esprits impurs conçoive la vérité et la puissance de Dieu. Révèle donc des maintenant ta justice.’. C’est ce qu’il disait au Christ, et le Christ leur répondis : ‘Le terme des années de pouvoir de Satan est comble, et cependant d’autres choses terribles sont proches, et j’ai été livré à la mort pour ceux qui ont péché, afin qu’ils se convertissent à la vérité et qu’ils ne pèchent plus, afin qu’ils héritent de la gloire de justice spirituelle et incorruptible qui est dans le ciel…’ .

[…]

Par ailleurs on a peine à admettre que le second évangile dans sa première rédaction s’arrêtait brusquement au v8. D’où la supposition que la finale primitive a disparue pour une cause inconnue de nous et que la finale actuelle a été rédigée pour combler la lacune. Elle se présente comme un résumé sommaire des apparitions du Christ ressuscité, dont la rédaction est sensiblement différente de la manière habituelle de marc, concrète et pittoresque… »



La Traduction Oecuménique de la Bible (Bible TOB):

« La tradition manuscrite est très incertaine pour les vv 9-20 qui terminent ici l’évangile de Marc :

Cette finale n’est pas attesté par un certains nombre de témoins. Quelques copistes ont même précisait que le verset 8 marquait la fin de l’évangile.

Il existe à coté de la version longue la plus courante dont nous donnons la traduction, une version courte : « Elles racontèrent brièvement aux compagnons de Pierre ce qui leur avait été annoncé. Ensuite Jésus lui-même fit porter par eux, de l’orient jusqu’au couchant, le message sacré et incorruptible du salut éternel. »

- Quelques témoins donnent à la fois la version longue et la version courte.

Un témoin intercale entre les vv 14 et 15 de la version longue une objection des disciples et une réponse du christ, ainsi rédigées : « Et ceux-ci alléguèrent pour leur défense :’Ce siècle d’iniquité et d’incrédulité est sous la domination de Satan, qui ne permet pas que ce qui est sous le joug des esprits impurs conçoive la vérité et la puissance de Dieu. Révèle donc des maintenant ta justice.’. C’est ce qu’il disait au Christ, et le Christ leur répondis : ‘Le terme des années de pouvoir de Satan est comble, et cependant d’autres choses terribles sont proches, et j’ai été livré à la mort pour ceux qui ont péché, afin qu’ils se convertissent à la vérité et qu’ils ne pèchent plus, afin qu’ils héritent de la gloire de justice spirituelle et incorruptible qui est dans le ciel…’ »


Les vv 9-20 de Marc ne se trouvent pas dans les plus anciens manuscrits et les mieux conservés. Dans certains manuscrits, il est même clairement annoncé après le v.8 : « Fin de l’évangile. »

- Plusieurs Pères de l'Église, entre autres Eusèbe et Jérôme, ont explicitement reconnu la non authenticité des vv 9-20.

- Il existe jusqu’à trois finales différentes de l’évangile de Marc, les plus connus sont la version longue, celle qui se trouve actuellement dans la majorité des bibles. Ainsi que la version courte qui se trouve dans un grand nombre de manuscrits et que voici : « Elles racontèrent brièvement aux compagnons de Pierre ce qui leur avait été annoncé. Ensuite Jésus lui-même fit porter par eux, de l’orient jusqu’au couchant, le message sacré et incorruptible du salut éternel. »

- Certains scribes ont tellement hésité entre les deux finales qu’ils ont choisi de copier les deux à la fois.

- Le style des vv 9-20 diffère du style de Marc.

- Tous ces éléments on conduit tous les spécialistes qu’ils soient chrétiens ou pas, après plusieurs recherches minutieuses, à admettre que les versets 9-20 du chapitre 16 de l’évangile de Marc ne sont pas authentiques.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12555
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum