La Kaaba, une idolâtrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Kaaba, une idolâtrie

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 16:07

La Kaaba

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  



[Muslim, Livre 30, Numéro 5654] Jabir ibn Samura rapporte que le Messager d'Allah (que la paix soit sur lui) a dit : « Je reconnais la pierre de la Mecque qui avait l'habitude de me saluer avant ma venue comme Prophète, et je reconnais cela même aujourd'hui ».



Les rites païens musulmans



- Lors de leur prières, les musulmans se prosternent 5 fois par jour en direction de ce morceau de meteorite orné d'argent 
- Lors du hadj, les pelerins se bousculent pour caresser ou embrasser la pierre noire. Météorite située dans un angle de la Kaaba. 
- Le rite islamique veut que les pelerins tournent 7 fois autour de la kaaba. Culte que l'on retrouve dans les sectes et "religions" païennes. 
- Selon un hadith Muslim authentique, cette pierre avait l'habitude saluer le prophète de l'islam.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]   

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12331
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Kaaba, une idolâtrie

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 16:07




Le Coran, la dérive de l'Islam, par Jacques Smadja p. 108-109


«Le culte de celui-ci [Mohammed] devait unir entre elles toutes les tribus arabes de la péninsule. Il se mit à réformer la législation de la cité [Médine] et, à partir de l'an 624 de notre ère, à entreprendre une campagne contre les Mecquois, marquée par les événements suivants: une victoire (Badr), une défaite (Ohod), le blocus de Médine que les assiégés entourèrent d'un grand fossé (la guerre du Fossé), une série de négociations, de compromis et, finalement, en 630, la prise de La Mecque. Muhammad s'assurait un onzième marriage avec la fille d'un chef mecquois, concluant les dernières alliances dont il avait besoin pour asseoir son autorité.


En habile politicien, il ne supprima pas le pèlerinage païen à La Mecque, où l'on adorait la pierre noire. Ce pèlerinage était un véritable symbole d'union, toutes les tribus nomades s'y retrouvaient, et le premier exclusivement musulman eut lieu en mars 632 sous les auspices du Prophète.»



La kaaba - Les origines païennes pré-islamique


Les anciens chroniqueurs rapportent qu'avant l'avènement de l'islam (jahilya), il y avait 24 kaabas dans la péninsule d'Arabie, mais celle de La Mecque était vénérée par toutes les tribus.


Quant à son apparence primitive, la Ka‘ba apparaissait probablement au départ comme un simple enclos de pierres sans toit, édifié à proximité immédiate d'un point d'eau salvateur au fond d'une vallée sèche et non arborée. Sa construction dans ce lieu insolite signalait manifestement déjà une intention cultuelle et confirmait son caractère d'espace sacré.


Bientôt, les populations bédouines vinrent de toute l'Arabie y déposer les statues (asnam) de leurs idoles, auxquelles ils rendaient visite une fois par an lors d'un pèlerinage. On dit qu'à l'avènement de l'islam, la Kaaba contenait plus de 360 statues de divinités, les plus vénérées et les plus plébiscitées étant : Hubbal, al-Lat, al-`Uzza ou Manat.


La Ka'ba mecquoise fut édifiée à une époque indéterminée. Le Coran dit que c'est le prophète Ibrahim (Abraham) qui l'a construite avec l'aide de son fils Ismaël.



Les rites païens musulmans


- Lors de leur prières, les musulmans se prosternent 5 fois par jour en direction de ce morceau de meteorite orné d'argent 
- Lors du hadj, les pelerins se bousculent pour caresser ou embrasser la pierre noire. Météorite située dans un angle de la Kaaba. 
- Le rite islamique veut que les pelerins tournent 7 fois autour de la kaaba. Culte que l'on retrouve dans les sectes et "religions" païennes. 
- Selon un hadith Muslim authentique, cette pierre avait l'habitude saluer le prophète de l'islam.


dieu "Sîn", symbole que l'on retrouve sur la "porte du repentir" à l'intérieur de la Kaaba à La Mecque.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Intérieur de la Kaaba



Coran
Sourate 36
YA-SIN (YA-SIN) 
83 versets
Pré-Hégire

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

1. Ya-Sin.2. Par le Coran plein de sagesse.

Ecoutez au début de la vidéo à "0.08 secondes" le chant invoque très clairement Yâ Sîn. "Yâ-Sîn est le coeur du Qu'ran" disent les musulmans. Je rappelle que, Yâ Sîn veut dire [size=150]ô[/size] Sîn: titre de révérence à "Sîn", faisant clairement référence et est un appel envoyé à: Sîn.




Sourate Yâsîn [36] 

Le Prophète  a dit : " Toute chose a un coeur, et le coeur du Coran est la sourate Yâ sîn. A celui qui la récite, Dieu inscrira un salaire équivalent à dix fois la lecture du Coran". (rapporté par at-Tirmidhi et ad-Dirami d'après Anas.)


Le Cheikh Mohammed 'Alî Essaboûnî a dit à ce sujet dans son exégène " Safwat Essafwa":

"Cette sourate a été appelée Yâ-Sîn parce que Allah l'a fait commencer par cette formule. Dans le commencement avec cette formule, il y a une indication sur le caractère miraculeux du saint Coran".
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12331
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Kaaba, une idolâtrie

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 16:08

Le dieu lunaire Hubal-Sin :



Parmi ces faux dieux se trouvait le dieu arabe de la lune nommé Hubal. Il est relié au dieu lunaire Nanna (aussi Sin) de la Mésopotamie, et il est le fils de Enlil et de Ninlil. Ces deux dieux Sin et Nanna avaient leur culte à Ur ( c'est de là que vient Abraham), et aussi à Harran au Nord.


Le dieu Hubal-Sin était une divinité majeure dans sa localité. L'idole le représentant siégeait sur le toit de la Mecque puisqu'il était dieu dirigeant les 360 autres divinités. 


En tant que divinité suprême, Hubal-Sin était connu sous Al-lah qui signifie le-dieu. Le nom de Allah Sin est en lien avec les endroits comme le Sinaï, la région sauvage de Sin et ainsi de suite. La Mecque est la ville capitale du dieu lunaire, la Kaaba était et demeure son sanctuaire où ses fidèles font le pèlerinage du Haj pour le vénérer.


Après plusieurs millénaires, un de ces païens arabes qui était seigneur guerrier et réformateur religieux de la tribu Quraysh de la Mecque. Il unifia par l'épée les 360 dieux Baal de la Mecque après avoir plagié la Bible, les Védas hindoues, les Avestas de Zoroastre et c'est avec ces textes sacrés qu'il composa le Coran. 


Ensuite il déclara qu'il n'y a pas d'autre dieu que Allah ( Hubal-Sin ) et que Muhammad est son dernier prophète.


Tous ceux et celles opposés à réciter ce message qui est la shahada pour les musulmans de nos jours, ces opposants étaient exécutés. Encore aujourd'hui, la conversion à l'Islam est de dire avec son coeur et devant témoins: la ilâha illllâh, Muhammadur rasûlullâh = Il n'y a pas d'autres dieux que Allah et Muhammad est son dernier prophète.


Voilà la véritable origine de l'Islam, cette religion n'a pas commencé avec Abraham comme c'est encore prétendu de nos jours. Ça n'a pas commencer avec Ismaël le fils illégitime d'Abraham, ni avec Muhammad Mustafa. Ce Muhammad a simplement proscrit les autres dieux arabes et caricaturer le dieu Hubal-Sin en le Dieu unique de la Torah.


De plus, il usurpa la position du Christ en se faisant le seul médiateur entre Dieu et l'humanité


Ce Allah alias Hubal-Sin n'est pas, n'a jamais été et ne sera jamais le Dieu de notre patriarche Abraham.


On peut en voir d'autres évidences dans le nom du père de Muhammad: Abd Allah ibn Abn al Muttalib, qui signifie esclave de dieu.


Il faut se rappeller que Muhammad avait déclaré que les arabes avaient complètement oubliés le Dieu d'Abraham et d'Ismaël. Que c'est lui par l'entremise d'un ange qui reçut la révélation du vrai Dieu. Ça ne peut être vrai à cause du nom de son père, qui mourut avant sa naissance et sa rencontre évangélique. Abdullah son père était esclave du dieu lunaire Hubal-Sin, le même que Muhammad et ses dévôts.


Il est donc clair que l'Islam n'est pas la religion d'Abraham et de tous les prophètes de la Torah, c'est pourtant ce que les musulmans affirment. 


La preuve que leur dieu Allah est une divinité lunaire est le croissant de lune qui chevauche la Kaaba. La signification de Hubal-Sin est Contrôleur de la Nuit et Maître des Ténèbres! Son emblême était le croissant de lune qui est si célèbre dans le monde islamique encore de nos jours.


Pour le moment, comprenez que cette foi est basé sur la déception. Elle ne peut donc pas réclamer légitimement son affiliation à Abraham. Encore moins bénéficier des bénédictions rendues à Abraham, ni à celle accordés à ses descendants, qu'ils soient juifs ou chrétiens.

 
traduit du texte de John AllFaith
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12331
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Kaaba, une idolâtrie

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 16:11

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


D'où viennent les lois coraniques ?






« Allah n’est pas le Dieu biblique, il est le produit de la rencontre entre l’idolâtrie de Hubaal et l’affirmation de l’unicité divine »


Dans l’Antiquité, à Babylone et tout le Moyen-Orient, le dieu principal était le dieu de la lune, représenté par un taureau, symbole de force et de fécondité, et plus simplement parfois par ses seules puissantes cornes en forme de croissant de lune. C’est ainsi que l’on peut voir encore au Musée d’Alep (Syrie), le dieu de la Lune, Sîn, protecteur d’Ur, symbolisé par des hampes surmontées d’un croissant lunaire. 


Lien :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Sous ses différents noms, le dieu de la lune fut très tôt adoré en Mésopotamie comme le « Père des dieux », l’équivalent de Zeus pour les Grecs ou de Jupiter pour les Romains. 



Les arabes païens adoraient eux-aussi ce dieu de la lune appelé Hubaal (41.37) (2). Hubaal avait eu trois filles : Al-lât, la déesse du soleil, Al-Manat la déesse du destin et de la mort, et Al-Uzza, l’étoile Vénus, les divinités priées par Mahomet dans les fameux versets sataniques (53.19-20). La Bible, quant à elle, stigmatisait ce super-dieu représenté par un taureau comme étant le faux-dieu par excellence (Ex 32), appelé Baal (1 Ro 12.28-32 ; Ps 106/105.19-20…).




Les tribus arabes du renfort pour reprendre Jérusalem, firent passer Hubaal du rang de plus puissant de leurs dieux


(statut que conserve encore la célèbre formule «Allah akbar !», «Allah est le plus grand !») au rang de seul Dieu, et donc identique au Dieu juif




Et de même que les Romains disaient : « Ô Deus ! » (« Ô Dieu ! ») (Mi 4.5) pour s’adresser à Jupiter, de même chaque tribu arabe s’adressait à son dieu propre en le nommant « Le dieu », 



« Al-Ilâh », ce qui par contraction a donné « Allah » , « LE Dieu », unique, pour désigner Hubaal, le Dieu de la lune et le plus grand des dieux devenu le seul Dieu. Et c’est ainsi qu’aujourd’hui encore Hubaal continue à couler des jours heureux, toujours représenté sur les drapeaux musulmans ou le toit des mosquées… souvent d’ailleurs accompagné de sa fille, la planète Vénus, la déesse Al-Uzzah



Contrairement donc à ce que veut le faire croire l’islam, Allah n’est pas le Dieu biblique, même s’il est vrai qu’il n’y a bien qu’un seul Dieu (Jn 4.22), mais le produit de la rencontre entre l’idolâtrie de Hubaal, le dieu de la lune, le plus grand des dieux du panthéon arabe, et l’affirmation de l’unicité divine typique du judaïsme, en sorte que l’islam, à proprement parler, n’est rien d’autre qu’une idolâtrie du dieu juif.



Il est facile en effet de reconnaître encore d’autres sources païennes de l’islam, comme par exemple la vénération de la pierre noire à la Mecque, symbole féminin de la déesse Shaybah.Ainsi que cela se pratique encore d’autres religions, et comme autrefoisle faisaient leurs ancêtres arabes païens aimant toucher la vulve de la déesse en gage de bénédictions, aujourd’hui encore les musulmans se font une joie de terminer leur pèlerinage à la Mecque en touchant et embrassant cet objet sacré



Au Musée du Louvre est conservé un poids du temple du dieu lune d’Ur. Il pèse 248 gr. et porte le croissant lunaire, emblème du dieu. (Antiquités orientales, Mésopotamie, ± 2350 à 2000 AJC, Salle 2, poids AO 22187). 



Dans la Bible, le signe du croissant de lune est associé aux Philistins et aux Madianites (Jg 8.26 ; Es 3.18), c’est-à-dire à des peuples païens et idolâtres. Si d’après le lexique arabe de Lane de 1893, Al-Ilah fait référence « au grand serpent », c’est peut-être parce qu’il est graphiquement facile de passer d’un croissant de lune à un serpent.



La plupart des lexiques étymologiques arabes reconnaissent que [size=150]le mot Allah tire son origine de Al-Ilâh par contraction. Dans ilâh, âh [/size]est un suffixe. Le terme originel est « Il », qui correspond dans la Bible au nom de la divinité « El » (Gn 17.1 ; 28.3 ; 33.20 ; 46.3.).



LISTE DES GRANDS DIEUX MÉSOPOTAMIENS


NANNA......... SIN........... Ur- la Lune le temps qui passe 


Lien : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12331
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Kaaba, une idolâtrie

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 16:15

Les prêtresses d’Allât


Elle fut célébrée par sept prêtresses nues qui gravitaient sept fois autour de cette pierre, une fois pour chaque planète (soleil / lune / mars / mercure/ vénus/ Jupiter / saturne). 


A ce jour, les hommes qui gardent la Kaaba sont encore appelés "fils de l’Ancienne Femme","fils de Saba", en arabe "Beni Shaybah". 


La déesse Allat avait un surnom, ou un titre supplémentaire, Saba prononcé Shaybah, signifiant sage-femme, ou, "Celle de l’ancienne sagesse". Avant l’Islam, les gardiens du Sanctuaire étaient des prêtresses appelées "Bathi-Sheba","filles de l’Ancienne Sage Femme". Bethsabée, "fille de Saba" signifie, ‘‘prêtresse de la maison de Saba". Les musulmans ont gardé ce sanctuaire cubique, et marchent encore autour, tout comme on le faisait à l’époque où on vénérait la Déesse.



Le culte des pierres


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Vénérer une pierre est typiquement païen. On appelle ces pierres divines béthyle (de l’hébreu béthel "pierre sacrée"), et est une pratique polythéiste classique de l’antiquité


La pierre de la Kaaba n’échappe pas à cette règle.


Cette pierre faisait en effet l’objet de vénération pré-islamique. Le culte pré-islamique des pierres peut être rapproché à des cultes lithiques des bétyles qui furent répandus dans tout le Proche Orient dès la plus haute antiquité. 


En effet ce culte rendu à une pierre n’est pas isolé dans l’Antiquité : on peut citer la pierre noire d’Émèse dont Héliogabale fut le grand-prêtre avant de devenir empereur romain, la pierre noire de Dusares à Petra, et c’est sous la forme d’un bétyle qu’en 204 avant J-C que Cybèle, la déesse-mère phrygienne de Pessinonte, fait son entrée à Rome


Dans de nombreuses cités orientales, des pierres sacrées sont l’objet de la vénération des fidèles, telles l’Artémis de Sardes ou l’Astarté de Paphos. En Arabie ce n’était pas une exception car le culte des pierres était omniprésent dans la société pré-islamiques. Par exemple la "pierre rouge" était la divinité de la ville arabe au sud de Ghaiman, ou la "pierre blanche" dans la Kaaba d’al-Abalat (près de la ville de Tabala, au sud de La Mecque).


La pierre noire, vulve d’Allat ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Beaucoup d’occidentaux, surtout des sages-femmes, ont observé que l’écrin de la pierre noire, à l’angle de la Kaaba, a une forme de vulve, avec une tête de bébé qui en sort. 


Le mot Hajj (pèlerinage islamique à La Mecque) est dérivé de «Hack» qui veut dire friction en langue Arabe car il y avait un rituel païen dans lequel les femmes frictionnaient leur partie génitale sur la pierre noire espérant ainsi augmenter leur fertilité.(Dr.Jawad Ali dans son livre «L’histoire des arabes avant l’Islam» partie 5,page 223). Elle enduisaient la pierre avec le sang des menstrues et tournaient nues tout autour.


Une survivance de culte phallique à La Mecque ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La Lapidation de Satan (arabe : رمي الجمرات, Ramy al-Jamarat signifiant « lancer [de pierre] sur les cibles [piliers] ») est une cérémonie pratiquée par les musulmans lors de leur pèlerinage ( Hajj ), au cours de laquelle ils jettent des pierres, qu’ils auront collectées durant une phase antérieure du pèlerinage, sur trois rochers qui symbolisent le diable. Ce rite s’effectue le 3e jour du pèlerinage à Mina en Arabie saoudite, à 5 km à l’est de La Mecque. Les trois piliers de pierre (un petit, un moyen et un grand) furent remplacés par les autorités saoudiennes en 2006 par trois murs de pierre, pour prévenir les accidents. Si l’écrin de la Pierre Noire de la Kaaba fait irrémédiablement penser à un vagin, les 3 piliers semblent représenter des phallus, ce qui confirmerait que La Mecque ait été un sanctuaire païen dédié à des cultes de fertilité.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12331
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Kaaba, une idolâtrie

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 16:15

Le terme "Allah", comme le Coran lui-même en est témoin, est bien connu dans la période pré-islamique


En effet, tant le terme "Allah" et son l'homologue féminin à l'époque "Allat" n'étaient pas rares parmi les noms théophores safaïtiques en Arabie du Nord. 


Lorsque, en d'autres termes, la révélation coranique a commencé à utiliser ce mot, il n'a pas été l'introduction d'un nouveau nom de Dieu qui était étranger aux oreilles des arabes contemporains, les historiens ont démontré que Allah désignait le chef de la kaaba (sorte de panthéon se situant à la Mecque) , et c'était l'appelation donnée à un des "360 dieux [un pour chaque jour de l'année] " vénérés par les arabes païens et ceci avant la venue de Mohamed. 


Dans la tradition païenne en Arabie, "le dieu lunaire" était communément appelé "Allah", c'est-à-dire le chef ou le dieu élevé parmi les dieux qui étaient adorés par la société pré-islamique et il était associé à trois autres divinités. 


En voici la preuve: 


le père de Mohammed qui était le gardien de la ka'ba à la Mecque s'appelait Abd'Allah ce qui signifie "serviteur de Dieu". En effet, "Allah" équivau au français "Dieu"; bien qu'il s'agisse d'un titre et non pas du nom de Dieu. Il n'était pas rare qu'en Moyen-Orient "ce mot d'origine sémitique" soit employé pour désigner une ou plusieurs divinités païennes (soit "dieu" ou "dieux").


Un peu d'histoire et géographie démontrant l'origine païenne l'Islam original (ce qui est encore le cas aujourd'hui)


Parmi les prescriptions faites par le Coran en matière de culte, beaucoup ne font que restaurer de vieilles traditions sémitiques conservées pendant des millénaires dans le désert, parfois transformées par le contact des Arabes avec les judéo-chrétiens. Les symboles tels que le symbole du croissant de lune qui peut être trouvé sur le sceau d'impressions, de stèles, de la poterie, des amulettes, tablettes d'argile, les bouteilles, poids, boucles d'oreilles, colliers, mur de peintures murales, etc ..., les temples et les rituels de l'islam moderne, ont été pratiquées par les polythéistes avant que Mohammed naisse.


Partout dans le monde antique, Les archéologues ont découvert des temples du dieu lune dans tout le Moyen-Orient. La religion dominante de l'Arabie était le culte du "dieu lune" qui avait d'ailleurs reçu la nomination "Allah" ( le Dieu ). Au sud de l'Arabie les archéologues ont même découvert le Temple de Hureidha (un temple dédié au "dieu lune").


Au moment ou la troupe de syrus voulait traverser la Mer Rouge pour aller vers l'Egypte, ils ont créé un temple du feu à la Mecque, qu'on le nomme aujourd'hui la " Kaaba Muhammadienne ", les iraniens l'ont nommé " l'endroit de feu " (ateshgah) et c'était un lieu sacré pour les Iraniens dont la religion était le zoroastrisme mais qui fut plus tard influencé par les pratiques religieuses babyloniennes, comme c'était le cas dans tout le Moyen Orient.




Ateshgah de bakou (Azerbaïdjan)....................Ka'aba de Zoroastre ( Iran )

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




Les anciens chroniqueurs rapportent qu'avant l'avènement de l'islam (jahilya), il y avait 24 ka'bas dans la péninsule arabique, mais celle de La Mecque était vénérée par toutes les tribus. 



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



(Remarque : lorsqu'un musulman prie où qu'il se trouve il se tourne toujours vers la ka'ba alors que la Bible nous dit que la demeure de Dieu sont les cieux spirituels et non un endroit précis sur Terre. La direction de la prière (la kiblah) répond à des règles très strictes énoncées par Mohammed dans le Coran. Au début, la kiblah correspond à la direction de Jérusalem (s.2, v.36), pour satisfaire les convertis d’origine juive ou chrétienne. Puis, afin d’asseoir définitivement son autorité tout en contentant la masse des nouveaux fidèles d’origine païenne, la kiblah se tourne vers la Mecque, haut lieu ancestral d’un culte païen. L’importance de ce lieu chez les musulmans s’affirme avec le pèlerinage de la Mecque (le hadj), un des cinq piliers de l’Islam.).



D'après la version musulmane la ka'aba (الكعبة) à la Mecque signifierait cube en arabe, mais la Ka'aba elle-même est l’ancienne " Kaabou ", du mot grec qui signifie ‘jeune fille’, et désigne la déesse Astarté, c’est-à-dire Aphrodite dans la mythologie grecque qui correspond à la Vénus Romaine et l'al-'Uzza (العزى) des Arabes considérée comme la déesse de la fertilité.


La principale divinité du temple était le "dieu lune" aussi connu comme "Hubal"; les trois filles, al-Lat, al-Uzza et Manat sont parfois représentées avec "le dieu lune" avec un croissant de lune au-dessus d'eux. L'une des principales divinités de ce temple était également "Baal" et la lune sous le symbole de la déesse Astarté présentée comme sa campagne, leur union était censée assurer la fertilité pour l’année. Le terme habBa‛al (le Baal) est appliqué au faux dieu Baal. L’expression habBe‛alim (les Baals) se rapporte aux diverses divinités locales considérées comme les propriétaires ou les possesseurs d’endroits particuliers où elles exercent une influence.


Dans le Moyen Orient Baal était considéré comme le propriétaire du ciel, considéré par ses adorateurs comme celui qui donnait les pluies et la fertilité, pour cette raison le prophète Élie ordonna une sécheresse au nom de Yahvé (1R 17:1)Après trois années et six mois, Baal s’étant révélé incapable de mettre un terme à la sécheresse en réponse aux nombreuses suppliques que ne manquèrent pas de lui adresser ses prêtres et ses adorateurs, Élie convoqua tout le peuple au mont Carmel afin qu’il soit témoin d’une grande épreuve qui déterminerait qui est le vrai Dieu. À l’issue de cette épreuve, les adorateurs de Baal furent humiliés et 450 prophètes de Baal tués. Yahvé, et non Baal, fit ensuite pleuvoir pour mettre fin à la sécheresse. — 1R 18:18-46 ; Jc 5:17.


A la kaaba, on a trouvé une multitude de symboles du croissant de lune et pas moins de vingt et un inscriptions avec le nom du "dieu Lune".


Le croissant de lune, symbole du "dieu lune" fut plus tard adopté par les musulmans comme signe général de l'Islam se trouvant encore aujourd'hui en haut des mosquées et des minarets.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le culte des pierres dans la société arabe préislamique et l'actuelle " Pierre Noire " de la Ka'ba.


La Pierre Noire était scellée au coin de la Ka'ba dans le temple de La Mecque bien avant l'Islam. C'était une idole particulière car « venue du ciel » ( une météorite ou un bétyle ).


Le culte préislamique des pierres peut être rapproché à des cultes lithiques des bétyles qui furent répandus dans tout le Proche Orient dès la plus haute antiquité. En effet ce culte rendu à une pierre n'est pas isolé dans l'Antiquité : on peut citer la pierre noire d'Émèse dont Héliogabale fut le grand-prêtre avant de devenir empereur romain, la pierre noire de Dusares à Petra, et c'est sous la forme d'un bétyle qu'en 204 avant J-C que Cybèle, la déesse-mère phrygienne de Pessinonte, fait son entrée à Rome. 


Dans de nombreuses cités orientales, des pierres sacrées sont l'objet de la vénération des fidèles, telles l'Artémis de Sardes ou l'Astarté de Paphos. En Arabie ce n'était pas une exception car le culte des pierres était omniprésent dans la société préislamiques, par exemple la "pierre rouge" était la divinité de la ville arabe au sud de Ghaiman ou la "pierre blanche" dans la Kaaba d'al-Abalat (près de la ville de Tabala, au sud de La Mecque).


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Quand Mahomet détruisit les 360 idoles contenues dans la Ka'ba, il conserva toutefois la « Pierre noire » , en déclarant qu'elle était un ancien cadeau de Dieu. C'est ainsi que cette pierre aurait le pouvoir surnaturel d'absorber les péchés de celui qui la touche, d'où sa couleur noire, alors qu'à l'origine elle aurait été blanche


Sachant que la « Pierre noire » était une pierre vénérée par toutes les tribus le fait d'avoir voulu garder la « Pierre noire » cela avait pleinement un but politique de rapprocher ainsi les différentes tribus. La preuve c'est que Mahomet a accepté l'éminence et l'intercession des idoles des Quoriche afin de connvertir ces derniers en son propre rite.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12331
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Kaaba, une idolâtrie

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 16:16

Les divinités de la Kaaba

Dans le hadith de Bukhari ( 64.48.7), il est rapporté, qu'en 630, lorsque Mahomet "conquit" La Mecque, il y avait encore dans de la Kaaba 360 idoles. ( représentant surement les 360 jours d'une année lunaire). 

Les divinités les plus vénérées chez les Arabes, étaient constitué d'une triade de déesses

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Manat ( Al-Manat ) était une déesse de la mort et du destin. Principale divinité des tribus des Aws et des Hazrag, elle serait la plus ancienne du panthéon de l'Arabie. À l'origine, ce n 'était qu'un rocher. Son culte s'est ensuite répandu parmi de nombreuses tribus Arabes comme les Quraychites de La Mecque. (Les Arabes appelaient leurs enfants Abd Manât et Zayd Manât


Al-Lat (Notez la ressemblance de Al-Lah avec Al-Lah/ Allah ) était une déesse de la fécondité et de la féminité. Elle avait aussi sa statue dans la Kaaba et était représentée sous la forme d’une pierre cubique. Elle était vénérée par tous les Arabes, y compris la tribu de Mahomet des Qurayshites . Des enfants étaient prénommés Zayd-al-Lāt ou Taym-al-Lāt.

Al-Uzza était la déesse arabe préislamique de la fertilité ( du sex ). L'une des principales déesses de l'Arabie, qui dominait la triade, elle était la plus jeune des trois déesses. Son nom semble dériver de la racine arabe ʿZY et signifier " la puissante ". Son culte est lié à la planète Vénus, elle est identifiée à la divinité Inanna chez les Assyriens, Ishtar chez les Akkadiens et  Aphrodite chez les Grecques.

C’était la plus grande des idoles chez les Arabes,( voir les photos plus haut des temples qui lui étaient consacrés à Pétra) des enfants étaient prénommés Amat-ʿUzzayan (servante dʿUzzā) ou Abd al-ʿUzzā ( esclave d'Uzza). Notez la tradition païenne d'associer les noms d'enfants à des divinités. Comme le père de Mahomet qui  s'appelait "Abdallah" ( esclave d'Allah) et l'oncle paternel de Mahomet, qui était surnommé Abû Lahab mais son vrai nom était Abd Al-Uzza ( esclave d'Uzza) ! Ou encore la première femme de Mahomet qui s'appélait Khadîjah Bint Khuwaylid fille de Khuwailed bin Assad qui était fils de  Abd Al-`Uzzâ ! ( source islamophile )


Il est ici intéressant d'évoquer la descente aux enfers Al-Uzza (Inanna, Ishtar ). Al-Uzza décide de se rendre aux Enfers pour se rendre maîtresse des lieux, elle doit pour cela franchir les sept portes de l’enfer ! ( voir lien ) Tiens, tiens sept portes, cela rappelle un passage du Coran !

"Et l´Enfer sera sûrement leur lieu de rendez-vous à tous. Il a sept portes; et chaque porte en a sa part déterminée" (Coran 15.43-44 )



Sin le dieu lune 

Le dieu-lune était appelé :

Aglibol à Palmyre en Syrie

Nanna ou Sîn à Ur en Irak

Et Houbal ( ou Hubal ) en Arabie.



Le "dieu" lunaire Houbal  a vraisemblablement était exporté vers l'Arabie en 552 av. J.-C par le roi de Babylone Nabonibe,  Nabonibe vecu 10 ans à Taima dans le Hedjaz arabique .

Nabonibe vouait un culte tout particulier à Sîn, le dieu-lune. Il fut restaurer le temple de ce dieu à Ur ainsi que reconstruire le temple de Sîn à Harran ( qu'il inaugurera en 539 ). Après sa conquête du nord de l'Arabie, il s'installe dans la province de Hedjaz .( Province où se trouvent justement La Mecque et Médine les deux villes du prophète de l'Islam ) On peut parier qu'il y construisit des Temples voué au dieu Lune, puisque Nabonibe était obsédé par cette divinité (mais les musulmans on détruit toute trace de Nabonibe en Arabie)

On trouve dans le Coran le nom mystérieux de Dhû-l-Qarnayn qui veut dire en Arabe « celui qui a deux cornes ». Les musulmans attribuent ce nom au roi Cyrus le grand, le fondateur de l'Empire perse, mais le Coran ne ferait-il pas plutôt allusion à Nabonibe !

Le dieu Sin ou Hubal apparaît comme une divinité qui préside à la naissance, ( ce qui explique la pierre noire dans une vulve de la Mecque, les musulmans fêteraient sans le savoir la naissance d'Allah ) 

Sin avait le titre  dans certaine région du monde ( comme a Ur )  de « Dieu des Dieux ». cette divinité a toujours été représenté par les cornes d'un taureau ou un croissant de lune.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Emblème du dieu lunaire Sin datant de 750 av JC ( source : [url=http://arethuse1.free.fr/definition-images.php?mot= S%EEn][ltr][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ... t=%20S%EEn[/ltr][/url] )


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le Makkah royal clock hotel (Abraj Al Bait Towers) à la Mecque et son symbole païen
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12331
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Kaaba, une idolâtrie

Message  Arlitto le Mar 8 Mar - 16:16

L’arrivée du patriarcat en Arabie

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le patriarcat s’est installé progressivement par la guerre à partir du IVème millénaire avant Jésus-Christ, et semble commencer à Sumer en Mésopotamie. Les anciennes déesses-mères ont été conquises, assimilées, puis remplacées, par les nouveaux dieux-pères (Olympiens, Aesirs nordiques…). Il en est de même avec les divinités matriarcales arabes (Allat, Uzza, Manat), désormais dominées par les nouveaux dieux conquérants venus de Babylone (Hu-Baal).

Paganisme matriarcal : les trois déesses-mères de l’Arabie pré-islamique, Al-Uzza, Allat et Manat

Hicham ibn al-Kalbi (737-819) est un historien arabe, compilateur des traditions orales des bédouins et des conteurs professionnels. Parmi ses œuvres existant encore il y a le Kitāb al-aṣnām (en arabe : kitāb al-aṣnām, كتاب الأصنام, livre des idoles), dans lequel il parle des idoles des arabes de la période pré-islamique. L’intérêt de ce livre est accru par les informations qu’il apporte sur l’antiquité arabe et les coutumes tribales et traditions qui seraient sinon sans doute perdues.

L’ancienne religion des arabes

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Suivant les régions et les époques, les arabes ont vénéré des centaines de divinités différentes. Les déesses Al-Uzza, Al-Lat et Manat formèrent une trinité dans l’Arabie pré-islamique. Leur culte a été largement répandu : des nabatéens de Pétra dans le Nord, aux royaumes légendaires de l’Arabie Heureuse dans le Sud, y compris Saba, la Sheba biblique (reine de Saba), jusque dans l’est, en Iran et à Palmyre. Elles étaient des déesses très populaires à la Mecque du temps de Mahomet. 

Les trois ont été vénérées sous forme de pierres aniconiques (non figuratives) non taillées, que l’on appelle des bétyles

Les  »idoles » d’Al-Uzza et Al Lat étaient 2 des 360 statues païennes (1 par jour) de la Ka ‘aba qui ont été détruites par Mohammed. Certaines idoles citées dans le Coran sont d’importation yéménite, leur évocation est assez floue car le Yémen, à l’époque de Mahomet, était depuis plusieurs siècles judaïsé puis christianisé.


•Al-`Uzzâ (العُزّى [al-`uzzā], l’être tout puissant) : La déesse de l’étoile du matin. Idole pré-islamique apparentée à Vénus/Aphrodite et personnalisée par un bloc de granit long d’environ six mètres.


•Al-Lât (اللَّات [al-llāt], al-lât; la déesse) : Déesse du soleil représentée par une immense image de granit gris. Hérodote (484-420 avant J.-C.) signale la présence d’une divinité arabe nommée Alilat (ال + الإلَهة [al+ilaha → al-ilaha], la déesse ; alilat).

•Manât (مَنَاة [manā]) : Déesse de la lune décroissante, symbole du destin du temps et de la mort (مَنيّة [manīya], destin; sort; mort). Divinité pré-islamique du sort, qui coupait le fil du destin à l’image de Morta la troisième Parque.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 12331
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum