Dieu existe t il ?

Aller en bas

Dieu existe t il ?

Message  Arlitto le Mar 1 Mar - 16:55

Dieu


Nous avons tous un jour ou l’autre des questions sincères sur Dieu, que nous soyons "croyants" ou pas. Voici des ressources et des idées pour votre cheminement spirituel : 



Dieu existe t il ? 



Il existe un certain nombre d’éléments qui nous font penser que Dieu existe. Mais d’autres nous font penser le contraire, notamment la souffrance dans le monde. Pour certains, Dieu est bien réel, vivant, agissant. Ils ont expérimenté une rencontre avec lui. D’autres sont convaincus qu’il s’agit d’une illusion, ou d’une béquille pour les faibles. Dieu ne s’impose pas à notre évidence : nous sommes libres de croire en lui ou pas. Si nous pouvons dire que Dieu existe, ce n’est qu’après avoir reçu une révélation…


Arguments en faveur de l?existence de Dieu 
par atoi2voir  



Plusieurs éléments nous révèlent Dieu :

1) La nature. Sais-tu que la science ne sait toujours pas expliquer et ni même définir ce qu’est la vie, son essence, ni d’où elle vient ? Qu'est-ce qui anime d'un "souffle" nos cellules et où part la vie quand elle "quitte" définitivement notre corps ? La vie est donnée. Nous sommes bien obligés de le constater. 

Et les calculs de probabilité sont formels : impossible que la vie soit née de façon aléatoire (voir l’exemple des acides aminés). Depuis l’infiniment petit jusqu’à la taille et à l’emplacement des planètes, tout est équilibré, judicieusement à sa place, adapté à son environnement. 

Comment ne pas être émerveillé aussi devant l'ADN ? Rendons-nous compte : il y a un langage qui préside au fonctionnement des organismes, nous y compris ! Qui dirait en découvrant un ordinateur sur une plage, qu’il est le résultat du hasard, de l'action des vents et des marées, au fil du temps...?  

Tout obéit à des lois : la biologie, la physique, la chimie, même la sociologie et la psychologie humaines. D'où viennent-elles ? Une loi ne se fait pas toute seule... «Les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l'œil nu depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages» dit la Bible.

2) Jésus-Christ. Dieu s’est révélé à Moïse et à d’autres personnes de l’antiquité, leur donnant une loi et des paroles qui ont été écrites : c’est la Bible. Mais il y a 2000 ans de cela, Dieu est venu lui-même sur terre, en chair et en os. «Celui qui m’a vu a vu le Père» disait Jésus, se disant ainsi Dieu incarné, Dieu fait homme. Jésus a manifesté combien il est un Dieu Amour, en guérissant tous ceux qui venaient à lui, sans rien demander en retour. Il a manifesté aussi combien il est au dessus des lois physiques, en dominant la gravité, ou en créant de nouveaux organismes. Il a montré qu'il est la source de la vie qui nous anime, en ressuscitant plusieurs personnes et en revenant lui-même de la mort. Jésus est vivant aujourd'hui et il œuvre dans la vie de ceux qui l'accueillent. Qui pourrait prétendre à cela s’il n’était de nature divine ?

3) Les témoignages de ceux qui expérimentent une relation avec Dieu. Beaucoup de gens croient en l’existence de Dieu. Mais peu savent que parce qu’il nous aime, Dieu nous invite à bien plus : il nous offre une relation d’intimité avec lui. C’est en effet au travers de celle-ci qu’il peut agir véritablement pour transformer notre vie. Ceux/celles qui ont fait cette rencontre témoignent combien ils expérimentent l’amour de Dieu. Ils le voient répondre à leurs prières. Regarde à ce sujet les témoignages proposés dans le dossier «Dieu existe-t-il».
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13189
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu existe t il ?

Message  Arlitto le Mar 1 Mar - 16:55

Arguments contre l'existence de Dieu  
par atoi2voir  

En toute vérité, l’existence ou l’inexistence de Dieu sont improuvables, car il n’y a pas de preuves, ni dans un sens ni dans un autre. Nous n’avons que des arguments et chacun fait peser la balance d’un côté ou de l’autre, selon ce qu’il a envie de croire, selon le poids qu’il veut bien donner aux différents arguments pour ou contre. 

Voici les 3 principaux éléments qui pourraient faire penser que Dieu n’existe pas : 

1) L'existence de Dieu ne peut être prouvée. Donc pourquoi croire ?
Le raisonnement est le suivant : pourquoi doit-on croire, si Dieu existe vraiment ? S’il existait, nous en aurions des preuves évidentes et ainsi tout le monde serait croyant. Comme ce n’est pas le cas, c’est donc que Dieu n’existe probablement pas. 

2) Dieu n’est pas nécessaire, ni pour expliquer le monde, ni pour vivre. 
Certaines personnes pensent que Dieu est une invention de l’homme pour se rassurer, pour expliquer ce que nous ne comprenons pas. Dieu n’étant pas un «individu incontournable», ces personnes se contentent d’ignorer la question pour vivre comme elles l’entendent.

3) La souffrance dans le monde n’incite pas à penser qu’un Dieu d’amour puisse exister. 
Si Dieu est Dieu, c’est-à-dire tout puissant, juste et bon, plein d’amour, comment comprendre qu’il n’agisse apparemment pas pour arrêter les guerres et le mal d’une façon générale ? Pourquoi les méchants peuvent-ils tout se permettre, du moment qu’ils ont la force, l’argent ou le pouvoir, tandis que les gens droits, honnêtes et bons sont leurs victimes ? 
Ce problème qui met la toute-puissance et l’amour de Dieu face à la souffrance humaine, est un paradoxe insoluble à l’esprit humain. En effet, si Dieu veut éliminer le mal, mais ne le peut pas, c’est qu’il est impuissant, donc qu’il n’est pas Dieu. S’il peut éliminer le mal, mais ne le veut pas, c’est qu’il est cruel, méchant. Il n’est pas Dieu non plus dans ce cas (tel qu’il se révèle dans la Bible et en Jésus en tout cas). Et s’il le peut et le veut, alors pourquoi reste-t-il «les bras croisés» ? 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13189
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu existe t il ?

Message  Arlitto le Mar 1 Mar - 16:55

Le monde s’est-il fait tout seul ? 

D'où venons-nous 


« J'ai du mal à croire que la Bible soit vraie et rapporte vraiment ce qui s'est passé...Qu'en pensez-vous ?» (question d’un intervenant)

Science et foi s'opposent-elles ?
  
par T.G., docteur en biologie, aumônier  


On met souvent dos à dos la science et la foi, la raison et la croyance. Ce sont pourtant deux domaines différents, qui ne se recoupent pas et ne sont pas en conflit. 

La science, particulièrement celle des origines, se pose la question du «comment» les espèces animales et végétales sont apparues et sont arrivées à se développer de façon aussi variée. Les scientifiques émettent des hypothèses sur «la façon» dont les événements ont pu se produire et sur le rôle des agents «naturels» dans le processus du développement de la vie sur terre. 

La foi elle, cherche à répondre à la question : «qui» est derrière tout ça ? Car la foi est cette sensibilité de l’homme qui lui fait subodorer qu’il y a un concepteur, un créateur de l’univers et de la vie, c’est-à-dire un être spirituel qui échappe à nos investigations scientifiques. 

La science essaie de découvrir les lois qui régissent notre univers, mais elle est incapable de dire pourquoi il y a ces lois, ni d'où elles viennent. De même, elle ne peut définir la nature de la vie car celle-ci échappe à toute expérimentation matérielle. 

A l’inverse, si la Bible nous raconte que la vie et les espèces animales sont apparues sur terre, elle ne prétend pas nous donner un cours de science (on ne sait rien du «comment»). Elle répond à la question du «qui» en posant une révélation: celle de Dieu.

Actuellement, la théorie de l’évolution qui explique «comment» les êtres vivants se sont multipliés est celle qui prévaut. Est-elle vraie en totalité ou partiellement ? Tous ses mécanismes sont-ils élucidés ? Rendez-vous dans cent ans pour voir où la science en sera... En tout cas, cette théorie ne dit pas que Dieu ne peut pas être «derrière» la façon dont les êtres vivants se sont développés. C’est pourquoi il existe des scientifiques qui sont athées, et d’autres qui sont croyants. Chacun fait ses propres choix, qui ne font pas entrer en conflits une méthodologie de travail et une conviction spirituelle. 

En revanche, quand il y a conflit, c’est souvent entre des athées qui pensent que le hasard est le concepteur de l’univers et de la vie (hypothèse matérialiste du "non-dieu"), par opposition à Dieu, être pensant. Mais il s’agit là d’un débat d’idées religieuses ou philosophiques, et non pas scientifiques. 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13189
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu existe t il ?

Message  Arlitto le Mar 1 Mar - 16:56

Genèse: récit de la création selon la Bible  
par T.G. aumônier  

Dans la Bible, le premier livre s'appelle "Genèse" et le premier chapitre de ce livre rapporte l'histoire de la création de la terre, des végétaux, des animaux puis de l'homme, telle que Dieu l'a faite. C'est un des plus anciens récits des origines. 

Tous les chrétiens qui croient que Dieu est le créateur du monde et de la vie peuvent être appelés des créationnistes, au sens premier du terme (par opposition aux athées qui croient que l'univers et la nature se sont créés tout seuls, gouvrenés par le seul hasard). Cependant, certains spécialistes s'attachent à comparer le récit biblique aux découvertes scientifiques alors que d'autres se préoccupent de sa portée religieuse et universelle. Ces lectures, analysant des aspects différents du texte, soulignent l'infinie richesse de ce récit fondateur... 

Le récit de la création : texte de Genèse chapitre 1

"Au commencement, Dieu fit les cieux et la terre...". Ainsi commence la Bible, posant d'emblée sa portée, son message, son but : permettre à l'homme d'avoir la révélation de Dieu, de connaître aussi le sens de sa vie, ses origines, son devenir. Le début du chapitre 2 clôt le récit : "Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée (les êtres vivants). Dieu acheva au septième jour son oeuvre qu'il avait faite, et il se reposa au 7ème jour de toute son oeuvre qu'il avait faite. Dieu bénit le 7ème jour et il le sanctifia (c'est-à-dire le mit à part pour lui)...".

Fig.1 : Résumé du chapitre 1 du livre de Genèse 

Difficultés du texte biblique

En Hébreu, le mot "Yôm", veut dire "jour". La divergence possible des interprétations vient du fait que le mot peut désigner un jour normal (littéralement 24 heures), ou être employé dans un sens figuré pour désigner une période de temps indéfinie (le jour du jugement, le jour du salut, aux jours de sa jeunesse...). 

L'expression "il y eut un soir, il y eut un matin" désigne manifestement une période de ténèbres suivie d'une période de lumière. Mais cette alternance était-elle produite à l'origine par la rotation de la terre autour du soleil, ou symbolise-t-elle autre chose ?

Le soleil, la lune et les étoiles ne sont créés qu'au jour 4. Pourtant,il est dit que la lumière a été créée le premier jour. De quelle lumière s'agit-il ? Peut-être est-ce la lumière primordiale que l’astrophysique contemporaine a découvert récemment : l’énergie primordiale de l'univers était d’abord majoritairement sous forme de rayonnement avant que les étoiles ne se forment.  L'espace n'était pas noir comme aujourd'hui, mais lumineux. Donc pour la physique, la lumière a bien précédé les étoiles.

La plupart des végétaux ont besoin des insectes ou d'autres animaux pour se reproduire. Si la succession des "jours" est chronologique, comment les plantes créées le jour 3 ont-elles vécues jusqu'au jour 6 (création des animaux terrestres) ?


Interprétations de Genèse 1

Les néo-créationnistes (que les médias occidentaux appellent "créationnistes", tout court) croient en l'interprétation littérale de la Bible, c'est-à-dire que les événements se seraient passés tels que c'est écrit. Ainsi, pour eux, la terre a été créée il y a environ 10 000 ans (âge calculé d'après les généalogies données dans la Bible), en 6 jours de 24h.

Les concordistes font remarquer la concordance extraordinaire entre les résultats de la science et le récit biblique de la création, pourtant vieux de plusieurs millénaires. Ils prennent les mots "jour" dans leur sens figuré, montrant qu'ils correspondent grosso-modo aux ères géologiques des scientifiques :

1- création du globe terrestre à partir d'un nuage de gaz et de poussières (terre informe et vide)
2- apparition progressive des océans et des terres (jours 2 et 3) 
3- apparition de la vie végétale d'abord puis animale ensuite, en premier lieu dans l'eau puis sur terre (jours 5 et 6)
4- apparition finale de l'homme (jour 6).


Le Français Cuvier (1769-1832), fondateur de la paléontologie, a été l'un des premiers scientifiques chrétiens partisan de cette lecture. S'agissant de décrire l'oeuvre de Dieu, les "jours" de Genèse seraient des jours à la mesure de Dieu, c'est-à-dire d'une durée indéfinie, à différencier des jours d'homme du commandement sabbatique.

De fait, le jour 7, où il n'y a plus création de nouvelles espèces, n'a pas de fin (absence de la phrase : "il y eut un soir, il y eut un matin"). Nous serions donc peut-être toujours dans ce jour 7 de Dieu.

La lumière qui sépare les ténèbres dans les premiers jours pourrait correspondre selon certains à la période où la terre devint une planète (après agrégation des nuages de poussière). Ils disent que le soleil a bien été créé avec l'univers, et que le commencement de la rotation de la terre autour de son axe a créé la succession du jour et de la nuit. Le jour 4 où le soleil, la lune et les étoiles sont "créés" pour distinguer les saisons, est interprété comme étant non une création neuve, mais une instauration de leur fonction pour la terre et les hommes : distinction et comptage possible des saisons et des années.

Une autre hypothèse est émise : celle d'une source lumineuse indépendante du soleil pendant les premiers jours. Cette source pourrait être l'énergie de l'univers primitif, énergie lumineuse résultant du Big Bang. D'autres exégètes rapprochent le texte de Genèse de passages de la Bible où Dieu dit qu'à la fin des temps, sur la nouvelle terre qu'il va créer, "ce ne sera plus la lumière du soleil qui désormais te donnera la lumière du jour... car l'Éternel sera ta lumière à toujours" (livre du prophète Esaïe ch.60 v.19, confirmé par le livre de l'Apocalypse ch.21 v.23 et ch.22 v.5). Cette source de lumière serait donc Dieu lui-même, la lumière par excellence, dans la Bible.

Concernant le problème des plantes dépendantes d'animaux pour leur reproduction, les spécialistes répondent que le récit biblique de la création est bref et concis (1 page !). On peut donc, sans faire entorse à l'inspiration du texte, supposer que seuls les faits marquants nous sont relatés par l'auteur inspiré par Dieu. On peut supposer par exemple que les créations des plantes et des animaux ne se sont pas faites seulement le jour indiqué dans Genèse, mais qu'elles s'étalent sur les jours d'après. Dès lors, les plantes ayant besoin des insectes peuvent être apparues au moment où ceux-ci ont été créés.

Les littéraires soulignent l'intention et l'inspiration de l'auteur biblique. Ils font remarquer que le chapitre est conçu de manière à souligner l'œuvre artistique de Dieu (poésie, symbolisme des chiffres) et à mettre en valeur la portée du sabbat. Les nombres symboliques 10, 3 et 7 sont soigneusement choisis et comptés (10 fois l'expression "Dieu dit", une bénédiction est prononcée 3 fois, 7 fois "Dieu vit que cela était bon"...). Il y a deux triades de jours (cf. fig.1), la première parlant des "espaces contenant" et la deuxième parlant des "contenus" dans ces "espaces" : au jour 1 (la lumière fut) correspond le jour 4 (les luminaires) ; le jour 2 (le ciel et la mer) a pour symétrie le jour 5 (les oiseaux et les poissons) ; au jour 3 (la terre et la végétation) fait miroir le jour 6 (les animaux terrestres et l'homme).

Le 4ème commandement donné par Dieu au peuple Hébreu fait directement référence aux jours de la création de Dieu. C'est le commandement du sabbat, celui de se reposer le 7ème jour et d'en faire un jour mis à part pour honorer Dieu. En faisant référence à la création de Dieu, le texte est là pour faire comprendre la relation de l'homme à Dieu. Il place l'homme dans la contemplation de Dieu, tout puissant et maître des éléments, source de tout, même de la lumière et de la vie. Il fait suite au 2ème commandement qui est de ne pas adorer comme divinités "les choses qui sont en haut dans les cieux", commandement qui lui aussi rappelle l'œuvre du Créateur. Contrairement aux croyances répandues dans l'antiquité, Dieu dit clairement que c'est lui le créateur des "luminaires", qu'il les a faits pour rendre la terre propre à porter la vie. La nature n'est pas Dieu ; elle n'est pas créatrice en elle-même. Elle est l'œuvre d'un Créateur.

En guise de résumé-conclusion 

Le but de la Bible n'est pas de décrire à quelle vitesse Dieu a créé le monde et la vie, ni de dire scientifiquement comment les choses se sont passées

Faire coller à tout prix le texte biblique aux découvertes scientifiques ou critiquer le texte biblique par la science sont des démarches sujettes à question. C'est oublier les aléas des hypothèses scientifiques et ergoter sur des détails pouvant être remis en question dans le futur. 

L'existence de plusieurs courants de pensée parmi les croyants ne veut pas dire non plus que la Bible soit non-crédible. Si le texte est inspiré par Dieu, il est vrai (il l'est en tout cas pour tout croyant). Mais nos interprétations humaines sont faillibles, dépendantes de nos connaissances, de notre point de vue. C'est pourquoi elles sont toujours nombreuses et doivent être régulièrement réexaminées.

Toutefois, la correspondance entre ce que dit la Bible depuis des millénaires et les faits évoqués par la science moderne est étonnante. A l'examen, aucune autre cosmogonie antique ne peut prétendre à une telle révélation des origines. N'est-ce pas là, pour toute personne, un élément important propre à faire réfléchir à l'existence de Dieu et à l'inspiration divine de la Bible ? 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13189
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu existe t il ?

Message  Arlitto le Mar 1 Mar - 16:57

Théorie de l'évolution : contre Dieu ? 
par T.G., docteur en biologie, aumônier 

Il faut distinguer 3 choses bien distinctes dans la théorie de Darwin : 

- le "quoi" : c'est l'idée selon laquelle les espèces n'apparaissent pas sur terre "d'un coup", toutes formées, mais qu'elles dérivent les unes des autres.

Sur cette idée, la plupart des scientifiques sont d'accord, qu'ils soient non chrétiens ou chrétiens (un certain nombre de chrétiens croient cependant que Dieu a pu créer les espèces d'un seul coup, puisqu'il est Dieu et que rien ne lui est impossible).

- le "comment" : c'est pouvoir dire quels sont les mécanismes qui feraient que les espèces se transforment les unes en les autres ; Darwin et à sa suite beaucoup de scientifiques actuels pensent que les processus naturels qui ont permis aux espèces de changer, sont la sélection naturelle (seuls les plus forts survivent) et les mutations (un changement dans les gênes). Mais beaucoup d'autres scientifiques remettent en question ces mécanismes. En effet, la sélection naturelle et les mutations n'arrivent pas à expliquer les grands changements d'espèces (un chien ne donne pas un chat, par exemple, même s’il peut se différencier en des races de chiens vraiment différentes). Sur ce deuxième point, personne ne sait comment sont apparus les «sauts» d’espèces. Les spécialistes ne sont pas d'accord entre eux parce qu'il existe beaucoup d'inconnues. Par exemple, beaucoup pensent à l’heure actuelle que l’homme a des ancêtres communs avec les singes, mais personne ne sait qui sont ces ancêtres ni comment l'homme a émergé. C'est un mystère total. 

- le "qui" : la troisième question est de savoir qui dirige tout ça, qui est derrière cette évolution. Là, il faut faire bien attention, car nous ne sommes plus dans le domaine de la science mais dans celui des idées religieuses. Les uns sont athées et croient que c'est le hasard, parce qu'ils ne croient pas en l'existence de Dieu. Les autres, croyants, pensent que c'est Dieu. Souvent, nous pensons que la science, parce qu’elle n’admet pas le miraculeux, prouve que Dieu n’est pour rien dans l’émergence des espèces. Mais une frontière est franchie en pensant cela ; il ne faut pas faire penser que le «comment» est le «qui». Nous glissons de la science qui ne peut pas se prononcer pour ou contre Dieu, vers une vision athée du monde. La théorie de l’évolution ne remet pas en question l’existence de Dieu ni son intervention potentielle dans la création du monde. Il ne faut pas confondre les registres.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13189
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu existe t il ?

Message  Arlitto le Mar 1 Mar - 16:58

Témoignages de scientifiques croyants 

Certains scientifiques croyants osent parler d'un Créateur du vivant. Pour eux, le monde ne s'est pas créé tout seul, mais est le fruit d’un projet planifié et conçu à l’avance par Dieu. On est là dans le registre de la foi, qui parle des «causes initiales», du «pourquoi». La science, elle, parle du «comment». Elle ne peut inclure dans ses expériences une dose de «surnaturel» sous peine de tomber dans des travers de magie ou de superstition.

La plupart des scientifiques croyants font bien la distinction au entre leur foi individuelle et leur métier. Ils ne font que répondre d’une façon personnelle - et c’est leur droit - à la question de Leibniz : « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? ». Car à cette question, la science n’a aucune
réponse.

La foi est personnelle. Elle est révélation intérieure, où, devant la complexité du vivant et devant son équilibre si improbable au regard des lois de l’univers, un homme acquiert la conviction qu’il y a une intelligence parfaite derrière, qui a conçu et qui maintient ce miracle.

De plus, savoir le « comment » de la matière ne résout pas la question du « pourquoi » de la vie. Or cette question est fondamentale, vitale, pour l’être humain. Car c’est ce qui donne sens à l’existence. Sans réponse, l’homme tourne en rond, avec un mal-être qui peut pousser certains au suicide. Par rapport à cette question existentielle, le croyant reçoit de Dieu une explication logique et comblante, qui produit en lui une joie et une paix que l’on ne peut pas connaître autrement.

Voici donc le témoignage de quelques scientifiques qui expliquent comment science et foi sont pour eux différentes tout en étant complémentaires :

J'étais un scientifique athée  
par Patrick  

Dieu n'existe pas, la science le démontre : tel était mon raisonnement... jusqu'à ce que Dieu se révèle à moi. 

"C'est le big- bang qui a créé l'univers." Telle était la raison pour laquelle je ne croyais pas en Dieu. Pourtant j'avais été baptisé à ma naissance et j'avais été instruit dans la religion catholique. Mais peu de temps après ma communion (vers 12 ans), j'ai fait un bilan. Je faisais ma prière tous les soirs et pourtant Dieu ne répondait jamais à mes demandes. Je me suis dit que ça ne m'apportait rien ; j'ai donc décidé que Dieu n'existait pas et par conséquent, que l'univers avait été créé par le big-bang.

Puis des amis d'enfance ont commencé à me parler de ce qu'ils appelaient leur "rencontre" avec Jésus. Ils disaient que cela avait transformé leur vie et qu'ils entretenaient désormais avec Dieu une relation personnelle. Je rejetais bien sûr ce qu'ils me disaient, allant jusqu'à me moquer d'eux puisque Dieu n'existait pas. Mais de leur côté, leur enthousiasme ne tarissait pas et ils n'avaient de cesse de parler de tout ce que Dieu faisait dans leur vie, de tout ce qu'il leur apportait.

J'ai commencé à me poser des questions existentielles. Dans ma vision du monde, tout était régi par les lois physiques, il n'y avait pas de surnaturel. Par conséquent, la mort signifiait pour moi le néant éternel. Quelle que soit ma vie (réussie ou pas), la fin serait la même. Comme l'a dit Pascal : "On jette enfin de la terre sur la tête, et en voilà pour jamais". 

Cette idée était angoissante ; je ne pouvais pas, je n'arrivais pas à l'admettre. Et si mes amis avaient raison ? Et si Dieu existait ? Et s'il y avait une vie après la mort ? Dans ce cas, comment Dieu pourrait-il m'accepter ? N'importe qui aurait pu me trouver plutôt sage, gentil. Mais quand je regardais ma vie, il y avait des choses dont je n'étais pas fier ; si Dieu existait, j'en aurais trop honte. 

Mais mes amis m'ont parlé de ce que Jésus a fait : par amour, il a choisi de donner sa vie, en mourant sur la croix, afin que les hommes n'aient pas à subir la colère de Dieu par rapport à toutes les choses mauvaises qu'ils font, mais qu'ils puissent faire la paix avec lui. J'ai accepté de croire, sur la base du témoignage de mes amis, car je les connaissais bien : je savais qu'ils ne me mentaient pas.

Puis, au fur et à mesure que je lisais la bible et que je rencontrais d'autres croyants, Dieu a touché mon cœur. J'ai trouvé une personne qui m'aime quoi que je fasse, qui veut toujours ce qu'il y a de meilleur pour moi. Il m'a aidé à progresser dans la vie en changeant ce qui n'allait pas en moi (dureté de cœur, manque de communication, manque de confiance en moi…).

Un jour, j'ai pris conscience que j'avais besoin de faire un choix. Dieu me demandait si je voulais le mettre à la première place dans ma vie, ou juste croire en lui mais le laisser à côté. Je comprenais que ce n'était pas simplement croire qu'il existe, mais accepter de lui obéir dans ma vie entière (sans pour autant devenir moine !). Ayant ressenti son incomparable amour et compris que ses projets pour moi étaient bons, j'ai pris la ferme décision de chercher à lui faire plaisir, d'écouter ses conseils et de les mettre en pratique. 

Voilà plus de 10 ans que je ne regrette pas cette décision. Non seulement il est bon de se sentir aimé par l'être le plus merveilleux du monde, mais en plus, je sais que je peux compter sur lui en tout temps, le déranger à n'importe quel moment. Je suis assuré qu'il veille sur moi ; je n'ai donc pas à me soucier de ce qui peut m'arriver. A de nombreuses reprises, je lui ai fait part de mes problèmes et il m'a donné, de diverses manières, ce dont j'avais besoin. Il garde mon cœur en paix et me donne la joie de vivre. Finalement, il m'apprend à vivre à l'exemple de Jésus : un engagement à aimer. Aimer Dieu, aimer tous les hommes.

Aujourd'hui, je poursuis de longues études scientifiques, et j'ai compris que la science n'est pas incompatible avec ma foi : l'observation des phénomènes de l'univers m'émerveille et me donnent des aperçus de la grandeur de Dieu.


Je ne crois pas au hasard dans l'univers 

L’astrophysicien Trinh Xuan Thuan nous explique une constatation acceptée par tous les chercheurs, appelée principe anthropique : "l’univers se trouve avoir, très exactement, les propriétés requises pour engendrer un être capable de conscience et d’intelligence (l'homme)".

Il se base sur un impressionnant calcul de probabilité : «Les astrophysiciens peuvent jouer aux dieux créateurs en construisant des modèles d’univers, chacun avec sa propre combinaison de constantes et de conditions initiales, grâce à la puissance des ordinateurs modernes. La question ... qu’ils se sont posée pour chaque modèle d’univers est : héberge-t-il la vie et la conscience après une évolution de 13,7 milliards d’années ? La réponse est ... : la vaste majorité des univers possède une combinaison perdante (...) - sauf le nôtre (...) La précision stupéfiante du réglage de la densité initiale de notre univers est comparable à celle que devrait montrer un archer pour planter une flèche dans une cible carrée d’un centimètre de côté qui serait placée aux confins de l’univers, à une distance de quelque 14 milliards d’années-lumière.»

«Aucun scientifique ne contestera le réglage très précis des constantes physiques et des conditions initiales de l’univers pour permettre notre existence (...) Les débats surviennent quand il s’agit d’aller plus loin, quand on aborde le principe anthropique fort (...): ce réglage est-il dû au seul hasard ? Ou bien résulte-t-il de la nécessité, si bien que les valeurs des constantes ... sont les seules permises ? Disons le tout de suite : la science est incapable de trancher entre ces deux propositions.» 

Trinh Xuan Thuan a pris partie pour l’hypothèse «forte», et de bouddhiste qu’il était, il est devenu une sorte de «déiste»  : 

«Une autre raison pour laquelle je m’insurge contre l’hypothèse du hasard est que je ne puis concevoir que toute la beauté, l’harmonie et l’unité du monde soient le seul fait de la chance (...) Je pense qu’il faut parier, comme Pascal, sur l’existence d’un principe créateur (...) mais c’est un postulat que la science est incapable de démontrer, qui relève de la métaphysique».

«Certains avancèrent que l’émergence de l’intelligence et de la conscience dans l’Univers n’était qu’un simple fait dû au hasard (...) L’univers n’avait que faire de notre présence. Il s’en souciait comme d’une guigne (...) Jacques Monod: ‘ L’homme est perdu dans l’immensité indifférente de l’Univers d’où il a émergé par hasard ’ (...) Steven Weinberg: ‘ Plus on comprend l’Univers, plus il nous apparaît vide de sens ‘... je ne suis pas d’accord avec cette vision désespérante du monde».

La «complémentarité des approches scientifique et spirituelle est très importante. Je suis persuadé que la science n’est pas la seule fenêtre qui nous permet d’accéder au réel. Ce serait arrogant, de la part d’un scientifique, d’affirmer le contraire (...) La science nous apporte des informations, mais n’a rien à voir avec notre progrès spirituel et notre transformation intérieure (...) Confronté à des problèmes éthiques et moraux, notamment en génétique, le scientifique a besoin de la spiritualité pour l’aider à ne pas oublier son humanité»


Science et Foi
Et Dieu, dans l’évolution ?
Par Marie-Dominique Devignes 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13189
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu existe t il ?

Message  Arlitto le Mar 1 Mar - 16:59

Adam et Eve : mythe ou réalité ? 
par T.G., aumônier 

Adam et Eve dans la Bible

Le premier livre de la Bible, appelé Genèse, raconte dans ses premiers chapitres l'histoire de la création de la terre par Dieu (ch.1) puis de la création du premier homme et de la première femme : Adam et Eve (ch.2).

L'histoire nous montre un couple heureux en harmonie avec la nature et en relation intime avec Dieu. Au chapitre 3, l'accent est mis sur la désobéissance commise par ces premiers humains envers Dieu et les conséquences désastreuses qui en découlent pour toute l'humanité. A partir du chapitre 4, nous sont narrées les péripéties de leur descendance, notamment l'histoire des deux frères Abel et Caïn, avec le premier meurtre, illustrant les malheurs que vit l'humanité suite à la faute de ses ancêtres. 

Contradiction entre science et récit biblique ?

Jusqu'à Darwin, l'Occident lisait la Bible d'une façon littérale. On pensait que l'homme avait été créé "tel quel", indépendamment des animaux, ayant reçu le don de la vie par le souffle de Dieu. La théorie de l'évolution, arguant que l'homme descend du singe, venait donc attaquer de front cette croyance (aujourd'hui, les sciences disent que l'homme et les singes partagent un ancêtre commun). 

S'emparant de cette théorie, et jouant sur la notion de "hasard" comme seul agent responsable de l'apparition de la vie sur terre, les athées proclament que la vie est naît "toute seule". Ils rejettent l'enseignement de la Bible sur la vie créée par Dieu. Les croyants, troublés par cette idéologie devenue prépondérante au XXème siècle, ont l'impression d'être écartelés entre leur foi - qui dit que la Bible est la Parole de Dieu (donc digne de confiance) - et la science. 

Pour se faire une idée juste sur cette question, il est important de discerner ce qui est propos scientifique de ce qui est du ressort d'une opinion métaphysique comme celle des athées. Il faut bien comprendre aussi ce que veut dire "l'inspiration" de la Bible, et ce que la Bible dit ou ne dit pas.

La science ne peut dire quelle est l'origine fondamentale de la vie et des êtres vivants. Elle essaye seulement de comprendre les mécanismes visibles et descriptibles qui permettent aux espèces de se développer. La Bible, quant à elle, ne renferme aucune description du «comment» les êtres vivants ont été faits. Ce n'est pas un livre scientifique, mais théologique. Lorsqu'il est dit que l'homme fut formé à partir de «la terre», il s’agit d’une formule générale et allusive qui peut vouloir dire bien des choses (par exemple, que l’homme est constitué d’éléments qu’on retrouve dans la terre). La Bible met l’accent non pas sur le «comment» mais sur le «qui». Elle nous place devant Celui à qui on doit toute vie : Dieu.

A partir de la théorie évolutionniste, on n'a donc aucun droit de rejeter l'inspiration de la Bible, puisqu'il s'agit d'une opinion sur une doctrine religieuse : cela n'a rien à voir avec la science. Il n’y a en réalité aucune incompatibilité entre la science et la foi. Lorsque la Bible parle d’un premier homme et d’une première femme, la science le fait aussi puisqu’il faut bien qu’il y ait un «ancêtre» à l’espèce humaine. Simplement, la science place cet ancêtre dans une lignée qui inclue les grands singes. Et il n’y a là rien qui puisse porter atteinte à la foi. Il y a par contre incompatibilité entre l’opinion athée qui nie l’existence de Dieu comme Créateur et l’opinion croyante. 

Dire que la Bible est inspirée ne signifie pas qu’il faille nécessairement l’interpréter à la lettre. Il existe des règles d’interprétation très bien établies, qui identifient si le langage est allégorique, poétique ou descriptif, et qui précisent la période de rédaction, l’intention de l’auteur, les coutumes de narration, etc. En ce qui concerne le livre de la Genèse, il existe de nombreuses interprétations possibles, qui ne s’excluent pas l’une l’autre, mais qui sont plutôt comme autant d’éclairages sous des angles différents. Chacune pointe sur un aspect particulier du récit. L’ensemble montre combien le texte biblique est beau, incroyablement bien conçu et extraordinairement riche.

Mais bien malin serait celui qui pourrait affirmer à 100% «comment» Dieu a créé les animaux ou l’homme. Dieu est au dessus de tout. Il a très bien pu faire l’homme «d’un coup», que ce soit à partir d’un singe ou à partir de rien. Il est Dieu. Il a pu aussi décider de suivre les lois qu’il a lui-même faites et choisir le moyen d’une transformation progressive. En quoi cela importe ? Dans les deux cas, c’est la foi qui me fait dire que c’est Dieu qui me donne la vie et que c’est lui qui a fait le monde et ses lois. Sur le «comment», on ne pourra jamais connaître la vérité. Dieu ne nous l’a pas révélée car là n’est pas l’important pour notre vie de tous les jours. 

En conclusion, si vous êtes non-croyants, ne vous fiez pas au discours des athées qui prétendent prouver par la science que Dieu n’existe pas et que la Bible n’est pas inspirée. Si vous êtes croyants, ne soyez pas non plus troublés par les critiques envers la Bible : Dieu n’a pas jugé bon de se défendre parce qu’il est au-dessus de tout ça. Alors ayez confiance en lui et concentrez-vous sur le vrai message de la Bible, qui lui est clair : l'homme n'est pas le fruit du hasard, mais c’est une créature faite pour être en relation avec Celui qui l'a faite et qui est sa source de Vie et d’Amour.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13189
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu existe t il ?

Message  Arlitto le Mar 1 Mar - 16:59

Dieu nous a créés par amour 
par Erwan Cloarec, pasteur 

La Bible, lettre de Dieu pour nous, révèle la hauteur et la profondeur de l’amour de Dieu. Elle nous dit même en une courte formule que tout son être est fait d’amour :« Dieu est amour » (1ère épître de l’apôtre Jean ch.4 v.16). 

Se suffisant pourtant à lui-même de toute éternité, Dieu a choisi d’investir son amour dans un être extérieur à lui-même. Il a voulu par amour et amitié se choisir un vis à vis de chair et de sang, un compagnon avec qui partager et communier, une descendance à aimer, avec qui parler.

Et oui…quel profond mystère ! Tu es le fils, la fille que Dieu s’est choisi(e) par amour. Le premier livre de la Bible, la genèse, nous précise que l’homme a été créé à l’image de Dieu, selon sa ressemblance. Dieu n’a pas créé un objet, un pantin complètement étranger à lui-même mais il s’est investi dans cette création au point d’incarner une part de lui-même en elle. Le psalmiste (un psalmiste est un auteur de psaumes, l’équivalent de nos chansons actuelles) nous révèle que l’homme a été fait de peu inférieur à Dieu. Réalisons que nous portons, malgré le mal qui nous affecte, l’empreinte de Dieu. Il a mis en nous son souffle, son esprit, nous a rendus capable de penser, de ressentir, de créer, d’entrer en relation et d’aimer. 

C’est cette origine et cette divine ressemblance qui fonde notre valeur, notre dignité. Dieu nous a créés aussi uniques. Tu as donc de la valeur ! Tu es précieux(se) pour Dieu. Il t’aime toi, pour qui tu es et ta vie vaut donc le coup d’être vécue. Tu as à découvrir cet amour de Dieu pour toi, et tu n’as pas fini d’en explorer les différentes facettes ! 

Le récit biblique poursuit en évoquant l’émergence du mal en l’homme -le péché- et la rupture avec Dieu pour conséquence. Il précise que Dieu est tellement étranger au mal (c’est ce que veut dire le mot “saint”) que ses yeux purs ne peuvent soutenir la vue du mal. C’est pourquoi nous sommes coupés de la présence de Dieu. Cependant, Dieu n’a pas renoncé à son amour pour nous. Il veut restaurer la relation qu’il voulait entretenir avec toi. Il a choisi pour cela de venir à ta rencontre, en Jésus-Christ, sur terre. Jésus a offert sa vie sur la croix pour porter tes fautes, afin que tu puisses retrouver une relation d’amour avec Dieu, dans la réconciliation. 

Ne désires-tu pas expérimenter l’amour de Dieu pour toi, sentir que la vie vaut le coup d’être vécue parce que tu es aimé(e) profondément ? Dis alors à Dieu ton désir d’entrer en relation avec lui, de l’aimer en retour, de te confier en lui et d’apprendre à le connaître. 
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13189
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu existe t il ?

Message  Arlitto le Mar 1 Mar - 16:59

Dieu peut-il être créateur du monde ? 
par T.G., aumônier 


On entend parfois des phrases comme celle-ci : « je ne peux pas croire en un Dieu qui aurait créé le monde à partir de rien. On sait très bien que derrière les événements il y a forcément une explication scientifique». Est-il donc si déraisonnable ou si naïf de croire en un Dieu créateur, à l’origine du monde ?



Si l’on trouvait une montre dans la nature, dans un endroit isolé, dirait-on que ce sont uniquement le hasard et les éléments naturels qui ont créé cette complexité conçue pour accomplir quelque chose ? Non. Alors pourquoi, devant une abeille qui sait ce qu’elle a à faire, ou devant le fonctionnement incroyablement compliqué mais si équilibré de notre corps, serait-il inconcevable de penser qu’une intelligence est à l’origine de ces merveilles ? Les cellules embryonnaires ne sont-elles pas programmées pour se diviser et se différencier selon un ordre établi, à des temps déterminés, pour que des organes perfectionnés constituent ensemble un organisme pensant ? N’est-ce pas incroyable ? 



Charles Darwin lui-même a écrit dans son livre l’origine des espèces : «il semble absurde au possible ... de supposer que la sélection naturelle ait pu former l’oeil avec toutes les inimitables dispositions qui permettent d’ajuster le foyer à diverses distances, d’admettre une quantité variable de lumière et de corriger les aberrations sphériques et chromatiques». Ne faut-il pas plus de foi pour croire au hasard, comme seul responsable de l’harmonie extraordinaire du monde, que pour croire en une intelligence supérieure à nous, créatrice du langage et des lois de la nature ? 



On a tendance à penser que nous pouvons tout expliquer par la science, c’est-à-dire que l’univers est explicable par la seule raison humaine. Mais nous faisons partie de l'univers, nous sommes sous ses lois. Nous ne pouvons pas nous en extraire pour en déceller les fonctionnements ultimes, encore moins les causes. A l’inverse, dire que Dieu n’a pas pu créer le monde, c’est le ramener à l’échelle d’un être humain. Or par définition, Dieu nous dépasse ; il est infiniment au-dessus de nous ; il n’est pas comme nous : 

«Il y a autant de distance entre ma façon d'agir et la vôtre, entre ce que je pense et ce que vous pensez, qu'entre le ciel et la terre» nous dit Dieu, par l’intermédiaire du prophète Esaïe (ch.55 v. 9). 

Si Dieu est Dieu, c’est alors lui qui a fait les lois de la nature. Il est au-dessus de ses propres lois, par définition, un peu comme un informaticien est "au-dessus" du programme qu’il élabore. Qu’est-ce qui empêcherait alors Dieu de créer des êtres vivants, ou d'établir des paramètres pour qu'ils évoluent, comme un informaticien peut introduire de nouvelles lignes dans son propre programme ?

Le problème n’est donc pas : «est-ce que Dieu, s'il existe, a pu créer le monde», il est : «pourquoi ai-je une conception réductrice de Dieu ?». Notre culture cartésienne nous rend malheureusement incrédules et nous empêche de découvrir que Dieu est bien plutôt cet être magnifique de sagesse et de bonté qui ne voudrait qu’une chose : que nous puissions entrer en relation avec lui pour trouver enfin ce que le hasard ne pourra jamais nous apporter : le sens de notre vie.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13189
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu existe t il ?

Message  Arlitto le Mar 1 Mar - 17:00

Si Dieu existe, pourquoi le mal, la souffrance ? 

Pour certains, le mot « Dieu » est source de colère, de blocage, au regard de la souffrance qu'ils traversent. 
Pour d'autres, Dieu ne nous impose pas le malheur.  

Ils expérimentent que Dieu veut nous accompagner, être avec nous dans ce que nous vivons. Ressentir la compassion de Dieu est alors une expérience très forte qui peut bouleverser nos vies et nous amener à toucher la joie au milieu même de la souffrance...

Dieu est-il tout puissant et bon ?  
par T.G., aumônier  

«Dieu, pourquoi ?». Ce cri, cette incompréhension, tout le monde les a prononcés un jour. 
Si Dieu est tout-puissant, ne peut-il faire en sorte que les malheurs n’arrivent pas, par exemple protéger les justes et les innocents des méchants ? S’il est si bon, comment peut-il laisser faire le mal et supporter de voir autant de souffrances ?



Ces questions sont posées dans la Bible. Celle-ci ne présente pas un Dieu lointain et absent. Elle n'a pas non plus pour seul message la promesse d'un au-delà sans souffrance, nous laissant seuls sur la terre en attendant. Elle nous dit au contraire que Dieu n'est pas indifférent à ce qui nous arrive. Elle nous révèle même que Dieu a déjà répondu à notre cri, dans son amour. Mais sa réponse n’est pas celle que nous attendions. 

Nous voulons d’un Dieu qui manifeste sa force, d’un Dieu-Justice qui se lève et intervient comme un Zorro ou un Robin des Bois. Car ce que nous voulons, c’est bien vivre sur la terre, heureux et sans soucis. Dieu aussi veut nous bénir. Il souhaite ardemment que nous puissions recevoir son amour et le manifester entre nous. Mais un élément empêche Dieu d'intervenir comme nous le voudrions, une chose que nous nous escrimons à ignorer, mais que lui voit très bien. Cet élément l'a amené à faire pour nous quelque chose de plus extraordinaire encore que ce que nous pouvions espérer.

Qu’est-ce qui est cause de nos souffrances ? Pourquoi y a t-il injustices, vols, blessures, meurtres etc. ? Dieu, dans sa sagesse, nous pose la question. Ne vaut-il pas mieux soigner le mal à la racine, plutôt que de mettre un pansement sur une plaie infectée ? Si la police trouvait le moyen de changer les dealers et autres proxénètes en honnêtes personnes, s’escrimerait-elle à les pourchasser sans fin ? Ainsi, Dieu a identifié la cause première de nos souffrances : le principe du mal, qui est malheureusement en chacun de nous. Ce mal est la source de nos disputes, de nos égoïsmes, de nos fautes. C'est aussi lui qui cause nos maladies et la mort. Le bonheur sur terre est une douce utopie tant que le mal reste présent en nous...

Nous faisons tout pour l'oublier, mais nous sommes tous affectés et touchés par ce mal, atteints par une sorte de cancer qui nous ronge de l’intérieur à tous niveaux : moral, psychique et physique. Nous voulons que Dieu supprime le mal de la terre, mais nous ne discernons pas que ce mal colle à notre peau. Nous n’avons aucun pouvoir pour l’extraire de nous et il nous domine. Alors qu'a fait Dieu pour nous secourir de nous-mêmes et nous délivrer de cette situation d'impasse ? Son amour incroyable l’a amené à se faire homme comme nous, pour prendre sur lui le mal qui nous gâche la vie, afin de nous en délivrer. En Jésus, Dieu est venu sauver ce qui était perdu (1), guérir ceux qui ressentent le besoin d’un médecin de l’âme et pas seulement du corps (2). Il est venu sauver notre monde de toutes ses crises, en venant nous sauver chacun d'entre nous en particulier. N’est-ce pas merveilleux ?

Dieu ne nous dévoile pas l'origine fondamentale du mal, mais s'offre lui-même comme réponse à nos problèmes. Tout le mal qui m’est fait, mais aussi tout le mal que j’ai pu faire, sont tombés sur Jésus et il en est mort à ma place : "Ce sont nos souffrances qu'il a portées ; c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé… Il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités… Il s'est livré lui-même à la mort parce qu'il a porté les péchés de beaucoup d'hommes et qu'il a intercédé pour les coupables" (3). Par amour il est venu se sacrifier. Par sa toute-puissance, Dieu l'a ressuscité. Jésus est vivant, ayant vaincu le mal et la mort. Il nous ouvre un nouveau chemin de vie, fait de pardon et de joie, il nous donne le moyen de dépasser la douleur et de la transformer en paix pour le monde ! 

Parce qu'il s'est identifié à ma condition, Jésus sait ce que j'endure, connaît la profondeur de ma douleur. Dieu, si infini, s'est un jour fait homme, avec toutes les limites et les faiblesses que cela comporte, pour pouvoir m’apporter une pleine compréhension, une empathie, une compassion à nulle autre pareille. Le divin médecin a non seulement traité le mal à la racine, mais en plus il m’apporte le soutien aimant et la consolation dont j’ai besoin pendant la traversée de ma souffrance. Quel amour !

"Bien-heureux ceux qui pleurent car ils seront consolés ; Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés" dit Jésus (4). Ceux qui acceptent de pleurer, de dire à Dieu leur incompréhension et leur douleur face au mal, en désirant Sa présence, découvrent Sa consolation. Dieu nous promet qu'il y aura, après la mort, un au-delà dépourvu de la présence du mal, pour ceux qui lui auront donné leur vie. Cette assurance est un grand réconfort, pour quiconque passe par des moments difficiles. L'espoir fait vivre, dit-on. Dieu donne à ceux qui viennent à lui plus qu'un espoir : une conviction qui apporte une joie et une paix profonde au sein de la tempête. 

1) Evangile de Jean ch.3 v.16-17 - 2) Evangile de Matthieu ch.9 v.12 - 3) Livre du prophète Esaïe, ch. 53 - 4) Evangile de Matthieu ch.5 v.4-6


Le mal : d'où vient-il ? Pourquoi est-il partout ?  
par T.G., aumônier  

Qu'est-ce que le mal ?

Question difficile. Le terme revêt tellement de sens (mal physique, moral...), ou plus exactement nous l'appelons tellement différemment selon les cultures, les époques, les idéologies. En Inde, on ne parle pas de mal mais de souffrance et l'on dit qu'elle fait partie intégrante du monde. On ne peut rien y faire, rien y changer. Misère, famine, maladies et inégalités perdurent depuis des siècles parce que la croyance fige littéralement les esprits et les volontés. Toujours en Orient, un autre courant prône l'équilibre entre les énergies, dans un monde d'illusions. Le mal, ou plutôt l'énergie négative, doit être canalisée et transformée en énergie positive. Il faut apprendre à ne pas se laisser perturber par les souffrances. Cette attitude donne une certaine sérénité, très en vogue chez les occidentaux, mais est totalement centrée sur soi : écoute de l'autre, compassion, soins, dons, ne sont pas des caractéristiques de vie recherchées. 


En Occident, l'on nous dit qu'il faut y voir des problèmes, et que ceux-ci sont d'origine sociale, ou politique, ou économique. Le terrorisme ? C'est la faute à l'injustice nord-sud. À voir. Tous les habitants des pays peu développés ne sont pas des terroristes. La violence dans les écoles ? La faute à la télé, aux jeux vidéos ? Sûrement, mais pas seulement. La souffrance, la maladie ? Patientez : la science et la médecine vont définitivement nous en débarrasser sous peu. Le jour vient, où, grâce au progrès et à son intelligence, l'homme offrira le bonheur à tous ! En réalité, chez nous, personne n'ose appeler un chat un chat : la cupidité ou l'orgueil, la haine ou la lâcheté, le vol ou le mensonge, les disputes ou l'exclusion... pourquoi ne pas appeler cela le mal, tout simplement ?

Le mal,   c'est-à-dire, non pas ce qui me gêne ou empêche mon épanouissement, contrecarre ma volonté, mais ce qui porte atteinte à l'autre, à son bien-être, à sa liberté, à sa dignité. Ce mal qui est aussi ne pas venir en aide à l'autre, ne pas l'accepter, ne pas lui faire du bien quand on en a la capacité. Car ne pas faire le bien quand on le peut, c'est aussi faire le mal, nous dit l'apôtre Jacques . "Le mal c'est porter atteinte à l'humanité. Il est en nous chaque fois que nous nous préférons à tout le reste" dit le philosophe André Comte-Sponville. C'est exactement la définition du mal que donne la Bible : « vous savez que les chefs des nations les tyrannisent et que les grands les asservissent. Il n'en sera pas de même au milieu de vous. Quiconque veut être grand parmi vous, qu'il soit votre serviteur... c'est ainsi que le Fils de l'homme (Jésus) est venu, non pour être servi, mais pour servir ». « Ayez le mal en horreur, attachez vous fortement au bien... soyez plein d'affection les uns envers les autres... exercez l'hospitalité... bénissez ceux qui vous persécutent... réjouissez vous avec ceux qui se réjouissent ; pleurez avec ceux qui pleurent... n'aspirez pas à ce qui est élevé... » .
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13189
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu existe t il ?

Message  Arlitto le Mar 1 Mar - 17:01

L'enseignement de Jésus sur la souffrance  
par T.G., aumônier  

Toute la vie de Jésus est un enseignement pour nous, car il a fait de sa vie un modèle de vie pour nous. Le Christ avait une relation unique avec Dieu. Ce dernier lui avait manifesté tout son amour et s’était même exprimé publiquement tellement son coeur débordait de passion pour lui. Une voix audible a en effet été entendue par la foule présente au baptême de Jésus : "Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles: -Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection." 

Pourtant, Dieu n’a pas épargné à Jésus d'être trahi, humilié, battu, méprisé, fouetté jusqu'au sang. Il l'a laissé mourir sur une croix. Jésus n'a cependant jamais pensé que Dieu ne l'aimait plus. Alors que le Christ se laisse arrêter, il dit à un de ses disciples qui voulait le défendre : "Penses-tu que je ne puisse pas invoquer mon Père, qui me donnerait à l'instant plus de douze légions d'anges ? Comment donc s'accompliraient les Écritures, d'après lesquelles il doit en être ainsi ?". 

Jésus acceptait l’épreuve, aussi horrible soit-elle, car il comprenait le sens des événements, contrairement à nous. Il savait que Dieu avait un plan derrière. Ce plan n’était pas d’abandonner Jésus, mais de le faire triompher de la mort, pour nous ouvrir le chemin de la vie éternelle. C’est pourquoi Jésus acceptait ce sacrifice extrêmement coûteux. Il nous montre par là que le Dieu Tout-Puissant, qui pourrait, c'est vrai, résoudre bien des situations en un instant, a décidé de s'abaisser temporairement devant les hommes, afin de leur révéler son amour. Car Dieu était en Jésus. 

Le mal ne se combat pas par la violence ni le courroux. Le mal est terrassé par l’amour. N’est-ce pas ainsi que Gandhi, Mandela, Martin Luther King ou Aung San Suu Kyi ont triomphé de la méchanceté et de l’ignominie ? S'humiliant jusqu'à être victime lui-même du mal qu'il y a en l'homme, Dieu a choisi de ne pas condamner de ne pas juger l’humanité mauvaise, afin de nous offrir un espoir de changement au sein même de notre misère. Le grand Dieu, infini, est venu nous rejoindre dans notre faiblesse, dans nos souffrances, pour nous dire toute sa compassion. Chez lui, ce n’est pas un vain mot. Quel aide, quel réconfort peut bien amener quelqu’un qui ne sait pas ce qu’est la souffrance ? Dieu nous montre son amour en ce que lui, qui nous est supérieur en tout, s’est rendu souffrant comme nous, en Jésus. 

Celui/celle qui se confie en Dieu trouve alors cet amour débordant, qui l’accueille les bras ouverts. C’est un amour qui nous sauve et qui ne nous condamne pas. Il nous ouvre la porte de la rédemption, du pardon, de la transformation. Dieu prend ma peine lorsque je la lui partage. Il me délivre du trop plein de mes émotions. Il me soulage et me réconforte. Il me fait voir les choses différemment, me fait grandir intérieurement et me montre la lumière au bout du tunnel. 

Ainsi, l’exemple de Jésus, son enseignement radical du don de soi, est la réponse dont j’ai vraiment besoin pour surmonter les épreuves de ma vie. Aujourd’hui, Jésus vous appelle aussi : voulez-vous le suivre sur ce chemin pas toujours facile mais plein de la présence de Dieu ? Voulez-vous confier votre vie à Jésus pour qu’il devienne votre ami et votre guide ? 


(1) Evangile de Matthieu ch.3 v.17 - (2) Evangile de Matthieu ch.26 v.53


Faire face à la souffrance  
par T.G., aumônier  

Il est possible de dépasser sa souffrance. Cela ne diminuera pas son intensité, mais de notre attitude face à elle, pourront venir notre "délivrance" et notre croissance intérieure. Mal y répondre aura l'effet inverse : affaiblissement de notre être et amoindrissement de la beauté de notre caractère. Non pas que la souffrance soit une vertu en elle-même. Une telle conception cache un certain masochisme mystique. Mais nous pouvons choisir de bien réagir par rapport à la douleur, afin de grandir, de connaître, d'apprendre, de progresser. Du mal peut sortir le bien. 

Comment ? Premièrement en prenant le temps de réfléchir et d'analyser ce qui se passe en nous. Être conscient de ce qui se joue en moi, de mes peurs, de mes frustrations : la souffrance peut-être propice à une intériorité salutaire, derrière les ténèbres peut percer une lumière.

Quelques fois, d'heureux changements de vie sont déclenchés par une épreuve terrible : comme pour ce jeune maghrébin d'un quartier difficile, emmuré dans sa délinquance, inconscient de sa situation, incapable de penser à se sortir de là. Maintenant, c'est un musicien doué, impliqué dans des groupes de la ville et dans une radio. Il a un métier qui le passionne, un avenir ouvert devant lui. Comment a-t-il opéré la métamorphose ? "Grâce", dit-il, "à l'accident" qui lui est arrivé. Il est en effet devenu aveugle, suite à une explosion qu'il avait provoquée. Il aurait pu s'enfoncer encore plus dans les ténèbres. Il en a fait un tremplin pour changer de vie. Bel exemple ! Beau courage ! 

Les événements tragiques nous remettent en question, ébranlent nos idées reçues, disloquent les illusions ou les croyances erronées sur lesquelles reposent parfois nos vies. Et si une partie de mon mal était en vérité une atteinte à mon orgueil, à mon égoïsme ? Pour celui ou celle qui ose regarder la réalité en face et se remettre en question, le "déshonneur" peut devenir une chance. Quel épanouissement ce sera alors ! Quel bienfait pour lui (ou elle) et pour son entourage ! Ainsi, des menaces (et seulement des menaces) de divorce obligent-elles bon nombre de maris à revoir sérieusement leur comportement vis-à-vis de leurs proches. Pour celui qui souffre mais qui sait ouvrir les yeux sur lui-même, c'est un nouveau départ dans la vie, qui peut suivre. 



Enfin, parler de sa plaie à quelqu'un d'autre est également nécessaire : lire, écouter, rechercher les conseils sages, dans une volonté d'échange et de partage. Dans la douleur, les gens se rapprochent les uns des autres. C'est une des conséquences bienheureuses de la souffrance. Celle-ci nous renvoie à notre humanité fragile et vulnérable. Nous (re)découvrons que nous avons besoin les uns des autres. 

Nous comprenons mieux celui-là qui nous énervait auparavant, quand nous savons et expérimentons ce par quoi il est passé.

Nous devenons plus humain, c'est-à-dire plus transparent, moins arrogant, plus abordable. Des masques tombent ; notre personnalité s'enrichit de compassion, c'est-à-dire d'un nouveau regard sur les autres, d'un nouveau désir d'aller vers l'autre. Notre égoïsme premier s'efface. La souffrance nous amène des amis. Et si c'était l'occasion d'apprendre un nouveau style de vie ? Pourquoi ne vivre cette proximité, ces relations retrouvées, qu'au travers de situations déplaisantes ? La souffrance nous interpelle sur notre humanité : nous sommes faillibles, en fin de compte et l'existence est bien vite passée. Pour quoi, pour qui vivre ? La souffrance remet les «pendules à l’heure», nous montre ce qui compte vraiment dans la vie. Est-ce le bien-être matériel, ou ne serait-ce pas plutôt l’amour ? Oui, seul l’amour donne un sens à l’existence. 

C’est pourquoi traverser la souffrance peut-être aussi l'occasion d'une rencontre avec Celui qui est la source de tout amour : Dieu. Car Dieu a le remède à notre souffrance : c'est un remède qu'il est venu nous apporter en Jésus-Christ, à portée de tous. Grâce à Lui, les peines se changent en allégresse. La vie prend une autre dimension. Des forces nouvelles nous sont dispensées. Avez-vous fait cette rencontre ? Pensez-y et agissez : ça change la vie !
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13189
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu existe t il ?

Message  Arlitto le Mar 1 Mar - 17:01

Dieu répond-il aux prières? 
par Marilyn Adamson 

La prière : une bouteille à la mer ?

Lorsque j'étais non-croyante, une de mes amies me parlait toutes les semaines de choses précises dans sa vie pour lesquelles elle priait Dieu pour qu'il l'aide. Et chaque semaine, je voyais que quelque chose d'inhabituel se passait pour elle, en réponse à ses demandes. Je ne pouvais croire que ce soit vrai. Mais comme c'était réel, là, sous mes yeux, au bout d'un certain temps il m'a été difficile de dire que c'était le hasard. 

Alors ma question a été : pourquoi Dieu répond-il aux prières de mon amie ? Celle-ci m'a dit que c'était parce qu'elle vivait une relation avec Dieu : elle voulait le suivre et écoutait vraiment ce qu'il disait. En d'autres termes, elle laissait Dieu diriger sa vie et elle l'entendait lui dire ce qu'il fallait faire. Elle disait que Dieu souhaitait qu'elle lui fasse confiance et qu'il lui parlait au travers de la Bible.

Ça m'a fait réfléchir. J'ai réalisé que si Dieu ne répond pas la plupart du temps à nos prières, c’est parce que, comme moi à l'époque, beaucoup de gens ne vivent pas une relation avec lui. Certaines personnes savent que Dieu existe mais ne l'ont pas vraiment accueilli dans leur vie de tous les jours. D'autres font leur vie sans lui. Comment faire pour s'adresser à quelqu'un et comment pouvoir l'entendre quand, en temps normal, on n'a pas l'habitude de converser avec lui ?

J'ai pris conscience qu'il y avait un vide entre moi et Dieu, une séparation que je ne savais pas résorber. Je me rendais compte aussi de mes manquements, avec cette conscience que Dieu s'en rendait aussi compte, forcément. Alors j'ai compris que c'était ces manquements qui faisaient obstacle entre moi et Dieu.

Le prophète Esaïe dit : « Pensez-vous que le Seigneur n'ait pas le bras assez long pour vous sauver ? Ou qu'il ait l'oreille trop dure pour vous entendre ? En réalité ce sont vos fautes qui dressent une barrière entre vous et votre Dieu... » (ch. 59 v.1-2). Nos fautes sont comme des nuages de pollution qui nous masqueraient le soleil, Dieu. C'est une image, bien sûr, mais il en est ainsi spirituellement. Personne d'entre nous n'est parfait, alors que Dieu, par nature, n'a aucun mal en lui. Il est donc normal de ressentir cette séparation d'avec lui. Nos prières sont des bouteilles à la mer que nous lançons, des fois que quelqu'un entende. Mon amie, elle, adressait une demande à une personne vivante, réelle, dont elle ressentait la présence. C'était un vrai dialogue, un face à face. 



Pour commencer à prier : expérimenter une relation personnelle avec Dieu



Jésus a dit ceci : « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, vous l'obtiendrez. » (Évangile de Jean ch.15 verset 7). Dieu veut répondre à nos prières : c'est son désir et sa promesse ! Il ne nous laisse pas loin de lui, mais nous offre le moyen de nous approcher de lui, le moyen pour que nos fautes soient effacées devant lui, pour que nos prières soient entendues : par le pardon qu'il a accompli en Jésus-Christ, nous pouvons nous approcher de lui. C'est le fondement de notre relation avec Dieu. 
Découvrir Dieu grâce à Jésus fait l'objet d'articles dans le dossier : expérimenter l'amour et la présence de Dieu. Est-ce que tu connais Dieu ? Si tu veux savoir comment y arriver, parcours ce dossier. 



La souffrance a-t-elle un sens ? 
par T.G., aumônier 


La souffrance peut-elle être expliquée ? Nous avons tous - et c'est normal - le désir d'interpréter, d'expliciter les choses, c'est-à-dire d'établir des relations causales, des liens, afin de donner un sens aux événements. Les situations deviennent ainsi moins illogiques ; elles entrent dans un tissu de continuité. La souffrance, elle, est vécue comme absurde, comme une rupture, une incohérence dans la logique de notre conception du monde. Dans son essence nous la percevons comme injuste. 

Dans une certaine mesure, cela est vraie pour la plupart des souffrances. Quand la douleur, le stress, la maladie sont indicateurs d'une anomalie modifiable, nous avons tout à gagner à en chercher la cause, afin de la traiter. Le fatalisme, qui consiste à accepter toute situation difficile sans rien dire, est de l'auto-annihilation. La souffrance n'a rien de bon en elle-même. Une telle conception cache un certain masochisme mystique. Mais nous pouvons choisir de bien réagir par rapport à la douleur, afin de changer les choses, et ainsi grandir, connaître, apprendre, progresser. Du mal peut sortir le bien. C’est un des messages fondamentaux de la Bible.

Toutefois, s'il est juste de se poser un minimum de questions, nous ne pouvons pas chercher des raisons à toutes les souffrances, sous peine de risquer de tenir des propos inacceptables. Ainsi, il faut évacuer de notre pensée que la souffrance est systématiquement punition de Dieu (ou des dieux). Vouloir expliquer la douleur immense de l'holocauste, de la torture, ou provoquée par une catastrophe climatique ou tellurique, risque de nous faire penser et dire n'importe quoi. Nous risquons d'avoir des propos vexatoires, humiliants, injustes ou discriminatoires. Le mal est : c’est un fait, une constatation, aussi horrible soit-elle.

La douleur ne doit pas être non plus trop expliquée, trop rationalisée, sinon elle n'aurait plus de raison d'être entendue ni exprimée. Elle deviendrait partie intégrante des choses normales de la vie, au lieu d'être un signal d’alarme. 

Ce dont nous avons besoin face à la souffrance, c’est de compassion, d’écoute, d’empathie, de compréhension. Car c’est la relation, c’est l’amour qui donne un sens à la vie, qui procure espoir et forces. Saviez-vous à ce propos, que la Bible ne nous donne pas l’explication fondamentale du mal (sauf pour le mal causé par l’homme envers l’homme). Mais elle nous propose le remède, ce dont nous avons finalement besoin : l’amour et la compassion de Dieu, venu jusqu’à nous en Jésus pour porter avec nous nos misères, et ainsi nous en délivrer.
avatar
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 13189
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu existe t il ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum