Le Deal du moment :
TCL TDS-6110 – Barre de son Home Cinéma ...
Voir le deal
69.99 €
Le deal à ne pas rater :
Soldes ASOS : -15% supplémentaires sur les articles démarqués ...
Voir le deal

Le Baptême Anabaptistes, rebaptiseurs

Aller en bas

Le Baptême Anabaptistes, rebaptiseurs Empty Le Baptême Anabaptistes, rebaptiseurs

Message  Arlitto Lun 7 Mar - 16:16

Anabaptistes, rebaptiseurs

Anabaptistes, ou rebaptiseurs, étaient membres d'une variété du 16 - siècle, des groupes religieux qui ont rejeté le baptême des enfants. Comme ils croyaient que ce n'est qu'après un adulte est venu à la foi dans le Christ doit-il être baptisé, ils ont enseigné que les convertis qui avaient été baptisés dans la petite enfance doit être rebaptisé. 

Anabaptistes tenue de l'église à la congrégation de vrais saints qui devrait se séparer du monde pécheur. Leur théologie était très eschatologique, et ils ont fait valoir directement inspirée par l'Esprit Saint. Les anabaptistes refusaient de prêter serment, contre la peine capitale, et a rejeté le service militaire. Leurs croyances faisait paraître subversive et la persécution provoquée. Bon nombre des réformateurs eux avertissement, les considérant comme fondamentalement opposés aux idées de la Réforme. 

A Zurich, Conrad Grebel effectué le baptême des adultes premier janvier 21, 1525, quand il rebaptisé Georg Blaurock dans la maison de Félix Manz. propagation anabaptisme au sud-ouest l'Allemagne, l'Autriche, la Moravie, le long du Danube et le Rhin aux Pays-Bas. Numbering moins de 1 pour cent de la population, les anabaptistes ont été pour la plupart, d'origine sociale modeste. Parmi leurs dirigeants ont été Balthasar Hubmaier, Hans Denk, Jacob Hutter et Hans Hut. 
En 1534, les anabaptistes militant, radical inspiré par Melchior Hofmann, a pris le contrôle de la ville de Munster. Dirigée par Bernt Knipperdolling, Jan Mathijs, et Jan Beuckelson, mieux connu comme Jean de Leyde (c. 1509 - 36), ils chassèrent tous les protestants et les catholiques romains. John mis en place une théocratie, devint roi, et mis en place et de propriété communale polygamie. Après un mois de siège 16, l'évêque de Munster repris la ville et exécutés les rebelles. Menno Simons, un Néerlandais, a rétabli la réputation des anabaptistes à travers son leadership inspiré et modérée. Ses partisans ont survécu et sont connus comme les mennonites. Les huttérites sont les descendants du groupe dirigé par Hutter. 

Spitz Lewis W 

Bibliographie 
Clasen CP, l'anabaptisme: A Social History, 1525 - 1618 (1972); Estep W, The Story anabaptistes (1975); Hershberger GF, éd., La récupération de la vision anabaptiste (1957); Littell FH, origines du protestantisme sectaire ( 1964); GH Williams, La Réforme radicale (1962); Williams GH et A Mergal, eds., spirituel et écrivains anabaptistes (1957). 

Les anabaptistes nom, étymologiquement applicables, et parfois appliquées aux confessions chrétiennes que la pratique re-baptême est, dans l'usage historique générale, limitée à ceux qui, niant la validité du baptême des enfants, est devenue importante au cours du grand mouvement de réforme du seizième siècle. La désignation a été généralement rejetée par ceux à qui elle a été appliquée, que la discussion ne se trouve pas dans la question de savoir si le baptême peut être répétée, mais autour de la question de savoir si le premier baptême était valide. Les principes distinctifs sur lesquels anabaptistes généralement admis sont les suivants: 

Elles visent à restaurer ce qu'ils prétendaient avoir été le christianisme primitif. Cette restauration inclus le rejet des serments et la peine capitale et l'abstention de l'exercice de la magistrature. 

Dans une manière plus cohérente que la plupart des réformateurs protestants, ils ont maintenu la suprématie absolue et de la suffisance de la seule Écriture canonique en tant que norme de la foi. Cependant, l'inspiration privée et le sentiment religieux a joué un rôle important d'entre eux. 

Baptême des enfants et de la doctrine luthérienne de la justification par la foi seule a été rejeté comme sans justification scripturaire. 

Le nouveau royaume de Dieu, dont ils se proposait de fonder, devait être la reconstruction, sur une base entièrement différente, à la fois ecclésiastique et la société civile. Le communisme, y compris pour certains d'entre eux la communauté des femmes, devait être le principe sous-jacent du nouvel État. 

II. ORIGINE ET HISTOIRE 

La question de la validité du baptême apparaît dans deux grandes phases dans l'histoire ecclésiastique. La première controverse fait rage à une date rapprochée (et quatrième siècles tiers) et considéré le ministre du sacrement (baptême conféré par les hérétiques). Il a été à une date ultérieure beaucoup plus que la deuxième discussion origine, dans lequel le sujet du baptême des enfants a été le point controversé. Dans le XIe et XIIe la pétrobrusiens rejeté le baptême des enfants et eux-mêmes et de nombreux hérétiques médiévaux ultérieurs (Henriciens, les Vaudois, les Albigeois, et les Frères Bohèmes) vues tenue ressemblant à certains égards, les principes de la anabaptistes. Il est, toutefois, peu ou pas de lien historique entre les anabaptistes et les sectes plus tôt. de principes de Luther et des exemples exercé plus d'influence sur le nouveau mouvement. Privé interprétation de l'Écriture, cependant, et de l'enseignement vers l'intérieur par le Saint-Esprit pourrait être réclamé par toute personne physique, et a logiquement conduit à l'anabaptiste points de vue extrêmes. 

(A anabaptisme) en Saxe et en Thuringe (1521-25) 

Nicolas Storch, un tisserand († 1525) et Thomas Münzer, un prédicateur luthérien (c. 1490-1525), ainsi que les autres soi-disant "prophètes de Zwickau" fait à la Réforme, le premier attentat contre le baptême des enfants. Les doctrines de l'égalité absolue de tous les hommes et la communauté complète des produits et les perturbations résultant bientôt se retrouver en conflit avec les autorités civiles de Zwickau. Storch, avant que des mesures répressives ont été prises contre lui, à gauche avec deux associés pour Wittenberg (1521), où il continua ses prédications. Carlstadt fut bientôt acquise à la cause. L'agitation combiné de Carlstadt Storch et à Wittenberg, et iconoclaste procédure de Carlstadt forcé de quitter le Luther Wartburg et apparaissent sur la scène. Il a prêché contre les nouveaux apôtres avec tant de véhémence qu'ils devaient quitter la ville. Storch jusqu'à sa mort à Munich, voyagé à travers l'Allemagne, la propagation ses doctrines, en particulier en Thuringe (1522-24) où il a été l'un des principaux instigateurs de la guerre des Paysans. Münzer a rejeté le baptême des enfants, en théorie, mais elle a conservé dans la pratique. Il a été expulsé de Zwickau (1521) et se rendit à la Bohême, où il avait peu de succès en tant que propagandiste. En 1525, il est venu comme prédicateur de Alstedt (Saxe électorale) et marié à une ancienne nonne. Il fut bientôt entouré par un grand nombre, a présenté un service religieux en allemand et attaqué Luther, ainsi que l'ordre existant, puis des choses. Son séjour à Mühlhausen (Thuringe), qui a été interrompu par un voyage à travers le sud de l'Allemagne, a également été couronnée de succès. Henry Pfeifer, un moine apostat, qui est devenu son co-ouvrier à Mühlhausen, avait préparé le terrain pour le nouvel évangile. Münzer et Pfeifer devinrent les maîtres absolus de la ville, et la foule des paysans et des bourgeois qui, mécontents des conditions qui prévalent, s'attroupent autour d'eux, pillé et dévasté le pays environnant. Pour apaiser le mouvement insurrectionnel John, l'électeur de Saxe, Philippe, landgrave de Hesse, et Henri, duc de Brunswick, ont uni leurs forces et ont attaqué les paysans, dirigée par Münzer à Frankenhausen (1525). Les insurgés ont été totalement vaincu. Après la bataille Münzer a été découvert à Frankenhausen dans un lit dans lequel il s'était caché, et a été livré au bourreau. Il a reçu les sacrements de l'Église catholique avant sa mort, tandis que son associé Pfeifer, toujours impénitent, a subi la peine de mort (1525). 

(B) le mouvement anabaptiste suisse (1523-25) 

Comme Luther, Zwingli, à l'origine de la Réforme en Suisse, bientôt des concurrents plus radicale. En 1525, certains de ses associés sépare de lui et rebaptême prêché et le communisme. Le parti a trouvé deux leaders capables de John Denk et Balthasar Hubmaier. Ses suivants, recrutés en particulier de la classe ouvrière, est devenu considérable, non seulement en Suisse, mais aussi dans le sud de l'Allemagne et l'Autriche. Augsbourg, Nuremberg, et, à une date ultérieure, Strasbourg est devenu le chef des centres du mouvement. Résistance à la propagation provient de deux sources. Anabaptistes «Enseigner la valeur ajoutée substantielle aux causes de la guerre des Paysans qui a éclaté (1524) sur le territoire même où les anabaptistes avaient exercé leur propagande. En conséquence, la défaite des paysans (1525) signifiait, dans une large mesure, la dispersion des anabaptistes. D'autre part, certains conseils municipaux comme celui de Zürich (1526) décréta des peines sévères contre leurs adhérents. Pourtant, en dépit de la défaite et la répression constante, la secte a continué à vivre. 

(C) Les anabaptistes de Münster (1533-1535) 

La propagation des anabaptistes en Basse-Allemagne et les Pays-Bas doit être largement attribués à l'activité de Melchior Hofmann, un fourreur largement voyagé. L'arrivée de certains de ses disciples (Melchiorites) à Munster en Westphalie (1533-1534) marque le début de la période la plus extraordinaire dans l'histoire des anabaptistes et la ville de Münster. Dans ce dernier, Bernard Rothmann un aumônier et un chiffon Knipperdolling-marchand, avait déjà réussi dans la diffusion des idées luthériennes. Ils ont rejoint le mouvement anabaptiste, dont John Matthys ou Matthiessen, un ancien boulanger, et John Bockelsohn ou Bockold, un tailleur néerlandais (plus généralement connu sous le nom de Jean de Leyde), sont devenus deux grands représentants locaux. Knipperdolling a été élu bourgmestre (Février 1534) et la ville passa sous le contrôle total et sans restriction des partisans du rebaptême. Münster, au lieu de Strasbourg, qui allait devenir le centre de la conquête projetée du monde, la «nouvelle Jérusalem», dont la fondation a été signalée par un règne de terreur et d'orgies indescriptibles. Trésors de la littérature et l'art ont été détruites, le communisme, la polygamie, et la communauté des femmes ont été introduites. Rothmann a pris à lui-même quatre épouses et Jean de Leyde, seize ans. Ce dernier a été proclamé roi de la nouvelle Sion ", où François de Waldeck, évêque et seigneur temporel de la ville, avait déjà commencé son siège (1534). En Juin 1535, la défense est devenue de plus en plus désespérée, et Jean, comme un dernier moyen d'évasion, déterminée à mettre le feu à la ville. Son plan était frustré par la capture inattendue de la ville par les assiégeants (24 Juin, 1535). Le roi, son lieutenant, et son Knipperdolling Krechting chancelier ont été saisis, et après des mois d 'emprisonnement de six et la torture, exécution. Comme un avertissement terrible, leurs corps ont été suspendus dans des cages de fer de la tour de Saint- Lambert église. 


III. RÉSULTATS 

Les anabaptistes en Angleterre 

Avec l'élément fanatique, il y avait toujours dans la partie plus anabaptistes pacifiques courant représenté notamment par ses adeptes en Suisse. L'effet de la chute de Münster et de la répression des anabaptistes déterminée par les catholiques, luthériens et zwingliens semblables, a été le très prononcée et, finalement, l'élimination complète des caractéristiques violente du mouvement. Menno Simonis, un ancien prêtre catholique, qui a rejoint le parti en 1536, a exercé une influence bienfaisante dans cette direction. Les anabaptistes nom même a été remplacée par d'autres, en particulier celle des Mennonites. Il est placé sous la désignation ci que les anabaptistes existent aujourd'hui, principalement en Hollande, en Allemagne et aux États-Unis. Un autre résultat de la prise de Münster semble avoir été l'apparition des anabaptistes en Angleterre, où ils entrent en communication fréquente peu de temps après cette fois, et continuent d'être mentionnés lors de la seizième et dix-septième siècles. Leurs suivants il y avait, selon toute probabilité en grande partie composée de réfugiés et allemand néerlandais. Les peines de mort et le bannissement exécutée contre les a empêchés d'acquérir la secte importance. «L'enseignement sur le baptême des enfants anabaptistes L'été adoptée par l'Amérique et baptistes anglais. 

Informations concernant la publication écrite par NA Weber. Transcrit par Robert H. Sarkissian. L'Encyclopédie Catholique, Volume I. Publié 1907. New York: Société Appleton Robert. Nihil obstat, Mars 1, 1907. Lafort Remy, STD, Censeur. Imprimatur. + John Farley, Archevêque de New York 

Bibliographie 

Kerssenbroch, Furoris Anabaptistici monasterium inclitam Westphaliae evertentis metropolim Historica narratio, éd. Detmer (Münster, 1899, 1900); Cornelius, Geschichte des nsterischen m Aufruhrs (Leipzig, 1855, 1860); Janssen, Geschichte des deutschen Volkes (Fribourg et Saint-Louis, au Missouri, 1897) II, 231-238, 394 - 416, 557-571, III, 109-121, 326-351, tr. Hist. du peuple allemand (St. Louis, Missouri, et Londres, 1900, 1903), III, 256-263, IV, 87-117, 217-222, 291-310, V, 150-165, 449-485; Newman, une histoire de l'anti-Pedobaptism de la hausse des Pedobaptism à AD 1609 (Philadelphie, 1897), avec une bibliographie étendue, 395-406; Idem, Histoire des églises baptistes aux Etats-Unis (New York, 1894), en Amer. Hist Eglise. Série II, 1-56; Bax, Rise and Fall des anabaptistes (Londres, 1903); Burrage, Une histoire des anabaptistes en Suisse (Philadelphie, 1905); Tumbult, Die ufer Wiedert (Leipzig, 1899).
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 17050
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Le Baptême Anabaptistes, rebaptiseurs Empty Re: Le Baptême Anabaptistes, rebaptiseurs

Message  Arlitto Lun 7 Mar - 16:22

PDF :

http://data0.eklablog.com/foivivante/mod_article3151780_5077aa890dbae.pdf?7312

Les B7J veulent s'approcher le plus possible de la source même du christianisme, à savoir la foi et l'art de vivre
enseignés par Jésus-Christ et transmis par les apôtres dans les premières années. Outre les fondateurs de l'Anabaptisme
sabbatiste et du Baptisme, dont il a été question plus haut, les B7J français se réclament des vieux Baptistes (réveil de Nomain
en 1820) et les premiers Libristes, organisés en 1820 autour de la chapelle Taitbout à Paris et précurseurs de la laïcité. Ils
considèrent la laïcité, la non-violence et le respect de la création comme des principes chrétiens fondamentaux. Sans être
fondamentalistes, les B7J rejettent le modernisme théologique10 et restent très attachés à l'éthique chrétienne traditionnelle. Ils
ne font pas partie de la mouvance charismatique11

Les Baptistes du Septième Jour croient:

• en un seul Dieu, éternel, tout-puissant, saint juste et bon. Le Fils et le Saint Esprit sont un avec le Père, un seul Dieu.

Le Père est la source de la divinité ; 

• que la Bible est la Parole que Dieu nous adresse, unique règle de la foi et de la vie chrétiennes ; Jésus-Christ est l'ultime Interprète de la Parole de Dieu, aussi l'Ancien Testament doit-il être lu à la lumière de l'Évangile ; 
• que tout être humain est pécheur et que chacun a besoin d'être réconcilié avec Dieu pour échapper à sa juste colère ; 
• que Jésus-Christ, Dieu-le-Fils et Fils de Dieu, a subi, par ses souffrances et sa mort sur la Croix, le châtiment mérité par
les pécheurs, bien que n'étant pas pécheur lui-même ; 
• que par pure grâce, Dieu accorde le salut à quiconque se repent de son péché, croit au sacrifice expiatoire du Christ et
s'engage à servir Dieu ; 
• que l'obéissance à Dieu implique l'observance des Commandements de Dieu et des ordonnances du Christ : adoration
exclusive pour Dieu et abstention de toute forme d'idolâtrie, sanctification du sabbat, fidélité conjugale, respect des
biens d'autrui, amour de la vérité, amour du prochain, sobriété, évangélisation. 
On note que les B7J sont favorables au ministère pastoral féminin12 et qu'ils insistent sur une lecture théologique de la

Bible

Le baptême et le sabbat 

Les Baptistes du Septième Jour portent dans leur dénomination deux particularités rituelles et doctrinales : le baptême
et le sabbat. Cette appellation est due aux conditions historiques de la naissance du mouvement : dans l'Angleterre du dix septième siècle  quiconque pratiquait le baptême de tous les nouveaux convertis chrétiens adultes était identifié comme
« baptiste », et l'observance du sabbat ne passait pas inaperçue elle non plus. Cependant il serait erroné de croire que les B7J
considèrent le baptême et le sabbat comme les deux fondements essentiels de leur foi. Le fondement de la foi des B7J, comme
celle de tous les Chrétiens, c'est Jésus, « seul médiateur entre Dieu et les humains », « mort et ressuscité pour eux »

Toutefois, les particularités, même si elles portent sur des points jugés secondaires par les intéressés, méritent d'être étudiées
par quiconque veut comprendre un mouvement... « On ne naît pas chrétien, on le devient. » C'est pourquoi de plus en plus de Chrétiens à partir du seizième siècle ont refusé de pratiquer le baptême des nouveaux-nés mais l'administrent à des croyants sur profession personnelle de leur foi. Le baptême relève d'une décision prise à la suite du salut par grâce. Le baptême n'a aucun pouvoir salutaire, et ne purifie pas. Il n'est que la manifestation matérielle et visible de la conversion intérieure, par laquelle l'âme en recherche de Dieu reçoit la grâce divine qui, elle, sauve et purifie. Cette perspective fait suite au Nouveau Testament, selon lequel le baptême « n’est pas la purification des souillures du corps, mais l’engagement d’une bonne conscience envers Dieu » . Faisant suite à la grâce de Dieu, reçue sans mérites par celui qui a cru, il est aussi un engagement. Le baptême est le premier acte public d'obéissance à Dieu et de la sorte il est une proclamation du désir du catéchumène de vivre conformément à la parole de Dieu. Le baptême fait donc le lien entre la grâce et la sanctification17. La théologie protestante traditionnelle se garde bien de considérer commecaduque et dépassée la Loi de Dieu telle qu'elle est présentée dans l'Ancien Testament, mais elle considère que Jésus l'amenée à la perfection.

Si le baptême baptiste s'est largement répandu au sein de la Chrétienté, dépassant nettement les limites du Baptisme
en tant que tel, le sabbat reste quant à lui une curiosité pour beaucoup. La particularité des Chrétiens du Septième Jour est
qu'ils étendent l'observance des lois morales au quatrième Commandement, qui prescrit la sanctification du septième jour, du
vendredi soir au samedi soir, comme jour de repos religieux, alors que dans sa large majorité, la Chrétienté, y compris le
Protestantisme traditionnel, considère soit que le jour de repos a été transféré au dimanche, soit qu'il est aujourd'hui à prendre
dans un sens symbolique. Ainsi les B7J croient que les disciples de Jésus-Christ doivent aujourd'hui encore sanctifier le sabbat
en le consacrant à Dieu par la pratique du culte communautaire, de la piété personnelle et de la bienfaisance, et en s'abstenant
de tout travail et de tout acte commercial, ceci du vendredi soir au samedi soir, exception faite de certains cas de force majeure
(comme ceux liés à la sécurité). En effet, les premiers disciples, après la mort de Jésus, l'observent encore21 (Luc 23:53) et les
sabbatistes ne retiennent pas les arguments en faveur du dimanche, qu'ils tiennent pour une pratique héritée du paganisme et
de l'antisémitisme de l'ancienne Rome. En revanche, les B7J n'observent aucune pratique issue de la tradition juive qui n'aurait
pas de fondement biblique. Ainsi, ils n'hésitent pas à prendre leur voiture (notamment pour se rendre au temple), à allumer un
appareil électrique et à manger chaud pendant le sabbat. Les B7J ne doivent donc pas être considérés comme des « Chrétiens
judaïsants ». Bien au contraire, ils considèrent d'un œil critique les tendances judaïsantes de plus en plus marquées dans chez
certains Évangéliques contemporains. 

Spiritualité

Les B7J sont soucieux de pratiquer leur foi d'une façon équilibrée entre la théologie, l'éthique et la spiritualité. La
spiritualité chrétienne est fondée sur une relation personnelle entre le croyant et Dieu, à qui il a un accès direct grâce à la
médiation de Jésus-Christ et à l'action du Saint Esprit. 

Comme tous les Protestants, les Baptistes du Septième Jour prient uniquement Dieu, toute prière adressée à qui que
ce soit d'autre étant considérée comme un acte d'idolâtrie. La prière est adressée au Père, au nom de Jésus-Christ, c'est à dire
en prenant conscience du fait que c'est grâce à la médiation du Christ incarné, crucifié, ressuscité et glorifié que le croyant
bénéficie de cet accès au Père. La prière est avant tout un acte d'adoration par lequel nous manifestons à Dieu notre amour et
notre confiance. La prière doit être associée à la lecture quotidienne de la Bible, la participation à la vie spirituelle d'une
assemblée et à un mode de vie en accord avec ce que Dieu veut pour nous. Dans ses enseignements spirituels, l'association

B7J française « Foi Vivante » retient les sept principaux « ingrédients » de la prière:

• la contemplation, qui consiste à demeurer en silence pour prendre conscience de la présence de Dieu et mettre de
l'ordre dans les pensées ;
• la louange, par laquelle nous exaltons Dieu pour ses hauts faits de façon générale: il est le créateur, il nous donne
Jésus et le Saint-Esprit, il est amour...;
• l'action de grâce, qui consiste à remercier Dieu pour ses faveurs particulières à notre égard ou à l'égard de ceux qui
nous sont chers;
• la réconciliation: examen ce conscience, confession des péchés, proclamation et réception du pardon divin;
• l'intercession, qui consiste à prier pour les autres;
• les requêtes, qui consistent à prier pour ses propres besoins;
• la méditation biblique, proche de la lectio divina.
Les B7J valorisent la prière spontanée adressée avec enthousiasme au Père sous l'action du Saint-Esprit. Cependant
« Foi Vivante » diffuse un Livret de l'orant solitaire, recueil de textes, bibliques ou non, ayant pour but d'aider le croyant à prier
matin, midi et soir selon un cycle hebdomadaire.

Le culte

Les services divins célébrés par les Assemblées Foi Vivante sont structurés selon les quatre éléments constitutifs des
liturgies de l'Église primitive
• La liturgie des prières se déroule selon une progression permettant à chacun de se recueillir et de se présenter devant
Dieu, puis la louange et l'intercession s'expriment par des interventions spontanées ou préparées, la lecture de textes
bibliques ou liturgique, la lecture de Psaumes à haute voix et à l'unisson. 
• La prédication est toujours fondée sur un texte biblique (et non sur un thème ou un témoignage personnel) et apportée
par un ministre (pasteur, diacre ou évangéliste, aux compétences éprouvées) ou un prédicateur laïque mandaté.
• La communion fraternelle est vécue par l'intercession et par un temps de convivialité avant et/ou après le service divin
proprement dit. 
• La fraction du pain ou sainte cène n'est pas célébrée chaque sabbat mais au moins une fois par an, durant le temps
pascal, au cours d'un service mémorial, parfois à la fin d'un repas communautaire. 
Les services d'assemblée ont lieu pendant le sabbat et rassemblent la communauté. Les vêpres sont des services plus
brefs, marquant soit le début du sabbat le vendredi soir, soit sa clôture de samedi soir. Les assemblée B7J célèbrent aussi des
services de circonstances pour les baptêmes, les mariages, les funérailles etc... Les fidèles peuvent aussi se réunir en semaine
pour des temps de prière commune


Français : http://foi-vivante.blogspot.fr/search/label/Baptistes%20du%20Septi%C3%A8me%20Jour

Anglais http://www.sdbwf.org/
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin

Sexe : Masculin Messages : 17050
Date d'inscription : 02/01/2016
Localisation : France

http://arlitto.forumprod.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum