Grandes périodes historiques

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Grandes périodes historiques Empty Grandes périodes historiques

Message  Arlitto le Sam 26 Mar - 14:31

Grandes périodes historiques

-3100
L'unification des Deux Terres
Narmer (également appelé Ménès) unifie la Haute et la Basse Égypte. Il donne ainsi naissance à la première dynastie des pharaons, la dynastie thinite. Durant cette période, l’écriture hiéroglyphique se développera. On découvrira bien plus tard une palette de schiste sur laquelle Ménès porte le pschent, la fameuse couronne symbolisant l'union des Deux Terres.




-2800
L'édification de la pyramide de Saqqarah
Le pharaon Djoser fonde la IIIe dynastie de l’Ancien Empire. Avec l’aide de son fidèle architecte Imhotep, il construira le premier tombeau royal sous forme de pyramide à degrés. Dominant le faubourg de Saqqarah, près de Memphis, le monument est conçu pour permettre au Roi défunt de s’élever vers le ciel tout en veillant sur son royaume.




-2650
La Grande pyramide de Gizeh
Kheops monte sur le trône égyptien. Fils de Snéfrou, premier pharaon de la IVe dynastie, il prend les rênes d’un puissant royaume qu'il embellira avec la grande pyramide de Gizeh. S'élevant à près de 150 mètres, les larges faces lisses du monument abriteront durant des siècles le corps du monarque.




-2520
Khephren prend le pouvoir
Khéphren succède à son père, Kheops et édifie à son tour une pyramide à Gizeh. Il l’accompagnera plus tard du célèbre sphinx, sculpté à son effigie et haut de près de 20 mètres. Son fils, Mykérinos, ajoutera lui aussi sa sépulture pyramidale à Gizeh.




-2160
Une Egypte divisée
Autrefois immense et rayonnant, le royaume est morcelé par des guerres de pouvoir entre nomarques. C’est le début de ce que l’on nommera plus tard la Première période intermédiaire. Elle s’achèvera avec le règne de Montouhotep II qui parviendra à réunifier les Terres et à conquérir la Nubie et la Syrie. Il mourra vers 1982 av. J.-C. et reposera pendant des millénaires dans le grand temple de Deir el-Bahari.




-1675
L'invasion hyksos
Occupant l’Égypte depuis quelques années, les Hyksos fondent la XVe dynastie. Ils s’emparent de la ville de Memphis sans toutefois exercer leur autorité sur le sud du pays, régi par une dynastie thébaine. Les Hyksos seront finalement chassés par Ahmosis, dernier roi thébain de la XVIIe dynastie. Il réunifiera le pays avant de fonder la dynastie suivante.




-1527
Le règne d’Aménophis Ier
Aménophis Ier monte sur le trône du Nouvel Empire égyptien. Il règnera quelques années en compagnie de sa mère, Ahmès-Nefertari, épouse d’Ahmosis. Son influence et son autorité s’étendront par la suite en Nubie et en Syrie. Lorsqu’il parviendra à assurer une paix durable, il ajoutera un édifice au temple de Karnak et restaurera quelques monuments. Afin de préserver sa sépulture des pilleurs, il préférera ne pas être inhumé dans son temple funéraire.




-1490
Hatshepsout prend le pouvoir
Épouse de son demi-frère Thoutmosis II, Hatshepsout assure la régence de l’Égypte. Son époux mourra prématurément, laissant le trône à son gendre, Thoutmosis III. Considérant le nouveau souverain comme trop jeune, la reine s’arrogera les pouvoirs et se fera proclamer pharaon. Elle règnera sur une terre prospère et influente et édifiera le vaste temple funéraire de Deir el-Bahari.




-1468
Thoutmosis III prend le pouvoir des Deux Terres
Thoutmosis III monte sur le trône. Sa belle-mère Hatshepsout, qui exerçait déjà son autorité sur le pays, usurpe le pouvoir. Lorsqu’elle mourra, Thoutmosis III anéantira toute trace artistique de son règne et se lancera dans une conquête militaire remarquable. Il s’emparera de la Syrie et de la Palestine avant de dominer la Nubie. Des siècles plus tard, sa tombe sera mise au jour à Deir el-Bahari et ses constructions au temple de Karnak perdureront.




-1410
Aménophis III bâti Louxor
Aménophis III prend le pouvoir des Deux Terres et édifie le temple de Louxor. Plusieurs statues de sphinx veillent sur le chemin qui le relie au vaste temple d’Amon, à Karnak. Il fera également ériger devant son temple funéraire les impressionnants colosses de Memnon, qui traverseront les siècles sans trop de dommages.




-1364
Aménophis IV, vers le monothéisme
Aménophis IV règne sur l’Égypte et bouleverse les croyances religieuses pratiquées jusqu’alors. En compagnie de sa belle Néfertiti, il interdira le culte du Dieu Amon afin que chacun se consacre exclusivement au Dieu soleil, Aton. Thèbes étant la capitale des pharaons et des prêtres d’Amon, il la transfèrera à Tell al-Amarna et prendra le nom d’Akhenaton.




-1352
Néfertiti disparaît
Alors qu’elle régnait étroitement avec son époux, Akhenaton, Néfertiti quitte le pouvoir mystérieusement. Maintes fois représentée dans l’art égyptien, cette reine à la beauté époustouflante ne sera désormais plus jamais citée et sa tombe ne sera jamais découverte. Des millénaires plus tard, les spécialistes s’interrogeront encore sur cette disparition. Certains penseront qu’elle s’est simplement recluse dans un temple et d’autres qu’elle est morte subitement.




-1347
Le règne du jeune Toutankhamon
Toutankhamon entre dans la lignée des pharaons égyptiens. Très jeune, il n’est pas en mesure d’exercer le pouvoir, ce qui profite au général Horemheb. Ce dernier poussera le Roi à restaurer le culte d’Amon et à réintégrer la capitale de Thèbes. Toutankhamon épousera sa sœur et mourra prématurément sans héritier. Son règne est insignifiant pour l’époque mais lorsque Howard Carter découvrira son tombeau en 1922, son nom se gravera dans toutes les mémoires.




-1304
Début du règne de Séthi Ier
Séthi Ier prend le pouvoir et lance des expéditions militaires au Proche-Orient. Il s’emparera de la Palestine et combattra les Hittites. Il laissera dans son sillage le vaste temple d'Abydos ainsi qu'un remarquable tombeau dans la Vallée des Rois. Sa sépulture sera d'ailleurs la toute première découverte archéologique de la Vallée.




-1294
La bataille de Kadesh
Monté sur le trône quelques années plus tôt, le jeune Ramsès II livre une bataille mémorable à Qadesh, contre les envahisseurs hittites. Il souhaitait ainsi récupérer les terres d’Afrique et d’Asie Mineure. Au lendemain de l’affrontement, il fera sculpter les différentes scènes de sa victoire sur les murs de son temple d’Abou Simbel. Ces fresques montrent le souverain du haut de son char, exterminant à lui seul des centaines de Hittites enragés. Il signera finalement un traité de paix avec le roi hittite et épousera l’une de ses filles pour sceller leurs accords.




-1250
Ramsès II fait édifier Abou Simbel
Ramsès II ordonne la construction des temples d’Abou Simbel, dans la vallée du Nil. Creusés directement dans le grès de la falaise, les deux monuments symbolisent le règne sacré du couple royal. Ramsès édifie le plus petit d’entre eux en hommage à son épouse favorite et à la déesse Hathor. À cinquante mètres, le grand temple, gardé par quatre colosses à l’effigie du souverain, est dédié aux dieux Amon, Rê et Ptah. Il fait ériger au fond du temple les statues des trois dieux et la sienne qui le divinise. Le grand temple est conçu de manière à toujours laisser la statue de Ptah, dieu des morts, dans l’obscurité. Ce trésor architectural traversera les siècles et sera entièrement démonté blocs par blocs, puis rebâti à l’identique plus loin lors de la construction du barrage d’Assouan.




-1100
Les Phéniciens installent des comptoirs en Tunisie
Grands commerçants maritimes, les Phéniciens fondent le comptoir d’Utique, non loin de Tunis. Durant cette période, ils se sont installés et s’installeront encore sur une grande partie des côtes africaines.




-1080
L’Égypte, en déclin
Le grand prêtre d’Amon Hérihor prend le contrôle de Thèbes tandis qu’au nord règne encore Ramsès XI. Il signe alors définitivement l'acte de décès de l'empire uni et rayonnant de Ramsès II. Le pays tombera dans une succession d'invasions qui jamais ne lui donneront la prospérité d'autrefois.




-814
Fondation de Carthage
D’après la légende, la reine de Tyr, Élissa, fonde la ville de Carthage. Déjà comptoir phénicien, la ville connaît un développement très rapide et domine peu à peu la totalité de la côte tunisienne et d’Afrique du Nord.




-753
21 avril
Fondation légendaire de Rome
La légende attribue à Romulus, descendant des rois d'Albe, la fondation de Rome et de ses institutions. Cette histoire sera rapportée par le poète latin Virgile (70-19 avant J.-C) dans son épopée l'Enéide et par l'historien latin Tite-Live (64 avant J.-C - 17). Romulus deviendra le protecteur de la ville et, après sa mort, les Romains lui voueront un culte sous le nom de Quirinus (du mont Quirinal, l'une des sept collines de Rome).
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Grandes périodes historiques Empty Re: Grandes périodes historiques

Message  Arlitto le Sam 26 Mar - 14:31

-660
11 février
Naissance de l'Empire du Japon
Selon la mythologue japonaise, après avoir vaincu le royaume Yamato, le prince Jimmu Tennô monte sur le trône du Japon et fonde l'empire japonais. Jimmu Tennô est, selon la légende, un descendant de la déesse solaire Amaterasu Omikami, divinité majeure du culte shintô. Tous les souverains de l'histoire japonaise se réclament de Jimmu Tennô.




-605
25 septembre
Un nouveau Roi pour Babylone
Nabuchodonosor II est couronné roi de Babylone à la mort de son père, Nabopolassar. Peu avant son couronnement, il a vaincu les Égyptiens à Kharkémish, les chassant ainsi du Moyen-Orient. Huit ans plus tard, il s'emparera de Jérusalem et déportera l'ensemble de la famille royale de Juda à Babylone. Lorsque les habitants de Jérusalem se révoltent contre le roi babylonien, en -587, toute la population juive sera chassée du pays, constituant ainsi la première diaspora. Nabuchodonosor II règnera jusqu'en -562.




-593
Réformes de Solon
Alors qu’Athènes subit une grave crise agraire, Solon modifie en profondeur le fonctionnement de la cité. Il interdit la servitude pour dettes et efface ces dernières. Mais surtout il réforme le corps civique. L’accès au pouvoir était déterminé par l’appartenance à des classes, celles-ci ne seront plus simplement déterminées par le sang mais par la richesse. Un rôle militaire est également attribué à chaque classe. Surtout Solon donne un pouvoir à la Boulê, assemblée jusqu’ici purement consultative. Enfin la création de l’Héliée, tribunal populaire, permet à tous de participer à la justice de la cité.




-586
28 mai
Nabuchodonosor profite d'une éclipse
Une éclipse de soleil interrompt un combat entre les Mèdes du roi Cyaxare et les Lydiens du roi Alyatte. Cet événement, considéré comme un signe divin, impose la paix entre les deux belligérants grâce à l'arbitrage du roi de Babylone Nabuchodonosor II, allié des Mèdes. Celui-ci en profite pour annexer la Cilicie, plaine littorale de Turquie. Conscient de la montée en puissance des Mèdes, Nabuchodonosor II protégera son Empire par la construction des murailles de Babylone, dont les jardins suspendus sont considérés par les auteurs antiques comme l'une des sept merveilles du monde.




-585
28 mai
L’éclipse solaire prévue par Thalès a lieu
Le philosophe et astronome Thalès avait prédit une éclipse solaire pour l’année 585 av. J.-C. Lorsque celle-ci a lieu, il accède à une célébrité immédiate. Les moyens lui ayant permis de réaliser cette prédiction restent cependant inconnus : peut-être a-t-il réalisé des calculs sur le mouvement des astres. Une autre hypothèse serait qu’il ait eu la connaissance ou bien l’intuition du Saros, l’intervalle – régulier - entre deux éclipses. L’historien Hérodote racontera plus tard que cette éclipse aurait interrompu un combat entre le roi de Babylone Nabuchodonosor et les Lydiens.




-565
Fondation d’Alalia
Les Phocéens envahissent la Corse et y créent Alelia (future Aléria). L’île est alors déjà occupée par des peuples essentiellement d’origine ibère ou celte qui commercent avec les Phéniciens. En occupant la Corse, les Phocéens contribuent à assurer leur liaison avec la Grèce. Bien qu’ils restent sur la périphérie de l’île et ne s’aventurent guère dans les terres, ils apportent à la Corse la technique et la culture grecque. Ils sont notamment à l’origine de l’introduction de la vigne et des oliviers.




-535
Echec de la tentative d’invasion étrusco-carthaginoise en Corse
Point stratégique pour maîtriser la navigation sur la Méditerranée, la Corse suscite dès l’Antiquité les convoitises des civilisations voisines. Ainsi, quelques années après l’installation des Phocéens, Etrusques et Catharginois essaient de poser le pied sur l’île. Si les premières tentatives se soldent par des échecs, ce n’est en fait que partie remise. En effet, moins d’un siècle plus tard, Carthage mettra la main sur la Corse.




-525
Les Perses conquièrent l’Égypte
Affaibli par les diverses invasions et les guerres de succession, le pays passe aux mains des Perses. Le Roi Cambyse II domine alors la totalité des terres. Les Perses seront chassés par les derniers pharaons autochtones mais reprendront le contrôle quelques années plus tard.




-514
Les tyrannoctones poignardent Hipparque
Souhaitant renverser la tyrannie mise en place par Pisistrate en 546 avant J.-C., Aristogiton et Harmodius organisent une tentative de meurtre sur les détenteurs du pouvoir, Hippias et Hipparque. Finalement, seul Hipparque est poignardé. Les deux fils de Pisistrate se partagaient le pouvoir mais ne bénéficiaient pas de l'aura de leur père. La tyrannie, qui avait jusqu’ici fait prospérer Athènes, est de plus en plus impopulaire et les tueurs de tyrans, alors punis de morts, seront ensuite célébrés comme des héros de la démocratie sous le nom de Tyrannoctones. Le régime d’Hippias, de plus en plus autoritaire, sera renversé quelques années plus tard.




-510
Renversement de la tyrannie athénienne
N’ayant pas reçu le soutien populaire dont a bénéficié son père, Hippias ne parvient pas à maintenir son autorité. Il est renversé deux ans après l’assassinat de son frère et fuit pour rejoindre la cour de Darius. Cet exil auprès des Perses, avant les guerres médiques, sera perçu comme une ultime et impardonnable trahison. Athènes, qui doit ce renversement à Sparte et aux grandes familles qui s’y étaient exilées, est alors en pleine crise politique. Ces dernières tenteront de rétablir l’oligarchie.




-507
Naissance de la démocratie athénienne
Clisthène parvient à établir un régime qui évite le retour à l’oligarchie à Athènes. Il instaure alors une règle bien précise : tous les citoyens ont les mêmes droits et devoirs. Ce précepte, appelé isonomie, fait naître la démocratie. Le redécoupage du territoire en dix tribus au lieu de quatre, mais surtout en dèmes, équivalent de notre commune, permet de court-circuiter et de reléguer à des fonctions civiles le pouvoir des grandes familles.




-500
L'installation des Gaëls
Les premiers Celtes atteignent l’île irlandaise. Les tribus gaéliques envahissent peu à peu la totalité du territoire et le divisent en cinq grandes provinces : Ulster, Connacht, Leinster du Nord, Leinster du Sud et Munster. Durant plusieurs siècles, ils échapperont à l’influence romaine et conserveront leur culture originelle.




-498
Prise de Sardes
Les Grecs tentent de se débarrasser de la domination de la Perse dans certaines citées et parviennent à investir Sardes en Asie mineure. Ils brûlent la ville basse mais la citadelle résiste. Les tyrans mis en place dans les citées ioniennes (autour de la mer Égée, notamment en actuelle Turquie) par les Perses sont dirigés par le gouverneur de Sardes. Mais cette demi victoire annonce une défaite à Ephèse et une politique de répression de Darius, le roi des Perses.




-494
Sac de Milet
Point de départ de la révolte des citées ioniennes contre la domination Perse, Milet subit la vengeance du royaume. La cité est mise à sac tandis que ses habitants, femmes et enfants, sont emmenés vers l’Est en esclavage. Cette cruelle défaite, due au manque de cohésion des citées grecques, annonce d’une part la première guerre médique et d’autre part la future hégémonie d’Athènes, reposant sur cette volonté d’union.




-490
Darius détruit Byzance
Lors de la première guerre médique, les troupes du roi perse Darius le Grand envahissent la cité de Byzance, la pillent et la détruisent. Occupée par des Grecs depuis sa fondation, semble-t-il deux siècles plus tôt, Byzance est irrémédiablement devenue l’une des cibles du roi perse. D’une part, elle bénéficie d’une position stratégique, entre l’Asie et l’Europe, sur la côte du Bosphore. D’autre part, Darius cherche à punir les Athéniens d’avoir soutenu les révoltes à son encontre.




-490
13 septembre
Bataille de Marathon
Sous la direction du stratège Miltiade, les 10 000 hoplites athéniens lancent une attaque contres les troupes Perses débarquées sur la plaine de Marathon. Largement supérieurs en nombre, les Perses subiront pourtant une déroute radicale. La légende affirme que seulement 192 grecs sont morts contre 6400 Perses. Toujours selon la légende, un soldat du nom de Philippidès court alors jusqu’à Athènes annoncer la victoire et meurt d’épuisement immédiatement après. L’épreuve du Marathon fera honneur à cette course glorieuse. Tandis que la première guerre médique prend fin dans cette plaine, l’apogée d’Athènes et de la démocratie s’amorce.




-486
Mort de Darius Ier
Alors qu’une expédition est en cours pour mater la rébellion égyptienne, le roi Perse Darius Ier s’éteint. Son fils, Xerxès Ier, lui succède et entend réussir là où son père a échoué : en Grèce. Rapidement, il lancera une grande offensive, connue sous le nom de deuxième guerre médique et cherchera à se venger d'Athènes, citée qui a sauvé les Grecs en 490 avant J.-C. L’empire Perse est alors immense et puissant, et, sous la domination de la dynastie Achéménide, il le restera jusqu’à l’avènement en Macédoine d’Alexandre le Grand.




-483
Découverte des mines de Laurion
Les Athéniens mettent à jour sur leur territoire les mines d’argent du Laurion. Cette découverte participe non seulement à l’enrichissement de la cité, mais elles vont surtout avoir un rôle essentiel dans la deuxième guerre médique. Thémistocle, profitant des conflits avec Egines, fait voter l’attribution des crédits de cette richesse à la construction de 200 trières. Mais il pressent que le danger est au-delà des voisins grecs : ainsi ces bateaux de guerre modernes et rapides seront essentiels lors de la bataille de Salamine.




-480
juillet
Jonction des troupes Perses
Les troupes Perses opèrent leur jonction en Thessalonique, rassemblant une armée gigantesque comptant peut-être 150 000 hommes et 6 000 navires. Les navires vont alors longer la côte pour ne pas s'éloigner des troupes terrestres. Les Grecs, qui ont réussi à s’entendre lors du Congrès de Corinthe à l’été -481, se coordonnent et décident d’abandonner le nord de la Grèce. Ils attendront les Perses à la passe des Thermopyles, lieu étroit qui devrait réduire l’avantage du nombre.




-480
17 septembre
Début de la bataille du Cap d'Artémision
Trois cents trières grecques, dont une majorité athénienne, attendent l’immense flotte Perse au Cap d’Artémision. Les combats qui s’engagent seront alors indécis, mais le but pour les grecs est avant tout de retarder l’avancée des Perses. La flotte de ces derniers est trop imposante et force les grecs à se replier. Toutefois, un tournant s’opère quelques jours plus tard. Une partie de la flotte perse, s’étant éloignée de la côte, est décimée par une tempête.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Grandes périodes historiques Empty Re: Grandes périodes historiques

Message  Arlitto le Sam 26 Mar - 14:32

-480
19 septembre
Défaite héroïque de Léonidas aux Thermopyles
Entouré de sept cents volontaires spartiates, thébains et platéens, Léonidas Ier, roi de Sparte, résiste héroïquement aux plusieurs milliers de Perses qui l’entourent. Le chef des Lacédémoniens et ses hommes luttent jusqu’à la mort pour couvrir le retrait du gros des troupes grecques. En effet, certainement suite à une trahison, les Perses avaient trouvé le moyen de prendre les Grecs à revers, contournant ainsi leur plan de défense. Les grecs se replient alors pour se concentrer sur l’isthme de Corinthe. Quant à Athènes, elle sera saccagée par les Perses et le Parthénon, alors en bois, sera incendié.




-480
29 septembre
Victoire des Grecs à Salamine
Devant la supériorité numérique de la flotte perse qui s'apprête à faire débarquer les armées de Xerxès Ier sur le sol grec, les navires athéniens simulent une retraite. Ils entraînent les perses dans le détroit de Salamine. C'est un piège : le passage entre l'île et le continent est trop étroit. Les bateaux grecs, plus maniables et menés par le stratège athénien Thémistocle, détruisent les navires ennemis qui se sont engouffrés dans le chenal. Xerxès 1er assistera à la défaite de son armée du haut d'une colline de l'Attique.





-479
Le Spartiate Pausanias prend Byzance
Régent de Sparte, Pausanias prend les rênes de l’armée grecque contre les Perses. Après s’être illustré lors de la bataille de Platée, il marche sur Chypre puis s’empare de la cité de Byzance. Détruite par Darius quelques années plus tôt, la ville sera alors reconstruite. Elle sera finalement prise par le général athénien Alcibiade, en -409.




-479
27 août
Mort de Mardonios à Platées
Au cours d’un assaut contre une troupe lacédémonienne, le commandant Perse Mardonios est tué. Dirigées par Pausanias, les armées grecques mettent alors en déroute l’armée perse à Platées, au Nord-Ouest d’Athènes. Après Salamine, les deux camps étaient restés sur un statu quo pendant l’hiver tandis que Xerxès rentrait en Perse, abandonnant le comandement à Mardonios. Depuis le printemps, les combats ont fait rage mais ils s’avèrent payant pour les grecs. C’est le début du retrait des Perses qui finiront par quitter les citées Ioniennes qu’ils dominaient depuis la fin du siècle précédent.




-478
Formation de la Ligue de Délos
Sous l’impulsion de Thémistocle et Aristide, quelques cités grecques s’associent en une ligue dont le commandement revient à Athènes. Cet accord est passé à Délos et en gardera le nom. Il ne concerne que la flotte et non l’armée de terre et a pour but de prévenir toute nouvelle attaque des Perses. Il annonce déjà un impérialisme naissant dans la cité encore auréolée de son succès à Salamine.





-471
Ostracisme de Thémistocle
Malgré le prestige qu’il a pu obtenir lors de la bataille de Salamine, Thémistocle a subi dans les années -470 un déclin politique qui va de pair avec la montée en puissance de Cimon. Face à leur conflit de point de vue en politique extérieure, Cimon obtient l’ostracisme de Thémistocle, c’est-à-dire un exil de la cité pendant dix ans pour aspiration à la tyrannie. Ce dernier considère en effet que l’ennemi véritable d’Athènes est Sparte tandis que Cimon craint avant tout les Perses. L’ostracisme est alors un acte qui touche couramment les stratèges grecs, magistrats les plus importants d’Athènes.




-461
Révolte des hilotes à Spartes
Cité oligarchique gouvernée par les "Égaux", Sparte subit en 461 avant J.-C. une révolte des serfs, les hilotes. Dénués de tout droit civiques et affectés au travail de la terre des "Égaux", les hilotes diffèrent des esclaves des autres cités grecques par le mépris et les violences qu’ils subissent. Lorsqu’ils se révoltent, les "Égaux" sont en nombre bien inférieur et Athènes propose du renfort. Sparte refuse cette aide, ce qui provoque un sentiment d'humiliation chez les Athéniens. Cimon est ostracisé l'année suivante, laissant le champ libre à Périclès. La trêve entre les deux cités est considérée comme rompue.




-454
Le trésor de la ligue de Délos est transféré au Parthénon
Athènes franchit le pas symbolique qui entérine son hégémonie en mer d’Egée : elle transfert le trésor de la ligue de Délos au Parthénon. Après plusieurs guerres destinées à maintenir de force des cités dans l'union, la ligue devient un empire, une "hégémonie" d’Athènes, sans pour autant être un État. En fait la domination est avant tout financière, Athènes décidant du tribu à apporter à la ligue et se l’attribuant en partie.




-451
Réformes politiques à Athènes
Périclès émet son premier décret majeur tandis que le fonctionnement politique de la cité semble évoluer. Dorénavant, il faudra deux parents athéniens pour prétendre à la citoyenneté. Les assemblées deviennent plus rigoureusement fixées et les magistrats plus contrôlés. Issu d'une famille aristocratique, Périclès devient de plus en plus influent.




-449
Périclès fait construire le Parthénon
Sous la pression de Périclès qui menace de le faire construire avec sa propre fortune si la cité refuse de voter son financement, Athènes décide de la construction d’un nouveau temple en l’honneur de la déesse Athéna. Détruit par les Perses lors de la deuxième guerre médique, le temple sur l’Acropole n’avait été que partiellement reconstruit. La première étape consistera en la construction du Parthénon, temple entouré d’une frise retraçant les Panathénées, grande fête religieuse de la cité, puis ce sera les Propylées et l’Erechthéion.




-443
Périclès stratège
Périclès accède à la plus haute magistrature de la cité d’Athènes en devenant stratège. Ce poste n’est pas unique puisqu'il y a dix stratèges, mais Périclès sera constamment réélu pendant quinze ans, longévité alors exceptionnelle. Personnalité originale, préférant la compagnie des intellectuels à celle des politiques, Périclès va accompagner l’apogée d’Athènes jusqu'à l'épidémie de peste qui le terrassera en 429 avant J.C. Défenseur de la démocratie Périclès a introduit les "misthoi", indemnités qui permettent à chaque citoyen de participer à la politique.




-438
Achèvement du Parthénon
Après onze ans de travaux, la cité a achevé le Parthénon. Le sculpteur Phidias a réalisé les statues et supervisé la construction de la frise. Au sein du Parthénon, trône une statue haute de quinze mètres d’Athéna Parthénos. Athéna est célébrée dans la ville qui porte son nom pour de multiples raisons. Elle est généralement nommée Athéna Polias, la protectrice de la cité. Mais les constructions à sa gloire ne s’arrêtent pas là : pendant cinq ans l’entrée du Parthénon, passage monumental, est construite : ce sont les Propylées.




-431
mai
Sparte envahit l'Attique
Les spartiates parviennent à l’Attique, territoire entourant la ville d’Athènes, et le dévastent. Face à la supériorité terrestre des spartiates, le stratège athénien Périclès a choisi de rapatrier tous les habitants dans l’enceinte de la ville. Celle-ci est protégée par un mur construit après les guerres médiques. Il compte ainsi profiter de la supériorité maritime d’Athènes pour attaquer les côtes de Sparte pendant que les armées de cette dernière sont dans l’Attique.




-429
septembre
Mort de Périclès
Périclès succombe à l’épidémie de peste qui ravage Athènes. La guerre du Péloponnèse confine les athéniens à l’intérieur des murs et cette promiscuité a favorisé le développement de la maladie. La peste emportera certainement un tiers de la population. Mis à l’amende puis finalement réélu, Périclès n’était alors pas exempt de difficultés politiques. La guerre avec Sparte se prolongera jusqu’en 421 avant J.-C.





-425
août
Victoire athénienne à Sphactérie
Les Athéniens prennent le dessus sur l’armée spartiate à Sphactérie et capturent alors environ 400 hoplites. Parmi ces soldats, au moins cent sont Spartiates, la victoire est alors également psychologique : ces armées, dans lesquelles combattaient des "égaux", étaient réputées pour leur invincibilité. Toutefois, au cours des dix années de conflits qui précèdent la Paix de Nicias, les victoires ou défaites des deux camps s’équilibreront.




-421
Construction de l'Erechthéion
Les Athéniens entreprennent la construction du monument le plus sacré de l’Acropole : l’Erechthéion. Construit à l’emplacement du temple d’Athéna, il parvient à un raffinement et une élégance parfaits tout en tenant compte du terrain accidenté. A aucun moment celui-ci ne doit être modifié : c’est le lieu mythique où Athéna et Poséidon se sont battus pour la possession de la cité, où Athéna a fait pousser son olivier et où le fondateur de la cité repose. Achevé vers 406, c’est la dernière grande construction sur l’Acropole.




-421
mars
Paix de Nicias
Athènes et Sparte mettent un terme à dix années de conflit en signant un accord instaurant une paix de cinquante ans. La paix de Nicias permet une pause dans la guerre du Péloponnèse. Née d’une rivalité entre la démocratie athénienne qui cherchait à répandre (voire à imposer) son modèle à travers la ligue de Délos, et le régime oligarchique de Sparte qui souhaitait conserver sa prédominance, cette guerre aboutit finalement au statu quo. Mais tandis que les alliés de Sparte refusent d’approuver cet accord, Athènes est exsangue et la ligue de Délos en pleine déliquescence.




-414
août
Rupture de la paix de Nicias entre Athènes et Sparte
Face aux conflits qui se poursuivent entre les cités grecques et à l’expédition d’Athènes en Sicile contre Syracuse, Sparte annonce qu’elle rompt la paix de Nicias. Prévue pour durer cinquante ans, cette paix atteint péniblement les sept ans. La guerre du Péloponnèse, qui a pour belligérants de nombreuses cités grecques, reprend alors de la vigueur.




-414
16 novembre
Désastre de l'Assinaros
Le stratège Nicias, qui conduit un des deux contingents de l’armée athénienne présente en Sicile, ne parvient pas à traverser l’Assinaros et se fait prendre au piège par l’armée de Syracuse. Ses troupes sont massacrées et lui exécuté. Quant à Démosthène, à la tête de l’autre contingent, il s’est fait encercler : exécuté lui aussi, ses soldats sont enfermés dans des carrières, les Latomies. Les conditions de captivité sont extrêmes et les survivants seront vendus comme esclaves. L’expédition à Syracuse est un désastre sur toute la ligne pour Athènes : la cité a perdu des milliers d’hommes, des dizaines de trières tandis que Sparte reprenait les armes et occupait à nouveau l’Attique.




-411
juin
Instauration du régime des 400
Après l’échec de l’expédition de Sicile, Athènes subit une grave crise politique et financière. La démocratie est alors renversée pour être remplacée par un système oligarchique : le régime des Quatre cents. Mais l’armée qui s’est reconstituée à Samos n’est pas prête à l’accepter. De surcroît le régime échoue dans ses négociations de paix avec Sparte. Il sera remplacé par le régime des Cinq milles dès le mois de juin. Mais le peuple et l’armée le mettront en échec, et la démocratie sera restaurée. Ces événements permettent à Alcibiade de faire son retour.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Grandes périodes historiques Empty Re: Grandes périodes historiques

Message  Arlitto le Sam 26 Mar - 14:32

-410
mars
Victoire d'Athènes à Cyzique
Profitant des difficultés de politique intérieure à Athènes, Alcibiade achève de se racheter aux yeux de ses concitoyens en multipliant les victoires militaires. Conduisant la flotte, il est victorieux à Cyzique. Cette troisième victoire consécutive face à Sparte met Athènes en position de force. Durant l’été les Lacédémoniens feront donc des propositions de paix, mais c’est au tour d’Athènes de refuser.




-406
août
Condamnation à mort des stratèges des Arginuses
De retour à Athènes, les stratèges victorieux lors de la bataille des Arginuses sont jugés et condamnés à mort. La victoire sur Sparte ne pardonne pas, aux yeux des Athéniens, l’abandon des naufragés en pleine mer suite à une tempête. Pour Athènes, cette victoire au cours de la guerre du Péloponnèse est la dernière. Alcibiade, condamné après une défaite, s'est exilé depuis un an.




-405
septembre
Lysandre détruit la flotte athénienne
Lysandre, à la tête d’une flotte de 180 navires spartiates, attaque par surprise et inflige une sévère défaite à la flotte athénienne postée à Aigos-Potamos. Constituée de 170 trirèmes et dirigée par Conon, cette flotte avait pour but de garantir le ravitaillement en blé d’Athènes. La cité se retrouve donc dans une situation intenable. Privée à la fois de sa puissance militaire et de sa capacité de ravitaillement, tout siège peut la mettre à genoux rapidement, et c'est ce qu’entreprendra Sparte.




-404
22 avril
Chute d'Athènes
Assiégée, affamée et dénuée de ressources militaires navales, Athènes capitule et est contrainte d’accepter les conditions imposées par Sparte. Les longs murs qui l’entouraient, symbole de sa puissance, sont détruits tandis que l’Empire, existant à travers la ligue de Délos, est dissout. Mais surtout, la démocratie est remplacée par un régime oligarchique : le conseil des Trente. Sparte imposera ensuite à toutes les démocraties construites sur le modèle athénien des décarchies, oligarchies gouvernées par dix personnes. Ces régimes, autoritaires et violents, seront perçus comme une régression, notamment à Athènes qui l’interprète comme un retour à la tyrannie. Or Athènes s’est construite contre la tyrannie et le pouvoir d’un seul : cette courte expérience traumatisante sera perçue comme un régime de trente tyrans.




-357
Byzance entre en guerre pour son indépendance
La cité de Byzance, qui subit depuis des siècles maintes invasions, décide de se battre pour acquérir son indépendance. Elle l’obtiendra en – 358, ce qui lui permettra de se développer davantage et d’accroître sa puissance maritime.




-357
21 juillet
Incendie du temple d'Artemis
Dans la nuit, Herostratus, un jeune homme de la cité antique d'Ephèse (Asie mineure) met le feu au temple d'Artémis, l'une des sept merveilles du monde. Herostratus commet ce geste dans le seul but de se rendre immortel. Il sera exécuté par les Ephisiens qui condamneront à mort toute personne de la cité qui prononcera son nom. Chef d'oeuvre de l'art ionien, le temple dédié à la déesse de la chasse a été construit vers 550 avant Jésus-Christ. Il était entouré de 127 colonnes.




-343
Aristote est chargé de l’éducation d’Alexandre le Grand
Philippe de Macédoine confie au philosophe Aristote l’éducation de son fils. Ce dernier accepte et s’attendrit pour le futur empereur. Cette mission lui portera préjudice à la mort d’Alexandre. Il sera en effet accusé d’être favorable aux Macédoniens et contraint de quitter Athènes pour Chalcis.




-341
Philippe de Macédoine tente de prendre Byzance
Assiégée par Philippe de Macédoine et ses troupes, Byzance résiste avec détermination. Grâce à l’aide que lui fournit Athènes, elle tient à distance les Macédoniens jusqu’en – 339. Elle devra toutefois accepter l’autorité d’Alexandre le Grand.




-336
Alexandre le Grand devient roi de Macédoine
A la mort de son père, Alexandre est proclamé roi par l'armée. Agé de vingt ans, Alexandre reprend à son compte le combat débuté par son père contre l'Empire perse. Il assoie également son autorité dans le royaume en tuant ses rivaux et en écrasant le soulèvement de la ville de Thèbes.




-332
L’entrée d’Alexandre le Grand en Égypte
Alexandre le Grand pénètre en Égypte avec ses troupes. Il libère le pays de la domination perse puis se fait couronner Pharaon au temple d’Amon. Le pays passe ainsi sous la tutelle macédonienne. Le nouveau roi réalisera les plans et l’édification de la ville d’Alexandrie ainsi que de son remarquable phare. Il poursuivra ensuite sa conquête et mourra à Babylone en 323 avant J.-C. sans n’avoir jamais remis les pieds en Égypte.




-331
1 octobre
Victoire d'Alexandre le Grand à Gaugamèles
Le roi de Macédoine bat le roi de Perse, Darius III, en Mésopotamie. Agé de 25 ans à peine, Alexandre le Grand a déjà vaincu les Perses par deux fois. Cette troisième victoire lui permet d'asseoir son pouvoir sur le Proche-Orient et l'Egypte. Après cette défaite définitive, Darius III, dit "le Roi des Rois" s'enfuit dans les montagnes tandis que son vainqueur entre à Persépolis et Ecbatane. Alexandre s’empare des trésors de la dynastie achéménide et se fait proclamer roi d’Asie.




-326
Alexandre envahit le Pendjab
Poursuivant sa traversée vers l’Est, Alexandre le Grand atteint l’extrémité de la Perse et envahit le Pendjab. Le roi Poros lui a pourtant opposé une grande résistance, renforcée par des armes peu communes pour les Grecs : les éléphants. Alexandre tentera de continuer vers l’Inde mais l’épuisement de ses hommes l’en empêchera. Ce contact entre la civilisation grecque et le Magadha sera à l’origine d’un empire dirigé par les Séleucides jusqu’au Ier siècle avant J.-C. et de la civilisation Gandhara.




-324
13 juin
Mort d'Alexandre le Grand 
Alexandre le Grand, maître de la Grèce, de l'Egypte et de l'Asie, meurt de la fièvre à 33 ans à Babylone. L'Empire qu'il a conquis en une décennie et qui s'étend de la Grèce aux bords de l'Indus, ne lui survivra pas : dès sa mort, il sera partagé entre ses généraux. Le mythe du conquérant Alexandre le Grand sera entretenu par les historiographes orientaux et occidentaux.




-305
Ptolémée se proclame roi d’Égypte
Ptolémée succède à Alexandre le Grand et poursuit son œuvre en édifiant la célèbre bibliothèque d'Alexandrie. La capitale deviendra alors un véritable centre culturel et intellectuel. Ptolémée est le premier de la dynastie lagide, qui règnera pendant près de trois siècles et s’éteindra avec le règne de Cléopâtre.




-272
Prise de Tarente
Les Romains s’emparent de la ville de Tarente et font ainsi l’unité italienne. Avant cette victoire, seule l’Italie centrale leur était soumise. Aussi, cette expansion joue un rôle important dans l’éclatement de la première guerre punique, en 264 avant J.-C. En effet, le détroit de Messine devient vite un enjeu central dans ce conflit.




-264
Début de la première guerre punique
Une armée romaine se porte au secours des Mamertins, maîtres de Messine, confrontés aux attaques de Hiéron de Syracuse. Ce dernier souhaite en effet les chasser de Sicile afin de mettre un terme à leur exaction contre les cités voisines. Assiégés, les Mamertins ont d’abord appelé les Carthaginois à l’aide, avant de se tourner vers Rome. L’arrivée des troupes romaines provoque l’alliance de Hiéron et des Carthaginois, mais ceux-ci sont défaits. La victoire romaine signe le début de la première guerre punique.




-262
Prise d’Agrigente par les Romains
Après une première victoire contre Syracuse et Carthage deux ans plus tôt, les Romains s’inquiètent de la concentration de forces armées à Agrigente. Pour éviter que leurs ennemis ne se vengent, ils décident de s’emparer des lieux. Après cette nouvelle victoire, nombreuses sont les villes siciliennes à rejoindre le camp de Rome. La première guerre punique est véritablement lancée.




-260
La flotte romaine victorieuse à Mylae
Après avoir lancé leurs premières offensives terrestres contre Carthage, les Romains ont constitué leur première grande flotte de guerre en s’inspirant d’un bâtiment carthaginois échoué. Sous le commandement du consul Caius Duilis, ils ne rencontrent guère de difficultés à écraser leurs ennemis au large de Mylae, ville située sur la côte nord de la Sicile. Toutefois, cette victoire ne leur permet pas de prendre l’île.




-259
Rome envahit la Corse
Dans la lutte qui l’oppose à Carthage lors des guerres puniques, Rome n’oublie pas la Corse qu’elle envahit en 259 avant J.-C. Cependant, s’ils n’éprouvent pas de difficultés à s’emparer de l’île, les Romains se heurtent à une population locale hostile et résistante. Il faudra un siècle et pas moins de dix expéditions à la puissante République Romaine pour pacifier la Corse.




-256
La guerre punique s’étend en Afrique
Le consul romain Atilius Regulus décide de porter la guerre jusqu’en Afrique, espérant ainsi surprendre les Carthaginois. Le conflit, qui dure depuis déjà 8 ans ne donne aucun résultat, d’un côté comme de l’autre. Aussi, cette attaque pourrait certainement faire pencher la balance. Regulus débarque avec ses troupes au cap Bon, une riche région carthaginoise d’Afrique. Malgré les lourdes pertes essuyées par les Puniques, le consul romain est finalement arrêté et fait prisonnier par ses ennemis.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Grandes périodes historiques Empty Re: Grandes périodes historiques

Message  Arlitto le Sam 26 Mar - 14:32

-241
Fin de la première guerre punique
Après 23 ans de conflit, la Sicile tombe aux mains des Romains. Malgré l’énergie du jeune général Hamilcar Barca, les Carthaginois sont en effet contraint de céder le territoire à leur ennemi, après l’attaque navale du consul Lutatius Catulus aux îles Égates. En plus de cette perte territoriale, Carthage devra verser de lourdes indemnités aux Romains.




-219
Prise de Sagonte par Hannibal
À la tête de l’armée carthaginoise, Hannibal, fils d’Hamilcar Barca, prend la ville espagnole de Sagonte, acquise aux Romains. Hannibal poursuit ainsi l’œuvre de son père, qui consistait à reconstruire la puissance carthaginoise afin de préparer une vengeance contre Rome. Il espère en fait détruire les alliances des autres cités avec Rome. Il s’apprête ainsi à attaquer l’Italie en passant par l’Espagne et la Gaule méridionale. La prise de Sagonte conduira à la deuxième guerre punique.




-218
Hannibal lance la deuxième guerre punique
À la tête de son armée carthaginoise composée de mercenaires et d’éléphants, Hannibal franchit les Alpes et pénètre en Italie. Il inflige ainsi de lourdes pertes à l’armée romaine à Trébie. Les deux années suivantes seront marquées par deux grandes victoires : celle du lac Trasimène et de Cannes.




-217
23 juin
Victoire d’Hannibal au lac Trasimène
Déjà parvenu à traverser les Alpes avec son armée carthaginoise de guerriers et d’éléphants, Hannibal se dirige vers le sud de l’Italie pour attaquer Rome. Le consul Flaminius prend alors la décision de le poursuivre mais Hannibal s’en aperçoit. Il tend aussitôt un piège à son ennemie sur les collines surplombant le lac Trasimène. Pris par surprise, l’armée de Flaminius est décimée. Ceux qui survivent et tentent de s’enfuir son arrêtés, massacrés ou faits prisonniers. Toutefois, Hannibal renonce à poursuivre sa route en direction de Rome ; il n’est pas encore prêt pour un siège.




-216
2 août
Victoire d'Hannibal sur les Romains à Cannes
Le général carthaginois Hannibal, grand stratège, remporte une écrasante victoire sur les Romains de Varron et de Paul Emile, à Cannes, en Apulie (Italie méridionale). C'est l'une des plus grandes défaites des Romains : plus de 50 000 d'entre eux sont tués et près de 10 000 sont faits prisonniers. Cette victoire s’ajoute à celle qu’il avait remportée l’année précédente au lac Trasimène. Ces deux événements conduiront plusieurs cités, telles que Capoue, Syracuse ou Tarente, à rompre leur alliance avec Rome. Malgré cela, la deuxième guerre punique (218-201 avant J.-C.) s'achèvera par la défaite d'Hannibal en -202. Celui-ci s'exilera puis s'empoisonnera pour échapper aux Romains en 183 avant J.-C.




-202
19 octobre
Fin de la deuxième guerre punique
Après avoir écrasé les Carthaginois en Espagne, le général romain Scipion débarque en Afrique du Nord en -204, afin de mettre à mal les Carthaginois. Pendant ce temps, Hannibal poursuit sa progression en Italie, sans trouver l’occasion d’écraser Rome. En difficulté, Carthage finit par appeler son général à l’aide. Hannibal rejoint aussitôt sa patrie pour la défendre mais se heurte au roi Numide, Massinissa, allié à Scipion. En -202, Hannibal essuie une défaite cuisante contre les forces ennemies à Zama. Carthage sera contrainte de céder l’Espagne et les îles méditerranéennes ainsi que de payer de fortes indemnités à Rome. À son retour, Scipion prendra le surnom de "Scipion l'Africain".




-196
1 juin
Mort du premier empereur Han
L'empereur Liu Bang meurt dans son palais de Changan (Chine) à 52 ans. Huit ans plus tôt, profitant de la désintégration de l'empire consécutive à la mort du premier empereur chinois, il avait pris le pouvoir et rétabli l'ordre dans le pays. La dynastie des Han (206 avant J.-C - 220 après J.-C) sera la plus longue de la Chine impériale. Elle sera à l'origine de l'espace chinois tel qu'il apparaît aujourd'hui et du système du mandarinat.




-149
Scipion Émilien amorce la troisième guerre punique
Depuis la seconde guerre punique, Carthage a retrouvé son rayonnement économique et suscite la méfiance de Rome. Aussi, Scipion Émilien entreprend de détruire définitivement la ville, lançant la troisième guerre punique. Il parviendra à forcer les portes de Carthage après un siège de trois ans. Les principales raisons qui peuvent expliquer ce troisième conflit sont la montée d’une politique démocratique influente qui dérangeait Rome, et les relations conflictuelles entre Carthage et le roi numide, Massinissa. Aussi, Rome aurait prétexté le non-respect d’un traité signé auparavant entre les belligérants pour lancer l’offensive.




-146
Rome annexe la Tunisie
Au lendemain de la troisième guerre punique, les Romains s’emparent de la Tunisie. Ils réduisent Carthage en ruines avant d’inclure la région à l’empire romain d’Afrique. Ils développeront d’ingénieuses méthodes agricoles, contribuant ainsi au développement économique et architectural du territoire.




-146
Destruction de Carthage
Après trois ans de siège, le Romain Scipion Émilien parvient à pénétrer dans la ville de Carthage. La cité entière est rasée et les survivants sont vendus comme esclaves. Les territoires carthaginois formeront la province romaine d’Afrique. Ainsi s’achève la troisième et dernière guerre punique.




-100
12 juillet
Naissance de Jules César
Caius Julius Caesar voit le jour à Rome. Il est issu d'une famille patricienne se prétendant descendante d'Enée, le fils de Vénus, fondateur indirect de Rome. Il commencera sa carrière politique en prenant part à la bataille qui oppose son oncle Marius, chef du parti populaire, à Sylla, chef du parti sénatorial de Rome. A la mort de ce dernier en -78, Jules César commencera son ascension politique avant de marcher sur Rome en -49, pour y asseoir un pouvoir absolu.




-58
César annexe la Suisse
Jules César envahit les terres et parvient à affirmer son autorité auprès du peuple helvète. La domination romaine s’étendra peu à peu sur tout le territoire, qui prendra le nom d’Helvétie. Elle appartiendra tout d’abord à la province de Belgique, avant d’être intégrée à la Lyonnaise Iere.




-57
Jules César soumet le territoire belge
Malgré leurs vives oppositions et leurs rebellions, les peuples de Belgique, d’origines celte et germanique, sont soumis par César. La Belgique romaine comprend alors un bien plus vaste territoire que ce qu’elle deviendra plus tard. Elle est divisée en trois provinces: la Belgique Première, la Germanie seconde et la Belgique Seconde. La région connaîtra un certain développement et d’importantes villes seront fondées (Tournai, Tongres). Au cours des années qui suivront, elle sera marquée au nord par la présence franque germanique (futurs Flamands) et au sud par une population de Francs plus latinisés (futurs Wallons).




-52
mai
Les Romains s'emparent de Lutèce
Tenue depuis le troisième siècle avant Jésus-Christ par des Celtes, Lutèce tombe aux mains des Romains dirigés par le lieutenant Labenius. La ville fortifiée est alors détruite par ses habitants qui refusent de la céder à l’envahisseur. Cette action permettra en fait aux Romains d’y répandre rapidement leur propre architecture. Le nom de Paris sera inspiré par le nom du peuple Gaulois : les Romains nommaient en effet la cité « Civitas Parisorium », la ville des Parisii.




-49
11 janvier
Jules César traverse le Rubicon
Au commandement de la XIII° légion, Jules César franchit le fleuve Rubicon qui constitue la séparation entre la Gaule cisalpine et l'Italie. Pourtant le Sénat Romain interdisait formellement à tout général en arme de franchir cette frontière sans son autorisation. En transgressant cet ordre, Jules César viole la loi de Rome et déclare la guerre au Sénat. Au moment de traverser le Rubicon, il s'exclame : "Anerrifthô Kubos" qui sera traduit en latin populaire par "Alea jacta est", "le sort en est jeté". Désormais, plus rien ne peut arrêter Jules César : il entrera dans Rome, évincera Pompée et, au terme d'une longue guerre civile, soumettra l'ensemble de l'Empire romain en devenant dictateur à vie.




-48
9 août
Pompée vaincu par César
Jules César poursuit et écrase les troupes de son rival, Pompée, à Pharsale en Thessalie. Un an plus tôt, après que César eut traversé le Rubicon (fleuve séparant la Gaule de l'Italie), Pompée et les sénateurs avaient abandonné Rome et s'étaient embarqués pour la Grèce. Pompée, vaincu par César, cherchera refuge en Egypte auprès de Ptolémée XIII, mais celui-ci, craignant les représailles de César, le fera assassiner.




-48
30 septembre
Assassinat de Pompée
Le général romain Pompée, rival de César, est assassiné par les hommes du Pharaon Ptolémée XIII, époux de Cléopâtre. Le souverain égyptien voulait, par ce meurtre, s'attirer les faveurs de César. L'empereur romain ne lui sera guère reconnaissant pour ce geste. Il finira par évincer le pharaon du trône pour y faire monter Cléopâtre, avant d'en devenir l'amant.




-47
1 janvier
Jules César rencontre Cléopâtre
Jules César poursuit Pompée en Egypte et apprend son assassinat. L'événement le rend amère vis-à-vis du pharaon, Ptolémée XIII, alors en conflit avec sa sœur-épouse Cléopâtre. Lorsqu'il la rencontre, le général romain est tout de suite séduit par la reine égyptienne. Après que ses armées ont vaincu celles du pharaon, César donne le trône d'Egypte à Cléopâtre. Ils auront un fils.




-44
15 mars
Assassinat de Jules César
Jules César, qui vient de se faire proclamer dictateur à vie, est assassiné. En pleine séance du Sénat, une cinquantaine de sénateurs partisans de la restauration de la république oligarchique, se jettent sur lui et l'assènent de 23 coups d'épée. César tombe au pied de la statue de son ancien rival, Pompée. Parmi les conspirateurs se trouve Brutus, fils de la maîtresse de César, pour lequel il a une grande estime, et Cassius, général romain. En apercevant Brutus au milieu de ses assassins, Jules César lui aurait lancé en grec: "Kai su teknon", qui pourrait se traduire en latin populaire par "Tu quoque, mi fili" ("Toi aussi, mon fils"). Le corps du tyran sera ramassé par des esclaves et incinéré au Champs de Mars, comme le veut la tradition. Dans son testament, César a désigné pour héritier son fils adoptif, Octave, futur empereur Auguste.




-44
10 octobre
Fondation de Lyon
Le lieutenant de César Lucius Munatius Plancus fonde une colonie sur la colline de Lugdunum qu'il baptise "Colonia copia Lugdunum". Elle est destinée à abriter les citoyens romains chassés de Vienne par les Allobroges. La ville deviendra la capitale administrative et religieuse des trois Gaules (Lyonnaise, Aquitaine, Belge) et accueillera chaque année au mois d’août les chefs des 60 tribus gauloises.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Grandes périodes historiques Empty Re: Grandes périodes historiques

Message  Arlitto le Sam 26 Mar - 14:33

-43
11 novembre
Deuxième triumvirat à Rome
Marc-Antoine, Lépide et Octave sont nommés par le Sénat romain pour exercer un gouvernement à trois. Ce nouveau trumvirat est instauré dans le but d'éviter des batailles de succession entre les prétendants au trône Marc-Antoine, le fidèle lieutenant de César et Octave, son neveu et fils adoptif. L'empire romain sera ainsi partagé en trois. L'Orient reviendra à Marc-Antoine, l'Occident à Octave et l'Afrique à Lépide.




-43
7 décembre
Assassinat de Cicéron
Le sénateur romain, Marcus Tullius Cicero, dit "Cicéron" est égorgé près de sa villa de Formia par les hommes du nouvel homme fort de l'Empire romain, Marc-Antoine. Sa tête et ses mains sont exposées sur la tribune. Depuis son accession au pouvoir avec Octave et Lépide (triumvirat du 11 novembre), Marc-Antoine n'a de cesse de punir ceux qui ont comploté contre César. Une centaine d'orateurs seront assassinés au même titre que Cicéron.




-42
Marc Antoine rencontre Cléopâtre
Héritier des terres orientales, Marc-Antoine est amené à rencontrer la reine d’Égypte, Cléopâtre. Il en tombe immédiatement amoureux mais doit faire face aux dissensions qu’il partage avec Octave, autre héritier de l’Empire romain. Il décidera donc d’épouser la sœur de ce dernier, afin de mettre fin au conflit familial. Il ne restera pourtant pas longtemps loin de sa reine égyptienne et distribuera finalement ses terres aux enfants qu’il aura avec elle. En réaction à ce qu'il considère comme une trahison, Octave déclarera la guerre à Cléopâtre.




-31
2 septembre
La bataille navale d'Actium
Octave, le neveu et fils adoptif de Jules César, bat Marc-Antoine et Cléopâtre au large de la Grèce occidentale. Cette victoire marque la fin de la guerre civile dans l'Empire romain. Les deux amants vaincus se suicideront peu après. Octave, alors seul maître de l'Empire, se fera attribuer le titre d'"augustus" (sacré), repris par les empereurs romains qui lui succéderont.




-30
L’Égypte passe sous la domination romaine
Après la bataille d’Actium qui entraîna les suicides de Marc-Antoine et de Cléopâtre, Auguste fait de l’Égypte une province romaine. Les cultes égyptiens seront maintenus durant les premiers siècles de cette domination romaine et certains temples seront même restaurés. Toutefois, la christianisation du peuple sera inévitable.




-30
15 août
Cléopâtre se suicide
La reine d'Egypte, Cléopâtre VII, 39 ans, obtient de se faire livrer un panier de figue avec un aspic (vipère) dedans. Depuis la défaite et le suicide de son amant, Marc-Antoine, elle vit recluse dans son palais d'Alexandrie. Apprenant l'arrivée de son rival Octave, le futur empereur Auguste, elle préfère se suicider. Avec elle s'éteint la dynastie des Lagides. L'Egypte devient une province romaine.




-23
1 juillet
Auguste tribun à vie
Octave, le fils adoptif de César et héritier de l'Empire romain, qui a pris le nom d'Auguste signifiant "sacré", se fait attribuer le pouvoir tribunitien à vie. Il obtient ainsi l'immunité et le droit de veto sur toutes les décisions et actions des magistrats. Par la suite, il renforce son imperium proconsulaire en l'étendant sur tout l'Empire, s'octroyant le pouvoir sur tous les organes de l'Etat. Il peut aussi conserver à Rome des cohortes prétoriennes, unités d'élite de l'armée romaine. Ainsi, Auguste ne cesse d'accumuler les pouvoirs depuis le début de son principat (-27) et acquiert progressivement une autorité absolue.




14
19 août
La mort de l'empereur Auguste
A sa mort, l'empereur Auguste est honoré comme un Dieu. Il est le fondateur de l'Empire romain (-27). Fils adoptif de Jules César, il a mis fin à la guerre civile, organisé l'administration des provinces romaines et favorisé le développement religieux et artistique à Rome. Son règne, le plus brillant de l'histoire romaine, sera appelé "siècle d'Auguste". Tibère, son fils adoptif, lui succédera.




41
24 janvier
Assassinat de Caligula
L'empereur Caligula, arrière petit-fils d'Antoine, est assassiné par des soldats de la garde prétorienne. La folie qui avait frappé l'empereur peu de temps après son avènement (37) l'avait transformé en tyran sanguinaire et mégalomane. Il n'hésitait pas à rabaisser ses sujets en disant d'eux : "Qu'ils me haïssent pourvu qu'ils me craignent", et se considérait comme le "Nouveau Soleil". La légende raconte aussi qu'il avait élevé son cheval favori au rang de consul. Son assassinat est vécu à Rome comme une libération.




42
La division de la Mauritanie
Annexée à l’Empire romain depuis deux ans, la Mauritanie est divisée en deux provinces, étendues au nord-ouest de l’Afrique. La Mauritanie tingitane occupe alors le nord du futur Maroc.




64
19 juillet
Rome ravagée par un incendie
Dans la nuit, un feu immense éclate près du "Circus Maximus" et ravage toute la ville de Rome. L'incendie est d'une telle ampleur qu'il faudra six jours pour le maîtriser. L'empereur Néron, en séjour à la campagne, regagne précipitamment la capitale de son empire. Sur les hauteurs de Rome, il observe la ville en flammes en récitant des vers. Après ce terrible incendie, il fera construire un nouveau palais aux dimensions nettement supérieures au précédent. La plèbe l'accusera d'avoir lui-même provoqué le feu pour faire reconstruire Rome selon son goût. L'empereur despote rejettera la responsabilité de l'incendie sur la minorité chrétienne. Il entreprendra, dès le mois d’octobre, des persécutions sans précédent vis-à-vis d’eux.




68
9 juin
Mort de Néron
Déclaré ennemi public par le sénat, Néron fuit Rome et, plutôt que de se suicider, choisit de se faire tuer par un affranchi. L'empereur romain avait sombré dans la folie et la cruauté. Il avait fait assassiner tous ses ennemis politiques, mais aussi sa mère, Agrippine, son frère, Britannicus, et avait tué sa femme, Octavie. Des mouvements de révolte avaient alors éclaté dans l'Empire et le sénat avait désigné Galba, le gouverneur de l'Espagne Tarraconaise, comme le nouvel empereur romain.




69
22 décembre
Mort de Vitellius
L'Empereur Vitellius est égorgé en plein cœur de Rome par les partisans du général Titus Flavius Vespasien. Ce dernier avait été proclamé empereur par les légions du Danube et de l'Orient le 1er juillet avant l'assassinat de Vitellius. Vespasien fera une entrée triomphale dans Rome dix mois après la victoire de ses partisans. Le nouvel empereur mettra fin à la grave crise de succession ouverte par la mort de Néron en 68 et règnera sur l'empire pendant 10 ans.




98
23 janvier
Trajan devient empereur de Rome
Marcus Ulpius Trajanus est proclamé empereur romain à la mort de Nerva. Il entraînera l'Empire dans une politique de conquêtes si intense que le royaume romain atteindra des dimensions jamais égalées. Souverain provincial, Trajan brillera aussi par sa simplicité et sa tolérance. L'empereur Hadrien lui succèdera.




138
10 juillet
Sacre de l'empereur Antonin
A la mort de l'empereur Hadrien, son fils adoptif Antonin (en latin Titus Aelius Fulvius Antoninus Pius) lui succède. Il sera très vite honoré du titre de "pius" (pieux) pour sa piété et son intégrité dans l'administration de l'Empire. Vers 140, Antonin fera édifier entre le Forth et la Clyde (Grande-Bretagne actuelle), le mur de défense qui porte son nom.




192
31 décembre
Mort de Commode
L'empereur de Rome, Commode est étranglé dans son bain à l'âge de 31 ans après 12 ans de règne. Le meurtre est organisé par sa concubine, Marcia, et par le préfet du Prétoire, Aemilius Laetus, qui ne supportaient plus ses extravagances et sa cruauté. Marc Aurelius Commodus était le fils de l'empereur Marc Aurèle.




196
Septime Sévère ravage la cité de Byzance
Intégrée à l’Empire romain, Byzance essuie la colère de l’empereur Septime Sévère, auquel elle s’oppose. La cité se range en effet du côté de Pescennius Niger, gouverneur de Syrie désireux de monter sur le trône. La ville est pillée, puis rasée. Elle sera reconstruite quelques années plus tard.




197
19 février
Septime Sévère, empereur de Rome
Lyon, la capitale des Gaules, est le théâtre d'une bataille sanglante entre deux armées romaines. Septime Sévère, chef de l'armée du Danube, affronte le gouverneur de Bretagne, Clodius Albinus. Tout deux veulent devenir maîtres de l'immense Empire romain. Septime Sévère l'emporte. Pour punir la ville d'avoir pris parti pour son adversaire, il la dévaste et extermine 18 000 chrétiens. Né à Leptis Magna en Afrique, Septime Sévère se retrouve alors à la tête de l'Empire romain.




203
Construction de l’Hippodrome de Byzance
Après avoir rasé la cité, Septime Sévère entreprend la construction d’un immense hippodrome, au sommet d’une colline dominant la mer. Il sera agrandi par Constantin Ier et mesurera alors 450 mètres de long, sur 150 de large. Monument central de Byzance, puis de Constantinople, il sera actif jusqu’au pillage des croisés, en avril 1204.




258
6 août
Le martyre du pape Sixte II
Alors qu'il célèbre l'office dans le cimetière de Calixte à Rome, le pape Sixte II et quatre autres diacres sont arrêtés par les soldats de l'empereur Valérien et décapités. Deux édits interdisant le culte chrétien viennent alors d'être promulgués dans l'Empire romain. Au début du siècle suivant, l'empereur Constantin fera preuve d’une grande tolérance vis-à-vis des chrétiens et mettra ainsi fin aux persécutions.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Grandes périodes historiques Empty Re: Grandes périodes historiques

Message  Arlitto le Sam 26 Mar - 14:33

312
28 octobre
Bataille du pont Milvius
L'empereur romain Constantin bat son rival Maxence sur le pont de Milvius à trois kilomètres de Rome. La légende veut que Constantin ait eu la vision d'une croix dans le ciel peu avant la bataille où il y était écrit en grec "en toutô nika", "triomphe par ceci." Cette apparition incita le monarque à placer des chrismes sur les boucliers de ses soldats pour les protéger. La victoire contre Maxence le réconforte dans son idée. Dès lors Constantin choisit de défendre le christianisme.




330
11 mai
Naissance de Constantinople
Constantinople, fondée en 324 par Constantin le Grand sur le site de l'antique colonie grecque de Byzance, est inaugurée. Elle supplante rapidement Rome par sa richesse et le nombre d'habitants qui y vivent. En 395, elle deviendra la capitale de l'Empire romain d'Orient (ou Empire byzantin) et, à la chute de celui-ci en 1453, celle de l'Empire ottoman.




395
L’Égypte byzantine
Suite à la division de l’Empire romain, l’Égypte tombe sous la domination byzantine. Les croyances coptes s'intensifieront jusqu'à la conversion de tous les Chrétiens égyptiens. Deux siècles plus tard, le temple d’Isis sur l’île de Philae, dernier à vénérer la déesse, sera pris d’assaut. Avec lui s'éteindront définitivement les anciennes croyances égyptiennes.




395
17 janvier
Mort de l’empereur Théodose Ier
L’empereur romain Théodose Ier s’éteint à Milan, laissant la place à ses deux fils, Arcadius et Honorius. Quelques mois plus tôt, après l’assassinat de Valentinien, il était parvenu à réunifier l’Empire. Il ne régnait auparavant que sur l’Orient. Au lendemain de sa mort, Arcadius prendra les rênes de l’Empire romain d’Orient, ou Empire byzantin, avec pour capitale Constantinople. Son frère, quant à lui, héritera de l’Occident. L’Empire romain ne sera plus jamais unifié.




406
31 décembre
Invasions barbares
Des bandes de Vandales, d'Alains et de Suèves franchissent le Rhin gelé près de Mayence. Les barbares poursuivent leur route vers le Sud-ouest et ravagent la Gaule sans rencontrer de résistance notable. L'empire Romain vieillissant est incapable de réagir. Bientôt ils occuperont l'Espagne et le nord de l'Afrique. Dans leurs sillages d'autres groupes de Barbares envahiront l'Europe occidentale: les Alamans, les Burgondes et les Francs. L'Europe devient une mosaïque de royaumes barbares.




410
24 août
Alaric s'empare de Rome
Alaric Ier, le roi des Wisigoths, après avoir envahi l'Italie, s'empare de Rome et la livre au pillage, avant de partir s'installer en Gaule méridionale. Le dernier empereur, Romulus Augustule sera détrôné par le roi barbare Odoacre en 476. Ce sera la fin de l'Empire romain d'Occident.




435
L'invasion des Vandales
Les Vandales envahissent l’ancienne région de Mauritanie. Ils occuperont Carthage, la capitale romaine d’Afrique, quatre ans plus tard. En 533, les Vandales seront chassés par l’armée byzantine, envoyée pour conquérir le continent africain.




450
20 juin
Attila vaincu en Gaule
Les Huns d'Attila sont battus aux champs Catalauniques près de Troyes par une armée romano-barbare. C'est le premier échec militaire d'Attila, surnommé "le Fléau de Dieu". L'Empire des Huns s'étend de la Hongrie à l'Ukraine et de la Pologne à la Serbie. Vêtus de peaux de martres, les joues tailladées pour empêcher la barbe de pousser, ses guerriers sèment la terreur dans toute l'Europe. La défaite en Gaule, n'abattra pas la puissance d'Attila : c'est sa mort, en 453, qui provoquera la désagrégation de son Empire.




451
Sainte Geneviève protège Paris d'Attila
Alors qu’Attila menace la ville, Sainte Geneviève exhorte les Parisiens à ne pas quitter la ville et à résister aux Huns. Ceux-ci, aidés par les fortifications de la ville, résistent et font de la religieuse la patronne de la ville. Ses prières auraient contribuée à repousser les Huns. Sainte Geneviève est aussi responsable de l’érection de la première église abbatiale de Saint-Denis, sur le lieu supposé du tombeau du premier évêque de Paris.




452
8 juillet
Attila épargne Rome
Le pape Léon Ier supplie le roi des Huns et ses troupes de renoncer à envahir Rome. Attila, qui a déjà ravagé la Gaule mais a subi une terrible défaite aux champs calauniques (Champagne) en juin, accepte et retourne dans ses steppes. Il mourra peu après sur les bords du Danube et l'empire des Huns s'évanouira.




455
2 juin
Rome mise à sac par Genséric
Les Vandales et leur chef Genséric débarquent à Rome et pillent la ville, sans massacre ni incendie, selon l'accord passé avec le pape Léon Ier. Mais ils emportent avec eux un énorme butin et des milliers de prisonniers. Les invasions barbares provoqueront la chute de l'Empire romain d'Occident. Genséric conquerra les îles de la Méditerranée occidentale et l'Afrique du Nord, puis établira sa capitale à Carthage. Il fondera ainsi un véritable empire, que ses descendants ne sauront pas conserver.




476
4 septembre
Chute de l'Empire romain d'Occident
Le chef barbare Odoacre, roi des Hérules, dépose Romulus Augustule, l'empereur romain d'Occident alors adolescent. Alors que son père Oreste avait été tué, Romulus Augustule est épargné et placé dans un couvent avec une confortable pension. Nouveau maître de l'Italie, Odoacre s'établit à Ravenne tandis que Rome décline : la cité, qui compta jusqu'à un million d'habitants, n'en a plus que quelques dizaines de milliers.




532
11 janvier
La sédition de Nika à Constantinople
L’Hippodrome, où se déroulent régulièrement les courses de chars, voit deux factions s’affronter en son sein. D’un côté, ceux que l’on surnomme les "Bleus", issus de l’aristocratie, et de l’autre, les "Verts", partisans de la démocratie. Les deux profitent souvent de l’événement pour montrer leur désaccord sur le gouvernement de l’Empire. Au cours de l’une des ces courses, les Verts s’opposent au préfet actuel, Jean de Cappadoce. Les manifestations violentes éclatent et Cappadoce ordonne qu’on s’empare de quelques hommes pour en faire des otages. Toutefois, par erreur, un Bleu est arrêté, puis exécuté deux jours plus tard. La faction bleue se joint alors aux émeutes, qui redoublent de violence. Durant trois jours, la ville sera ravagée avec pour bruit de fond les cris "Nika ! Nika !", signifiant "Victoire !". Les émeutiers seront finalement massacrés par l’empereur Justinien.




532
18 janvier
L’empereur Justinien réprime la sédition de Nika
Depuis trois jours, la cité est ravagée par la révolte des factions bleue et verte qui tentent de donner le pouvoir à Hypatios, neveu d’Anastase Ier. Soutenu par son épouse, Théodora et par Bélisaire, commandant de l’armée, Justinien décide de résister et de réprimer les insurgés. Plus de 30 000 hommes sont tués dans l’Hippodrome. Quant à Hypatios, il sera mis à mort le lendemain.




533
Conquête byzantine de la Tunisie
Le général Bélisaire s’empare de Carthage et chasse les Vandales. Ces derniers occupaient le territoire depuis 439. La région connaîtra une grande instabilité provoquée par une politique fiscale démesurée.




533
Les Byzantins chassent les barbares de Corses
Subissant le délitement de l’Empire Romain, la Corse est durement occupée par les Vandales avant que Justinien ne décide en 533 d’en reprendre le contrôle. Mais les collecteurs d’impôts byzantins, corrompus et violents, n’améliorent guère le sort de l’île. Finalement, ce sont les interventions du Pape qui permettront à la Corse de s’engager sur la voie d’une amélioration.




536
10 décembre
Justinien prend Rome
Le général byzantin Bélisaire prend Rome aux Ostrogoths au nom de l'empereur romain d'Orient, Justinien. Le roi ostrogoth Vitigès s'y opposera et souhaitera reconquérir la ville, mais Bélisaire le vaincra en 540. Finalement, Rome sera reconquise par le roi goth Totila en décembre 546.




542
Constantinople est ravagée par la peste
La capitale de l’empire romain d’Orient est touchée par une épidémie de peste dévastatrice. Particulièrement longue et affectant tout l'Empire byzantin, elle atteindra Rome en 589. On la surnommera plus tard la "peste de Justinien", selon le nom de l’empereur d’Orient qui dut y faire face. Plusieurs centaines de milliers de Constantinopolitains périront.




602
27 novembre
L'empereur Byzantin Maurice est décapité
A Chalcédoine en Asie Mineure, l'empereur d'Orient Maurice et ses six fils son assassinés suite à une mutinerie de l'armée mécontentée par la réduction des soldes. Le centurion Phocas, ordonne leur mise à mort après avoir été proclamé empereur.




610
3 octobre
Héraclius empereur byzantin
Le général Héraclius, fondateur de la dynastie des Héraclides, prend le pouvoir à Constantinople en renversant le tyran Phocas. Alors que son royaume est menacé de toutes part, Héraclius assurera sa défense avec brio, évinçant au nord les Avars, et au sud les Perses sassanides. Il imposera le grec comme langue officielle et inaugura l'hellénisation de son empire en se donnant le titre de "Basileus" qui en grec signifie "roi".
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Grandes périodes historiques Empty Re: Grandes périodes historiques

Message  Arlitto le Sam 26 Mar - 14:34

614
5 mai
Les Perses s'emparent de la Vraie Croix
Les Perses de l'empereur Chosroès II prennent Jérusalem, centre de pèlerinage chrétien, et s'emparent de la relique de la "Vraie Croix". 35 000 habitants seront vendus comme esclaves et les églises seront détruites. En 630, l'empereur byzantin Héraclius Ier, vainqueur des Perses à Ninive en 627, ramènera la Vraie Croix à Jérusalem. La ville tombera aux mains des musulmans en 638.




627
12 décembre
Victoire d'Héraclius sur les Perses
L'empereur byzantin Héraclius écrase l'armée perse du souverain Chosroès devant Ninive en Mésopotamie. Il contraint les Perses sassanides à rendre l'Egypte à l'empire byzantin et entre triomphalement dans la capitale sassanide, Ctésiphon. Héraclius ramènera la relique de la vraie croix, volée par les Perses en 614, à Jérusalem.




630
Les tribus croates arrivent en Illyrie
Selon la légende, sept tribus croates en provenance de la Haute Vistule (au sud de l’actuelle Pologne) traversent les Carpates pour s’installer au bord de l’Adriatique. Ils intègrent alors l’Empire Byzantin dirigé à cette époque par Héraclius pour lutter contre les Avars. C'est alors que le peuple d'origine Perse va s'installer sur les terres de l'actuelle Croatie. Mais la situation des Croates entre la zone d'influence romaine, les invasions avars et l'Empire Byzantin reste floue pendant le VIIème siècle. A la fois sous influence romaine et byzantine, les Croates seront les premiers slaves convertis au christianisme.




670
Okba ibn Nafi édifie Kairouan
L’émir Okba Ibn Nafi fonde la cité de Kairouan. Quelques années plus tôt, les Arabes avaient déjà profité de l’instabilité régnante sous les Byzantins pour occuper les terres. Cette édification marque plus concrètement leur domination et provoquera de fortes révoltes berbères. Les combats aboutiront malgré tout à la prise arabe de Carthage en 695.




674
Les Arabes assiègent Constantinople
Régnant dans la lignée des Héraclides, l’empereur Constantin IV Pogonat doit faire face aux attaques des Arabes, lesquels se sont lancés dans la conquête de l’Orient au nom de l’islam. Ayant déjà repris la Syrie, la Mésopotamie, l’Arménie et l’Égypte, ils atteignent les murs de Constantinople. Durant quatre ans, les Arabes assiègeront la ville, dont la détermination à résister ne faiblira pas. Constantinople possède, de plus, une arme inégalable : le feu grégeois. Mélange inflammable même sur l’eau, elle lui permettra finalement de mettre ses ennemis en déroute. Mais ces derniers ne s’en tiendront pas là, puisqu’ils assiègeront une nouvelle fois la ville en 717.




717
15 août
Nouveau siège arabe à Constantinople
Malgré leur première défaite en 678, les Arabes envoient leur flotte à l’assaut de la capitale byzantine. Cette fois, c’est l’empereur Léon III qui doit faire face à l’attaque. Placés sur la rive occidentale du Bosphore, les Arabes tiendront le siège durant une année. Le feu grégeois leur infligera de nombreux dégâts. Allié à la peste et à la famine, il aura une nouvelle fois raison d’eux.




732
25 octobre
Charles Martel arrête les arabes à Poitiers
Le Duc des Francs, Charles Martel, vient au secours de Eudes, le Duc d'Aquitaine, en arrêtant l'avancée des Sarrasins en France. Partis de Pampelune durant l'été, les arabes emmenés par Abd al-Rahman ont envahi le territoire basque et dévasté Bordeaux en quelques mois. Après avoir rassemblé une armée à la hâte, Charles Martel rejoint les troupes musulmanes à proximité d'une voie romaine reliant Châtellerault à Poitiers et met un terme à leur percée fulgurante. Leur chef est tué pendant la bataille.




741
22 octobre
Mort de Charles Martel
Le maire du palais d'Austrasie et de Neustrie est inhumé dans la basilique Saint Denis, parmi les rois. Pourtant Charles Martel n'a jamais été roi des Francs. Il réussit à s'imposer face à la monarchie mérovingienne en déclin depuis la fin du VII° siècle. Grâce à plusieurs victoires militaires, il put asseoir son pouvoir sur le royaume et, profitant de la faiblesse du roi Thierry IV, il s'installa peu à peu à la place. A sa mort il cède le royaume franc à ses deux fils: Carloman et Pépin le Bref.




755
Pépin le Bref confie la Corse à la papauté
Malgré l’occupation Byzantine la Corse peine à se remettre des invasions vandales qui l’ont profondément déstructurée au Vème siècle. Seule la papauté s’est véritablement intéressée à l’île, y créant six évêché. En 755, Pépin le Bref officialise cette présence en acceptant la souveraineté de l’Eglise sur la Corse. Cependant, celle-ci reste impuissante face aux incursions sarrasines.




756
15 mai
Fondation de l'Emirat de Cordoue
Abd er-Rahman, de la dynastie des Omeyyades, s'empare du pouvoir à Cordoue et se fait nommer émir, donnant ainsi naissance à l’émirat de Cordoue. Abd al-Rahman Ier dotera le pays d'une administration exemplaire. En 929, l’émirat de Cordoue deviendra un califat sous Abd al-Rahman III et se transformera en un formidable centre intellectuel et culturel musulman. Mais les régions montagneuses du nord resteront chrétiennes.




778
15 août
Mort de Roland au col de Roncevaux
Roland, allié de Charlemagne, meurt lors d'une attaque surprise des Vascons (Basques), dans le col de Roncevaux (Pyrénées). Il revenait avec son armée d'Espagne où il avait vaincu les Arabes. Ses hauts faits sont contés dans la "La chanson de Roland", qui fera de lui un modèle de vaillance.




789
5 février
Idriss Ier fonde le Maroc 
L'imam, chef de la tribu berbère des Awraba, se fait reconnaître comme roi par les Berbères et rejette l'autorité du calife de Bagdad. Il prend le nom d'Idrîss Ier et fonde la ville de Fès. Idrîss Ier se proclame comme étant un descendant direct d'Ali, neveu et gendre du prophète Mahomet. Il sera le premier de la dynastie des Idrissides à l'Ouest du Maghreb. Idrîss Ier mourra assassiné après trois ans de règne laissant la place à son jeune fils Idrîss II.




793
8 juin
Premières invasions vikings
La "Chronique anglo-saxonne" (manuscrits rédigés entre le IXème et XIIème siècle) relate que le 8 juin 793 "des pillards païens détruisirent l'église de Lindisfarne (île au nord-est de l'Angleterre), ravageant et massacrant tout ce qui passent à leur portée". C'est le premier raid des Vikings, guerriers et navigateurs scandinaves, qui déferleront sur l'Europe occidentale et les plaines russes pour les piller ou s'y installer.




795
L'invasion scandinave
Les Vikings foulent la terre irlandaise et s’installent le long de la côte est. En empruntant les voies navigables, ils remonteront progressivement au cœur du pays et assureront leur domination sur la totalité des terres. Ils édifieront quelques décennies plus tard de nombreuses villes côtières, dont celle de Dublin.




799
Charlemagne annexe la Dalmatie
Située en frontière de l’Empire d’Orient et du futur nouvel Empire d’Occident, la Croatie a su vaincre les Avars, puissance nomade venue d’Asie. Mais après les avoir repoussé, laissant le soin à Charlemagne de les soumettre, les Croates doivent faire face à un conflit d’influence entre Carolingiens et Byzantins. Les terres croates seront ainsi partagées. La Dalmatie, partie la plus étendue, se retrouve sous la domination des Francs dans le nouvel Empire d’Occident.




809
L’édification de la ville de Fès
Monté sur le trône à la mort de son père (Idriss Ier), Idriss II fonde la ville de Fès el-Bali, dans laquelle il transfère sa capitale. Il y fera bâtir l'université et mosquée de Karouiyine. Particulièrement influente sur le royaume, la ville impériale deviendra le lieu de rencontre des intellectuels et un véritable bastion religieux.




819
Rébellion pannonienne contre les carolingiens
Sous le commandement de Ljudevit Posavski, les Croates se soulèvent contre la domination carolingienne qu’ils jugent trop cruelle. Mais Louis le Pieux n’a guère l’intention de tolérer des troubles aux frontières de son Empire. Plusieurs expéditions sont organisées et les Francs écrasent la rébellion.




843
Le territoire belge divisé par le traité de Verdun
Au lendemain du traité, le territoire est partagé entre la Francie et la Lotharingie. C’est ainsi que la Flandre, au nord, revient à Charles le Chauve, tandis que la Wallonie s’intègre aux territoires de Lothaire Ier. Ces derniers seront toutefois attribués au Saint Empire romain germanique quelques années plus tard.




845
22 novembre
Indépendance de la Bretagne
Le Breton Nominoë bat les troupes du roi Carolingien Charles le Chauve à ballon près de Redon. Pour le roi cette défaite marque l'échec de la conquête de la Bretagne. Celle-ci devient indépendante du royaume. Elle le restera pendant près de 7 siècles. 




855
Nouvelle victoire pour le fondateur de la dynastie Croate
Trpimir repousse une attaque Bulgare et parvient à maintenir les frontières de son Duché. Ayant lutté avec succès au cours de différentes guerres, Trpimir est le premier dirigeant à prendre le titre de « Prince des Croates » même s’il reconnaît l’autorité du roi d’Italie. Il est le fondateur de la dynastie croate.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Grandes périodes historiques Empty Re: Grandes périodes historiques

Message  Arlitto le Sam 26 Mar - 14:34

879
Branimir est reconnu Prince de Croatie par Jean VIII
Installé sur les rives de l’Adriatique depuis le VIIème siècle, le peuple croate s’est organisé politiquement au cours du IXème siècle. Converti au christianisme, il a formé trois duchés distincts : la Croatie blanche, la Croatie rouge et la Croatie pannonienne. La reconnaissance de Branimir comme le Prince de Croatie est une première étape vers l'indépendance du pays et la fondation du royaume.




885
28 novembre
Début du siège de Paris par les Normands
Depuis la moitié du IXème siècle, les Parisiens doivent faire face aux attaques des Vikings qui n’hésitent pas à brûler la ville, comme ce fut le cas en 856. Cette fois-ci, la stratégie des Normands est différente : il décident de faire le siège de la ville. Paris résistera ainsi pendant près de deux ans notamment grâce à Eudes. Finalement c’est le versement d’une forte rançon par Charles le Gros qui permet aux hostilités de cesser.




911
20 juillet
Traité de Saint-Clair-sur-Epte
Alors que depuis un siècle les Normands allaient de victoire en victoire et occupaient une partie de la Neustrie, ils subissent une défaite près de Chartres face à Charles le Simple. Cette nouvelle situation permet à ce dernier d’affirmer son pouvoir mais aussi d’ouvrir des négociations avec les « envahisseurs ». Il en résulte la création d’un nouveau duché : la Normandie. Le normand Rollon obtient le pouvoir sur cette région en échange de la reconnaissance du roi de France dont il dépend. Il promet aussi de se convertir au catholicisme. Dotés d’un territoire qui recouvre approximativement l’actuelle Haute-Normandie, les Normands se franciseront et étendront leurs frontières rapidement.




925
Tomislav fonde le royaume de Croatie
Après être parvenu à unir la Croatie blanche et la Croatie Pannonienne, Tomislav se fait proclamer roi et crée le Royaume de Croatie. Jusqu’à l’intégration dans la Hongrie en 1102, la Croatie sera un Etat médiéval indépendant. Sous l’influence et la menace de l’Europe occidentale et de Byzance, le royaume intégrera les deux cultures, accueillant les rites romains et orthodoxes.




933
La Normandie intègre le Cotentin et l'Avranchin
Alors qu’il succède tout juste à son père Rollon avec qui il partageait le pouvoir depuis 927, Guillaume Longue épée obtient le Cotentin et l’Avranchin. Cette annexion, précédée par celle du Bessin, permet à la principauté de gagner en puissance et d’acquérir des frontières stables. Mais, fils d’un viking et d’une chrétienne franque, Guillaume accroît la puissance et la richesse de son duché en jouant sur deux plans : reconnaissance du Royaume Franc et apport de culture et de sang viking grâce aux colons. Cette stratégie n’est pas sans risque puisqu’il devra faire face à une rébellion de Normands un an plus tard.




942
18 décembre
Assassinat de Guillaume Longue Epée
Par ses différents jeux d’alliances, Guillaume Premier de Normandie, également nommé Guillaume Longue Epée, s’est mis à dos de nombreux princes francs. Ceux-ci, avec à leur tête le comte de Flandre, voient de surcroît d’un mauvais œil le développement de la jeune Normandie. Prétextant la signature d’un traité, ceux-ci lui tendent un guet-apens et l’assassinent. Son fils lui succède alors à la tête de la Normandie sous le nom de Richard Premier.




945
La Normandie accroît son indépendance
Après avoir déjoué un guet-apens, Richard Premier obtient la reconnaissance de sa puissance et la quasi indépendance de la Normandie lors du traité de Gerberoy. Constamment menacé par les francs lors de son règne, Richard Ier permettra à la Normandie de s’affermir et de poursuivre son développement. Il affirmera notamment son soutien à son beau-frère Hugues Capet, sacré roi de France en 987, soutien qui sera entretenu par ses successeurs.




962
2 février
Création du Saint Empire Romain Germanique
Otton Ier le Grand, roi de Germanie, roi des Francs, roi des Lombards et roi de Pavie reçoit à Rome la couronne impériale des mains du Pape Jean XII. Ce couronnement marque la naissance d’un puissant empire connu sous le nom de Saint Empire Romain Germanique, titre adopté en réalité quelques siècles plus tard. Otton Ier affirme sa suprématie face à la papauté qu'il place sous tutelle. Désormais, plus aucun pape ne pourra être élu sans lui prêter serment. Le Saint Empire Romain Germanique disparaîtra en 1806 sous la pression de Napoléon.




962
2 février
Othon Ier couronné empereur
En péril face aux familles de l’aristocratie romaine, les États pontificaux ont une nouvelle fois besoin d’une aide extérieure. Othon Ier de Germanie se porte alors à leur secours et est couronné empereur des Romains par Jean XII en échange de sa protection. Dès lors, les États pontificaux passent une fois de plus sous la tutelle impériale. Othon Ier sera alors le premier souverain de l’Empire romain germanique, un territoire qui comprend la Germanie et l’Italie.




1014
23 avril
La bataille de Clontarf
D’abord roi du comté de Munster, puis de toute l’Irlande, Brian Boru inflige une lourde défaite aux Danois, à Clontarf. Il mourra le jour même, assassiné alors qu’il se recueillait sous sa tente. Cet épisode marque la fin de la domination viking et le début d’une lutte de pouvoir entre petits rois d’Irlande.




1031
La Normandie acquiert le Vexin et Pontoise
Fidèle soutien aux Capétiens comme son père Richard Premier, Robert le Magnifique reçoit le Vexin pour service rendu. Aux côtés de Conrad II, il avait en effet soutenu Henri Ier face aux prétentions de son frère Robert, soutenu par une partie des autres vassaux francs.




1032
Conrad II s’approprie la Suisse
Après la mort de Rodolphe II, le royaume de Bourgogne, qui comprend la Suisse depuis 888, passe sous la domination du Saint Empire germanique. La Suisse se développera alors rapidement sous l’impulsion de la principauté des Zähringen. Ces derniers édifieront de nombreuses villes dont Morat, Fribourg, Berne et Thoune.




1035
12 novembre
Les Saxons prennent l'Angleterre aux Danois
Le roi Knud le Grand meurt en Angleterre. Avec lui s'éteint la dynastie danoise qui régnait sur le royaume anglais depuis 1017. Son immense empire, le Danemark, la Norvège et l'Angleterre est partagé en trois. Les Saxons prennent le pouvoir jusqu'à l'arrivée de Guillaume le Conquérant en terre britannique en 1066. 




1037
La Castille s’agrandit
Ferdinand Ier, roi de Castille (1035-1065), se lance à la conquête du León et annexe le royaume à son propre territoire. En 1054, il s’emparera également de la province de Navarre, allant jusqu’à tuer son frère, Garcia IV, au cours de l’affrontement. Il parviendra encore à prendre Coimbra aux Maures, en 1064, faisant de la Castille un royaume particulièrement puissant.




1047
Victoire de Guillaume le Conquérant au Val-des-Dunes
Alors qu’il n’est encore surnommé que Guillaume le Bâtard, Guillaume Premier de Normandie profite de son accession à la majorité pour affronter les rebelles ligués contre lui depuis la mort de Robert le Magnifique. Ayant déjà échappé à une tentative d’assassinat, Guillaume reçoit le soutien d’Henri Premier, puis de Raoul Taisson, ancien conjuré, pour défaire les vassaux au Val-de-Dunes. La victoire est sans appel et ne laisse pas de place à la pitié pour les perdants dont nombres se noient dans l’Orne. Le règne du futur Guillaume le Conquérant sur l’ensemble de la Normandie peut alors commencer.




1053
Mariage de Guillaume le Conquérant et de Mathilde de Flandre
Malgré l’opposition du Pape, Guillaume de Normandie et Mathilde de Flandre décident de se marier. Au-delà de l’intérêt politique, Guillaume et Mathilde étaient également mus par l’amour. Toutefois, leur consanguinité au cinquième degré était un facteur discriminant aux yeux du Pape Léon IX. Pour ne pas s’aliéner l’Eglise, ils construiront à Caen deux superbes abbayes : l’abbaye de la Sainte-Trinité, dite Abbaye aux dames et l’abbaye Saint-Etienne, dite Abbaye aux hommes. Elles recevront respectivement les tombeaux de Mathilde et de Guillaume.




1059
Nicolas II affaiblit le pouvoir de l’empereur
Les États pontificaux cherchent à se libérer du pouvoir des empereurs qui perdure depuis plusieurs décennies. Dans ce but, le pape Nicolas II promulgue un décret supprimant le droit d’intervention des souverains séculiers dans les élections pontificales. Ceux-ci ne détiendront alors qu’un pouvoir de confirmation. En outre, le pape condamne la simonie – fait de vendre ou acheter des biens spirituels – et le concubinage. Les successeurs de Nicolas II iront dans ce sens, déclenchant la querelle des Investitures.




1066
29 septembre
Guillaume le Conquérant envahit l'Angleterre
Les 650 navires de Guillaume duc de Normandie débarquent dans la baie de Penvensey en Angleterre. Après la victoire d'Hastings (le 14 octobre 1066), où l'armée du roi Harold II sera défaite, Guillaume le Conquérant deviendra roi d'Angleterre.




1066
14 octobre
Bataille d'Hastings
Guillaume de Normandie dit le "bâtard" débarque en Angleterre avec 4000 hommes dans le but de détrôner le Roi Harold. Il remporte une éclatante victoire et envahit le pays. Guillaume, descendant du viking le Duc Rollon, est un digne héritier du trône d'Angleterre. Il se dispute le titre avec le roi de Norvège et Harold, le comte de Wessex. Celui-ci meurt dans la bataille touché par un archer normand. Guillaume sera alors est proclamé roi d'Angleterre sous le nom de William. Après sa mort il est surnommé Guillaume "le conquérant". La bataille d'Hastings sera immortalisée dans l'une des 58 scènes de la tapisserie de Bayeux réalisée entre 1066 et 1077.




1066
14 octobre
Bataille d'Hastings
Guillaume de Normandie dit le "bâtard" débarque en Angleterre avec 4000 hommes dans le but de détrôner le Roi Harold. Il remporte une éclatante victoire et envahit le pays. Guillaume, descendant du viking le Duc Rollon, est un digne héritier du trône d'Angleterre. Il se dispute le titre avec le roi de Norvège et Harold, le comte de Wessex. Celui-ci meurt dans la bataille touché par un archer normand. Guillaume sera alors est proclamé roi d'Angleterre sous le nom de William. Après sa mort il est surnommé Guillaume "le conquérant". La bataille d'Hastings sera immortalisée dans l'une des 58 scènes de la tapisserie de Bayeux réalisée entre 1066 et 1077. 
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Grandes périodes historiques Empty Re: Grandes périodes historiques

Message  Arlitto le Sam 26 Mar - 14:34

1066
25 décembre
Guillaume le Conquérant devient roi d'Angleterre
Suite à la victoire d’Hasting, Guillaume le Conquérant accède au pouvoir suprême en Angleterre en se faisant couronner à l’abbaye de Westminster. Il introduit ainsi un geste qui va devenir une tradition monarchique anglaise. Cependant, le nouveau royaume anglo-normand doit encore faire face à des difficultés : la conquête de l’Angleterre ne sera achevée qu’en 1070. La situation de ce royaume est de surcroît très particulière : roi d’Angleterre, Guillaume n’en reste pas moins un vassal du roi de France pour les territoires normands. Ce dernier, Philippe Ier, devient alors l’adversaire le plus important de Guillaume, d’autant plus que les Capétiens n’apprécient guère l’avènement du puissant royaume anglo-normand.




1071
19 août
La défaite des Byzantins à Manzikert
L’empereur byzantin Romain IV Diogène essuie une cuisante défaite contre les Seldjoukides. Il tentait alors de reconquérir la forteresse de Manzikert, située non loin du lac de Van, en Arménie. Cette défaite permettra aux armées turques de s’emparer de quasiment toute l’Asie Mineure. Sept années plus tard, les Seldjoukides prendront Jérusalem, rendant les pèlerinages chrétiens de plus en plus difficiles. Ce sera sans doute l’une des causes de la première croisade, lancée en 1095.




1076
24 janvier
Querelle des Investitures : le pape est déposé
Depuis quelques années, un mouvement réformateur dit "grégorien" vise à redresser l’Église. Il s’oppose au principe d’investiture laïque selon lequel les princes nominent les abbés et les évêques, leur attribuant souvent un fief. Ce système a pour conséquence de féodaliser les prélats, qui deviennent des vassaux de l’empereur et, en tant que seigneurs, peuvent facilement s’adonner à la simonie (trafic de biens spirituels tels que les charges religieuses) et se marier. En réponse au décret du pape Grégoire VII qui supprimait ce système, le roi germanique Henri IV le fait déposer. Le pape réplique à son tour en excommuniant l’empereur.




1077
La Corse passe des mains du Pape aux mains de Pise
N’étant pas en mesure d’assurer la stabilité de l’île, le Pape Grégoire VII transfère l’administration de la Corse à Pise. Légalement toutefois, la Corse reste sous la responsabilité du Pape. Elle connaît alors une courte période d’accalmie et de retour à l’équilibre. Cependant, les luttes internes se poursuivent tandis que Gênes nourrit déjà des ambitions sur l’île.




1077
25 janvier
Henri IV se confesse à Canossa
Au cœur de la querelle des Investitures, Henri IV, roi des Romains, se rend à Canossa pour s’agenouiller devant le pape et implorer son pardon. Ayant été excommunié l’année précédente, sa légitimité d’empereur est mise en péril par des princes allemands révoltés. Pendant trois jours, il attendra la réponse du pape, qui, finalement, acceptera d’annuler l’excommunication. Humilié, Henri IV ne tardera pas à entreprendre la conquête de Rome et sera une nouvelle fois excommunié.




1084
31 mars
Henri IV de Germanie couronné empereur
Henri IV de Germanie est couronné empereur par l’antipape Clément III, qu’il s’est efforcé de faire élire à la place de Grégoire VII, lequel finit par s’exiler. L'événement est lié à la querelle des Investitures, opposant les papes aux empereurs depuis 1076. Le conflit perdurera sous le pontificat d’Urbain II, de Pascal II, de Gélase II et sous le règne d’Henri V, fils du précédent. Les papes marcheront dans les pas du réformateur Grégoire VII, de manière moins virulente toutefois, jusqu’à la signature du Concordat de Worms, qui mettra fin à la querelle.




1085
25 mai
Prise de Tolède par Alphonse VI
Le roi de León et de Castille Alphonse VI s’empare du royaume de Tolède, sous domination maure depuis 711. La conquête du León en 1037 par Ferdinand Ier avait rendu la Castille particulièrement puissante, lui permettant ainsi d’amorcer la Reconquista. Mais en 1086 et 1109, Alphonse VI essuiera deux cuisantes défaites contre les Almoravides venus en renfort.




1087
9 septembre
Mort de Guillaume le Conquérant
Le dernier homme de l’histoire qui soit parvenu à envahir l’Angleterre, Guillaume le Conquérant, s’éteint à Rouen des suites d’une blessure accidentelle. Décrit comme obèse, le roi se serait blessé à cheval en rentrant de la bataille de Mantes qui l’opposait à Philippe Ier pour le contrôle du Vexin. La petite histoire raconte que le rapatriement et l’enterrement de Guillaume à l’Abbaye-aux-Hommes de Caen furent bien difficiles. Un homme se serait opposé au convoi faute de reconnaître la légitimité de Guillaume tandis qu’un incendie à Caen aurait perturbé le cortège. Enfin, au sein de l’Eglise Saint-Étienne de Caen où repose toujours son tombeau, le peu d’hommes venu lui rendre hommage a dû fuir après que le corps se soit éventré lors de sa mise en terre… Son héritage politique est également mis à mal puisque l'Angleterre et la Normandie sont provisoirement séparées.




1094
Le Cid Campeador prend Valence
Vassal du roi de Castille Alphonse VI, Rodrigo Díaz, dit le Cid Campeador, parvient à s’emparer du royaume de Valence, alors sous la domination musulmane. Il en restera le gouverneur jusqu’à sa mort, en 1099. Le royaume résistera contre les Almoravides jusqu’en 1102, puis retombera sous la domination maure.




1102
La Croatie intégrée à la Hongrie
Moins de deux siècles après sa proclamation, le Royaume Croate perd sa souveraineté. Rongé de l’intérieur dès la mort de Tomislav par des guerres intestines en vue de la succession, l’Etat a progressivement perdu sa puissance militaire ainsi que certains territoires. Ainsi après une lourde défaite en 1097, les Croates passent un accord avec la Hongrie : les « Pacta Conventa ». Ainsi, le roi de Hongrie Koloman devient-il le roi de Croatie. Toutefois celle-ci conservera un gouverneur et une assemblée autonomes. L'Etat autonome croate disparaît ainsi pour près de neuf cent ans.




1106
28 septembre
La Normandie retrouve l'Angleterre à Tinchebray
Après la mort de Guillaume le Conquérant, le royaume anglo-normand fut provisoirement partagé, l’Angleterre revenant à Guillaume le Roux et la Normandie à son frère Robert Courteheuse. Mais après la mort douteuse du souverain anglais, victime d’un accident de chasse, c’est le dernier fils de Guillaume le Conquérant, Henri, qui s’empare de la couronne d’Angleterre, la soufflant à un Robert impopulaire. Cette guerre fratricide se termine lors du combat de Tinchebray, en Normandie. Henri Ier d’Angleterre inflige une sévère défaite à son frère Robert, le fait prisonnier et prend le commandement de la Normandie. Celle-ci est à nouveau rattachée à l’Angleterre.




1118
Prise de Saragosse par Alphonse Ier le Batailleur
Au cœur de la Reconquista, Alphonse Ier dit "le Batailleur", roi d’Aragon et de Navarre, s’empare de Saragosse avec l’aide de barons français. Il lui a fallu quatre années de combats contre les Maures pour remporter cette victoire. C’est d’ailleurs de ces multiples batailles qu’il tient son surnom. Alphonse Ier fera de Saragosse la capitale de l’Aragon. À sa mort en 1134, le royaume d’Aragon et le comté de Catalogne seront réunis.




1139
Le Portugal érigé en royaume
Le comte du Portugal, Alphonse Ier le Conquérant, prend le titre de roi au lendemain de sa victoire contre les musulmans à Ourique. Il consacre ainsi son indépendance par rapport au royaume de León.




1139
25 juillet
Victoire portugaise sur les musulmans
Le comte du Portugal Alphonse Enriquez remporte une victoire décisive sur les Maures à Ourique. Fort de cette victoire, il prend le titre d'Alphonse Ier, roi du Portugal et déclare son royaume indépendant de celui de Léon. Le premier souverain du Portugal poursuivra la reconquête chrétienne des terres portugaises vers le Sud.




1154
19 décembre
Henri Plantagenêt roi d'Angleterre
A 21 ans, Henri d'Anjou Plantagenêt est couronné roi d'Angleterre à Westminster. Il prend le nom d'Henri II. Son épouse, Aliénor d'Aquitaine devient reine d'Angleterre et apporte au royaume ses terres du Poitou, de Gascogne et de Guyenne. Henri II réunit ses propres terres de Normandie, les comtés d'Anjou et du Maine aux possessions de son épouse pour former un royaume d'Angleterre puissant. Le monarque français règnera sur l'Angleterre jusqu'à son éviction du pouvoir par ses fils en 1181, 8 ans avant sa mort.




1159
La lutte entre le sacerdoce et l’Empire
Au lendemain de la mort d’Adrien IV, Alexandre III lui succède au pontificat. L’empereur romain germanique Frédéric Ier de Barberousse, de la dynastie des Hohenstaufen, n’est guère satisfait de cette élection car le nouveau pape ne le porte pas dans son cœur. C’est pourquoi de son côté, il fait élire un antipape, Victor IV. La lutte entre le Sacerdoce et l’Empire est ouverte et voit s’opposer le pouvoir séculier au pouvoir spirituel. Elle ne s’achèvera qu’en 1250, avec la mort de l’empereur Frédéric II.





1170
29 décembre
Assassinat de Thomas Becket
L’archevêque de Cantorbéry Thomas Becket est assassiné au sein même de sa cathédrale par quatre chevaliers anglo-normands fidèles d’Henri II. Bien que ceux-ci agissent sans ordre royal, l’histoire veut qu’ils aient pris cette initiative après qu’Henri II ait prononcé de colère la phrase : « N'y aura-t-il donc personne pour me débarrasser de ce clerc outrecuidant ? ». Nommé par son ancien ami le roi, Thomas Becket s’aliéna ce dernier lorsqu’il commença à opposer une résistance intransigeante aux Constitutions de Clarendon. Celles-ci prévoyaient en fait de réduire le pouvoir de l’Eglise et de la faire dépendre du pouvoir royal. Après un exil en France et une série d’excommunications contre les prêtres qui ne le soutenaient pas, Thomas Becket avait pu revenir en Angleterre. Cet assassinat provoqua la colère de l’Eglise et des croyants, forçant Henri II à faire pénitence publiquement. Thomas Becket sera sanctifié trois ans plus tard.




1176
29 mai
Défaite de Frédéric Barberousse à Legnano
Face aux ambitions de l’empereur germanique, les villes du nord de l’Italie se sont révoltées et rassemblées au sein de la Ligue lombarde. Soutenue par le pape Alexandre III, ennemi de l’empereur, celle-ci remporte la victoire de Legnano contre les troupes de Frédéric Ier Barberousse. Ce dernier sera contraint par la suite de reconnaître le pape Alexandre III lors du traité de paix signé à Venise, en 1177. Toutefois, il fera épouser à son fils, Henri VI, l’héritière de la Sicile, Constance, mettant une fois de plus en danger la souveraineté pontificale.




1189
6 juillet
Mort du premier souverain Plantagenêt d'Angleterre
Après dix ans de conflit de pouvoir avec ses fils Jean et Richard, Henri II d’Angleterre s’éteint à Chinon. Il a alors cédé le pouvoir à celui qui va devenir Richard Cœur de Lion lors d’un traité signé à Azay-le-Rideau. En constante lutte avec le roi de France Philippe Auguste lors de la fin de son règne, Henri II donna une place centrale à la Normandie et fut à l’origine de nombreuses réformes qui ont modernisé le royaume anglo-normand. Il est également connu pour l’assassinat de Thomas Becket.




1189
3 septembre
Sacre de Richard "Coeur de lion"
Roi le 6 juillet 1189 après la mort d’Henri II, Richard Ier Coeur de Lion est couronné à Westminster le 3 septembre. Mais Richard Cœur de Lion est surtout préoccupé par les faits d’armes et décide un an plus tard de partir à la conquête de Chypre. Couronné de succès lors des Croisades notamment à Saint-Jean d’Acre, il subit aussi des revers comme à Jérusalem et se fait emprisonné lors de son retour en Europe par le duc Léopold V d’Autriche.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Grandes périodes historiques Empty Re: Grandes périodes historiques

Message  Arlitto le Sam 26 Mar - 14:35

1190
10 juin
Barberousse meurt noyé
L'empereur d'Allemagne Frédéric de Hohenstaufen, dit Barberousse, se noie en voulant se baigner dans un torrent glacé de Cilicie, au sud de l'actuelle Turquie. Il s'en allait rejoindre la 3ème croisade avec son armée. Durant son règne, il tenta de consolider la position impériale en Germanie et en Italie. Il deviendra le symbole des espérances populaires et nationales du peuple allemand.




1192
21 août
Création du shogunat
Conscient de l'incapacité de l'empereur à prendre le pays en main, le samouraï Minamoto-no-Yoritomo adopte le titre de shogun ("général" en japonais). Sans supprimer le gouvernement impérial, qui reste en place à Kyoto, il édifie à Kamakura (au sud de la ville actuelle de Tokyo) un gouvernement militaire qui exercera le vrai pouvoir. Le shogunat sera le régime officiel du Japon de 1192 à 1867.




1195
Gènes s’installe à Bonifacio
Alors que Pise ne bénéficie plus que partiellement de la charge de la Corse, le Pape ayant suspendu sa protection au début du siècle, Gènes commence à s’installer sur le territoire en prenant la ville de Bonifacio. Quelques années plus tard, ce sera au tour de Calvi de passer sous administration génoise.




1195
19 juillet
Défaite chrétienne à Alarcos
Tandis que les rois chrétiens espagnols poursuivent leur conquête, l’Afrique du Nord passe sous la domination des Almohades au détriment des Almoravides. La nouvelle dynastie musulmane ne tarde pas à intervenir en Espagne et inflige, grâce à Yakoub el-Mansour, une défaite terrible à Alphonse VIII de Castille, à Alarcos. Après l’événement, les chrétiens s’uniront contre les musulmans. La reconquête se transformera en véritable croisade insufflée par le pape Innocent III. Elle conduira à la grande victoire de Las Navas de Tolosa en 1212.




1199
6 avril
Mort de Richard Cœur de Lion
Libéré après le versement d’une rançon qui met l’Angleterre au bord de la faillite, Richard Cœur de Lion n’aura eu l’occasion de retourner dans son pays. Luttant contre le roi de France Philippe Auguste , notamment en Normandie où il construit sa forteresse de Château Gaillard, il est blessé lors du siège de Chalus dans le Limousin. Il meurt alors quelques jours plus tard sur les mêmes terres que son père, dix ans plus tard, à Chinon.




1200
30 août
Jean sans Terre enlève et épouse Isabelle d'Angoulême
Promise à Hugues X de Lusignan, comte de la Marche, la fille unique du comte d'Angoulême est conduite à l'autel le 24 août 1200 par le roi d'Angleterre, Jean sans Terre, qui la soustrait à son fiancé et l'épouse le 30 août à Chinon. La jeune Isabelle d'Angoulême devient donc reine d'Angleterre à l'âge de 14 ans. A la mort de Jean sans Terre, en 1216, elle épousera Hugues X de Lusignan, tandis que leur fils aîné deviendra roi d'Angleterre sous le nom d'Henri III.




1204
18 juin
La Normandie redevient française
Philippe Auguste, roi de France, vainc à Rouen le souverain anglais Jean sans Terre et peut ainsi prendre possession de la Normandie. Dès 1202, Philippe Auguste avait confisqué les terres de Jean, ce qui avait donné naissance à ce sobriquet peu flatteur. Le roi de France avait frappé un grand coup en prenant le célèbre Château Gaillard construit par Richard Cœur de Lion. Philippe Auguste s’emparera ensuite par les armes de l’Anjou et de la Touraine.




1206
Qûtb ud-Dîn Aibak fonde le sultanat de Dehli
Gouverneur du territoire de Delhi depuis sa conquête par Muhammad Ghûrî, Qûtb ud-Dîn Aibak se proclame le Sultan et fonde la dynastie des esclaves. Ancien esclave passé au service de Ghûrî, il avait connu une ascension fulgurante et son talent de colonel lui avait donné toute la confiance de ce dernier. Le sultanat de Delhi règnera sur l’Inde pendant un peu plus de trois siècles.




1214
27 juillet
Victoire française à Bouvines
Philippe Auguste bat l'empereur Otton IV de Brunswick, allié du roi d'Angleterre Jean sans Terre, et les coalisés flamands à Bouvines (Nord). Contre toute attente, la bataille se déroule un dimanche, jour du Seigneur, car Otton est l'ennemi du pape. Il a été excommunié et déposé par le souverain pontife au profit de son rival, Frédéric II. Les deux camps s'affrontent de midi jusqu'au coucher du soleil et face à la débâcle des ses troupes, Otton préfère fuir plutôt que d'être capturé. Ses alliés, les comtes de Flandres, de Boulogne et de Salisbury sont faits prisonniers. Pour la France la victoire est totale : elle écarte définitivement la coalition et confère au règne de Philippe Auguste une justification divine.




1215
15 juin
La Magna Carta 
Les barons anglais imposent au roi d'Angleterre Jean sans Terre un traité appelé Magna Carta ou Grande Charte. Par ce traité, la noblesse anglaise s'assure le respect des coutumes et des droits féodaux. Le roi s'engage notamment à ne pas lever d'impôts extraordinaires sans l'accord du Grand Conseil. La Grande Charte, première limitation imposée au pouvoir monarchique, est à la base de la tradition constitutionnelle anglaise.




1227
18 août
La mort de Gengis Khan
Le chef des Mongols, Gengis Khan (du chinois Chêng-Sze "guerrier précieux" et du turc Khan "seigneur"), meurt à environ 60 ans, au soir de sa victoire contre le royaume des Tangoutes (au nord-ouest de la Chine). A la tête d'une armée de nomades, il a conquis un immense empire allant des confins orientaux de la Chine à la mer Caspienne. L'Empire mongol sera divisé entre ses trois fils.




1237
Fondation de Berlin
Deux bourgs sont construits face à face le long de la Spree dans le récent Brandebourg. Cölln occupe la rive gauche tandis que sur la rive droite s’élève Berlin. La première mention de la future capitale de l’Etat allemand ne date toutefois que de 1244. Quelques dizaines d’années plus tard, les deux rives fusionneront, gardant le nom de Berlin. En quelques siècles, la ville va prendre une importance égale aux capitales voisines d’Europe bien plus anciennes.




1241
Invasion tatare de Cracovie
En 1241, Cracovie subit sa première invasion tatare, dans le cadre d’une vaste campagne mongole de conquête de l’Europe menée par Batû-Khan, petit-fils de Gengis Khan. Incendiée, la ville devra être reconstruite après 1257, suivant une organisation autour d’une place centrale : le Rynek.




1241
11 avril
Ecrasante victoire Mongole en Hongrie
Les Mongols conduits par le petit-fils de Gengis Khan, Batû Khan, écrasent les troupes hongroises du roi Bela IV à Mohi. Depuis 1237 la "Horde d'Or" mongole a entrepris de s'emparer de l'Europe. Avant la Hongrie, elle a ravagé l'Ukraine, la Pologne et une partie de la Russie. L'Europe occidentale échappera à la terrible invasion mongole. 




1245
17 juillet
Le pape Innocent IV dépose Frédéric II
Tandis que la lutte entre le Sacerdoce et le Saint Empire se poursuit, Innocent IV, exilé à Lyon, convoque le XIIIe concile œcuménique. Devant son assistance, il dépose l’empereur du Saint Empire romain germanique, Frédéric II de Hohenstaufen. Depuis quelques années, celui-ci tente en effet d’imposer son autorité à toute l’Italie. Le conflit prend une ampleur considérable, notamment dans la confrontation entre pouvoir temporel et puissance spirituelle. Suite à l’événement, Frédéric II essuiera plusieurs révoltes et complots, puis mourra brusquement en 1250. Sa mort mettra un terme à la lutte entre le Sacerdoce et l’Empire, de laquelle la papauté sort renforcée.





1261
25 juillet
Michel VIII Paléologue prend Constantinople aux croisés
Alors capitale de l’Empire latin d’Orient fondé par les croisés, Constantinople ne résiste pas à l’armée de Michel VIII Paléologue. Après avoir subi des années de ravages et de pillages en tout genre, la cité n’est plus qu’un amas de ruines presque sans valeur. Difficile, dans ce cas, de faire retrouver à l’ancienne capitale byzantine son rayonnement et sa puissance d’autrefois. Michel VIII sera proclamé empereur et fondera la dynastie des Paléologues mais ne pourra enrayer le déclin de la ville.




1269
La dynastie des Mérinides
Le peuple berbère des Mérinides s’empare du pouvoir et établit sa capitale à Fès, en édifiant Fès Djedid (1276). L’empire, déjà morcelé par la reprise de l’indépendance des Hafsides de Tunisie, sera affaibli par la progression de la Reconquête espagnole. Les Mérinides se replieront finalement au Maroc et ne pourront empêcher les Portugais et les Espagnols d’envahir le littoral.




1282
30 mars
Tragiques vêpres siciliennes
Les Siciliens s'insurgent contre l'occupation française sur leurs terres et massacrent les troupes de Charles Ier d'Anjou postées à Palerme. La tuerie qui débute à l'heure des vêpres deviendra célèbre sous le nom de "Vêpres siciliennes". Les assassinats contre les Français se poursuivront dans toute la Sicile jusqu'au 28 avril. 8 000 d'entre eux y trouveront la mort. Charles d'Anjou sera contraint de quitter la Sicile qui passera aux mains de Pierre d'Aragon.




1284
6 août
Bataille de Meloria
Menant une guerre ouverte depuis 1282 pour le contrôle de la Sardaigne et de la Corse, les républiques de Pise et de Gênes jettent leurs flottes dans une bataille décisive au cœur de la mer Tyrrhénienne. Pise, en difficulté depuis le début de la guerre, perd la bataille et le contrôle de la Corse. Tandis que Gènes s’installe sur l’île de beauté, le déclin de Pise s’accélère.




1291
1 août
Le serment du Grütli
Walter Fürst, Arnold de Melchtal et Werner Stauffacher, les représentants des trois cantons alpins, concluent un pacte de défense mutuelle contre les Habsbourg. Ce serment est considéré comme l'acte de naissance de la Confédération helvétique. En 1315, la victoire sur Leopold Ier d'Autriche à Morgaten, renforcera la cohésion des cantons.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Grandes périodes historiques Empty Re: Grandes périodes historiques

Message  Arlitto le Sam 26 Mar - 14:35

1297
Le Pape confie la Corse à la maison d’Aragon
Alors que la bataille de Meloria a permis à Gênes de s’installer en Corse, le Pape, qui dispose officiellement de la charge de la Corse, décide de la remettre à la maison d’Aragon. Celle-ci a dernièrement assis sa puissance en Sicile et Sardaigne. Cependant, Gênes n’est pas disposée à céder son territoire.




1302
18 mai
Les "Mâtines de Bruges"
Les Flamands se révoltent contre l'occupant français et massacrent les soldats de la garnison à Bruges. Cette journée est nommée "Mâtines de Bruges" par comparaison aux "Vêpres siciliennes" qui chassèrent 20 ans plus tôt les Français de Sicile. Philippe le Bel, furieux, enverra sa meilleure armée en Flandres. Mais celle-ci sera vaincue près de Coutrai le 11 juillet. C'est la fin du rêve des rois Capétiens d'annexer les Flandres.




1305
23 août
Exécution de William Wallace
Le nationaliste écossais William Wallace est écartelé à Londres pour s'être opposé au roi d'Angleterre Edouard Ier. Celui-ci annexé l'Ecosse en 1296, après la mort d'Alexandre III d'Ecosse sans héritier. qui avait annexé l'Ecosse en 1296. La victoire du roi écossais Robert Bruce sur les Anglais à la bataille de Bannockburn le 24 juin 1314, assurera l'indépendance de l'Ecosse.




1307
Fusion de Cölln et Berlin
Berlin et Cölln, deux bourgs qui se font face autour de la Spree, décident de fusionner tout en gardant une certaine autonomie administrative. Progressivement la fusion va devenir totale et la ville de Berlin, dans le contexte difficile d’alors, s’équipera de sa propre armée tandis que son importance commerciale ira croissante.




1315
19 mars
La Charte aux Normands
Suite aux différentes révoltes nées des pressions fiscales, Louis X le Hutin est contraint d’octroyer la Charte aux Normands. Cette exception rappelle la puissance de la Normandie dans les siècles qui ont précédé et sera par la suite perçue comme l’expression du particularisme normand dans l’histoire de France. Elle confère une plus grande indépendance au duché concernant ces lois et garantit l’absence d’impôts extraordinaires.




1315
15 novembre
La bataille de Morgarten
Se sentant menacé par la Confédération suisse, Léopold Ier de Habsbourg tente de réaffirmer son autorité, accompagné d’une importante armée. Les confédérés n’ont cependant aucun mal à remporter la victoire à Morgarten. Cet événement consolidera le pacte signé en 1291 et permettra d’enrichir l’union avec l’adhésion des cantons de Zurich, Lucerne, Glaris, Zoug et Berne. Multipliant les défaites, les Habsbourgs finiront par reconnaître l’indépendance de la Confédération et établiront un traité de paix en 1389.




1346
Gènes et la maison d’Aragon se disputent la Corse
Source de conflit entre Gênes et la maison d’Aragon, la Corse voit débarquer les troupes du roi d’Aragon. Gênes, qui de fait, a plus d’influence en Corse que son ennemi, parvient à repousser l’attaque. Cependant, face à la montée des puissances seigneuriales corses qui s’opposent depuis déjà de nombreuses années, les luttes de pouvoir prennent un nouveau tournant : les seigneurs de l’Au-delà, alliés de l’Aragon, s’affrontent aux seigneurs du Commun, soutenus par Gênes.




1358
22 février
Etienne Marcel fait assassiner les conseillers du roi
A la tête d'un mouvement insurrectionnel, le chef de la municipalité de Paris, Etienne Marcel pénètre dans l'hôtel du dauphin. Il fait assassiner sous ses yeux les maréchaux de Champagne et de Normandie. En l'absence du roi Jean II, prisonnier des anglais depuis septembre 1356, le dauphin, futur Charles V, se soumet aux exigences d'Etienne Marcel. Il accepte de renouveler l'ordonnance de réforme de mars 1357 associant les bourgeois à la gestion du royaume et prend le titre de régent dans l'attente de la libération de son père.




1358
21 mai
Grande jacquerie contre les seigneurs
Des paysans du Beauvaisis (nord du Bassin parisien) se révoltent contre les taxations royales et seigneuriales (il faut alors payer la rançon du roi Jean le Bon, prisonnier des Anglais). Ils se regroupent en bande, pillent et incendient les châteaux, tuent les nobles. La révolte s'étend, menée par Etienne Marcel, le prévôt des marchands de Paris. Mais le roi de Navarre, Charles le Mauvais, écrasera les "Jacques" à Mello le 10 juin. Le mot "jacquerie" vient de "Jacques" le surnom des paysans, des vilains.




1366
L'oppression des Gaëls
La Couronne d’Angleterre met en place les statuts de Kilkenny en Irlande. Ces derniers interdisent formellement aux habitants et régents anglo-normands de se fondre dans la culture gaélique. Par ailleurs, la région du Pale se ferme totalement à ses pratiques aussi bien religieuses que culturelles.




1377
janvier
Grégoire XI revient à Rome
Installée à Avignon, en France, depuis 1309, la papauté décide de retourner à Rome. Depuis son départ, la ville avait plongé dans un profond désordre social provoqué par les rivalités des grandes familles de la noblesse. La situation s’était stabilisée grâce à l’intervention du cardinal Albornoz, envoyé sur place par le pape Innocent VI. Toutefois, Grégoire XI mourra l’année suivant son retour, un décès qui donnera naissance au Grand Schisme.




1378
20 septembre
Début du Grand Schisme d’Occident
À la demande des Romains, un pape italien est élu sous le nom d’Urbain VI le 7 avril. Il succède alors à Grégoire XI, qui avait décidé, un an plus tôt, de rétablir la papauté à Rome. Mais le nouveau souverain pontife déplaît fortement aux cardinaux français, qui, en septembre, élisent un nouveau pape, Clément VII. Ce dernier s’installe à Avignon. L’Église se voit alors divisée entre les partisans de chacun des deux pontifes. Leurs morts donneront lieu à l’élection de deux nouveaux papes, qui entreront immédiatement en conflit l’un contre l’autre.




1384
La Flandre devient bourguignonne
Le dernier comte de Flandre trouve la mort. Son gendre, Philippe le Hardi, duc de Bourgogne obtient le territoire flamand. C’est ainsi que naissent les Pays-Bas bourguignons. Par la suite, Philippe le Bon annexera au territoire le comté de Namur, le duché de Brabant-Limbourg, les comtés de Hainaut, Zellande, Hollande et Frise. Il y ajoutera encore le duché de Luxembourg et la principauté de Liège.




1398
17 décembre
Victoire de Tamerlan en Inde
Le conquérant tuco-moghol Tamerlan, vainc les troupes du sultanat et parachève sa conquête avec la destruction de Delhi. La ville est pillée et les habitants massacrés par les armées de Tamerlan. Il abandonne ensuite la région à la famine et reprend la route pour d’autres conquêtes. Le sultanat de Delhi se reformera pour encore 150 ans.




1404
Naissance de Gilles de Rais
Gilles de Montmorency-Laval, plus connu sous le nom de Gilles de Rais (ou Gilles de Retz) et de « Barbe-Bleue », naît au château de Champtocé-sur-Loire (Anjou). Seigneur de Bretagne et Maréchal de France, figure de la guerre de Cent ans où il soutint Charles VII (1427) et accompagna Jeanne d'Arc en croisade, il fut condamné pour sorcellerie, satanisme, s........ et assassinat d'enfants et fut exécuté (pendu puis brûlé) à Nantes le 26 octobre 1440.




1407
23 novembre
Assassinat de Louis d'Orléans
Jean sans Peur fait assassiner le Duc Louis d'Orléans à sa sortie de l'hôtel Barbette, rue Vieille-du-Temple à Paris. Le Duc de Bourgogne avait pour dessein d'unir l'Artois et la Flandre à son duché. Mais son cousin, Louis Ier d'Orléans, fils du roi de France Charles VI, s'opposait à son projet. En faisant éliminer son adversaire, Jean sans Peur déclanche une sanglante guerre civile entre les Armagnacs et les Bourguignons qui se terminera 30 ans plus tard avec la signature du traité d'Arras (1435). 




1413
28 avril
Révolte des cabochiens
Pendant 1 mois, les "cabochiens" (du nom du meneur Simon Caboche), bouchers ou écorcheurs, remplissent Paris de leurs violences. Le royaume de France est alors divisé entre les factions du duc de Bourgogne, les "Bourguignons" et celles du duc d'Orléans, les "Armagnacs". Le duc de Bourgogne, Jean sans Peur, impose un temps sa domination sur Paris, soulève le peuple et réussit à faire passer une réforme administrative appelé "ordonnance des cabochiens". Mais les Armagnacs reprendront vite le dessus.




1415
21 août
Les Portugais prennent Ceuta
Le roi du Portugal Jean Ier s'empare de la ville de Ceuta, sur la côte méditerranéenne du Maroc. Cette conquête marque le début de l'expansion outre-mer des Européens. Cette politique d'expansion stimulera les explorations maritimes pour s'enrichir, mais aussi, pour s'attaquer aux "infidèles" musulmans. Ceuta sera annexée par les Espagnoles en 1580.




1417
11 novembre
Fin du Grand Schisme d'Occident
Depuis 1378, antipapes d’Avignon et papes de Rome s’opposent les uns aux autres et divisent l’Église. Le clergé tente de trouver des solutions, comme au cours du concile de Pise où un troisième pape, Alexandre V, avait été élu et auquel va succéder Jean XXIII. Mais l’unité n’est toujours pas faite autour de lui et l’Église se voit dotée de trois souverains. La situation est impossible et l’empereur Sigismond pousse le pape de Pise à organiser un nouveau concile, celui de Constance, en 1414. Finalement, le 11 novembre 1417, Martin V est élu à la papauté et parvient à reconstituer l’unité de l’Église.




1440
19 septembre
Arrestation de Gilles de Rais
Le fidèle compagnon d'armes de Jeanne d'Arc est accusé du meurtre de plusieurs centaines de jeunes garçons. Il est arrêté et écroué au château de Nantes. Au cours de son procès, il reconnaît ses crimes "avec grandes effusions de larmes". Dans l'imaginaire populaire, Gilles de Rais est souvent identifié à Barbe-Bleue.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 14133
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Grandes périodes historiques Empty Re: Grandes périodes historiques

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum